Revenir en haut
Aller en bas


 

- Écume. [ Misako -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Bambi eyes (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1483 - Points : 2060
Écume. [ Misako - Page 2 Tumblr_nx4tmmr7jh1rsykxqo2_r1_500
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Sam 22 Aoû 2020 - 22:58 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

Tu écoutes avec attention Misako quand elle parle des fantômes et notamment du fait qu'il existe des mauvaises entités. Toi qui pensais que c'était juste le genre de chose que l'on pouvait croiser dans les films d'horreur. La belle se dévoile même un peu plus en parlant du don qu'elle a et qui est un héritage. « Du coup je vais éviter de chercher à rencontrer de mauvaises entités. Et ce don ne vous fait pas peur ? » Cela doit être déstabilisant quand même ce genre de rencontre. Même si tu es ouverte d'esprit tu n'es pas certaine de garder ton calme si un jour tu vivais une expérience pareille. « Je veux bien si cela ne vous dérange pas. Et merci. » Pas que tu te sentes mal dans ta vie ou que tu traînes un boulet de ce côté là. Mais si durant quelques secondes tu les voyais sourire pour te faire comprendre qu'ils sont heureux et fiers de la femme accomplie que tu es devenue. Ce serait merveilleux. Tu vivras sans également, si cette rencontre spéciale n'est pas possible. Et il semble que la fleuriste soit d'accord, vu ses mots, sur le fait que parler des gens que l'on aime et que l'on a perdu, permet de prolonger, d'une certaine façon leurs vies. Cela fait du bien aussi car leurs images restent ainsi éternelles et traversent les années. Tu sais que certains de tes souvenirs sont embellis par les années, que tu n'en gardes certainement que le plus beau. Mais cela fait chaud à ton cœur de parler avec Calliope de tes souvenirs d'enfance. Puis vous passez dans l'arrière boutique ou l'univers de la belle s'offre un peu plus à toi. Misako est un fleur parmi les fleurs et la façon qu'elle a de s'en occuper t'enchante. Tu la trouves touchante et enivrante, impliquée dans sa tâche. Comme si sa mission était de garder éternelles ces beautés éphémères et fragiles.  

Tu te laisses bercer par la magie de l'atmosphère qui se dégage des lieux. Tu as même la sensation que des fées ou des lutins pourraient venir s'inviter à votre discussion. Ce fait ne te surprendrait pas tellement la magie te caresse. Et tu pourrais bien t'inspirer pour une de tes futures créations. En tout cas l'échange est sincère et te donne envie de prolonger de quelques heures cette nouvelle complicité. Et collaborer même en tant que petite main à la création des bouquets qui orneront ta maison. Le deal te plaît et te permettra aussi de découvrir cette douce beauté au regard troublant. En attendant tu veux lui montrer un endroit qui pourrait bien la séduire. Persuadée que Misako sera touchée et envoûtée par ce coin de paradis ou l'on semble se retrouver à des milliers de kilomètres de Naples. Et la belle se laisse guider pour ton plus grand plaisir. Et tu lui parles de cette première rencontre avec cet endroit atypique et ce besoin d'y revenir pour te ressourcer, pour chercher des idées ou juste pour faire de nouvelles rencontres ou découvrir de nouveaux talents. Ici c'est un puits ou tout le monde peut trouver son Graal.  « Il est vrai qu'au départ on s'est demandé si on n'avait pas rêvé avec Calliope. Si ce lieu n'avait pas été durant un instant le fruit de notre imagination débordante. Mais non il existait bien. Et il sait s'offrir à nous dés qu'on en éprouve le besoin. » Et tu aimes partager cette ambiance. Surtout avec des personnes que tu sais réceptives. Et Misako est tout à fait ce style de personne. Tout naturellement vous passe au tu, cela donne une plus grande intimité à notre conversation.

Tu parles de tes voyages et de ces pays ou ton métier t'a emporté. Pays que tu as en dehors de ton travail essayé de découvrir. « J'avoue que j'ai un petit faible pour la France et Paris. » Il faut dire que c'est dans cette superbe ville que tu as rencontré ton bel Adrian. Alors la France et plus particulièrement Paris sont chers à ton cœur. Les deux mois passés avec ton Clyde tu n'es pas prête de les oublier. D'ailleurs ton cœur s'emballe en parlant et ton regard brille bien plus. Amour quand tu nous tiens. « J'ai aimé la culture, les vins, la nourriture … les hommes. » Même si ce n'est pas un français qui t'a fait succomber. « Et puis il y a aussi Vienne en Autriche. Mais chaque pays que j'ai vu m'a plus ou moins marqué à sa manière. » Tu évoques le fait de ne pas avoir percée dans les pays asiatiques. « Je sais et j'aime beaucoup la culture. Mais peut être que j'étais à l'époque trop avant-gardiste pour eux. Je ne perds pas espoir et espère un jour avoir la chance de donner des représentations là bas. » Tu l'écoutes à ton tour. « Et c'est à quel époque les grandes cérémonies ? » Ce que t'en dis Misako te donne envie d'y aller, même sans y avoir de contrat pour un spectacle. « Tu me donnes envie d'y partir. Peut être y prévoir mes prochaines vacances. » Vacances que tu passerais seule, difficile d'y amener Calliope ou Adrian. Ou alors les deux mais tu ne pourrais pas en profiter. De quoi te frustrer et te blaser. Le serveur dépose notre commande et la belle vous sert. Tu la regardes subjuguée par ses gestes. Elle te fait voyager sur le coup.

« Il aurait été dommage de garder un bijou comme toi loin de nous. Elle a bien fait ta sœur de te permettre de découvrir le monde. Et tu es jeune tu as le temps encore pour voir d'autres cultures. » Et tu t'attardes sur la finesse de ses gestes. Tu trouves cette découverte magique. « En effet c'est important. Et je comprends parfaitement ce fait de chercher sa place. C'est ce que j'ai éprouvé quand j'ai perdu mes parents. La Grèce était mon île et elle le restera toujours mais j'ai eu besoin de suivre une autre route pour vraiment m'épanouir. Il faut oser parfois pour mieux s'envoler. Mais il est vrai que rien est facile surtout quand on vit loin de ses racines. Et à Naples tu te sens à ta place ? » Tu récupères ta tasse pour la porter à tes lèvres sans lâcher la belle Misako du regard. Elle semble si douce, ta peau te fait penser à des pétales de roses. Tu laisserais ben ton nez se blottir au creux de son cou juste pour voir si elle en a le parfum enivrant.


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
L'irrésistible envie. L'amour interdit. La passion dévorante. La douleur indécente. L'insolence du désir. 

Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @Moonic @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Messages : 608 - Points : 766
Écume. [ Misako - Page 2 Ae9b620cb25c376fea4a60430fad337c
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Sam 29 Aoû 2020 - 14:33 )
Misako savait que beaucoup de septique se contenteraient de dire qu’elle est folle, qu’elle ne sait pas de quoi elle parle. Une hurluberlue de plus aux yeux des Européens, une personne capable de parler avec l’invisible pour les habitants de son île. Il était certain qu’on ne traiterait pas de la même façon sa famille ici, à Naples, qu’à Osaka. Était-ce pour cela qu’elle aimerait partir ? Retourner dans son pays pour pouvoir sentir à sa place ? Un jour peut-être, pas tout de suite cependant : elle avait autre chose à faire avant, comme prendre soin de sa sœur et dans une future encore plus proche faire les commandes de la belle Satine. Elle ne manquerait cela pour rien au monde, il n’était pas encore question pour la grande artiste de devoir trouver une autre fleuriste.

“Pourquoi avoir peur de quelque chose qui à toujours été en moi ? J’ai été créée comme cela, la seule chose à faire est de l’accepter plutôt que de le combattre. J’ai toujours senti que j’étais différente, j'ai mis le doigt dessus qu’au cours de mon séjour au Japon.” Elle réfléchit : “J’ai été surprise, plus que terrifié. Comprendre ce qu’on a tenté d’expliquer toute sa vie à quelque chose d’apaisant.” Autant jouer la carte de la franchise, elle devait ça à sa meilleure cliente. “Il n’y a pas de soucis, je vous tiendrai au courant de mes recherches.” Elle ne proposait jamais ses services sans avoir en tête de tenir sa parole.

Les choses en ordre, Misako suivit la magnifique Satine vers un petit coin de paradis. Elle ne s’attendait pas à trouver ce genre d’établissement à Naples, mais pour son plus grand plaisir cela existait. Il y avait quelque chose d’apaisant… De calme et doux à la fois. Une ambiance qui se dégageait de cet endroit pour le plus grand plaisir de la fleuriste qui se laissait happer par les différents sentiments qui tiraillaient son esprit. Pour une fois, que ce n’était pas des pensées tristes et suicidaires… Autant en profiter ! Elle se le devait, sans quoi, elle ne tiendrait jamais et Bouddha avait encore des projets pour elle : sans quoi, la Japonaise aurait déjà passé l’arme à gauche. Misako pouvait aisément comprendre pourquoi Satine et Calliope avait cru être tombées dans un mirage. Heureusement pour elles, cela n’était pas le cas : elles pouvaient donc profiter de cet établissement comme bon leur semblait. Pour couronner le tout, le tutoiement s’installa naturellement dans la conversation.

Entendre Satine parler de ses aventures fait sourire la fleuriste qui n’a pas autant écumer le monde. Au fond, cela ne lui manquait pas, elle avait eu la chance de trouver sa place du premier coup. S’il était attrayant de découvrir des régions inconnues : elle se complaisait à rester dans ce qu’elle connaissait. Elle se considérait trop instable pour parler sans avoir un pied-à-terre quelque part de toute façon, elle n’était pas du genre spontané. Misako n’avait étrangement aucun mal à imaginer la dame qui se tenait devant elle au bras des plus beaux hommes que la France avait à offrir. Elle n’aurait probablement jamais autant d’aisance que Satine avec le sexe opposé et au fond… Ce n’était pas un mal. Elle ne cherchait pas à se mettre en couple, à chercher l’amour avec un grand A ou bien une relation passagère. Elle se contentait très bien de sa seule présence et aimait n’avoir de compte à rendre à personne. Pourtant, au cœur de la nuit, il lui arrivait bien trop souvent à son goût de vouloir avoir une présence entre ses draps : des bras pour se réfugier. Elle se contentait d’oreiller, ce n’était pas parfait, mais cela faisait l’affaire.

“Il est vrai qu’au niveau mentalité, il y a quelques wagons de retard, mais les mentalités changent avec la nouvelle génération fort heureusement et les anciens comprennent que vivre dans le passé n’est pas forcément ce qu’il y a de mieux s’ils veulent que le pays continue de prospérer.” Misako avait eut de longues conversations avec sa grand-mère sur le sujet : ensemble, elles étaient intarissables de toute façon. Elle sourit en entendant Satine affirmer vouloir y aller pour ses prochaines vacances. “Dis-le-moi quand tu y vas, je te conseillerai des endroits et je suis certaine que ma famille sera ravie de te recevoir.” Était-ce le moment de dire que son oncle avait une forge et créait des katanas ? Non. Probablement pas. Servant le thé, elle sourit en l’entendant la surnommer un bijou :

“Je ne sais pas si bijou est le mot…” Et non, sa sœur ne lui avait pas réellement permis. Personne ne lui avait donné l’autorisation. Elle avait été seule pendant des années avant de trouver ses marques au Japon. “Je vois ce que tu veux dire quand tu parles de changer d’horizon, cela est souvent un mal nécessaire pour ne pas suffoquer.” Dans son cas, passer l’arme à gauche. Elle se servit à son tour : “Pas réellement, je repartirai tôt ou tard à Osaka. C’est certain.” Reposant la théière, elle encercla de ses mains la tasse pour laisser la chaleur brûler ses paumes. “Naples n’est pour moi qu’une source de mauvais souvenirs, de mauvais traitements. Et Rome n’est pas mieux. L’Italie tout entière m’est hostile. Mais je me dois d’être là pour Emiko. Elle à besoin de moi et je ne la laisserai pas tomber.” Le regard perdu dans le thé, elle cligna plusieurs fois des yeux pour les redresser vers Satine : “Et toi alors, Naples c’est là où tu es à ta place ? Ou il y a un autre endroit ?” Demanda-t-elle en prenant une douceur sur le plateau.




Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Bambi eyes (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1483 - Points : 2060
Écume. [ Misako - Page 2 Tumblr_nx4tmmr7jh1rsykxqo2_r1_500
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Jeu 10 Sep 2020 - 12:24 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

Tu te dis que tu as une eu très bonne idée de venir juste avant la fermeture du la boutique de Misako. Parce qu'à cet instant tu te sens privilégiée de partager ce doux moment avec elle. Elle se dévoile et ce qu'elle laisse entrevoir tu rends encore plus curieuse. Te donne envie d'agrandir l'instant. Alors oui cela peut paraître un peu fou, car tu n'as aucune expérience dans ce domaine. Mais tu sens que l'aider à faire tes bouquets, te fera voir encore une autre facette. Là tu découvres celle qui a un don, celle qui peut communiquer avec les êtres qui vous ont été enlevés par la mort. Tu n'es pas une fervente croyante, mais parfois tu te plais à penser que tes parents te regardent et veillent sur toi. Que lorsque tu retournes en Grèce ils sont là à t'attendre. Tu ne les vois pas, tu les sens. Tout ce que tu aimerais c'est pouvoir leurs dire au revoir. Et savoir s'ils sont fiers de leur fille. Alors tu serais prête à tenter l'expérience. A oser pousser la porte de l'au delà, juste une fois. Juste pour apaiser ce questionnement qui te taraude depuis des années. Tu n'as pas besoin de plus. Une forme de sécurité. Une façon de les laisser vraiment partir en étant sûre que leurs taches ici sur terre était vraiment fini. « Aller au Japon vous a permis d'être enfin entière et en paix avec vous même. C'est une très belle histoire en tout cas. » Et tu la remercies de sa proposition, qu'importe le résultat c'est le geste qui compte. Tu ne verras plus la jolie fleuriste du même regard à présent. Tu apprécieras encore plus ses bouquets. L'imaginant en train de les faire. Oui tu as vraiment bien fais de passer à cette heure.

Mais la soirée est loin d'être finie, elle ne fait que commencer. Les bouquets peuvent attendre, vu que Misako compte les faire plus tard. Alors après avoir vu l'envers du décors, tu décides d'embarquer la fleuriste dans ton monde. Celui où les artistes se laissent porter juste par l'instant, sans penser aux lendemains. Et la belle est une artiste, elle crée des tableaux criant de vérité chaque jour. Elle illumine les yeux et les journées de tous ceux qui viennent chercher un coin de paradis dans ses bouquets. Tu es certaine qu'elle aimera, elle sera peut être déstabilisée au début, mais elle se fera à la douceur qui émane du lieu que tu as découvert à ton arrivée à Naples. Tu veux partager ce coin caché, trésor secret dans le cœur de Naples. Peu de gens le connaissent, peu de gens le trouvent. Il faut s'y perdre avant, pour ensuite y revenir comme attirer par un aimant. Une chasse au trésor et ne prend son sens que lorsque les pieds se posent sur les diverses textures du sol. Et une fois installée tu lui laisses le temps de se laisser emporter par les odeurs, par le décor, par les sensations. Tu es grisée de voir ses yeux s'ouvrir plus grands. Tu es grisée de cette proximité. Elle est belle Misako et tes doigts ne seraient pas contre le fait de frôler sa peau. Elle te fait penser à du miel. Ce nectar délicieux et délicat que tu poserais bien sur le bout de ta langue. Et tu lui parles de tes voyages, de ces pays dans lesquels tu as laissé ta trace. De ces pays qui ont marqué ton corps, ton cœur et ton âme. Certains t'ont fait déposer les armes. Certains ont fait naître ton inspiration. Certains t'ont bercer de douces rencontres. Ils t'ont tous apporté quelques pages de plus à ton histoire. Du bon comme du mauvais, mais cela t'a permis de devenir celle que tu es. Façonnée par les rivages des côtés frôlés. Façonnée par les odeurs enivrantes. Façonnée par les images colorées et inaltérables. Façonnée par les mains qui ont envoûtés ton être tout entier. Tu parles sans détour de tout. Voyageant dans ton passé, revenant sur des souvenirs que tu chéris. Sur des envies inachevée. Des projets à naître. Parce que tout t'inspire. Même de cet instant tu pourrais en faire des pas de danse, Et de ces pas de danse pourraient sortir une chorégraphie ou le mystère se mêlerait à la sensualité.

« Certains pays gardent encore des barrières, censurent ou boycottent des idéaux, des libertés. Ce qui est bien dommage. On devrait être partout sur le même pied d’égalité. La danse ne devrait pas avoir de frontière ni être bridée parce qu'elle est trop sensuelle ou indécente. Je sais que certains de mes ballets pourraient être choquants dans des pays plus fermés. Mais comme tu le dis il faut vivre dans le présent. Pas toujours évident. L'évolution ne fait pas partout de la même façon, ce qui parfois ralenti. Mais je vais finir par y arriver. J'ai bon espoir. » Tu sais qu'un jour tu iras, peut être en premier pour de la détente avant d'y partir pour bosser. Tu ne veux te priver d'aucune beauté que la terre offre. « Je n'y manquerais pas. Il n'a rien de mieux que d'être chez l'habitant pour découvrir le pays. » Bien sur tu fréquentes les grands hôtels, surtout quand tu es en tournée. Mais tu ne dis pas non à un peu de fantaisie et d'aventure, encore plus si tu y vas en vacances. « Je sens que je vais venir bien plus souvent te voir. Au lieu de passer mes commandes par téléphone ou par mail. » Tu vas lui accorder du temps à Misako, pas que tu en es à revendre tu es pas mal occupée. Mais tu trouveras bien un petit créneau pour venir la titiller de ton regard. Qui sait où cela pourrait te mener de faire plus connaissance avec un bijou pareil. Tu souris à ses mots, tout en l'observant, détaillent ses mouvements et la tendresse qu'elle met dans ses gestes pour servir le thé. Tu l'écoutes buvant ses paroles, tes yeux s'accrochant à ses lèvres. Tu en frissonnes même en t'imaginant l'embrasser.

Tu viens avec douceur frôler son bras, puis le dessus de sa main. « Tu peux toujours t'en faire des doux de souvenirs à Naples. Il ne faut parfois pas grand chose pour chasser le mauvais. Une rencontre par exemple peut donner une nouvelle saveur à un endroit où tout sembler âpre et amer. » Tu t'attardes glissant ta peau contre le sienne. Un geste électrisant et que tu aimerais troublant. Même ta bouche frémit de ces idées plus très sages qui viennent titiller ton esprit. Exquise gourmandise que tu regardes. « C'est bien d'être là pour ta sœur, c'est tout à ton honneur. Mais il faut que tu penses à toi. A ce que tu désires. Être fleuriste te plaît cela se voit. Mais as tu d'autres envies ? Veux tu découvrir de nouvelles choses ? Faire des expériences, même des inavouée. » Tu t'approches un peu sans chercher à la mettre mal à l'aise, juste pour qu'elle sente ton souffle contre elle. Et qu'en retour tu sentes le sien effleurer ta peau. Tu goûtes le thé, croques une friandise, gardant habillement le contact avec Misako. « Je me sens bien à Naples. Pour le moment ... » Surtout que Calliope et Adrian s'y trouvent. Même si tu ne peux abuser des deux en même temps. « Je me sens presque entière ici. » Tu le sauras entière quand tu les mettras tous les deux dans ton lit, quand tu dévoileras tes sentiments. « Quand je pars à l'étranger je me sens plus déchirée même si j'adore voyager. » C'est parce que là plus part du temps tu es seule ou juste avec Adrian. Et Callipe te manque. « A vrai dire je vis un dilemme ici il a un certain poids, ailleurs un autre. Je n'ai pas trouvé l'équilibre que je voudrais avec ce dilemme. Et j'ignore si un jour je la trouverais. » Dix ans que ça dure, il faudrait peut être que tu mettes carte sur table avec les McKunney. Ou que tu tires un trait sur eux. Même si cela causerait de la souffrance. Mais ils seraient tous les deux et plus de déchirements. Tu sais qu'ils seraient heureux tous les deux, ils s'aiment suffisamment pour ça. « Enfin pour le moment je suis bien ici et en ta compagnie, demain est un autre jour. » Et tu prends sa main dans la tienne quelques secondes. Savourant le contact. Cherchant à voir si tu la troubles comme elle te trouble.  


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
L'irrésistible envie. L'amour interdit. La passion dévorante. La douleur indécente. L'insolence du désir. 

Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @Moonic @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Messages : 608 - Points : 766
Écume. [ Misako - Page 2 Ae9b620cb25c376fea4a60430fad337c
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Sam 12 Sep 2020 - 10:56 )
Sa vie était-elle une belle histoire ? Misako se contenta de sourire tristement, car la vérité n’était pas aussi… Joyeuse. Oui, elle avait voyagé et trouvé sa place, mais à quel prix ? Elle avait dû caresser du bout des doigts la noirceur de son âme, rencontrer la mort et la saluer avant de devoir l'a quitté. Devrait-elle tout avouer à la magnifique femme qui se tenait devant elle ? Non. Elle craignait que face à tant de négativités : la belle fleur devant elle dépérisse. Qui ne le ferait pas ? Et puis, cela mettait toujours les gens mal à l’aise et elle ne voulait pas que la soirée qui commence soit sous cet augure. Elle préférait garder une conversation légère. Suivant Satine dans les rues de Naples, elle continuait de découvrir des merveilles : comme sa cliente lui prouva. L’endroit était tout bonnement à couper le souffle. Pour sûr qu’elle reviendrait… Mais est-ce que cela serait aussi doux qu’avec la belle à son bras ? Certainement pas. L’artiste rendait tout parfait. Elle l’avait depuis longtemps remarqué et passé du temps avec elle ne faisait que conforter ce sentiment enivrant. Misako se savait chanceuse de l’avoir pour quelques heures. Installée devant la déesse vivante, elle continuait de tout regarder sans pour autant perdre de vue que la dame devant elle méritait son attention également.

“Je pense de tout mon coeur que l’art est bien la seule chose qui peut lier l’humanité, la seule chose assez forte pour mettre de côté tout ressentiment de côté et trouver ce qu’il y a de commun à chaque culture.” Oui, elle avait beaucoup pensé à cela. Notamment, car - lors de son séjour à Osaka - elle avait vu les différences entre les danses Japonaises et Européennes. Une part d’elle était convaincue que Satine serait émerveillée de les voir. Cela lui donnait une idée, pour une autre soirée peut-être ? Elle ne savait pas. “Cela bien vrai ce que tu dis, surtout que ma tante est franchement la meilleure cuisinière que je connaisse.” Et ses petits plats lui manquaient. Elle ne dit rien cependant, Misako éprouvait toujours beaucoup de peine à parler d’eux en même temps que de la joie ainsi que de la fierté. Une douce combinaison grisante pour son âme.

“Tu seras toujours la bienvenue dans ma boutique et chez moi, même si… Mon logement fait la taille de ta salle à manger.” Dit-elle en rigolant. “Et il y a toujours du thé de prêt pour mes meilleurs clients.” Ou plus… Si affinité. Elle n’avait jamais eu de relation, alors cela ne s’était jamais présentée.

Les doigts de Satine la firent frissonner, elle baissa son regard pour suivre le mouvement… Cela était si agréable. Elle avala sa salive pour réprimander cette vague de chaleur qu’elle connaissait, mais qui l’avait toujours effrayé. L’artiste en face d’elle avait raison, il ne tenait qu’à elle au fond de se refaire une vie ici. Encore fallait-il le vouloir… La majorité de ses souvenirs en Italie étaient des déceptions. Elle alla répondre, mais la suite ainsi que le rapprochement de Satine arrêta son cœur. Ni plus, ni moins. Elle était si troublée par sa présence… Misako ne comprenait pas, ou plutôt ne voulait pas comprendre. Son souffle suspendu, elle trouva la force d’articuler :

“Ce que je désire…?” Voilà une excellente question. “Probablement de pouvoir trouver une paix intérieure. Je crains parfois que si je ne la trouve pas, je vais me noyer.”

Dans tous les sens du terme. Posant la même question à Satine, elle continua de déguster quelques douceurs tout en tentant de calmer les battements précipités de son cœur qui ne voulait pas rester en place. Sentant une certaine tristesse dans sa voix, elle fronça les sourcils. C’est presque instinctivement qu’elle étendit son bras pour poser sa main sur celle de la belle :

“Est-ce que… Tu veux en parler ?” Proposa-t-elle. “Je suis une personne neutre et je sais écouter à défaut de conseiller. Parfois, en parler suffit à régler le problème.” Ou pas. Mais cela valait la peine d’essayer. Serrant délicatement sa dextre, son cœur entama une danse encore plus endiablée : une qu’elle ne connaissait pas encore, mais qui la laissait affamée.




Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Bambi eyes (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1483 - Points : 2060
Écume. [ Misako - Page 2 Tumblr_nx4tmmr7jh1rsykxqo2_r1_500
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Jeu 24 Sep 2020 - 9:02 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

Tu charmes et tu te laisses charmer. C'est léger, doux, précieux même comme un fil de soie. Misako a une aura des plus exquises, marquée par des blessures invisibles. Mais aussi par la beauté de ce qu'elle fait. Sa façon de parler, de marcher, de sourire, même de respirer est une toile de maître et tu te régalerais de pouvoir y laisser glisser tes pinceaux. Tu effleurerais juste cette perfection faite d'imperfections délicates. Tu poserais ton souffle chaud comme un vent du désert. Tu en ferais jaillir l'eau pour faire naître une oasis. Oui la belle t'inspire et de donne des envies de création avec des envolés intenses. Tu les vois se dessiner dans ses yeux les pas que tes danseurs pourraient poser sur les planches d'une scène. Tu entends même la musique à la fois tendre et captivante qui s'égraine au grès de ses paroles. Et tu l'écoutes t'abreuvant de sa voix comme on s'abreuve  à une fontaine d'eau claire. Même si là sur la table, autour de laquelle vous êtes installées, se sont des tasses de thé qui s'y trouvent. Thé que Misako sert avec toute la magie du à ses origines. Et toi tu l'observes, retenant chaque geste qui s'ajoute au puzzle que déjà ton esprit met en place. Un jeté, une pirouette, un pas à droite, quatre pas à gauche, des mains qui se frôlent et des corps qui s'accordent. Oui elle te donne envie de créer Misako. De créer un jardin ou les senteurs seraient exotiques. Ou les couleurs seraient chatoyantes. Et tu vois les décors qui entoureraient le ballet, tout comme les costumes que ta tendre Calliope pourrait de ses doigts fin tailler. Ô comme tu l'imagines grandiose sous le jeu des lumières, cette histoire qu'elle te conte en parsemant dans ton esprit la plus douce des mélodies. Tu as même la sensation de sentir les bonnes odeurs de la cuisine que fait sa tante. Ce qui te fait sourire. De toute façon tu sais que cet endroit éveille toujours ta créativité. Et puis il y a eu cet instant dans le magasin de Misako, la découverte de l'arrière boutique, avec toutes ses fleurs offertes à tes yeux. Le tout se met en place lentement. Et toi tu continues de capter son essence à travers les phrases qu'elle distillent comme des notes. L'instant est enchanteur et tu te ferais bien enchanteresse pour glaner un peu plus de cette essence presque aphrodisiaque.

Et tu te mets à rire à ses mots, un rire cristallin qui s'associe au sien comme s'ils avaient été faits l'un pour l'autre. « Essaies tu de me dire que ma maison est trop grande. » Tu la regardes avec cette intensité qui t'est propre. Bienveillante, curieuse et surtout enivrée, tes yeux plongent dans les siens. Eau profonde et limpide dans laquelle tu te laisses couler. Mais tu n'en perds pas pour autant le fil de votre conversation. « Il est vrai que pour une personne seule, elle est grande. Mais je pensais qu'un jour y résonneraient des rires d'enfants. » Petit silence. Tu sais que maintenant il n'y en aura jamais. Tu te serais moqué qu'ils soient de tes entrailles ou pas. Mais vu que le seul homme avec qui tu aurais passé ta vie, est à une autre ta maison est reste vide de cette vie là. Mais tu n'en veux pas à Adrian pour autant. Tu connais trop les charmes de Calliope et son pouvoir d'envoûtement pour lui tenir rigueur d'avoir succombé. Tu y succombes toi même depuis bien plus longtemps. Et tu n'as jamais réussi à sortir des filets qu'elle avait dressé autour de ton être. Tu n'as pas cherché non plus. Et même si tu pars en conquête et que tu deviens la reine d'autres terres, Adrian et Calliope restent tes ports d'attache. Liés à jamais à ton cœur qui hurle de les aimer trop fort quand il se doit de les partager. Mais tu as choisi cette vie là, tu aurais pu refuser de porter le poids de ce secret. Le poids de cette infidélité que les deux signent à chaque fois que leurs corps s'unissent au tien. « J'en prends note et je me ferais un plaisir de passer dés que j'en aurais l'occasion. » Qui sait vous pourriez aller froisser quelques pétales de rose en découvrant vos êtres plus intimement. Coquine que tu es, tu trouves l'idée charmante.

Et vos peaux se frôlent, pouvoir incontesté de la chair. Trouble incandescent de l'audace. Un geste simple, mais qui peut perturber jusqu'au tréfonds des entrailles. Tu guettes presque son frisson. C'est comme un bonbon acidulé, ça pique la langue comme ça l'émoustille. Et tu réduits la distance, voulant l'enfermer dans ton souffle, dans cette bulle que tu dessines avec habileté. Envoûtante déesse grecque qui ne cherche qu'à titiller. Même tes mots s'accordent à l'instant. « Ton âme est donc si tourmentée. C'est parce que tu n'as pas encore trouvé le phare qui pourra te guider. » Toi tu en as trouvé deux et pourtant cette sensation de noyade tu la sens quand tu les regardes unis et amoureux comme au premier jour. Alors tu peux comprendre les paroles de Misako, tu peux saisir son ressenti. Parfois tu vas te perdre dans d'autre bras pour ne pas sentir ce poids t’étouffer. Mais la question se retourne contre toi, curieuse la demoiselle. Tu es déjà troublée, par tes pensées, ses réactions, les mots échangés, alors tu ne peux retenir ton sentiment de manque. Ce désarroi dans ta voix quand tu penses à tes deux amours. Une part de ton cœur pour Bonnie, une part de ton cœur pour Clyde. Et au milieu une fissure qui saigne. Tu sais que pour la faire disparaître tu devras avouer. Tu devras leurs dire. Mais seront-ils capable d'entendre ? Et de comprendre ? Ta plus grande peur est qu'ils se déchirent, se rejetant la faute avant de te la faire tomber dessus. Qu'ils voient ton acte comme une trahison. Et ça déchire davantage ton cœur. Et la douce main se Misako se pose sur la tienne. Chaleur entêtante d'un contact charnel. Tu la regardes. Tu lui souris, même si dans tes yeux la paix à un peu disparu. « C'est compliqué. Je me doute que tu saurais écouter. Mais parler serait un peu trahir le serment que j'ai fais. Et ce serment protège, le briser pourrait tout faire basculer. Pas que je pense que tu en parlerais. Mais … Enfin c'est compliqué. L'amour ne met pas de barrière alors que la vie et la société nous en imposent. Si on pouvait vivre au grand jour toutes nos histoires d'amour. Je pense que je pourrais librement vivre la mienne. » Tu sens l'étreinte de sa main se faire plus intense. Doucement de ton pouce tu caresses sa peau. « Je ne suis pas la seule dans cette histoire et je ne peux me permettre de les mettre en porte à faux. » Calliope vient parfois chercher des fleurs pour les spectacle. Adrian doit en acheter dans la boutique pour sa belle. Misako les connaît certainement, tu ne voudrais qu'elle les regarde différemment. Qu'en les voyant elle ne voit plus le couple qu'ils forment mais juste tes deux amants qui te déchirent. Et tu ne veux pas imposer ta douleur à une autre personne. « Tout serait bien plus simple s'ils savaient. Mais je pourrais les perdre et je n'y survivrais pas. » Tu te reprends, tu ne veux pas gâcher l'instant. De ta main libre tu prends ta tasse de thé pour en boire quelques gorgées. « C'est cet endroit il rend l'âme vagabonde et le cœur nostalgique. » Tu souris voulant te concentrer sur la belle. Unique raison de ton souffle et de tes battements de cœur ce soir.   


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
L'irrésistible envie. L'amour interdit. La passion dévorante. La douleur indécente. L'insolence du désir. 

Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @Moonic @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Messages : 608 - Points : 766
Écume. [ Misako - Page 2 Ae9b620cb25c376fea4a60430fad337c
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
Écume. [ Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Sam 3 Oct 2020 - 22:41 )
“Loin de moi cette idée, ou même de faire cet affront. Je préfère juste te prévenir que chez moi, ce n’est pas aussi spacieux.” Cela convenait à Misako, elle aimait les petits endroits : elle avait cette douce impression qu’elle avait plus de contrôle quand cela était le cas. La confession de Satine était bien triste, elle offrit un sourire désolée à l’artiste. Elle n’osa rien dire sur le sujet de peur de mettre encore plus de sel sur une plaie qui ne se refermera probablement jamais. Il y avait des choses comme ça qui feront toujours souffrir. Elle savait de quoi elle parlait.

Non-contente d’entendre Satine confirmer qu’elle viendrait plus à la boutique ou bien juste pour boire un thé : la fleuriste dégusta quelques douceurs avant de prendre une gorgée de sa boisson chaude. L’effleurement de sa peau contre celle de la magnifique femme devant elle rendait Misako étrangement… Confuse. Elle pouvait sentir la chaleur enflammée ses joues qui devaient sans peine témoigner de cela en affichant une couleur légèrement rosée. Satine se rapprocha un peu plus, coupant presque le souffle à Misako qui ne savait pas du tout comment réagir. Jamais elle n’avait laissé quelqu’un s’approcher aussi près d’elle. Alors évidemment qu’elle en perdait également son latin.

“Je ne sais pas si j’ai besoin d’un phare, mais je sais que même en trouver un n’aiderait pas au mal qui me ronge. C’est comme ça. Je me suis faite à l’idée de toujours devoir porter cette croix.” Et même si elle n’était pas forcément en paix avec cette fatalité, elle avait appris à vivre avec cette éventualité jusqu’à s’y faire puis l’accepter. Un long processus qui demandait beaucoup d’énergie. Trop même, mais qui est nécessaire pour une personne comme elle.

Les beaux yeux de Satine prirent une teinte plus sombre, Misako s’en voulu presque d’avoir retourné la question à son interlocutrice. Elle allait d’ailleurs préciser que cette dernière n’était pas obligée de répondre quand elle le fit. Dans un geste qui se voulait rassurant, elle posa sa main sur la sienne avec l’espoir que cela apporte un peu de paix. Elle semblait être dans une relation difficile. Misako ne pourrait pas dire qu’elle comprenait et jamais elle ne s’aviserait de conseiller quelqu’un sur le sujet. Elle était très mal placée pour cela.

“Je comprends. J’espère vraiment que vous trouverez un jour une paix. De ce que je sais sur toi, tu es une personne qui mérite le meilleur, d’être heureuse surtout.” Des paroles sincères sortirent naturellement de ses lèvres. “Je ne saurais pas donner des conseils, mais si j’ai bien appris une chose depuis ma naissance, c’est qu’il vaut mieux dire les choses comme elles sont plutôt que de mentir.” Elle aurait aimé que son père lui dise de but en blanc qu’elle n’en avait rien à faire de son existence. “Je ne pense pas que ça soit le lieu, Satine. Tu as une habilité déconcertante à faire sentir les gens en confiance.” Misako lui sourit : “C’est toi qui rends l’atmosphère si détendue et en même temps fait qu’elle est sécurisé. J’ai l’impression que je peux te parler sans que tu ne me juges.” Et pourtant, il y avait des choses qu’elle ne dirait jamais. Tout du moins, pas tout de suite.




Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Bambi eyes (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1483 - Points : 2060
Écume. [ Misako - Page 2 Tumblr_nx4tmmr7jh1rsykxqo2_r1_500
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
Écume. [ Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le Jeu 15 Oct 2020 - 11:47 )

Fleur et senteur d'innocence.
MISAKO & SATINE

« La taille n'a pas d'importance, du moment que tu t'y sens bien. » Toi tu as besoin d'espace, de ne pas te sentir cernée de toute part. C'est sûrement pour cette raison que tu as vu grand. Même si tu en dévoiles une autre. Une qui ne se réalisera jamais. Ce n'est pas à ton âge que tu seras mère et si l'idée d'adopter ne te déplaît pas, tu vis seule. Et le seul homme avec qui tu voudrais partager ce bonheur est marié à ta meilleure amie. Alors problème résolu. Mais tu as appris à vivre avec le silence que tu combles de musique sur laquelle tu crées tes chorégraphies. Mais tu n'es pas là pour rendre cette soirée triste. La belle Misako a des attraits qui t'attirent comme la lumière pour un papillon. Alors tu grappilles et surtout distilles le fait que tu chercheras sa compagnie plus souvent à présent pourquoi te cacherais tu d'une évidence que tu veux mettre en avant. La fleuriste dégage ce charme discret qui te fait craquer. Tu aimes les audaces, mais aussi ce qui se fait plus discret. Et même si ton cœur est pris par un homme et un femme qui te tourmentent à longueur de journée, de nuit. Ton corps lui se laisse porter par les envies charnelles. Des envies que tu combles dés que tu en as l'occasion car Adrian tout comme Calliope ne sont pas toujours disponibles. Leur vie de couple fait que tu passes après le tableau idyllique de leur amour. Tu es la faute qu'ils cachent. Et tu ne peux leurs en vouloir, tu aurais du refuser le jeu d'entrer. Mais l'amour fait faire des folies et la tienne c'est de leurs succomber.

Mais ce soir toute ton attention est reportée sur Misako. Et tu fais tout pour devenir la flamme contre laquelle elle a envie de battre des ailes. Un frôlement, un regard plus insistant, une voix suave, tu utilises les atouts que mère nature t'a donné et tu la sens troublée. Ce qui te ravie. Et tu choisis tes mots pour l'entraîner dans ta toile. Tu lui offrirais bien une danse, celle que l'on mène entre des draps. Une danse douce qui se ferait fiévreuse sous le touché de tes lèvres et de tes doigts. Tu l'imagines soupirer et même se cambrer alors que vos corps s'effleureraient. « Je comprends. Mais certaines choses peuvent apaiser et rendre cette croix moins lourde à porter. » Toi quand le poids de la tienne devient trop pesant, tu te livres à d'autres bras, oubliant pour quelques heures cet amour interdit que tu ressens. Qui te ronge et qui finira un jour par avoir raison de toi. Tu savoures le thé et les sucreries proposées. Tous tes gestes ne sont que prolongation de tes pensées. Mais un instant, suite aux paroles de la belle, tes pensées s'assombrissent. Ils sont toujours là au creux de ton cœur et le manque puissant, devient une arme contre toi et cette fragilité qu'ils font naître. Tu vis enchaînée, tu le sais, pour te délivrer il faudrait que tu mettes un terme à ces deux relations. Mais tu ne le peux comme tu ne peux en parler sans prendre le risque de voir ton paradis s'effondrer. Et pourtant ce paradis te tire souvent en enfer au point de étouffer. Mais c'est le choix que tu as fais et tu l'acceptes qu'importe le prix à payer. Qu'importe le sacrifice de ton cœur. « Je la trouve parfois dans des instants éphémères. » Avec Adrian, avec Calliope. « Je suis sûre qu'un jour tout s'arrangera. La vie m'offre de belles rencontres, alors elles chassent un peu le reste. Et merci Misako tes mots me touchent. Et je pense que tout le monde mérite le bonheur. Qu'importe comment on le trouve. On y a droit. » Et à cet instant tu pourrais bien le puiser dans le regard de la belle ce bonheur fugace mais enivrant.  

Tu souris à ses mots plein de prévenance. « Oui j'aurais du dire la vérité tout de suite quand j'ai compris que je ne pourrais pas me délier d'eux. Et que je les aimais sans mesure. J'aurais du mettre carte sur table à ce moment là. Mais je ne l'ai pas fais. Et le faire là rendrait tout plus compliqué sauf si je suis prête à tout perdre. » Les voir sortir de ta vie en te maudissant. Faire éclater leur couple, les diviser. Tu ne te sens pas la force de blesser et de détruire les deux êtres que tu aimes le plus. Alors tu prends ce qu'ils te donnent et quand ils te l'accordent. Tu n'as pas le choix. Et tu souris à la suite de ses mots, venant cette fois frôler sa main avec plus d'audace. La prenant même dans la tienne. « Tu pourrais facilement me faire perdre la tête. Tu es le genre de personne que j'aime découvrir plus intimement. J'ai envie de te goûter. Laisser mes doigts et mes lèvres glisser sur ta peau. » Tu portes sa main à ta bouche et tu l'embrasses sensuellement. « Et ne te sens pas mal à l'aise. Mais tu m'attires comme une délicieuse lumière, comme du miel. » Ta main vient se poser sur sa joue. « C'est toi qui est fascinante, déconcertante, je ne me sens pas juger à tes côtés. » Ton visage s'approche du sien, tu viens un instant souffler contre ses lèvres, te mordant les tiennes en te retenant de les kidnapper. Ta bouche vient juste se poser contre son autre joue. « Serais tu prête à te dévoiler d'avantage ? Serais tu prête à céder à une invitation vers un autre voyage ? » Tes yeux se posent dans les siens avec cette étrange lueur, vibrante de désir. Tu ne la forces en rien, tu accepteras un non. Mais tu aimerais la faire vibrer avec plus d'intensité.


(fiche) vmicorum. / (ava) alcuna licenza.


bonnie clyde
L'irrésistible envie. L'amour interdit. La passion dévorante. La douleur indécente. L'insolence du désir. 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Écume. [ Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: Écume. [ Misako ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Écume. [ Misako -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2