Revenir en haut
Aller en bas


 

- Un'altra possibilità. // Terrence -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ishbel Tejeiro10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ishbel Tejeiro
https://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-m https://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
Faceclaim : Natalie Portman @jenesaispas + bone_echo
Messages : 369 - Points : 1184
Un'altra possibilità. // Terrence 200
Âge : 35 ans
Métier : Femme au foyer, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Un'altra possibilità. // Terrence ( le Dim 7 Juin 2020 - 0:13 )
Le divorce avait été prononcé. Ce matin, elle avait appelé son patron pour le prévenir qu’elle serait en retard durant la réunion mensuel pour faire le point sur l’écurie Ferrari. Ishbel n’arrivait toujours pas à croire qu’elle avait réussis à avoir un contrat avec cette grande entreprise. Cela était presque… Trop beau pour être vrai. Comme si le divorce avait lever le voile sur un avenir glorieux qu’elle n’aurait jamais put imaginer. Maintenant dans le fait accomplis, elle pouvait appréhender la vie avec une légèreté longtemps convoitée. Si elle avait encore peur de temps en temps, si ses bégaiements n’étaient pas prêt de disparaître : il y avait du positif dans sa vie. Cela n’était pas trop tôt. Longuement du était ce dernier. Elle avait repris le chemin de l’école tout en pratiquant sa profession d’avocat : faisant une remise à niveau.

Sortant son téléphone de sa poche, elle vérifia l’heure et savait qu’elle pourrait arriver moins en retard si elle prenait une voiture. Il était cependant hors de questions de faire une telle chose. Elle avait toujours bien trop peur. Une douce ironie quand on savait pour qui elle travaillait maintenant. Ishbel devrait un jour vaincre cette peur. Pas aujourd’hui, probablement pas demain. Mais tant pis. L’avocate monta sur son vélo, passa son sac derrière son dos et pédala jusqu’à l’immeuble où les bureaux de Ferrari étaient. Accrochant son véhicule à deux-roues dans le garage dédié à ces derniers, elle remit en place son tailleur et essuya avec un mouchoir de sa nuque les quelques gouttes de sueurs qui y coulaient. S’allumant le reste de son joint, elle le fuma rapidement pour s’assurer ne pas avoir de bégaiements. Pour s’assurer qu’elle ne sentait pas cette douce drogue, elle devait se rafraîchir. Un petit peu de déodorant puis un peu de parfum pour être certain qu’elle sentait toujours bon et la voilà à s’engouffrer dans le bâtiment.

Ouvrant discrètement la porte, elle rentra dans la pièce pleine d’hommes d’affaires. Elle s’installa dans le fond avec les autres avocats et sortit son calepin pour prendre des notes. Elle était douée pour ça, Ishbel avait toujours été studieuse. À la fin de la réunion, elle laissa tout le monde partir. Prenant son courage à deux mains, elle se leva et se dirigea vers son patron. Celui qui lui avait tendu la main sans même savoir au combien ce geste l’avait sauvé.

“Un moment de votre temps, s’il vous plaît Segniore Delaney.” Elle sourit. “Je voulais vous remercier encore, de m’avoir permis de rater un peu cette réunion.” Ishbel se racla la gorge et décida de faire quelque chose de surprenant pour elle : “Est-ce que … Est-ce que je peux vous inviter au restaurant pour vous remercier ?” Demanda-t-elle en gardant une risette plus franche que celle d’avant.


FEAR
- Tu mens souvent ? - Qu’est ce que tu appelles « souvent » ? - Suffisamment pour être traitée de menteuse.. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Terrence Delaney
http://www.ciao-vecchio.com/t7225-terrence-seconde-apres-seconde http://www.ciao-vecchio.com/t7234-terrence-radioactive
Faceclaim : michael fassbender + @mary
Messages : 943 - Points : 559
Un'altra possibilità. // Terrence Tumblr_inline_p82biqOhKH1ro4fjb_540
Âge : 39 ans.
Métier : Propriétaire des écuries Ferrari dont il a repris la gérance après sa sortie de prison en collaboration avec son frère Jack.
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Re: Un'altra possibilità. // Terrence ( le Dim 14 Juin 2020 - 18:31 )


un'altra possibilità.
☾☾ - (Ishrence #1)



La réunion mensuelle avec l’ensemble des avocats s’était plutôt bien passée en vue du contexte actuel dans l’écurie. La plupart des avocats étaient tendus, conscient que le moindre de leurs faits et gestes pouvaient être scrutés, décortiqués et analysés comme une possible supposition d’angoisse liée à une culpabilité. Il n’en était rien. S’ils se trouvaient dans cette pièce, c’était parce que l’enquête interne menée dans le plus grand secret n’avait rien à révélé entre eux. De nouvelles têtes étaient visibles dans ce panorama mensuel dont il supervisait la réunion en collaboration avec quelques-uns de ses assistants. Il avait averti ses collaborateurs que l’avocate Ishbel Teijeiro aurait du retard, puisqu’elle l’avait contacté. Il ne s’était pas formalisé du regard intrigué que ces derniers lui avaient retourné. Cela n’avait rien d’étrange qu’elle l’ait contacté puisque c’était lui qui l’avait engagé comme deux autres nouveaux avocats. Finalement, cela lui semblait la meilleure approche à prendre et il comptait bien bousculer les procédures établies dans ce domaine pour s’assurer que les soucis qui ont ternis l’ambiance dans l’écurie ne se reproduisent plus. Ainsi l’arrivée discrète de la jeune femme qui a capturé son attention lors des entretiens, est passée inaperçue puisqu’elle avait été annoncée, lui laissant naturellement prendre ses marques sans souffrir de regards curieux. En retrait lors de cette réunion du fait de son dernier malaise, Terrence observe l’ensemble des avocats prendre des notes ou intervenir tout en prenant des notes sur son ordinateur tout en regardant quelques mails pour voir s’il n’y a rien d’urgent. La réunion finit par se terminer et l’ensemble des collaborations échangent quelques propos avant de quitter la pièce tandis qu’il s’applique à répondre à quelques mails avec cette dextérité qu’il a acquit au fil du temps. La monotonie de son travail actuel commence à se faire sentir, mais il se doit de le faire. Surtout maintenant qu’il n’a plus le droit de conquérir. Une voix féminine l’arrache de sa lecture et un sourire aimable vient naturellement ourler ses lippes. « Bonjour. Il me semble que je vous avais indiqué que vous pouviez m’appeler Terrence, Ishbel. » Il déclare d’une voix détachée alors qu’il vient rabattre le clapet de son ordinateur portable pour lui consacrer toute son attention. Il serait difficile de ne pas apprécier les courbes gracieuses de cette femme soigneusement mis en valeur dans ce costume simple et efficace, même si c’est résolument ses yeux qui touchent son âme. Il ne saurait l’expliquer, mais il y a quelque chose en eux, exprimant un passif qui ne semble pas être aisé, mais également une volonté d’avancée qui l’ont convaincu lors de leur entretien. « Ce n’est rien, je vous en prie. Tout le monde peut avoir d’autres impératifs. De plus, vous m’avez averti. » Il déclare dans ce sourire bienveillant qui lui colle à la peau tout en la fixant de manière perçante. Elle attise résolument sa curiosité, mais ne se l’explique pas réellement. Ce n’est qu’une collaboratrice et pourtant… Son invitation est surprenante, mais ne lui déplait absolument pas. Elle pourrait être inconvenable dans d’autres circonstances, mais il y a quelque chose dans la dynamique qui s’est impulsée entre eux qui rend l’action naturelle. « Je n’avais pas de plan pour ce midi, alors pourquoi pas ? » Il indique sans perdre de son expression avenante alors qu’il vient se redresser pour ranger ses affaires. « Je ramène juste mes affaires à mon bureau et nous pouvons aller déjeuner. » Il ajoute alors qu’il récupère ses affaires qu’il glisse sous son bras. « J’espère que ce n’est rien de grave qui vous a retenu ce matin ? » Il la questionne sous le ton de la discussion alors qu’il quitte la salle de réunion pour rejoindre son bureau qui est au même étage. « Vous n’avez rien manqué d’important, mais vous devriez avoir l’ensemble des éléments à retenir dans le compte rendu que Guilia va rédiger. D’ailleurs comment se déroule vos cours de remise à nouveau ? » Il continue avec chaleur alors qu’ils finissent par rejoindre son bureau où il dépose le tout sur son bureau et vient attraper sa veste de costume, son portefeuille qu’il glisse dans son pantalon avec son téléphone. « Je suis prêt si c’est bon pour vous. Si vous le souhaitez, vous pouvez déposer vos affaires sur le canapé pour ne pas vous encombrer pour le repas. » Il lui propose simplement dans un sourire en venant se poser légèrement sur le bois de son bureau. Il s’efforce de conserver autant que possible son énergie qui lui fait défaut ces derniers temps.



Nuits blanches
Un canon sur la tempe, j'ai le cœur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plaît. C'est violent mais c'est tendre presque animal, quand la trajectoire de la balle epouse les formes de tes hanches. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Ishbel Tejeiro10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ishbel Tejeiro
https://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-m https://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
Faceclaim : Natalie Portman @jenesaispas + bone_echo
Messages : 369 - Points : 1184
Un'altra possibilità. // Terrence 200
Âge : 35 ans
Métier : Femme au foyer, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Re: Un'altra possibilità. // Terrence ( le Jeu 18 Juin 2020 - 11:28 )
Revivre, Ishbel devait réapprendre à avancer. Seule. Enfin, elle avait sa famille et Valentina : au fond, elle ne pouvait pas demander plus. Pourtant, d’un point de vue sentimental : elle n’avait jamais été célibataire depuis des années. Le vide qu’avait laissé Sergio s’était remplie avec une mélancolie des jours heureux et de tout ce qu’elle n’avait pas put vivre avec Helmut. Il n’y avait pas un seul jour où il ne lui manquait pas. Encore plus durant le divorce et tous ces moments humiliants où son ancien mari à lever sa main sur elle. L’impuissance qui en avait résulté hantait encore ses pensées. Avait-elle le choix ? Oui. Il lui suffisait de tendre le bras et de saisir son destin. En avait-elle seulement envie ? Cela était une autre histoire. En attendant d’avoir une réponse qui plairait à son entourage : elle se contentait d’avancer un pas à la fois. Ishbel avait un nouveau travail, elle pouvait exercer à nouveau. Ce n’était pas pour défendre la veuve et l’orphelin, mais pour une personne qui avait quitté les bancs du tribunal pendant des années : cela était un bon début. Terrence Delaney semblait lui faire confiance, mieux encore, il lui laissait même le temps de se remettre à niveau et de faire des cours du soir sur le domaine juridique des business. Elle lui en était reconnaissante. Encore plus depuis qu’il avait accepté qu’elle manque la réunion avec les autres avocats de l’écurie pour aller récupérer les papiers signés de son divorce. Ishbel faisait maintenant partie officiellement du pourcentage de la population divorcer et cela lui brisait le cœur en un sens. Elle s’était toujours assurée d’avoir une vie parfaite et l’échec cuisant qu’elle avait essuyé était une plaie qui mettrait du temps avant de guérir. Elle ne savait pas même si un jour, elle arrêterait de faire du mal. Cheffe de famille, elle voulait donner la parfaite image. Incapable de faire une telle chose, elle en venait à remettre en question son sens du devoir et sa capacité à prendre soin de ses proches. Elle se devait de trouver une nouvelle dynamique et rapidement si elle ne voulait pas retomber dans un enfer quotidien.

À la fin de la réunion, elle prit son courage à deux mains pour faire quelque chose qu’elle n’avait pas fait depuis longtemps… Proposer à un homme d’aller manger quelque part avec elle. Pourtant, Ishbel le prenait à bras-le-corps, cette force nouvelle et spontanée, car Terrence avait été si gentil avec elle que cela était la moindre des choses. Elle n’avait pas été élevée chez les malpolis. Julian avait toujours mis un poids d’honneur à ce que ses filles aient les meilleures manières. Et elle voulait s’assurer que ces enseignements étaient respectés. Le remerciant d’abord, elle rougit un peu sans le vouloir quand il affirmait qu’elle pouvait l’appeler par son prénom.

“Un jour peut-être, mais … Pour l’instant, je n’ose pas.” Elle ne voulait pas l’offusquer ou rien. Elle voulait juste montrer tout le respect pour cet homme qui lui semblait irréprochable. Ishbel savait qu’elle avait probablement tort, mais tant qu’on ne lui prouvait pas le contraire : elle ferait son possible pour garder l’esprit ouvert. “Cela serait parfait.” Elle n’avait pas mangé, à dire vrai : à part du thé, du café de l’eau, très peu de chose passaient ses lèvres et sa frêle silhouette cachée par ses tailleurs montrait son anorexie. Sa sœur était boulimique, elle était anorexique… À croire que les Tejeiro ne savaient pas comment vivre sainement. “Oh non non, au contraire, cela est supposé être… Une nouvelle chance pour un nouveau départ.” Lui offrant un sourire à peu près confiant, bien que timide, Ishbel tentait de se convaincre plus qu’elle ne voulait se convaincre. Suivant son patron, elle l’écouta attentivement. “Merci, oui, j’irai la voir après la pause déjeuner pour lui demander ce que j’ai manqué.” Elle s’entendait bien avec Guilia. “Très bien, je pense avoir fini dans trois semaines : c’est tellement intéressant et différent de ce que j’ai appris. Voyez-vous, ma spécialité à l’université était les lois carcérales. Sauver les innocents des jugements hâtifs et infondés… C’était ça mon cheval de bataille.” Mais elle n’aurait pas la force de faire ça aujourd’hui. Principalement parce que si elle devait défendre un homme qui a battu sa femme ou inversement : Ishbel savait qu’elle le laisserait volontiers l’accuser, se faire condamner.

Posant ses affaires sur le canapé, elle ne garda que son sac à main qu’elle sortit du sac à dos : toujours prête pour les éventualités qui s’offraient à elle. Elle hocha la tête pour montrer qu’elle était prête et ressortit du bureau.

“Un nouveau restaurant vient d’ouvrir tout près, un restaurant japonais je crois. Vous voulez essayer d’y aller ?”
Ishbel n’avait pas mangé dans un restaurant depuis des mois et aujourd’hui : il était temps pour elle de célébrer cette nouvelle vie qui s’offrait à elle. “A moins que vous ayez quelque chose d’autre en tête ? Je ne suis pas difficile.”


FEAR
- Tu mens souvent ? - Qu’est ce que tu appelles « souvent » ? - Suffisamment pour être traitée de menteuse.. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Terrence Delaney
http://www.ciao-vecchio.com/t7225-terrence-seconde-apres-seconde http://www.ciao-vecchio.com/t7234-terrence-radioactive
Faceclaim : michael fassbender + @mary
Messages : 943 - Points : 559
Un'altra possibilità. // Terrence Tumblr_inline_p82biqOhKH1ro4fjb_540
Âge : 39 ans.
Métier : Propriétaire des écuries Ferrari dont il a repris la gérance après sa sortie de prison en collaboration avec son frère Jack.
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Re: Un'altra possibilità. // Terrence ( le Mer 1 Juil 2020 - 15:00 )


un'altra possibilità.
☾☾ - (Ishrence #1)



Son attention s’éloigne sans regret de ses mails pour se concentrer sur la jeune femme au charme résolument plaisant. Il n’est pas aveugle et apprécie résolument la beauté des formes de cette femme qui semble manquer de confiance en elle malgré son charme naturel. Le rougissement de ses joues est agréable à entrevoir même s’il n’en profite pas. Cela n’a jamais été son genre, mais il faut bien avouer que la jeune femme le touche plus que la majorité de ses collaborateurs. Il a pu observer de corps désirables parmi ses collaborateurs autant dans la gente masculine que féminine. Seulement, Ishbel semble différente sans même qu’il puisse se l’expliquer. Sans doute parce que c’est moi qui l’est embauchée et que j’ai découvert une fragilité qui m’a poussé à lui donner sa chance. Une vulnérabilité qu’il découvre de nouveau derrière cette pudeur qu’elle ne masque pas. « Sachez que vous en avez l’autorisation alors je ne manquerai pas de vous le rappeler à chaque occasion. » Il lui indique dans un sourire en coin alors que leur échange se lance. Son invitation est surprenante, mais nullement déplaisante. Un peu de compagnie ne sera pas de refus. Sa solitude le pèse et étant donné qu’ils sont dans le cadre professionnel, il n’y a aucun risque que leur échange dérape de son côté et il doute résolument que cette envie habite même les pensées de sa collaboratrice qui semble chercher un équilibre dans son existence. Il semblait encore fragile à première vue, mais qu’en savait-il en fin de compte ? Il n’était pas mieux que la jeune femme sur le plan personnel. Il récupère l’ensemble de ses affaires et l’invite à le suivre dans son bureau pour qu’il puisse les déposer. Il en profite simplement pour s’assurer que ce qui l’a retenu n’était rien de grave et il a le plaisir d’entendre qu’au contraire, c’était une ouverture pour un nouveau départ. « J’espère que ça sera le cas alors. » Il lui indique sur le ton de la conversation mais dans un ton sincère alors qu’il vient lui lancer un sourire simple, mais amical. Il s’efforce de la rassurer sur le contenu de la réunion dont elle aura la synthèse auprès de Guilia sa secrétaire. Il en profite également pour en savoir plus sur sa remise à niveau, car il ne peut s’empêcher de vouloir récolter quelques informations sur la jeune femme qui l’intrigue plus qu’il ne se l’avoue. « Effectivement, le droit des affaires est bien éloigné des lois carcérales. Est-ce que cela vous convient ? » Il la questionne afin de s’assurer de son bien-être alors qu’il pénètre dans son bureau pour déposer son ordinateur et récupérer ses effets personnels. Il ne veut pas qu’elle se sente redevable et s’implique dans une branche du droit qui ne lui conviendrait pas. Il a conscience que la jeune femme risque de se retrouver propulsée dans un monde de requin, mais il a sensibilisé l’un de ses plus vieux avocats et ami de sa famille à son sujet pour qu’il veille de loin sur elle. Cela lui a valu un regard intrigué de cet homme, mais il s’est juste contenté de lui faire comprendre qu’il lui faisait confiance et qu’il voulait lui donner sa chance. Il n’avait pas cherché plus à ce sujet, conscient de sa place malgré l’importance de ces conseils. Parés de leurs affaires personnelles, ils viennent faire chemin inverse et retrouve le couloir en direction de l’ascenseur qui les mènera à la sortie du bâtiment. « C’est une bonne idée. Cela me changera de la cuisine italienne dont je suis un grand friand. » Il lui indique dans un sourire satisfait. Il appuie sur le bouton de l’ascenseur et ils attendent silencieusement que les portes s’ouvrent pour s’immiscer à l’intérieur. Il indique le rez-de-chaussée et l’ascenseur vient amorcer sa descente. « Vous êtes plutôt sushis ou plats asiatiques traditionnels ? » Il la questionne dans un petit sourire en coin, afin de faire la conversation alors qu’il vient prendre appui contre la paroi de l’ascenseur, ressentant un léger coup de fatigue. Depuis son dernier malaise, il s’efforce de soulager son corps dès qu’il le peut, sachant que les insomnies persistent et finissent par se voir et accentués ses traits épuisés. D’ailleurs son ventre ne manque pas de se faire connaitre lui arrachant un rire franc. « Un bon repas ne sera pas de trop à ce que je vois. Je compte sur vous pour ne pas divulguer cette anecdote à vos collègues. » Il indique dans un petit sourire charmeur et mutin, résolument détendu. « Même si je pense que je peux vous faire confiance à ce sujet. » Un petit clin d’œil amical ponctue sa boutade alors que l’envie d’embraser une cigarette lui brûle le bout de ses doigts. Le besoin de nicotine se fait ressentir et il est fort à parier qu’il ne manquera pas d’en griller une dès qu’ils auront rejoins les rues passantes autour de leur immeuble.  


Nuits blanches
Un canon sur la tempe, j'ai le cœur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plaît. C'est violent mais c'est tendre presque animal, quand la trajectoire de la balle epouse les formes de tes hanches. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Ishbel Tejeiro10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ishbel Tejeiro
https://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-m https://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
Faceclaim : Natalie Portman @jenesaispas + bone_echo
Messages : 369 - Points : 1184
Un'altra possibilità. // Terrence 200
Âge : 35 ans
Métier : Femme au foyer, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Re: Un'altra possibilità. // Terrence ( le Sam 4 Juil 2020 - 19:37 )
Ishbel avait toujours peur d’être un poids pour tout le monde, surtout pour sa propre famille qui pourtant était là malgré les récents événements. Alors, demander son patron s’il voulait manger avec elle pour la pause déjeuner était un grand pas en avant. Si elle suivait un psy, le docteur serait probablement fier des progrès de sa patiente. L’avocate ne mangeait pas de ce pain-là. Elle préférait se soigner elle-même, ou bien ignorer les problèmes jusqu’à se retrouver au bord du gouffre et devoir choisir entre sauter ou bien embrasser l’adversité pour la vaincre. C’était ce qu’il s’était passé avec Sergio, c’est ce qu’il se passerait pour ses traumatismes du passé. Ou pas. Et dans le meilleur des cas : elle pourra se regarder une dernière fois dans le miroir en disant qu’elle avait fait son possible. Pathétique ? Oui, clairement. Ishbel se garderait bien de parler de cette pensée à quiconque. Encore moins à l’homme qui se tenait devant elle et qui insistait pour l’appeler par son prénom.

“Mon père m’a toujours appris à respecter la hiérarchie, il sera difficile de changer cela, mais je vous promets de prendre en considération cette autorisation.” L’appeler Terrence serait étrange, mais pourquoi pas ? En privée, enfin, si jamais ils se retrouvaient en dehors des locaux.

Surprise, elle se retrouverait presque désemparée si son système de défense n’était pas rôdé. Répondre, mais rester vague : voilà le véritable don d'Ishbel. Elle avait toujours été douée pour jouer sur la subtiliser des phrases. Jamais en dire trop, juste assez pour rassasier la curiosité des plus curieuse. Oui, le divorce allait être un nouveau départ. Une aventure effrayante qu’elle allait devoir faire seule. Il y avait sa famille, évidemment, mais en y repensant : durant sa vie d’adulte elle n’avait jamais été célibataire. Quelque chose d’effrayant. Encore plus quand votre confiance ne volait pas plus haut avion de papier. Parlant un peu de la réunion, elle hocha la tête quand il lui indiquait que les notes de Guilia pourraient l’aiguiller. Elle ne manquera pas de les étudier et de faire part de ses commentaires, si commentaires il y a.

“Je n’ai jamais eu la prétention de tout savoir, de tout connaître des lois et du droit en général. Je suis toujours heureuse d’apprendre et ajouter des cordes à mon arc.” Isabel ne mentait pas, elle était sincèrement heureuse de pouvoir retrouver le milieu juridique : même si cela voulait dire emprunter une voie différente que celle voulue, que celle de sa mère.

Rentrant dans le bureau de son patron, elle resta à l’entrée avant de poser ses affaires comme Monsieur Delaney le lui proposait. Il avait raison, ils seront bien plus à l’aise sans toutes leurs affaires avec eux. Elle ne garda que son téléphone portable qu’elle glissa dans la poche intérieure de sa veste. Sur le chemin de l’ascenseur, elle proposa d’essayer un nouveau restaurant qui venait d’ouvrir. L’occasion de voyager et d’éveiller leurs papilles avec de nouvelles saveurs même si Ishbel avait plutôt tendance à rester dans ce qu’elle connaissait.

“Moi aussi… Comme la plupart des personnes dans le monde.” Elle rigola doucement. “Nous avons l’avantage d’avoir ces mets à nos portes : pas besoin d’aller à Rome pour avoir une bonne pizza ou de bonnes lasagnes.” Rentrant dans l’ascenseur, Ishbel tourna sa tête pour le regarder et répondre à sa question : “Cela dépend de mes humeurs, en réalité… Je ne sors pas beaucoup.” Et même avant le divorce : elle n’allait ni au restaurant, ni au cinéma. “Et vous ?” Retour à l’envoyeur et cela lui permettait d’en apprendre plus sur Terrence. Après tout, ce repas allait être l’occasion de faire plus ample connaissance. Elle remarqua alors qu’il semblait se rattraper à la paroi de l’ascenseur. “Tout va bien ? Vous voulez que l’on reste ici et que l’on commande ?” S’inquiéta-t-elle. Les gargouilles qui sortirent de son ventre se firent entendre. Est-ce qu’il avait juste faim ? “Secret professionnel, les avocats sont les plus à mêmes de garder vos secrets comparés aux docteurs qui doivent les consigner dans votre dossier.” Un petit sourire pour ponctuer le tout, mais elle se jura intérieurement de garder un œil sur lui. Manquerait plus que son patron fasse un malaise quand elle était avec lui… Hors de question.

Les portes s’ouvrirent et elle sortit pour laisser la place à Terrence de faire de même. Se dirigeant vers les deux grandes portes de l’immeuble, elle les poussa pour les tenir et laisser à nouveau son patron suivre ses pas. Elle prit une longue inspiration en sentant un vent d’air frais effleurer son visage. Cela faisait tant du bien.

“C’est par-là.” Dit-elle en montrant le chemin : “Ce n’est pas loin.” Rajouta-t-elle avant de surenchérir : “C’est vrai que vous étiez un pilote de F1 ? Je ne sais pas si cela était un bruit de couloir ou bien si c’est un fait avéré.” Ishbel n’était pas du genre à faire sa fouine et à chercher, elle préférait poser les questions aux personnes concernées.


FEAR
- Tu mens souvent ? - Qu’est ce que tu appelles « souvent » ? - Suffisamment pour être traitée de menteuse.. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Terrence Delaney
http://www.ciao-vecchio.com/t7225-terrence-seconde-apres-seconde http://www.ciao-vecchio.com/t7234-terrence-radioactive
Faceclaim : michael fassbender + @mary
Messages : 943 - Points : 559
Un'altra possibilità. // Terrence Tumblr_inline_p82biqOhKH1ro4fjb_540
Âge : 39 ans.
Métier : Propriétaire des écuries Ferrari dont il a repris la gérance après sa sortie de prison en collaboration avec son frère Jack.
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Re: Un'altra possibilità. // Terrence ( le Mar 7 Juil 2020 - 19:14 )


un'altra possibilità.
☾☾ - (Ishrence #1)



Ishbel dégage résolument un charme bien à elle. Sa beauté est évidente et est mise en valeur par une posture à la fois digne et distinguée. Il n’a aucun doute sur le fait qu’elle a été bien éduquée. Elle le porte sur elle et sa formation de juriste ne fait qu’accentuer l’attitude rigoureuse dans laquelle elle s’enferme. Cela lui confère un magnétisme bien à elle, qui doit en faire tourner des têtes, d’autant plus lorsqu’il est soigneusement mis en valeur par cette teinte de fragilité qu’il peut entrevoir dans la couleur de ses rétines. Un peu comme si elle portait un masque au quotidien pour se préserver de démons qui la malmènent loin des regards étrangers. Un peu comme lui, depuis que son existence parfaite a basculé et qu’il s’est retrouvé sur le banc des accusés, avec la mort d’une personne sur la conscience et la vie détruite d’un homme qui avait encore tant de choses à accomplir. Un fardeau si lourd à porter qu’il a l’impression qu’il ne pourra jamais se relever de cette chute aux enfers. Sans doute qu’en lui donnant ce travail, il a voulu faire preuve de rédemption, de tendre une main à quelqu’un qui d’une certaine manière peut lui ressembler. Qu’est qu’il en sait après tout ? Il ne connait absolument rien de l’existence de sa salariée. Il s’est juste laissé porté par une intuition et sa propre faiblesse face à la beauté d’une femme l’amène a se laisser tenter par un déjeuner en toute innocence. Du moins, c’est ce qu’il s’efforce de croire pour ne pas lire entre les lignes de son propre comportement alors qu’il est résolument intrigué par cette femme. Pourquoi ressent-il le besoin de veiller sur elle ? Il ne saurait le dire et ne cherche pas à en connaitre les véritables raisons. Il le fait. C’est tout. « Ravi de l’entendre. Cela ne pourra que vous donner un peu plus d’expérience à l’avenir. » Il lui indique alors qu’ils tronquent leurs affaires de travail pour leurs effets personnels. Ils empruntent rapidement le chemin contraire pour retrouver l’ascenseur dans le but de rejoindre leur destination commune. Ils parlent tout naturellement de gastronomie. Ils partagent une passion commune pour la cuisine italienne, ce qui lui arrache un sourire. « D’autant plus lorsqu’un de ses meilleurs amis est un chef cuisinier de génie. Est-ce que vous connaissez la Trattoria de la famille Rinaldi ? » Il la questionne avant de poursuivre. « Si ce n’est pas le cas, je vous invite vous y rendre un de ces jours. N’hésitez pas à indiquer que vous venez de ma part. Vous allez sans doute vous régaler. » Il lui indique, toujours ravi de pouvoir faire de la publicité pour le restaurant d’Augusto dont il est résolument fan de son talent. Assez pour songer à changer de traiteur pour pouvoir bénéficier de ces délices lors d’évènements au sein de l’écurie. Quoi qu’il en soit, ils s’envolent pour l’Asie pour leur prochain repas et il enchaine tout naturellement sur le sujet. Un sourire ourle ses lippes alors qu’il murmure : « Et quelle est votre humeur aujourd’hui ? » Il la taquine de manière innocente, dans une expression avenante. « Je dirai plats traditionnels pour aujourd’hui. » Il déclare dans un sourire léger avant d’ajouter. « Je sors énormément. La plupart du temps pour les affaires, mais quand on vit seul, qu’on n’est pas très bon cuisinier, on privilégie les restaurants et les traiteurs. L’avantage, c’est que je connais les meilleures adresses de la ville. » Il indique dans un sourire qu’il rend désinvolte alors qu’il vient prendre appui sur la paroi lorsqu’un coup de fatigue vient accabler son échine. Une fébrilité qui ne passe pas inaperçue aux yeux de la jeune femme, qui résolument pleine de sollicitude lui propose de rester au bureau. « Je vous remercie, mais ça va. Un peu d’air nous fera du bien. » Il indique avant que son ventre ne gargouille et lui offre une opportunité pour détendre la tension que sa faiblesse aurait pu occasionner. Son sourire s’affermit à la réponse d’Ishbel à sa petite taquinerie. « Je ne suis pas certain que mon frère serait d’accord avec vous. » Il lui indique dans un sourire en coin. « Quoi qu’il ait toujours été à part. » Il ajoute alors que les portes s’ouvrent enfin et leur permet de retrouver la sortie. Son état de fébrilité semble avoir perturbé la jeune avocate qu’il sent plus vigilante, ce qui le trouble et le met légèrement mal à l’aise. Ce qui est idiot, mais sans doute que son égo apprécie peu l’idée d’inquiéter les gens qui l’entourant. Ses phalanges viennent rapidement trouver son paquet de cigarette dont il en extirpe une et la glisse entre ses lèvres. Il lui propose naturellement d’en prendre une si elle le souhaite avant de le ranger dans la poche de son pantalon. Il l’embrase pour en tirer une latte alors qu’il suit silencieusement la jeune femme vers le restaurant. La question de l’avocate le perturbe, même s’il s’efforce de ne rien montrer. Il se contente d’embraser sa cigarette dans des bouffées lentes et profondes. « Effectivement. J’ai été pilote. J’étais en GP2 series. C’est la succursale avant d’entrer en Formule 1. Cela m’a permis de connaitre les différents domaines de notre industrie. Cela m’a permis d’avoir connaissance du terrain pour ne pas faire d’erreurs lorsque les ingénieurs ont des idées irréalisables pour qu’elles puissent être appliquées sur le terrain. J’ai malheureusement dû m’arrêter il y a quatre ans désormais. » Il indique sans développer les raisons de son arrêt. Il n’a aucune idée de ce que disent les bruits de couloirs. Il lui offre une part de la vérité en lui laissant l’opportunité de creuser plus si elle le désire. Il verra s’il décide d’y répondre ou non. Sait-elle que je suis un meurtrier ? Même si cela n’a absolument pas été volontaire, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un homicide. Son regard s’assombrit alors qu’il s’efforce de contrôler les tremblements de sa main. « Est-ce que cela change votre regard sur moi ? » Il la questionne, résolument curieux, mais en adoptant une posture décontractée. Du moins en apparence.


Nuits blanches
Un canon sur la tempe, j'ai le cœur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plaît. C'est violent mais c'est tendre presque animal, quand la trajectoire de la balle epouse les formes de tes hanches. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Ishbel Tejeiro10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ishbel Tejeiro
https://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-m https://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
Faceclaim : Natalie Portman @jenesaispas + bone_echo
Messages : 369 - Points : 1184
Un'altra possibilità. // Terrence 200
Âge : 35 ans
Métier : Femme au foyer, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Re: Un'altra possibilità. // Terrence ( le Lun 10 Aoû 2020 - 21:00 )
Elle ne pourrait probablement jamais montrer sa reconnaissance envers l’homme qui était aujourd’hui son patron. À une époque où elle avait besoin d’avoir une lumière dans l’avenir, une preuve qu’elle pouvait vivre par elle-même : Ishbel avait eu la chance de pouvoir travailler pour Terrence et la maison Ferrari. Un comble pour une personne qui ne monte plus dans les voitures et dont ces dernières ont ruinés. Non, elles n’étaient pas directement responsables, mais elles étaient la cause de bien des malheurs dans son existence. Assez pour qu’elle les fuit comme la peste. Et malgré tout, la voilà à travailler dans les bureaux d’une écurie de course. Comme quoi, le destin avait une bien curieuse façon de montrer le chemin à emprunter. Ishbel pensait qu’en invitant Terrence, cela serait une petite attention pour lui montrer sa gratitude. Ce n’était pas grand chose et elle ne se considérait pas comme étant de la bonne compagnie, mais tant pis. Il avait accepté, c’est qu’il n’était si gêné que cela par sa présence. Affirmant être toujours avide de connaissance, c’était probablement ce qu’elle aimait faire le plus en rentrant chez elle : se mettre devant un documentaire. Son frère tirait parfois la gueule, mais capitulait quand son aîné tapait du pieds Qu’est-ce que Cisco pouvait lui refuser ? Rien.

Dans l’ascenseur, la cuisine est le sujet qui arrive sur la table. Surprise de l’entendre dire qu’un de ses meilleurs amis était cuisinier : “Non, je ne connais pas.” Elle réfléchit : “Peut-être que nous pourrions y aller si vous voulez ? Au lieu de voyager en Asie ?”

Cela serait un moyen de découvrir un autre restaurant. Elle n’était pas compliquée, Ishbel, tant qu’elle passait un bon moment. Et puis, elle avait beaucoup de mal à imposer ses choix alors si quelqu’un suggérait quelque chose : elle avait tendance à changer ses plans pour eux.

“Je ne vais pas souvent au restaurant, mais je garde le nom en tête si jamais nous n'y allons pas pour déjeuner.” Continuant de parler de la nourriture, elle sourit à sa question : “D’humeur à me laisser tenter par de nouvelles découvertes.” Et en entendant Terrence dire qu’il était d’humeur à manger traditionnel : elle sauta à nouveau sur l’occasion. “Allons donc voir votre ami alors.” Têtue vous avez dit ? “Je comprends, j’ai appris à cuisiner bien malgré moi, mais je ne suis pas un chef. Loin de là.” Elle avait arrêté cependant. Parce que faire des bons petits plats pour qu’ils refroidissent sur la table n’avait jamais été de son goût.

Attentionnée, inquiète, elle s’empressa de demander si Terrence allait bien en le voyant se rattraper au mur. Alors, elle ne met pas longtemps à lui proposer de rester ici : ils pourraient commander ou bien tout simplement juste en arrêter là pour qu’il puisse se reposer. Le principal étant que sa santé ne soit pas endommagée par cet interlude. Le ventre qui se mit à gargouiller fut un indice peut-être sur l’état dans lequel était son patron qui lui assura que son frère serait probablement en désaccord avec elle.

“Votre frère est docteur ?” Se permit-elle de demander. Une autre chose qu’elle n’aimait pas. Décidément… Terrence semblait être réellement son opposé. Comme il était étrange qu’elle soit séduite par son minois et sa présence. Le coeur à ses raisons que la raison ne peut pas comprendre.

Dehors, elle refusait poliment la cigarette proposée par son patron et se retenait de ne pas sortir un de ses joints. Techniquement, elle était au travail et il ne servait à rien que Terrence sache son petit travers qui lui permettait de converser si facilement de la sorte. Étant donné qu’ils allaient passer un peu de temps ensemble, elle voulait apprendre à le connaître, alors elle demanda si c’était vrai qu’il était ancien pilote de Formule 1. Ishbel n’y connaissait strictement rien, n’avait jamais cherché à s’intéresser au sujet, mais il était important d’en savoir plus sur les personnes qu’elle serait amené à défendre.

“Cela a dû être intéressant, de comprendre comment tout fonctionne.” Sans pouvoir se mettre à sa place, elle pouvait facilement voir l’attrait que ces premiers pas ont eu pour son patron. “Cela vous manque ?” Elle n’osa pas s’aventurer sur le pourquoi, il a arrêté. Ce n’étaient pas ses affaires après tout. “Pourquoi est-ce que cela changerait ma vision de vous ?” Elle était surprise qu’il demande ça. “Chacun est libre de ses mouvements, de choisir ses passions : je ne jugerais jamais quelqu’un sur ses passes-temps. Il faut de tout pour faire un monde. Je dois vous avouer que le monde automobile n’est pas ma tasse de thé de part ma relation avec les voitures en générales, cependant, je sais aussi que c’est grâce aux voitures de courses que la machinerie à pus faire des progrès : allant même jusqu’à influencer notre mode de vie au quotidien. Dans le coeur même de nos maisons.” Ishbel lui offrir un sourire rassurant : “Ne vous en faites pas, après tout : je travaille pour votre compagnie non ? J’aimerais que vous me voyiez comme une alliée."


FEAR
- Tu mens souvent ? - Qu’est ce que tu appelles « souvent » ? - Suffisamment pour être traitée de menteuse.. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Terrence Delaney
http://www.ciao-vecchio.com/t7225-terrence-seconde-apres-seconde http://www.ciao-vecchio.com/t7234-terrence-radioactive
Faceclaim : michael fassbender + @mary
Messages : 943 - Points : 559
Un'altra possibilità. // Terrence Tumblr_inline_p82biqOhKH1ro4fjb_540
Âge : 39 ans.
Métier : Propriétaire des écuries Ferrari dont il a repris la gérance après sa sortie de prison en collaboration avec son frère Jack.
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Re: Un'altra possibilità. // Terrence ( le Sam 22 Aoû 2020 - 19:38 )


un'altra possibilità.
☾☾ - (Ishrence #1)



L’idée soumise par l’avocate est tentante. L’idée de retrouver la Trattoria pour un bon repas est plaisante. Il n’a jamais été déçu par les mets de ce restaurant qui le nourrit plus qu’une grande partie des autres restaurants ou traiteurs. Pourtant, il ne voudrait nullement contrecarrer les plans de sa nouvelle salariée qui a déjà l’obligeance de l’inviter à déjeuner, bien qu’il en ignore toujours la cause. Enfin si, elle souhaite le remercier de lui faire confiance. C’est quelque chose de nouveau pour le pilote, car il est vrai qu’il s’est chargé pour la première fois du recrutement. Cela crée forcément un lien à part. Il lui a fait confiance et elle semble lui faire confiance à son tour. Du moins, assez pour se sentir redevable même s’il ne le voit pas sous cet angle. Il a vu un potentiel et une fragilité qui lui a fait comprendre qu’il devait lui donner sa chance. Il ignore toujours pourquoi cette impression s’est enlisée dans ses tripes lors de leur entretien, mais à la fin de la journée, il s’est souvenu d’elle et son choix s’est naturellement arrêté sur elle. « Comme vous voulez. Votons pour la Trattoria. » Il indique avec détachement. Il ne voit aucun inconvénient à l’accompagner dans ce lieu qui lui tient à cœur et s’il peut satisfaire les babilles de la demoiselle grâce à la cuisine de son ami, encore plus. Sans crier garde, il sent son corps flancher. Il prend appui sur un mur pour ne pas basculer, mais le mouvement est assez soudain pour inquiéter la jeune femme. Il dédramatise la situation et son ventre l’aide à rendre l’atmosphère plus légère. Ishbel semble avoir le sens du détail puisqu’elle rebondit avec aisance sur chaque élément qu’il lui divulgue. Pourquoi s’en étonne-t-il alors que c’est justement une des qualités qu’il lui a reconnues lors de leur entretien. « Enfin, il est médecin légiste, mais auparavant il était un médecin urgentiste. Un des meilleurs, mais sans doute que mon amour atterre mon jugement. » Il indique dans un sourire en coin alors qu’ils rejoignent l’extérieur du bâtiment où il fait demander son chauffeur alors qu’il embrasse sa cigarette. « Nous y serons plus rapidement en voiture, si ça vous convient. » Il lui propose naturellement, surtout pour s’économiser puisqu’il se sent légèrement amoindri. Ce n’est pas bon signe, il le sait. Il se doit de rester patient jusqu’à que les derniers examens confirment ou non le pire. Lorsqu’elle aborde son ancien statut de pilote de course, il se sent perturber, simplement parce les images de cette nuit terrible viennent s’enliser dans son esprit. Il n’a aucune raison de mentir même s’il ne développe par certaines zones d’ombre qui peuvent changer la donne et le regard qu’une salariée peut poser sur lui. Est-ce que ça lui manque ? Terriblement. Il a la passion de la vitesse dans le sang. L’adrénaline apportée par le bruit des moteurs et du crissement des pneus sur le bitume lui manque horriblement. La course fait partie de sa vie, mais il demeure résolument troublé par les souvenirs de cette nuit. La vérité est qu’il vient à peine de reprendre le volant sur un circuit et qu’il se fait violence pour ne pas le refaire, pour ne pas lancer sa voiture de course à fond sur les circuits et gouter de nouveau effrontément à ce bonheur qui faisait partie intégrale de sa vie. Je n’en ai plus le droit. « Parfois, mais on a plus besoin de moi ici que sur une piste de course. » Il indique dans une voix légèrement morne. Ce n’est pas un mensonge. C’est en tout cas la raison qu’il s’est donnée pour ne pas retourner sur les circuits et passer sous le regard assassin des critiques. Une nouvelle fois, la perspicacité d’Ishbel le prend de court. Il écoute silencieusement ce qu’elle lui répond et il se contente de hocher la tête. « Je vous fais confiance, mais si jamais votre regard venait à changer, je vous prierai de ne pas hésiter à m’en faire part, d’accord ? » Il lui indique en venant doucement presser son épaule dans un geste qui se fait intime sans en avoir eu l’intention. Il lui est venu naturellement alors il ne s’en formalise pas. Du moins, il essaye. « Vous avez raison, vous êtes mon alliée, alors je suppose que je vous dois une part de la vérité pour que vous ne vous trouviez pas en porte à faux à un moment donné. » Il lui indique avant de prendre une grande inspiration pour lui avouer sans réel tabou : « Il y a quatre ans, j’ai eu un grave accident de voiture. Une personne a perdu la vie. Deux en sont sorties avec des séquelles. Cette affaire a fait la une des journaux et a été étalée sur la place publique. Encore aujourd’hui, l’écurie paie encore les pots cassés de mon erreur et cet accident est une arme qui nous vise à chaque occasion où nous sommes en faiblesse. » Il indique en venant écraser son mégot de cigarette. Sa voix s’efforce d’être égale, mais son corps marque les effets de sa nervosité. Le tremblement de ses membres le trahit assurément tout comme sa manière d’éviter le regard de sa salariée. Cet accident n’appartient absolument pas au passé pour lui. Il le vit continuellement, jour et nuit dès que les images s’invitent à son esprit. Mais qui pourrait comprendre cela ? A part les victimes et les responsables de tels enfers vivants.


Nuits blanches
Un canon sur la tempe, j'ai le cœur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plaît. C'est violent mais c'est tendre presque animal, quand la trajectoire de la balle epouse les formes de tes hanches. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Ishbel Tejeiro10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ishbel Tejeiro
https://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-m https://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
Faceclaim : Natalie Portman @jenesaispas + bone_echo
Messages : 369 - Points : 1184
Un'altra possibilità. // Terrence 200
Âge : 35 ans
Métier : Femme au foyer, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Re: Un'altra possibilità. // Terrence ( le Mer 26 Aoû 2020 - 19:49 )
Heureusement de découvrir ce restaurant qui semblait tant tenir aux yeux de Terrence, Ishbel lui offrit probablement un de ses plus beau sourire quand il accepta d’aller là-bas et donc de changer les plans. Ce n’était pas pour lui déplaire, au moins elle était certaine qu’il mangerait bien à défaut de passer un bon moment. C’est que même si elle ne bégayait plus à cause de la drogue dans son système, elle était quelque peu rouillé quand il était question de faire la conversation. Pourtant, il fut un temps où elle n’était pas du tout une femme introvertie. Mais les années sont passées par là, Sergio surtout et tout cela l’avait changé bien plus qu’elle ne voulait l’admettre. Si elle n’est pas douée pour maintenir une discussion, elle est en mesure de rebondir pour changer de sujet et ne pas s’attarder sur ce qui fâchait. Une compétence qu’elle à acquise à travers des dîners mondains.

“Médecin légiste ? Ce n’est pas courant.”
Elle n’en avait jamais rencontré à dire vrai. “Cela se voit que vous l’apprécier oui. Au final, une fratrie, c’est ce qui reste à la fin de toute chose. C’est important de garder un bon lien.” Qu’est-ce qu’elle ferait sans son frère et ses sœurs ? Elle ne sait pas. Même si Cisco était une épine parfois, elle était prête à le supporter sur des kilomètres, car il restait son frère. Et rien, ni personne ne pourra changer ça.

Dehors, elle ne s’attendait pas ce qu’ils doivent prendre la voiture. Soudainement, elle perdit toutes les couleurs sur son visage et se mise à trembler. La conversation n’arrange pas réellement la situation : Terrence était un pilote donc… La vie était décidément bien ironique et en même temps : à quoi s’attendait Ishbel ? Elle travaillait pour une écurie automobile après tout. L’avocate se contenta d’hocher la tête pour montrer qu’elle comprenait.

“Il faut bien une tête pensante derrière tout ça.” Et c’était tout à son honneur. Il était plus en sécurité dans des bureaux que sur la piste de course, que sur la route d’une façon générale. “Je vous le promets.” Ishbel savait qu’elle n’aurait pas de mal à tenir cette promesse. Bien qu’elle avait une aversion pour les voitures : elle respectait les préférences de chacun… Tant qu’on ne l’obligeait pas à faire de même !

Sa main sur son épaule la détend un peu, lui fait presque oublier l’inévitable. Surprise, elle leva son regard vers lui quand il se confia à elle. Non, elle ne s’attendait pas une telle confession et son cœur se serra tandis que ses tripes menaçaient de serrer trop les nœuds. Il avait donc causé un accident de voiture. Irrémédiablement, elle est plongée dans son passé et ne se rends même pas compte que Terrence est dans le même état qu’elle. Elle pouvait sentir la sueur dégouliner le long de sa colonne vertébrale.

“Je… Je… Je com-pr-ends…” Et voilà les bégaiements qui reviennent. “On n’oub-lie ja-mais.” Elle était bien placée pour le savoir. Ishbel prit une longue inspiration, essuya ses mains devenues moites contre sa veste. “Je ne sais qu-e tr-op b-ien ce qu-e vou-s vou-lez di-re.” Un sourire désolé s’afficha sur son visage, dommage qu’il ne puisse pas le voir clairement à cause de sa tête baissée : “On n’oub-lie ja-mais.”

La voiture se gara devant eux. La porte devant Ishbel semblait être celle des enfers. Tremblante, elle tendit son bras : se faisant violence pour ne pas céder à l’envie de prendre ses jambes à son cou ; ou pire de s’effondrer sous le poids de son chagrin et traumatisme. Suspendu dans les airs, son geste ne se termina pas. Elle ramena son bras contre elle, sécurisé rapidement par l’autre.

“Je… Dé-solée. Je ne peu-x pa-s.” Elle avala sa salive. “Do-nnez-moi l’addre-sse et je vou-s retrouve là-bas. Je vais pr-endr-e mon vé-lo.” Ishbel ne voyait pas d’alternative. Elle était rapide en vélo, plus qu’en voiture : elle arriverait probablement avant lui.


FEAR
- Tu mens souvent ? - Qu’est ce que tu appelles « souvent » ? - Suffisamment pour être traitée de menteuse.. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Terrence Delaney
http://www.ciao-vecchio.com/t7225-terrence-seconde-apres-seconde http://www.ciao-vecchio.com/t7234-terrence-radioactive
Faceclaim : michael fassbender + @mary
Messages : 943 - Points : 559
Un'altra possibilità. // Terrence Tumblr_inline_p82biqOhKH1ro4fjb_540
Âge : 39 ans.
Métier : Propriétaire des écuries Ferrari dont il a repris la gérance après sa sortie de prison en collaboration avec son frère Jack.
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Re: Un'altra possibilità. // Terrence ( le Mar 1 Sep 2020 - 23:53 )


un'altra possibilità.
☾☾ - (Ishrence #1)



Avouer cette faute n’est pas évidente. Il ne se la pardonne toujours pas et en parler cela le remue au plus profond de ses tripes. Il ne parvient pas à aller de l’avant, à faire son deuil d’une certaine manière. Il ne peut pas oublier tout ce qu’il s’est passé durant cette période et encore moins le décès de cette personne qui a définitivement changer le cours de son existence. Il a payé sa dette envers la société. Sans doute qu’il aurait pu s’en contenter s’il n’avait pas cette culpabilité qui pourrissait au fond de sa poitrine, l’entraînant dans un abyme dont il ne voit pas la fin. Comment accepter cette fatalité alors qu’on en est le responsable. Elle agit comme une gangrène qui empoisonne son cœur et son âme. Peut-être est-ce cette culpabilité qui lui arrache ses forces et le rend si fébrile ? Il aimerait croire qu’il s’agit d’un mauvais tour de son esprit éreinté, mais il a conscience qu’il se ment à lui-même pour éviter de faire face à une vérité qui menace de bousculer de nouveau son existence. Une fébrilité le gagne, fait trembler ses phalanges alors qu’il n’ose pas faire face au regard de sa salariée et protégée. C’est sa voix chevrotante qui attire son attention. Son bégaiement le prend de court et l’inquiète alors que ses propos viennent transpercer son âme comme une flèche qui va droit dans le mil. Ces paroles que seules une victime ou un coupable peut prononcer. Aurait-elle vécu une tragédie similaire ? La questionne brûle ses lèvres, mais il la contient alors que sa voiture vient se garer devant eux. L’agitation qui gagne Ishbel active son besoin de protection et il prend conscience que prendre la voiture est une mauvaise idée. « Oublions la voiture. » Il indique alors qu’il vient doucement se placer devant elle pour glisser ses mains sur ses bras qu’elle a ramené vers elle dans une position de protection. Elle n’est pas en état de prendre la voiture ou même le vélo. « Monsieur ? » La voix d’Alfonso, son chauffeur se trace un chemin jusqu’à son esprit alors que ses prunelles fébriles sont plongées dans celles de sa protégée. Son cœur bat vigoureusement dans sa poitrine à cause du trouble profond qui l’assaille. « Alfonso. Pourrais-tu aller à la Trattoria d’Augusto pour prendre deux menus et les livrer dans mon bureau ? » Il lui indique dans un ordre qui donne l’illusion qu’il lui demande une faveur. « Bien entendu, Monsieur. » Il lui indique avant de reprendre place dans le véhicule après avoir fermé la porte qu’il avait ouvert quelques secondes auparavant. Le contact de ses menottes se veut léger et protecteur alors qu’il vient réaliser de légers tremblements. « Tout va bien. Je suis désolé si j’ai réveillé de mauvais souvenirs, Ishbel… Je… Je l’ignorais. » Il murmure dans une voix rauque. Il est mortifié d’avoir pu causer une quelconque douleur chez cette jeune femme qu’il sent encore plus fragile que jamais. « Retournons dans mon bureau, voulez-vous bien ? » Il lui demande avec douceur en venant relâcher la pression autour de ses épaules. Il se contente de lui offrir sa menotte, paume tendue vers le haut pour le lui laisser la possibilité de s’en saisir ou non. Inconsciemment, la réaction d’Ishbel lui fera comprendre si elle le voit comme un monstre, ce qu’il est résolument à ses propres yeux, ou s’il demeure un homme digne de confiance pour elle. A cet instant, c’est comme si sa vie dépendait de sa réaction, ce qui le trouble résolument et accentue les battements effrénés de son myocarde dans sa poitrine.  


Nuits blanches
Un canon sur la tempe, j'ai le cœur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plaît. C'est violent mais c'est tendre presque animal, quand la trajectoire de la balle epouse les formes de tes hanches. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Un'altra possibilità. // Terrence Empty
Sujet: Re: Un'altra possibilità. // Terrence ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Un'altra possibilità. // Terrence -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant