Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
Nike : jusqu’à – 50% sur une ...
Voir le deal

 

- (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Fenrir Thalados10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Fenrir Thalados
http://www.ciao-vecchio.com/t7438-fenrir-abandonnes-toi#250324 http://www.ciao-vecchio.com/t7454-fenrir-soumettons-nous-a-la-tentation#250583
Faceclaim : Sebastian Stan (jenesaispas)
Messages : 103 - Points : 351
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 2d7de2065f28faf1074f2004357f6f11
Âge : 35 années étalés dans les cieux
Métier : Policier mit à l'écart depuis deux mois maintenant.
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Empty
Sujet: Re: (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare ( le Sam 12 Sep 2020 - 14:10 )
Memories of a heartbeat
cesare & fenrir

I've become so numb I can't feel you there Become so tired so much more aware I'm becoming this all I want to do Is be more like me and be less like you

Nos corps se rapprochent, se tiennent, se cherchent. Ils se retrouvent, sans vraiment avoir oublier, sans aucun doute. Je sens les frissons caresser mon derme, à la simple sensation de ses doigts qui parcoure mon cou, me presse à lui, comme pour m’emprisonner. Je suis loin d’être captif, au contraire, si on me demandait de rester enfermer de la sorte éternellement, je répondrais positivement, supplierais pour qu’on m’enferme rapidement. Alors je soupire, légèrement, mes doigts caressant ses cheveux, sa nuque. Mon corps réagit au quart de tour, comme programmer pour s’éveiller lorsqu’il s’agit de lui. Comme si, inconsciemment, il reconnaissait celui qu’il désirait depuis des années. Parce que c’est la vérité, l’éternelle souci de ma pathétique existence. Je me contiens, pourtant, par réflexe, sûrement. Parce qu’il est là, mais pour combien de temps ? Je refuse de me poser la question, de repenser à mes pertes, mes blessures. Je veux profiter du peu qu’il peut m’offrir, que je peux lui rendre en retour. Simplement. Alors, mes baisers se font plus désireux de se presser contre les siennes. Désireux, là où mon myocarde tambourine dans ma cage thoracique, trop fort, trop vite, comme si il tentait de s’échapper et de se fixer sur Cesare.

Il répond à ma réflexion sur dieu et je souris légèrement. « C’est ça, si t’es dieu moi j’suis le di… » trop tard, mes lèvres sont de nouveau agrafées sur les siennes et j’en ris durant notre baiser, avant de me replonger dans cette descente en enfers…ou au paradis, j’en sais rien. Lui aussi…cet aveu me rend fier, en un sens. Parce que je ne suis pas le seul à ressentir ce manque, à avoir songé aux baisers, aux caresses. Dans cet aveu, il me murmure silencieusement que je ne suis pas seul, dans mes pensées, dans des espérances qui crèveront avec le levé du soleil. Bordel, tant de sadisme en deux petits mots…mais un sadisme que je prends les bras grands ouverts.

Lorsque je le sens appuyé, je me laisse faire, m’allonge, sagement. Je l’observe, doucement, le cœur au bord des lèvres. Si il y a rien de sexy dans ses gestes, je ne le trouve en aucun cas repoussant. Avec jambes ou sans jambes, ce qui m’intéresse en soit, ce n’est pas ses guiboles mais plutôt ce qu’il y a plus haut. Pardon, je m’égare, mais son entrejambe collé contre la mienne ne m’aide absolument pas à avoir des pensées rationnelles. Je me cambre légèrement, cherche à davantage appuyer nos bassins l’un contre l’autre. Luxure presque flagrante, mais qu’importe, sauver les apparences n’a plus d’importance…Mes doigts glissent dans son dos, mes mains se figent sur ses hanches, dans le creux de ses reins. Bras de part et d’autre de mon corps, je glisse mes iris océaniques dans les siennes, aussi bleues. Le voir sourire, aussi cucu la praline que ça puisse être, est probablement ce que je préfère de cette soirée. Il sourit, sans se retenir, sans souffrir. Il sourit, simplement, parce qu’il en a envie. Et ses mots, me font sourire aussi, taquin, amusé.

« Ah oui ? » Au fond, mes tripes se tordent, mon cœur rate plusieurs battements. Jaloux, possessif, ce sont des traits que nous partageons. Et si demain, il niait ses paroles ? Et si demain, il faisait comme si il n’avait jamais rien dit ? Est-il seulement sérieux ? Véritablement ? Tellement de questions que je tais. Une de mes mains se contente de remonter, caressant sa nuque, la naissant de ses cheveux. « Alors ne me laisse plus jamais partir. Puis, ne dit-ont pas que ce qui est à Cesare reste à Cesare ? Pour le coup, on ne peut pas mieux dire. » Sourire en quoi, je dépose un baiser sur son menton, sur le coin de ses lèvres. « Mais si on va plus loin, saches que j’ai une arme…et que je pourrais m’en servir sur celles qui te feraient les yeux doux. Et que je ne compte pas te laisser filer, encore» Une manière comme une autre de murmurer que, de mon côté, c’est pareil…


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Cesare Moretti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Cesare Moretti
http://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-to http://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
Faceclaim : Armie Hammer @tennessee & @geniuspanda the great
Messages : 699 - Points : 318
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Tumblr_inline_nh9uygUEr01s90aqq
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Empty
Sujet: Re: (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare ( le Dim 13 Sep 2020 - 15:14 )
C’est donc vrai que le corps n’oubliait rien. Que cela soit les bonnes ou les mauvaises sensations : il avait cette facilité déconcertante à se souvenir de tout. Rapidement, Cesare sentit cette chaleur familière, intense et enivrante que seul Fenrir pouvait déclencher chez lui. Il avait été son premier en tout. C’est peut-être pour cela que leur lien était si fort, si particulier… Il ne s’était jamais réellement posé la question, car cela était comme ouvrir la boîte de Pandore pour lui. Il n’avait jamais été prêt à affronter ses sentiments envers son ami. Ce soir, cette nuit, il le faisait sans réellement s’en rendre compte : réalisant au combien, il avait été con de suivre la marche forcée de son père pour aller à l’encontre de ce qu’il voulait. Ils avaient perdu du temps, trop probablement, c’est pour cela que la passion prit rapidement le pas sur l’hésitation. Ses baisers se firent plus intenses, fougueux alors qu’il faisait son possible pour ne pas laisser un seul centimètre entre eux.

Cesare ne laissa pas le temps à Fenrir de répondre, il s’accapara ses lèvres avec un peu plus d’avidité dans l’espoir de satisfaire le gouffre émotionnel qu’il avait ignoré toutes ces années. Par fierté. Parce qu’il ne voulait pas un seul instant imaginer que ce manque qui avait toujours fait partie de sa vie résultait de l’absence de Fenrir dans son quotidien. Il lui montrait par des gestes ce manque dont il parlait. Quelle meilleure façon de le faire que de presser son corps contre le sien. Sur lui, ses genoux pliés entre ses jambes : son corps devait sa hauteur grâce à ses bras qui étaient de chaque côté de la tête de son ami. Il profite de cette pause pour reprendre son souffle, mais surtout mettre les points sur les i.

Il n’accepterait pas d’être relégué au second plan demain.

Les choses devaient être mises à plat s’ils voulaient continuer. Cesare n’était pas jaloux, ni possessif, quand il était question de simple aventure. Comme sur beaucoup de choses, cependant, Fenrir n’était pas dans cette catégorie. Il ne l’avait jamais été. Il ne le serait jamais. Alors, Cesare se sentait obligé d’expliquer l’évidence pour un homme qui le connaissait autant : si jamais ils faisaient l’amour, si jamais ils ne faisaient qu’un ce soir, les conséquences seraient lourdes pour celui qui était à sa merci.

“Deal.” Il sourit à la réflexion : “Tu es à moi, Fenrir.” Et ces mots, innocents aux premiers abords, romantiques, ne laissaient pas de place au doute alors qu’avec une faim encore plus forte : il se remit à dévorer ces lèvres. Le bougre dit la même chose. C’était donc un marché. Ils ne pouvaient plus faire marche arrière.








broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Fenrir Thalados10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Fenrir Thalados
http://www.ciao-vecchio.com/t7438-fenrir-abandonnes-toi#250324 http://www.ciao-vecchio.com/t7454-fenrir-soumettons-nous-a-la-tentation#250583
Faceclaim : Sebastian Stan (jenesaispas)
Messages : 103 - Points : 351
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 2d7de2065f28faf1074f2004357f6f11
Âge : 35 années étalés dans les cieux
Métier : Policier mit à l'écart depuis deux mois maintenant.
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Empty
Sujet: Re: (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare ( le Dim 13 Sep 2020 - 16:22 )
Memories of a heartbeat
cesare & fenrir

I've become so numb I can't feel you there Become so tired so much more aware I'm becoming this all I want to do Is be more like me and be less like you





Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Cesare Moretti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Cesare Moretti
http://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-to http://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
Faceclaim : Armie Hammer @tennessee & @geniuspanda the great
Messages : 699 - Points : 318
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Tumblr_inline_nh9uygUEr01s90aqq
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Empty
Sujet: Re: (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare ( le Mar 15 Sep 2020 - 19:35 )







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Fenrir Thalados10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Fenrir Thalados
http://www.ciao-vecchio.com/t7438-fenrir-abandonnes-toi#250324 http://www.ciao-vecchio.com/t7454-fenrir-soumettons-nous-a-la-tentation#250583
Faceclaim : Sebastian Stan (jenesaispas)
Messages : 103 - Points : 351
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 2d7de2065f28faf1074f2004357f6f11
Âge : 35 années étalés dans les cieux
Métier : Policier mit à l'écart depuis deux mois maintenant.
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Empty
Sujet: Re: (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare ( le Mar 15 Sep 2020 - 21:09 )
Memories of a heartbeat
cesare & fenrir

I've become so numb I can't feel you there Become so tired so much more aware I'm becoming this all I want to do Is be more like me and be less like you




Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Cesare Moretti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Cesare Moretti
http://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-to http://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
Faceclaim : Armie Hammer @tennessee & @geniuspanda the great
Messages : 699 - Points : 318
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Tumblr_inline_nh9uygUEr01s90aqq
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Empty
Sujet: Re: (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare ( le Sam 19 Sep 2020 - 15:56 )







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Fenrir Thalados10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Fenrir Thalados
http://www.ciao-vecchio.com/t7438-fenrir-abandonnes-toi#250324 http://www.ciao-vecchio.com/t7454-fenrir-soumettons-nous-a-la-tentation#250583
Faceclaim : Sebastian Stan (jenesaispas)
Messages : 103 - Points : 351
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 2d7de2065f28faf1074f2004357f6f11
Âge : 35 années étalés dans les cieux
Métier : Policier mit à l'écart depuis deux mois maintenant.
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Empty
Sujet: Re: (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare ( le Sam 19 Sep 2020 - 16:51 )
Memories of a heartbeat
cesare & fenrir

I've become so numb I can't feel you there Become so tired so much more aware I'm becoming this all I want to do Is be more like me and be less like you

Je sais, je vois, qu’il ne me croit pas. Aussi buté que moi, aussi têtu qu’une mule. Mais ça viendra. Comment pourrais-je l’aider, là où moi, je ne cesse de m’effondrer ? Comment pourrais-je lui faire croire, là où moi, je ne cesse de ruminer ma vengeance, picolant déraisonnablement ? Impossible. Peut-être que nous sombrerons ensemble ? Mais si je suis plus malin que ça, je m’éloignerais de lui…pour lui éviter une chute certaine, dans des abysses enivrants. Pour l’heure, je veux juste profiter de ce que nous sommes, de ce que nous avons. Nos baisers s’enchaînent, nos caresses aussi. Il sourit à mes mots, jusqu’à ce que nos corps se trouvent totalement. Cette fois-ci, rien ne peut venir perturber ce moment, le rendre moins beau qu’il ne l’est. Pas de père violent, pas de regrets, pour l’heure. Juste mon corps et le sien, le cœur tambourinant, pompant dans ma cage thoracique. Juste mes gémissements qui s’échappent, mes lèvres qui, souvent, rejoignent les siennes. Mes doigts qui vagabondent sur sa peau, s’accrochent aux draps, luttant contre le feu que me procure ses doigts en plus de nos corps joints. Et le temps s’efface. Il n’y a plus rien autour. Plus de soucis. Rien.

Et lorsque le septième ciel est atteint, je suis à bout de souffle. Les muscles tremblent, une file pellicule de sueur vient rendre ma peau brillante dans la noirceur de cette nuit déjà bien avancée. Je reste quelques instants immobile, mon front posé contre le sien, le corps crispé qui se détend petit à petit. Lentement, mes lèvres frôlent les siennes, déposant un baiser doux et tendre. Amoureux. Sûrement. Trop. Peut-être. Et voilà nos rivages, le début d’une déchéance, de nos difficultés. Tout ça se retrouve en un seul baiser, en une seule nuit de retrouvaille qui va, de nouveau, me hanter. Mon corps se détache du sien et je me laisse rouler sur le côté, le dos collé aux draps, une main dans les cheveux. Je tente de reprendre mon souffle, mes esprits. Il n’y a pas un mot, le silence règne. Je pourrais, pourtant jurer, entendre nos cœurs palpiter. « T’as gardé la forme, dis donc. » Me décidais-je à dire, un sourire en coin alors que je tourne la tête vers lui. Je tente de scruter ses émotions, son visage. Regrette-t-il déjà ? A-t-il seulement aimé autant que moi, ces retrouvailles intensives ? J’espère.

« Finalement, je ne pense pas avoir grand-chose à t’apprendre, mais je peux toujours essayer. » Pouffais-je un peu, passant une main sur mon visage, décollant un peu quelques mèches collant sur mon front. Doucement, mais sûrement, l’adrénaline retombe, me donnant un gout d’endormissement. « Ok…je pense que là, je vais pouvoir dormir. » murmurais-je. Mon corps me fait un peu souffrir, mais rien d’abominable. La passion est en cause. Une passion qui m’a dévorée de haut en bas. Une passion que je n’ai jamais éprouvé avec quiconque d’autre que lui. Et ça, c’est littéralement flippant. Poussant un soupire d’aise, je ne me sens pas mal à l’aise, je me sens…presque comme chez moi. A la différence, que le corps de Cesare repose à mes côtés. Une image que je me suis souvent imaginé, sans jamais songer à la rendre réelle. « T’as couché avec combien de mecs…depuis, nous ? » Pourquoi je pose cette question moi ? Je veux pas savoir la réponse, pourtant…mais c’est comme si la jalousie me poussais à savoir, qui de la gente masculine, était passé sous ses draps…les femmes, il a dû en voir défiler, mais les hommes ? Merde, j’aurais peut-être dû fermer ma gueule…


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Cesare Moretti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Cesare Moretti
http://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-to http://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
Faceclaim : Armie Hammer @tennessee & @geniuspanda the great
Messages : 699 - Points : 318
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Tumblr_inline_nh9uygUEr01s90aqq
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Empty
Sujet: Re: (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare ( le Dim 20 Sep 2020 - 16:27 )
Cesare était heureux. Satisfait. Il ferma les yeux et soupira d’extase alors que ses mains migrèrent de ses hanches à son torse pour s’attaquer sur ses pectoraux. Il était beau. Il n’y avait pas besoin de lumières pour le voir, pour le sentir. Il se savait chanceux, il se savait bien trop chanceux même. Il avait eu le droit à une seconde opportunité pour succomber à des plaisirs que son père avait jugé contre nature. Si seulement l’adolescent qu’il avait été possédait le courage du Cesare actuel… Ils n’auraient pas attendu toutes ces années pour remettre le couvert. Il avait fallu une soirée et beaucoup d’alcool pour faire tomber les barrières. Est-ce que cela voulait dire que demain la chose serait plus difficile ? Probablement. Il n’en avait aucune idée, à dire vrai. Pour l’instant, il se contente de l’embrasser et de savourer le contact de sa peau sur la sienne dans des enlassades tendre. C’est bien avec tendresse qu’il embrassa les lèvres de Fenrir avant de le laisser s’allonger à ses côtés. Les mains sur son ventre, il reprenait également sa respiration :

“Je ne sais pas si forme est le bon mot… Je me maintiens disons.”
Il ne pouvait pas dire non qu’il était en forme. Il ne le serait que lorsque ses jambes seraient à nouveau sous son contrôle. En attendant… Il subissait le poids de ce corps qui ne voulait rien savoir. “Tu n’as pas perdu la main.” Affirma-t-il en souriant. Est-ce qu’il avait eu beaucoup d’hommes dans sa vie ? Cesare n’osa pas demander. “Je suis toujours prêt à recevoir des leçons pourtant… Si ça peut augmenter ma performance.” Le jeu continuait, il y avait encore de l’alcool dans son système comme en témoignait sa bouche sèche et les points dans ses yeux.

Lui aussi allait pouvoir dormir, il s’apprêtait d’ailleurs à fermer les yeux tout en se bataillant contre son côté responsable pour aller se doucher rapidement. La question lui fit cependant rouvrir les yeux pour admirer le plafond. Lisait-il dans ses pensées ? Probablement pas. Il ne répondit pas tout de suite. Il se contenta de se redresser pour s’asseoir sur le rebord du lit et enlever le préservatif qu’il ferma d’un nœud.

“Aucun. Tu as toujours été le seul. Tu le seras toujours. Je n’aime pas les hommes.” Il se retenait de finir sa phrase. Il l’aimait lui. Il comprendrait. Ou pas. Cesare ne dirait pas ces mots. “Je vais à la douche.” Il se glissa sur son fauteuil et se dirige vers la salle de bain en partie ouverte sur la chambre pour jeter le préservatif et se glisser sous la grande douche aménagée pour lui. L’eau tiède, puis brûlante lui remettrait les idées en place. Cesare ne réalisait pas qu’il avait couché avec Fenrir. LE Fenrir. Le seul.







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Fenrir Thalados10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Fenrir Thalados
http://www.ciao-vecchio.com/t7438-fenrir-abandonnes-toi#250324 http://www.ciao-vecchio.com/t7454-fenrir-soumettons-nous-a-la-tentation#250583
Faceclaim : Sebastian Stan (jenesaispas)
Messages : 103 - Points : 351
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 2d7de2065f28faf1074f2004357f6f11
Âge : 35 années étalés dans les cieux
Métier : Policier mit à l'écart depuis deux mois maintenant.
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Empty
Sujet: Re: (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare ( le Dim 20 Sep 2020 - 17:20 )
Memories of a heartbeat
cesare & fenrir

I've become so numb I can't feel you there Become so tired so much more aware I'm becoming this all I want to do Is be more like me and be less like you

Je souris avec un certain amusement à ses paroles, tout en essayant de redescendre sur terre…et la suite, elle y parvient férocement, brutalement. « Je n’aime pas les hommes. » Les mots se sont figés, ont effacés ce qui vient de se réaliser, entre nous. Je me fige, comme bloqué dans le temps. Je réalise à peine qu’il se redresse, va dans la douche. Je fixe, le plafond, avec une attention déroutée. « Je vois… » Murmure léger, brisé, presque. Tout ça n’est qu’une pure comédie, qu’une pure mascarade. Cesare avait bu, moi aussi, et c’est uniquement pour ça qu’il avait fini par accepter de renouveler l’expérience. L’évidence me semble amère, cruelle. Lentement, je me redresse. Regard fixé vers la salle de bain où l’eau coule, où il se trouve. J’aimerais y aller, lui balancer que c’est qu’un connard, qu’il aurait dû s’abstenir de tout gâcher. Lui hurler que j’aurais préféré, ne pas savoir, ne pas sentir le poids de ses mots sur mon myocarde. Mais il est trop tard. Les actes sont faits et, dans un sens, je ne réalise pas le sens caché. Je suis le seul. Parce qu’il n’aime pas les hommes. « Je suis un homme… » Que je grogne pour moi-même, pathétique petite chose.

Calmement, trop, je me redresse et enfile le boxer jeté à la dérive. Mon paquet de clope, un bout de papier, un bic. Et j’écris, une simple phrase, la gorge en feu. « Je suis un mec. Désolé de te décevoir. » Simple, précis. Réaction excessive, sûrement, probablement. Vêtements que je récupère rapidement. J’enfile les habits mouillés en frissonnant, mais avec rapidité. J’ai la rage contre moi, contre lui. J’ai la haine, contre ce que j’ai éprouvé, contre ce que j’ai espéré. Je me suis juré de ne pas retomber dans ce piège débile, dans des espérances futiles. Je me suis promis que c’était la dernière fois, mais à chaque fois, je retourne dans le même schéma dramatique. Pestant silencieusement, je place le mot sur son oreiller et observe quelques instants les draps souillés par un moment que j’avais cru réel. Et j’en ricane, froidement, sans savoir me contenir. Illusions. Voilà ce que ça avait été, une putain d’illusion.

Lentement, je sors de la pièce et claque la porte de sa chambre un peu trop fort, par habitude, par colère. Mes réactions sont moins rapides, l’alcool coule toujours dans mes veines…je descends les escaliers, manque de trébucher sur des canettes vides, des crasses, un meuble. Et je me rends compte que j’étouffe. Je me rends compte que la douleur, elle arrive trop vite, trop fort, trop rapidement. Et je me rends compte que je suis encore l’homme de trop, l’homme…simplement. Que je suis né avec le mauvais sexe, que si j’avais été une femme, les choses auraient été plus faciles. Pourtant, mon myocarde s’en fou, de ce que je suis, de ce qu’il veut, de ce que moi, je veux. Il s’est éprit de ce crétin, il a été déposé à ses pieds. Et je sors, claque de nouveau la porte…elle est où ma bécane déjà ? Quelque part sur la gauche, non ? Sûrement. De toute façon, c’est pas comme si Cesare allait courir après un homme, hein. Une femme, peut-être, mais pas un mec. Nouveau ricanement amer, douloureux. Je fini par la retrouver. Putain, fait froid, demain, j’aurais la crève…tant pis. Attrapant mon casque, je manque de faire tomber la moto en oubliant de détacher le cadenas. Ok, je suis à l’ouest là. Merde ! Pourquoi t’as fait ça Cesare ? J’y ai cru cette fois, comme un con.



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare - Page 3 Empty
Sujet: Re: (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- (terminé) (hot) Memories of a heartbeat // Cesare -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3