Revenir en haut
Aller en bas


 

- The show must go on. // Kalisha -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Adonis ContiniBon pour te remonter le moral
Adonis Contini
https://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-p https://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Henry Cavill @Chaussette & littlewolf (sign)
Thème·s abordé·s : Prison ; violence physique par son ancienne femme.
Je suis absent-e : Présence réduite : du 24 Février jusqu'au 07 Avril maximum
Messages : 424 - Points : 1198
The show must go on. // Kalisha - Page 2 Tumblr_inline_p3mxxfZreo1t8bm8b_250
Âge : 39 ans
Métier : Danseur de ballet professionel, il est remonté sur les planches, enfin.
The show must go on. // Kalisha - Page 2 Empty
Sujet: Re: The show must go on. // Kalisha ( le Sam 16 Jan 2021 - 15:18 )
Adonis savait que tout ce qu’ils se disaient resterait secret. C’est pour ça qu’il pouvait parler aussi librement avec son agent qui avait également la fonction d’amie. Il n’en avait pas beaucoup, surtout après la purge qu’avait fait son ancienne femme dans sa vie. Alors il avait tendance à chérir ce qui étaient restés malgré les épreuves et Dieu sait si elles avaient été nombreuses. Il commençait seulement à remonter la pente, d’abord en retrouvant Daria, puis en recommençant sa carrière qu’il pensait terminer. Il avait cependant sorti ses affaires de danse du placard pour cette audition qu’il n’était absolument pas certain d’avoir. La vie lui avait prouvé le contraire. Il avait encore sa place sur les planches et pour rien au monde il ne comptait manquer cette chance. Adonis faisait partit de ceux qui s’accrochait aux opportunités et à ne pas les laisser partir. Il ne tenait qu’à lui de réussir, il le savait.

“Vrai… J’ai encore beaucoup à apprendre des personnes plus sages que moi.” Comme Kalisha, évidemment. Même s’il se permit de lui faire une boutade. “Et le pire ? C’est que je sais que tu en es capable. Je ne ferais pas long feu si tu décidais de jeter son courroux sur ma pauvre personne.” Un rire franc sortit de ses lèvres. En effet, il n’avait aucun mal à s’imaginer l’agent se jeter sur lui : griffes en avant pour lui arracher les yeux. “Pourquoi tu crois que je me tiens à carreaux et fait mon possible pour rester dans tes bonnes grâces hm ?” Kalisha serait-elle seulement surprise de cette révélation ? “Je ne ferai pas cette erreur, je me sais déjà bien trop chanceux de t’avoir encore comment agent malgré mon passif.” Même s’il avait été innocenté publiquement, le mal était fait bien malgré lui.

Kalisha bien installée en face de lui, Adonis ne perds pas une seule seconde et commanda du champagne. Mettre les petits plats dans les grands était quelque chose qu’il aimait faire. Rien n’était trop beau pour rendre heureux ceux qui comptaient pour lui. Il croisa ses jambes, écoutant les conseils de son agent. Oui, avoir confiance en lui était essentiel, pourtant…

“Mais si mon passé me devance, il peut très bien tout gâcher. Toute la confiance du monde ne pourra pas effacer cette trace noire.” La justice ne se rendait probablement pas compte des dégâts que ces accusations fausses avaient eut sur sa vie. Pourtant, et pourtant, cela lui avait apporté Daria. Pouvait-il réellement se plaindre ? Non. “Oui, elle l’est. Mon père aussi. Je pense qu’ils étaient tous les deux inquiets de comment j’allais tourner une fois sortit de prison. Ils ne me l’ont jamais dit, mais leurs regards ne trompaient pas : ils avaient peur que j’ai été influencé.” Adonis n’avait pas changé plus que cela, il s’était probablement plus endurcit et savait maintenant utiliser ses poings et ses muscles pour s’imposer. Mais il faisait son possible pour que cela n’arrive que très peu. Kalisha méritait des vacances en tout cas, cela était évident. Le danseur voulait s’assurer qu’elle sache que cela était une possibilité pour elle. Elle ne pourrait pas aider ses clients si elle ne s’aidait pas soi-même. “Ma carrière va bien aller pendant quelques semaines, ne t’en fait pas.”

Parler de Daria était toujours quelque chose de plaisant pour le danseur qui ne se lassait jamais au fond de faire une telle chose. Elle était si précieuse dans sa vie… Adonis ne pourrait plus se passer d’elle. Il voulait se réveiller avec ses yeux dans les siens. Il voulait pouvoir la regarder dormir et l’entendre respirer la nuit quand il se réveillait d’un cauchemar. Elle le calmait sans même parler. Sa simple présence détendait ses muscles. C’était ça probablement les joies d’être amoureux et en couple avec une personne qui le respectait, qui l’aimait en retour. L’ancien prisonnier n’était pas habitué à ce genre de choses, il devait l’avouer.

“Je n’ai jamais regardé les femmes plus que de raison. J’en ai pas vraiment eu l’occasion de toute façon.” Entre Louise, son ex compagne, puis la prison et Daria : Adonis n’était pas Don Juan et ce n’était pas pour un mal. “Je sais que tu ne diras rien.” C’est pour qu’il en parlait avec elle d’ailleurs. Écoutant attentivement les confidences de son agent, il porta la coupe à ses lèvres. Il pouvait comprendre le poids de cette solitude. Cela ne devrait pas être évident non… “Un voisin hein ?” Il arqua un sourcil : “Et est-ce que ce voisin est à ton goût…?” Il ne terminait pas sa phrase. Elle comprendrait. “Si j’ai bien appris quelque chose ces dernières années, c’est qu’il faut saisir les opportunités qui s’offrent à nous. Même si on doit se cogner dans la vie : on ne sait pas ce que nous réserve demain. Je ne sais pas si je suis bien placé pour te conseiller, mais tu devrais forcer le destin et voir ce qui se passe si tu lui proposes un nouveau rendez-vous.” Un jour on était libre. L’autre on se retrouvait derrière les barreaux.


There's a drumming noise inside my head.
That starts when you're around ✻ I would dive into the depths for you, screamed down the street til' my face turned blue. I wanna fall into the sun with you, wanna feel the cold of the mornin' dew. All of these words that are rife in my brain, but face to face, all I could say is, babe. Jerry Williams
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha MooreVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Kalisha Moore
https://www.ciao-vecchio.com/t5991-kalisha-entre-le-feu-et-la-gl https://www.ciao-vecchio.com/t6040-du-flair-un-esprit-commercial-un-grand-sens-relationnel-et-de-l-organisation#191391
Faceclaim : Halle Berry + © Sandrine (vava)
Thème·s abordé·s : Deuil, perte d'enfant.
Messages : 963 - Points : 1821
The show must go on. // Kalisha - Page 2 Giphy-downsized
Âge : Née le 31/08/1969 à Toronto (Canada)
Métier : Agent artistique.. Ausssi féroce que Cerbère le chien des enfers, je veille sur mes artistes.
The show must go on. // Kalisha - Page 2 Empty
Sujet: Re: The show must go on. // Kalisha ( le Mer 3 Fév 2021 - 11:42 )
La patience est une vertu qui porte toujours sa récompense avec elle.
adonis & kalisha
Récompense.
Je sais que pour Adonis rien est simple. Il faut qu'il réapprenne à avoir confiance, à se faire confiance. Il faut qu'il avance malgré le boulet que son emprisonnement à accrocher à sa cheville. Il sait qu'il peut compter sur moi, que je serais là pour l'épauler, pour le malmener aussi si besoin. Je n'hésiterais pas une seconde à lui montrer ma fierté, à le féliciter, mais je saurais aussi lui montrer ses erreurs et lui faire part de mon mécontentement si je le voyais filer dans une mauvaise voie. Il sait que ce serait pour son bien. Que je ne chercherais pas à le mettre à mal mais juste à le guider pour que le chemin cette fois soit bien plus facile. Ou du moins plus accessible. J'ai toujours cru en lui, c'est certainement pour cette raison que je ne l'ai jamais lâcher. Et que j'ai veillé dés sa sortie à ce qu'il est un but et voit combien il était capable de remonter en selle. Pas que je cherche à m'envoyer des fleurs, le travail il l'a fait seul. Il sait que je suis là et que j'agirais au mieux pour son avenir. Quitte à filer quelques coups de fouet. « On apprend toute sa vie. » Même moi j'apprends encore, parce que les erreurs et les chutes c'est à tout âge qu'elles arrivent. Personne n'est à l'abri. Et ceux qu'ils s'y croient sont des idiots. « Tu es plus résistant que tu ne crois. Mais il est vrai que je ne t'épargnerais pas. » J'essaie de faire un regard menaçant mais le rire d'Adonis le transforme vite. « J'aime savoir que tu me crains. » Et là je mets mes mains en mode papatte, mais bon elles font plus pattes de minettes que pattes de lionnes. « Oui pas crédible, mais tu as raison de te méfier. » On m'a toujours dit qu'il fallait se méfier de l'eau qui dort. Tout comme du volcan. Ils peuvent très vite surprendre et nous laisser sur les fesses.

Mais nous sommes là à la base pour fêter une victoire même si l'épée de Damoclès reste au dessus de la tête d'Adonis. Son passé est entaché et il pourrait à tout moment lui jouer un sale tour. Même si certains points ont été éclaircis. Et même lavé de tout soupçons de culpabilité, certains ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez dans ce genre d'affaire. « Ne pense pas de cette façon d'accord. Pas question de se laisser bouffer par ton passé. Vois le présent et surtout l'avenir. Le reste, je sais, ne s'effacera pas complètement, mais tu te dois de ne pas regarder en arrière. Les gens on s'en occupera ok. Pense à toi et à ta carrière. » Il y aura certainement des sales coups, des coups bas. L'homme aime traîner dans la boue surtout quand il jalouse. Je l'ai vu avec Constello. L'humain n'est pas foutu de foutre la paix à son prochain dés qu'il sort du moule, ou qu'on l'a sali sans raison. « Tout va bien se passer et je gérerais si ça déborde. Ok toi tu t'occupes que de danser. Le reste c'est mon rayon. » Et si tout à l'heure mes mains pouvaient plus faire penser à une chatte qu'une lionne, là c'est tout le contraire. Le premier qui abîme une nouvelle fois Adonis je le saigne direct. « C'est logique. Dans ce milieu là on est fragilisé et parfois on se laisse dominer et on perd pied. C'est bien que tu sois entouré et surtout que tu ne repousses pas cette aide. Parce qu'il va y avoir des moments difficiles, des moments de doutes. Mais je suppose que tu le sais. Et dans ces moments là tu pourras compter sur eux. Sur moi. Et il ne faudra pas hésiter. Pas une seule seconde d'accord. » Que se soit le jour ou la nuit, je serais là pour le relever s'il chute ou s'il coule. Et je ne serais pas la seule ce qui me rassure. Car ce qu'Adonis a vécu aurait pu le détruire. Mais il semble qu'il soit sorti de cet enfer plus fort. Et c'est une bonne chose. Mais un grain de sable dans les rouages et tout peut basculer, alors il va falloir veiller. « Quelques semaines. Je vois bien plus large mon chou. Non je penserais vacances quand je serais sûre que pour toi tout est bon. » Et puis il y a Constello qui m’inquiéte un peu en ce moment.  

Puis la discussion se fait plus personnelle, parce qu'on est assez libre pour parler de tout et de rien. Parce qu'on se fait confiance aussi et que l'on sait que ce qui sera dit, restera entre nous. « Oui mais tu attires le regard et les belles se retournent sur toi. Peut être que tu n'y fais pas attention mais moi je vois tout, n'oublie pas. » Un large sourire se dessine sur mes lèvres. Il faut dire qu'en tant que femme ne pas avoir envie de se retourner sur Adonis, serait quand même bien compliqué. En retour je lui parle d'Adam. Je ne peux pas dire que ma vie a été faite de nombreuses relations, la plus longue a été celle avec mon ex mari. Il n'y a eu que des passades après lui. Trop prise par mon boulot et surtout ma peur de m'attacher et souffrir à nouveau. Préférant rester seule que me stabiliser pour construire une famille, alors que celle que j'avais bâti avait été balayée par la mort de notre fille. « Il est plutôt pas mal. Très gentil. Plus jeune que moi. » Mais est ce que l'âge pouvait jouer dans ce cas là ? « Oui je sais mais je ne veux pas passer pour la femme couguar qui court après son pauvre voisin. Je ne veux pas lui faire peur. Surtout que rien n'est évident pour lui non plus. Mais j'y penserais. Et puis qui sait le destin me donnera peut être la chance de le croiser. Faut parfois laisser faire les choses et voir. Même si comme tu dis tout passe vite et que tout peut basculer du jour au lendemain. » Et puis les années à mon compteur défilent, effaçant peu à peu les possibilités d'un avenir à deux. Quoi que l'espoir fait vivre et que bon à cinquante ans la vie peut encore surprendre et réserver de belles choses.


vmicorum (fiche) olympe & bazzart (vava).


Profiter
simplement des instants que la vie offre. .
Revenir en haut Aller en bas
Adonis ContiniBon pour te remonter le moral
Adonis Contini
https://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-p https://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Henry Cavill @Chaussette & littlewolf (sign)
Thème·s abordé·s : Prison ; violence physique par son ancienne femme.
Je suis absent-e : Présence réduite : du 24 Février jusqu'au 07 Avril maximum
Messages : 424 - Points : 1198
The show must go on. // Kalisha - Page 2 Tumblr_inline_p3mxxfZreo1t8bm8b_250
Âge : 39 ans
Métier : Danseur de ballet professionel, il est remonté sur les planches, enfin.
The show must go on. // Kalisha - Page 2 Empty
Sujet: Re: The show must go on. // Kalisha ( le Jeu 18 Fév 2021 - 19:02 )
Il y avait tellement de choses qu’il devait gérer. Il n’avait pas seulement l’appréhension de retourner sur les planches, mais aussi de savoir ce que les autres allaient penser de lui, de son passé même si tout cela devrait être derrière lui : la justice avait fait des dégâts irrévocables dans sa vie. Certes, la compensation financière avait été la bienvenue, mais cela ne pouvait pas racheter ses dix années en prison. Ni même sa réputation, ni les dégâts faits sur cette dernière. Adonis devait tout reconstruire et cela passait par sa confiance en soit. C’était bien la chose la plus compliquée à faire : lui qui avait toujours eu une assurance sans égale quand il était question de son art et de ses performances. Il savait ce qu’il valait avant la prison. Aujourd’hui, il avait l’impression de n’être que l’ombre de lui-même, pourtant, Daria arrivait à faire ressortir en lui le meilleur. Il espérait que cela continue, qu’elle ne lui tournerait pas le dos. Il redoutait de devoir un jour rencontrer sa famille, que ses proches la juge d’être avec un criminel. Innocenté, mais un paria tout de même. Pour sa carrière, il savait que Kalisha se battrait toujours pour lui, elle avait d’ailleurs accepté d’être à nouveau son agent. Il lui en était redevable. Tellement que ce repas n’était que le premier pas de petites attentions qu’il comptait faire pour elle.

“Je ne sais pas si je suis plus résistant… Je suis peut-être capable de montrer les poings et ne pas me laisser faire, mais je pense que je ne pourrais jamais devenir totalement celui que j’ai dû être.” Quand il était en prison. Inutile de le préciser, son agent comprendrait. La discussion reprit une tournure plus légère et il rigola de bon cœur en la voyant tenter de prendre ses grands airs. Il savait qu’elle en était capable, Kalisha n’avait juste eu jamais à s’en servir avec son protégé. “Pour t’avoir déjà vu avoir quelqu'un dans le collimateur, pour sûr que je ne veux pas te voir sous ton mauvais jour.” Adonis ne supportait pas décevoir ses proches et la femme qui était devant lui faisait partit de ce cercle. “J’aimerais avoir ton optimiste.” Mais ce n’était pas dans sa nature de faire une telle chose. Il avait plus tendance à voir le verre à moitié vide. Il prit une gorgée de champagne au lieu de répondre, Kalisha savait d’ores et déjà sa façon de penser et d’être. Il sourit en coin, faisant tourner sa coupe qui était maintenant de retour sur la table. Oui. Son agent aller gérer le reste, il ne voulait juste pas être un poids en plus pour elle. “Oui, c’est ce que le psychologue de la prison m’a conseillé avant que je sorte : de bien m’entourer.” Et il avait eu la chance de trouver celle qui lui avait permis de tenir toutes ces années. C’était beau, au fond, il le savait. “Tu devrais prendre un long break, des problèmes : il en aura toujours et ils pourront attendre que tu reviennes. Il faut que tu prennes soin de toi si tu veux pouvoir continuer à prendre soin de tes clients.” Adonis disait cela d’un ton bienveillant. Si Kalisha veillait sur lui, l’inverse était également vrai. Il ne sera jamais loin pour elle.

Sa carrière abordée, le danseur s’enquière maintenant de savoir ce qui se passe dans la vie de son agent. S’il avait trouvé quelqu’un, elle méritait également d’avoir la bonne chaussure à son pied. Le poids de la solitude pouvait être pesant, lui qui n’avait été seul que lors de son séjour en prison savait en partie de quoi il parlait. Elle ne manqua pas de lui faire une remarque sur son charme :

“Je ferai attention à ne pas envoyer de mauvais messages, mon cœur n’a pas de place pour une autre relation amoureuse.” Et il ne le voulait pas d’ailleurs. Daria lui suffisait, il ne désirait qu’elle. “L’âge n’est pas important et puis de toute façon vient un moment où l’écart ne se voit plus.” Tant que ce n’était pas un minot, cela ne le choquait pas du tout. “Au moins, facile de se voir et de rester dormir…” Un sourire entendu, il était réellement heureux d’entendre qu’il y avait quelqu’un qui pourrait potentiellement ravir son cœur. “Moi je dis, franchement, tu n’as rien à perdre à voir où ça peut mener. Dans le pire des cas, ça ne mène à rien, mais cela aurait permis de créer de bons moments et on sait tous les deux que c’est ce qui aide à traverser les mauvaises passes.” Leurs assiettes arrivèrent, il remercia le serveur et respira la bonne odeur. Son ventre se mit à gargouiller : “Je crois qu’il y en a un qui s’est réveillé. Cela sent si bon !” Il en salivait. “Bon appétit Kalisha.” Dit-il en lui offrant son plus beau sourire avant de commencer à manger.


There's a drumming noise inside my head.
That starts when you're around ✻ I would dive into the depths for you, screamed down the street til' my face turned blue. I wanna fall into the sun with you, wanna feel the cold of the mornin' dew. All of these words that are rife in my brain, but face to face, all I could say is, babe. Jerry Williams
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
The show must go on. // Kalisha - Page 2 Empty
Sujet: Re: The show must go on. // Kalisha ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- The show must go on. // Kalisha -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2