Revenir en haut
Aller en bas

Le deal à ne pas rater :
Cdiscount :1 jouet acheté = 1 jouet offert
Voir le deal

 

- Adonis || Black swan -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Teatro San Carlo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Daria ManciniToujours frais après un litre de café
Daria Mancini
http://www.ciao-vecchio.com/t5340-daria-que-se-passe-t-il-quand- http://www.ciao-vecchio.com/t5387-daria-comment-on-appelle-un-rassemblement-d-aveugles-un-festival-de-cannes#171169
Faceclaim : Logan Browning : ealitya + signa : astra
Messages : 282 - Points : 947
Adonis || Black swan  Tumblr_inline_owmh0wKZOd1qhv088_500
Âge : 33 ans
Métier : Aide-soignante à domicile
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Adonis || Black swan ( le Mer 26 Aoû 2020 - 15:44 )
Comme pour gagner du temps, Daria avait passé toute la journée à faire semblant d’être occupée pour repousser le moment où elle devrait aller se préparer. A chaque fois qu’elle entrait dans la chambre où sa robe était déjà toute prête, elle faisait marche arrière et aller se plonger dans le livre qu’elle n’avait pas ouvert depuis des mois qu’elle l’avait acheté. A vrai dire, elle n’avait lu que la quatrième de couverture et depuis elle n’y avait plus touché. Pour autant l’heure ne cessait de défiler et la métisse dû se résoudre à aller se préparer pour ce soir. La boule au ventre, elle enfila la robe qu’elle avait de prête de depuis des jours et lorsqu’elle regarda la silhouette que lui faisait le vêtement dans le miroir, elle évita de croiser son regard ou même d’effleurer les traits de son visage. Le temps et les excuses lui manquant, elle se coiffa et appliqua une légère touche de maquillage tout en essayant de se focaliser le moins possible sur la cicatrice qui fendait presque son visage en deux. Aujourd’hui encore elle avait du mal à s’accorder avec cette marque. Si d’un côté elle ne pouvait s’empêcher de se dire que cette cicatrice faisait partie de son histoire d’amour avec Adonis, l’autre… Son visage était défiguré et à ce jour elle ne savait même pas ce que le danseur pouvait lui trouver. Le pire, c’était qu’il ne l’avait vu que quelques minutes sans cette affreuse marque sur le visage, il ignorait à quel point elle était plus belle avant. A cette pensée, elle poussa un soupir tandis qu’elle remettait en place ses cheveux qu’elle avait tressé pour l’occasion. Pour la première fois depuis des mois, la jeune femme s’était rendue d’elle-même au salon où elle y passa six heures assise sur une chaise pour faire ses braids. Elle aurait pu demander à sa mère de le faire pour elle, elle aurait même pu le faire elle-même, mais elle n’avait pas envie d’avoir mal aux bras et voulait retrouver sa vie d’avant. Ca lui avait fait du bien de se retrouver l’espace d’un instant projetée dans son ancienne vie. A contrario, ce soir elle allait se retrouver dans sa nouvelle qui impliquait une soirée plus chic que ce qu’elle avait connu par le passé, et qui ne se finirait pas avec la gueule de bois le lendemain. Pour la première fois elle allait voir Adonis sur les planches et ce n’était pas sans cette once de fierté qu’elle avait quitté le loft qu’elle squattait souvent pour se rendre au théâtre. Voir son bien aimé danser était là le seul point positif de la soirée. Daria n’était pas intéressée par la danse – du moins pas comme ça – et le seul qui l’intéressait c’était bien Adonis. Il était d’ailleurs le seul à pouvoir la faire venir dans un endroit pareil. Mais ce n’était pas elle qui s’en plaindrait bien qu’elle soit loin de son univers. Non. Le seul point négatif ce soir serait qu’elle devrait partager son danseur avec le reste de la salle. Son cœur rata un battement que sa bouche traduit en un mince sourire au coin des lèvres. Elle était heureuse à ses côtés et ne pouvait s’en cacher, même si son petit côté pessimiste la faisait  redescendre de son nuage à chaque fois qu’elle voulait se laisser embarquer par ses émotions souvent très fortes.

Lorsqu’elle franchit les portes de la salle, le sourire de la jeune femme s’agrandit en voyant le monde qui s’était donné rendez-vous ce soir. Sa place à elle était réservée depuis longtemps au milieu du public. Mais au lieu de se rendre directement à son siège, elle joua une dernière fois de ses privilèges et se faufila en loge pour aller donner un dernier baiser à Adonis avant la montée des rideaux. Au milieu des autres danseurs, il était évident qu’elle ne passait pas inaperçue bien qu’elle faisait de son mieux pour être une petite souris et ne pas attirer les attentions. Après avoir demandé sa direction à plusieurs reprises, ses pas la conduisirent au seul qui comptait se soir. L’attitude féline, elle posa une main au creux du dos du jeune homme avant de passer la tête sur le côté pour qu’il se rende compte de sa présence. « Hey. » Chuchota presque la métisse qui déposa aussitôt un baiser sur la joue d’Adonis. « Tu es prêt ? »


I was made for loving you
Our love is pastured such a mournful sound. Tonight I'm gonna bury that horse in thr ground, so I lke to keep my issues strong. But it's always darkest before the dawn.▬ Shake it ou
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
https://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-p https://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Henry Cavill @Lannisters & littlewolf (sign)
Messages : 349 - Points : 1131
Adonis || Black swan  Tumblr_inline_p3mxxfZreo1t8bm8b_250
Âge : 39 ans
Métier : Danseur de ballet professionel, il est remonté sur les planches, enfin.
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Re: Adonis || Black swan ( le Sam 29 Aoû 2020 - 18:28 )
Adonis s’était levé aux aurores ce matin-là. Il avait quitté les draps avant que sa belle ait les yeux ouverts. Il ne voulait pas la réveiller, surtout pas, pourtant, il n’avait pas pu s’empêcher de lui voler un baiser alors qu’elle dormait. Il laissa un mot sur la table du petit-déjeuner qu’il avait préparé pour elle avant de partir pour le théâtre. La vérité était que le danseur était stressé. Il avait peur de remonter sur scène, cela faisait si longtemps… Il connaît les pas, là n’était pas le problème ayant répété pendant des heures dans son appartement. Le stress concernait un problème bien plus personnel. Son nom était blanchi, il avait été lavé de tout soupçon, mais pour beaucoup il restait coupable comme il en avait fait les frais quelques fois depuis sa libération. Adonis était innocent, il avait payé pour des crimes qu’il n’avait pas commis : de ce fait, il méritait lui aussi d’être heureux et de reprendre sa carrière. Cela était bien la dernière chose qui lui manquait pour avoir une vie presque idéale, pour ne pas dire parfait.

Sur le chemin de l’Opéra, alors que les bâtiments défilaient sous ses yeux : il repassait ces derniers mois dans sa tête. Il ne réalisait pas encore au combien, il avait été chanceux de trouver Daria. De pouvoir la regarder tous les matins, de n’avoir qu’à éteindre ses bras pour coller son corps au sien. Elle avait capturé son cœur depuis si longtemps, elle avait été dans sa tête depuis tant d’années qu’il était presque impossible pour Adonis de se souvenir de l’époque où il ne l’aimait pas. Son ex-femme, les abus qu’il a subit de sa part était toujours là, dans un coin de sa tête, mais sous les yeux de Daria il comprenait qu’il n’y avait pas de blessures qui ne pouvaient pas être guéries. Elle avait ce pouvoir sur lui, Daria. En pensant à elle, un sourire se dessina sur son visage, comme toujours.

La journée s’était enchaînée sans qu’il la voie passer. Ils avaient répété toute la journée et malgré le peu de pause : Adonis ne se sentait pas fatigué. Après un léger repas avec le reste de la troupe, il s’était retiré pour se maquiller et enfiler la perruque puis son costume de scène. Il était en train de vérifier que tout était parfait : il sentit une main dans son dos. Il se retourna et un immense sourire s’afficha sur son visage quand il remarqua que c’était Daria. Le danseur se tourna pour lui faire face, caressa la joue de la jeune femme avant de lui voler un baiser :

“Encore mieux depuis que tu es là.” Il était heureux oui. “Je pense qu’on est prêt, le traque commence à remonter, j’avais oublié cette sensation grisante ou plutôt… Elle ne m’a pas manqué si tu veux tout savoir !” Adonis rigola doucement : “Je t’ai réservé le meilleur siège, je t’aurai bien mis dans la même loge que mes parents, mais… Je ne sais pas si tu aurais apprécié.” Il se glissa derrière elle pour qu’il puisse se voir tous les deux dans le miroir : “Je suis si content que tu sois venu.” Il embrassa son cou : “J’espère que tu ne t’ennuieras pas je sais que ça peut être long quand on est spectateur."


There's a drumming noise inside my head.
That starts when you're around ✻ I would dive into the depths for you, screamed down the street til' my face turned blue. I wanna fall into the sun with you, wanna feel the cold of the mornin' dew. All of these words that are rife in my brain, but face to face, all I could say is, babe. Jerry Williams
Revenir en haut Aller en bas
Daria ManciniToujours frais après un litre de café
Daria Mancini
http://www.ciao-vecchio.com/t5340-daria-que-se-passe-t-il-quand- http://www.ciao-vecchio.com/t5387-daria-comment-on-appelle-un-rassemblement-d-aveugles-un-festival-de-cannes#171169
Faceclaim : Logan Browning : ealitya + signa : astra
Messages : 282 - Points : 947
Adonis || Black swan  Tumblr_inline_owmh0wKZOd1qhv088_500
Âge : 33 ans
Métier : Aide-soignante à domicile
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Re: Adonis || Black swan ( le Mar 1 Sep 2020 - 12:56 )
Parmi la foule qui s’activait avant le levé de rideau, Daria arriva à trouver Adonis sans mal. A mesure qu’elle s’approchait de la silhouette forte qui se dessinait au loin, un sourire fendait doucement son visage. Arrivée à sa hauteur, une main et un baiser suffit à annoncer sa présence tandis que les yeux de la métisse se perdirent dans le maquillage de son bien aimé. C’était la première fois qu’elle le voyait en costume et doucement, ça l’amusait. La première de ses pensées fut qu’elle le préférait sans. Il n’avait pas besoin d’artifice pour être beau, du moins pas aux yeux de Daria. Et elle était certaine que bien des femmes pourraient approuver cette pensée. Sa main toujours au creux de son dos qu’elle caressait avec douceur, elle la fit glisser au niveau de sa taille tout en se rapprochant de lui pour le sentir encore plus prêt d’elle. « Ca va aller. Tout va bien se passer. » D’une voix à peine perceptible, elle souffla ses quelques mots en déposant ses lèvres sur celles d’Adonis pour lui gratifier d’un baiser chaste. Elle n’avait pas envie de ruiner son maquillage. Avant de venir, pendant qu’elle faisait tout pour perdre du temps, la métisse avait purifié l’appartement avant de demander à ses dieux à elle de bénir cette soirée. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas plongée dans ses manuels qu’elle avait délaissés, et quelle meilleure occasion que ce soir pour s’y remettre et faire en sorte que tout se passe bien. « Une fois sur les planches ça ira beaucoup mieux. » La rassura la jeune femme qui laissa glisser une de ses mains pour aller récupérer celle du danseur qu’elle serra entre ses doigts avant de les porter jusqu’à ses lèvres. Pendant un moment alors qu’elle l’écoutait, elle garda la paume d’Adonis contre sa joue pour ressentir sa chaleur. « Ne t’inquiète pas. Le siège c’est parfait. » Un sourire nerveux aux lèvres, elle avait presque oublié la présence des parents d’Adonis, qu’elle n’avait toujours pas rencontré. Ca la rassurait de savoir qu’ils ne seraient pas assis ensemble ce soir. Bien qu’elle ferait en sorte d’essayer de les repérer une fois qu’elle serait installée, elle redoutait la rencontre qui se fera tôt ou tard. Les parents n’aimaient pas vraiment Daria. Depuis petite elle était trop teigne, trop insolente pour que même les parents de ses amis puissent la supporter. En grandissant alors qu’elle enchaînait les conquêtes, elle n’avait jamais été jusqu’à rencontrer les parents des personnes avec qui elle était sortie. Sauf une fois. Ils ont rompu le lendemain. Une histoire pour un autre jour.

En soupirant alors qu’elle chassait cette pensée de son esprit, elle réalisa à peine qu’Adonis s’était glissé dans son dos pour qu’ils soient tous les deux face au miroir. Son regard s’attarda un instant sur l’image que lui renvoyait son reflet, avec cette cicatrice qui se voyait un peu moins mais qu’elle détestait toujours autant. Les sourcils froncés alors qu’elle se retrouvait confrontée à ce qu’elle était devenue, elle déglutit avec difficulté avant de plonger son regard dans celui du danseur via le miroir. Son visage à lui était plus plaisant. Plus beau. Et plus serein pour la métisse qui arrivait à y trouver du calme dans tout le chaos qui les entourait au moment présent. Les paupières closes en sentant ses lèvres contre sa peau, elle réprima un frisson qui lui parcourut l’échine, ses lèvres s’étirant en un sourire plein de malice. « Je suis contente d’être là. » Souffla-t-elle. Ses bras croisés pour mimer ceux d’Adonis pour sécuriser l’étreinte, elle ouvrit les yeux et au lieu de le regarder via le miroir, pencha la tête pour l’observer lui. « Je vais passer toute la soirée à te regarder danser, je ne risque pas de m’ennuyer. » Plaisanta Daria. « Certes j’aurais préféré que tu ne danses que pour moi, mais bon… » Le même sourire au coin des lèvres, elle lâcha un petit rire avant de se retourner pour être face à lui et le prendre dans ses bras. Au creux de ses bras, sa tête posée contre sa poitrine qu’elle sentait se soulever au rythme de sa respiration, elle se sentait à sa place. « Je t’aime. » Souffla-t-elle suffisamment fort pour qu’il soit le seul à l’entendre. C’était la première fois qu’elle le lui disait. Si elle l’avait souvent pensé et même envisagé de le dire à plusieurs reprises avant de se raviser, les trois mots qu’elle venait de prononcer lui semblaient appropriés. Rendaient les choses plus concrètes. Et malgré la timidité dans sa voix et son visage enfouit pour qu’Adonis ne puisse pas voir ses traits, elle voulait le lui faire savoir.


I was made for loving you
Our love is pastured such a mournful sound. Tonight I'm gonna bury that horse in thr ground, so I lke to keep my issues strong. But it's always darkest before the dawn.▬ Shake it ou
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
https://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-p https://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Henry Cavill @Lannisters & littlewolf (sign)
Messages : 349 - Points : 1131
Adonis || Black swan  Tumblr_inline_p3mxxfZreo1t8bm8b_250
Âge : 39 ans
Métier : Danseur de ballet professionel, il est remonté sur les planches, enfin.
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Re: Adonis || Black swan ( le Mer 2 Sep 2020 - 19:25 )
Daria avait confiance en lui. Cela était la première fois qu’elle le voyait sur scène, à moins qu’elle est regardée des vidéos sur Youtube ? Il ne savait pas et au fond cela n’était pas important. Ce qui comptait, c’était qu’elle serait là, dans le public, à le regarder danser. Adonis ne se faisait pas d’illusion, il n’était pas du genre à chercher le visage de ses proches dans la foule. Une part de lui se souvenait qu’une fois le rideau levé plus rien ne comptait hormis ses pas et ses gestes contrôlés au millimètre près.

“Le directeur artistique m’a rassuré en me disant que c’était comme le vélo : cela ne s’oubliait pas. J’espère qu’il à raison… Je me dis que de toute façon vu comment j’ai travaillé, je ne peux que réussir.” Il répondit doucement au baiser, se félicitant de ne pas encore avoir fait ses lèvres : il s’en voudrait de ruiner le maquillage de son invitée de marque.

Le danseur ne savait pas qu’il tentait de convaincre. Daria ou bien sa propre personne. Un peu des deux probablement. Il sentait que le stress qui faisait battre à tout rompt son cœur et nouait son estomac était du positif. Car avant tout, il était heureux et se savait chanceux de pouvoir reprendre sa carrière. Probablement pas là où il l’avait laissé, mais au moins il ne tenait qu’à lui de faire encore mieux. Ce qu’il allait faire, car cette fois-ci, il aurait une magnifique femme pour l’épauler et non pour le dénigrer, le menacer et le frapper de temps en temps. Un secret encore inavoué à sa belle et qui resterait comme ça aussi longtemps qu’il le pouvait. Il était hors de questions qu’elle apprenne que sa précédente femme et partenaire de danse ai levé la main sur lui.

Posant délicatement sa main sur la joue de Daria, il ne voyait même plus cette cicatrice qui la complexait. Elle restait toujours une des plus belles femmes qu’il avait eu la chance de voir et ne cesserait jamais de lui répéter cela. Parce que c’était vrai. Il ne laisserait personne non plus faire une quelconque réflexion. Cela n’était pas arrivé en sa présence, mais il ne retiendrait pas ses mots si jamais il était le témoin d’une telle chose. Il protégerait la jeune femme du mieux qu’il pourrait. Il l’informa qu’elle ne serait pas assise avec ses parents. Ils ne s’étaient pas encore rencontré tous les trois, peut-être que cela se passerait ce soir si jamais Daria en avait envie : il ne forcerait pas la chose, bien que sa mère ait hâte de rencontrer celle qui ravit le cœur de son fils comme elle dit si bien.

“Si tu veux, à la soirée après la représentation, je te présenterai d’accord ? Mais pas de pression, il faut que tu le veuilles.” Adonis espérait que son sourire rassurant suffirait à calmer la potentielle appréhension que la demoiselle pourrait ressentir.

Derrière elle, il embrassa doucement son cou en la serrant un peu plus contre lui. Un moment à eux au milieu des danseurs qui terminaient de se préparer. Lui était toujours prêt bien trop en avance, aujourd’hui il pouvait en récolter les fruits. Adonis sourit un peu plus en entendant Daria affirmée qu’elle était heureuse d’être ici.

“Et moi que tu sois là…” Sa présence l’apaisait, l’avait toujours fait : alors même qu’ils ne s’étaient jamais rencontré. “Tu sais que tu n’as qu’à demander et je danserai pour toi.” Il rigola doucement : “Je pourrais même t’apprendre quelques pas, je ne sais pas danser que le ballet tu sais ?” Il avait également appris la plupart des danses de salon.

Adonis la laissa se retourner, passa ses bras autour d’elle pour qu’elle vienne se loger à loisir contre lui. Ce n’est pas comme si son corps était réservé à une autre. Et puis, Daria reprit la parole. Il ne s’attendait pas à ça non. Son cœur s’emballa alors qu’un sourire absolument niais se dessinait petit à petit sur son visage. Est-ce qu’il avait bien entendu ? Tant pis s’il avait mal interprété.

“Je t’aime aussi.” Souffla-t-il au creux de son oreille tendrement. Il s’éloigna légèrement pour la regarder et l’embrasser d’abord tendrement, puis plus fougueusement comme pour prouver ce qu’il venait de dire. “15 minutes, 15 minutes avant le lever du rideau.” Adonis arrêta le baiser à contre-coeur : “Je te retrouve après hm ? Je ne serai pas long : le temps que je prenne une douche et me démaquille. Pour la soirée après la représentation si jamais tu veux m’accompagner, je ne resterai qu’une heure tout au plus. Le temps que je serre quelques mains et on sera de retour chez nous.”


There's a drumming noise inside my head.
That starts when you're around ✻ I would dive into the depths for you, screamed down the street til' my face turned blue. I wanna fall into the sun with you, wanna feel the cold of the mornin' dew. All of these words that are rife in my brain, but face to face, all I could say is, babe. Jerry Williams
Revenir en haut Aller en bas
Daria ManciniToujours frais après un litre de café
Daria Mancini
http://www.ciao-vecchio.com/t5340-daria-que-se-passe-t-il-quand- http://www.ciao-vecchio.com/t5387-daria-comment-on-appelle-un-rassemblement-d-aveugles-un-festival-de-cannes#171169
Faceclaim : Logan Browning : ealitya + signa : astra
Messages : 282 - Points : 947
Adonis || Black swan  Tumblr_inline_owmh0wKZOd1qhv088_500
Âge : 33 ans
Métier : Aide-soignante à domicile
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Re: Adonis || Black swan ( le Sam 5 Sep 2020 - 23:50 )
A la suite de la conversation, ce fut au tour de la métisse d’éprouver une certaine nervosité à la mention des parents du danseur. Elle n’ignorait pas leur existence et savait qu’un jour, elle allait devoir les rencontrer, mais… C’était une idée qui faisait encore tout drôle à la jeune femme qui avait l’impression que leur relation devenait de plus en plus concrète sans même qu’elle n’arrive à en saisir tous les aspects. Que ce soit par son quotidien qui se mettait à changer naturellement – les moments libres qu’elle passait avec et chez Adonis plutôt que chez elle, les nuits qu’elle partageait maintenant quasi quotidiennement avec celui qu’elle considérait comme étant son bien aimé – ou par ce qu’elle pouvait ressentir. A chaque fois qu’elle se perdait dans ses traits, son cœur se mettait à battre à un rythme effréné avant de prendre doucement la même cadence que celui du danseur pour qu’ils ne forment plus qu’un. Parfois, c’était quelque chose qui lui retournait presque l’estomac mais dans le bon sens… Lorsqu’elle avait expliqué ça à un ami il avait dit qu’elle avait des papillons dans le ventre. Elle préférait dire que son estomac se retournait, c’était déjà plus crédible que les insectes au fond de l’estomac. « On verra ça à la fin de la représentation. » Souffla la jeune femme qui ne voulait pas non plus fermer complètement la porte à l’éventualité de rencontrer ses parents.

En sécurité dans ses bras, des frissons lui parcourant tout le corps sous ce baiser tendre au creux de son cou, elle aurait aimé que ce moment ne cesse jamais. Comme si l’univers s’alignait enfin pour qu’ils soient tous les deux heureux, elle s’était retournée pour plonger un court instant le regard dans celui d’Adonis. Doucement, alors qu’elle restait attentive à ses moindres mots, Daria lâcha un petit rire. « Je compte bien te prendre au mot. » Commenta la métisse qui déposa doucement ses lèvres sur la poitrine du danseur avant d’y poser sa tête. Ses bras enroulant sa taille alors qu’elle collait au maximum son corps contre le sien, les mots qu’elle avait tant redouté de dire un jour étaient sortis de sa bouche. Comme une mise à nue totale de sa personne, la timidité qui avait guidé ses gestes obligea la jeune femme à garder la tête baissée, se disant presque qu’il n’avait peut-être pas entendu ce qu’elle avait dit. Au vu de sa réaction, ses mots n’étaient pas tombés dans l’oreille d’un sourd. Avec le même sourire timide alors qu’il se décollait d’elle pour l’observer, elle garda la tête baissée avant d’oser lever un œil dans sa direction pour jauger de son humeur. Avec autant de tendresse et de tenue, elle accueillit son baiser tandis que ses bras se resserrèrent aussitôt autour de son cou. Un rire s’échappa de ses lèvres par la même occasion. Elle qui voulait faire passer son trac, peut-être qu’elle avait trouvé le meilleur moyen en lui avouant de façon concrète ce qu’elle ressentait pour lui. Avec un pincement au cœur, elle le laissa finir de se préparer pour monter sur les planches non sans lui voler un dernier baiser et lui souffler un dernier « je t’aime » au creux de l’oreille. Comme un secret qui n’appartenait qu’à eux. Un dernier regard dans sa direction et elle alla gagner sa place avec un sourire qui s’étirait à mesure qu’elle se repassait la scène dans la tête. Ses pas, légers, accompagnaient ce retournement d’estomac qui tout compte fait, était peut-être bien le signe de papillons dans son ventre.

Le temps passa à une vitesse folle une fois qu’elle fut assise. Du moment où les lumières s’éteignirent à la première apparition d’Adonis sur scène, le sourire de Daria ne disparaissait pas. En toute honnêteté, elle ne s’était même pas ennuyée. Elle ne comprenait pas de quoi parlait la pièce – ou si c’était même comme ça qu’on l’appelait – tout ce qui l’intéressait c’était de voir son homme danser sur les planches. De toutes les personnes présentes, la jeune femme aimait se dire qu’elle était sûrement la plus investie, au point de jeter des regards noirs lorsqu’elle entendait des gens parler pendant la représentation, ou même regarder son téléphone. Pour Adonis, elle était restée calme toute la soirée, alors qu’avec les personnes derrière elle, elle avait juste eu envie de se lever à plusieurs reprises pour les frapper. Mais pas de violence ce soir. A la fin de la représentation, elle fut la première à se lever pour applaudir de toutes ses forces jusqu’à s’en faire mal aux mains. Ni une, ni deux, elle n’attendit même pas que tout le monde quitte la salle pour se diriger en coulisses pour aller rejoindre Adonis qui lui avait manqué. Elle l’avait assez partagé avec le monde pour ce soir. Se frayant un chemin au milieu de la fouille qui grouillait, elle voulait être la première à l’accueillir avant qu’il ne parte à la douche. Tout ça bien sûr, en oubliant que ses parents étaient présents et qu’ils avaient sûrement eu la même idée qu’elle. Moment gênant en perspective ? Peut-être bien.


I was made for loving you
Our love is pastured such a mournful sound. Tonight I'm gonna bury that horse in thr ground, so I lke to keep my issues strong. But it's always darkest before the dawn.▬ Shake it ou
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
https://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-p https://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Henry Cavill @Lannisters & littlewolf (sign)
Messages : 349 - Points : 1131
Adonis || Black swan  Tumblr_inline_p3mxxfZreo1t8bm8b_250
Âge : 39 ans
Métier : Danseur de ballet professionel, il est remonté sur les planches, enfin.
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Re: Adonis || Black swan ( le Dim 6 Sep 2020 - 19:50 )
Il ne voulait surtout pas mettre de la pression sur sa belle. Elle rencontrerait ses parents seulement quand elle sera prête. Pas avant. Il était hors de question pour Adonis d’imposer à Daria une rencontre avec ses parents. Ils étaient ouverts d’esprit et savaient l’existence de la belle dans la vie, dans le cœur de leur fils. Il avait été clair avec eux : ils la rencontreraient quand les choses seront installées entre eux. Il était conscient qu’il y avait eu déjà beaucoup de changements pour Daria et il ne voulait pas lui faire peur plus que de raison. Celle-la était la bonne. Il devait tout faire pour la garder avec lui. Il ne pourrait pas essuyer un nouvel échec amoureux. En la regardant dans le miroir, en la serrant contre lui : Adonis réalisait au combien, il était chanceux. C’était un sentiment apaisant, celui d’être à sa place. Il en avait mis du temps, il espérait que cette position était la bonne.

“Fais donc…” Il y comptait même. “Je ferai aussi rapidement que possible, tu as ma parole. Sauf si tu t’amuses et on pourra rester plus longtemps, mais un mot de toi et on partira.” Adonis était sérieux.

En entendant le ‘je t’aime’ de Daria, il ne voulait pas y croire. Venait-elle vraiment de lui souffler ces quelques mots ? Il n’en croyait pas ses oreilles. Tant pis, il répondit à cette déclaration. Ce n’était pas difficile non quand on aimait quelqu’un de tout son cœur. Il avait probablement tendance à se jeter à corps perdu dans ses relations, mais il regrettait jamais. Adonis était comme ça : c’était tout ou rien quand il était question de donner son cœur à quelqu’un. Son trac s’envola, le ballet à venir également : il en oubliait même les pas qu’il connaissait par cœur pourtant. Rien ne comptait hormis le corps de sa belle contre lui et cet instant. Un dernier baiser, quelques mots doux soufflé et voilà Daria qui s’éloignait. Il se fit violence pour ne pas partir à ses trousses et terminer de se préparer.

Sur scène, ce fut au tour de Daria d’être oubliée, ses parents également, le public aussi. Rien ne comptait hormis ses pas et ses partenaires. Il se sentait revivre au rythme de la musique, au gré de ses mouvements : chaque geste enlevait un poids sur son cœur et il en était heureux oui. Les acclamations entre les actes lui donnaient des ailes et si pendant l’entracte, il n’avait pas vu Daria, il avait évidemment pensé à elle avant de remonter sur les planches. Une fois le ballet terminé, il salua trois fois la foule avec ses camarades avant de fêter la première en prenant une coupe de champagne après scène : un fond d’alcool pour célébrer. Alors qu’il se dirigeait vers sa loge, il vit sa dulcinée.

Ouvrant ses bras pour la réceptionner, il était dans un état euphorique. Il la fit tourner sur elle-même en la serrant contre lui. “Je l’ai fait…” Et il était fier oui. La reposant au sol, il embrassa ses cheveux : “Je n’aurai pas pu le faire sans toi, Daria.” Il s’éloigna et encercla son visage entre ses mains avant de l’embrasser fougueusement. Il reprit son souffle en la contemplant : “Tu ne t’es pas ennuyée ?” Adonis en oubliait ses parents qui allaient arriver d’une minute à l’autre. Rien d’autre ne comptait pas : sauf elle.


There's a drumming noise inside my head.
That starts when you're around ✻ I would dive into the depths for you, screamed down the street til' my face turned blue. I wanna fall into the sun with you, wanna feel the cold of the mornin' dew. All of these words that are rife in my brain, but face to face, all I could say is, babe. Jerry Williams
Revenir en haut Aller en bas
Daria ManciniToujours frais après un litre de café
Daria Mancini
http://www.ciao-vecchio.com/t5340-daria-que-se-passe-t-il-quand- http://www.ciao-vecchio.com/t5387-daria-comment-on-appelle-un-rassemblement-d-aveugles-un-festival-de-cannes#171169
Faceclaim : Logan Browning : ealitya + signa : astra
Messages : 282 - Points : 947
Adonis || Black swan  Tumblr_inline_owmh0wKZOd1qhv088_500
Âge : 33 ans
Métier : Aide-soignante à domicile
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Re: Adonis || Black swan ( le Dim 13 Sep 2020 - 22:57 )
Une fois les lumières éteintes, l’estomac de la jeune femme se noua d’anxiété. Elle avait envie que tout se passe bien ce soir parce qu’Adonis méritait ça. Il avait travaillé tellement dur, qu’elle savait qu’il vivrait mal si les choses se passaient mal. Les mains jointes, les jambes qui tressautaient avant que les danseurs ne montent sur scène, son stress s’évapora peu à peu lorsque le spectacle commença. Et lorsqu’elle le vit sur scène, son cœur implosa dans sa poitrine, libérant un liquide chaud et doux, mêlé à de la fierté par la même occasion. Son sourire qui ne cessait de s’agrandir à chaque fois qu’elle le voyait, elle était aussi excitée que si elle avait été avec lui sur scène à l’encourager. C’était la première fois qu’elle le voyait danser de la sorte avec le costume, la musique et les autres. Pour Daria, cela ne faisait aucun doute, il était le meilleur danseur de la troupe. Et lorsque la fin sonna pour le spectacle, la métisse était la première debout pour applaudir les danseurs, mais surtout lui. Elle n’avait pas vu si elle était en effet la première debout, mais si on lui posait la question elle dirait que c’est le cas.

Ni une, ni deux, Daria se glissa dans la foule pour aller attendre Adonis et le serrer une fois de plus dans ses bras pour le féliciter. D’un pas déterminé, elle arriva dans la loge et ne savait même pas quoi faire. Elle ne savait pas comment l’accueillir. Elle essaya de s’asseoir sur un siège mais bondit aussitôt parce qu’elle n’arrivait pas à rester en place. Alors elle fit les cent pas dans la pièce jusqu’à ce qu’il arrive. A chaque fois qu’elle croyait entendre des pas qui se dirigeaient vers elle ou même une porte qui grinçait, la métisse se mettait presque à arrêter dans l’espoir de le voir passer la porte. Au bout de longues minutes, elle bloqua sa respiration pendant de longues secondes avant de s’apercevoir qu’il s’agit d’une fausse alerte. Et alors qu’elle se remettait enfin à respirer à nouveau normalement, elle entendit la porte s’ouvrir finalement. Lorsqu’elle vit son visage, celui de Daria s’illumina et elle décolla presque du sol pour aller se loger dans ses bras. Lorsque son corps rencontra le sien, elle sentit son corps s’élever dans les bras du danseur qui la faisait virevolter. Les rires se mêlèrent à cette démonstration de bonheur tandis que Daria sentait son cœur se mettre à imploser à nouveau dans sa poitrine tellement elle était heureuse. Et même lorsqu’il la reposa au sol, elle eut du mal à redescendre du nuage sur lequel elle flottait. Face à un Adonis surexcité, la métisse arrivait à peine à en placer une, et en toute honnêteté, elle voulait laisser sa joie à lui l’espace nécessaire pour exploser. « Tu l’as fait, oui. » Répéta Daria avec un soulagement et une fierté dans la voix. Son visage entre les doigts du danseur, elle lâcha un rire qui fut étouffé par un baiser fougueux qu’ils échangeaient. Ses bras autour de la taille du jeune homme, elle le rapprocha un peu plus du sien pour l’étreindre. « Non je ne me suis pas ennuyée. Pas sûre d’avoir tout saisi, mais l’ennuie n’était pas au rendez-vous, non. » Répondit la jeune femme. « Tu as été tellement… » Elle poussa un soupir tellement elle manquait de mots pour décrire ce qu’elle avait vu ce soir. « Je suis tellement fière de toi. » Ses yeux dans les siens, elle le recouvrit d’un regard doux avant de l’embrasser avec tendresse. « Et tout ça, ce que tu as accompli ce soir… C’est seulement toi. C’est ton travail. Ta sueur. » Elle appréciait qu’il la remercie mais elle savait qu’elle n’y était pour rien. Et elle se devait de remettre en ordre les choses. « Mon danseur à moi. » Souffla la métisse alors qu’ils s’enfermaient à nouveau dans cette bulle. A ces mots, elle l’embrassa avec fougue. Ses mains commencèrent à se balader sur le dos du danseur, remontant au niveau de sa nuque. Pour reprendre sa respiration, son cœur battant à toute allure dans sa poitrine, elle mit fin au baiser tout en laissant visage à un souffle du sien. Joueuse, elle attrapa sa lèvre inférieure avec ses dents. Il ne fallait pas être devin pour deviner ce qu’il se passait dans la tête de la jeune femme. Elle avait envie de lui. Tout simplement. Alors qu’elle était sur le point de laisser son désir pour lui s’exprimer, une main dans sa nuque, l’autre au niveau de sa taille, elle suspendit son geste en entendant la porte s’ouvrir dans son dos. Toujours dans la même position, c’était seulement sa tête qui avait tourné pour se retrouver face à un couple de personne qu’elle ne connaissait pas.


I was made for loving you
Our love is pastured such a mournful sound. Tonight I'm gonna bury that horse in thr ground, so I lke to keep my issues strong. But it's always darkest before the dawn.▬ Shake it ou
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
https://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-p https://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Henry Cavill @Lannisters & littlewolf (sign)
Messages : 349 - Points : 1131
Adonis || Black swan  Tumblr_inline_p3mxxfZreo1t8bm8b_250
Âge : 39 ans
Métier : Danseur de ballet professionel, il est remonté sur les planches, enfin.
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Re: Adonis || Black swan ( le Sam 19 Sep 2020 - 13:47 )
Savoir que non seulement ses parents le regardaient, mais également sa Daria rendait le tout encore plus agréable. Il ne s’était pas produit depuis des années, et même s’il était stressé et inquiet : une fois les deux des projecteurs sur lui : Adonis oublia tout. Seulement ses pas comptaient, le maintiennent de sa partenaire, les expressions de son visage. Il redevenait lui-même. Il était comme une personne affamée qui mangeait un quignon de pain. Il était… Heureux. Tout simplement. Et ses mouvements en étaient que plus beaux, plus gracieux. Toutes ces années à garder pour lui ce qu’il appelle son seul et unique talent avaient au moins permis à concentrer ce dernier pour le faire exploser durant cette soirée si spéciale.

Dans les loges, ils fêtent cette première qui avait été presque parfaite. Quelques couacs par-ci, par-là, que des yeux lambdas ne verraient pas, mais que le directeur artistique du ballet avait pointé. Ils travailleraient encore plus dur demain. En attendant, ils avaient tous le droit de se reposer un peu, mais surtout de savourer. Parce que ce genre d’instant était magique. Adonis redécouvrait des saveurs longtemps oubliées et désirées. De retour dans sa loge, il n’a pas le temps de faire quoique ce soit que ses bras entourent à nouveau le corps de sa dulcinée. Daria. Il lui avoua sans peine que c’était grâce à elle qu’il avait pu vaincre tout ce stress. Elle était en un sens sa bonne étoile, celle qui lui portait bonheur assurément. Adonis ne voulait pas croire le contraire. Les rires qui s’échappaient de leurs lèvres, couverts pas les baisers enflammés, avaient leur place entre eux. Daria était cette bouffée d’air frais, cette douceur si nécessaire pour le bien-être d’Adonis maintenant.

“Bon… Tant mieux alors, je t’expliquerai toute l’histoire ce soir.” Il rigola doucement : “Le principal c’est que tu n’es pas trouvé le temps long.” Il l’admira, la couva du regard et caressa doucement sa joue. “Oh non. Tu m’as tellement aidée à me reconstruire. Tu m’as redonné la force de m’accrocher pour me réhabituer à la vie d’avant. Tu es en grande partie responsable de ce succès.” Adonis voulait rendre à Cesar ce qui était à Cesar. “Rien qu'à toi…” Ajouta-t-il avant de l’embrasser encore et encore. À chaque fois avec un peu plus de fougue et de tendresse. Comme si cela était possible. Sentant ses mains remonter le long de sa nuque, puis les dents sur ses lèvres : il se mit à sourire et articula. “Tu veux venir à la douche avec moi…? Je peux fermer la loge à clé…” Et il aurait probablement dû le faire car bientôt, la porte s’ouvrit.

Lentement, il se retourna pour croiser le regard admiratif de sa mère qui ne tarda pas à combler les derniers mètres pour prendre son fils dans ses bras qui s’était éloigné de Daria.

“Adonis, tu as été remarquable. Parfait. Ta tenue était impeccable : tu n’as rien perdu mon fils.” Dit-elle avec toute la fierté qu’une mère pouvait avoir pour sa progéniture. Son père s’approcha à son tour et serra fermement la main d’Adonis. “C’était excellent en effet. Viens me voir demain je pourrais te conseiller sur ta façon de jouer parfois ce n’était pas clair. Tu dois être précis dans tes expressions.” Adonis hocha la tête : “Je viendrai.” L’avis de ses parents, professionnels, était tout aussi important que celui de Daria. C’est sa mère qui lui fit d’ailleurs la remarque : “Bonsoir, vous êtes …?” Le danseur racla sa gorge : “Daria, ma petite amie.” Parce que oui, ils étaient ensemble et il ne le cacherait pas. “Oh… Tu ne nous as pas dit que tu voyais quelqu’un ? - Je voulais attendre le bon moment et quand nous serions tous les deux prêts.” Répondit le fils alors que son père était déjà en train de la regarder de haut en bas : “Enchanté de vous rencontrer.” Il tendit sa main : “Avez-vous apprécié le ballet ?” Marie, sa mère, hésita avant de demander : “Vous vous connaissez depuis longtemps ?” Adonis alla répondre, mais elle l’arrêta : “Elle peut parler pour elle-même non.” Et puis elle reposa ses deux yeux bleus sur Daria.


There's a drumming noise inside my head.
That starts when you're around ✻ I would dive into the depths for you, screamed down the street til' my face turned blue. I wanna fall into the sun with you, wanna feel the cold of the mornin' dew. All of these words that are rife in my brain, but face to face, all I could say is, babe. Jerry Williams
Revenir en haut Aller en bas
Daria ManciniToujours frais après un litre de café
Daria Mancini
http://www.ciao-vecchio.com/t5340-daria-que-se-passe-t-il-quand- http://www.ciao-vecchio.com/t5387-daria-comment-on-appelle-un-rassemblement-d-aveugles-un-festival-de-cannes#171169
Faceclaim : Logan Browning : ealitya + signa : astra
Messages : 282 - Points : 947
Adonis || Black swan  Tumblr_inline_owmh0wKZOd1qhv088_500
Âge : 33 ans
Métier : Aide-soignante à domicile
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Re: Adonis || Black swan ( le Dim 20 Sep 2020 - 17:17 )
Face au bonheur d’Adonis, il était impossible pour Daria de ne pas ressentir la même chose. Toutes ces heures passées à travailler, avaient enfin fini par payer. Du moins du point de vue de la métisse qui avait émerveillée du début à la fin de la représentation. Elle se doutait qu’il y avait certaines choses qui lui avaient échappé, mais pour elle, la performance de son danseur avait été parfaite. Mêlant ses rires aux siens tandis que son corps se collait dangereusement à celui du jeune homme, elle laissa à son tour exploser sa joie au travers de baisers fougueux qui en disaient bien plus long. « Hum, c’est judicieux que je vienne avec toi, oui. Il faut quelqu’un pour te frotter le dos. » La voix à peine sérieuse, elle joint à nouveau ses rires à ceux d’Adonis avant de presser ses lèvres à nouveau contre les siennes. Les bras passés autour de son cou pour le maintenir contre elle, la jeune femme sentait son cœur faire des bonds dans sa poitrine.

Et lorsqu’elle entendit la porte s’ouvrir, il s’arrêta de battre soudainement, bloquant la respiration de la jeune femme. Doucement, elle se détacha d’Adonis en laissant tomber ses bras le long de ses côtés, reculant même d’un pas pour essayer de se faire la plus petite possible. Mal à l’aise, elle ne comprenait pas vraiment qui étaient ces personnes qu’elle évitait même de regarder trop longtemps. C’était ses parents. Elle ne voyait pas qui d’autres ça pouvait être. Lorsqu’elle eut confirmation qu’il s’agissait bien d’eux, l’estomac de la jeune femme se tordit. Elle avait juste envie de disparaître et espérait presque qu’ils ne remarquent pas sa présence. Ce qui était sans espoir vu comment elle était accrochée à leur fils avant qu’ils n’entrent dans la pièce. Les mains jointes comme pour cacher sa nervosité, toujours en retrait, elle osait à peine jeter un regard en direction d’Adonis. Ce fut uniquement lorsqu’une question lui fut adressée qu’elle leva enfin les yeux pour croiser ceux de celle qui devait être la matriarche. Elle se racla doucement la gorge, ouvrit la bouche une fois mais aucun son n’en sortit. Les mots, bloqués au fond de sa gorge ne voulaient pas sortir. Pourtant elle devait juste se présenter, mais ses pensées s’étaient mis à tourbillonner dans son cerveau au point qu’elle en oublie même son propre prénom. Comme s’il avait entendu sa détresse, Adonis prit la parole à sa place. Et le fait qu’il la présente officiellement comment étant sa petite-amie fit rater un battement au cœur de la métisse, qui se retenait pour ne pas prendre ses jambes à son cou. Avec un manque d’assurance dans ses pas, elle se rapprocha un peu plus de la petite famille et glissa ses doigts dans ceux du jeune homme en hochant doucement la tête. Voilà, c’était sa contribution à la conversation. Maintenant elle pouvait disparaître et on pouvait même oublier son existence. A mesure que les échanges fusaient entre Adonis et sa mère, l’estomac de la jeune femme se tordait un peu plus et ses doigts pressaient un peu plus ceux du danseur. Le regard baissé au sol, elle fixait le bout des chaussures du père de son petit-ami, dont elle sentait le regard glisser sur elle. Son malaise se décupla à cause de la cicatrice qu’elle sentait bien plus visible que d’habitude, comme si on l’avait mise sous les projecteurs pour qu’ils puissent bien la voir et se demander ce que leur fils faisait avec quelqu’un comme elle. A cause de la nervosité, elle avait presque envie de rire. Adonis voulait attendre qu’ils soient prêts tous les deux pour la présenter officiellement… C’était comique lorsqu’on voyait l’état de Daria. Peut-être qu’elle n’était pas prête après tout. Mais elle n’avait même pas vraiment le temps de réagir que la main tendue du père appelait la sienne. Un regard timide dans la direction d’Adonis, et elle lâcha sa main à lui pour serrer celle de son père. « Je… oui… » Les mots lui manquaient encore. Elle récupéra aussitôt sa main pour la placer à nouveau dans celle d’Adonis. Elle refusait de le lâcher et avait presque envie de se servir de lui pour se cacher derrière. Elle aurait dû faire ça depuis le début, être son ombre et se cacher derrière lui. Face à sa mère qui ne voulait rien lâcher, elle comprit qu’elle allait devoir aligner plus que deux mots pour se sortir de cette situation. Elle passa une main dans ses cheveux pour se donner un minimum de contenance et se racla à nouveau la gorge. « Quelques années. » Chuchota Daria, toujours avec la même timidité dans la voix. Comprenant qu’on ne l’avait sûrement pas entendu, elle se répéta avec plus de voix. « On se connait depuis quelques années déjà, madame. » Le madame était sorti tout seul. Signe qu’elle n’était pas à l’aise. Et comme pour trouver un soutien émotionnel, elle détourna les yeux pour fixer le visage d'Adonis, espérant capter son regard pour qu'il prenne à nouveau la parole. Le coeur de Daria était à deux doigts de céder, il fallait qu'il la sauve.


I was made for loving you
Our love is pastured such a mournful sound. Tonight I'm gonna bury that horse in thr ground, so I lke to keep my issues strong. But it's always darkest before the dawn.▬ Shake it ou
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
https://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-p https://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Henry Cavill @Lannisters & littlewolf (sign)
Messages : 349 - Points : 1131
Adonis || Black swan  Tumblr_inline_p3mxxfZreo1t8bm8b_250
Âge : 39 ans
Métier : Danseur de ballet professionel, il est remonté sur les planches, enfin.
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Re: Adonis || Black swan ( le Mar 22 Sep 2020 - 14:05 )
Adonis ne s’attendait pas à ce que ses parents débarquent comme ça. Enfin, il s’en doutait, mais il pensait que la porte fermée les auraient arrêté. Que nenni. Et voilà que maintenant ils étaient dans une position délicate. Il ne savait pas si Daria était prête ou non à rencontrer ses parents et il avait peur de précipiter les choses… Il ne voulait pas qu’elle se sente piégée, coincée, il ne voulait pas la perdre. Tout simplement. L’idée le rendait malade, nerveux, alors même s’il faisait bonne figure devant ses parents : la peur avait assailli ses entrailles. Pourtant, il garda la tête froide et parla avec ses parents, répondant à ces derniers en souriant : ne voulant pas mettre Daria plus mal à l’aise qu’elle ne devait l’être. Elle était sa priorité maintenant. Il savait au combien ses parents pouvaient être protecteur envers lui depuis son mariage raté. Adonis ne se défilait pas, cependant, il présenta la belle comme sa petite-amie parce que : c’est ce qu’ils étaient et il n’en avait pas honte. Son père fut le premier à lui adresser la parole pour lui serrer cordialement la main. Il savait que cela serait une autre paire de manche avec sa mère.

Récupérant sa main, il la serra doucement et en caressa le dos avec son pouce pour la rassurer. Il était là. Il ne bougerait pas et ne la laisserait pas seul. Jamais. Elle répondit brillamment à Marie et l’appela même Madame ce qui fit sourire sa génitrice. “Quelques années et Adonis ne nous a jamais parlé de vous… ? - Il faut dire que je n’ai pas eu la chance d’être avec elle avant, n’est-ce pas ?” Oh sa réflexion ne se voulait pas méchante, mais il voulait juste préciser que ce n’était pas leur faute s’il n’avaient pas put se voir avant et donc officialiser une relation qui s’était écrite aux fils des lettres. “Daria est celle qui m’a écrite en prison.” Il tourna sa tête pour la regarder amoureuse : “Sans elle, je n’aurais pas tenu là-bas.” Marie comprit alors. “C’est donc vous, la fameuse demoiselle.” Son père sourit : “Vous avez notre reconnaissance de l’avoir aidé.” Il partageait les mêmes yeux avec son fils. Adonis embrassa le front de sa petite-amie : “Je vous retrouve tout à l’heure ? Je dois prendre une douche et me changer.” Il serra la main de Daria pour lui signifier que cela n’était pas destiné pour elle, évidemment, il n’avait pas oublié le plan. Marie et Raphaël hochèrent la tête avant de sortir.

Le danseur souffla longuement, se tourna vers Daria pour l’embrasser : “Je suis vraiment désolé…” Et il l’était. “Ma mère n’est pas méchante… Elle veut juste me protéger. Ma dernière relation était loin, très loin d’être idyllique.” Il avala sa salive, se plongea dans ses yeux : “Ca va ?"


There's a drumming noise inside my head.
That starts when you're around ✻ I would dive into the depths for you, screamed down the street til' my face turned blue. I wanna fall into the sun with you, wanna feel the cold of the mornin' dew. All of these words that are rife in my brain, but face to face, all I could say is, babe. Jerry Williams
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Adonis || Black swan  Empty
Sujet: Re: Adonis || Black swan ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Adonis || Black swan -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Teatro San Carlo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant