Revenir en haut
Aller en bas

-42%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Carte Mémoire MicroSDHC Ultra 128 Go + Adaptateur SD, A1
17.99 € 30.99 €
Voir le deal

 

- Everything is gonna be alright || PV Aurora -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Minerva Di Vicenzi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Minerva Di Vicenzi
http://www.ciao-vecchio.com/t5501-minerva-love-does-not-delight- http://www.ciao-vecchio.com/t5502-minerva-let-all-that-you-do-be-done-with-love
Faceclaim : Jodie Whittaker (Chrysalis)
Messages : 183 - Points : 666
My universe
Âge : 37 ans (26 septembre 1982)
Métier : Pédiatre
Everything is gonna be alright || PV Aurora Empty
Sujet: Everything is gonna be alright || PV Aurora ( le Mer 3 Juin 2020 - 23:22 )
Et pour la trente-deuxième fois dans la nuit, exaspérée, ma main chercha la lumière de la lampe de la table basse. Le petit clic baigna la pièce d’une douce lumière. Bien sûr parce que je venais de trouver LA position confortable dans laquelle dormir et que j’étais en train de tomber dans les bras de Morphée… j’avais réalisé que j’avais encore envie d’aller faire pipi. POURQUOI DIABLE VARIER LES PLAISIRS? Rien de plus agréable que de passer un autre cinq minutes à jouer au tourniquet dans le lit avec le coussin de grossesse pour trouver la SEULE position dans laquelle mon ventre plein de vie et ma tête pleine de tristesse arrivaient à se calmer pour dormir si c’était pour que ma vessie de la taille d’un très petit pois réalise que j’avais à nouveau besoin d’aller vider. Mes pieds se glissèrent machinalement dans mes pantoufles et je me levais (ramassant mes miettes de dignité) pour marcher vers la salle de bain.

J’étais déjà pratiquement à quarante semaines et j’étais mortifiée quand même à l’idée de mettre au monde mon petit miracle. Je savais que dans ma tête, c’était un fouillis sans dessus, dessous. Je n’étais pas certaine qu’avec un cœur de verre qui avait éclaté sous l’impact de la disparition maintenant confirmé de mon cher Clemente j’étais en meure de m’occuper d’une autre personne. Le deuil me frappait en vague presque deux mois après la nouvelle. J’avais trouvé la force d’aller dans un groupe de soutien mais pas encore celle d’y faire mon entrée en scène pour me présenter et parler de ce que je vivais dans mon cerveau en ébullition. C’est que mes amygdales se gonflait presque quand j’allais en parler. C’est que ma langue était pleinement paralysée par la terreur de parler devant une foule d’inconnu. Mais j’étais presque certaine à un point… Je serais capable de mettre des mots sur la douleur qui me clouait sur place incapable de verbaliser ce que je ressentais. C’était exactement comme si toute ma timidité que j’avais ressentie petite était en train de revenir avec toute la force de la réalité.

Je venais de retrouver ma place dans le lit. Mais je savais fort bien que rien ABSOLUMENT rien ne réussirait à faire en sorte que je me rendorme surtout qu’en revenant, j’avais vu ce que j’étais certaine était un mouton de poussière qui n’avait que la taille d’un petit rien mais c’était assez pour réveiller ce petit monstre viscéral qui me disait que je devais nettoyer et astiquer encore la maison. Était-ce ce fameux instinct de nidification dont ma mère m’avait parlé si souvent depuis les derniers jours? Je n’avais jamais vraiment eu de problème avec un petit peu de désordre dans la maison mais ces dernier temps… je semblais comme hypnotiser par le danger mortel que pouvait représenter la plus petite particule de poussières qui pourrait potentiellement attaquer mon trésor quand je le ramènerais à la maison. Sa chambre avait des allures de chapelle ou plus de salle d’opération. Et pourtant… pourtant, quand je décidais que la nuit était finie, je me retrouvais à aller de nouveau taper les coussins de la chaise berçante, replier les différents pyjamas pour me rassurer que tout était encore là, vérifier l’existence et le nombre des couches réutilisables que j’avais acheté et accumulé dans la chambre sachant très bien qu’il n’était pas assez grand mais que je voulais attendre son arrivée pour en acheter qui conviendrait à son sexe.

Ma routine matinale m’amena à la cuisine où un fumet particulier attira mon attention. Blâmant non pas mes hormones ou ma peur chronique de ce que l’avenir me réservait, mais la saison printanière tardive qui me poussa à quatre pattes à vider mon frigo pour entamer ce qui devait être mon vingtième ménage du fameux électroménager. Et pourtant, je me retrouvais à ajouter de l’eau dans un seau pour venir frotter avec une éponge l’intérieur du frigo. Je ne remarquais qu’à demi le cognement sur la porte et grognais sans me relever : « C’est ouvert. » consciente qu’Aurora était sensé passé ce matin pour venir voir comment j’allais. « Tu veux bien m’expliquer comment mon frigo fait pour toujours être sale… et pourquoi il y a de la poussière dans la chambre du bébé? » demandais-je en refermant la porte du réfrigérateur doucement. Je me relevais avec un petit grognement. « Ce n’est pas juste. » Ma main s’appuya doucement dans mon dos. Le mouvement avait causé un petit choc électrique dans mon dos en me relevant.


We live, we love
When we're coming up to the end of the road. So what do we do then with tragedy around the bend? We live. We love. We forgive and never give up, because the days we are given are gifts from above. Today we remember to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
Aurora Rossi-CostaLe vin est un puissant lubrifiant social
Aurora Rossi-Costa
http://www.ciao-vecchio.com/t6953-aurora-le-gras-c-est-la-vie http://www.ciao-vecchio.com/t6957-aurora-do-you-wannabe
Faceclaim : Emily Blunt by @Cinderella
Messages : 1500 - Points : 1522
Everything is gonna be alright || PV Aurora Tumblr_pjy1vjaynh1qezp3zo6_r1_500
Âge : 39 ans, les années passent bien vite. ( 21 juin 1981)
Métier : Psychologue. Aider les gens à toujours été sa vocation.
Everything is gonna be alright || PV Aurora Empty
Sujet: Re: Everything is gonna be alright || PV Aurora ( le Lun 27 Juil 2020 - 11:56 )

Everything is gonna be alright
Minnie & Aurora


La famille avait toujours été importante pour Aurora, elle avait toujours été là pour ses frères et soeurs au fil des années, et ce malgré les engueulades et les désaccords qu'il y avait pu avoir entre eux. Une famille, ça se serrait les coudes, même dans les pires moments. C'est ainsi qu'elle voyait les choses et qu'elle les vivait depuis toujours. Les siens avaient d'ailleurs été très présents quand elle avait perdu Luca il y a plus de deux ans maintenant, certains plus que d'autres, et aujourd'hui, elle faisait en sorte de leur rendre la pareil autant qu'elle le pouvait. Et en ce moment, son attention était concentrée sur Minerva, sa petite soeur, qui en avait bien besoin. Enceinte et veuve, la jeune femme semblait perdue, et son aînée faisait en sorte d'être aussi souvent que possible présente à ses côtés pour l'aider, même si c'était pas de petits gestes, ou de petits actes. Elle passait notamment régulièrement la voir chez elle, surtout en ce moment, alors que Minnie approchait doucement de la fin de sa grossesse. Bientôt, la Rossi-Costa aurait un nouveau neveu ou une nouvelle nièce à aimer et gâter. Ce qu'elle ferait avec grand plaisir, elle qui aimait les bébés et les enfants. La preuve, elle en avait eu trois de son côté. Trois adorables enfants qui monopolisaient une grande partie de sa vie, mais c'était un plaisir pour la jeune femme qui adorait s'occuper de ses enfants, même si elle devait avouer que le début de l'adolescence chez Matteo, son aîné, était difficile à gérer en ce moment. Elle espérait que ce n'était qu'une passade d'ailleurs. Enfin, elle verrait cela.

Avant de se rendre chez Minerva, comme elle l'avait annoncé à sa soeur la veille par message, Aurora dû s'occuper de ses enfants: réveiller tout ce petit monde endormi, habiller son petit dernier, Enzo, préparer le petit déjeuner pour tout le monde, avant de vérifier que personne n'oublie quoi que ce soit et d'aller déposer les grands à l'école et le dernier chez sa nourrice. Et en faisant tout cela, elle devait se préparer, elle. Heureusement qu'avec le temps et la pratique, la routine matinale était bien huilée et se déroulait sans, ou alors avec très peu, d'anicroches.
Quand tout le monde fut déposé au bon endroit, Enzo chez sa nourrice, Matteo et Andrea à l'école, heureux d'y aller vu que la fin d'année et les vacances approchaient enfin, la blonde prit la direction du domicile de Minerva. Elle en profita au passage pour s'arrêter à une petite boulangerie délicieuse, où elle acheta des petites pâtisseries. Voilà qui raviraient certainement Minnie, pensa la blonde en payant, un grand sourire sur les lèvres. Le moral de sa soeur ne lui semblait des plus au beau fixe de puis quelque temps, pour de nombreuses raisons, ce qui avait tendance à légèrement inquiéter Aurora, même si elle gardait tout cela pour elle. Alors peut-être que ses gourmandises lui remonterait un peu le moral.

Quand elle arriva chez sa soeur, la jeune femme toqua comme à son habitude, et entra sans vraiment attendre l'invitation de sa cadette, qui arriva néanmoins rapidement. Elle trouva cette dernière dans sa cuisine, à quatre pattes la tête dans son frigo, qu'elle délaissa vite pour se redresser et être tout à Aurora. La question qu'elle posa à sa soeur la fit doucement sourire.

- Parce qu'il est impossible de garder une maison immaculée ?

Répond-t-elle doucement, un léger sourire plaqué sur les lèvres, le ton plus humoristique qu'autre chose. Sourire qu'elle transforma en grimace quand elle vit celle que fit sa petite soeur en se redressant. Les douleurs de la grossesse, voilà bien une chose que la blonde ne regrettait pas. Surtout celle au dos.

- Non ce n'est pas juste, mais malheureusement, on ne peut rien y faire je crois.

Lâcha-t-elle à nouveau avant de s'approcher de Minnie pour l'embrasser doucement sur la joue, et la serrer une courte seconde contre elle.

- Comment vas-tu aujourd'hui Minnie ?


(c) DΛNDELION


@Minerva Di Vicenzi




I do what I do because it’s right! Because it’s decent! And above all, it’s kind! It’s just that…
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Minerva Di Vicenzi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Minerva Di Vicenzi
http://www.ciao-vecchio.com/t5501-minerva-love-does-not-delight- http://www.ciao-vecchio.com/t5502-minerva-let-all-that-you-do-be-done-with-love
Faceclaim : Jodie Whittaker (Chrysalis)
Messages : 183 - Points : 666
My universe
Âge : 37 ans (26 septembre 1982)
Métier : Pédiatre
Everything is gonna be alright || PV Aurora Empty
Sujet: Re: Everything is gonna be alright || PV Aurora ( le Dim 2 Aoû 2020 - 20:52 )
J’avais bien conscience d’être chanceuse. Tellement chanceuse d’avoir un réseau de soutien qui était en mesure d’aider à maintenir un semblant de vie normale dans l’apocalypse qui s’était abattue sur ma vie en un temps record. Mes parents et mes amis avaient tous répondu présent à leur manière pour m’aider à doucement me relever. J’allais mieux qu’à cette journée où l’on m’avait appris que mon mari ne reviendrait jamais – ce jour fatidique où j’avais eu un premier vrai excès de colère et que ma main avait lancé mon verre de jus d’orange sur le mur si prêt de quelqu’un qui n’était que le messager de mon malheur. Mais je n’étais pas certaine que je serais un jour capable de reprendre ma vie comme elle l’était avant.

Pourtant, si quelqu’un savait bien comment je me sentais, c’était ma sœur, Aurora. Elle n’avait pas rendu les armes comme ce que j’avais parfois envie de faire ces temps-ci pour m’abandonner à la tristesse qui m’absorbait. Son mari s’était longtemps battu contre un crabe géant. Le mien avait simplement disparu, sans un adieu, sans un moment pour me faire lentement à l’absence qui peuplait mes nuits.

Il y avait beau avoir ce réseau social extensif qui agissait comme un filet m’empêchant de me laisser complètement sous le joug d’une tristesse que l’on ne pouvait pas faire complètement disparaitre. Il fallait du temps pour que mon cœur se répare. Il fallait que le ruban adhésif qui maintenait de peine et de misère mes miettes de cœur en une forme qui battait tienne le coup. Et j’avais beau être capable objectivement de comprendre que mon enfant n’était pas influencé par mes variations d’humeur, j’avais quand même peur que la tristesse qui gelait mon cœur ne se transmette à lui et qu’il disparaisse à son tour comme j’en avais trop perdu.

C’était peut-être justement parce que j’avais cette peur irrationnelle de perdre ma seule bouée que j’en était à mon énième ménage de ma maison en une semaine. Parce que j’étais capable de rationnaliser de par toutes ces fausses-couches qui m’avait déchiré le cœur et par cette absence qui formait un cœur rendant mes sourires plus faux que ce que je voulais bien admettre.

À quelques deux semaines de la naissance (prévue) de mon trésor, je n’avais pas l’impression qu’il serait en sécurité dans mes bras – même si j’avais mon éducation et la petite chaise berçante qui aurait l’allure d’un beffroi qui me permettrait de garder un œil plus qu’attentif de mon petit ange. Parce que le monde, le monde était tellement dangereux et il y avait cette tache qui ne partait pas dans le frigo. Je me mordis doucement la lèvre inférieure quand ma sœur m’affirma qu’aucune maison n’était en mesure d’être parfaitement immaculée. Cette nouvelle réveilla une petite angoisse qui était évidente dans ma voix : « Mais on peut bien garder une salle d’opération entièrement propre et tout un hôpital pour s’assurer que les gens soient bien en santé… » dis-je en sentant mes yeux se remplir d’eau avec une aisance désarmante. C’était la fatigue accumulée qui parlait probablement. À 38 semaines, j’étais fatiguée et émotionnellement vidée. Et voilà que j’en rajoutais une petite couche en sentant ma détresse qui transparaissait : « Je veux juste que ça soit assez propre pour quand je vais ramener le bébé à la maison... pour qu’il soit en sécurité. ».

Je ne voulais pas nécessairement avoir l’air si fragile que ce que ma voix qui se brisait doucement comme du verre que l’on échappait sur un trottoir laissait transparaître. Ma main caressait doucement mon ventre et je rajoutais doucement : « Je suis fatiguée. Et je sais que c’est normal qu’il bouge moins mais ça me rassurerait qu’il… bouge pour me montrer qu’il va bien.» Mon inquiétude avait transparu dans ma voix inquiète. « Je ne sais pas comment tu as fait avec les trois autres. Toi ? Et tes loulous ? » demandais-je doucement.


We live, we love
When we're coming up to the end of the road. So what do we do then with tragedy around the bend? We live. We love. We forgive and never give up, because the days we are given are gifts from above. Today we remember to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
Aurora Rossi-CostaLe vin est un puissant lubrifiant social
Aurora Rossi-Costa
http://www.ciao-vecchio.com/t6953-aurora-le-gras-c-est-la-vie http://www.ciao-vecchio.com/t6957-aurora-do-you-wannabe
Faceclaim : Emily Blunt by @Cinderella
Messages : 1500 - Points : 1522
Everything is gonna be alright || PV Aurora Tumblr_pjy1vjaynh1qezp3zo6_r1_500
Âge : 39 ans, les années passent bien vite. ( 21 juin 1981)
Métier : Psychologue. Aider les gens à toujours été sa vocation.
Everything is gonna be alright || PV Aurora Empty
Sujet: Re: Everything is gonna be alright || PV Aurora ( le Mer 12 Aoû 2020 - 12:19 )

Everything is gonna be alright
Minnie & Aurora


Aurora était-elle inquiète pour sa petite soeur ? Sûrement un petit peu, mais elle ne laissait pas cette inquiétude prendre le dessus sur sa manière d'être avec Minnie. Ca ne servirait à rien d'ailleurs. Sa soeur avait plus besoin de soutien que de personnes qui s'inquiètent pour elle, sans le dissimuler. Il y avait déjà leurs parents pour ça, et ça suffisait amplement. Alors, elle apportait depuis des mois maintenant, tout le soutien qu'elle pouvait à la brune, lui rendant régulièrement visite, lui proposant son aide au besoin, surtout ces derniers temps, alors que la grossesse de Minerva approchait doucement mais sûrement de sa fin.  
Soeur qu'elle trouva à son arrivée chez cette dernière, à quatre pattes dans son réfrigérateur. Une position pas forcément des plus idéales quand on arrivait au terme de sa grossesse, Aurora le savait très bien pour le coup, pour avoir donné naissance à trois bambins. Mais elle se retint de toute remarque, même si elle ne loupa rien de la main qui alla s'appuyer contre le dos de sa soeur, signe qu'elle avait mal. Elle ne retint cependant pas une grimace pendant une courte, très courte seconde, avant de lui répondre que malheureusement, il était impossible de garder une maison propre d'une manière immaculée. Elle avait pourtant bien essayé la Rossi-Costa autrefois.

La petite angoisse qu'elle perçut dans la voix de sa cadette la fit sourire un court instant. Une angoisse qu'elle pouvait très bien comprendre, surtout à si peu de temps de l'accouchement. L'arrivée d'un bébé était un grand cap dans la vie, un cap rempli d'incertitudes et d'angoisses. Posant la boîte de pâtisseries qu'elle avait acheté sur la table de la cuisine, la blonde reprit la parole, un ton réconfortant dans la voix, espérant chasser les inquiétudes de Minnie.

- On arrive à garder à une salle d'opération propre car elle est dans un environnement stérile. Sauf que c'est impossible pour une maison, malheureusement. Mais ne t'inquiète pas, ce n'est pas parce que ta maison n'est pas immaculée conception que ça va impacter ton bébé.

Elle sourit doucement en disant cela, avant de s'approcher de sa soeur, dont elle voyait les yeux remplient de larmes, pour la serrer contre elle quelques instants.

- Ca va aller, Minnie. Je pense que ta maison sera plus que propre pour l'arrivée de ton bébé, ne t'en fais pas. Et avec toi, il sera en sécurité.

La réconforta-t-elle avec douceur, gardant encore durant quelques secondes sa soeur dans ses bras, déposant un rapide baiser sur sa joue droite au passage, avant de se dégager. Sa soeur en profita alors pour confier les inquiétudes qu'elle ressentait. Oui, la fatigue était normale à cette période de sa grossesse, et le reste aussi.

- Tout ira bien, je te le promets Minerva. La fin de grossesse n'est pas facile, tout comme les premières semaines après la naissance, mais je serai là pour toi, tu le sais. Alors, tu vas y arriver.

Elle avait cette chance de ne pas être seule, et être bien entourée dans sa situation, ce qui était le plus important pour Aurora. Enfin, elle l'espérait.

- Je gère au quotidien avec mes trois monstres je crois.

Dit-elle en haussant les épaules, avant de tirer une chaise à la table pour sa soeur, lui faisant signe de s'asseoir.

- Et ça semble fonctionner puisque tout le monde va bien, sauf qu'il ne faut pas croire que c'est une croisière non plus. En tout cas, tout le monde est en pleine forme.

Elle sourit grandement à ses mots. Elle aurait même bien amené Enzo avec elle, mais Aurora s'était dit qu'un enfant de deux ans qui courait partout n'était peut-être pas une bonne idée aujourd'hui.

- Allez, assieds toi, j'ai ramené des pâtisseries que tu aimes, et on peut se faire un petit thé ou un jus de fruit si ça te dis ?

Qu'elle servirait bien entendu. Elle connaissait assez bien la cuisine de sa soeur pour y naviguer sans chercher ce dont elle avait besoin.
(c) DΛNDELION


@Minerva Di Vicenzi




I do what I do because it’s right! Because it’s decent! And above all, it’s kind! It’s just that…
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Minerva Di Vicenzi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Minerva Di Vicenzi
http://www.ciao-vecchio.com/t5501-minerva-love-does-not-delight- http://www.ciao-vecchio.com/t5502-minerva-let-all-that-you-do-be-done-with-love
Faceclaim : Jodie Whittaker (Chrysalis)
Messages : 183 - Points : 666
My universe
Âge : 37 ans (26 septembre 1982)
Métier : Pédiatre
Everything is gonna be alright || PV Aurora Empty
Sujet: Re: Everything is gonna be alright || PV Aurora ( le Lun 7 Sep 2020 - 17:36 )
Petite, je m’étais toujours imaginé avec une belle grande famille : des enfants qui m’entouraient, des rires qui éclaireraient les pièces comme des petits éclairs de génie, des larmes qui viendraient mourir dans mes bras comme s’ils étaient le meilleur des remèdes… J’avais bien conscience vaguement qu’au fond, avec le fait que mon mari et moi avions tout deux un boulot plus que prenant mettre au monde la ribambelle d’enfants dont tous les deux nous avions rêvé ne serait pas nécessairement facile. Il y avait eu ces grossesses arrêtées, ces vies que j’avais portées avec angoisse pour les voir disparaître bien trop tôt. Et je n’avais plus osé après un temps en parler avec ma famille – parce que c’étaient des grossesses crève-cœurs qui m’avaient laissées le cœur défoncé par moment.

Il n’y avait pas que la simple peur que mes bras ne soient pas assez pour consoler cette petite vie. J’avais beau me dire que j’avais eu plus de rencontre de suivi que nécessaire auprès de mon médecin, un spécialiste qui savait mon lourd passif, qui comprenait ce que j’avais vécu comme maman à répétition de petit ange. Et même quand au début du huitième mois j’avais commencé à construire ma valise pour la maternité, j’avais une espèce de dissociation face à ce changement (encore uniquement probable) de ma vie. Tant que je ne le tiendrais pas dans mes bras, je n’étais pas certaine que j’y croirais. Parce que cet enfant était essentiel pour que je survive en un sens. Il était un miracle aux allures de bouée de sauvetage. Je savais que je ne pouvais pas le perdre, parce que mon cœur ne saurait pas comment se remettre d’une autre perte.

C’était peut-être pour ça que je me mordis doucement la lèvre lorsque ma sœur insista comme quoi ce n’était pas essentiel que la maison soit l’immaculée conception pour que mon bébé soir en sécurité. La boîte de pâtisserie déposée sur la table, je me laissais des bras de ma sœur. « Mais je serais plus rassurée si ma maison était un environnement stérile. Je sais comment m’occuper des autres enfants dans ce genre d’environnement et comment réagir s’il ne va pas bien. », murmurais-je rapidement Mon boulot, c’était d’envisager le pire avec des petits déjà abimés par leur simple venue au monde. Et j’étais terrorisée même si je me doutais que je savais comment agir pour presque tout ce qui aurait pu se passer.

J’étais chanceuse de pouvoir compter sur un tas de gens que j’aimais qui m’aimaient et qui croyait que j’étais assez forte pour passer à travers tout ce que la vie avait balancé dans ma direction depuis presque un an. Je secouais doucement ma tête comme pour chasser le semblant de tristesse qui m’habitait constamment depuis des mois. « Je m’excuse. J’ai mal dormi. Quelqu’un trouve marrant de me rappeler que je dois aller faire pipi dès que je trouve la bonne position pour dormir et je pense que je suis fatiguée et que ça n’aide pas. » dis-je en essuyant du bout des doigts mes yeux dont les larmes n’avaient pas menacé de couler.

J’eus un petit éclat de rire lorsqu’Aurora appela ses enfant « trois petits monstres » et de me dire que tout le monde s’en tirait plutôt bien. Elle me tira une chaise de l’ilot de cuisine pour me faire signe de m’asseoir. « Je suis plus jus que thé ces temps-ci. » dis-je en prenant deux verres pour les glisser sur la table avec la cruche que je récupérais dans le réfrigérateur. « Je suis certaine qu’ils ne sont pas des monstres mais trois adorables petits démons. » dis-je avec un sourire en me laissant choir sur la chaise avec un petit souffle. Curieuse, j’ouvris la boîte et m’arrêtais à mi-chemin dans le choix de ma pâtisserie pour fermer les yeux pendant un bref instant. Une crampe sur mon ventre à la fois trop et pas assez familière qui se calma presque aussi vite qu’elle était venue. « Je suis certaine que tu gères parfaitement ton navire familial, de la même manière que notre mère le faisait quand papa était au boulot. » finis-je par dire en arrêtant mon choix sur celle au chocolat blanc et à la pistache.


We live, we love
When we're coming up to the end of the road. So what do we do then with tragedy around the bend? We live. We love. We forgive and never give up, because the days we are given are gifts from above. Today we remember to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
Aurora Rossi-CostaLe vin est un puissant lubrifiant social
Aurora Rossi-Costa
http://www.ciao-vecchio.com/t6953-aurora-le-gras-c-est-la-vie http://www.ciao-vecchio.com/t6957-aurora-do-you-wannabe
Faceclaim : Emily Blunt by @Cinderella
Messages : 1500 - Points : 1522
Everything is gonna be alright || PV Aurora Tumblr_pjy1vjaynh1qezp3zo6_r1_500
Âge : 39 ans, les années passent bien vite. ( 21 juin 1981)
Métier : Psychologue. Aider les gens à toujours été sa vocation.
Everything is gonna be alright || PV Aurora Empty
Sujet: Re: Everything is gonna be alright || PV Aurora ( le Dim 13 Sep 2020 - 19:14 )

Everything is gonna be alright
Minnie & Aurora


Aurora comprenait les angoisses qui devaient traverser sa soeur à l'instant même, alors qu'elles discutaient. Des angoisses qui devaient d'ailleurs la tenir souvent éveiller, et être présent en elle assez souvent. Il faut dire que Minnie avait un certain passé, sans compter les angoisses des jeunes mères qui venaient se superposer à tout ça. Mais la blonde était là pour elle, elle allait l'épauler, l'aider, comme elle l'avait toujours fait, et comme sa soeur l'avait fait pour elle après la mort de Luca. Elle lui devait bien ça.
Elle sourit doucement en entendant sa cadette dire qu'elle souhaitait avoir une maison aussi stérile qu'une salle d'opération. Une envie qui tracassait grand nombre de futures mamans, car même la Rossi-Costa était passée par là à une époque. Avant de se rendre que c'était impossible. Une maison immaculée, ça n'existait pas.

- Tu serais peut-être plus rassurée, mais ça ne serait pas forcément l'idéal pour ton bébé à naître. Et puis, que l'environnement soit stérile ou non, s'occuper d'un enfant c'est la même chose.

Il fallait être là pour lui, l'aider, le guérir. Alors oui, c'était différent d'une salle d'opération, mais être mère ce n'était pas pareil qu'être médecin.

- Tu sais Minnie, être maman ce n'est pas être un médecin. Et ton bébé est en bonne santé, et il le restera. Bon, il aura des coliques comme tous les nouveaux nés, des régurgitations, et je te passe les rhumes ou autre, mais c'est la vie, et ça l'aidera à consolider son métabolisme.

Certes, Aurora n'était pas médecin, enfin, elle était psy, mais pas un médecin comme sa soeur, mais elle s'y connaissait un peu. Trois enfants, ça aidait grandement. Prenant sa soeur contre elle durant quelques secondes, elle tenta de la réconforter du mieux qu'elle put. Elle n'était pas certaine que cela fonctionne, mais qui ne tente rien n'a rien, n'est-ce pas ? En tout cas, la remarque de Minerva sur le bébé qui appuie sur sa vessie sans cesse la fait esquisser un léger sourire. Oui, c'était un inconvénient.

- Ah le coup de la pression sur la vessie, j'ai connu ça aussi. Un désagrément des plus désagréables... Faut juste te dire que c'est bientôt fini. Néanmoins si tu as besoin de paix, de calme, tu peux toujours venir quelques jours chez moi. Bon, il y a les petits, mais tu n'auras à te soucier de rien, juste dormir, manger et te reposer.

Pas de ménage à faire, de cuisine et tout ce qui s'ensuit. Voilà qui ne pourrait que lui faire du bien, enfin Aurora l'espérait. Et elle, ça ne la dérangerait pas d'avoir sa soeur chez elle durant quelques jours. Elle préviendrait juste Leone de ne pas passer à l'improviste.
En parlant de maison, si elle acceptait sa proposition, sa soeur pourrait profiter des trois monstres de la blonde. Un surnom qui fit rire Minnie quand elle le dit, autant que cela la fit sourire. Il faut dire qu'ils n'étaient pas toujours facile, et que ce n'était pas toujours facile non plus d'élever seule trois enfants. Mais c'était ainsi pour elle. Et malgré tout ce que ses gamins pouvaient lui faire, elle les aimait plus que tout.

- Oui, des petits démons, ça fonctionne aussi. Mais ils ont la chance d'être adorables. Et que je les aime plus que tout !

S'exclama-t-elle en saisissant la cruche des mains de sa soeur pour leur servir du jus, la laissant du coup s'asseoir. Elle le méritait bien. Comme les pâtisseries qu'elle avait apporté. En tout cas, absorbée par le service, Aurora ne vit pas sa soeur fermé soudainement les yeux, continuant la conversation.

- Je ne sais pas si je le gère comme maman gérer notre famille, mais je tente de faire de mon mieux, avec notre histoire familial. Et j'espère bien gérer oui, et puis j'ai tout l'aide dont je peux avoir besoin.

Leone. Minnie. Ses autres frères et soeurs. Ses parents aussi. Non, elle n'était pas toute seule. Elle ne le serait jamais d'ailleurs.

- Je dois juste affronter la crise d'adolescence balbutiante de Matteo, et ça ce n'est pas une mince à faire quand on la mêle à tout le reste: Andrea qui demande du temps, et bien sur Enzo, qui a trois ans mérite encore plus d'attention. Mais tu verras quand ton petit bout va pointer le bout de son nez. On passe son temps à s'inquiéter pour eux, même quand ils sont grands et plutôt autonome.

(c) DΛNDELION


@Minerva Di Vicenzi




I do what I do because it’s right! Because it’s decent! And above all, it’s kind! It’s just that…
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Minerva Di Vicenzi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Minerva Di Vicenzi
http://www.ciao-vecchio.com/t5501-minerva-love-does-not-delight- http://www.ciao-vecchio.com/t5502-minerva-let-all-that-you-do-be-done-with-love
Faceclaim : Jodie Whittaker (Chrysalis)
Messages : 183 - Points : 666
My universe
Âge : 37 ans (26 septembre 1982)
Métier : Pédiatre
Everything is gonna be alright || PV Aurora Empty
Sujet: Re: Everything is gonna be alright || PV Aurora ( le Lun 28 Sep 2020 - 17:53 )
Le lâcher-prise était ardu à faire. J’avais serré les poings jusqu’à en avoir les jointures blanchies par la dureté de ma faible prise sur le monde qui m’entourait. Je n’avais jamais pourtant été le genre de femme qui tenait à avoir un parfait contrôle sur son univers. Mais justement, ce n’était pas comme un hôpital où j’avais été conditionnée à prétendre que le pire pouvait (et allait fondamentalement) se produire dans certains cas. C’était de ma vie réelle dont l’architecture me semblait particulièrement fragile.

Je me répétais constamment qu’il fallait y aller une seule journée à la fois, un pas après l’autre, c’était la seule manière d’avancer pour que je sois en mesure de ne pas paniquer. Mais il y avait aussi cette méthode probablement un peu absurde qui visait à contrôler ma petite vie.

J’hochais pourtant lentement la tête sur le fait qu’il était normal qu’une maison ne soit pas stérile pour que se construise le système immunitaire de mon miracle et qu’il était en santé. Je ravalais mon envie de justifier qu’on ne le savait pas ça. Que tant que je ne tiendrais pas dans mes bras le petit corps chaud de mon enfant pour avouer compter beaucoup trop de fois le nombre de doigts et d’orteils sur mon miracle, je n’y croirais pas. C’était la marque terrible qu’avais laissé dans mon esprit ces grossesses qui n’avaient jamais abouti et dont je n’avais pas osé parlé depuis la troisième.

Je me contentais plutôt de ramener la conversation vers le fait que j’étais fatiguée : physiquement crevée par ce petit bout d’humain, émotionnellement crevée par un deuil que je ne voulais pas faire, spirituellement vidée par cette impression que Dieu m’avait abandonné devant une épreuve. Et voilà que ma grande sœur me proposait de m’héberger quelque jours avec ses enfants qui me distrairaient en un certain sens de ce curieux spleen qui m’habitait. « Je suis quand même surprise de voir qu’un truc aussi petit peut me faire aller aux toilettes au moins cinq fois par heure… Et je dois avouer que l’option de voir tes petits démons pour me reposer avant que le silence de la maison se transforme à jamais est tentante. » Rigolais-je doucement.

Bien sur que je savais que ma sœur aimait ses enfants d’amour. Elle était une mère extraordinaire et j’espérais honnêtement que mon anxiété sera sous contrôle quand mon trésor se décidera à se pointer au party et que je serais tout aussi bonne qu’elle pour prendre soin des besoins de mon enfant. Avec un petit rire moqueur qui me semblait étrange, je demandais : « Parce que tu sais que si jamais tes petits démons ne sont pas adorables, on pourra faire un échange quand mon démon ne fera pas ses nuits et qu’il s’époumonera comme pas permis. » rigolais-je doucement.

Assise sur l’ilot de cuisine, je tripotais comme je le faisais enfant ma pâtisserie. J’avais moins d’appétit depuis un certain temps et je mangeais de cette manière méthodique qui allait de la croute à la mie. Est-ce que je reprocherais un jour à mon trésor de faire attention. J’allais répliquer lorsqu’elle mentionna qu’elle faisait de son mieux pour gérer de la même manière que maman sa petite tribu. Raconter l’aube de la crise d’adolescence de son plus vieux. Une deuxième vague de douleur me traversa et je perdis un riquiqui bout de la conversation. J’essuyais doucement mes doigts sur la petite serviette en tissu qui trainait sur la table en prenant une respiration lente : non ! Il restait encore quelque jours. Ce n’était pas ce que je pensais. « Je suis certaine que tu gères à la perfection et que tu ne peux pas gérer comme maman. Après tout, tu gère une famille de taille relativement normale… avec une crise d’adolescence en préparation. Est-ce qu’elle est à la Basilio ou à la Minerva… ? » demandais-je en rigolant. Après tout, ma crise d’adolescence avait été cette fois où j’avais claqué la porte parce que l’on avait refusé de me laisser aller en retraite fermée avec l’église parce que c’était sur la fête d’un grand-oncle par alliance. Et je m’étais excusée après. Mon rire se transforma en un petit grognement et je déposais doucement ma main sur mon ventre. « Ça ce n’était pas un coup de pied. Je suis presque sure. » grondais-je doucement.


We live, we love
When we're coming up to the end of the road. So what do we do then with tragedy around the bend? We live. We love. We forgive and never give up, because the days we are given are gifts from above. Today we remember to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
Aurora Rossi-CostaLe vin est un puissant lubrifiant social
Aurora Rossi-Costa
http://www.ciao-vecchio.com/t6953-aurora-le-gras-c-est-la-vie http://www.ciao-vecchio.com/t6957-aurora-do-you-wannabe
Faceclaim : Emily Blunt by @Cinderella
Messages : 1500 - Points : 1522
Everything is gonna be alright || PV Aurora Tumblr_pjy1vjaynh1qezp3zo6_r1_500
Âge : 39 ans, les années passent bien vite. ( 21 juin 1981)
Métier : Psychologue. Aider les gens à toujours été sa vocation.
Everything is gonna be alright || PV Aurora Empty
Sujet: Re: Everything is gonna be alright || PV Aurora ( le Lun 26 Oct 2020 - 8:23 )

Everything is gonna be alright
Minnie & Aurora


Aider sa soeur, l'apaiser dans ce moment difficile, voilà la mission d'Aurora. C'est ainsi qu'elle le percevait. Et puis, il était hors de question de laisser sa cadette toute seule dans ce moment si magnifique à venir, où elle aurait besoin de tout le soutien nécessaire, comme elle en avait besoin depuis quelques mois d'ailleurs.
Soeur qu'elle venait voir aussi souvent que possible, toujours là pour l'aider, tout comme Minnie avait été un soutien après la mort de Luca il y a deux ans maintenant. Soeur qu'Aurora se proposa d'héberger au fil de leur discussion, pour l'aider, car elle savait que les derniers jours d'une grossesse étaient de loin les plus difficiles. Ou alors c'est elle qui l'avait ressenti ainsi à chaque fois.

- Et oui, ces si petites choses, comme tu dis, ont tendance à nous faire aller bien trop souvent aux toilettes. Surtout la nuit, enfin moi c'était ainsi avec mes trois amours. Je crois que c'est d'ailleurs le pire désagrément de la fin de grossesse.

Dit-elle en lâchant un petit sourire au passage à sa soeur. Oui, elle ne regrettait pas cette partie de la grossesse qui avait plus d'inconvénient qu'autre chose, comme la fois où en pleine balade dans la nature autour de Naples, elle avait eu envie d'aller soudainement aux toilettes. Et bien sûr, impossible d'en trouver à ce moment-là. Elle avait bien maudit le bébé ce jour-là.

- Alors cède à la tentation, et joins-toi à nous pour quelques jours, ça te fera le plus grand bien. Et je serai heureuse de t’avoir à mes côtés.

Ajouta toujours souriante Aurora à Minnie qui trouvait l'option de venir passer plusieurs jours chez son aînée tentante. Ce serait un vrai plaisir pour la blonde de l'accueillir à son domicile pour quelques temps, et puis, pour venir en aide à sa famille, peu importe l'aide besoin, Aurora répondait toujours présente.
Et puis une personne de plus à la maison, surtout leur tante enceinte, calmerait peut-être un peu les grands dans leurs disputes quotidiennes depuis quelques temps. On sentait bien l'adolescence qui arrivait chez eux. Quant à son petit dernier, vu son âge, il se mettait à tout tester, et il fallait le surveiller presque constamment, raison pour laquelle sa mère avait gardé le parc pour lui pour le moment. Mais bon, ses petits démons, elle les aimait plus que tout malgré tout cela. Comme toutes les mères. Et la remarque de sa soeur la fit rire durant quelques secondes.

- Ne me tente pas, Minnie ! Car entre trois garnements fatiguant et un bébé qui ne fait pas ses nuits, je sais ce que je choisis: le bébé.

Elle rit en disant cela, secouant la tête amusée. Oui, elle choisissait le bébé, sans compter qu'elle avait toujours aimé les bébés. Après tout, ils sont adorables.

Prenant une pâtisserie qu'elle avait ramené, la blonde en croqua un morceau généreux pour remplir un peu son estomac, tout en dévisageant sa soeur du regard, un sourire toujours placardé sur les lèvres, la conversation continuant. Elle confia un peu ses craintes à sa cadette, espérant être une aussi bonne mère qu'était la leur, qui avait su gérer autant d'enfants et sa maison sans le moindre soucis vraiment visible. Avec un tel modèle, on voulait en faire autant, enfin c'était le cas pour Aurora en tout cas, qui faisait tout pour être une mère aussi bonne que l'avait été sa mère, et même ses parents en général.

- J'espère bien tout gérer en tout cas. On verra d'ici quelques années si mon éducation a réussi !

Elle espérait sincèrement réussir, surtout que contrairement à sa mère, elle avait dû affronter la disparition de son mari, le père de ses enfants, et elle savait que pour Matteo et Andrea, c'était une perte difficile à gérer, tout comme pour elle. Un événement dramatique qui avait changé leur vie de famille.

- Quant à la crise d'adolescence de Matteo, je crois qu'on se rapproche plus d'une crise à la Basilio, même si c'est plutôt une crise à la Matteo. A voir ce que ça va donner d'ici quelques mois, voire même semaines, mais je ne suis pas pressée !

Confia-t-elle doucement, en souriant à nouveau, et même laissant échapper un petit rire. Sourire qu'elle perdit en entendant le grognement de sa soeur, qui lui en rappela d'autres soudainement. Qu'elle avait pu émettre à une époque elle aussi. Et vu où la main de Minnie s'était plaquée... Les contractions semblaient avoir commencé, et sa soeur avait fait la même déduction.

- C'est pour aujourd'hui ?!

S'écria la blonde surprise un instant, avant de se reprendre et de se redresser. Ce n'était pas le moment de paniquer, il fallait garder la tête froide pour être un vrai soutien de Minnie dans ce moment si particulier. Et magnifique.

- Bon bah je crois qu'on va prendre la direction de l'hôpital, Minnie !
(c) DΛNDELION


@Minerva Di Vicenzi désolée pour l'attente Everything is gonna be alright || PV Aurora 3858275945




I do what I do because it’s right! Because it’s decent! And above all, it’s kind! It’s just that…
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Minerva Di Vicenzi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Minerva Di Vicenzi
http://www.ciao-vecchio.com/t5501-minerva-love-does-not-delight- http://www.ciao-vecchio.com/t5502-minerva-let-all-that-you-do-be-done-with-love
Faceclaim : Jodie Whittaker (Chrysalis)
Messages : 183 - Points : 666
My universe
Âge : 37 ans (26 septembre 1982)
Métier : Pédiatre
Everything is gonna be alright || PV Aurora Empty
Sujet: Re: Everything is gonna be alright || PV Aurora ( le Lun 2 Nov 2020 - 20:33 )
Je m’empêchais de signaler à ma sœur que j’appréciais silencieusement le fait de me faire réveiller par une vessie à peine pleine même si j’était définitivement fatigué. Ma sœur n’avait pas nécessairement conscience du parcours de combattant que nous avions traversé Clemente et moi pour finir par n’avoir que ce petit bout de vie : depuis ma deuxième fausse-couche, avant que je ne m’engage pour médecins sans frontière, je n’avais plus parlé de ses grossesses. Devenir mam’ange d’un enfant qui n’avait jamais respiré m’avait marqué plus profondément que ce que je voulais bien admettre. J’en appréciais chaque signe acceptant qu’il voulait dire que mon corps donnait tout ce qu’il avait en stock pour faire grandir un petit bout de vie jusqu’à ce qu’il devienne grand et fort. Mais j’avais conscience que c’était curieux de dire que malgré la fatigue j’appréciais les réveils.

Je préférais avec un petit sourire accepté son offre : « Faudrait que je fasse une deuxième valise pour ne pas me retrouver en mode itinérante avec une seule tunique ou panique pour la maternité. » dis-je avec un beau sourire. Bien sur qu’elle était prête la valise. Depuis des mois même. Mais je ne l’avais pas encore retirer de ma chambre à l’étage. Remettant trop souvent peut-être le fait d’attendre au lendemain pour l’amener vers le bas de la porte au cas où le travail ne se déclenche avec une vitesse surprenante et que je me retrouve à appeler une ambulance pour me conduire à l’hôpital (n’ayant toujours pas le permis, ça ne serait pas mon vélo qui me serait d’un semblant d’utilité).

« Après grande réflexion je vais prendre le bébé. Même si j’envie certainement ta tribu du chaos… Mais je ne tiens pas à partager pour le moment ce petit plus un.» répondis-je en tirant doucement la langue à ma sœur avec un air moqueur. On s’entend que clairement j’aimais les enfants : on ne faisait pas mon métier en les haïssant sauf que cet enfant-là avait été particulièrement aimé et espéré par mon mari et moi. Et j’avais déjà commencé des recherches pour la nounou qui prendrait à charge mon trésor le jour je serais forcée de reprendre le travail : je m’étais (presque) convaincue qu’un boulot de mère au foyer n’était pas une option [même si être honnête, elle me le semblait]. C’était mon enfant à naître et ma bouée de secours dans un monde que je trouvais particulièrement difficile.

J’avais beau appréhendé la naissance et les premiers mois que je savais qui seraient ardus, je voyais bien qu’Aurora s’en était sorti avec trois enfants et que je réussirais sans doute à m’en sortir également : après tout, je n’en aurais qu’un seul et unique comme responsabilité et non pas toute une petite marmaille. Je savais que chaque enfant était différent et j’avais hâte de voir comment le mien serait et si je serais aussi bonne que ma sœur pour le faire grandir de la bonne manière. « J’en suis certaine ! Et je suis certains que ton Matteo indépendant va la faire à sa manière mais qu’il va encore t’aimer même quand il sera l’incarnation même de Belzébuth. » Après tout, c’était normal : l’adolescence c’est une période difficile soumise au joug des différentes hormones qui se décident de déclencher une véritable tempête. Je l’avais bien vu dans mes cours.

Mais mon esprit se trouva à vagabonder parce qu’il y avait cette douleur qui m’avais prise et qui me rappelait vaguement. J’en avais depuis quelque jours mais vraiment pas aussi régulière que ce que j’avais en ce moment. Il y avait eu ce genre d’écoulement que j’avais eu ce matin : le bouchon probablement. Et mon esprit tournait à une vitesse folle pour essayer de trouver si je devais confirmer que c’était probablement déjà le temps. « Je… ne sais pas mais… ce n’était pas un coup de pied… et ça ressemblait à quand… » mais la mention de ma fausse-couche avec Maria se perdit. À 26 semaines de grossesse, la fin de ma grossesse avait été médicament provoqué avec une teinte amère d’accouchement traumatique. Les mêmes douleurs qui m’avaient mené à tenir contre moi un minuscule bout d’humain dont le cœur ne battait déjà plus dans mon corps. Un ange passa sous le mémoire de cet enfant et l’autre vague me pris dans le ventre me faisant doucement plié : elles étaient trop proches, trop régulières et trop fortes pour être du faux travail. Après avoir retenu mon souffle le temps que l’étau relâche sa pression sur mon ventre, je hochais doucement la tête : « Oui… c’est clairement pour aujourd’hui… et j’ai peur qu’il soit pressé. » finis-je par dire en me relevant lentement de ma chaise. Un doux mélange d’appréhension et de joie se baignait doucement dans ma voix. J’hochais la tête lorsqu’Aurora proposa de prendre le chemin de l’hôpital. Je réalisais cependant que ma valise contenant l’essentiel pour l’après-accouchement n’était pas sur le pas de la porte. La volée d’escalier me semblait une montagne indomptable « Ma valise est en haut. Tu penses que tu pourrais aller la chercher ? » dis-je d’une voix tendue en fixant le bracelet de ma montre pour essayer d’estimer le temps entre les deux vagues qui me semblait déjà plus longues que celle que j’avais eu dans les derniers jours. À tâtons, j’enfilais mes souliers plats pour m’appuyer contre le mur et gémir un « Aurora… vite. » alors que le pic qui semblait durer une éternité.


We live, we love
When we're coming up to the end of the road. So what do we do then with tragedy around the bend? We live. We love. We forgive and never give up, because the days we are given are gifts from above. Today we remember to live and love.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Everything is gonna be alright || PV Aurora Empty
Sujet: Re: Everything is gonna be alright || PV Aurora ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Everything is gonna be alright || PV Aurora -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut