Revenir en haut
Aller en bas

-54%
Le deal à ne pas rater :
Camera Surveillance Bébé WiFi sans fil1080p CACAGOO
22.94 € 49.99 €
Voir le deal
-72%
Le deal à ne pas rater :
Cdiscount à Volonté à 8€ au lieu de 29€
8 € 29 €
Voir le deal

 

- [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Aloysia, (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1608 - Points : 2469
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Ec15b7e00fff1e4229e8bd490cc201bd
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Empty
Sujet: [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) ( le Jeu 9 Juil 2020 - 18:11 )

Jalousie distillée. Désir aiguisé.
ADRIAN & SATINE

Encore enivrée de ta soirée, de ta nuit, tu te réveilles. A tes côtés le corps de Marcello endormi, tu en profites pour laisser tes doigts glisser sur son torse. Vous avez faits des folies lorsque tes invités ont eu quitté ta maison. Vous avez profité de ta piscine en prenant un bain nu, avant que vos êtres ne finissent unis sur ton lit. Jouant habillement de toutes les sensations que vos peaux ont distillé. C'était exaltant, enivrant. Peut être parce que tu as senti durant toute la soirée les regards de ton couple favori, les McKinney, se poser sur toi. Tu t'es plusieurs fois demandée si ton comportement suscitait leur jalousie. Jalousie qu'ils ont du taire l'un à l'autre, mais l'idée de ce ressenti t'a excité. Te demandant si quand Adrian et Calliope se sont retrouvés dans l'intimité, leur faim a plus imposante. Tiraillés par les images que tu renvoyais au contact de Marcello. Tu espères qu'ils ont pensé à toi tout en s'aimant avec passion. Tu espères t'être glissée dans leurs  pensées érotiques alors qu'ils s'embrassaient, se caressaient, faisaient l'amour, comme si tu étais entre eux, avec eux. Tu espères qu'ils t'ont autant désiré que ce qu'ils se désiraient. Tu espères que ton prénom a roulé sur leur langue tout en restant bloqué au bord de leurs lèvres silencieuses. Assoiffées de toi et pas rassasiées d'eux. Parce qu'ils doivent garder le secret de la relation que tu leur offres indépendamment à chacun. Et qui parfois te pèse, tout serait tellement plus simple si tout se savait. Si ce secret scellé avant leur mariage trouvait sa liberté. Mais tu ne feras rien de la sorte sans leur accord. Même si durant cette soirée tu as joué avec le feu et que tu te doutes qu'il y aura des retombées. Quand ? Comment ? Tu l'ignores. Mais tu sais qu'ils se pencheront sur ce sujet qui a peut être était douloureux. Marcello se réveille et tu lui souris. Une douche et un petit déjeuner plus tard il s'en va après un baiser langoureux plein de promesses. Qui sait une autre joute pourrait te tenter. La porte se referme et tu te retrouves seule. Le silence se fait enfin entendre.

Tu files au salon, pas trop de panique, tes invités ont été ordonnés et puis le personnel employé a pas mal rangé. Il reste très peu à faire, c'est parfait tu vas pouvoir fainéanter. Tu retournes dans ta chambre pour défaire ton lit. Tu prends le temps de te regarder dans ton psyché, tu portes un peignoir en soie rouge à peine nouée autour de ta taille, ce qui laisse voir tes dessous un shorty et un caraco en dentelle noire. Des couleurs liées à la passion, à la sensualité, à l'érotisme. Tu es belle, radieuse, tu ne ressens pas de fatigue. Tu es bien. Mais tu ne peux t'empêcher de penser à Adrian et à Calliope. Et à cette jalousie que tu as éveillé volontairement. Peut être pour les brusquer, pour leurs montrer combien c'est difficile pour toi cette situation. Tu es la perdante dans ce jeu, celle qui cache ses sentiments. Celle qui doit sourire quand tu les vois ensemble alors que tout ce que tu aimerais c'est les chérir tous les deux en même temps. Il faut que tu t'occupes l'esprit sinon cela va devenir compliqué. Et cette nuit sublime va s’entacher de culpabilité. Et tu ne veux pas la gâcher, ni gâcher ta journée. Alors tu rejoins ta cuisine, il reste un peu de rangement. Mais tu entends une voiture arriver dans ton allée et avant que tu ne sois à ta porte ta sonnette retentit. « J'arrive. » Adrian et Calliope avaient dit qu'ils viendraient te donner un coup de main. Est ce que c'est eux ? Pourtant c'est encore tôt. Enfin tu verras bien, tu vas ouvrir nullement gênée par ta tenue des plus sulfureuse. Et puis si c'est ton amant et ta maîtresse, la vision de ton corps à moitié dénudé les mettra en appétit, apaisera leur colère qu'ils ne pourront laisser éclater. Ils seront déstabilisés, sachant qu'il ne faudra pas qu'ils le montrent. Cela pourrait être amusant de jouer un jeu de provocation alors qu'ils seront tous les deux sous ton toit. Tu l'as rarement fait, souvent parce que du monde vous entoure. Mais là titillée par la soirée tu pourrais bien les taquiner.

Tu ouvres la porte. Et Adrian est planté là. Seul. Il n'a pas l'air super content. Mauvaise nuit ??? « Salut beau gosse. » Tu regardes autour mais pas de Bonnie. « Où est Calliope ? Tu l'as enfermé dans le coffre de la voiture ? » Tu te mets à rire, jouant sur le ton de la plaisanterie. Mais il semble que la mayonnaise ne prenne pas. « Un souci Adrian ? Tu m'inquiètes là. Calliope est malade ? » Tu devrais plutôt te dire qu'à cet instant ton Clyde essaie de te faire passer un message du genre : "je n'ai pas trop apprécié ton comportement hier soir". Mais si tu voulais que le couple éprouve de la jalousie, tu ne souhaitais pas spécialement qu'il t'en fasse payer le prix. Est ce que tu leurs fais des crises de jalousie quand tu les vois tous les deux coller serrer se tripotant et s'embrassant ? Non. Est ce qu'ils pensent à la souffrance que tu éprouves face à cette situation ? Pas sur. Ok tu l'as accepté mais ils ne peuvent pas t'empêcher d'avoir une vie à côté, des amants, des amantes. Bon c'est vrai que jusqu'à présent tu étais restée discrète, hier soir tu as bien étalé tes intentions et c'est certainement ce qui a fait la différence. C'est peut être pour cette raison qu'Adrian est venu seul pour parler du ressenti de jalousie qu'il a éprouvé.


(fiche) vmicorum. / (ava) Tag & Schizophrenic


bonnie clyde
L'irrésistible envie. L'amour interdit. La passion dévorante. La douleur indécente. L'insolence du désir. 



Dernière édition par Satine Vasilis le Mer 28 Oct 2020 - 12:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adrian McKinneyLe vin est un puissant lubrifiant social
Adrian McKinney
http://www.ciao-vecchio.com/t6983p10-adrian-i-choose-us
Faceclaim : Tom Hardy ©blondiepsychedelique <3
Messages : 48 - Points : 187
Âge : 45 années
Métier : Possède une boite d'édition.
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Empty
Sujet: Re: [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) ( le Mer 5 Aoû 2020 - 11:09 )

Jalousie distillée. Désir aiguisé.
ADRIAN & SATINE

Tu savais que la soirée allait être comme toujours légèrement compliquée. Tu avais apparu avec une des plus belles femmes au monde à tes cotés, ta femme. La belle blonde t'avait fait rire, ses contacts doux n'avaient eu de cesse de te rapperler ta chance...Mais il y avait également la torture plus fourbe de voir la maitresse des liens ta maîtresse à toi tout court également qui avait hanté ses propres couloirs comme elle hantait tes désirs à chaque fois que vos regards s'étaient croisés. Bien évidement ces derniers étaient restés sages. De la même façon que tu t'étais retenu de glisser tes paumes au plus bas des reins de Cally , tu n'avais point laissé tes yeux suivre le chemin gracile du cou de Satine jusqu'à son décolleté , jusqu'à ses courbes. Un effort surhumain qui t'avait poussé à t'accrocher aux invités de la belle. Ton imagination quant à ce qui aurait pu se passer si tu avais été avec elle, avec elles deux … même les discutions avec tout ces inconnus ne pourraient la faire taire. Tu t'étais légérement ennivré et étrangement cette fois ci madame McKinney n'a pas sourcillé, pas de reproche à l'horizon mais son corps encore plus étroitement lové contre toi comme si elle y puisait elle aussi une quelconque force ou soutien. Et c'était bien heureux car c'était son odeur qui t'avait empéché d'aller attraper son poignet lorsqu'un male l'approche trop. Attention tu es jaloux même lorsque c'est une femme qui est charmée mais lorsqu'un homme la frolle, lui sussure des mots qui te ferait arraché sa langue, quand il la séduit et qu'elle se laisse séduire... tu as l'impression qu'on te vole ta place. Tu es la seule dose de testostérone dont elle a besoin. Seuls tes bras peuvent la réchauffer lorsque tes voyages d'affaire vous raménent à Paris sous la pluie ou peu importe le lieu. Seule ta barbe peut chatouiller l'intérieur si doux de ses cuisses et reposer contre sa joue aprés l'amour... oui toi et ce Marcello. Dés le debut de la soirée le béllatre tournait autour de la divine artiste et dés le début de la soirée tu le haissais, profondément. Tu ne savais être comblé uniquement de ta femme ou bien de Satine lorsque vous etiez dans la même piéce et ce type. Mais ce boxeur te ravissait le plaisir d'aller te bruler à son contact, de jouer avec le feu en lui racontant quelques blagues qui n'appartenaient qu'à votre cercle restreint, qu'à ce qui pourrait ressembler à un triangle amoureux des plus complexes. Elle flirtait avec lui, devant tes yeux... elle le cherchait, elle le trouvait sans sembler avoir besoin de toi... Parfois tes doigts s'ancraient plus fort encore dans la chair de Calliope comme tu aurais voulu qu'ils s'ancrent aussi dans celle de Satine ou alors contre la mâchoire du grand type inconscient de la douleur qu'il provoquait. Elle explosa quand tu compris que la soirée ne s’arrêterait pas là pour eux, qu'ils allaient la finir ensemble, imbriqués l'un dans l'autre à s'échanger ce souffle qui avait pour habitude d’attiser le brasier dans ton ventre, dans ton âme.

La nuit avait alors été longue pour toi et ta femme. Vous passiez rarement une nuit sans vous toucher, sans vous caresser, toujours avides après autant d'années et d'autant plus quand, pour ta part, tu avais eu la vision de tes deux déesses l'une face à l'autre. Pourtant celle ci fût étrangement calme , tout deux dans vos pensées, dans vos angoisses. Si parfois tu t'endormais en l'imaginant nue dans son lit, cette fois ci tu cauchemardais à la voir nue avec lui. Tu t'étais retourné et retourné entre tes draps jusqu'au petit matin . Calli a enfin trouvé le sommeil et tu restes un moment à la regarder, à passer tes doigts sur sa joue, à débarrasser avec tendresse son front de quelques cheveux indisciplinés. Ce spectacle t’apaise, te remplit le vide que crée l'absence de Satine, comme Satine te sauve du manque insoutenable de ta femme lorsque vous êtes loin. C'est cela ta vie, dévorer les moments, les sentiments, les sensations qu'elles te donnaient pour oublier que tu aurais toujours faim... Mais tu ne peux rester ainsi plus longtemps dés lors que tu te demandes si il fait de même, lui avec la chevelure de jaie de sa maitresse, de leur maitresse. Tu ne t'attarde pas sous la douche ni plus à boire un café trop brûlant comme toujours, comme pour te rappeler par cette flambée dans ta gorge comme tu aimes les flammes. Non tu files vite à la demeure que tu as délaissé avec peine quelques heures plus tôt. Le trouvera tu encore là ? Sur le canapé à respirer le parfum de Satine dont tu ne peux nier l'attraction ? Tu frappes à la porte, tu attends et chaque seconde étire un peu plus ta colère et ta jalousie.

Elle apparaît et avec elle le verbe prends tout son sens. Elle est toujours comme une apparition … bouleversante en tout point. Sa tenue met en valeur sa peau, ses charmes, sa sensualité toujours si bien maîtrisée. Son peignoir est une invitation à être retiré comme le moindre vêtement sur elle pourtant tu n'en fais rien. Tu te rappelles que le dernier qui l'a fait n'était pas toi …. Tu l'as laisse parler car tu n'es pas certain du timbre qu'aura ta voix, pas certain de comment tu vas exprimer ce que tu as sur le cœur, sur l'orgueil, dans les tripes. Elle s’inquiète de Calliope et ça devrait t'adoucir ou te faire culpabiliser d'être là, de la tromper encore. Mais tu es plus agacé . Comment peut elle faire comme si de rien n'était. Alors une fois que la porte se referme sur toi, tu claques des dents, la mâchoire serrée « Elle va très bien rassures toi... mais celle dont on doit s'enquérir de son état ça doit être toi non ? » Ta voix est posée finalement et loin d'être rassurante ça prouve vite que c'est vital que tu te contrôles car tu ne sais jusqu'où tu irais. « Tu as passé une excellente soirée après tout accompagné de ce boxeur » Il y avait une pointe de mépris. Quand on te connaissait on savait pourtant que c'était loin d'être quelque chose qui te catégorisait. «Il est peut être encore là à attendre de pouvoir t'arracher ton shorty ? Vous vous êtes protégés j’espère ? »


(fiche) vmicorum. / (ava) Tag & Schizophrenic


Original Sins

Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Aloysia, (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1608 - Points : 2469
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Ec15b7e00fff1e4229e8bd490cc201bd
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Empty
Sujet: Re: [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) ( le Mar 11 Aoû 2020 - 16:33 )

Jalousie distillée. Désir aiguisé.
ADRIAN & SATINE

La soirée, puis ta nuit parent encore ton regard quand tu te lèves. Quand ta silhouette se met à hanter les pièces de ta villa. Même si les traces de la fête ont été doucement effacé, il reste les effluves du jeu que tu as mis en place. Involontairement. Volontairement. Peu importe. Tu les voyais si proche. Si amoureux. Ton cœur c'est serré prêt à exploser. Comme tu aurais aimé te glisser entre eux. Jouer à l'indécente en laissant tes doigts et tes lèvres parcourir leur peau. Comme tu aurais voulu sentir leurs corps te coller, t'enivrer, t'aimer. C'était douloureux et violent de les désirer l'un et l'autre. En même temps. Dans le même lit. Les voir nus s'unir alors que tes mains leur fourniraient un plaisir interdit mais intense, torride et érotique. Alors que tes lèvres s'abreuveraient aux leurs bouches affamés. Tu as pu, au cours de cette soirée, parfaitement imaginer la poitrine de ta Calliope se gonfler de désir face au regard de son mari amoureux. Tu as pu parfaitement imaginer la virilité de ton Adrian se durcir sous les doigts insoumis de sa femme exquise. Vision délicieuse qui t'a même fait mouillé. Comme tu t'es maudite d'autant les désirer. Comme tu t'es maudite de ne pas avoir le cran de rompre le serment que tu as fais. Dévoiler cet amour puissant, enivrant pour enfin espérer les avoir tous les deux. A toi. Rien qu'à toi. Rentrer enfin dans leur danse de luxure en leurs offrant ton corps comme jamais tu ne l'as fais. Oui te donner c'est tout ce que tu désires. Ils pourraient te déballer comme un cadeau faisant glisser tes vêtements, arrachant ta lingerie. Puis tu te laisserais tomber sur leur lit ou sur le tien écartant les cuisses pour mieux les appeler. Ils ne sèment en toi que vices et désirs, qu'amour et délice, que rêves interdits. Alors tu as comblé cette faim qui te rongeait les reins. Dans les bras de Marcello tu as soupiré, gémis. Contre son corps tu as joui encore et encore. Emportant avec toi sa jouissance à lui. Et la nuit c'est endormie, puis évanouie. Et là le matin. Et avec lui le trouble de ce que ton action a pu déclencher. Ont-ils été jaloux ?

Il semble que la réponse va arriver bien plus vite que ce que tu ne le pensais. Quand tu vois Adrian à ta porte, tu comprends. Ses yeux sont si incendiaires que tu sais que même si sa douce épouse s'est offerte, certaines de ses pensées étaient en ta compagnie. T'a t-il imaginé en train de faire l'amour avec le beau boxeur ? Ce beau mâle que tes ongles ont griffé et tes lèvres mordu. Tu portes encore les marques sulfureuses de ta nuit charnelle. Et tu les laisses paraître plus immense quant il te fait face. Ton regard glisse, s'attarde. Il put le sexe et cela le rend encore plus sexy, terriblement bandant même. Tu t'en lécherais les babines. Pourquoi faut-il qu'il est cet attrait, ce pouvoir ? Et ce depuis votre première rencontre, depuis Paris. Et bien entendu tu te soucis en premier de l'absence de sa douce. Elle aussi a du souffrir de ton manège. Pourquoi est-il venu seul ? Pour s'assurer que l'intrus soit sorti de ton lit ? Pour marquer son territoire après le passage d'un autre. Sa possessivité sur ton corps. Mais il n'a pas besoin de cela. Car même si cette nuit tu as été infidèle, ton cœur lui est à Adrian à jamais. Tu n'as offert que ton corps et encore dans la joute, mais c'est lui que tu voyais parfois quand l'assaut se faisait plus brûlant. Ton Clyde. Tu joues aussi de ta tenue, tu as bien fais de rester peu vêtue, voir tes courbes va attiser ses pulsions et tant pis s'il te prend avec violence, s'il t’honore contre un de tes murs, à même le sol. Tu en demanderas encore. Tu souris à ses mots. « Je vais bien merci. C'est gentil de te soucier de ma santé. » Tu le provoques. Tu le cherches. Avide de voir jusqu'où tu peux le pousser. « En effet j'ai passé une excellente soirée et une excellente nuit. Et toi avec Calliope vous en avez bien profité ? » Le ton de sa voix ne t'échappe. Le tien résonne comme un chant sensuel. Présage ou audace ? Adrian le prendra comme il le veut. Tu sais que quelques gestes peuvent le mettre à ta merci. Et tu sens bien que cela le chiffonne. C'est pour cette raison qu'il est venu tôt. Pour lui faire comprendre que tu es une chasse gardée et que même si cette nuit tu t'es donné, il garde le pouvoir. Ce qui est malheureusement vrai. Mais c'est ce qui te plaît. Ce qui te fait vibrer.

Alors tu t'approches et passes tes doigts sur sa joue. « Et si on prenait un café tout en discutant. Je suis même sûre que tu n'as pas pris de petit déjeuner. » Tes doigts glissent avec agilité sur ses lèvres. Tu t'en mords les tiennes de désir. Et puis ton souffle frôle sa peau. « Il n'est plus là. Je suis seule et toute à toi si tu le désires mon amour. » Ta voix roule dans sa langue natale, pour le piéger un peu plus dans l'étau de ton désir. « Et on s'est protégé. Prudence est mon deuxième prénom. L'aurais tu oublié ? » Tu déposes un baiser contre son cou, tout prés de son lobe d'oreille. « Et pour le shorty si tu as envie de me l'arracher et bien tu peux y aller. Je ne dis jamais non à tes pulsions, tu le sais. » Puis tu t'échappes pour partir vers la cuisine préparer du café. Tu défais le nœud large de ton peignoir et puis tu te retournes laissant le loisir à Adrian t'admirer tes courbes enveloppés dans le tissu noir de tes sous vêtements. « Est ce que tu as pensé à moi dans les bras de Marcello alors que tu caressais Calliope ? Quand tu lui as fais l'amour ? » Tu stoppes tes pas et tu lui fais face. « Est ce que tu veux que je me fasse pardonner ? » Le petit déjeuner peut être pour plus tard. Et puis il a peut être plus faim de toi que de tartines. Ta main se pose sur ton ventre, remonte vers ta poitrine, puis redescend vers ta féminité que tu frôles avec audace et provocation.

"Cède mon amour, cède je sais que tu en meurs d'envie et moi aussi."


(fiche) vmicorum. / (ava) Tag & Schizophrenic


bonnie clyde
L'irrésistible envie. L'amour interdit. La passion dévorante. La douleur indécente. L'insolence du désir. 



Dernière édition par Satine Vasilis le Jeu 10 Sep 2020 - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adrian McKinneyLe vin est un puissant lubrifiant social
Adrian McKinney
http://www.ciao-vecchio.com/t6983p10-adrian-i-choose-us
Faceclaim : Tom Hardy ©blondiepsychedelique <3
Messages : 48 - Points : 187
Âge : 45 années
Métier : Possède une boite d'édition.
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Empty
Sujet: Re: [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) ( le Ven 4 Sep 2020 - 23:34 )

Jalousie distillée. Désir aiguisé.
ADRIAN & SATINE

Tu envierais presque les autres qui arrivent à mener une double vie facilement, qui ont choisis pour cela sans doute des femmes et des maîtresses dociles où dont ils arrivent à se défaire de l'emprise. Tu n'arrives pas à faire ça... à tout moment tu penses à elles. Même dans ton travail, dans le choix des œuvres que tu dévores il y a un peu d'elles. Tu aimes lire la complexité, la sensualité, l'intelligence dans les rôles féminins lorsqu'ils s'agit de roman et si c'est un guide de voyage comme l'a été le début de tes publications... tu aimes à les imaginer elles deux dans les décors paradisiaques que les autres vendent. Alors oui tu aimerais vraiment pouvoir aller rencontrer ta maîtresse, retrouver ta femme et ainsi de suite jusqu'à ce que tu te fasse choper et que ta vie soit gâcher... pour elle... si ça ne détruisait pas ta femme, tu trouverais pas ça cher payer. Et pour elle ? Tu te doutes que ça doit être compliqué pour elle, mais qui d'autre que la meilleure amie de Calliope peut comprendre la nécessité de la protéger des ardeurs que vous partagez ? Mais tu n'arrives pas pour autant à admettre qu'elle anesthésie la douleur de votre relation adultérine avec d'autre... surtout pas devant tes yeux... Tu n'es donc pas d'humeur en arrivant chez elle au petit matin. Elle te provoque pourtant si habilement, ta colère, ton désir, tout à la fois.   « Ne joue pas à ça Satine » La pulpe de ses doigts est sur ta jaoue, sur ta barbe et ton poing se ferme alors que tu dois controler ton envie d'empoigner sa jolie nuque . Cette fois tes lévres tandis que des paroles douceureuses sortent des siennes. Il n'est pas là, le spectacle de ta jalousie est donc pour elle seul, tu n'aurais sut garder le costume de l'ami en sa présence si matinal dans la maison de l'une de tes moitiés, d'une des faces de ce diamant brute qu'est votre vie à trois. « Il n'est plus là. Je suis seule et toute à toi si tu le désires mon amour. » « J'ai donc attendu mon tour avec patience et je peux en être récompenser c'est ça ? » [/b] Quelle hypocrisie, ce que tu lui fais vivre est bien pire mais tu es aveuglé par tes propres contradictions. Tu grognes comme un assentiment à l'idée qu'ils se soient protégés, maigre consolation. Tu léves les yeux au ciel à son baiser, agacé que tu es plus par le fait que ça te donne envie d'elle, encore et toujours malgré tout que par sa désinvolture.

Tu la suis dans la cuisine, dévorant ses courbes qu'elle te dévoilent, n'ayant d'yeux que pour eux avant de te stopper net au pas de la porte. Non tu ne vas pas lui offrir le plaisir de devenir un petit chien à sa botte... « Tu crois que c'est si facile que ça Satine ? Que je peux vraiment switcher de l'une à l'autre quand bon me semble ? » Ses mains s'égarent, tes pupiles de nouveau sur ses zones de délice. « Est ce que tu veux que je me fasse pardonner ? » ça en est trop, tu t'élances vers elle et referme tes doigts comme tu le voulais sur son cou tout en la poussant sur la table de la cuisine. Le choc n'est pas violent, ce n'est pas le but, mais tu t'imposes au dessus d'elle « Je t'ai dis de ne pas jouer avec moi ? Que ce n'est pas un jeu... que tu n'es pas un jeu pour moi » Un compliment amené par des chemins sinueux que tu laisses quitter ta bouche mais elle te rend fou. Elle est désormais à moitié allongé sur le verre pendant que tu sers d'autant plus ton étreinte et achéve de lui couper la respiration en l'embrassant, en liant vos langues, vos souffles « Tu es à moi » que tu glisses entre deux baisers, toujours plus brutaux et que tes mains retirent petit à petit tout vestiges de tissus. Tu veux la laisser nue contre toi, sous toi, nue et sans défense. « Tu as besoin d'un autre homme pour faire ça ? Pour t'embrasser ? Pour te toucher ? » Ta paume caresse son ventre, ses cuisses que tu écartes « Un autre homme pour te faire frémir ? Je ne te suffit pas ? » Tu mords la peau tendre de son cou tout en donnant une tape sur son entre jambe puis deux « Tu lui donne des droits qui ne sont qu'à moi ... » C'est toi qui pousse un râle à la fois de bouillonnement intérieur et de frustration « Comme j'aimerais que tu ne sois qu'à moi... » Sans pourtant te donner à 100% à elle. Tu ne sais si il y a une issue à ce dilemne mais tu la cherche dans la domination aujourd'hui.


(fiche) vmicorum. / (ava) Tag & Schizophrenic


Original Sins

Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Aloysia, (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1608 - Points : 2469
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Ec15b7e00fff1e4229e8bd490cc201bd
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Empty
Sujet: Re: [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) ( le Jeu 10 Sep 2020 - 18:45 )

Jalousie distillée. Désir aiguisé.
ADRIAN & SATINE

Tu pousses ta provocation à l'extrême sachant très bien comment rendre fou Adrian. Tu cherches à le faire réagir, quitte à recevoir sa colère en retour. Quitte à te brûler les ailes. Mais ne sont-elles pas déjà que de la cendre à force de jouer ? Jeu dans lequel ton cœur vacille à chaque fois que tu vois Adrian avec Calliope ou Calliope avec Adrian. C'est de plus en plus difficile  pour toi de les accepter l'un avec l'autre sans que tu n'apparaisses dans l'équation. Toi tu as juste droit à leurs attentions quand ils sont éloignés l'un de l'autre. Tu n'as droit qu'à la part sombre, celle que l'on ne dévoile pas. Celle qui reste dans l'ombre. Tu ne peux pas t'afficher au bras de Calliope ou au bras d'Adrian. Tu n'as pas le droit de les dévorer du regard, d'avoir des gestes tendres. Sauf quand tu voles des pans de leur vie. Un vol qu'ils partagent et encouragent, en le cachant habillement. Aucun des deux ne se doutent que tu les possèdes tous les deux dans des joutes charnelles qui feraient rougir les joues des anges et des démons. Parce que c'est sulfureux, insolent. Mais baigné d'amour, le tien. Celui qui tient ton cœur accroché et qui t'empêche de les quitter. De fuir. Ou de leur dire tout simplement la vérité. Alors oui là tu provoques et tu assumes cette nuit d'ivresse partagée avec Marcello. Ton corps en frissonne encore en y pensant. Et tu te délectes de voir ton adorable Clyde si jaloux. Cette froideur dans sa voix ne stoppe pas tes ardeurs. Tu veux le faire vriller. Le faire couler. Et tant pis si tu as mal. Tu ne lâches pas ses yeux plongeant plus profondément au fond d'eux. « Je joue à ce que je veux mon amour. Je suis chez moi. » Tu viens l'effleurer, le désir se faisant plus fort dans ton être. Tu le maudis de l'aimer autant, de l'avoir autant dans la peau. D'être prête à tout endurer pour l'avoir même que quelques minutes à toi. Même si tu as accepté de le partager quand il te l'a demandé. Tu n'aurais jamais du dire oui. Mais tu ne pouvais vivre sans eux. Et tu ne le peux toujours pas. Tu es avide de leurs baisers, de leurs caresses. Ils sont ton oxygène, le sang qui coule dans tes veines. Ils font battre ton cœur. Et même si d'autres frôlent tes courbes, des hommes, des femmes, Adrian comme Calliope gardent tout pouvoir sur toi. « Tu le prends comme tu veux. Je n'ai pas envie de me prendre la tête. J'ai couché avec Marcello. C'est fait et tu ne pourras pas le défaire. » Tu serais même capable de lui donner les détails croustillants juste pour le rendre plus fou, parce que le voir ainsi augmente ton désir.

Tu l'invites à te suivre dans la cuisine toujours en gardant ta ligne de conduite : la provocation. Exquise et sensuelle, tu en deviens dangereuse. Tu connais ses points faibles, Tu sais ce qui lui plaît et tu t'agites devant lui comme un paquet cadeau à ouvrir. Tu veux voir jusqu'où va le conduire cette arrivée matinale. Seul en plus. L'avoir pour toi, chez toi, tu en rêves. Et si tu en as l'occasion tu ne diras pas non. Même si vous n'avez jamais franchi cette limite, par respect pour sa femme, pour ton amante. Osera t-il te conquérir entre tes murs ? Te prendre. Te posséder. Tu aimerais et c'est pour cette raison que tu continues. Et tu alimentes le feu de sa jalousie de phrases que tu choisis avec précision. Tu balances des arguments, tu frôles même l'outrage. Tu caresses l'indécence et tu salives de le voir si perdu. Tu te retiens de lui demander s'il pense que c'est facile pour toi. Parce que tu es dans la même merdier. Pire encore parce qu'en plus tu mens aux deux. Tu les laisses l'un comme l'autre se complaire dans le fait que tu es là seule l'unique. Alors que tu te donnes à l'un comme à l'autre sans retenu. A t-il le droit de te demander si c'est facile ? Non. « Je me doute que c'est compliqué. Mais tu crois que c'est facile pour moi de te voir à son bras et de devoir attendre que tu t'éloignes de Naples pour t'avoir dans mes draps, Est ce qu'il faudrait que je reste chaste en attendant une joute avec toi ? C'est ce que tu voudrais Adrian ? Toi tu aurais Calliope et moi. Et moi je devrais juste me contenter de toi quand l'occasion se présente. Je vis un enfer  y songes tu parfois ? » Et tu lui fais face prête à te faire pardonner. Prête à tout faire pour lui, même le pire. Tu pourrais à cet instant défaire son pantalon et lui offrir une caresse buccale qui le ferait crier et lui donnerait envie de te posséder comme jamais. Mais Adrian prend le jeu en main. Ses doigts se referment sur ton cou et ton corps se retrouve coincé contre la table de ta cuisine. « Tu n'es pas un j.. » Tu ne peux finir ta phrase, la bouche de ton amant kidnappe la tienne avec violence et passion. Sa langue vient danser avec la tienne. Et entre tes jambes tu sens le feu se rependre alors que son corps pèse plus sur le tien. Tes bras passent autour de son cou en prenant soin avant de les débarrasser de ton peignoir. Tu passes ta main dans ses cheveux, emprisonne sa nuque pour que le baiser soit encore plus passionné. Tu souris contre ses lèvres quand il te dit que tu es à lui. Mais tu ne peux parler, il ne t'en laisse pas le temps enchaînant les baisers comme il enchaîne ton corps au sien. Et tes sous vêtements ne résistent pas à l'assaut de ses mains. Te voilà nue, couchée sur ton peignoir posée à même ta table en verre. Offerte si Adrian le désire.

Et la tension sexuelle augmente alors que ton beau Clyde cherche à te rendre coupable d'être aller voir ailleurs. « Je n'ai droit qu'aux instants de plaisir que tu peux me donner c'est ça ? » Tu frissonnes sous ses caresses, tu te cambres même quand ses doigts frôlent ton ventre. Quand ils descendent sur tes cuisses que ses mains écartent, ayant encore plus d'emprise sur toi. Mais tu aimes qu'il te soumette de la sorte. Qu'il se rebelle et qu'il jalouse Marcello. « Je ne lui ai rien donné, je voulais juste ne pas être seule. Est ce que tu peux le comprendre ? Toi tu es rentré avec Calliope. Je devais faire quoi me servir de ma main pour calmer le feu que ta présence a éveillé. » Que votre présence a éveillé. Est ce que Calliope éprouve aussi ce soupçon de jalousie ? Tu as hâte de la voir pour savoir si elle te clouerait aussi sur ta table pour profiter de toi. Tes mains glissent sur le tissu de son haut, tu as envie de lui arracher comme il t'a arraché tes sous vêtements. Il te mord et tu plantes tes griffes sachant que ses fringues bien trop présentes amoindriront les marques. « Sale sauvage avoue que tu aimes me torturer de la sorte. Tu bandes encore plus. » Et toi tu gémis alors que sa main corrige ton entre jambe. « Alors prends moi. » Et tu entoures sa taille de tes jambes le collant contre toi. Sentant son envie contre ta féminité mouillée. « Je serais toujours qu'à toi. » Et qu'à elle. Qu'a vous deux.

"Si seulement vous pouviez voir au delà de mes iris. Si vous pouviez voir mon âme emplie de vos essences. Si vous pouviez voir mon cœur empli d'amour pour vous." Et ta main quitte son cou pour descendre le long de son torse, et venir stopper au niveau de son pantalon. Pour libérer enfin la bête que tu veux en toi. Ton autre main maîtrise sa nuque et tu attires sa tête vers toi pour venir te saisir de ta bouche. Et avant de l'embrasser sauvagement tu murmures. « Tu seras toujours le seul et unique Adrian. Celui qui me rend folle et pour lequel je vendrais mon âme au diable. Tu m'entraînes en enfer et je ne refuse jamais de te suivre. Hier soir je t'aurais voulu pour moi mais Calliope était là. » "Comme je l'aurais voulu pour moi mais tu étais là." « Alors j'ai cherché l'oublie dans d'autres bras sachant que tu bénirais son corps du tien avec passion. Dois tu m'en vouloir pour cette abandon ? Dois tu me punir pour cette faiblesse ? Si tu le dois fais le là maintenant tout de suite. » Et entre tes doigts tu tiens sa virilité que tu as su sortir avec habileté de sa cage dorée. Tu laisses libre Adrian d'unir vos corps. Ou de vous priver de cette exquise brûlure aux saveurs érotiques, qui à cet instant vous fait palpiter d'envies indécentes et insolentes. Tu es damnée, alors Adrian ne pourra pas te damner davantage qu'il te fasse sienne ou pas.


(fiche) vmicorum. / (ava) Tag & Schizophrenic


bonnie clyde
L'irrésistible envie. L'amour interdit. La passion dévorante. La douleur indécente. L'insolence du désir. 

Revenir en haut Aller en bas
Adrian McKinneyLe vin est un puissant lubrifiant social
Adrian McKinney
http://www.ciao-vecchio.com/t6983p10-adrian-i-choose-us
Faceclaim : Tom Hardy ©blondiepsychedelique <3
Messages : 48 - Points : 187
Âge : 45 années
Métier : Possède une boite d'édition.
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Empty
Sujet: Re: [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) ( le Sam 19 Sep 2020 - 22:03 )

Jalousie distillée. Désir aiguisé.
ADRIAN & SATINE



(fiche) vmicorum. / (ava) Tag & Schizophrenic


Original Sins

Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Aloysia, (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1608 - Points : 2469
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Ec15b7e00fff1e4229e8bd490cc201bd
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Empty
Sujet: Re: [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) ( le Sam 26 Sep 2020 - 9:25 )

Jalousie distillée. Désir aiguisé.
ADRIAN & SATINE

Tu aurais pu jouer la petite fille sage et docile. Dire que c'était une erreur de parcours, une nuit sans importance et que tu n'y as pas trouvé ton plaisir. Mais c'est faux, parce que Marcello t'a emporté sur les rivages de la jouissance. Sa bouche, ses doigts, sa virilité ont béni ton corps de sensualité. C'était torride et délicat. Même si aucun sentiment ne t'a effleuré. Ils ne sont réservés qu'à Adrian et à Calliope. Ils ont tout ton amour et même au delà des limites du raisonnable. Étant incapable d'en aimer un autre ou une autre. Tout ton être entier est possédé, conquis par ces deux êtres que le mariage uni. Mais cette nuit tu t'es donné à un autre, ce n'est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière. Parce que le trop d'eux te fait déraper et encore plus quand tu les vois collé serré et que tu imagines la suite de leur programme. Ça va finir par te rendre dingue. Ont-ils conscience du calvaire qu'ils te font vivre ? Ont-ils conscience à quel point parfois tu les envies ? Non sûrement pas. Mais à ce jeu tu es autant brûlée qu'eux si ce n'est plus. Alors oui hier soir tu as poussé le vice à leurs montrer qu'un autre pouvait te séduire. Qu'un autre pouvait te faire gémir et faire danser ton corps. Ce n'était certainement pas la bonne tactique, en principe tu caches tes aventures. Mais tu avais envie de les faire saliver, de les plonger dans le tourment. Toi qui y est tout le temps. Et il semble que cela est marché au delà de tes espérances. Du moins sur Adrian vu que la belle Calliope n'est pas encore là. De toute manière s'ils avaient été tous les deux, il n'y aurait pas cette scène de jalousie. Ton bel amant en a presque la bave aux lèvres, pire qu'un chien enragé à qui on a pris son os si précieux. Et au fond cela te réjouis de le voir si mal et tant pis pour les conséquences.

parce que je sais que certains suivent:
 

Puis il s'éloigne à nouveau. D'un coup tu as froid. Il se rhabille comme si c'était naturel et te concède un peu de chaleur en posant ton peignoir sur ta peau frissonnante. « Putain .. » Et tu gigotes comme un asticot. Mais il a serré fort. « Tu n'es qu'un jaloux .. Et là tu vas aller faire quoi ? Tu vas rentrer te doucher pour effacer mon odeur et puis tu retrouveras Calliope et tu lui feras l'amour pour avoir la conscience en paix Adrian ? » Ta voix est forte, plein de colère, de rage et de frustration. « Tu n'as pas le droit. Je ne suis pas Ta chose. Et dis toi que ce que tu as éprouvé hier soir je l'éprouve à chaque fois que je vous vois ensemble. Toi c'est la première fois que tu en prends conscience. Moi cela dure depuis le jour ou tu l'as épousé. Depuis le jour ou on a fait ce serment. J'y gagne quoi dans tout ça. » Tu te retiens de pleurer parce que tu ne veux pas lui montrer à quel point cela t'affecte. « Réfléchis à mes mots la prochaine fois qu'on sera tous les trois et que tu la regarderas amoureusement, que tu l'embrasseras et que je ne devrais n'être que l'amie parfaite. Penses-y Adrian ? » Tu sais que tu vas peut être un peu trop loin. Mais merde il n'est pas le seul dans cette barque des émotions. Et toi en plus tu doubles la dose. « Tire toi vas la rejoindre. Tu en crèves d'envie. » Et toi tu en meurs. Pourquoi faut t-il que tu les aimes autant ?


(fiche) vmicorum. / (ava) Tag & Schizophrenic


bonnie clyde
L'irrésistible envie. L'amour interdit. La passion dévorante. La douleur indécente. L'insolence du désir. 



Dernière édition par Satine Vasilis le Mer 28 Oct 2020 - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adrian McKinneyLe vin est un puissant lubrifiant social
Adrian McKinney
http://www.ciao-vecchio.com/t6983p10-adrian-i-choose-us
Faceclaim : Tom Hardy ©blondiepsychedelique <3
Messages : 48 - Points : 187
Âge : 45 années
Métier : Possède une boite d'édition.
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Empty
Sujet: Re: [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) ( le Mer 21 Oct 2020 - 21:29 )

Jalousie distillée. Désir aiguisé.
ADRIAN & SATINE

Il y en eut d'autre matin entre Satine et moi, dans des petits hôtels parisiens d'abord, dans toute l'Europe des chambres luxueuses au coin paumé et rustique dans petits villages. Il y en avait eu où on profitait de tout notre temps ensemble, à se caresser, à s'embrasser, à se faire l'amour et d'autre où le temps nous rattrapait et que les séparations qui s'en suivaient n'étaient étouffés que dans des éclats de rire que nous provoquions pour oublier . Et il y avait ce matin où je creuvais de jalousie , creuvais d'elle aussi, de sa peau, de ses yeux, de sa bouche, du cœur de son intimité qui encerclait la mienne où tout se mélangeait et que je ne pouvais choisir qui parlerait pour moi . Mon corps ? Mon cœur fidèle à Calliope ? Fidèle à Satine ? Et qu'en était il d'un être fidèle à moi même, à mes envies, à mes sentiments, plein et entier ? Cette situation nous tue peut être à petit feu sans qu'on ne s'en rende compte, peut être que les flammes qu'on ravive d'un baiser et d'une caresse vous nous transformer en poussière avant l'heure. J'avais l'impression qu'on avait fait ce choix elle et moi de continuer ainsi à nos risques et périls tant que ça n'emportait pas Calliope avec nous mais peut être était il temps de revoir la donne... Peut être qu'à force d'amasser tant de chose entre nous, notre passif, notre putain de beau passif devenait si lourd qu'un Marcello pouvait tout faire basculer ?

J'avais sans doute cesser d'y réfléchir pour ne pas souffrir de ce constat qui m'aurait déchiré les trippes autant que de savoir que je ne les aurais jamais totalement à moi puisque je ne serais donc jamais totalement à elles . Seul ma peau, mes doigts agissaient. Ils voulaient se marquer en elle, pour son plaisir, pour sa douleur, pour son excitation. A la fois ils offraient la lubricité d'une caresse, un va et vien trop bien orchestré pour ne pas démonter mes études plus que régulière de son corps. Puis ils étaient vengeurs, ils martelaient ses endroits les plus fragiles pour y apposer ma force et ma virilité. Et j'adorais ce jeu, elle aussi. Si ça n'avait pas commencé pour de si mauvaises raisons, j'aurais continué encore et encore à la dominer elle et son fière caractère, à nous prouver à tout les deux que dans mes bras elle était à la fois une déesse et en même temps l'objet parfait de mon désir dont je pouvais jouir comme nous l'entendions. Cela pourrait passer pour du machisme. Cela n'en était pas. J'étais plus fort qu'elle physiquement mais nous savions qu'elle pouvait me manipuler en un mouvement de bassin. Le sexe, sous toute ses formes étaient fait pour nous rapprocher peu importe les jeux auxquels nous pouvions nous adonner, tant que nous le désirions. Et ce que nous désirions rarement c'était cette fin, abrupte. C'est moi qui la sentait tremblait de plaisir tout contre moi, offerte et ligotée, c'est ma jouissance qui montait au bord du précipice dans l'espoir de s'y jeter avec elle, en elle. Et c'était moi aussi qui me délogeais, qui quittait sa chaleur pour y retrouver le tableau tout aussi beau de sa peau que je réchauffais en donnant une part de moi même. C'était son ses seins , c'était prêt de sa bouche . Dans d'autre circonstance elle en aurait même posé, sourit, sachant qu'un second round serait tout pour elle. A la place, elle gueule, frustrée pendant que je m'éloigne et fait comme si de rien n'était.

Je lui tourne encore le dos, l'entends essayer de se libérer et surtout de me faire réagir encore et encore en m'expliquant ce qu'elle resssentait. Elle pense sans doute que j'ignore à ce point ce qu'elle pouvait ressentir lorsque nous étions trois. Sa présence est pourtant si vivace dans mon esprit, dans notre mariage, même lorsqu'elle n'est pas physiquement là. Je me lui fais de nouveau face et lui laisse croire que je n'ai pas sentit à qu'elle point elle était mal de me faire ces révélations, à quel point la faiblesse qu'elle me témoigne ne lui fait pas mal. « Tu crois que je peux faire autrement ? Que je peux m’empêcher de vouloir embrasser et toucher ma femme ? Je l'aime bordel ! Tu le sais. Si y'a une personne qui peut comprendre ce qui nous unis c'est bien toi ! Toute les deux vous êtes ce à quoi je tiens le plus dans ce putain de monde de merde où moi aussi je dois jouer un rôle ! Je suis totalement enchaînée à l'une puis à l'autre tandis que toi tu as encore ta liberté. Moi je n'ai pas un répit. A chaque seconde je pense à  Calli ou à toi. Même mes rêves ne sont peuplés que de vous ! Je pense que je ne pourrais même pas bander devant un porno si j'en regardais tant vous êtes ce que je désire à en perdre la tête et à t'en attacher sur cette table pour te le faire comprendre et à … oui, la retrouver elle et lui faire le petit déjeuner et peut être bien lui faire l'amour car j'ose espérer qu'à elle je lui suffis ! » Je remettais les pans de ma chemise dans mon jean machinalement, comme si ça allait rendre cette situation plus normale. « Je pense que je vais prendre mes distances, que vous devriez prendre un autre chauffeur pour vos virées shoping... on en a besoin tout les deux... » J'allais désserer légèrement ses nœuds, en évitant soigneusement un angle d'où je pourrais me prendre un coup. Juste assez afin qu'elle puisse espérer se défaire de ses liens avant que la femme de ménage ne doivent le faire mais pas sans lutter un peu, le temps que je quitte sa demeure et me remette en question encore et encore.  Mes doigts agissaient sur ma ceinture avant de glisser sur ses paumes à elle, sur ses mains que je maintenais le temps de déposer un baiser doux et tendre en leur centre . « Au revoir Satine. »  Cette fois ci ça en était finis de ma crise de jalousie mais le sentiment restait là, profondément ancré et m'attachait plus qu'aucun lien de cuir ou de soie ne pourrait le faire. Ils avaient passé une nuit au paradis elle et Marcello et j'avais donc écopé de bien des nuits en enfer.


(fiche) vmicorum. / (ava) Tag & Schizophrenic


Original Sins

Revenir en haut Aller en bas
Satine VasilisLe vin est un puissant lubrifiant social
Satine Vasilis
https://www.ciao-vecchio.com/t5582-ca-fait-tellement-du-bien-dai https://www.ciao-vecchio.com/t5609-for-freedom-beauty-truth-and-love-satine
Faceclaim : Angelina Jolie © .Aloysia, (vava) ASTRA (sign) ) Miaka, (crackship)
Messages : 1608 - Points : 2469
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Ec15b7e00fff1e4229e8bd490cc201bd
Âge : 45 ans née le 02/06/1975 à Mytilène en Grèce.
Métier : Chorégraphe et metteur en scène au théâtre San Carlo quartier Spagnoli
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Empty
Sujet: Re: [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) ( le Mer 28 Oct 2020 - 12:55 )

Jalousie distillée. Désir aiguisé.
ADRIAN & SATINE

L'issue est fatale. Adrian ose l'impensable. Il abandonne le cœur de ton être brûlant de son essence. Le brasier indécent qu'il a allumé de sa présence et malmené de son absence. Il te laisse là vide de sa substance. Frustrée de sa jouissance qui voudrait s'écouler au creux de tes reins et qui inachevée s'étiole dans tes veines avec une saveur de manque intense. Lui il vient finir sa course contre ta peau, entre tes seins. Et tu le maudis d'oser te faire cet affront. Tu es attachée et tu n'as pu le retenir, même tes cuisses serrées n'ont pas empêché sa fuite. Et là même tes doigts ne peuvent grappiller quelques caresses qui t'aurait au moins donné l'opportunité de jouir sans lui. Ô oui tu lui en veux de t'abandonner et de savourer le spectacle que tu lui offres. Les jambes écartées et tremblantes encore de son assaut inachevé. Tes bras en croix ne pouvant même pas t'aider dans la quête de la satisfaction. Ta bouche affamée de ses lèvres, de sa virilité qui perle de son suc gaspillé. Son comportement te rend dingue. C'est le pire qu'il pouvait te faire. Te conduire aux portes de l'orgasme pour t'en priver volontairement. Sachant très bien qu'il n'y aurait pas de suite. Parce que vous aimez jouer tous les deux. Et dans les jeux du sexe vous êtes experts. Tu sais comment détourner son attention, comment le faire patienter, comment le rendre fou. Et il en est de même pour lui. Mais là, la chute est amère et s'il se sent victorieux toi tu te sens minable qu'il te fasse subir cette infamie. Ok tu as fauté et devant ses yeux. Devant leurs yeux. Mais ton corps est fait pour la luxure et de les voir si heureux, hier soir, t'a fait péter un câble. Est ce que tu aurais du rester sage ? Ne pas te céder aux appels de la chair ? Sûrement. Et il te fait regretter amèrement ta petite entorse au contrat signé depuis tant d'année. Oui tu as osé draguer outrageusement un homme devant leurs yeux. Tu ne leurs a pas caché ce que tu allais faire durant la nuit. Mais se cachent-ils eux quand ils s'embrassent ? Quand ils s'enlacent ? Quand leurs mains innocentes cherchent les caresses intimes aux yeux et à la barbe de tous. Sauf de toi qui connais leur danse par cœur et qui vois quand elle devient sensuelle. Ne devinent-ils pas dans ton regard cette tristesse que tu éprouves ? Quand Adrian embrasse Calliope. Quand Calliope se love contre Adrian. Cette soif d'eux qui te bouffe et que tu ne peux qu'apaiser que lorsque la vie te les donne juste pour toi. L'un après l'autre. Alors que tu rêves de les avoir l'un avec l'autre. De faire parti de cette entité sublime qu'ils créent avec leur amour si parfait. Alors oui tu le maudis de te laisser ainsi. Mais tu te maudis d'avantage de les aimer plus que ta propre vie. Et même si là tu récoltes ce que tu as semé. Est ce que c'est logique ? Alors tu le regardes ivre de cet instant qu'il te vole avec panache. Il est fier de son coup ton Clyde. Fier de dérober à ton être tout entier une nouvelle victoire. Surtout qu'il compte te laisser ainsi. A la vue de tous. Prise au piège comme une biche égarée. Punie comme si tu n'avais été qu'une vilaine fille qui ne méritait rien de plus que de finir au bûcher. Quelle putain de jalousie mal placée qui gonfle son égaux et qui te fait devenir la regrettable cause de son infidélité. Il te châtie. Et ça te fait souffrir à un point qu'il n'y a pas de mots pour comprendre tes maux.

Tu le regardes se rajuster en lui balançant ta façon de penser. Comme si dans toute cette histoire tu n'y laissais pas des plumes. C'est quand même toi qui passes la plus part de tes nuits seules. Toi qui doit cacher ce que tu voudrais laisser éclater au grand jour et encore Adrian ne sait pas tout. Tout comme Calliope. Mais quand tu le vois si jaloux, tu te demandes comment il réagirait s'il savait que sa femme se tortille sous ta langue aiguisée. Qu'elle gémit et redemande tes doigts pour qu'ils honorent un peu plus sa fleur que lui cueille plus tard. S'il savait, il te maudirait encore plus à le voir si atteint par l'outrage provoqué au cours de cette soirée. Tu sais que tu lui fais mal et ta douleur n'a pas de mesure alors tu cherches à augmenter la sienne. A le rendre coupable de ce merdier dans lequel vous semblez perdre pied. Et en retour il balance un discours. Juste retour des choses. Là aussi tu l'as cherché. Et tu l'écoutes sans broncher. Répondant mentalement à ses phrases. Je sais que tu l'aimes Calliope. Je l'aime autant que toi.  Je suis enchaînée aussi et que vaut ma liberté quand elle ne me satisfait pas parce que je ne peux la vivre pleinement. Tu le regardes plantant tes yeux dans les siens, le corps encore tremblant et frémissant de son assaut, de sa présence. Tu espères aussi que la vision de ton corps lui donnera envie de revenir. De se dévêtir et de repartir à l'assaut de tes courbes. Tu y crois. Peut être un peu trop. Mes rêves sont aussi peuplés de vous deux. Si tu savais toutes les choses que j'ai envie de vous faire ensemble. Je veux te voir envahir le corps de ta femme alors que mes lèvres incendieront tes courbes. Je veux que tu me prennes sous son regard empli de désir. Je veux de l'indécence et de la décadence. Nous trois nus et dévoués à la cause du plaisir. Mais tu sais que ce n'est qu'une chimère jamais tu n'auras ce que tu souhaites le plus au monde. Non tu ne lui suffis pas Adrian. Nos ébats en sont la preuve. Calliope s'abandonne entre mes bras comme tu t'y abandonnes. Sans aucune retenue. Et c'est beau Adrian, tu aimerais si tu nous voyais. J'en suis sûre que tu aimerais. Tout comme elle aimerait me voir te chevaucher. Ces mots tu les gardes pour toi, ils ne font que faire couler tes larmes. Alors qu'Adrian finit de faire éclater tes espoirs en rangeant sa chemise. « Tu as besoin de prendre tes distances. Pas moi. Toi cela ne te pèseras pas vu que tu as Calliope. Moi c'est me condamner et tu le sais. Mais si c'est que tu veux et bien prends tes distances. Et si j'en crève intérieurement tant pis. »

Et il vient desserrer tes liens, en évitant de se faire prendre par un de tes mouvements. Il doit savoir qu'il n'oserait pas partir si ton être le frôlait à nouveau. Mais tu ne bouges pas. Tu n'as plus envie de crier ou de te battre. Il y a juste tes yeux qui pleurent. Ton cœur, lui semble même arrêter de frapper dans ta poitrine comme s'il venait de stopper sa course. Il effleure tes paumes de main d'un baiser et tu ne réagis pas. Il vient de te tuer. Première véritable crise depuis votre première nuit. Première véritable séparation même si vous n'avez jamais été réellement unis. Première échappée avec le risque qu'il ne revienne plus. Tu ne réponds pas à son au revoir, ta voix est noyée dans tes larmes, Juste à cause d'une nuit. Juste parce que tu lui as montré ce qu'il pourrait perdre. Qu'un autre pouvait donner à ton corps ce que le sien ne peut te donner à longueur de temps. C'est cher payé une nuit de luxure. Et tu attends la porte claquée signe qu'Adrian est parti. Signe qu'il ne reste que le vide et l'absence. Tu restes quelques minutes ainsi sans bouger, laissant tes yeux se vider de leurs larmes. Tu frissonnes et tu trembles. « Si seulement tu savais Adrian. Si seulement j'avais la force de vous le dire. » Qu'aurais-tu de plus ? Puis tu te détaches et tu refermes ton peignoir. Tu t'appuies contre le mur de la cuisine et tu te laisses glisser sur le sol froid. Cherchant à retrouver son odeur là où sa peau à marquer le tienne. Tu veux le garder encore un peu contre toi, en toi. Même si c'est juste le froid qui encercle ton être tout entier. Le froid et le vide, un vide immense qui risque de ne pas se combler durant un sacré bout de temps vu que monsieur veut prendre ses distances. « Putain de chienne de vie. Putain de cœur qui aime les deux seules personnes que je ne peux avoir entièrement. » Et les heures sans lui ne s'écouleront pas pareil. S'écouleront-elles seulement ? Reste plus que Calliope débarque et t’assène le coup de grâce. Là se serait la fin de ton monde.


(fiche) vmicorum. / (ava) Tag & Schizophrenic


bonnie clyde
L'irrésistible envie. L'amour interdit. La passion dévorante. La douleur indécente. L'insolence du désir. 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) Empty
Sujet: Re: [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Explications. [ ft Adrian / (hot) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut