Revenir en haut
Aller en bas


 

- Escapade amoureuse. feat Vera -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Les Îles :: Procida
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © mistspell (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5730 - Points : 10357
Escapade amoureuse. feat Vera EJcLbSIX_o
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Escapade amoureuse. feat Vera ( le Dim 2 Aoû 2020 - 19:53 )
Vivre d'amour et d'eau fraichefeat Vera
Jeudi, Gus a demandé à Vera de préparer une valise car ils devaient partir pour trois jours. Il lui a donné quelques consignes sur les tenues à prendre, mais rien de plus. Gardant le mystère sur la raison et sur le lieu. Bien sur la cantatrice lui a posé des questions, mais il n’a rien dévoilé. « C’est une surprise mon ange. On part demain matin à neuf heures. Après si tu veux je peux préparer ta valise, mais faudra pas te plaindre si je ne prends pas les bonnes affaires. » Il serait même capable de rien prendre pour profiter de la nudité de sa compagne toute la journée. Enfin il a prévu quelques petites choses ou elle sera obligée d’être habillée. « Laisse toi faire. Je te jure tu vas adorer. Et ne vas pas chercher au prés de mes parents des renseignements tout le monde à ordre de tenir sa langue à la trattoria. Et ne t’inquiète pas tout est prévu. » Il anticipe sachant qu’elle va lui demander comment ils font faire sans lui. Elle insiste un peu au début mais il repousse ses demandes par des baisers ou des gestes tendres. Il pense à cette idée depuis un bout de temps. La grossesse surprise à repousser un peu la date, et puis il y avait les recherches pour un nouveau chez eux. Mais il ne voulait pas trop tarder non plus pour que Vera ne soit pas trop fatiguée par sa grossesse. Même s’il est très présent et fait tout pour qu’elle évite de forcer pour rien. Et puis il doit l’admettre, il aime voir le ventre de sa femme bougée sous ses caresses ou ses mots. Il aime savoir que leur fille réagit à toute attention qu’elle soit discrète ou plus intime. Et puis comme dit ce fameux jour, la grossesse a bien des avantages sur l’appétit sexuel de la cantatrice. Elle est encore plus exquise et affriolante. Ce n’est pas Gus qui va s’en plaindre, bien au contraire, il met à profit chaque instant et chaque situation que lui offre la belle.

Du coup ce matin le réveil a sonné à six heures pour Gus, il est passé à la trattoria alors que Vera dormait encore, pour les dernières vérifications et noter ses dernières directives. Mais il sait que ses parents vont veiller durant cette courte absence. Il offrira des vacances plus longues à sa belle quand leur fille sera née. Là il veut la ménager tout en lui offrant un weekend prolongé en amoureux. Puis il retourne à la villa et prépare le petit déjeuner. Prévoyant différents mets pour palier aux diverses envies de la future maman. Les valises ont été bouclées la veille, Vera a bien essayé de découvrir la destination mais ses manigances coquines n’ont pas fait craquer le cuisinier. Enfin si charnellement, mais sans lui délier la langue. Il a pris grand soin de ranger tous les documents concernant ce petit voyage. Il a choisi l’île de Procida, tout d’abord parce qu’elle est assez proche en ferry. Il ne veut pas que le voyage fatigue sa belle. Et il a loué sur place une petite villa colorée avec vue sur la mer. Ils auront accès à une plage privée et il y a une petite piscine. La villa est tout confort. De quoi faire du bien à Vera et une façon de se retrouver tous les deux pour abuser de tout plein de bonnes choses. Et là-dessus Gus sait que l’un comme l’autre ne manqueront pas d’idées. Une fois le plateau prêt il le porte à sa belle encore endormie. « Bonjour il est l'heure de se réveiller. » Il pose le plateau au fond de lui et vient doucement caresser la joue de sa belle. « J’espère que tu as faim ? Je vais charger la voiture. Comme ça j’irais me doucher après et je te laisserais la salle de bain pour que tu prépares tranquille. Et puis hop je te kidnappe pour trois jours. » Gus embrasse Vera avec douceur tout en laissant glisser sa main sur le ventre qui se met à bouger. « Elle est d’accord avec moi. Tu dois me laisser te dorloter comme une princesse. » Il l’embrasse à nouveau, se faisant violence. S’il ne se retenait pas il viendrait dévorer de sa bouche le fruit qu’il frôle du bout de ses doigts. « Si je m’attarde on risque d’être en retard. Mais promis je me rattraperais une fois sur place. » Encore un baiser et il pose le plateau plus prés de Vera. « Bon appétit. » Et il sort de la chambre.

La voiture est rapidement chargée, Gus revient se doucher. Il passe avant par la chambre pour voir si Vera a bien déjeuné. Il récupère de quoi s’habiller mais pour titiller sa belle il quitte ses vêtements devant elle. Lui offrant une vision délicieuse avant de s’échapper. « Tu pourras profiter de tout ça une fois sur place. » Et il se met à rire. Elle ne tarde pas à le rejoindre sous la douche pour profiter des quelques caresses plus intimes. De quoi électriser leurs peaux et affamer leurs corps. Puis ils montent en voiture et le cuisinier se dirige vers le port. Sans encore dévoiler la destination finale. Mais la belle s’en rendra vite compte. La voiture embarquée, ils vont sur le ponton du ferry pour admirer la vue. « Cela me donne envie de refaire une croisière. Et à toi ? » Qui sait après la naissance de leur princesse. « Tu te sens bien ? » Il la serre contre lui. Et l’île et ses maisons colorées ne tardent à se montrer à l’horizon. Ils remontent en voiture et ils se retrouvent rapidement devant la maison louée. Elle a une façade d’un bleu azur. « Je m’occuperais des valises. Toi tu te reposes. » Il ouvre la porte et ils entrent. Si le devant offre une vue grandiose sur la mer, le derrière est plus intimiste. Un petit jardin comme une oasis dans lequel se trouve une piscine. Une véranda donne directement l’accès sur la pièce à vivre et de la cuisine. Une grande chambre avec un lit à baldaquin offre une vue sur la mer. « Alors comment tu trouves ? » Il espère que cela lui plaira.



L'AVENIR

s'écrit à trois à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1583 - Points : 2628
Escapade amoureuse. feat Vera Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Re: Escapade amoureuse. feat Vera ( le Lun 3 Aoû 2020 - 20:15 )
Prendre le temps de savourer l’instant, c’est ce que faisait Vera. Depuis l’annonce de sa grossesse : tout s’était enchaîné à une vitesse effrayante. Il avait fallu aux deux futurs parents la préparation de tout ce qu’ils allaient avoir besoin pour arriver de la princesse. Le ventre de la mère s’arrondissait de semaine en semaine et son appétit charnel grandissait en même temps. La dernière fois, elle avait dû se contenter de sa main, mais cette fois-ci : elle avait le papa pour l’aider dans cette lourde tâche. Une contrainte qu’il faisait sans rechigner. C’est parce qu’ils n’avaient pas arrêté tous les deux que le couple avait besoin d’une petite pause avant qu’ils ne deviennent trois. Vera voulait croire que tout allait bien se passer, mais son anxiété lui répétait que Gus pourrait très bien fuir après les premiers mois. Heureusement, son côté rationnel faisait taire ce genre de pensées. Alors, pour définitivement mettre un terme à toutes ses inquiétudes : elle s’était laissé convaincre de se reposer pendant quelques jours. La valise faite, elle n’avait pour une fois pas trop prit de vêtements. Il faut dire que beaucoup de choses ne lui allaient plus et au lieu d’acheter de nouveaux vêtements temporaires : elle s’accommodait avec ce qu’elle pouvait rafistoler dans sa garde de robe. Qui aurait cru que ses cours de coutures serviraient autant ?

Inquiète pour son compagnon, Augusto à dû la rassurer un zillion de fois concernant le restaurant : si Vera voulait son aimé pour elle toute seule, elle savait qu’ils avaient besoin de lui à la Trattoria. De son côté, il lui restait encore un mois de représentation, mais les chanteurs avaient pris quelques jours off : lui permettant ainsi de suivre le cuisiner dans son idée de break à deux. Le jour du départ, Vera eut du mal à se réveiller. Ne trouvant pas de position confortable pour dormir et à cause de la chaleur : ses nuits étaient courtes et bien souvent ponctuées de rêves qui la maintenaient éveiller. Pourtant, Augusto lui avait donné le parfait somnifère, à défaut d’avoir craché le mot sur leur destination. C’est l’odeur de la nourriture qui la réveilla doucement. Pour une fois, elle ne se réveillait pas à la nausée. Vera devait s’accommoder avec le changement de goûts : préférant maintenant le salé dès le réveil au sucré. La cantatrice bailla, s’étira avant d’ouvrir ses yeux et de lui voler un baiser. Se redressant doucement, elle lui sourit :

“Tu as mangé au moins Love ?” Demanda-t-elle soucieuse. S’il se mettait en quatre pour elle et si elle se laissait faire : cela ne l’empêchait pas de lui rendre la pareille. Aujourd’hui, cependant, il semblerait que cela soit au tour d’Augusto de prendre le relai. “Tu me dis si tu as besoin d’aide hein ?” Elle ne pouvait pas forcément porter des choses lourdes, mais comme elle le disait : je suis enceinte, pas malade. Pourtant, en passant sa main sur son ventre et en lui répondant : Augusto confirma que ce matin, elle pouvait lézarder un peu au lit. Cela lui arrive si peu. “Merci. Je t’aime.” Lui dit-elle avant qu’il en sorte et en rigolant. “Eh bien princesse… Semblerait que ton papa nous a encore fait un repas de choix. Qu’est-ce que tu veux manger ce matin hm ?” Vera prenait plaisir à parler avec la petite, même si elle ne pouvait pas réellement l’entendre. Elle avait fait la même chose avec Winston.

Terminant la tartine de beurre et les quelques fraises dessus, elle bue cul-sec son jus d’orange avant de regarder Augusto se déshabiller. Il ne lui faut pas longtemps avant qu’elle ne quitte sa propre nuisette pour se glisser derrière lui et caresser son torse malgré leur fille entre eux. Le temps de se laver, de s’habiller et Vera se retrouva déjà en voiture avec son compagnon. Sur le ferry, elle sortit de la voiture et monta tout en haut pour avoir une vue imprenable sur l’île qui se dessinait :

“Je crois qu’on ne pourra pas faire mieux que notre dernière croisière…” Elle tourna sa tête pour le regarder malicieusement : “Mais pour nos un an de relation, cela pourrait être pas mal oui. Ca va arriver vite.” Tout comme leur fille. “Ca va, je pensais avoir la nausée sur le bateau, mais mon estomac se tient tranquille et ta fille semble ne plus vouloir jouer avec ma vessie.” Elle rigola doucement et embrassa le cuisiner sur la joue : “Va falloir qu’on lui trouve un nom… Peut-être qu’on peut utiliser ce petit weekend pour ça ? Notre objectif ?”

De retour dans la voiture, Vera admire les maisons, les couleurs de ses dernières. Tout était si beau, si paisible, si tranquille comparer à Naples. Sa main dehors, elle faisait des vagues avec son bras pour suivre l’air. En s’arrêtant devant une maison, elle ouvrit grands ses yeux :

“Attends… On va rester là ?” Elle était surprise oui, parce qu’elle était si belle, si … Charmante. Elle avait ce petit quelque chose qu’on ne voyait que dans les films. “Tu ne vas donc rien me laisser faire c’est ça ?” Vera voulait sincèrement lui donner un coup de main, mais Augusto ne semblait pas de cet avis. Elle devra trouver une façon de se rendre utile autrement.

À l’intérieur, elle ne sait pas où regarder, par où commencer. Elle rigola, joignit ses mains pour cacher sa bouche et sa surprise avant de tourner sur elle-même : faisant voler sa jupe style année 50 avec elle.

“C’est tellement parfait !” Et puis elle se jeta dans les bras du cuisiner en l’embrassant encore et encore. “En quel honneur tu me chouchoutes comme ça hm ?” Elle caressa sa joue : “Je ne te mérite pas, tu es bien trop parfait.”


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © mistspell (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5730 - Points : 10357
Escapade amoureuse. feat Vera EJcLbSIX_o
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Re: Escapade amoureuse. feat Vera ( le Jeu 13 Aoû 2020 - 19:18 )
Vivre d'amour et d'eau fraichefeat Vera
Un moment d'évasion à deux c'est tout ce que Gus veut offrir à Vera. Ils ont tous les deux besoin de prendre du temps pour eux avant que leur fille ne montre le bout de son nez. Il a tout réglé, tout préparé, sans rien dévoiler à sa douce. Il a pris les choses en main, voulant la surprendre. Après tous les surprises cela fait partie de la vie. Et la dernière a été de taille et des plus mémorable. La sienne à côté fera pâle figure, ou pas, mais il a choisi le lieux et la maison dans laquelle ils séjourneront en pensant à la cantatrice. Ce qu'il souhaite c'est qu'elle se sente bien , qu'elle oublie ses craintes. Qu'elle profite de son ventre qui s'arrondit et qui la rend chaque jour plus désirable. Offrant au cuisinier un appétit qu'il se régale de combler. Leurs nuits sont des plus sensuelles et érotiques. Et bien sur il en est enchanté et il en redemande car la belle sait le rendre gourmand. Il compte bien faire crier sa belle de plaisir durant cette échappée. Et il sait qu'elle le fera gémir aussi, mais qui irait se plaindre de joutes charnelles endiablées, jouissives et amoureuses. Pas lui. Mais avant il faut réveiller sa belle au bois dormant, la nourrir pendant qu'il chargera la voiture. Et il semble que l'odeur alléchante du petit déjeuner fait son petit effet. « Oui j'ai déjà pris des forces. » Gus la couve du regard, la trouve encore plus belle que la veille. Et les images de leur nuit viennent le titiller, Vera a tout essayé pour le faire cracher le morceau mais il a résisté. Enfin du moins sur la destination, parce que pour le reste elle a eu raison de ses envies et de son désir. « La grossesse te va vraiment très bien. Et ne t''en fais pas si je ne m'en sors pas je crie. » Il se met à rire, la taquine avant de poser le plateau qu'il a amoureusement préparé. Il l'abandonne le temps de charger, le temps que la future maman mange. Mais il revient très vite et bien entendu joue la provocation. Et la douche finit dans les gémissements que leurs baisers et leurs caresses font naître. La matinée ne pouvait pas mieux commencer. De quoi le mettre en forme, même s'il va peut conduire vu qu'ils vont prendre le ferry.

Ils profitent de la traversée collés l'un contre l'autre. Se rappelant de la croisière qui a vu la renaissance de leur relation. « Il est vrai qu'elle était très spéciale cette croisière. Et en effet c'est une idée. » Même si comme le dit Vera tout va aller très vite à présent. A croire que la grossesse fait accélérer le temps. Mais ce n'est pas ce qui le chagrine au fond il a hâte de pouvoir tenir sa fille dans ses bras. Hâte de l'entendre remplir leur maison de ses petits cris, même si pour le moment ils n'ont pas encore trouvé leur futur nid douillet. Mais cela ne saurait tarder. « C'est parce que mon petit déjeuner a été fait avec une dose supplémentaire d'amour. » Il lui sourit avant de l'embrasser sur la temple. Il est vrai qu'il craignait un peu les nausées en prenant le ferry, mais il semble que l'estomac et le bébé soient autant contents qu'eux de partir un peu. « Oui on va en faire notre priorité enfin ... » Il la regarde et marque un silence. « Notre deuxième priorité parce que la première c'est de faire l'amour quand on en aura envie. Pas d'emploi du temps tu pourras abuser de ton homme à toutes heures du jour et de la nuit. Et tu sais combien cela me plaît de combler ton corps avide. » Il passe ses doigts sous son menton pour qu'elle relève son visage et il vient l'embrasser langoureusement. « Je te promet que tu vas en avoir tout plein de baiser .. et pas que des baisers. » Et vu la voix qu'emploie le cuisinier Vera doit se douter à quoi il fait allusion. Le ferry arrive au port et ils remontent en voiture pour rejoindre la maison dans laquelle ils vont séjourner. Gus a un peu la boule au ventre, il espère vraiment que la belle va aimer le lieu qu'il a choisi.

« Oui on va rester là. J'espère que cela te convient. »
Gus joue les gentleman, et cela le ravit. « Ne t'en fais pas je vais te trouver des choses à faire. Une partie de mon corps sera des plus content si tu passes ton temps à s'en occuper. Mais ne t'en fais pas je t'accorderais des temps de repos, tu es là pour souffler. » Il éclate de rire et une fois les valises récupérées ils entrent dans la villa. Il ne la lâche pas du regard, quand elle tourne sur elle même cela le fait sourire. Mais ce genre de sourire béas qu'il n'y a que l'amour qui dessine. Parce que oui il est cramé de Vera, Gus. Les sentiments qu'il éprouve sont profonds et puissants.  « Oui je sais j'ai craqué aussi en la voyant. » Il la réceptionne dans ses bras et répond à chacun de ses baisers. « Je t'aime Vera et je veux le meilleur et le plus beau pour toi. Je t'offrirais l'univers si je le pouvais. Mais tu devras te contenter de mon corps, de mon cœur et de mon âme. Si cela te convient bien sûr. » Il l'embrasse avec passion avant de plonger ses yeux dans ceux de sa compagne. « Et de cette villa si elle te plaît. Elle est à vendre. Je me suis dis qu'y séjourner pourrait nous permettre de voir si elle nous convient. » Il lui sourit. Après tout ils ont parlé de trouver un toit peur eux et leur fille à venir. Cela pourrait être ici. « Et je ne suis pas parfait j'ai mes défauts, tu les verras en vivant avec moi. Mais je te ferais aimer toutes mes imperfections comme j'aime déjà toutes les tiennes même celles que je n'ai pas encore découvert. » Ses mains, posées au creux des reins de Vera, glissent sur ses fesses. « Tu sais que cette jupe, qui en tournant délivre des promesses, me donne envie de jouer les voyeurs. » Puis il l'attrape par la main. « Viens je vais te montrer la vue que l'on a de la chambre. Je rangerais plus tard. » Et il l'entraîne avec douceur tout en laissant le temps à Vera de regarder ce qu'offre cette villa.



L'AVENIR

s'écrit à trois à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1583 - Points : 2628
Escapade amoureuse. feat Vera Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Re: Escapade amoureuse. feat Vera ( le Sam 15 Aoû 2020 - 12:20 )
La matinée s’évapora rapidement dans les baisers, dans la tendresse, dans les mots doux et tout ce qui faisaient d’eux un couple unis. La grossesse de Vera ne faisait que les souder, clairement. Pourtant, cette peur persistait dans un coin de son esprit. Celle de perdre Augusto. Parce que ce dernier trouverait quelqu’un d’autre ou bien parce qu’une fois le bébé arrivé tout va changer : la raison importait peu dans son esprit. Ce qu’elle gardait en tête c’est qu’il allait la laisser et tout comme pour Winston : Vera redeviendrait mère célibataire. Mieux que le veuvage ? Elle n’en était pas certaine. Son mari lui avait laissé beaucoup de richesses. La moindre des choses qu’il puisse faire après tout en dédommagent des années passées sous ses poings. Là n’était pas la question, cependant. Augusto faisait tous les jours son possible pour la rassurer, pour la convaincre qu’il ne la laisserait pas. Vera devait juste se détendre et se laisser prêter au jeu.

Sur le bateau, elle se lova dans ses bras : se souvenant volontiers de la croisière qu’ils avaient faite. C’est durant cette dernière que leur couple était né. Là-bas qu’ils se sont retrouvés comme si jamais ils ne s’étaient quittés. Si le temps s’était mêlé de leurs affaires de cœur : il n’en restait pas moins qu’il se rattrapait en accélérant les choses. La petite fille qui grandissait en elle était la preuve.

“Ah c’est donc ça.”

Elle rigola doucement, contente de pouvoir garder un repas sans avoir à se sentir malade. Vera émit l’idée de trouver un nom à ce bébé à venir, jusque-là, ils n’en avaient pas parlé. Tous les deux pris par leur travail respectif et la vie en général : ils allaient enfin pouvoir se poser. Fronçant les sourcils, elle le regarda presque inquiète en l’entendant hésiter. Elle lui donna une claque dans l’épaule gentiment pour montrer qu’il ne devrait pas faire ça. La cantatrice répondit langoureusement en baiser en collant le plus possible son corps contre celui d’Augusto malgré son ventre.

“Je pensais que cela était l’inverse ? Que c’est ton rôle de prendre soin de moi ? Ou peut-être que j’ai mal lu les petites écritures en bas du contrat.” Vera passa ses mains le long de ses bras : “Oublie pas de mettre dans ta liste : cuisiner des bons petits plats aussi.” Elle rigola et l’embrassa plusieurs fois

Dans la voiture, elle regarda le paysage, laissa son esprit divaguer en écoutant la musique tout en caressant d’une main son ventre. Devant la villa, son souffle fut coupé devant la beauté. Elle ne voulait pas y croire non. C’était… Trop beau pour être vrai. Elle trépignait d’impatience de rentrer et le regard qu’elle lui lança - quand Augusto affirma qu’il allait trouver des choses à lui faire - était sans équivoque. À l’intérieur, elle tourna sur elle-même et son regard ne savait pas par où commencer tant il y avait des choses à voir. Elle aimait le caractère paisible qui se dégageait de l’intérieur. Cédant à l’envie de se jeter dans ses bras, elle rigola quand il la réceptionna.

“Ne te dévalorise pas, je ne supporte pas quand tu le fais. Je t’aime ok ? Rien ne changera ça et tes défauts sont probablement ma partie préférée de ta personnalité.” Et c’était si vrai. “Je ne demande que ça… D’être avec toi pour cette vie et après.” Fronçant les sourcils, elle était surprise : “La villa est à vendre ?” Elle rigola : “Tu es malin hein ? Une pierre, deux coups ?” Vera regarda la cuisine : “Il faut que tu évalue si ton lieu de travail te convient hm ?” Parce que c’était important pour son aimé alors cela l’était pour elle. La cantatrice encercla son visage pour l’embrasser : “Homme parfait que tu es.” Arquant un sourcil, elle se mordit la lèvre : “Je sens qu’elle ne va pas faire long feu…”

Vera glissa sa main dans la sienne pour rester encore proche d’Augusto avant de le suivre pour le reste de la visite. Perdant son regard vers l’horizon qui s’offrait à eux de la chambre, elle prit une longue inspiration :

“Je pourrais m’habituer à cette vue. Tout est plus silencieux ici.” Il n’y avait pas de bruit non. “Un environnement sain pour élever notre petite fille.” Parce qu’ils devaient avant tout penser à elle. “On pourrait utiliser cette chambre pour elle ? Qu’elle ait le luxe de perdre ses yeux dans la mer.” Parce qu’elle devait grandir avec l’esprit ouvert sur la beauté de la nature, l’importance de la protéger tout comme Winston l’était aujourd’hui. “J’ai si hâte qu’elle soit là.” Elle caressa son ventre : “Mais d’un autre côté, quand je vois tout ce qui se passe dans le monde : j’ai peur qu’on ne puisse pas la protéger comme on le voudrait.”


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © mistspell (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5730 - Points : 10357
Escapade amoureuse. feat Vera EJcLbSIX_o
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Re: Escapade amoureuse. feat Vera ( le Sam 22 Aoû 2020 - 15:57 )
Vivre d'amour et d'eau fraichefeat Vera
Gus il est heureux, du bout de ses pieds à la pointe de ses cheveux. Tout son être transpire ce bonheur que Vera éveille. Bonheur doublement comblé maintenant qu'il sait qu'il va être père. Il a envie d'offrir l'univers entier à sa compagne et à leur trésor qu'elle porte fièrement. Il veut palier à toutes ses attentes, l'honorer, la cajoler, l'aimer, la soutenir, la rassurer. Tout prétexte est bon pour la faire sourire, rire, pour voir son regard briller de milles étoiles scintillantes. Rien n'est jamais assez. Chaque petit rien devient immense quand le cuisinier le partage avec la belle cantatrice. Tout prend une ampleur magnifique avec elle. Les notes qu'ils jouent ensemble sont toujours à l'unisson et l'harmonie qui en sort est des plus émouvante. Il a réellement trouvé la femme de sa vie, sa moitié. Celle qui le complète parfaitement, sans que jamais il n'y ait de vide. Alors oui il est heureux Gus, comme un gamin, mais aussi comme un homme qui voit se dessiner un avenir des plus doux. Il sait que la vie n'est pas faite que de bons moments, que parfois il y aura des tempêtes, mais avec Vera à ses côtés rien ne l'effraie. Même cette part d'ombre qui parfois souille son cœur de douleur, semble dompter par l'irrésistible brune. Elle a conquis son être tout entier, la moindre parcelle de son âme et de son cœur. Alors il la couve d'amour en lui octroyant de délicieux moments. Voulant rendre éternel cette passion qui les anime. Rien n'est trop beau pour celle qui partage sa vie et avec qui il veut vieillir. Celle qui un jour portera son nom, enfin il espère qu'elle dira oui au moment ou il fera sa demande. En attendant ce jour, il lui offre des moments à eux. Avant aussi que vienne s'ajoute leur fille.

Un petit week-end loin de Naples, dans un cocon qu'il a choisi avec sagesse.  Ils pourront parler projets, discuter sur le prénom de leur fille. Ils pourront s'aimer sans modération. « Tu sembles surprise !! Pourtant tu connais mon appétit. Et le tien, parce que tu es pas mal avide de mes câlins. » Il se met à rire. « Mais ne t'en fais pas je nous trouverais du temps pour qu'en partant de l'île on est une idée plus précise, voir peut être définitive sur le prénom de notre future princesse. » Gus passe sa main sur le ventre de Vera. Un geste tendre qu'il fait dés qu'il en a l'occasion. Il trouve sa douce si belle et si épanouie, qu'elle en est que plus désirable. « Ne t'en fais pas je vais prendre soin de toi .. de vous. Je vais vous dorloter et vous allez adorer. » Il frissonne quand les doigts de la belle effleure ses bras. « Oui c'est prévu aussi. J'ai quelques recettes surprises en réserve. » Il crée de plus en plus ces derniers temps, cherchant à attirer de nouveaux clients, cherchant à donner un souffle toujours plus fun à la trattoria familiale. Le voyage s'est bien passé, ce qui rassure le cuisinier, cela l'aurait ennuyé que sa belle ait des nausées. Ils remontent en voiture et se dirige vers la villa où ils vont séjourner. Et Vera semble d'entré subjuguée par ce qu'elle voit. Il a vraiment bien choisi.

Ils entrent et rapidement la cantatrice vient retrouver les bras du brun. L'étreinte les enveloppe comme leurs mots. « Tu mérites le meilleur. Je ne me dévalorise pas. Je veux juste que tu sois heureuse Vera. T'avoir dans ma vie me comble de bonheur, que tu me fasses père me comble de bonheur aussi. Je ne pouvais rêver mieux comme situation. » Gus lui sourit. « Et je serais toujours avec toi dans cette vie et dans celles qui suivront. » Il en profite pour parler un peu plus de la maison et ainsi dévoiler ce qui l'a lui faite choisir. Parce que oui c'est un petit bijou, un écrin qui pourrait leurs appartenir. Content de l'effet de son petit aveu. « J'essaie d'être malin. Naples n'est pas loin. Et je peux développer la partie traiteur sur l'île. Je me dis que cela nous permettrait vraiment de construire notre vie sur des bases solides. Un vrai nouveau départ. » Il a bien senti quand Vera lui a parlé de sa villa et du fait qu'elle ne voulait pas élever leur enfant dedans qu'elle avait envie de changement. Cette villa leurs offre si elle convient à la belle bien sur. « Ne me le dis pas trop je vais finir par prendre la grosse tête. » Et il la regarde tourner alors que le mouvement de sa jupe lui donne une vue délicieuse sur le corps de sa déesse. « Les vêtements sont faits pour être ôtés. » Gus lui fait un clin d’œil plein de malice, signe que oui il avait tout plein d'idée derrière la tête. C'est main dans la main que le couple visite la maison. Chaque pièce étant plus belle que la précédente. Comment résister aux possibilités que la villa montre ? Et puis ils s'y sentent déjà bien. Alors qu'ils y sont que depuis quelques minutes. Mais un souffle nouveau glisse sur eux. Et c'est tout ce qu'ils ont besoin pour être heureux.

La vue de la chambre fait mouche. Faut dire qu'elle est époustouflante. «  Moi aussi. » Mais Gus ne parle pas que du paysage, il parle de Vera regardant l'horizon. Il voit combien elle est envoûtée. « C'est vrai que là elle grandirait dans le calme. Les chambres ont vu sur la mer. Le plus de celle là c'est la salle de bain attenante. Et une salle de bain tout confort. » Il lâche la main de sa belle pour aller pousser la porte. « Douche et baignoire à jets de quoi nous détendre. » Puis il revient vers sa douce se positionnant derrière elle, enserrant de ses bras sa taille et son ventre. Il pose sa tête sur son épaule, laissant ses lèvres caresser le cou de sa dulcinée. « J'ai hâte aussi. » Gus caresse le ventre de Vera. Avant de la faire pivoter pour qu'elle lui fasse face et plonger son regard dans le sien. Il veut la rassurer. « On la protégera promis. Elle va être tellement bien entourée. Elle aura son frère, nos familles, nos amis proches. Elle nous aura nous. On sera des parents attentifs et attentionnés. Elle sera la plus heureuse et la plus désirée des enfants. Je ne veux pas que tu doutes de ce côté là. Tout va bien se passer. Cette enfant va naître dans un foyer aimant. Et elle va être aimée. » Le cuisinier vient se saisir des lèvres de Vera avec douceur, puis avec passion. Ses mains glissent le long du dos de sa belle, s'attardent sur ses reins, sur ses fesses. Puis elles reviennent sur ses hanches et descendent jusqu'à la fin du tissu de la jupe. Elles passent en dessous et remontent sur les cuisses de Vera. « Mais avant de bien m'occuper de notre fille je vais m'occuper de sa maman. » Une main part retrouver l'arrondi des fesses de la belle et l'autre vient se loger contre sa féminité, jouant habillement contre le tissu. « Est ce que tu veux profiter de la vue en même temps qu'une gâterie ? » Aucun voisin à l'horizon, aucun risque d'être surpris dans une position délicate. Ils peuvent s'aimer face à la mer. Gus défait les attaches de la jupe qui tombe au sol. Puis il ouvre les boutons du chemisier dégageant le ventre rond de Vera. Ventre qu'il vient embrasser et titiller de sa langue. Alors que ses doigts passent sous le tissu et enflamment le bouton de rose. « Laisse moi faire et apprécie. » Il se met à genoux, il fait glisser la dernière barrière et sa bouche rejoint ses doigts. Le tout en douceur et avec sensualité. Un prémisse, un avant goût de tout ce que Gus compte faire à Vera durant ce week-end.



L'AVENIR

s'écrit à trois à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1583 - Points : 2628
Escapade amoureuse. feat Vera Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Re: Escapade amoureuse. feat Vera ( le Lun 24 Aoû 2020 - 21:23 )
Augusto avait lu dans ses pensées : avoir un week-end loin de Naples était quelque chose qui trottait dans la tête de la cantatrice depuis un petit bout de temps maintenant. Avoir un moment à deux, avant de devenir trois. Parce que dans quelques mois, une nouvelle vie rejoindra leur quotidien. Est-ce qu’ils étaient prêts ? Probablement pas et cela venait d’une femme qui avait déjà mis seule un enfant au monde et élever par ses propres moyens. Elle savait cependant que contrairement à la dernière fois : elle ne serait pas seule. Vera allait pouvoir compter sur le père de l’enfant. Elle était certaine que le cuisiner resterait à ses côtés qu’importe ce que la vie jette à leur visage. Il y avait quelque chose de reposant, de réconfortant à cette idée et c’est ce qui permettait à la cantatrice de ne pas sombrer dans la peur ainsi que l’appréhension. Elle savait que cela n’était pas bon pour le bébé, alors elle faisait son possible pour se relaxer. Ce week-end allait être la parfaite excuse à n’en pas douter. Augusto ne lui laisserait probablement rien faire, comme il lui fit comprendre avant de prendre la route.

“Comment résister à tes charmes hm ? Je ne suis qu’une femme. Rien d’autre.” Et il y avait de quoi tomber en extase devant ses pommettes saillantes. “Je ne me fais pas de soucis sur ce sujet, tu es doué pour ça. À croire que tu arrives même à deviner ce que je veux avant que moi-même je le sache.” Vera ne pouvait pas cacher sa gourmandise. Que cela soit sur le plan charnelle ou bien culinaire : il savait la combler sous tous les plans.

Le reste du trajet se fit doucement, mais sûrement : Vera prenait le temps de regarder le paysage, de s’attarder sur les moindres détails pour se souvenir. Comme si leur fille pouvait voir à travers elle. Dans la villa, elle ne sait pas où regarder tant il y a de choses. Tout semble parfait, calme et serein : en outre tout le nécessaire pour qu’elle puisse se reposer et enfin peut-être bien dormir. Le maquillage ne cachait plus ses cernes. Au moins, ici, elle n’aurait pas mille et une chose à faire comme si elle était chez elle. Elle ne s’arrêtant jamais réellement, la grossesse ne l’arrêtait pas. Cela se saurait si elle était raisonnable.

“Je n’ai pas fait le travail toute seule.” Il avait largement contribué même si elle faisait le plus gros du travail. Dans ses bras, proches de lui, elle peut encore plus se plonger dans son regard de jais. Gus dévoile alors rapidement ses plans. Il veut donc acheter cette villa ? Les impressions étaient excellentes, c’était déjà ça. “J’aimerai beaucoup ça.” Construire une nouvelle vie, partir loin de la villa et enfin tourner la page sur le passé. Elle pourrait toujours utiliser la salle de musique dans la villa si jamais l’acoustique ici n’était pas assez bien, mais elle ne se faisait pas de soucis sur le sujet. Tout comme l’art d’Augusto : elle pouvait pratiquer partout.

Évidemment, le commentaire du cuisiner ne passe pas inaperçu et le sourire qu’elle lui accorde veut bien dire ce qu’il veut dire. Oui, elle enlèverait volontiers ses vêtements pour subir l’assaut de ses lèvres. La vue qui s’offre à eux dans la chambre coupe le souffle de Vera qui ne peut pas s’empêcher de s’émerveiller. Elle n’avait aucun mal à s’imaginer les couchers de soleil. Elle avait voyagé, fait le tour du monde : rien ne valait le soleil de son Italie natale. Quittant quelques instants la beauté de l’horizon, elle admira la salle de bain en souriant un peu plus :

“Décidément… Tu mets les petits plats dans les grands hein ?” Elle allait réellement pouvoir se décontracter. Dans cet écrin de complicité, elle ne peut s’empêcher de se confier en faisant part de ses craintes. Le monde ne tournait pas rond, est-ce qu’ils allaient pouvoir protéger leur enfant ? “Ce n’est pas de nous que j’ai peur, ce sont des autres.” Elle caressa avec tendresse son ventre.

Relevant son visage, elle répondit à chaque baiser avec tendresse, avec passion. Ses sens étaient exacerbés avec ses hormones. En sentant la main d’Augusto, elle ne tarda pas à soupirer d’aise, de plaisir. Elle en voulait plus maintenant et il semblait à nouveau lire dans ses pensées alors qu’il lui demanda si elle voulait une petite douceur. Hochant la tête, elle l’embrassa et le laissa faire. Toujours timide de demander quelque chose pour elle comme ça. Son chemisier ne tarda pas à dévoiler son soutien-gorge, mais surtout son ventre arrondis maintenant : elle ne pouvait plus cacher sa grossesse non. Reculant vers le lit, elle s’assit pour le laisser faire et révulsa sa tête en gémissant déjà sous les coups de langue d’Augusto. Glissant ses mains dans ses cheveux, elle finit par s’allonger pour mieux le sentir. En se sentant venir, elle souffla :

“Fais-moi l’amour…” Elle voulait maintenant qu’il prenne la place de sa langue. Elle ne voulait que ça. “Fais-moi l’amour Gus.” Répéta-t-elle comme une supplique.


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © mistspell (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5730 - Points : 10357
Escapade amoureuse. feat Vera EJcLbSIX_o
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Re: Escapade amoureuse. feat Vera ( le Mer 2 Sep 2020 - 10:12 )
Vivre d'amour et d'eau fraichefeat Vera
Se donner du temps pour prendre soin d'eux. De leur couple et de la future vie à venir. C'est tout ce que veut Gus en kidnappant sa belle Vera pour le weekend. Il veut lui offrir une parenthèse, un souffle de bien être, des milliers de rayons de soleil. Tout ce qui pourra rendre son sourire plus doux, apaiser ses doutes de femmes et de mère. Il sait que sa première grossesse ne s'est pas passée dans les meilleures conditions, même si sa belle ne s'est pas étalée sur le sujet. Là il veut lui montrer qu'il est là et qu'il sera là à chaque pas, à chaque épreuve. Ensemble. Il sera un compagnon et un père dévoué corps et âme aux deux trésors de sa vie. Mais avant que la petite princesse montre le bout de son nez et emplisse leurs existences de rires et de larmes, il va s'occuper de celle qui porte en son sein la petite merveille. Et il a tout prévu pour que ce laps de temps à deux soit des plus exquis. Rien n'est trop beau pour la cantatrice et il va se plier en quatre pour elle. Sachant qu'il sera récompensé par des baisers et des caresses toujours plus sensuelles. Il a bien sur tout organisé dans le plus grand secret et le garde jusqu'à l'instant T. Même si sa belle joue de son charme pour essayer de le faire parler. Il résiste, enfin juste ce qu'il faut pour que la surprise soit complète au moment de l'arrivé. « Et oui j'ai un don que veux tu. Et ne cherche pas à savoir comment je fais, parce que moi même je ne le sais pas. L'instinct peut être. » Il lui sourit charmeur et charmer.

Et la vue de la villa fait son petit effet, tout comme son intérieur. Tout comme la proposition que glisse Gus entre deux baisers. Cette maison pourrait devenir leur futur paradis. Un nouveau cocon pour un départ dans une vie à deux, bientôt à trois. Le projet semble plaire à Vera. Il savait en venant ici qu'il ferait mouche. L'endroit est calme, pas loin de Naples, il offre pas mal de possibilité et la vue est à couper le souffle. Comment résister, à la maison bien entendu, non aux charmes de sa belle. « Tu fais quand même le plus gros du boulot mon ange. Ce n'est pas moi qui la porte dans mes entrailles. » Et sa main vient caresser cette rondeur qui rend Vera plus belle et plus désirable. C'est vrai qu'avec cette grossesse leur appétit de luxure c'est fait grandissant. Ou alors c'est l'amour qui tout simplement tape bien plus fort dans le cœur de Gus. Homme heureux et comblé et futur père impatient, sans trop l'être, de voir à quoi ressemblera sa fille. « Je savais que l'idée te plairait. J'avoue que je nous vois bien ici. » Tous les trois, tous les quatre quand Winston viendra les rejoindre. Ou bien plus quand sa famille ou leurs amis débarqueraient. De quoi égayer leur cœur autant dans leur vie de couple, que leur vie de parent et leur vie sociale. Chaque pièce vue apporte son lot de sourires, tout a été fait avec soin, pas de travaux à prévoir, ils auraient juste à poser leurs valises et préparer la chambre de le demoiselle à venir. « Tu sais combien j'adore mettre les petits plats dans les grands. » Perfectionniste dans son métier, Gus l'est aussi dans sa vie. Même si à une période il avait un peu oublié cette ligne de conduite. Il est à présent bien ancré dans ses baskets et n'a plus du tout envie de se laisser happer par ses démons du passé. Son jumeau lui manque toujours autant. Il y pense beaucoup depuis l'annonce de la nouvelle, Il l'a même évoqué avec Terry en se disant qu'il aurait été un oncle parfait. Mais il est certain qu'il le veille de là où il est. Et qu'il est fier de l'homme qu'il est devenu. Il entend les craintes de Vera et il essaie de les adoucir. Il est vrai que le monde fait peur, mais cette princesse ne sera pas seule et tout ceux qui l'entoureront lui donneront les armes pour affronter les épreuves. « Je sais. Tous les parents ont peur des autres. Mais tout va bien se passer. Je te le promet. Elle va grandir dans une famille épanouie et heureuse. Rempli d'amour. Et s'il le faut je mettrais mon armure pour lui frayer un chemin parmi les ronces pour qu'elle arrive sans problème au château de sa vie. » Dans sa voix on peut entendre tout l'amour qu'il porte déjà à sa fille. La fierté de devenir père. Vera n'a aucun doute à avoir, Gus sera toujours là à leurs côtés.

Mais pour le moment ils ne sont que tous les deux. Face à un horizon sans fin. Les baisers se font plus passionnés et l'envie vient les caresser avec violence. L'étreinte devient leur univers et le désir leur loi. Gus veut faire chavirer Vera. La faire voyager sous la tendresse de ses doigts, sous la sensualité de sa langue, avant de la faire couler de son être tout entier. Il est gourmand de son corps comme elle est gourmande du sien. Alors il vient jouer les séducteurs, les ensorceleurs. Il titille sa peau, la parant de frissons de plus en plus exquis. Le lit leurs ouvre ses bras et la belle vient s'y poser alors que le cuisinier enivre sa chair de délices délicats. La peau se dévoile et ses doigts viennent en prendre le contrôle, comme sa bouche. Affamé il embrasse chaque centimètre, s'attarde sur son ventre rond. Avant de venir cueillir la fleur du désir. Humide et chaude la belle s'offre à sa langue gourmande et à ses doigts conquérants. Gus surveille Vera et sourit alors qu'elle s'allonge pour profiter davantage de sa caresse. La main amante dans ses cheveux le fait frissonner, tout comme les mots qu'elle prononce. « Vos désirs sont des ordres belle dame. » Il remonte doucement en faisant attention au ventre rond, ses doigts continuent de titiller la fleur humide. Alors que ses lèvres viennent retrouver celles de sa femme. Elle pourra ainsi le déshabiller plus facilement et libérer son épée tendue de désir. « J'avoue que j'en ai très très envie aussi. » Il gémit quand les doigts longs et doux s'enroulent autour de sa virilité. Rapidement il fait glisser ses vêtements, débarrasse Vera des siens. Leurs peaux enfin nues peuvent se frôler, s'effleurer avant de se donner. Il prend son temps et fait monter la température. Il caresse, cajole, choisit la meilleure position pour que l'acte soit des plus plaisant pour Vera, avant de venir avec douceur posséder sa féminité brûlante. « Tu es tellement excitée. C'est moi qui te fait cet effet ou la maison ? » Il la taquine. Et là face à la mer, leurs corps se mettent à danser. Une danse langoureuse et sensuelle. Les souffles se font plus rapides, les gémissements s'égarent, les cœur s'emportent. Ils sont seuls au monde. Unis dans la même passion. Donnant et recevant l'exquise caresse du plaisir. « Je t'aime. » Des mots murmuraient dans un soupir, les yeux voilés par l'extase éprouvée. Tout est parfait. Et ils se laissent porter comme des bateaux sur les vagues. Les vas et viens se font puissants, tous en retardant l'instant. C'est magique. Et ils s'abandonnent à cette douceur enivrante. Baignés par le lumière du jour. C'est doux comme du miel et puissant comme l'univers. C'est juste de l'amour pur, de l'amour vrai, de l'amour partagé. Et face à lui tout devient petit. Même le monde. Même l'univers.



L'AVENIR

s'écrit à trois à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1583 - Points : 2628
Escapade amoureuse. feat Vera Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Re: Escapade amoureuse. feat Vera ( le Jeu 3 Sep 2020 - 20:12 )
Oh oui il était doué son Gus et il était à elle. Seulement à elle. Vera comprenait enfin les gens qui pouvaient ressentir de la jalousie et ce désir de garder quelqu’un prêt d’eux. Naturellement, elle ne deviendrait jamais cette femme harpie qui demande des comptes à tout-va, loin d’elle cette idée. Pourtant, elle n’hésiterait plus à monter à tout le monde sa relation avec lui. D’une nature pudique, n’aimant pas montrer des gestes intimes en public : la grossesse lui donnait envie de prouver à tous qu’elle avait tourné la page. Que les tabloïds se déchaînent contre eux : elle s’en moquait. Tant qu’Augusto était à ses côtés : elle savait que rien ne serait impossible. C’était comme ça. C’était peut-être ça, l’amour avec un grand A : celui qui aide à surmonter tout. Les moments d’allégresses dans la villa ne font que mettre du baume dans son cœur et rendait, ce week-end, encore plus agréable. Cette maison avait des airs de douceurs. Il y avait quelque chose dans ses lieux qui apaisaient la mère et elle ne tarda pas à faire part de son admiration pour la bâtisse. Surprise d’apprendre qu’elle était à vendre : il n’en faudrait réellement pas plus à Vera pour signer en bas du contrat. Ils pouvaient se le permettre, elle avait économisé beaucoup avec les années avec son travail et la compagnie de son ancien mari qu’elle continuait de gérer de temps en temps, faisant confiance aux collaborateurs en temps normal.

“Mais tu me supportes… Franchement, je sais que je ne suis pas facile à vivre : alors c’est tout à ton honneur.” Pourtant, elle faisait son possible pour ne pas se plaindre, pour embrasser ce moment. Parce que cela faisait longtemps qu’elle voulait porter la vie à nouveau et elle le faisait dans les meilleures conditions possibles. Elle aimait les instants où Augusto caressait son ventre, elle aimait que leur fille puisse déjà sentir l’amour de ses parents entre eux, mais surtout pour elle. “Encore une fois… Je ne suis pas étonnée que j’aime cette idée : tu me connais si bien.” Et il y avait quelque chose d’apaisant dans ce fait : savoir que la personne qui partageait votre vie vous connaissait assez pour savoir ce que vous aimer ou non. Elle rigola doucement en imaginant son compagnon en preux chevalier : “Attends que la maman sorte la batte de baseball.” Elle l’avait montré par le passé, mais pour son fils et maintenant pour sa fille : Vera serait prête au pire.

Devant la vue qui s’offrait à eux, alors qu’ils parlaient déjà d’où mettre le bébé, Augusto eut une autre idée pour détourner l’attention de Vera. Comment dire non à une telle proposition ? Certainement pas elle. Ses vêtements ne tardent pas à être trop sur sa peau brûlante. Rapidement, elle s’en débarrassa et s’allongea pour sentir un peu plus les attentions de son aimé. La passion l’encercla, la rend presque folle d’envie. C’est pour cela qu’elle ne tarda pas à le supplier de se faire plus entreprenant, de prendre les choses en mains : ce qu’il fit sans trop broncher. Heureusement. Il aurait été cruel de sa part de s’arrêter en si bon chemin. Alors, elle le déshabilla pour sentir sa peau contre la sienne : elle se faisait gourmande de ces caresses. Et puis, ce fut à son tour de le caresser, de s’attarder pour qu’il soupire de plaisir. Échange de bon procédé en outre. Le dominant, elle se cambra et gémit de plaisir quand il rentra en elle.

“Tu sais bien que c’est toi… Juste toi.” Elle sourit : “Il n’y a que ton corps qui me fait cet effet.” Vera ne mentait pas. L’osmose était toujours au rendez-vous entre eux. “Je t’aime aussi.” Souffla-t-elle en se penchant pour l’embrasser. La cantatrice ne tarda pas à venir en retenant à peine ses gémissements de plaisir. Les mains sur le torse d’Augusto, elle le griffa doucement en reprenant sa respiration. Elle était comblée. “Maintenant je crois qu’on peut bien commencer le week-end.” Elle rigola doucement et l’embrassa encore et encore : “Et au moins ça a eut le don de m’ouvrir l’appétit. L’air marin fait toujours du bien.” Elle n’était pas une grande mangeuse, mais pour la cuisine de son compagnon ? Elle se forcerait. “Qu’est-ce que tu as prévu ?” Elle se doutait que les plats devaient tous être dans un coin de sa tête. Du bout de ses doigts, elle caressa les muscles d’Augusto : “Tu me fais goûter des nouvelles choses ?”


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © mistspell (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5730 - Points : 10357
Escapade amoureuse. feat Vera EJcLbSIX_o
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Re: Escapade amoureuse. feat Vera ( le Dim 20 Sep 2020 - 16:33 )
Vivre d'amour et d'eau fraichefeat Vera
L'alchimie entre Vera et Gus est de plus en plus forte. Ni l'un ni l'autre ne peuvent le nier. Ni même ceux qui les connaissent, ou bien ceux qui les regardent. Le cuisinier sait qu'il a encore à apprendre de sa compagne mais tout ce qu'il fait pour elle, il le fait avec son cœur. Ce cœur si souvent mis à l'épreuve et qui depuis Vera semble battre comme jamais il n'avait battu auparavant. Alors oui il abuse de ce miel délicieux de la cantatrice lui offre sur un plateau. Il s'en délecte à chaque seconde, se plaisant à la faire sourire, à la rassurer, à la rendre heureuse. Mais il lui doit bien ça, elle le mérite et puis sans elle, il serait sûrement en mille morceaux, cacher dans un coin à boire son amertume après le sale coup de son ex. Oui Vera lui a permis de ne pas s'écrouler lors de la croisière quand tout est devenu noir. Il sait que sans elle, sans cet amour fou et fort, il aurait pu sauter par dessus les balustrades du bateau. Et puis la voir rire et sourire, la voir épanouie et porteuse de vie donne des ailes à Gus. Il l'aime et il veut que leur vie soit belle. Une vie à trois qu'il envisage sereinement et pourquoi dans cette maison. Ou la paix semble s'écouler comme un doux murmure. Le lieu est parfait pour abriter leur nid douillet et le décor idéal pour voir grandir leur fille. « Personnellement je ne te trouve pas difficile à vivre. Et moi aussi parfois je ne suis pas évident. Mais ce ne serait pas amusant s'il n'y avait pas quelques difficultés. »

Ils se câlinent et s'enlacent, heureux de ce bonheur qui les unit et qui se reflète dans le ventre rond de Vera. Gus est le plus heureux des hommes, le plus fier aussi. Lui qui a vu si souvent le fond du puits touche à présent le ciel et il se dit que la vie faut le coup d'être pleinement vécue. Bien sur il y aura des craintes, des doutes, mais ils seront deux pour les affronter. Et face à leur amour le destin même avec un sale coup aura du mal à les ébranler. Et il ne peut s'empêcher de sourire en imaginant Vera une batte de baseball à la main. « Je suis sur que tu seras parfaite ainsi armée. Et terriblement sexy. » Puis il regarde le ventre tout en le caressant. « Oublie la dernière phrase petit ange. Papa parle à maman en privé. » Puis il l'entraîne dans les autres pièces. La laisse s'imprégner de l'atmosphère, la laisse imaginer leur vie ici. Avant de venir la titiller. Ne pensant qu'à la faire sombrer dans les délices d'un plaisir partagé et donné sans aucune retenue. Car Gus aime s'occuper du corps de sa belle. Il l'aime l'aimer sans restriction. Lui offrir des plages de jouissance et de luxure ou leurs corps se baignent et se mêlent dans la même passion. Ne faire plus qu'un avec celle qui donne à son cœur un élan de vie magnifique. Leurs vêtements tombent et leurs corps se délectent de caresses et de baisers. Gus enflamme avec douceur la féminité de Vera. La belle est terriblement gourmande et il s'applique à augmenter le feu qui irradie ses reins tout comme ceux de sa compagne. Il la sent prête et offerte. Et il se fait conquérant.

« Et mon corps aime te faire cet effet. » De toute manière vu la vigueur de sa virilité difficile pour Vera de douter de son pouvoir de femme sur le pauvre mâle qu'il est. Et dire que bientôt Gus aura deux femmes à la maison. Et il se souvenait des mots de Terry. Mais ils ne lui faisaient pas peur. Il la regarde ondulée et son bassin se joint à cette danse lascive et sensuelle. Ils ne cherchent que le plaisir. Leurs peaux frissonnent, ivresse de l'instant. Et ils jouissent ensemble liant leurs gémissements alors que leurs doigts s'ancrent avec plus de force dans la peau de l'autre. Puis il la regarde, tout en continuant de caresser sa peau. Sa poitrine gonflée, par la grossesse et par le plaisir, pointe encore. Il s'attarde sur les bouts les titille avec lenteur. Alors que la peau du ventre de Vera bouge. « Je crois que ça lui a plu. » Et il laisse glisser sur le ventre sa main avant de descendre vers la féminité de la cantatrice pour effleurer son clitoris encore tendu par de jouissance. « C'est un très bon commencement je trouve. Une mise en bouche. Je pourrais te faire l'amour tout le weekend tu le sais. » Il ne s'en cache pas, pourquoi le ferait-il ? Vera est belle, désirable. C'est une amante attentionnée, qui sait se transformer en lionne. Et faire preuve de douceur. « L'air marin je vois. » Il lui fait un clin d’œil entendu. « Moi je compte pour du beurre . » Il continue ses petites caresses. « Ah désolé je n'avais pas compris la subtilité de ta phrase c'est ton estomac qui a faim. »  Et il se met à rire tout en se protégeant le visage de sa main inactive au cas ou un oreiller parte. Mais vu la suite des phrases de Vera, Gus continue dans sa lancée voulant la taquiner. « Et bien j'ai prévu moi et moi. » Il sifflote. « Bien sur que tu vas goûter de nouvelles choses. Moi à la sauce carbo, moi à la milanaise, moi au pesto.. » Et il rigole de plus belle avant de venir poser sa main sur le ventre de Vera. « Ta mère a faim cher enfant et il semble que ce que je lui propose ne lui convienne pas. Tu peux m'aider. » Puis avec douceur il fait basculer sa belle et se love à ses côtés, l'embrassant avec passion. « Ne t'en fais pas je vais te mijoter un repas de reine. Et pendant que je cuisinerais on cherchera des idées de prénom pour notre princesse. » Il se lève et tend sa main à Vera pour l'aider. Puis il enfile juste un boxer. « Est ce que votre cuisinier sera trop habillé s'il ajoute un tablier ? » Puis il retourne à la cuisine, le frigo est plein il le sait, ça aussi il y a veillé en faisant livrer les courses. « En entrée une tatin de tomates avec de la mozzarella buffala. Le plat des gnocchis frais avec lardons, champignons, petits pois, crème fraîche, parmesan et ciboulette. Et En dessert une glace café amaretto. Est ce que le menu convient à madame. » Il l'embrasse une nouvelle fois puis s'attaque aux préparations.  



L'AVENIR

s'écrit à trois à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1583 - Points : 2628
Escapade amoureuse. feat Vera Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Re: Escapade amoureuse. feat Vera ( le Mar 22 Sep 2020 - 13:38 )
Croquer la vie à pleine dent. Voilà le plan de Vera et pour cela, elle devait apprendre à se reposer sur les autres, à faire confiance à Augusto : il ne la quitterait pas non. Il allait rester à ses côtés et assumé la vie qui grandissait en elle. Qu’ils le voulaient ou non, ils ne pouvaient plus reculer, même il y a quelques mois de cela. La princesse avait pointé le bout de son nez sans prévenir personne, pas même la principale concernée. Heureusement qu’elle n’avait pas fait des excès. Maintenant, le meilleur restait à vivre. Vera était un peu plus sereine à l’idée qu’ils avaient peut-être trouvé la maison de leur rêve. Cette villa avait beaucoup de charme et elle pouvait imaginer sans mal leur fille courir sur le carrelage qui avait dû en voir des choses. La vue sur le Vésuve était imprenable… Vera se sentait si chanceuse en cet instant. Elle était prête à défendre farouchement son bonheur, elle ne laisserait plus personne le lui prendre. Elle s’accrocherait à Augusto comme la peste sur les miséreux. Il était à elle. Elle rigola en l’entendant précisée que ce qu’il disait était seulement pour elle :

“Malheureusement, tout ce que j’entends… Elle peut l’entendre aussi. Mais ne t’en fais pas, elle ne s’en souviendra pas. Moi, en revanche, je me souviendrais que tu me trouves sexy quand je montre les crocs. Je me souviens bien de ton expression quand j’ai recalé la cougar qui voulait te dévorer tout cru.” Rancunière ? Absolument pas. Elle n’oubliait juste pas. Le sentiment de jalousie qui s’était emparée d’elle lui avait appris une leçon.

La situation dégénère, dans le bon sens du terme, comme bien souvent entre eux : la passion les avait toujours liées, et ce, depuis le premier jour. Chaque ébat ne faisait que remettre une couche sur leur bonheur et au combien ils étaient faits l’un pour l’autre. Leurs corps s’emboîtaient, s’aimaient à la perfection. Augusto lui faisait ressentir des choses qu’aucun homme n’avait suscité. Venant en osmose, elle reprit sa respiration et rigola doucement en sentant les lèvres d’Augusto contre sa poitrine, puis la petite qui bouge pour monter qu’elle était encore là. Comment l’oublier ? Vera ne pouvait plus cacher sa grossesse et cela n’était pas un mal. Augusto semblait la trouver toujours aussi désirable. Comme il venait de le prouver.

“Tu es le bonus…” Souffla-t-elle en caressant amoureusement son visage. “Tu es celui qui rends tout mieux.” Elle l’embrasse encore et encore. “Disons que mon corps travaille dur, tu comprends ? Il faut bien que je mange.” Bien qu’elle faisait attention pour ne pas trop se laisser submerger par la gourmandise. Elle ne voulait pas prendre trop de poids. Elle devait faire attention à sa silhouette. Enfin… Non, elle ne le devait pas, mais elle se mettait cette restriction. Elle rigola et attrapa un oreiller pour le lui lancer : “Non mais alors toi je te jure ! Tu n’en manques pas une hein ?!” Évidemment. C’est pour ça qu’elle l’aimait à dire vrai.

Embrassant encore et encore Augusto, elle sourit tendrement avant de se redresser et de le regarder s’habiller avant de faire de même :

“Je n’ai pas envie que tu te brûles ou te blesse… Cela serait un gâchis d’abîmer une pareille œuvre.” Elle l’embrassa avant qu’il ne parte et s’habilla légèrement à son tour : enfilant seulement des sous-vêtements et une robe de plage transparente. Elle avait trop chaud pour porter d’autres vêtements. Attrapant un calepin et un crayon, elle écouta le menu : “Pas trop de café hein ? Ce n’est pas forcément bon pour la Princesse. Elle a le temps avant de découvrir les joies de la caféine.” Quelque chose qui lui manquait beaucoup. Elle s’installa sur un tabouret haut pour être à la hauteur de l’îlot et ainsi avoir une belle vue sur son compagnon tout en le surveillant. “Alors…” Elle nota le mot “prénom” en haut de la feuille : “Que penses-tu d’Agatha ? Lucia ? Ophelia ? Robin ? Hermia ? Stella ?"


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Escapade amoureuse. feat Vera Empty
Sujet: Re: Escapade amoureuse. feat Vera ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Escapade amoureuse. feat Vera -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Les Îles :: Procida
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant