Revenir en haut
Aller en bas


 

- Erio • I don't want to live without reason -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t7581-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t7582-erio-o-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Carole71
Messages : 1147 - Points : 4238
Erio • I don't want to live without reason Tumblr_nx7zqlgs061qaa0sjo3_500
Âge : trente-cinq ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Erio • I don't want to live without reason Empty
Sujet: Erio • I don't want to live without reason ( le Sam 19 Sep 2020 - 21:41 )
I'm not a perfect person, There are many things I wish I didn't do. But I continue learning.
ERIO MAZZEI
rôle inventé
Identité :Erio, un prénom qui a failli ne pas être le sien. Sa mère était tombée amoureuse d'Ezzelino et a longtemps argumenté auprès de son mari pour avoir gain de cause. En vain. Erio était plus simple, joli à la prononciation et a donc été adopté. Il arrive cependant que sa mère le nomme Ezzelino, son deuxième prénom.

Naissance :il est né en 1985, a passé le cap de la trentaine et déteste l'idée. Son anniversaire, il ne l'a d'ailleurs pas célébré. Certains que sa mère et ses proches allaient le contacter, ou lui réserver une fête surprise, ce jour-là, Erio a éteint son téléphone portable et a pris la route pour une autre ville italienne pour quelques jours, histoire de se laisser le temps nécessaire pour avaler sa soudaine vieillesse. Depuis, les années qui filent entre ses doigts sont tout aussi difficiles.

Origines :il a des origines irlandaises qui coulent dans ses veines et les doit à sa mère qui a tout quitté pour suivre un saisonnier de passage dans sa ville avec qui ça n'a pas duré. Elle aurait pu partir de Naples, mais a fait la rencontre de celui qui deviendra, par la suite, son mari.

Statut :célibataire et il le vit bien. Il se plonge dans les bras d'inconnues lorsqu'il en ressent l'envie. Coucher avec des femmes, sans avoir de sentiments, c'est nettement plus simple que de s'engager. Il ramène donc des femmes chez lui, des blondes, rousses, brunes, qu'importe tant que le feeling passe bien. Il ne leur ment pas : Erio souhaite juste s'amuser. Ca se voit, puisque lors de ses rencontres, il ne fait pas semblant de vouloir connaître les femmes qu'il a en face.

Métier :lieutenant de police à la brigade criminelle. Après sa formation, il a été assigné à l'unité, c'était son premier choix et ses résultats lui permettaient d'y prétendre. Les affaires sont cependant difficiles, il les supporte de moins en moins, mais ne se voit pas changer de section. Celle dans laquelle il est, c'est sa vocation.

Argent :il gagne assez sa vie pour dépenser son argent dans l'alcool, les soirées dans les bars qu'il fréquente beaucoup et surtout, son abonnement Netflix dont il a besoin lorsqu'il n'arrive pas à dormir. Erio n'est pas riche et il lui arrive d'avoir des fins de mois difficiles, mais ça ne le rend pas malheureux pour autant.

A Naples depuis :il est né à Naples et s'il la quitte de temps en temps pour voir de la famille à Clifden, il y revient toujours. Elle lui est importante, bien qu'il ne voit plus les rues comme étant belles et magiques, mais plutôt là où peut régner l'insécurité.

Borné – Concentré – Egoïste – Fêtard – Franc – Impulsif – Moqueur – Paranoïaque – Protecteur – Retardataire – Sans gêne – Susceptible – Tendre – Travailleur

Concentré, il peut rester des heures et des heures devant un tableau avec de nombreux indices, ou feuilleter des photos, prendre des notes, réfléchir à des tonnes de choses et envoyer bouler toutes les personnes qui essayeront de lui faire lâcher prise. Il a ses priorités qui ne sont pas toujours celles que l'on aimerait. Ses proches lui reprochent de les laisser de côté, d'être un poil égoïste en refusant parfois de participer à des fêtes importantes. Il n'oublie néanmoins pas les dates, envoie un simple SMS pour souhaiter un joyeux anniversaire, mais ne sera pas toujours de la partie. C'est un bon vivant, un fêtard et dès lors qu'il le peut, il sort. Impulsif, il l'a toujours été, mais il l'est devenu bien plus en étant à la brigade criminelle. Ses humeurs sont changeantes et il peut facilement péter un plomb lorsque quelque chose qui le touche arrive. Paranoïaque, il voit tellement de choses atroces qu'il est devenu parano avec le temps. Protecteur, parfois beaucoup trop, mais il le justifie avec son métier difficile. Lui, il voit des viols, des meurtres, il voit ses choses qui le poussent à demander à ses proches de faire très attention, aux femmes de ne pas sortir le soir seules. Retardataire, il arrive très souvent en retard, si bien qu'on ne l'attend plus, mais lorsqu'il est là, sa présence fait plaisir. Sportif, il a besoin de se défouler, alors il fait du sport avec l'équipe de sa brigade, avec les membres qui bossent avec lui. Travailleur, il se donne les moyens d'y arriver. Il a une bonne mémoire, retient facilement les choses. Il était l'un des premiers de sa promotion au Baccalauréat, aussi lors de sa licence de droit et a su se faire remarquer lors de sa formation. C'est un très bon élément qui souhaitait absolument percer dans un domaine qui l'intéressait, un milieu difficile, mais il ne se voyait pas exercer une autre profession.

poids :
80 kg
alcool :
4 verres
cigarettes :
10 par jour


la chanson la plus écoutée en boucle :
The Reason Hoobastank


Conclusion de ta vie L’année 2019 l’a aidé à retrouver une certaine stabilité. Fragile sur certains pans de sa vie, Erio a encore des difficultés à faire face à un passé douloureux, mais il apprend à se servir de ce qu’il ressent pour avancer comme il peut. Comme son habitude, sa fierté le pousse à cacher ce qui est éprouvant. Parler de son père ? Toujours impossible. Ceux qui tentent ont droit à des heures de boudage, à des insultes. A un Erio grognon au sale caractère.
Sa vie sentimentale est de retour à la case départ, mais il le vit bien. Sa rupture avec son ex est dans un coin de sa tête, le retient d’une nouvelle tentative, mais ne le brise plus autant qu’avant.
Ses cauchemars qui n’ont jamais disparu, sont de plus en plus réguliers et ce, depuis qu’il héberge une victime du tueur en série qu’il traque depuis des années. Il n’arrive pas à en comprendre la raison et n’a pas envie de chercher plus loin.

(un) Erio grandit dans un environnement a priori sain. Aux yeux du monde entier, sa famille reflète le modèle parfait. Noreen, une mère aimante, attachante, qui est une très bonne ménagère, mais aussi une très bonne infirmière. Sa profession, elle l’aime par-dessus tout, mais est confrontée aux mauvais horaires. Ceux qui ne laissent d’autres choix à Mattia Mazzei de prendre son gamin en charge toute la soirée. Et les choses se passent bien. Il se comporte comme un véritable père, prêt à tout pour son fils. Il fait ses devoirs en sa compagnie, lui prépare les repas lorsqu’il ne peut faire autrement – la cuisine et lui ne faisant pas l’unanimité. Et puis, il l’amène avec lui à chacun de ses déplacements dont il ne comprend pas l’objet. (deux) Jusqu’à comprendre qu’il y a quelque chose qui cloche le jour où il entend de la voiture une femme s’enfuir en courant et son père sortir pour la rattraper, la mettre à terre et lui asséner de quelques coups. Le gamin de sept ans hésite, mais sort du véhicule pour voir se dérouler sous ses yeux une scène atroce. (trois) Le silence devient alors son meilleur ami. Erio le promet à son père, qu'il ne dira rien, partagé par un sentiment de peur et l'envie de protéger l'homme qui l'a toujours soutenu. Un homme qu'il n'observe plus de la même façon à force de grandir. Il lui sourit, le prend dans ses bras, mais dans ses rêves, il devient l'homme violent qu'il a vu en démonstration. (quatre) Au fil des années, Erio est tiraillé par des cauchemars et personne, ni même les psychologues, n'arrive à le soulager. Le garçon se renferme, devient violent, a peur de son propre reflet. Il voit à travers le miroir qu'il ressemble de plus en plus à son père et craint d'avoir les mêmes préférences. Parce qu'il ne s'agit pas seulement d'un meurtre. A travers les journaux, il sait qu'il a violé, torturé et tué ces femmes qu'il pleure chaque soir et qui le hantent. (cinq) C'est à l'âge de douze ans qu'il craque. Deux heures du matin, sa mère s'inquiète de l'absence de son mari, commence à se faire des films, à comprendre par les regards de son fils que ce dernier n'est pas dans l'ignorance. Alors qu'elle pensait qu'il allait lui confirmer sa plus grande crainte, l'existence d'une maîtresse, Erio, honteux, baisse les yeux en murmurant des propos choquants. « Il fait du mal aux dames, m’ma. » (six) D'abord, elle ne le croit pas, est convaincue qu'il s'agit uniquement de ses cauchemars et Erio n'essaie pas de la dissuader du contraire. C'est un soir où Mattia rentre avec les mains sanglantes, la chemise rouge et une blessure à la jambe que son monde s'effondre. Cette fois-ci, il a laissé trop de traces : une de ses victimes s'est enfuit. C'est la fin du règne du tueur semant la terreur à Naples. (sept) L'enquête est dure, le procès tout autant, aussi bien pour lui, les proches des victimes que la famille qui perd son entourage, ses amis. Erio n'est plus le petit garçon renfermé pour une raison que tout le monde ignore. Il est le fils d'un psychopathe. (huit) Le quotidien devient terrible. Des cailloux au visage, des insultes, crachats, tags sur la porte de la maison, la voiture. C'est épuisant. Qui plus est, Noreen est enceinte, comptait en faire part à Mattia avant que toute cette histoire n'éclate. Et elle ne sait plus si elle en veut vraiment de cet enfant. Comment faire pour en élever deux dans de pareilles circonstances ? (neuf) La grossesse ne se passe pas très bien. Le stress, les menaces reçues par courrier, les insultes venant de personnes ne comprenant pas pour quelle raison elle souhaite mettre au monde l'enfant du diable. Seulement, il n'est pas question d'avorter. Dans son pays, en Irlande, c'est illégal et elle est de l'avis de ses propres parents : peu importe les raisons, on ne tue pas si la santé de la mère n'est pas mise en danger. Alors elle tente de tenir le coup, fait face à la méchanceté des gens qui lui rendent la vie difficile, qui la dépriment. Elle s'en veut d'aimer encore cet homme qui s'est toujours bien comporté avec elle, qui l'a aimée plus que de raison. Et elle doute quant à l'avenir de ce bébé qui pousse en elle jusqu'au dernier moment, celui de l'accouchement. Noreen prend l'enfant dans ses bras, pleure à chaudes larmes et souffle à son fils de bien observer sa petite sœur qu'elle nomme Ornella avant de lui expliquer que ce sera la dernière fois qu'il aura l'occasion de le faire. Après quelques heures, Ornella finit dans les bras d'une infirmière et le lendemain, Noreen rentre chez elle avec l'aide de ses parents directement venus d'Irlande pour la soutenir. (dix) Noreen souffre de sa réputation, si bien qu'elle perd son emploi. Des fautes qui n'en sont pas lui sont reprochées. La pression est si forte qu'on lui met le couteau sous la gorge avec un discours joliment récité. « Pour le bien de tous, il serait mieux que vous ne travaillez plus ici pour le moment. Quand les choses ce seront calmées, peut-être que l’on pourra discuter d’une réintégration. » Caractérielle, forte, elle refuse de démissionner et se fait virer avec un dossier qui ne tient pas la route. (onze) L'ambiance à la maison est compliquée. Erio se bat souvent à l'école et les amis qui l'acceptent sont des mauvaises fréquentations. Pas les bons élèves. Ceux qui n'ont aucun parent pour les encadrer, les gosses qui n'ont aucun avenir. Pourtant, lui, il en décide autrement. Après son baccalauréat, il débute des études de droit. (douze) Agé de dix-huit ans, Erio est suivi par un nouveau psychiatre. Lui qui a été suivi durant toute sa jeunesse, qui a envoyé balader chacun des spécialistes, n'est toujours pas serein face à Monsieur Lucci. L'impression qu'on le juge, peut-être fausse. C'est à cette époque qu'il fait la rencontre d'Aria, la fille du psy, de six ans sa cadette. (treize) Un an plus tard, il recroise le chemin d'Aria, la fille de son ancien psychiatre. Celle-ci n'est plus la gamine d'autrefois. Ses formes, son visage ont changé. Elle est devenue une vraie femme avec qui il flirte le soir de cette rencontre sans penser au lendemain, sans se dire ce qui les attend. Erio a trop de mal à se projeter, alors il ne fait aucun plan sur la comète et se laisse aller dans cette relation compliquée. Cette jeune femme, elle est attachante, a de la conversation, assez pour ne pas l'endormir. Durant deux mois, ils vivent quelque chose de difficile. Les disputes ne sont pas rares, principalement parce qu'Erio n'arrive pas à s'exprimer autrement qu'en se querellant, mais aussi parce qu'il ne souhaite pas s'enfermer dans une relation sérieuse, préférant les relations libres. Il n'a jamais su où ça allait les mener, d'autant plus qu'il n'a jamais été question pour lui de se poser sérieusement : pas d'emménagement possible, chacun chez soi, pas de nuit entière ensemble, chacun son lit et surtout, pas d'exclusivité. Cette relation, Monsieur Lucci n'y a jamais adhéré. Peut-être bien parce qu'il savait que ce rejeton venait d'un homme machiavélique et qu'il n'en était pas rassuré. Ne souhaitant pas voir ce ménage perdurer, l'homme met la pression à Erio, lui demande de ne plus la voir. Lui n'est que de la mauvaise graine après tout. Il revient à la charge plus d'une fois, si bien qu'Erio lâche tout, met un terme à ce qu'ils sont et disparaît de sa vie. (quatorze) A vingt-et-un ans, après avoir passé trois ans pour réussir sa licence de droit, il passe un concours qu'il réussit haut la main. La formation de cinq ans qui suit est difficile, longue, notamment parce qu'elle a lieu à Rome, que ce n'est pas à côté de sa mère, mais ce choix est le sien. Un besoin de s'éloigner. Il s'arrange néanmoins pour rentrer tous les week-end, même si le coût est énorme, en train ou en voiture, qu'importe. (quinze) Le retour à Naples se fait douloureusement. Sa mère n'a pas souhaité déménager de son quartier, pas pour donner raison à tous ceux qui désiraient sa mort, mais Erio voit bien que le mal est fait, qu'elle est rejetée de beaucoup de monde, des plus anciens. Quant aux nouveaux voisins, quand ils ont le malheur de lui adresser un sourire ou quelques mots, sont très vite mis dans la confidence : il s'agit de la femme d'un meurtrier. (seize) A force de persévérer, Erio est admis à la fin de sa formation et entre à vingt-six ans à la brigade criminelle. C'est un petit nouveau et n'est pas apprécié de tous, notamment parce qu'il porte le nom d'un homme détesté de tous, un nom qu'il a choisi de garder. Mazzei, ce n'est pas seulement l'identité d'un tueur en série, c'est aussi celle de son père, un homme aimant. (dix-sept) Ornella. Cette jeune sœur qui grandit loin de lui. Jamais il ne l'a oubliée et a fait des recherches menant jusqu'à elle. Il a longtemps hésité, mais âgé de vingt-huit ans, Erio lui envoie une lettre en lui indiquant que si un jour, elle a besoin d'informations sur elle, qu'elle peut le contacter, tout en laissant ses coordonnées. (dix-huit) La vraie première affaire sur laquelle il tombe à la brigade est difficile. Un meurtre d'une femme violée, mais celui-ci n'est pas unique. Un autre arrive un mois après et il y en a d'autres ensuite. Ils essaient de trouver le tueur en série, mais il est méticuleux, continue son massacre. Plus le temps passe, plus ça l'atteint. Il s'assombrit, devient irritable, passe parfois des nuits entières au bureau pour trouver des indices, interroge de nombreux suspects. Lui et son équipe sont sur les nerfs. Ils n'arrivent à rien. Erio sait qu'il a besoin de quelqu'un pour comprendre, mais n'ose pas lui rendre visite. Depuis son arrestation, Erio ne l'a jamais revu. Son Papa qui lui a écrit tant de lettres sans jamais les envoyer. (dix-neuf) D'avril 2018 à janvier 2019, il vit une relation forte avec sa colocataire. Lana. Son premier amour, la femme qui l'a poussé à s'ouvrir. Il a eu de vraies premières fois avec elle et l'a aimée très fort. Elle lui a fait prendre conscience qu'il n'était pas seulement doué à vivre des histoires sans lendemain, mais qu'il pouvait également se stabiliser. Néanmoins, leur rupture est encore fraîche dans sa tête et ne lui donne aucunement envie de tenter de nouveau. Il préfère donc retrouver ce qu'il était avant, fait marche arrière en se nourrissant des relations sans sentiment. Pas de baiser sur les lèvres, pas de confidences avec ses aventures, pas de nuit complète. C'est purement physique, sexuel. Il n'est pas prêt à s'abandonner une nouvelle fois, craint un nouvel échec.

(vingt-et-un) Il ne dort pas énormément et quand il dort, il dort mal, fait des cauchemars qui le réveillent la nuit et dont personne n'est témoin. Erio ne laisse personne dormir à ses côtés. (vingt-deux) Lui et son équipe de l'unité font partie d'une équipe de baseball, amateur. Ils rencontrent parfois d'autres équipes de police de différentes unités, ou villes. (vingt-trois) Il a la cicatrice d'une balle perdue sur son abdomen, mais aussi des traces d'une arme blanche, un couteau sur l'intérieur de l'avant-bras. (vingt-quatre) Il n'a encore jamais été voir son père en prison. Celui-ci n'a jamais avoué tous ses meurtres. Erio est partagé, tiraillé entre ce qu'il ressent pour lui. Il aime l'homme qui a pris soin de lui, le père, mais il déteste le diable qui a pris possession de lui durant tant d'années. (vingt-cinq) Il aime le café et boit une bière ou un verre de cognac chaque soir. (vingt-six) Il a commencé à fumer à l'âge de dix-sept ans et ne s'est plus arrêté depuis. Le nombre de cigarettes varie en fonction de sa tension. (vingt-sept) Il part de temps en temps à Clifden voir de la famille. (vingt-huit) Erio parle le napolitain, l'italien, l'anglais, mais aussi le gaélique. (vingt-neuf) Il porte une gourmette et une chaîne en argent qu'il ne quitte jamais. (trente) Il mesure 1m81 et aucune de ses aventures, ou ex, n'a jamais dépassé sa taille. (trente-et-un) Sa première fois s'est très mal passée. Elle a fait une hémorragie et le père de l’adolescente alors âgée de 15 ans, un an de moins que lui, avait ordonné qu’il quitte le domicile en vitesse, sans lui laisser le temps d’enfiler son jean. (trente-deux) Il déteste les fêtes de fin d'année ou même les fêtes commerciales comme la Saint-Valentin. S'il lui est arrivé de faire des exceptions, il n'a aucune envie de recommencer.
ton groupe :MACCHIATOton avatar :Jesse Soffer


pseudo, prénom :Ealitya, Sandrinecombien de bougies ?30d'où viens-tu ?Francecomment t'as atterri ici ?/




Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.
Revenir en haut Aller en bas
Aisha Njoya10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Aisha Njoya
http://www.ciao-vecchio.com/t5857-aisha-emancipate-yourself-from http://www.ciao-vecchio.com/t5868-aisha-bigger-than-the-picture-they-framed-us-to-see
Faceclaim : Berta Vazquez : ealitya
Messages : 483 - Points : 994
Erio • I don't want to live without reason Giphy
Âge : 29 ans
Métier : Femme à tout faire
Erio • I don't want to live without reason Empty
Sujet: Re: Erio • I don't want to live without reason ( le Sam 19 Sep 2020 - 22:00 )
Bienvenue sur le forum, t'es tout beau. Erio • I don't want to live without reason 3858275945
Bouffon Erio • I don't want to live without reason 4125685566



Step out your estimate
If you feel insignificant, you better think again. You better wake up cause you're part of something way bigger. Not just a speck in the universe, not just some words in the Bible verse. You are the living word. Bigger than you, bigger than me. Bigger than the picture they framed us to see.   ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t7581-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t7582-erio-o-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Carole71
Messages : 1147 - Points : 4238
Erio • I don't want to live without reason Tumblr_nx7zqlgs061qaa0sjo3_500
Âge : trente-cinq ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Erio • I don't want to live without reason Empty
Sujet: Re: Erio • I don't want to live without reason ( le Sam 19 Sep 2020 - 22:01 )
Ohhhhhh. Erio • I don't want to live without reason 3407175773
Bouffonne. Erio • I don't want to live without reason 4125685566


Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Erio • I don't want to live without reason Empty
Sujet: Re: Erio • I don't want to live without reason ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Erio • I don't want to live without reason -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut