Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
Valise rigide à roulettes pivotantes ...
Voir le deal
45.14 €

 

- Écume. [ Misako -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Ealitya, Sandrine. (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1361 - Points : 1768
Écume. [ Misako 83e81fe985c18d77221372c29312dc1a
Âge : 44 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Écume. [ Misako ( le Jeu 11 Juin 2020 - 17:57 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

Tu mets une dernière touche à ta future chorégraphie. Tu ébauches quelques mouvements pour être certaine que les enchaînements tombent à la perfection. Et une fois que tu es satisfaite tu prends une pause. Il est plus de 17h et tu as envie d'une bonne douche. Ensuite tu sortiras pour faire quelques courses. Pas spécialement envie de cuisiner ce soir, alors tu passeras par un de tes restaurants préférés pour récupérer de quoi t'alimenter. Un repas que tu prendras devant ta télé, ou alors sur ta terrasse si le temps est clément. Et avant de rentrer tu t'arrêteras chez ta fleuriste préférée. Un peu avant la fermeture, d'abord pour prendre un bouquet ou deux, voir trois. Ensuite pour la remercier, c'est elle qui te porte les fleurs que t'offrent tes admirateurs. Et ils sont toujours des plus magnifiques. La belle Misako tu la couves d'un regard particulier. Tu n'es pas encore certaine qu'elle a remarqué ton petit jeu. Il faut dire que tu restes discrète. Ton regard se fait plus de velours quand tu es en face d'elle. Tu uses de douceur, ne voulant la brusquer. Elle semble si innocente. Elle est comme les fleurs qu'elle vend avec passion. Elle semble même enveloppée de leurs enivrants parfums. Sous la douche tu penses un peu à cette jolie brune aux traits asiatiques. Avant que ton Clyde et ta Bonnie viennent se glisser en toute illégalité dans ta tête. Tes mains se mettent à jouer sur ta peau avide de les sentir. Tu es en manque. Difficile d'avoir tes amants quand le couple vit son amour à Naples. Pas de voyage pour Adrian en ce moment. Pas d'instant de liberté avec ta belle Calliope. Alors tu cherches ailleurs afin de combler le manque. Parce que tes mains elles sont bien, mais elles ne suffisent pas toujours à apaiser ta faim.

Une fois ta douche finie, tu choisis avec goût ta tenue. Une tenue affriolante qui mettra en valeur ton corps. Sans trop en dévoiler. Sans être vulgaire. La sensualité frôle tes courbes avec délice et tu es heureuse de l'image que renvoie ton miroir. Femme fatale, exquise, presque sulfureuse. Ou le tissu cache juste en effleurant ta peau nue. Des sous vêtements en satin et une robe en soie fluide. Un dégradé de couleur, des plis qui entourent tes formes, une fente qui s'égare contre ta jambe. Tu sortirais bien pieds nus, mais en ville il est plus prudent de porter des chaussures. Tu optes pour des talons qui finiront d'affiner ta silhouette. Ton sac et te voilà en voiture. Un petit tour dans les rues de Naples. Un coup de fil à ton restaurant pour que tout soit prêt au moment où tu passeras. Tu te gares et tu arrives une demi heure avant la fermeture dans la boutique de la jolie fleuriste. « Bonjour. » Sourire aux lèvres ta voix est enjouée. La belle Misako est en train de servir un client. Tu en profites pour regarder. Tout en restant visible aux yeux de la belle. Tu caresses les fleurs du bout des doigts. Te mordant parfois la lèvre inférieure. Chaque geste respire la sensualité. Tu délivres des gouttelettes d'érotisme. Puis quand son client sort tu t'approches d'elle. « Je tenais à voir remercier personnellement pour les derniers fleurs livrées, de vraies petites merveilles. Et si odorantes. » Tu avances ta main pour serrer la sienne. Mais le contact reste un effleurement. Tu laisses traîner tes doigts pour que le toucher ne soit qu'une fine caresse. Comme si une plume s'attardait sur sa main. « Et là je voudrais des bouquets pour ma villa. Un assez imposant pour mettre dans mon salon. Un plus discret pour ma chambre. Un éclatant pour ma cuisine et puis un que je pourrais mettre à l'entrée style champêtre. Enfin c'est juste pour vous donner des idées je vous fais confiance. » Tu la regardes avec un peu plus d’insistance mais sans que cela ne devienne gênant. « Vous me proposez quoi ? » Ta voix se fait curieuse alors que tes doigts se sont retirés aussi doucement que possible. « J'espère que je ne m'y prends pas trop tard. » Voix innocente, comme si tu n'avais pas calculé ton coup d'abord pour être tranquille et puis dans l'idée de lui proposer un verre à la fermeture.


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
A leurs côtés tes pensées se parent de sensualité, d'érotisme, d'indécence et insolence. Tu aimerais que ses sensations n'effleurent pas que ton âme. N'effleurent pas que l'instant que tu vis avec l'un ou l'autre. Les avoir tous les deux en même temps voilà ton véritable fantasme.

   
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho ©Antiope & Gifs by butterfly
Messages : 573 - Points : 662
Écume. [ Misako Tumblr_inline_nwhoo0Rj7K1qlt39u_250
Âge : 33 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Ven 12 Juin 2020 - 20:44 )
Misako avait perdu son entrain. Avec Arthur dans sa vie, elle avait trouvé une raison de vivre, tout simplement. Depuis qu’il ne répondait plus à ses messages, qu’il ne semblait plus être chez lui : elle ne savait plus quoi faire. Elle avait l’impression de se faire abandonner à nouveau. Au fond, elle commençait tout simplement à réaliser que son enfoiré de père avait probablement raison : elle ne méritait pas d’être aimée. On ne pouvait pas s’attacher à elle : Misako était nocive. Peut-être que cela était vrai, après tout. Sa grand-mère lui avait dit que certains esprits ne voulaient pas l’approcher quand elle était à Osaka. Elle aurait aimé avoir cette sensibilité comme les autres femmes de sa famille, mais elle ne pouvait pas voir les entités : juste les sentir quand ces dernières le voulaient. La journée s’était déroulée lentement, mais sûrement. Les clients habituels étaient venus prendre de ses nouvelles : cela faisait à peine quelques semaines qu’elle avait rouvert depuis son agression. Se moquant de la loi, elle gardait maintenant son katana avec elle en permanence. Que cela soit sous le comptoir, sous son oreiller ou bien caché au fond des cartons de livraisons quand elle était dehors. Misako avait eu peur, elle avait encore peur, mais elle se ré entraînait de nouveau. Elle se préparait physiquement et psychologiquement : au cas où les connards reviendraient l’attaquer, elle serait prête.

Proche de la fermeture, alors qu’elle parlait avec une ancienne cliente de l’ancien propriétaire : Misako releva la tête pour croiser le regard doux et sensuel de Satine. Une de ses meilleures clientes. Que cela soit par ses commandes ou bien par celles passées par ses admirateurs : pour sûr qu’elle n’était jamais à court de travail grâce à elle. Elle salua la vieille dame, la raccompagna à la porte avant de refermer derrière elle.

“Oh il n’y a pas de soucis.” Elle sourit : “Sans vouloir vous flatter, je peux vous dire sans mentir que sans vous : la boutique ne marcherait pas aussi bien.” Doucement, elle repassa derrière le comptoir après avoir serré la délicate main de Satine. Son parfum rivalisait avec le parfum des fleurs. Elle sortit son carnet pour prendre note. Hochant la tête de temps en temps, elle notait déjà quelques idées et des noms de fleurs. “Une préférence au niveau des espèces ? Une couleur précise peut-être ?” Redressant la tête, elle sourit doucement à Satine : “Non, il n’est jamais trop tard.” Misako glissa le bout du crayon entre ses lèvres : “Je peux vous montrer le dernier arrivage si vous le souhaitez ? Je peux m’occuper de faire votre commande ce soir pour la livrer demain ?"


Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu’on les touchera, elles raisonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous.
Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Ealitya, Sandrine. (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1361 - Points : 1768
Écume. [ Misako 83e81fe985c18d77221372c29312dc1a
Âge : 44 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Mar 23 Juin 2020 - 16:28 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

Certains pourraient dire que tu as tout minutieusement calculée. La tenue que tu portes. L'heure à laquelle tu rentres dans sa boutique. Le doux regard que tu poses sur elle, alors qu'elle accompagne sa cliente à la porte. La voix que tu prends pour lui parler de ses dernières livraisons. Tu joues la charmeuse, sans que cela éclate réellement aux yeux de la belle Misako, parce que tu restes discrète. Tu distilles juste pour que son esprit puisse capter la sensualité qui se glisse dans l'échange. La belle asiatique te plaît. Et lorsque tes mains rentrent en contact avec les fleurs que la belle a admirablement rassemblé, tu as l'impression d'effleurer sa peau. Alors que ta dextre ne frôle que les tendres tiges ou les pétales odorantes. Et tu es troublée, par cette façon de la sentir grâce aux fleurs qu'elle allie admirablement et qui viennent orner ta loge ou ta villa. Chaque composition délivre un message de son cœur et de son âme. L'accord parfait des couleurs, qui libère des images d'évasion, de passion, d'attention. L'accord parfait des sentiers qui sont choisies avec soin et qui pourraient te faire t'envoler. Elle délivre sans y songer des messages d'amour, l'amour de tes admirateurs, mais aussi l'amour que Misako porte à son métier. Et ils sont loin de te laisser indifférente ses bouquets. Parce qu'ils égrainent l'univers de la belle asiatique, émoustillant tes envies. Celle de faire davantage connaissance. Celle d'en apprendre plus sur elle. Celle de la frôler elle sans la toucher au travers d'une fleur qu'elle aurait caressé avant de la disposer dans un de tes bouquets. Sublime moment que tu n'as pas eu encore l'occasion de vivre. Enfin si un peu dans un serrement de main, mais rien de bien éternel, juste de l'éphémère. Alors que là tu rêves de sublime. D'audace qui donnerait à son corps les frissons, les prémisses d'une danse plus osée. Mais avant il faut l'apprivoiser, la troubler, la bousculer. Avec grâce et respect. La titiller juste pour te faire mordre ta lèvre afin te retenir de mordre la sienne. Divine diablesse qui aime jeter le trouble dans les esprits. Te voilà en appétit alors qu'elle s'approche. Plus prêt avant de t'échapper en passant derrière son comptoir. Dommage.

« Merci je suis ravie de l'apprendre. Il est vrai que mes admirateurs me gâtent. Et ils savent que j'aime les fleurs. » Les votre en particulier, mais ce n'est que ton âme qui prononce ces mots. Tu serres tes doigts quelques minutes comme pour retenir cette essence qu'elle a déposé quand vos mains se sont rencontrées. Tu lui parles des bouquets que tu souhaites, ils orneront avec délice les différentes pièces de ta villa. « Des roses en priorité, des pivoines aussi. Dans un dégradé de mauve pour ma chambre. Pour la cuisine un genre lever de soleil. Pour le salon je veux un bouquet qui donne envie de danser, qui éclate de vie. Mais je suis sûre que vous saurez faire des alliances parfaites. » Tu réponds à son sourire laissant tes yeux se perdre dans les siens. Tu t'excuses de venir aussi à cette heure, surtout pour une telle commande. Et lorsqu'elle glisse le crayon entre ses lèvres, tu te mets à penser que tu aimerais être à sa place. Mâchouillée doucement par ses lippes, taquinée par sa langue. Tu frissonnes même en te laissant envahir par des images où tout se finirait sur un lit de pétales multicolores. « C'est vrai vous êtes parfaite Misako. Vraiment parfaite. » Et tellement affriolante que tu pourrais en mouiller ta petite culotte. Vilaine Satine jamais rassasiée du pêcher de la chair. Toujours en recherche d'ivresse. Et encore plus quand tu es privée de ta Bonnie et de ton Clyde, qui eux s'en donnent à cœur joie dans leur lit conjugal. Alors que toi tu dépéris dans le tien froid et vide. Voir le dernier arrivage te convient parfaitement. Tu jubiles à l'idée que les pensées de la demoiselle seront tournées vers toi au cours de sa soirée, alors qu'elle préparera tes bouquets. Tu serais bien capable de l'attendre demain juste vêtue d'un déshabillé, tenue que tu sauras sublimer pour attirer le regard de Misako. Tu ne cherches pas à la pervertir, juste à la dévêtir. « Si vous vous occupez de moi ce soir, permettez moi de vous offrir un verre une fois les fleurs choisies. » Étirer le moment pour profiter de sa compagnie. Un peu plus. « Enfin si vous êtes libre bien sur. Je ne veux pas risquer d'éveiller des jalousies. » Habille réflexion, une façon de savoir si la belle est libre, après faudra voir si elle butinait une autre fleur peut la tenter.


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
A leurs côtés tes pensées se parent de sensualité, d'érotisme, d'indécence et insolence. Tu aimerais que ses sensations n'effleurent pas que ton âme. N'effleurent pas que l'instant que tu vis avec l'un ou l'autre. Les avoir tous les deux en même temps voilà ton véritable fantasme.

   
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho ©Antiope & Gifs by butterfly
Messages : 573 - Points : 662
Écume. [ Misako Tumblr_inline_nwhoo0Rj7K1qlt39u_250
Âge : 33 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Jeu 25 Juin 2020 - 20:22 )
Misako ne s’attendait pas à la sublime visite de Satine. Une femme qui transpire la classe, qui dégage une élégance comme jamais elle n’en avait été le témoin. Sur beaucoup de points, elle aimerait avoir son charisme et cette force dans son aura pour en imposer : sans même avoir à ouvrir la bouche. La fleuriste était une femme de l’ombre qui était aveuglée par la lumière radiant de l’artiste. Elle ne devrait probablement pas côtoyer une telle personne, elle allait brûler ses ailes. Du coin de l’œil, elle l’avait vu et c’était à peine si elle avait mis à la porte le dernier client pour pouvoir lui parler. Bien trop heureuse de pouvoir faire des créations pour Satine, sa venue devait annoncer une prochaine commande. Entre ses admirateurs et elle : Misako était certaine de ne jamais être à court de travail. Pour son plus grand plaisir. Avoir l’esprit occupé et les mains, également, l’empêchaient de faire mille et une erreur. Comme celle d’ouvrir sa peau opaline et créer de nouvelles cicatrices. Qui tentait-elle d’impressionner ? D’attirer l’attention ? Plus personne. Elle vivait seule et cela était un mal pour un bien. Sa raison de vivre résidait dans l’idée d’être là pour sa sœur si elle a besoin. Emiko. Si la famille Adam avait des descendants Italiens : elles feraient partis de la maisonnée certainement. Il n’y avait qu’à voir leur dernière activité pour comprendre l’étendue de leur confort en présence de la mort.

Serrant la main de Satine, elle ne se fit pas prier pour la complimenter. Elle ne pourrait jamais tarir d’éloge la concernant. Une femme comme elle, on était juste chanceux de pouvoir respirer le même air. Misako le savait et comptait bien mettre les petits plats dans les grands pour qu’elle reste une cliente fidèle. Sortant son calepin, elle prit des notes, dessina à la va-vite quelques compositions avec les différents feuillages qui lui venait en tête. C’est que chaque commande était unique, mais elle réutilisait d’une à l’autre quelques idées.

“Je vois totalement, je pourrais combiner les roses et les pivoines avec des hortensias pour la base pour votre chambre ? Cela est plus original que les feuillages classiques et le parfum est assez subtil pour se mélanger.” Oui, cela pouvait fonctionner. Le bout du crayon entre ses dents, elle rougit bien malgré elle en l’entendant dire qu’elle était parfaite. “Je le suis car mes clients me donnent de beaux projets à faire. Un fleuriste n’est rien sans cela et il ne faut pas non plus oublier le rôle des fleurs. Ce sont elles les vraies artistes des compositions que je fais.” Modeste ? Bien trop. Elle préférait qu’on ne reconnaisse pas son travail, mais qu’on complimente la qualité des fleurs qu’elle achetait au gré des saisons.

Lui proposant de regarder le dernier arrivage, elle sourit en entendant la proposition. Non. Elle n’avait rien de prévu. Personne à voir. Arthur aurait probablement été présent ce soir : s’il n’avait pas fait un silence radio. Elle chassa cette pensée rapidement pour pouvoir répondre à la belle Satine :

“Rien de prévus ce soir, à part le travail. La seule chose qui sera jalouse de mon absence, c’est peut-être l’esprit qui m’a suivit du Japon.” Elle rigola doucement et lui fit signe de la suivre dans l’arrière-boutique. Une douce odeur de fleurs attrapa l’odorat de Misako qui immédiatement sourit un peu plus. “Je les ai rangées par couleurs, comme ça c’est plus facile.” La caisse à compost fait par ses soins pour les déchets ménagers était dans un coin : elle l’utilisait pour faire grandir ses propres fleurs, légumes et fruits. “Pour répondre à votre question : je serai ravie de passer la soirée avec vous. Après le verre, et si vous avez le temps, vous pourrez même participer à la confection des bouquets si vous voulez ?"


Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu’on les touchera, elles raisonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous.
Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Ealitya, Sandrine. (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1361 - Points : 1768
Écume. [ Misako 83e81fe985c18d77221372c29312dc1a
Âge : 44 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Sam 4 Juil 2020 - 12:06 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

La boutique devient un écrin intime quand Misako met sa dernière cliente à la porte. Tu souris, te sentant un peu victorieuse sur ce point là. Personne ne viendra vous déranger et c'est tout ce que tu souhaitais. A présent vous êtes juste toutes les deux entourées de fleurs multicolores et odorantes. Des sentiers qui pourraient enivrer. Des couleurs qui pourraient envoûter. Au milieu de cet univers la fleur la plus douce et la plus belle : Misako. Tu la trouves mystérieuse, et elle est parfaitement à sa place dans ce lieu ou elle apporte la touche chaleureuse et chatoyante. Une rose parmi les roses. Une rose que tu dévores de ton regard, que tu entoures de tes mots. Une rose que tu aimerais caresser en oubliant les épines qu'elle pourrait porter. Tu t'imagines la déshabiller autrement que de tes yeux. Tu la coucherais sur un lit de pétales délicatement parfumées, ou un dégradé de teintes chaudes donnerait à sa peau encore plus de reflet. Ton esprit divague, alors que tu lui expliques ce que tu souhaites. Elle est à l'écoute comme à chaque fois, prête à satisfaire le moindre de tes désirs. Elle déposera une part d'elle dans chacun des bouquets qu'elle exécutera et tu seras encore plus enchantée quand tu les effleureras pour sentir leurs parfums. Misako note et donne en retour ses idées pour combler tes désirs. « En effet l'association devrait donner un bouquet plein de charme. » Tu la vois rougir alors que ses lèvres s'attardent autour du crayon. Délicieuse image qui te fait frissonner. Tu souris à ses mots, Misako fait preuve de modestie. Et même si les fleurs restent au centre de la piste, elles ne seraient rien sans ses mains qui donnent naissance aux diverses créations. « Les clients vous donnent de beaux projets, vos fleurs les rendent réels. Mais c'est votre talent qui met en vie nos idées les liant à merveille aux fleurs que vous choisissez avec grand soin. Vous avez du talent. Vous êtes une artiste. » Ce n'est pas donné à tout le monde de trouver l'accord entre les couleurs, le choix des fleurs et des senteurs. Il faut qu'elle soit consciente de ce don qui rend chacune de ses pièces uniques et troublantes. « Vous êtes un peu comme moi. Vos fleurs se sont des danseurs. Vos bouquets des chorégraphies. Sans vous ces sublimes créations n'auraient pas le même rendues. N'auraient pas d'âme.» Il faut rendre à César ce qui appartient à César. Ce n'est que justice.

Et tu saisis l'occasion pour inviter Misako. Après tout elle se plie en quatre pour toi, lui offrir un verre est logique. Une façon de prolonger le moment. Une façon de découvrir cette fleur sublime dont tu aimerais humer le parfum avec plus d'insolence. Tu es certaine que le mariage de vos corps pourrait donner un bouquet exquis. « Un fantôme ? Vous aiguisez ma curiosité là. Est ce qu'il est dangereux ? Ou c'est un fantôme bienveillant ? Un ancêtre peut être ? » Tu ris également, mais tu restes pas mal surprise par cette révélation. Et tu la suis dans l’arrière boutique, heureuse de pouvoir voir l'antre dans lequel la belle travaille. Ce qui prime en priorité en entrant dans la pièce c'est l'effluve des parfums qui vient te titiller. Avant que tes yeux ne soient attirés par l'arc en ciel de couleurs. Tout est parfaitement rangé. Une palette de peintre se décline devant toi. « C'est magnifique. Tout est en harmonie, un vrai tableau de maître. » Tu trouvais la boutique superbe mais là tu es sous le charme. Elle se décide à répondre à ta proposition d'invitation. Misako est prête à passer la soirée avec toi. « Vous me prendriez comme apprenti ? » Tu la regardes avec douceur. « J'ai tout mon temps alors je serais vraiment enchantée de pouvoir apporter ma maigre contribution. Et c'est vraiment un art que j'admire et que je n'ai jamais eu la chance de frôler de prés. M'en donner l'occasion est vraiment très gentil. Quand je dis que vous êtes parfaite. » Petit sourire en coin, battement des cils. Charmeuse jusque dans tes gestes et dans ta démarche. Tu regardes avec intérêt toutes les fleurs qui s'offrent à toi. « Elles sont toutes tellement belle que le choix va être compliqué. » Mais tu sais que tu peux compter sur Misako pour t'aider dans cette démarche.


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
A leurs côtés tes pensées se parent de sensualité, d'érotisme, d'indécence et insolence. Tu aimerais que ses sensations n'effleurent pas que ton âme. N'effleurent pas que l'instant que tu vis avec l'un ou l'autre. Les avoir tous les deux en même temps voilà ton véritable fantasme.

   
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho ©Antiope & Gifs by butterfly
Messages : 573 - Points : 662
Écume. [ Misako Tumblr_inline_nwhoo0Rj7K1qlt39u_250
Âge : 33 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Lun 6 Juil 2020 - 13:53 )
Contente d’entendre Satine confirmer que ses idées lui plaisait, elle ne peut pas s’empêcher de se sentir gênée en entendant les compliments. C’est qu’elle n’était pas du genre à savoir comment réagir quand on faisait une telle chose : pire encore elle ne les acceptait jamais. Misako avait clairement dû mal à gratifier son travail, elle en était fière en un sens, de là à être consciente de la qualité de ses œuvres : il y avait un gouffre que jamais elle ne sera capable de franchir. Elle le savait. Était-ce un mal en soit ? Non, pas vraiment.

“Oh…” Elle se racla la gorge, laissant le rouge monter un peu plus à ses joues : “Merci de ces beaux compliments… Vraiment, mais je ne suis qu’un maillon d’une grande chaîne d’éléments qui font que.” Incapable de pleinement accepter ces douces paroles, Misako faisait ce qu’elle savait faire de mieux : se cacher par des dérobades. Modeste ou timidité ? Personne ne saurait le dire, elle y comprit. Peut-être un peu des deux. “Je ne crois pas avoir votre talent, mais j’aime beaucoup votre comparaison. Les fleurs méritent de récolter les lauriers de la gloire.” Peut-être qu’elle ferait un clin d’oeil à cela d’ailleurs dans une des compositions demander par Satine. Un petit clin d’œil pour la remercier de ces mots doux qui mettaient du baume sur son cœur de grande, déprimé qui ne reconnaissait jamais ses talents et ses qualités.

Ne pouvant refuser une telle invitation, elle se laissa volontiers porter par le moment et accepta cette dernière. Ce n’était pas son genre, pourtant, mais il fallait qu’elle change si elle voulait continuer de vivre. Misako se le devait. Les esprits la poussaient à s’ouvrir au monde qui lui tends les bras. Oui, elle risquait de se cogner à la vie, mais il ne pouvait pas plus la malmener. Elle avait déjà fait beaucoup de dégâts. Affirmant ne manquer à personne, elle est surprise d’entendre Satine être curieuse de l’entité qui vit avec elle.

“Je ne pense pas qu’il soit dangereux, je ne ressens pas d’énergie négative le concernant. Je pense que c’est une de mes ancêtres oui. Elle a dû s’accrocher au kimono dans sa chambre quand elle est morte et vu que ma grand-mère me l’a donné : elle m’a suivi. Au contraire, je dirais, elle est une présence… Apaisante.” Enfin, avec elle. Misako ne savait pas si elle accepterait bien que quelqu’un s’invite dans son appartement. Surtout une personne qui lui veut du mal. “Vous n’avez pas peur ?” Demanda-t-elle surprise, se retenant de demander si elle ne la prenait pas pour une folle.

L’emmenant dans l’arrière-boutique, elle voulait lui montrer le dernier arrivage pour qu’elle ait la primeur du choix. Misako dormait peu, n’aimait pas fermer les yeux alors travaillés était salvateur. La commande de la belle n’allait pas mettre de temps à se faire : c’était certain. Elle était toujours inspirée par Satine.

“Oui, je pense qu’elles sont heureuses d’être mises avec des semblables. Leur temps de vie est réduit, je fais tout pour prendre soin d’elle avant de m’en séparer.”
Chaque chose qui vit doit être traitée avec respect. Elle rigola doucement : “Si vous avez du temps à tuer, vous serez toujours la bienvenue ici.” Elle était sincère. “J’ai toujours du travail plein les bras, alors cela ne sera pas de refus.” Elle regarda l’heure. “Je vous laisse quelques instants, le temps de me changer. Je vous laisse les découvrir.” Dit-elle en pointant du menton les fleurs.

Misako s’éclipsa et monta à l’étage où son appartement était. Elle troquait son t-shirt de la journée pour un chemiser à rayures bleues. Elle se rafraîchit un peu et mit un peu d’eye-liner : quelque chose de naturel qui accentuait ses traits asiatiques. Hors de questions qu’on devine des origines italiennes. Celle de son père. Un peu de parfum naturel, une Pensée bleue invendue attachée avec une barrette pour tenir ses cheveux courts et la voilà prête. Elle redescendit et regarda Satine :

“Je suis prête quand vous voulez.” Aussi surprenant que cela était : Misako avait hâte. Cela lui évitera de ruminer le départ d’Arthur. “Vous m’emmenez où ?”


Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu’on les touchera, elles raisonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Écume. [ Misako Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Écume. [ Misako -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut