Revenir en haut
Aller en bas


 

- Écume. [ Misako -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Bambi eyes (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1470 - Points : 2031
Écume. [ Misako Tumblr_lxn86tzd6v1r9z4hao1_500
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Écume. [ Misako ( le Jeu 11 Juin 2020 - 17:57 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

Tu mets une dernière touche à ta future chorégraphie. Tu ébauches quelques mouvements pour être certaine que les enchaînements tombent à la perfection. Et une fois que tu es satisfaite tu prends une pause. Il est plus de 17h et tu as envie d'une bonne douche. Ensuite tu sortiras pour faire quelques courses. Pas spécialement envie de cuisiner ce soir, alors tu passeras par un de tes restaurants préférés pour récupérer de quoi t'alimenter. Un repas que tu prendras devant ta télé, ou alors sur ta terrasse si le temps est clément. Et avant de rentrer tu t'arrêteras chez ta fleuriste préférée. Un peu avant la fermeture, d'abord pour prendre un bouquet ou deux, voir trois. Ensuite pour la remercier, c'est elle qui te porte les fleurs que t'offrent tes admirateurs. Et ils sont toujours des plus magnifiques. La belle Misako tu la couves d'un regard particulier. Tu n'es pas encore certaine qu'elle a remarqué ton petit jeu. Il faut dire que tu restes discrète. Ton regard se fait plus de velours quand tu es en face d'elle. Tu uses de douceur, ne voulant la brusquer. Elle semble si innocente. Elle est comme les fleurs qu'elle vend avec passion. Elle semble même enveloppée de leurs enivrants parfums. Sous la douche tu penses un peu à cette jolie brune aux traits asiatiques. Avant que ton Clyde et ta Bonnie viennent se glisser en toute illégalité dans ta tête. Tes mains se mettent à jouer sur ta peau avide de les sentir. Tu es en manque. Difficile d'avoir tes amants quand le couple vit son amour à Naples. Pas de voyage pour Adrian en ce moment. Pas d'instant de liberté avec ta belle Calliope. Alors tu cherches ailleurs afin de combler le manque. Parce que tes mains elles sont bien, mais elles ne suffisent pas toujours à apaiser ta faim.

Une fois ta douche finie, tu choisis avec goût ta tenue. Une tenue affriolante qui mettra en valeur ton corps. Sans trop en dévoiler. Sans être vulgaire. La sensualité frôle tes courbes avec délice et tu es heureuse de l'image que renvoie ton miroir. Femme fatale, exquise, presque sulfureuse. Ou le tissu cache juste en effleurant ta peau nue. Des sous vêtements en satin et une robe en soie fluide. Un dégradé de couleur, des plis qui entourent tes formes, une fente qui s'égare contre ta jambe. Tu sortirais bien pieds nus, mais en ville il est plus prudent de porter des chaussures. Tu optes pour des talons qui finiront d'affiner ta silhouette. Ton sac et te voilà en voiture. Un petit tour dans les rues de Naples. Un coup de fil à ton restaurant pour que tout soit prêt au moment où tu passeras. Tu te gares et tu arrives une demi heure avant la fermeture dans la boutique de la jolie fleuriste. « Bonjour. » Sourire aux lèvres ta voix est enjouée. La belle Misako est en train de servir un client. Tu en profites pour regarder. Tout en restant visible aux yeux de la belle. Tu caresses les fleurs du bout des doigts. Te mordant parfois la lèvre inférieure. Chaque geste respire la sensualité. Tu délivres des gouttelettes d'érotisme. Puis quand son client sort tu t'approches d'elle. « Je tenais à voir remercier personnellement pour les derniers fleurs livrées, de vraies petites merveilles. Et si odorantes. » Tu avances ta main pour serrer la sienne. Mais le contact reste un effleurement. Tu laisses traîner tes doigts pour que le toucher ne soit qu'une fine caresse. Comme si une plume s'attardait sur sa main. « Et là je voudrais des bouquets pour ma villa. Un assez imposant pour mettre dans mon salon. Un plus discret pour ma chambre. Un éclatant pour ma cuisine et puis un que je pourrais mettre à l'entrée style champêtre. Enfin c'est juste pour vous donner des idées je vous fais confiance. » Tu la regardes avec un peu plus d’insistance mais sans que cela ne devienne gênant. « Vous me proposez quoi ? » Ta voix se fait curieuse alors que tes doigts se sont retirés aussi doucement que possible. « J'espère que je ne m'y prends pas trop tard. » Voix innocente, comme si tu n'avais pas calculé ton coup d'abord pour être tranquille et puis dans l'idée de lui proposer un verre à la fermeture.


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
Le palpitant s'agite quand ils s'approchent. La brulure glisse sur sa peau, sous sa peau quand ils l'effleurent. L'envie se fait vorace, vivace quand le désir s'invite avec insolence au creux de ses reins. Ils sont sa perte. Sa délicieuse perte.

   


Dernière édition par Satine Vasilis le Dim 26 Juil 2020 - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @Moonic @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Messages : 608 - Points : 766
Écume. [ Misako Ae9b620cb25c376fea4a60430fad337c
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Ven 12 Juin 2020 - 20:44 )
Misako avait perdu son entrain. Avec Arthur dans sa vie, elle avait trouvé une raison de vivre, tout simplement. Depuis qu’il ne répondait plus à ses messages, qu’il ne semblait plus être chez lui : elle ne savait plus quoi faire. Elle avait l’impression de se faire abandonner à nouveau. Au fond, elle commençait tout simplement à réaliser que son enfoiré de père avait probablement raison : elle ne méritait pas d’être aimée. On ne pouvait pas s’attacher à elle : Misako était nocive. Peut-être que cela était vrai, après tout. Sa grand-mère lui avait dit que certains esprits ne voulaient pas l’approcher quand elle était à Osaka. Elle aurait aimé avoir cette sensibilité comme les autres femmes de sa famille, mais elle ne pouvait pas voir les entités : juste les sentir quand ces dernières le voulaient. La journée s’était déroulée lentement, mais sûrement. Les clients habituels étaient venus prendre de ses nouvelles : cela faisait à peine quelques semaines qu’elle avait rouvert depuis son agression. Se moquant de la loi, elle gardait maintenant son katana avec elle en permanence. Que cela soit sous le comptoir, sous son oreiller ou bien caché au fond des cartons de livraisons quand elle était dehors. Misako avait eu peur, elle avait encore peur, mais elle se ré entraînait de nouveau. Elle se préparait physiquement et psychologiquement : au cas où les connards reviendraient l’attaquer, elle serait prête.

Proche de la fermeture, alors qu’elle parlait avec une ancienne cliente de l’ancien propriétaire : Misako releva la tête pour croiser le regard doux et sensuel de Satine. Une de ses meilleures clientes. Que cela soit par ses commandes ou bien par celles passées par ses admirateurs : pour sûr qu’elle n’était jamais à court de travail grâce à elle. Elle salua la vieille dame, la raccompagna à la porte avant de refermer derrière elle.

“Oh il n’y a pas de soucis.” Elle sourit : “Sans vouloir vous flatter, je peux vous dire sans mentir que sans vous : la boutique ne marcherait pas aussi bien.” Doucement, elle repassa derrière le comptoir après avoir serré la délicate main de Satine. Son parfum rivalisait avec le parfum des fleurs. Elle sortit son carnet pour prendre note. Hochant la tête de temps en temps, elle notait déjà quelques idées et des noms de fleurs. “Une préférence au niveau des espèces ? Une couleur précise peut-être ?” Redressant la tête, elle sourit doucement à Satine : “Non, il n’est jamais trop tard.” Misako glissa le bout du crayon entre ses lèvres : “Je peux vous montrer le dernier arrivage si vous le souhaitez ? Je peux m’occuper de faire votre commande ce soir pour la livrer demain ?"




Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Bambi eyes (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1470 - Points : 2031
Écume. [ Misako Tumblr_lxn86tzd6v1r9z4hao1_500
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Mar 23 Juin 2020 - 16:28 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

Certains pourraient dire que tu as tout minutieusement calculée. La tenue que tu portes. L'heure à laquelle tu rentres dans sa boutique. Le doux regard que tu poses sur elle, alors qu'elle accompagne sa cliente à la porte. La voix que tu prends pour lui parler de ses dernières livraisons. Tu joues la charmeuse, sans que cela éclate réellement aux yeux de la belle Misako, parce que tu restes discrète. Tu distilles juste pour que son esprit puisse capter la sensualité qui se glisse dans l'échange. La belle asiatique te plaît. Et lorsque tes mains rentrent en contact avec les fleurs que la belle a admirablement rassemblé, tu as l'impression d'effleurer sa peau. Alors que ta dextre ne frôle que les tendres tiges ou les pétales odorantes. Et tu es troublée, par cette façon de la sentir grâce aux fleurs qu'elle allie admirablement et qui viennent orner ta loge ou ta villa. Chaque composition délivre un message de son cœur et de son âme. L'accord parfait des couleurs, qui libère des images d'évasion, de passion, d'attention. L'accord parfait des sentiers qui sont choisies avec soin et qui pourraient te faire t'envoler. Elle délivre sans y songer des messages d'amour, l'amour de tes admirateurs, mais aussi l'amour que Misako porte à son métier. Et ils sont loin de te laisser indifférente ses bouquets. Parce qu'ils égrainent l'univers de la belle asiatique, émoustillant tes envies. Celle de faire davantage connaissance. Celle d'en apprendre plus sur elle. Celle de la frôler elle sans la toucher au travers d'une fleur qu'elle aurait caressé avant de la disposer dans un de tes bouquets. Sublime moment que tu n'as pas eu encore l'occasion de vivre. Enfin si un peu dans un serrement de main, mais rien de bien éternel, juste de l'éphémère. Alors que là tu rêves de sublime. D'audace qui donnerait à son corps les frissons, les prémisses d'une danse plus osée. Mais avant il faut l'apprivoiser, la troubler, la bousculer. Avec grâce et respect. La titiller juste pour te faire mordre ta lèvre afin te retenir de mordre la sienne. Divine diablesse qui aime jeter le trouble dans les esprits. Te voilà en appétit alors qu'elle s'approche. Plus prêt avant de t'échapper en passant derrière son comptoir. Dommage.

« Merci je suis ravie de l'apprendre. Il est vrai que mes admirateurs me gâtent. Et ils savent que j'aime les fleurs. » Les votre en particulier, mais ce n'est que ton âme qui prononce ces mots. Tu serres tes doigts quelques minutes comme pour retenir cette essence qu'elle a déposé quand vos mains se sont rencontrées. Tu lui parles des bouquets que tu souhaites, ils orneront avec délice les différentes pièces de ta villa. « Des roses en priorité, des pivoines aussi. Dans un dégradé de mauve pour ma chambre. Pour la cuisine un genre lever de soleil. Pour le salon je veux un bouquet qui donne envie de danser, qui éclate de vie. Mais je suis sûre que vous saurez faire des alliances parfaites. » Tu réponds à son sourire laissant tes yeux se perdre dans les siens. Tu t'excuses de venir aussi à cette heure, surtout pour une telle commande. Et lorsqu'elle glisse le crayon entre ses lèvres, tu te mets à penser que tu aimerais être à sa place. Mâchouillée doucement par ses lippes, taquinée par sa langue. Tu frissonnes même en te laissant envahir par des images où tout se finirait sur un lit de pétales multicolores. « C'est vrai vous êtes parfaite Misako. Vraiment parfaite. » Et tellement affriolante que tu pourrais en mouiller ta petite culotte. Vilaine Satine jamais rassasiée du pêcher de la chair. Toujours en recherche d'ivresse. Et encore plus quand tu es privée de ta Bonnie et de ton Clyde, qui eux s'en donnent à cœur joie dans leur lit conjugal. Alors que toi tu dépéris dans le tien froid et vide. Voir le dernier arrivage te convient parfaitement. Tu jubiles à l'idée que les pensées de la demoiselle seront tournées vers toi au cours de sa soirée, alors qu'elle préparera tes bouquets. Tu serais bien capable de l'attendre demain juste vêtue d'un déshabillé, tenue que tu sauras sublimer pour attirer le regard de Misako. Tu ne cherches pas à la pervertir, juste à la dévêtir. « Si vous vous occupez de moi ce soir, permettez moi de vous offrir un verre une fois les fleurs choisies. » Étirer le moment pour profiter de sa compagnie. Un peu plus. « Enfin si vous êtes libre bien sur. Je ne veux pas risquer d'éveiller des jalousies. » Habille réflexion, une façon de savoir si la belle est libre, après faudra voir si elle butinait une autre fleur peut la tenter.


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
Le palpitant s'agite quand ils s'approchent. La brulure glisse sur sa peau, sous sa peau quand ils l'effleurent. L'envie se fait vorace, vivace quand le désir s'invite avec insolence au creux de ses reins. Ils sont sa perte. Sa délicieuse perte.

   
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @Moonic @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Messages : 608 - Points : 766
Écume. [ Misako Ae9b620cb25c376fea4a60430fad337c
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Jeu 25 Juin 2020 - 20:22 )
Misako ne s’attendait pas à la sublime visite de Satine. Une femme qui transpire la classe, qui dégage une élégance comme jamais elle n’en avait été le témoin. Sur beaucoup de points, elle aimerait avoir son charisme et cette force dans son aura pour en imposer : sans même avoir à ouvrir la bouche. La fleuriste était une femme de l’ombre qui était aveuglée par la lumière radiant de l’artiste. Elle ne devrait probablement pas côtoyer une telle personne, elle allait brûler ses ailes. Du coin de l’œil, elle l’avait vu et c’était à peine si elle avait mis à la porte le dernier client pour pouvoir lui parler. Bien trop heureuse de pouvoir faire des créations pour Satine, sa venue devait annoncer une prochaine commande. Entre ses admirateurs et elle : Misako était certaine de ne jamais être à court de travail. Pour son plus grand plaisir. Avoir l’esprit occupé et les mains, également, l’empêchaient de faire mille et une erreur. Comme celle d’ouvrir sa peau opaline et créer de nouvelles cicatrices. Qui tentait-elle d’impressionner ? D’attirer l’attention ? Plus personne. Elle vivait seule et cela était un mal pour un bien. Sa raison de vivre résidait dans l’idée d’être là pour sa sœur si elle a besoin. Emiko. Si la famille Adam avait des descendants Italiens : elles feraient partis de la maisonnée certainement. Il n’y avait qu’à voir leur dernière activité pour comprendre l’étendue de leur confort en présence de la mort.

Serrant la main de Satine, elle ne se fit pas prier pour la complimenter. Elle ne pourrait jamais tarir d’éloge la concernant. Une femme comme elle, on était juste chanceux de pouvoir respirer le même air. Misako le savait et comptait bien mettre les petits plats dans les grands pour qu’elle reste une cliente fidèle. Sortant son calepin, elle prit des notes, dessina à la va-vite quelques compositions avec les différents feuillages qui lui venait en tête. C’est que chaque commande était unique, mais elle réutilisait d’une à l’autre quelques idées.

“Je vois totalement, je pourrais combiner les roses et les pivoines avec des hortensias pour la base pour votre chambre ? Cela est plus original que les feuillages classiques et le parfum est assez subtil pour se mélanger.” Oui, cela pouvait fonctionner. Le bout du crayon entre ses dents, elle rougit bien malgré elle en l’entendant dire qu’elle était parfaite. “Je le suis car mes clients me donnent de beaux projets à faire. Un fleuriste n’est rien sans cela et il ne faut pas non plus oublier le rôle des fleurs. Ce sont elles les vraies artistes des compositions que je fais.” Modeste ? Bien trop. Elle préférait qu’on ne reconnaisse pas son travail, mais qu’on complimente la qualité des fleurs qu’elle achetait au gré des saisons.

Lui proposant de regarder le dernier arrivage, elle sourit en entendant la proposition. Non. Elle n’avait rien de prévu. Personne à voir. Arthur aurait probablement été présent ce soir : s’il n’avait pas fait un silence radio. Elle chassa cette pensée rapidement pour pouvoir répondre à la belle Satine :

“Rien de prévus ce soir, à part le travail. La seule chose qui sera jalouse de mon absence, c’est peut-être l’esprit qui m’a suivit du Japon.” Elle rigola doucement et lui fit signe de la suivre dans l’arrière-boutique. Une douce odeur de fleurs attrapa l’odorat de Misako qui immédiatement sourit un peu plus. “Je les ai rangées par couleurs, comme ça c’est plus facile.” La caisse à compost fait par ses soins pour les déchets ménagers était dans un coin : elle l’utilisait pour faire grandir ses propres fleurs, légumes et fruits. “Pour répondre à votre question : je serai ravie de passer la soirée avec vous. Après le verre, et si vous avez le temps, vous pourrez même participer à la confection des bouquets si vous voulez ?"




Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Bambi eyes (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1470 - Points : 2031
Écume. [ Misako Tumblr_lxn86tzd6v1r9z4hao1_500
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Sam 4 Juil 2020 - 12:06 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

La boutique devient un écrin intime quand Misako met sa dernière cliente à la porte. Tu souris, te sentant un peu victorieuse sur ce point là. Personne ne viendra vous déranger et c'est tout ce que tu souhaitais. A présent vous êtes juste toutes les deux entourées de fleurs multicolores et odorantes. Des sentiers qui pourraient enivrer. Des couleurs qui pourraient envoûter. Au milieu de cet univers la fleur la plus douce et la plus belle : Misako. Tu la trouves mystérieuse, et elle est parfaitement à sa place dans ce lieu ou elle apporte la touche chaleureuse et chatoyante. Une rose parmi les roses. Une rose que tu dévores de ton regard, que tu entoures de tes mots. Une rose que tu aimerais caresser en oubliant les épines qu'elle pourrait porter. Tu t'imagines la déshabiller autrement que de tes yeux. Tu la coucherais sur un lit de pétales délicatement parfumées, ou un dégradé de teintes chaudes donnerait à sa peau encore plus de reflet. Ton esprit divague, alors que tu lui expliques ce que tu souhaites. Elle est à l'écoute comme à chaque fois, prête à satisfaire le moindre de tes désirs. Elle déposera une part d'elle dans chacun des bouquets qu'elle exécutera et tu seras encore plus enchantée quand tu les effleureras pour sentir leurs parfums. Misako note et donne en retour ses idées pour combler tes désirs. « En effet l'association devrait donner un bouquet plein de charme. » Tu la vois rougir alors que ses lèvres s'attardent autour du crayon. Délicieuse image qui te fait frissonner. Tu souris à ses mots, Misako fait preuve de modestie. Et même si les fleurs restent au centre de la piste, elles ne seraient rien sans ses mains qui donnent naissance aux diverses créations. « Les clients vous donnent de beaux projets, vos fleurs les rendent réels. Mais c'est votre talent qui met en vie nos idées les liant à merveille aux fleurs que vous choisissez avec grand soin. Vous avez du talent. Vous êtes une artiste. » Ce n'est pas donné à tout le monde de trouver l'accord entre les couleurs, le choix des fleurs et des senteurs. Il faut qu'elle soit consciente de ce don qui rend chacune de ses pièces uniques et troublantes. « Vous êtes un peu comme moi. Vos fleurs se sont des danseurs. Vos bouquets des chorégraphies. Sans vous ces sublimes créations n'auraient pas le même rendues. N'auraient pas d'âme.» Il faut rendre à César ce qui appartient à César. Ce n'est que justice.

Et tu saisis l'occasion pour inviter Misako. Après tout elle se plie en quatre pour toi, lui offrir un verre est logique. Une façon de prolonger le moment. Une façon de découvrir cette fleur sublime dont tu aimerais humer le parfum avec plus d'insolence. Tu es certaine que le mariage de vos corps pourrait donner un bouquet exquis. « Un fantôme ? Vous aiguisez ma curiosité là. Est ce qu'il est dangereux ? Ou c'est un fantôme bienveillant ? Un ancêtre peut être ? » Tu ris également, mais tu restes pas mal surprise par cette révélation. Et tu la suis dans l’arrière boutique, heureuse de pouvoir voir l'antre dans lequel la belle travaille. Ce qui prime en priorité en entrant dans la pièce c'est l'effluve des parfums qui vient te titiller. Avant que tes yeux ne soient attirés par l'arc en ciel de couleurs. Tout est parfaitement rangé. Une palette de peintre se décline devant toi. « C'est magnifique. Tout est en harmonie, un vrai tableau de maître. » Tu trouvais la boutique superbe mais là tu es sous le charme. Elle se décide à répondre à ta proposition d'invitation. Misako est prête à passer la soirée avec toi. « Vous me prendriez comme apprenti ? » Tu la regardes avec douceur. « J'ai tout mon temps alors je serais vraiment enchantée de pouvoir apporter ma maigre contribution. Et c'est vraiment un art que j'admire et que je n'ai jamais eu la chance de frôler de prés. M'en donner l'occasion est vraiment très gentil. Quand je dis que vous êtes parfaite. » Petit sourire en coin, battement des cils. Charmeuse jusque dans tes gestes et dans ta démarche. Tu regardes avec intérêt toutes les fleurs qui s'offrent à toi. « Elles sont toutes tellement belle que le choix va être compliqué. » Mais tu sais que tu peux compter sur Misako pour t'aider dans cette démarche.


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
Le palpitant s'agite quand ils s'approchent. La brulure glisse sur sa peau, sous sa peau quand ils l'effleurent. L'envie se fait vorace, vivace quand le désir s'invite avec insolence au creux de ses reins. Ils sont sa perte. Sa délicieuse perte.

   
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @Moonic @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Messages : 608 - Points : 766
Écume. [ Misako Ae9b620cb25c376fea4a60430fad337c
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Lun 6 Juil 2020 - 13:53 )
Contente d’entendre Satine confirmer que ses idées lui plaisait, elle ne peut pas s’empêcher de se sentir gênée en entendant les compliments. C’est qu’elle n’était pas du genre à savoir comment réagir quand on faisait une telle chose : pire encore elle ne les acceptait jamais. Misako avait clairement dû mal à gratifier son travail, elle en était fière en un sens, de là à être consciente de la qualité de ses œuvres : il y avait un gouffre que jamais elle ne sera capable de franchir. Elle le savait. Était-ce un mal en soit ? Non, pas vraiment.

“Oh…” Elle se racla la gorge, laissant le rouge monter un peu plus à ses joues : “Merci de ces beaux compliments… Vraiment, mais je ne suis qu’un maillon d’une grande chaîne d’éléments qui font que.” Incapable de pleinement accepter ces douces paroles, Misako faisait ce qu’elle savait faire de mieux : se cacher par des dérobades. Modeste ou timidité ? Personne ne saurait le dire, elle y comprit. Peut-être un peu des deux. “Je ne crois pas avoir votre talent, mais j’aime beaucoup votre comparaison. Les fleurs méritent de récolter les lauriers de la gloire.” Peut-être qu’elle ferait un clin d’oeil à cela d’ailleurs dans une des compositions demander par Satine. Un petit clin d’œil pour la remercier de ces mots doux qui mettaient du baume sur son cœur de grande, déprimé qui ne reconnaissait jamais ses talents et ses qualités.

Ne pouvant refuser une telle invitation, elle se laissa volontiers porter par le moment et accepta cette dernière. Ce n’était pas son genre, pourtant, mais il fallait qu’elle change si elle voulait continuer de vivre. Misako se le devait. Les esprits la poussaient à s’ouvrir au monde qui lui tends les bras. Oui, elle risquait de se cogner à la vie, mais il ne pouvait pas plus la malmener. Elle avait déjà fait beaucoup de dégâts. Affirmant ne manquer à personne, elle est surprise d’entendre Satine être curieuse de l’entité qui vit avec elle.

“Je ne pense pas qu’il soit dangereux, je ne ressens pas d’énergie négative le concernant. Je pense que c’est une de mes ancêtres oui. Elle a dû s’accrocher au kimono dans sa chambre quand elle est morte et vu que ma grand-mère me l’a donné : elle m’a suivi. Au contraire, je dirais, elle est une présence… Apaisante.” Enfin, avec elle. Misako ne savait pas si elle accepterait bien que quelqu’un s’invite dans son appartement. Surtout une personne qui lui veut du mal. “Vous n’avez pas peur ?” Demanda-t-elle surprise, se retenant de demander si elle ne la prenait pas pour une folle.

L’emmenant dans l’arrière-boutique, elle voulait lui montrer le dernier arrivage pour qu’elle ait la primeur du choix. Misako dormait peu, n’aimait pas fermer les yeux alors travaillés était salvateur. La commande de la belle n’allait pas mettre de temps à se faire : c’était certain. Elle était toujours inspirée par Satine.

“Oui, je pense qu’elles sont heureuses d’être mises avec des semblables. Leur temps de vie est réduit, je fais tout pour prendre soin d’elle avant de m’en séparer.”
Chaque chose qui vit doit être traitée avec respect. Elle rigola doucement : “Si vous avez du temps à tuer, vous serez toujours la bienvenue ici.” Elle était sincère. “J’ai toujours du travail plein les bras, alors cela ne sera pas de refus.” Elle regarda l’heure. “Je vous laisse quelques instants, le temps de me changer. Je vous laisse les découvrir.” Dit-elle en pointant du menton les fleurs.

Misako s’éclipsa et monta à l’étage où son appartement était. Elle troquait son t-shirt de la journée pour un chemiser à rayures bleues. Elle se rafraîchit un peu et mit un peu d’eye-liner : quelque chose de naturel qui accentuait ses traits asiatiques. Hors de questions qu’on devine des origines italiennes. Celle de son père. Un peu de parfum naturel, une Pensée bleue invendue attachée avec une barrette pour tenir ses cheveux courts et la voilà prête. Elle redescendit et regarda Satine :

“Je suis prête quand vous voulez.” Aussi surprenant que cela était : Misako avait hâte. Cela lui évitera de ruminer le départ d’Arthur. “Vous m’emmenez où ?”




Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Bambi eyes (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1470 - Points : 2031
Écume. [ Misako Tumblr_lxn86tzd6v1r9z4hao1_500
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Dim 26 Juil 2020 - 14:36 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

Tu es sincère quand tu fais les compliments à Misako. Tu apprécies les compositions qu'elle fait, chaque fois qu'elle t'en apporte dans ta loge ou chez toi, tu es séduite. Elle sait parfaitement saisir l'essence des fleurs, le message qu'elles délivrent. Elle est attentionnée dans ses créations. Chaque bouquet décrit un instant de vie, une ode à l'espoir, autant dans les bouquets que tes fans lui commandent, que dans ceux que tu lui demandes. Misako tient compte de tout quand elle associe les fleurs, comme si les beautés associées racontaient une histoire. Celle de la vie, de l'envie, de la passion. L'histoire de la personne à qui elles sont destinées. Et tu ne peux pas ne pas lui dire combien ton cœur s'anime à chaque fois que tu reçois une de ses compositions. Après à cet instant il s'anime aussi parce que la belle t'attire. Tu frôles ses fleurs comme tu aimerais la frôler avec douceur et respect. Tu humes ses fleurs comme tu aimerais sentir sa peau dans le jeu de l'abandon charnel. Douce ivresse des sens que les couleurs et les odeurs rendent plus aiguisées, plus suaves. Tu ne mens pas même si tu choisis parfaitement tes mots, une façon de la troubler aussi. Tout en donnant au moment une saveur particulière. Et dans sa réponse tu vois bien que tu as fais mouche. Ce qui te fait sourire. Un sourire audacieux qui aimerait plus de rapprochement. D'effleurement. « Un maillon peut être mais un maillon important. » Tu susurres plus que tu ne parles réellement. Jouant habillement de la situation. De cette sensualité qui enveloppe l'instant. Misako est une fleur au milieu de ses fleurs. Mais une fleur bien plus exquise et au parfum bien plus envoûtant. Tu en profites pour l'inviter vu qu'elle va s'attarder à sa boutique par ta faute. La conversation se fait un peu plus personnelle. Tu aimes qu'elle te fasse confiance pour en venir à parler d'un fantôme qui s'est accroché à elle. Le sujet te rend curieuse et ne t'effraie nullement. « Non je n'ai pas peur. Le devrais-je ? Je ne vous veux pas de mal et je pense que votre fantôme le sait. Je crois beaucoup à ce genre de chose. J'aurais bien aimé que le fantôme de mon père ou de ma mère s'accroche à moi au moment où j'ai quitté Mytilène. » Ta voix se pare de mélancolie. Penser à ton île natale, à tes parents, te pince un peu le cœur. Parce que malgré les années la perte reste lourde. « Quand je retourne en Grèce c'est comme si je cherchais un peu à les retrouver. Je les vois parfois enlacés heureux de la vie que je mène. » Tu souris avant de la suivre dans l'arrière boutique.

Tu découvres sa caverne d'Ali Baba, son antre, le paradis où senteurs et couleurs enveloppent l'espace. C'est beau, un vrai tableau avec en son cœur la douce Misako, artiste manuelle qui met en partition ces beautés éphémères. « Il est vrai qu'une fois cueilli elles durent peu. C'est bien dommage mais c'est aussi ce qui fait leur attrait. Ce qui les rend unique. Et vous leurs donnez une belle vie même si elle ne dure que le temps de quelques soleils brûlants ou quelques quartiers de lune. » Du temps à tuer, tu n'en as pas spécialement, mais tu pourras en trouver pour grappiller quelques heures avec la belle Misako. « Cela me ferait vraiment plaisir et puis je suis sûre que votre univers me donnerait plein d'inspiration pour créer de nouvelles chorégraphies. » Tu les verrais bien intenses et douces, fragiles et fortes comme les fleurs qui s'étalent devant tes yeux sous le charme de leurs pétales. « Je suis en bonne compagnie. » Tu désignes aussi les fleurs d'un mouvement de tête, même si dans ton esprit c'est la compagnie de la belle qui se fait plus présent. « Je vous attends sagement. » Et tu la suis du regard, laissant tes yeux s'attarder sur ses courbes. Laissant tes yeux imaginer ce qui se cache au delà du tissu qui enveloppe la silhouette de la fleuriste. Ton esprit même vagabonde en la déshabillant mentalement et un frisson s'aventure de ta nuque au bas de ton dos. « Enivrante. » Et tu ne dis pas ce mot pour les fleurs, même si pour Misako c'est cette idée qui va la caresser. Tu profites de son absence pour glaner quelques senteurs de plus. Pour voir la fleur dans le bouton encore fermé. Tu imagines des danseurs lover dans l'écrin de leurs bras s'ouvrir à la vie comme s'ouvre une rose, ou une tulipe. C'est la voix de la demoiselle qui te sort de ta divagation. « Sublime. » Et ton regard glisse plus sur l'asiatique que sur les fleurs qui l'entourent. Tu souris pas du tout gênée de livrer un tel message. Elle est belle, naturelle, le regard rehaussé par un trait discret, les cheveux capturés par une fleur. « Si vous êtes prête on y va. » Et tu viens enrouler ton bras autour du sien. Contact physique plus clair et qui fait éclater en toi une délicieuse sensation. Elle te donne envie de tendresse et de douceur Misako. « Dans un endroit que vous allez aimer j'en suis certaine. C'est intime, comme un cocon et à la fois plein de vie. J'aime mis poser, cela active mon esprit créatif. » Et vous sortez de la boutique.

Le lieu où tu comptes amené Misako n'est pas très loin, il est très peu connu du grand public. Plus réservé à des artistes qui y viennent pour chercher à la fois le repos, le calme mais aussi l'inspiration. Vous vous y rendez à pied. Tu apprécies cette marche ou ton corps frôle celui de la fleuriste. Tu t'arrêtes et tu regardes la belle. « Vous me faites confiance ? » Une fois que tu as sa réponse. « Alors fermez les yeux. Je ne vous lâcherais pas. » Tu renforces avec douceur l'accroche de ton bras autour du sien. Quelques pas et vous y êtes. « Attention il y a trois marches. Voilà. » Puis vous entrez dans un couloir.  « Laissez vous faire. » Tu te baisses pour prendre ses pied l'un après l'autre. Tu les effleures de tes doigts tu lui ôtes ses chaussures. Le sol est tapissé de mousse fraîche, comme si vous marchiez dans une forêt. « Vous allez voir que les sensations sont bien plus intenses pieds nus. » Plus intenses et surtout plus sensuelles. Des odeurs boisées tapissent l'espace. « Quand j'arrive ici j'ai toujours la sensation de m'évader. Encore quelques pas et vous pourrez ouvrir vos yeux. » Tu stoppes à nouveau.  « Quelques secondes. » Tu poses une porte en bois qui grince, libérant plus les senteurs. « Ouvre tes yeux. »

Tu laisses le temps à Misako à s'habituer aux couleurs chatoyantes qui enveloppent l'endroit, du rouge, du orange, du vert, du bleu aussi. Le tout donné par les flammes des bougies et des braseros. Une douce musique soufflé par le léger courant d'air renforce l'intimité du lieu. Des tissus sont tendus sur les murs et les plafond tombant comme des pans de ciel étoilé ou des levers de soleil éclatant. Que les flammes renforcent de reflets. Le sol est fait tantôt de sable fin blanc, tantôt de terre rouge, tantôt d'herbe sauvage. Ce qui éveille des sensations diverses quand les pieds s'y posent. Une découverte quand on ne marche pas souvent pieds nus. « Ma table est par là. » Tu la guides dans un coin plus intimiste où se trouve une table basse. La badiane et la cannelle harmonieusement posées dessus, se mêlent. Des coussins dorés et moirés entourent la table taillée dans un bois brut. Un air d'orient s'invite au voyage. On peut même entendre en prêtant l'oreille de l'eau couler. « Est ce que cela te plaît ? » Tu as oublié le vouvoiement mais dans ce lieu toutes les barrières tombent pour laisser parler juste l'âme.  


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
Le palpitant s'agite quand ils s'approchent. La brulure glisse sur sa peau, sous sa peau quand ils l'effleurent. L'envie se fait vorace, vivace quand le désir s'invite avec insolence au creux de ses reins. Ils sont sa perte. Sa délicieuse perte.

   
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @Moonic @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Messages : 608 - Points : 766
Écume. [ Misako Ae9b620cb25c376fea4a60430fad337c
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Mer 29 Juil 2020 - 22:11 )
Les compliments sonnaient toujours faux dans ses oreilles, Misako n’avait jamais réussi à les accepter. Ce n’était juste… Pas possible. Elle préférait rester dans l’ombre et mettre la gloire sur le dos des autres, ou bien comme ici, des fleurs. Elles étaient les vraies stars au fond. La fleuriste ne faisait que les mettre en valeur, une beauté qui ne saurait pas être forcée sur elle. De fil en aiguille, la voilà se faire inviter par une de ses meilleures clientes. N’ayant rien d’autre à faire que de travailler et se morfondre, mieux valait pour elle suivre la magnifique Satine dans une aventure qu’elle savait déjà palpitante. Puisque la dame semble être intéressée par le fantôme, elle se permet de parler plus d’elle, car oui, Misako était presque certaine que c’était une femme qui logeait chez elle.

“Je n’ai que rarement rencontre des entités mauvaises.” Ne sachant pas si elle devait rebondir sur le fantôme de ses parents, elle pencha sa tête sur le côté : “Vous ne savez pas, peut-être qu’ils ne sont pas loin. Je pourrais demander à ma grand-mère comment vérifier si vous voulez ?” Après tout, elle avait aussi le don, apparemment, autant l’utiliser. “Alors jamais ils ne disparaîtront. Les souvenirs, les gens ont tendance à ne plus exister car les gens oublient.” Misako sourit, tentant de rendre cette phrase bienveillante. Satine semblait avoir un passif lourd, un qui ne regardait qu’elle.

La menant dans l’envers du décor, elle laissait l’artiste découvrir son atelier de création. Les effluves chatouillaient les narines, transportaient toujours Misako dans une sorte de transe : à un tel point qu’elle ne pouvait plus les sentir d’ailleurs.

“Les fleurs, à mes yeux, sont comme les vies humaines : que des passages éphémères. Les délaisser, c’est les voir flétrir.” Et la ressemblance avec une personne de chair et de sang n’était pas difficile à faire. “Je m’essaye cependant à faire les plus belles éternelles, enfin, les faire tenir plus longtemps. J’ai réussi quelques fois, mais c’est un processus lent qui demande l’utilisation de beaucoup de produits chimiques ce que je n’apprécie pas.” Surprise à nouveau que Satine accepte, la fleuriste n’avait plus qu’à accepter : “Si vous êtes certaine que l’ennui ne vous fera pas fermer les yeux : bienvenue à bord.” Misako, de toute façon, travaillait qu’elle soit seule ou non. Il lui suffisait de fermer son esprit et de répéter les gestes mécaniques qu’elle faisait à longueur de journée.

Rigolant doucement quand l’artiste affirma être en bonne compagnie en bonne des fleurs, l’Asiatique monta à l’étage de se changer et rafraîchir son teint. Elle devait faire des efforts, après tout, ce n’était pas avec n’importe qui qu’elle sortait ! Hors de questions de lui faire honte ! Redescendant, elle crut entendre un compliment des lèvres de Satine, mais n’osa pas relancer de peur de faire une bourde. Hochant la tête pour dire qu’elle était prête, elle attrapa ses clés et se dirigea vers la porte. La proximité initiée par la magnifique Dame la fit rougir un peu. Elle n’était pas du genre tactile, Misako. Elle préférait garder ses distances.

“Je vous fais confiance.” Et c’était vrai, après tout, se laisser embarquer de la sorte n’était pas une chose courant pour elle.

Se laissant guider, elle se prêta au jeu et hocha la tête. Fermant ses yeux donc, elle suivit l’artiste dans les derniers mètres : tentant de se décontracter et de ne pas serrer encore plus le bras de la magnifique femme. Montant les marches, elle laissa Satine lui retirer doucement ses chaussures. Les sensations étaient étranges, elle ne put s’empêcher de frissonner. Cela était étrange. Très bizarre et bientôt les odeurs se mêlèrent à tout cela pour rendre le tout un peu plus parfait. Elle avait l’impression d’être revenue sur l’île d’Osaka. Ouvrant les yeux quand elle fut autorisée, elle sourit en regardant tout ce qui s’offrait à elle.

“Wow…” Fut la seule chose qui sortit de ses lèvres alors que son regard n’arrêtait pas de regarder tous les détails. Elle suivit Satine à sa table donc : “Vous êtes sûr qu’on est encore à Naples ?” Elle ne savait plus pour le coup. S’installant sur un des coussins, elle posa son sac en continuant de tout détailler : “Comment tu as connu un tel endroit ?” Puisque la belle la tutoyait, elle allait faire de même. Dans la culture japonaise, les aînés devaient faire le premier pas avant que les jeunes puissent avoir cette familiarité. “Tu as beaucoup voyagé ?” Demanda-t-elle finalement.




Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Bambi eyes (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1470 - Points : 2031
Écume. [ Misako Tumblr_lxn86tzd6v1r9z4hao1_500
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Dim 9 Aoû 2020 - 17:43 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

Tu souris à la réaction de Misako quand tu vois qu'elle préfère que tous les compliments reviennent aux fleurs. Elle est juste là pour bonifier leurs apparences et leurs parfums. La beauté des assemblages qu'elle fait, elle ne le doit qu'à celles qu'elle traite comme des reines. Mais même s'il est vrai qu'un bouquet est beau grâce aux couleurs et aux fleurs qui le composent . Tu sais que derrière il faut des mains agiles et expertes pour marier à la perfection le tout. Misako semble une personne humble, pas prête à vanter ses mérites et ses qualités artistiques. Mais toi tu ne te gêneras pas de continuer à lui dire qu'elle est douée dans ce qu 'elle fait. Et que si ses bouquets sont si beaux c'est qu'elle les prépare avec amour et respect. Et c'est tout naturellement que tu l'invites, après tout tu vas la faire travailler tard, tu peux bien lui offrir un moment de relâche avant. Tu es sûre que cela pourra être un bon moment de partage. De quoi vous découvrir un peu plus, vu que le dialogue se fait sans trop de problème entre vous. Vous en venez même à parler de fantômes ce qui te rend encore plus curieuse au sujet de la belle asiatique. « Du coup les entités mauvaises existent plus dans les films que dans la réalité. » Pas que tu sois spécialement une experte dans ce domaine, mais si cette discussion peut te rapprocher de la jolie brune pourquoi pas. Et puis c'est une façon de découvrir de nouvelles choses. Tu es loin d'être une femme fermée, tu as pas mal vu de pays et donc de croyance et tu respectes celles de chacun. Tu lui parles de tes parents partis trop tôt. De toute manière les êtres chers partent toujours trop tôt. « J'aimerais juste pouvoir leurs dire au revoir. Savoir s'ils sont fiers de moi, de ce que j'ai construit, accompli. Si je ne les ai pas déçu ne quittant la Grèce. » Des petits détails qui parfois te tracassent parce qu'ils n'ont pas de réponse. Et que même s'ils ne te perturbent pas toutes les nuits, savoir t'apaiserait. « De toute façon quand les êtres sont partis la seule façon de les garder en vie c'est de parler d'eux et de se souvenir des moments partagés. Je fais cela souvent avec mon amie d'enfance Calliope. Vu qu'on a grandi ensemble on entretient les souvenirs. »

Et tu la suis, te plongeant un peu plus dans son monde fait de couleurs vives et de senteurs enivrantes. L'envers du décor est encore plus envoûtant que la boutique toutes ces fleurs qui attendant d'être offertes en étant mise en valeur par les doigts d'artiste de Misako. Tu es heureuse qu'elle te montre son univers fait de silence, d'intensité et d'effluve. Tu l'écoutes te parler des fleurs alors qu'elle compare adroitement les cycles de la vie humaine à ceux de la vie des fleurs. Même si la durée est loin d'être pareille. La similitude reste valable et donne à ce lieu encore plus d'intensité. Tu ne regarderas plus de la même façon les bouquets que la belle fleuriste compose. « J'aime beaucoup les correspondances que vous faites. Aucun fleuriste ne m'avait tenu pareil discours. Vous êtes une enchanteresse Misako. Vous avez du être une fée ou un elfe de la nature avant que votre âme ne viennent prendre place dans le corps d'un humain. » Cette discussion te donne même des idées pour des mouvements dans tes prochaines chorégraphies. Alors bien sûr que tu es tentée et plus que partante de passer plus de temps avec elle. Pouvoir la voir travailler, la voir créer. C'est une opportunité que tu ne peux pas refuser. « Je serais une élève attentive. » Tu souris quand elle te parle d'ennui. « Non je pense même que je vais y puiser de l'inspiration. » Ta voix est enjouée toute heureuse de ce moment qui se dessine. Mais avant de voir Misako s'activer autour de ses bouquets tu vas lui offrir un moment d'évasion. Après que la belle se soit changé, et le magasin fermé vous voilà parti dans les rues de Naples. Tu sais parfaitement où tu l’emmènes et tu es certaine que l'univers du lieu plaira à la fleuriste. Tu en profites pour que vous soyez plus proche, nullement gêné par ce détail. Tu n'as jamais caché tes attirances. La seule chose que tu caches c'est l'amour que tu portes à Calliope et Adrian parce qu'ils sont mariés. Et que tu penses que pas mal de monde verrait plutôt d'un mauvais œil cette relation que tu entretiens avec chacun d'eux en te cachant de l'autre. Respectant le serment jadis prononcé et que tu rêves de plus en plus souvent de briser. Tout serait si simple. Et tu n'irais pas chercher ailleurs ce que tu aurais à disposition sous ton toit, sans aucune restriction. Même si avoir des aventures te plaît beaucoup.

La confiance établie, Misako ferme les yeux et tu lui ôtes ses chaussures, lui donnant ainsi l'opportunité d'entrer en contact avec le sol. De laisser parler sa peau face aux diverses textures qui s'offre à ceux qui s'aventurent dans ce lieu atypique. Cocon de pas mal d'artiste en recherche d'inspiration de création ou de paix de l'âme. Ici tout est relié à la nature, à l'abandon du fardeau de la vie. Puis tu lui demandes d'ouvrir les yeux guettant sa réaction. Elle ne se fait pas attendre. Toi aussi tu as été émerveillé quand tes yeux se sont posés sur les textures, les couleurs, sur l'essence même du lieu. Vous vous avancez vers ta table. « Oui on est encore à Naples, je ne t'ai pas téléporté. » Tu te mets à rire doucement, comprenant ce qu'elle ressent. « Mais ici tu peux être où tu veux du moment que tu te sens bien. » C'est le but ultime de cet endroit se sentir bien et en accord avec son être . Tu laisses le temps à Misako de s'habituer à l'atmosphère, de voir les petits détails, même si toi tu en découvres à chaque fois d'autres. Faut dire que les propriétaires changent des objets, en rajoutent, en enlèvent. Chaque nouvelle visite est une découverte. « On se promenait avec Calliope c'était peu de temps après notre arrivé, on ne connaissait pas toutes les rues et on s'est perdu. On est tombé dessus par hasard. Mais ensuite on a mis un moment pour y revenir parce qu'on ne se souvenait pas par où on était passé la première fois. Et quand on demandait aux gens on passait pour des folles. » Vous aviez fini par perdre espoir de revoir ce lieu. « Et puis un jour en discutant avec un peintre qui faisait mes décors j'ai eu la bonne adresse. J'y viens souvent, je trouve que c'est l'endroit parfait pour se ressourcer. L'endroit a évolué avec le temps, des choses ont été rajoutées, d'autres enlevées. Mais il a toujours gardé son essence et il a toujours le même pouvoir nous permettre de nous évader tout en restant à Naples.  » Repenser à ces moments est agréable. En plus Misako ne s'est pas offusquée que tu sois passée dans ton emportement au tutoiement. La discussion devient plus amicale, plus intime. « Oui pas mal. Je suis allée en France, aux USA, en Allemagne, en Autriche, en Australie, en Russie même. » Ta villa est remplie de souvenirs de tes voyages souvent pour le travail, mais tu as pris le temps à chaque fois de visiter au maximum. « J'ai fais peu de pays asiatique. Plus difficile d'importer mes créations. Mais je compte bien un jour visiter l'Asie juste pour le plaisir de découvrir ses beautés. Et toi tu as voyagé ? » Et on vient poser sur la table un assortiment de thé et de café venu de diverses contrées. Certains même peuvent être associés au niveau des goûts. Le tout est servi avec des douceurs aux saveurs exotiques. De quoi faire voyager un peu plus les sens.


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
Le palpitant s'agite quand ils s'approchent. La brulure glisse sur sa peau, sous sa peau quand ils l'effleurent. L'envie se fait vorace, vivace quand le désir s'invite avec insolence au creux de ses reins. Ils sont sa perte. Sa délicieuse perte.

   


Dernière édition par Satine Vasilis le Sam 22 Aoû 2020 - 18:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @Moonic @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Messages : 608 - Points : 766
Écume. [ Misako Ae9b620cb25c376fea4a60430fad337c
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Mar 11 Aoû 2020 - 17:06 )
“Oh non, il y a des entités mauvaises : qui tire les gens vers le bas, qui peuvent même s’infiltrer dans ceux qui sont plus dépressifs que les autres. Je n’en ai jamais rencontré, mais ma tante oui bien que ce ne soit pas son rayon : elle a vu des séances de spiritisme.” Misako sourit : “Sur l’île d’Okinawa, la plupart des femmes sont des Chamanes. J’ai ce don, mais je ne l’exploite pas comme je le devrais depuis que je suis arrivée à Naples.” Et c’était vrai, en un sens, elle avait perdu ces petites habitudes. En entendant le souhait de Satine, elle réfléchit : “Je dois appeler ma grand-mère demain, je lui demanderai s’il y a quelque chose que je puisse faire pour vous aider dans cette quête.” Pourquoi pas après tout ? “C’est beau ce que vous dites et vrai.” C’est pour cela que jamais elle n’arrêterait de parler de sa mère qu’elle n’a pas connu.

Dans l’arrière-boutique, elle explosa la vision de son métier à Satine. Quelque chose qui faisait souvent sourire, mais en tant que Bouddhiste elle se devait de respecter chaque chose qui vit et les fleurs échappaient pas à cette règle. Misako avait un profond respect pour les êtres vivants et ce que mère nature à donner. Elle rigola doucement à la comparaison.

“Peut-être, il y a plusieurs légendes dans le folklore japonais qui parlent de ce genre d’esprit.” Elle ne pouvait pas s’empêcher de parler de ses origines. Car tout cela lui manquait terriblement. “Je ne me fais pas de soucis.” Elle était enchantée d’avoir un peu de compagnie, elle n’en avait pas souvent il faut dire. “Si cela peut vous aider en plus, je serai ravie de mettre ma pierre à l’édifice de vos créations.”

Dans l’endroit où Satine voulait emmener Misako, elle doit prendre sur elle-même pour se laisser entièrement faire. Ce qui n’était pas de son goût, mais elle joua le jeu : comprenant que cela était un mal nécessaire pour apprécier l’expérience qui allait s’offrir à elle. L’artiste à ses côtés ne semblait pas lui vouloir du mal, cela était un excellent exercice donc. Misako est subjuguée par la décoration, par l’ambiance de l’endroit. Quelque chose hors du temps qui semblait incroyablement trop beau pour être vrai. Pourtant, elle était éveillée. Elle le savait. Alors, elle s’installa à la table et sourit en entendant Satine affirmer que oui elles étaient toujours à Naples.

“C’est une bien jolie histoire.” Elle posa son menton sur son poing fermé pour la regarder : “Vous étiez faites pour retrouver cet endroit, j’en suis persuadée. Même si cela a dû passer pour un songe suite à vos recherches infructueuses.” De quoi être encore plus exaltant de finalement trouver ce Saint-Graal.

Passant du vouvoiement au tutoiement, Misako se permit de poser une question à Satine pour en savoir plus sur elle. Après tout, si l’artiste l’avait invité s’était pour en savoir plus non ? Alors qu’elle énumérait tous ces pays, la fleuriste se sentit bien petite et… Peu expérimenté. Mais elle garda son sourire.

“Et quel est ton pays préféré ?”
Parce qu’elle devait en avoir un n’est-ce pas ? Surprise de l’entendre dire que cela était plus difficile, elle fronça les sourcils : “Pourquoi donc ? De ce que j’en sais : nous adorons les opéras et ballets.” Elle sourit : “Si tu dois visiter le Japon : je te conseille d’y aller durant les grandes cérémonies pour que tu regardes les danses traditionnelles. Toutes les villes se parent de leurs plus beaux atouts et la communauté célèbre les Dieux de la Nature.” Elle avait déjà été le témoin et avait elle-même participer à ces défilés.

Elle remercia le serveur et servit le thé comme elle le ferait dans son pays natal.

“Jamais. Je ne suis allée qu’au Japon pour découvrir mes racines et en apprendre plus sur mes origines. Sans ma sœur, je serais encore là-bas.” Elle poussa la petite tasse vers Satine avant de faire le même rituel avec sa propre tasse : ce n’était pas aussi poussée et complets que ceux qu’elle faisait avec ses bons outils, mais l’endroit se prêtait au mélange des cultures. “J’ai passé la plupart de ma vie à chercher ma place dans ce monde. À apprendre les traditions de ma famille. Il est important de savoir d’où on vient pour se construire."




Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Écume. [ Misako -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant