Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -72%
CDISCOUNT A VOLONTÉ pour 8 euros
Voir le deal
8 €

 

- L'ange gardien - Elena -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Les bureaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Léandro MazzianiLe vin est un puissant lubrifiant social
Léandro Mazziani
https://www.ciao-vecchio.com/t6531-leandro-mazziani-il-n-y-a-qu- https://www.ciao-vecchio.com/t6537-leandro-mazziani-and-links-i-m-blinded-by-the-lights#218173
Faceclaim : Ben Barnes ©KANE.
Messages : 350 - Points : 1241
L'ange gardien - Elena 51f8ace89de484ae8b15db85a2671564b8e2fa10
Âge : 35 années
Métier : Directeur du musée archéologique national de Naples, responsable de l'aile de la collection des antiquités égyptiennes et pompéiennes
L'ange gardien - Elena Empty
Sujet: L'ange gardien - Elena ( le Mar 1 Sep 2020 - 22:26 )
L'ange gardien

Cela faisait des mois que rien n’allait et Léandro commençait de plus en plus à ne pas supporter l’idée de tenir bon. C’était terriblement épuisant et dur, il avait fait plus d’un sacrifice et le premier avait été son amour pour Romana… Romana. Ensuite était venu ses enfants, donc une famille. Au final, il lui restait son boulot, ce pourquoi il avait aussi travailler toute sa vie. Etre directeur comportait beaucoup de responsabilité, et Léandro ne s’était pas allié au bonne personne ce qui l’avait plongé dans cet enfer. Il faisait une longue et pénible chute vers le néant. Et il savait que l’avant dernière chose qu’on pourrait lui retirer et sa position de directeur, sa place de conservateur dans un musée, avant même de lui ôter pour finir sa vie.

Léandro n’était pas du genre fataliste, mais plus les jours avançaient et en voyant la tournure des choses, il savait que l’issu serait surement fatale. Il devait réunir une somme plus qu’importante et une collection unique et inestimable à celui qui lui faisait toute cette misère. Si seulement quand il était jeune et perdu, il n’avait pas sombré et fréquenté des mauvaises personnes… Aujourd’hui rien ne serait arrivé et il serait encore chez lui, auprès de sa fiancée et ses adorables enfants qui ne demandait qu’à voir leur père.

A présent Léandro s’était quand même endurcit, il ne pleurait plus pour ses pertes. Bien qu’il aimait encore Romana il avait enfoui ce sentiment au plus profond de son être et essayait de la faire passer à autre chose. Romana devait vivre sa vie et il le savait, car pour lui il n’y avait plus de place. Quant à ses enfants, il leur disait adieu lentement et surement, il avait déjà refusé la garde totale, alternée ou de quelques jours même… S’accordant juste à une demi journée par mois pour voir les deux plus grand. Il s’interdisait de voir les jumeaux qui n’était âgé que de quelques mois, car c’était bien trop dure… Il ne le supporterait pas de s’attacher, de voir le gâchis qu’il avait causé.

Aujourd’hui Léandro était à bout de souffle et de nerf, il avait essayé de contacter Elena toute la matinée mais cette dernière devait bien être occupé. Il avait besoin d’aide et qu’on l’épaule, elle était la seule qui était là pour lui… En même temps, elle avait trempé dans ses affaires un peu louche, le couvrant et le sortant de mise. Elle avait fait aussi à ce que Léandro procède au refus de la garde pour les enfants, le conseillant au mieux. A présent il devait la voir car quelque chose s’était mis en place et il s’était décidé aussi à faire son testament et d’autres procédures. Le brun franchit les portes de l’immeuble où se situait le cabinet d’Elena et se dirigeait vers l’accueil ou la standardiste pianotait sur son clavier d’ordinateur.

« Bonjour… Mademoiselle Bellini est ici ? »

L’agent d’accueil lui demandait d’attendre une seconde, avant de lui dire qu’en effet elle était dans son bureau, et elle n’eut pas le temps de demander s’il avait rendez vous que Léandro la remerciait et s’en allait vers les ascenseurs en disant :

« Signalez lui mon arrivé, merci. »


Il s’en fichait des règles et entendait la standardiste derrière lui l’interpeller. Il montait dans l’ascenseur et attendit d’être à l’étage qui était le bon. Parcourant le couloir qu’il connaissait bien, il atérrit enfin devant la porte du bureau de l’avocate. Sans attendre il donnait un coup pour signaler sa présente. Il était vêtu d'un costume à cravate bleu foncé, sa lèvre était fendu et en cicatrisation.

@Elena Bellini



I can't see clearly when you're gone...
Revenir en haut Aller en bas
 
- L'ange gardien - Elena -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Les bureaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut