Revenir en haut
Aller en bas

Le deal à ne pas rater :
TINEO Matelas bébé climatisé 60 x 120 cm
36.99 €
Voir le deal

 

- Opération sauvetage. (Jacdam) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers :: Prison de Poggioreale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ebba JacobsenToujours frais après un litre de café
Ebba Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5073-une-vie-trop-tranquille-est-u https://www.ciao-vecchio.com/t5112-pour-gagner-il-faut-risquer-de-perdre
Faceclaim : Katheryn Winnick © CRÉPUSCULE.. (avatar) + crack in time (sign) / heartkiwi & Ingrid (crackships)
Messages : 1607 - Points : 3046
Opération sauvetage. (Jacdam) 3314400630_1_13_OxoYOrej
Âge : Née en Norvège (Trondheim) le 1er mars 1979. 41 ans à bruler mes ailes à l'adrénaline de l'ivresse de la vitesse.
Métier : Psychologue à la prison de Poggioreale. / Occasionnellement pilote dans des courses illégales de quoi bien arrondir les fins de mois.
Opération sauvetage. (Jacdam) Empty
Sujet: Opération sauvetage. (Jacdam) ( le Mer 23 Sep 2020 - 17:53 )

Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.


Jack & Adam & Ebba
Les secousses ont rendu ma nuit agitée. J'ai tourné en rond dans mon lit que je trouvais bien trop vide, bien trop grand, bien trop froid. L'absence de Jack et de mes enfants donnaient même un air lugubre à l'appartement. J'ai alterné entre le canapé devant la télé qui a fini par se couper, mon lit et celui des gosses. Quand ils me manquent j'aime bien traîner dans leurs chambres et sentir leur odeurs. Cela me rassure comme le fait de porter la chemise de mon pilote adoré. "Et oui chéri si tu cherches ta bleue préférée c'est ta Louve qui l'a." Enfin j'ai échangé des messages avec les enfants et Andrew pour être sûre que tout allait bien. Ils n'ont même proposé de venir les rejoindre, mais je me suis dis que tant bien Jack passerait. J'ai vite compris que le docteur serait retenu par des urgences, logique vu ce que la ville subissait. J'ai fini sous la douche, épuisée, douche qui a joué sur mes nerfs en passant du froid au chaud en oubliant le tempéré. Puis un appel de la prison m'a fait me préparer plus vite. La nuit a été compliqué, et un de mes patients est au bord du suicide. Il me réclame, disant qu'il n'y a que moi qui peut l'empêcher de passer à l'acte. Alors je passe à la vitesse supérieure, avale un petit déjeuner tout en enfilant mes fringues. Un message envoyé à tout le monde, avec l'espoir que le réseaux ne déconne pas et me voilà dans ma voiture. Heureusement pas de dégâts à la maison, ni sur mon carrosse. Je pars l'esprit assez tranquille. Même si la terre semble encore faire des siennes. Je roule assez vite, trop peut être. Mais il y a urgence je veux éviter un drame. Même si ce mec est un pourri, pas question de le laisser se suicider. Il a une dette à payer à la société, mettre fin à sa vie serait bien trop facile. J'évite quelques voitures qui se trouvent au milieu de la route. Le quartier a morflé plus que le mien. Les feux ne marchent pas, retour aux priorités et pas question de me faire gruger. J'arrive à la prison. Je me gare, le lampadaire est au sol, deux autres se sont télescopés. Et le souci c'est que se sont ceux des caméras extérieures. Je n'ose même pas imaginer ce qui peut se passer à l'intérieur.

Un instant devant la porte j'hésite. Mais c'est mon métier et ne pas aller aider ce prisonnier, se serait un comme si je le tuais moi même. Je ne culpabiliserais pour sa mort, mais cela pourrait me coûter ma place. Du coup je passe par la sécurité, les gardiens sont sur les nerfs. Je les salue et ils me signalent que je suis attendue à l'infirmerie, mon bureau ayant été pas mal touché. « Ok merci et bonne journée. Et courage. » L'électricité déconne, ça crie dans tous les coins, ça gueule même. Des surveillants courent, il semble que certaines cellules se soient ouvertes. C'est la panique mais j'avance sans me préoccuper de tout ce qui se passe autour. J'essaie de garder mon calme. Je vais juste à l'infirmerie. Deux gardes sont devant la porte de celle -ci, ainsi que le directeur qui semble angoissé. « Bonjour Ebba. Il est avec l'infirmière on a réussi à le calmer. Mais il reste fébrile, fais attention d'accord. » « Oui pas de souci, de toute façon je suis toujours prudente. Mais il s'est passé quoi au juste pour provoquer une crise pareille. » « Son appel a été rejeté. Cela l'a pas mal secoué. » « Ok. » Je pose ma main sur la porte, je prends une grande respiration et je l'ouvre. Je ne suis pas genre à me laisser démonter et encore moins par un de mes patients. « Bonjour monsieur Lewis. » Mon patient est installé sur le lit d'auscultation, une perf dans le bras. « Alors on met en panique toute la prison. » Puis je regarde l’infirmière. «  Tu peux sortir je m'en occupe. » « Tu es sûre. » Je fais oui de la tête, je sais que si je ne suis pas seule avec lui je n'obtiendrais rien de bon. Au contraire la situation risque de ce dégrader. « Voilà on est tout les deux et si vous me disiez ce qui ne va pas. Je me doute que le tremblement de terre a du un peu vous perturber. » « Et toi Ebba il t'a perturbé. » « Pas plus que ça, je me savais en sécurité. Mais je ne suis pas là pour parler de moi. » Il s'assoit et met ses jambes dans le vide. « Tu sais pour mon appel. C'est connard l'on encore refusé. Pourtant je fais des efforts. Tu le sais toi que j'en fais. Est ce que tu as fais un mauvais rapport ? » Je sens son ton plus menaçant mais je reste calme, m'emporter me servirait à rien. Qu'à le rendre plus énervé. « Non j'ai juste dis la vérité. Oui vous faites des efforts. Mais vous n'êtes pas prêt à affronter la vie à l'extérieur. J'ai été honnête comme toujours. » Je garde mes distances. Il se lève.  « Vous devriez rester assis. Vous pourriez vous sentir mal. » Il est attaché au niveau du poignet sur le bras qui n'a pas de perfusion. « Non j'ai besoin de bouger Ebba. » Et mon téléphone bipe, une fois, deux fois, trois fois. Je ne l'ai pas éteint, chose que je fais naturellement, mais là je voulais avoir des nouvelles en direct des personnes qui me sont chères. « Tu ne réponds pas belle blonde. C'est peut être important. Ton petit mari qui se languit ou tes mômes. Tu as des mômes Ebba. Tu sais moi je les aime. » « Vous savez que je ne parle de ma vie privée. Et arrêtez vous allez tomber. Vous voulez me parler, je suis là alors je vous écoute. » Mais mon patient semble plus avoir envie de jouer qu'autre chose. Vu que mon téléphone se fait insistant, je le récupère et je réponds à mes messages, rassurer mes proches est ma priorité. « Si vous ne voulez pas parler je vais partir. »

Et sans rien comprendre le voilà qu'il se jette sur moi. Mais il était attaché. Mais je l'ai lâché quelques secondes pour répondre. J'ai même pas le temps de crier ou de réagir, que le fil de la perfusion passe autour de mon cou. Serrant fort ma trachée.  « Alors belle Ebba, tu es plus disposée à parler de toi. » Ma jambe part par l'arrière essayant de viser l'entre jambes, pas assez fort puisqu'il resserre sa prise. « Salope tu aimes jouer avec les hommes. » Ma main tire violemment sur l'aiguille plantée dans son bras, un giclé de sang me tache, mais mon geste de déstabilise. Je me précipite vers la porte. « A l'ai.... »  Mais il me chope par le bras, me pousse. Je tombe au sol et là il me fout un coup de pied dans le ventre. La douleur me cloue au sol. Il file bloque la porte. J'envoie un autre message, avant qu'il ne prenne mon téléphone. « Ah je vois tu as des admirateur.  Et si on corsait le jeu. » Et je le vois taper sur les touches. « Tu fais quoi ? »  Les gardiens secouent la porte. « N'essayez pas d'entré sinon je tue votre belle psychologue. J'ai besoin d'un moment avec elle. On doit parler. Je suis sûr qu'elle peut trouver une solution pour que mon cas soit réétudié. N'est ce pas Ebba ? » Je le vois regarder plus en détail mon portable. « C'est tes gosses ? Ils sont beau dis donc surtout la petite. » La porte est à nouveau secouée. « Dis leurs que je suis prêt à tout. » Je fais non de la tête. Je dois porter la trace de serrage du fil de la perf et parler me fait mal. Et je ne veux surtout pas céder. Et il me colle un coup dans la mâchoire. « C'est ça votre truc frapper ... une femme au sol. » Les mots sortent difficilement. « Vous n'avez pas changé monsieur Lewis. » Toujours garder la distance. «Allez lève toi. » Ce que je fais, sans accepter son aide. Et il m'attrape par le bras. « Assieds toi. » Je reste debout mais un nouveau coup au ventre me fait m'asseoir. « Passe tes mains derrière le dossier. » « Cela ne va pas arranger votre cas. » « Rien à foutre je t'ai toi et je n'ai plus rien à perdre. Alors ou il étudie mon dossier ou on crève tous les deux. » Je passe mes mains derrière le dossier de la chaise, il me les attache avec le fil de la perfusion. Puis il va chercher le fauteuil de l'infirmière et se pose en face de moi. Écartant mes cuisses, heureusement que je porte comme toujours un pantalon et un pull. Rien de sexy ou de subjectif qui pourrait faire péter la bombe qui est assise en face de moi. Je sens que les heures qui vont suivre vont être compliquées. Très compliquées


vmicorum.


“ La nouvelle année vient d'ouvrir son livre et elle avec de futurs chapitres à écrire.”
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot- https://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston @SUMMERS. & ©hearthkiwi
Messages : 899 - Points : 2414
Opération sauvetage. (Jacdam) P7vd
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
Opération sauvetage. (Jacdam) Empty
Sujet: Re: Opération sauvetage. (Jacdam) ( le Sam 3 Oct 2020 - 22:44 )
Jack avait enchaîné plusieurs gardes d’affilées. Les patients aux urgences étaient bien moins silencieux et coopératifs que ceux à la morgue et cela l’embêtait plus qu’autre chose. Alors, il n’était pas patient. Il recalait volontiers ceux qui se plaignaient sans raison ou bien les plus impatients. Il avait déjà la réputation à Chicago de ne pas se laisser faire : ce n’était pas à Naples que cela allait commencer. Déjà qu’il aidait ses collègues à s’occuper des vivants : ce n’était pas pour se faire chier dans les bottes par des ingrats. Malgré tout, il prenait sur lui et donnait à ceux qui en ont besoin des soins exemplaires.

Il était chez lui à se reposer quand il reçut un message d’Ebba. Ils ne s’étaient pas vu depuis quelques jours et elle lui manquait. Pourtant, ils savaient tous les deux qu’ils n’avaient pas le choix en ce moment. Jack avait passé un serment après tout : il ne pouvait pas s’en défaire comme cela. Alors, il prenait son mal en patience et comptait les jours qui le séparaient de sa dulcinée. Les récents événements avaient au moins eu le don de mettre les choses au clair : ils emménageraient probablement bientôt ensemble. Répondant rapidement, il alla se doucher avant de ressortir pour vérifier à nouveau son téléphone. Le second message reçu d’Ebba n’avait rien de rassurant. Ni une, ni deux : Jack appela la prison. Il n’eu pas de réponse, au bout de la dixième fois, il réussit à avoir quelqu’un. Il ne lui fallu pas longtemps pour comprendre que toute la prison était en état d’alerte.

Appelant Adam en renfort, il s’habilla en vitesse avant de se jeter sur les clés de se voiture pour dévaler ensuite les marches et grimper dans le bolide. Le moteur ronronna et rapidement il fut devant le frère de sa belle. Un sms, il ne prit même pas la peine d’éteindre le moteur. Une fois l’homme dans la voiture, il souffla :

“Tu as reçu un message similaire hein ?” Il tendit son portable pour lui montrer : “J’ai déjà appelé la prison, ils n’ont pas pu me donner plus de précisions. Tu ferais bien de t’accrocher.” Et sans même attendre une réponse, il fila jusqu’à la prison.

Il se gara près de la voiture de sa compagne. Inquiet, il l’était. Une rage incommensurable prenait doucement, mais sûrement possession de lui. Il ne laisserait personne lui arracher une personne chère à son cœur, il avait déjà perdu Mia : cela était suffisant. Jack n’hésiterait pas à supprimer les potentiels ennemis, adversaires. Il l’avait déjà fait et n’avait pas peur de recommencer. Il regarda Adam une dernière fois avant de rentrer dans la prison.

Le chaos qui y régnait était aussi bien une aubaine qu’un problème. C’est parce que c’était le boson qu’Ebba avait des ennuis. Dans la confusion, ils arrivèrent à se faire un passage et quand enfin ils furent arrêtés : Jack montra son badge de médecin et expliqua la situation. Devant la porte, les gardiens tentaient déjà de défoncer la porte. Ne supportant pas de rester sans rien faire, il regarda Adam :

“On pourrait toujours tenter de trouver une autre issue ? Par les ventilations ?” Ils étaient peut-être trop gros, mais en réalité : Jack ne savait tout simplement pas quoi faire pour aider Ebba. Alors il proposait des idées à la volée. La voix du mec à l’intérieur ne lui inspirait pas confiance. “Quelles idées de laisser seul un prisonnier avec un docteur ! Ils sont cons !” Pesta-t-il. Il ne manqua pas le regard de l’autre docteur. “Y’a que la vérité qui blesse. Si vous aviez fait votre travail, on n’en serait pas là. Alors trouvez un moyen de rentrer !” Il perdait patience bien trop rapidement quand il était question de son aimée.


Would it be a sin, if I can't help falling in love with you? Elvis Presley ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Adam JacobsenToujours frais après un litre de café
Adam Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5989-i-know-i-ve-grown-but-i-can-t https://www.ciao-vecchio.com/t6028-adam-s-notebook#191030
Faceclaim : Hugh Dancy @Ealitya (merci Sandrine <3)
Messages : 851 - Points : 1204
Opération sauvetage. (Jacdam) C810b83584016e47716c0538727b746c1599ee45
Âge : 43 ans (27 nov)
Métier : Anciennement dans l'humanitaire, il tente de se reconstruire. Il peint mais travaille surtout au refuge pour animaux..
Opération sauvetage. (Jacdam) Empty
Sujet: Re: Opération sauvetage. (Jacdam) ( le Ven 27 Nov 2020 - 22:26 )



Tranquillement dans sa cuisine à préparer le repas, Adam avait d’abord simplement posé ses mains sur le plan de travail en sentant les secousses. Il espérait qu’elles passeraient aussi rapidement que les dernières. Le Vesuve était capricieux ces derniers temps, une chose qui n’aidait pas la nature déjà anxieuse du brun. Alors il inspira longuement en attendant simplement que ça se calme, ça calant fixement sur ses jambes pour ne pas tomber. Mais il réalisa bien vite que c’était différent. C’est avec une puissance particulière que les dernières secousses faisaient trembler le sol de Naples... Et celui de son appartement. La vaisselle tombant au sol retentit en même temps que les aboiements de son fidèle compagnon à quatre pattes. Le pauvre animal semblait aussi stressé que son maître. Ne voulant pas se blesser avec des éclats de verre, Adam abandonna rapidement son poste et alla se refugier dans la pièce lui semblant la plus sûre : la chambre à coucher. Les livres tombèrent de la bibliothèque, les cadres se décrochèrent des murs mais aucun meuble ne se renversa. Les minutes passèrent et le calme revint comme si rien ne s’était passé. Plus de peur que de mal. Adam allait bien et à part son cœur battant plus vite que lorsque la course illégale de sa sœur sur l’asphalte, il était en un seul morceau. Son berger Allemand aboyant toujours en direction de la fenêtre, le brun le caressa doucement pour le calmer. Et se remettant doucement de ses émotions, les pensées de l’ainé se dirigèrent vers sa fratrie. Il devait s’assurer que tout le monde était sain et sauf. Il attrapa alors son portable pour envoyer un message à chaque membre de sa famille. Ebba fut la plus rapide à répondre, ce qui ne l’étonna pas. Ce qui le surprit cependant : ce fut le contenue des sms. Des mots qui ne ressemblaient pas à ceux de sa sœur et Adam réalisa bien rapidement qu’elle n’était pas celle tapotant sur le clavier de son téléphone. Serrant les dents face à de tels propos, il ne prit même pas la peine de répondre et contacta directement Jack. A croire que les deux hommes eurent la même idée puisque son téléphone vibra alors qu’il cherchait le numéro du médecin légiste dans son répertoire. Ni une ni deux, c’était décidé : ils allaient chercher Ebba.

A peine dans la voiture que Jack partagea ses craintes : les mêmes qu’Adam bien entendu. « Fonce » Il avait eu un entrainement avec sa sœur et pour tout dire, ça en valait la peine. Le trajet permis à Jack et Adam de penser à un plan. Le Jacobsen se ferait passer pour l’assistant du docteur. Ils n’avaient pas mieux et le temps pressait trop pour trouver une meilleure solution. Ils avaient échangé les SMS reçus un peu plus tôt et les mêmes idées devaient tourner dans leur tête.

Entrant dans l’enceinte de la prison, Adam regarda le chaos autour de lui. Tout le monde semblait courir partout sans savoir quoi faire. Eux savaient parfaitement où aller : le bureau d’Ebba. Ils se retrouvèrent rapidement devant la porte fermée. Le brun se mordit nerveusement la lève inferieure et leva les yeux vers les ventilations en entendant l’idée de celui qui était son beau-frère. « On va rester coincés » Ils n’avaient pas le gabarit non, même si l’idée semblait alléchante. Le garde les regardait avec des yeux de poisson sortit de son bocal. L’idée que sa sœur puisse être derrière cette porte avec un homme dangereux lui fit perdre le peu de patience qu’il gardait jusqu’ici. Adam ne connaissait pas le protocole à utiliser dans ce genre de situation mais l’inactivité des gardes le mettaient simplement hors de lui. « Jack. Aide-moi » Et sans attendre il poussa l’homme sur le côté pour commencer à donner des coups dans la porte. Il savai pertinemment que parler à un prisonnier ne servait plus à rien. Alors il comptait bien faire céder cette foutue porte.


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




What doesn't kill you makes you stronger



Revenir en haut Aller en bas
Ebba JacobsenToujours frais après un litre de café
Ebba Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5073-une-vie-trop-tranquille-est-u https://www.ciao-vecchio.com/t5112-pour-gagner-il-faut-risquer-de-perdre
Faceclaim : Katheryn Winnick © CRÉPUSCULE.. (avatar) + crack in time (sign) / heartkiwi & Ingrid (crackships)
Messages : 1607 - Points : 3046
Opération sauvetage. (Jacdam) 3314400630_1_13_OxoYOrej
Âge : Née en Norvège (Trondheim) le 1er mars 1979. 41 ans à bruler mes ailes à l'adrénaline de l'ivresse de la vitesse.
Métier : Psychologue à la prison de Poggioreale. / Occasionnellement pilote dans des courses illégales de quoi bien arrondir les fins de mois.
Opération sauvetage. (Jacdam) Empty
Sujet: Re: Opération sauvetage. (Jacdam) ( le Dim 13 Déc 2020 - 10:06 )

Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.


Jack & Adam & Ebba
Me voilà seule face à un prisonnier déchaîné, avec en lui toute la rage du monde parce que son appel a été rejeté. Bon j'en suis un peu responsable vu le rapport que j'ai fais, mais mon envie n'est pas le seul à entrer en jeu dans la décision finale. Son comportement journalier est aussi étudié, comme ses réactions face aux autres prisonniers. Et il n'est pas à la hauteur d'une libération, on le sait tous. Mais lui n'écoute rien et enrage contre cette décision qui lui semble injuste. En tous cas me voilà dans une délicate position. Je réussis à envoyer des SMS à Adam et à Jack mais la situation se retourne contre moi et voilà que monsieur Lewis en profite. Je sais qu'il peut devenir vicieux dans sa façon d'être, je vais devoir jouer la prudence. La pièce contient des objets qui pourraient me servir en cas de besoin mais ils peuvent aussi se retourner contre moi entre ses mains. Je sais me défendre mais un mec en colère et au bord de la connerie devient une bombe à retardement. Mes mots ne le calment pas, au contraire ils le rendent plus instable. Et il s'amuse à jouer mon rôle cherchant qu'une chose me déstabiliser. Les situations de crise ou d'urgence on apprend à les gérer, mais on sait qu'une situation peut vite basculer et que tous les scénarios peuvent être mis en place. Je dois rester maître de mon esprit et surtout ne pas paniquer. Mais ce con finit par avoir le dessus sur moi et je finis attaché sur une chaise. Et il joue de son avantage, tout en s'amusant avec mon téléphone portable. Il doit se demander qui appeler dans mes contacts pour obtenir plus d'attention et voir une révision de son appel. Car je reste ferme sur ce point là, ce n'est pas ma prise en otage qui arrangera son cas. Au contraire cela va l'enfoncer d'avantage. Mais il n'a rien à perdre, même sa vie ne semble pas compter à cet instant. Il est juste une bête acculée qui veut sortir de cet enfer. Et qui s'y prend très mal. Et bien entendu le tremblement de terre lui a donné l'occasion parfaite pour essayer d'arriver à ses fins. Je me doute que derrière la porte close la sécurité fait de son mieux pour trouver des solutions. Mais vu la situation générale tout la prison est un vrai bordel à gérer. Et je ne suis qu'une goutte d'eau dans le merdier.

C'est là que je me rends compte que mon téléphone est allumé, et je cherche à voir qui il a pu par mégarde appeler. Quelqu'un qui pourrait entendre toute la conversation. Qui pourrait bien flipper à mort sans pouvoir rien faire. Je pense directement à Moira et petit Tom. Ou même mes gosses. Je verrouille mon portable mais le fait qu'il me l'ait pris alors que je m'en servais il a maintenant toute liberté dessus. Et cela m'affole car j'imagine la panique d'un des jumeau ou même de mes enfants s'ils entendent cet échange. « Vous croyez qu'ils vont céder à vos demandes si vous me brutalisez. » Parce que vu son regard et ses mots je me doute de ses idées lubriques. S'il pense qu'il va se taper sa psy il se met le doigt dans l’œil. Il pourra me frapper à mort, je ne céderais pas de ce côté là, ou du moins je ne lui faciliterais pas la tâche. « Je sais que tu apprécierais de sentir un vrai mec entre tes cuisses. Un vrai mec pas un de pacotille. » Il passe sa main sur sa virilité alors que l'autre vient se poser entre mes cuisses, remontant dangereusement. Mais je ne peux serrer mes jambes vu qu'il les bloque par sa position avec les siennes. « Parce que tu crois que se sont de vrais mecs qui abusent des femmes sans leurs consentements. Perso moi je ne vois que des impuissants dans ce genre de comportement. » Et boum sa main se lève de mes cuisses pour venir se loger une nouvelle fois dans ma mâchoire. Mes dents en claquent. « C'est ce que je dis. Des impuissants. Frapper une femme alors qu'elle est attachée pour vous c'est une symbole de puissance masculine. Bravo et après ça vous voulez qu'il vous lâche dans la nature. » Le coup a fait mal mais je me retiens de verser une larme. Là c'est plus La Louve que Ebba qui fait surface. Celle qui a la rage de vaincre les mecs. Et puis j'entends des coups contre la porte. Il se lève direct et j'accroche son pied avec ma jambe ce qui le fait tomber. « Putain Ebba tu fais chier. Et je vais te buter sale conne. » « Vas y tu attends quoi ? Comme ça tu te fermeras toute porte de sortie. Tue moi et tu es un homme mort tu le sais. Tu ne sortiras pas vivant de cette pièce si tu fais cette connerie. » Si j'avais gardé le vouvoiement jusqu'à présent, j'use de tutoiement pour l'impacter plus. Et bien sur je reçois en retour deux bons coups de poing si violents que ma chaise bascule. Peut être ma chance de me détacher. En attendant les coups continuent sur la porte. « Arrêtez je vais la tuer je vous dis. »


vmicorum.


“ La nouvelle année vient d'ouvrir son livre et elle avec de futurs chapitres à écrire.”
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot- https://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston @SUMMERS. & ©hearthkiwi
Messages : 899 - Points : 2414
Opération sauvetage. (Jacdam) P7vd
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
Opération sauvetage. (Jacdam) Empty
Sujet: Re: Opération sauvetage. (Jacdam) ( le Mer 23 Déc 2020 - 18:54 )


Jack avait respecté le code de la route, mais il n’avait pas hésité à appuyer sur l’accélérateur pour s’assurer qu’ils allaient être là le plus rapidement possible. Il était terrorisé à l’idée de la perdre. La même folie qui s’était emparée de lui à la mort de Mia reprenait possession de son corps et il ne faisait rien pour arrêter cette furie. Il allait faire payer à cet homme. Il allait lui faire avaler toutes ses dents et les refaire ressortir de son estomac pour les lui faire avaler à nouveau.

Devant la porte, Jack regarda avec rage les gens qui tentaient de faire quelque chose. Ce n’était pas suffisant aux yeux du docteur. Alors, il tentait de trouver une solution. Ils le devaient. “Ou pas !” Grogna-t-il. “En attendant, je propose quelque chose au moins.” Les dents serrées, les mots sortaient difficilement et pourtant, il savait qu’Adam avait raison. Jack était juste aveuglé par la colère.

Soudain, le frère d’Ebba prit l’initiative de pousser les gardes et de commencer lui-même à défoncer cette fichue porte qui les séparait de la psychologue. Et étant donné qu’ils n’avaient pas d’autres solutions, Jack n’hésita pas longtemps et se joignit à lui. Les bruits de lutte à l’intérieur terrifie un peu plus le docteur qui redouble d’ardeurs. Le verrou sauta. Sa Dulcinée était à terre. Le prisonnier qui la dominait.

“You fecking son of a bitch !” Il n’attendit pas une quelconque réponse, la seconde d’après : il l’avait plaqué au sol et ses poings s’abattaient sur son visage dans une cadence effrénée tandis que de rage il grognait. “Je vais te tuer connard ! Tu vas tellement payer !”

Et il ne s’arrêtait pas. Il ne pouvait pas. On avait touché et fait du mal à la femme qu’il aime. En le voyant essayer de parler : il redoubla d’efforts. Son costume commençait à être éclaboussé de sang. Ses poings également. Il ignora la douleur. Il ignora le sentiment de culpabilité qui montait en lui : il ne se concentrait que sur cette rage qui le possédait.


Would it be a sin, if I can't help falling in love with you? Elvis Presley ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Adam JacobsenToujours frais après un litre de café
Adam Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5989-i-know-i-ve-grown-but-i-can-t https://www.ciao-vecchio.com/t6028-adam-s-notebook#191030
Faceclaim : Hugh Dancy @Ealitya (merci Sandrine <3)
Messages : 851 - Points : 1204
Opération sauvetage. (Jacdam) C810b83584016e47716c0538727b746c1599ee45
Âge : 43 ans (27 nov)
Métier : Anciennement dans l'humanitaire, il tente de se reconstruire. Il peint mais travaille surtout au refuge pour animaux..
Opération sauvetage. (Jacdam) Empty
Sujet: Re: Opération sauvetage. (Jacdam) ( le Dim 3 Jan 2021 - 14:56 )



L’angoisse était palpable. Les deux hommes regardaient avec colère le garde qui ne bougeait pas de sa place. Il semblait attendre les ordres d’un supérieur, ou qu’on lui rappelle les procédures à suivre pour ce genre de situation. N’étaient-ils pas entraînés ? N’avaient-ils pas des formations pour savoir quoi faire en situation de crise ? La prison entière était dans le chaos et Ebba semblait n’être qu’un cas parmi tant d’autre. Peut-être qu’ils avaient plus important à gérer mais Adam était incapable d’attendre sagement, son imagination fertile lui donnait des visions dans lesquelles il ne voulait pas se plonger. Sa sœur était derrière cette porte avec un criminel hors de lui. Dieu sait ce que cet homme avait en tête. Ou si justement, Adam en avait une idée assez précise. Idée que Jack devait partager, même s’ils n’en avaient pas parlé à haute voix.  Ebba était une femme forte, le brun n’avait aucun doute là-dessus. Mais il connaissait aussi la noirceur de la nature humaine, il l’avait bien trop vu au Congo. De nature pourtant diplomatique, le Jacobsen ne pensa même pas à cette option. Il était bien trop impliqué pour pouvoir discuter tranquillement afin de calmer le prisonnier. Même si dans ce cas, la prisonnière : c’était Ebba. Cette pensée rajouta une dose d’angoisse à Adam qui commença simplement à donner des coups sur la porte. Tant pis si le garde désapprouvait. Et bien rapidement, Jack l’imita. La porte céda sous l’ardeur des deux hommes désespérés. La vision ne fut pas meilleure que dans l’imagination d’Adam, et son cœur de grand frère se serra alors que Jack s’attaqua directement à l’homme.

L’agresseur était entre de bonnes mains, ou plutôt sous les poings du médecin légiste.  Adam pouvait s’occuper de sa sœur sans se soucier que l’homme ne leur saute dessus. Il se coupa du reste de la scène, se concentra sur l’état d’Ebba et des liens qui entravaient sa liberté. « Il t’a touché ? » Il voyait bien les marques sur son visage, mais il ne parlait pas vraiment de ça.  « Tu vas bien ? Tu as mal quelque part ? » Les questions fusent, prouvant son anxiété grandissante devant les blessures de sa petite sœur.  Toute cette situation le renvoyait à des souvenirs dans lesquels il ne pouvait pas retomber. Adam connaissait bien cette sensation et il était hors de question qu’il se laisse happer par la noirceur du passé. Surtout pas maintenant. Le plus important c’était sa sœur. Rien ne pouvait détourner son attention des poignets finalement libres de sa cadette. Alors s’en attendre, il l’aida à se relever et prit quelques secondes pour la serrer contre lui. Peut-être que ce n’était pas le moment ni la priorité, mais il en ressentait le besoin. Il avait eu peur, bien trop peur de la perdre. Les sms lubriques de l’homme se trouvant maintenant au sol avaient réveillés quelque chose en lui. Un instinct qu’il ne pouvait pas vraiment expliquer. Et voilà où ça l’avait amené : dans ce bureau, avec Jack. Et bien qu’Adam ait toujours été contre la violence, il eu envie que le médecin en termine avec le prisonnier qui subissait ses coups. L’idée que cet homme puisse survivre après avoir menacé sa cadette était intolérable. Mais les gardes parurent enfin se réveiller et entrèrent dans la pièce.


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




What doesn't kill you makes you stronger



Revenir en haut Aller en bas
Tommaso LazzariToujours frais après un litre de café
Tommaso Lazzari
http://www.ciao-vecchio.com/t7755-tommaso-lazzari http://www.ciao-vecchio.com/t7823-tommaso-o-31-ans-o-barman
Faceclaim : Nicolas Simoes. ☆ Eledhwen (Avatar).
Messages : 131 - Points : 112
Opération sauvetage. (Jacdam) Tumblr15
Âge : Il est venu au monde le 27 novembre 1988. ☆ Il a 31 ans.
Métier : Il est barman au G.C.B au n° 21 de la rue Giuseppe F.
Opération sauvetage. (Jacdam) Empty
Sujet: Re: Opération sauvetage. (Jacdam) ( le Mer 6 Jan 2021 - 2:59 )
Il a l'impression de devoir se répéter un nombre incalculable de fois en l'espace de quelques instants seulement et auprès de plusieurs personnes avant que quelqu'un daigne donner l'ordre aux abrutis qui sont devant lui de stopper toutes gesticulations en vue de l'empêcher de se rendre autre part dans la prison que cet accueil. Si ces derniers n'avaient pas d'armes et ne bossaient pas dans cet endroit il se serait fait une joie de faire un commentaire digne de l'enfant de trente et un ans qu'il est.

En suivant cet homme dans les couloirs, Tommaso a presque l'impression de faire une visite en vue de la location prochaine d'un nouveau logement bien que là, il ne se trouve pas dans l'un de ses charmants immeubles dans le centre de Naples refermant un tas d'appartements cosy et fonctionnels mais dans une prison comprenant un tas de minuscules logement très froid et ne comprenant que le strict minimum. Maintenant que son frère n'est plus là pour se servir de son badge lorsqu'il a des ennuis, Tommaso se dit qu'il est possible que d'ici pas longtemps et à cause des combats de rue, de ses problèmes dargent avec des dealers et sa conduite au volant, il se retrouve dans cet endroit. Mais au moins en bossant ici,  il sera le voisin en quelque sorte d'Ebba et qu'ainsi il aura peut être le loisir de manger et boire des trucs qui ne sortent pas tout droit de la cuisine d'ici qui doit très certainement se trouver au sous sol avec les souris et les rats.

Il se stoppe net lorsqu'en entrant dans le bureau, il voit Jack en train de s'en prendre sauvagement à cet homme dont appartient très certainement  la voix grave et agressive qu'il a eu la chance d'entendre au cours de cet appel de quelques minutes qu'il ne semblait pas avoir fait exprès de déclencher tout a l'heure. Puis il voit Adam en train de serrer Ebba dans ses bras. Son regard inquiet et même légèrement perdu parce qu'il ne se rend pas totalement compte encore de qu'il a bien pu se passer ici, croise le sien un court instant avant qu'il ne prenne la décision de s'interposer entre Jack et cet homme. « Jack, stop .. Arrête  toi ! Arrête .. » Heureusement avec l'aide des gardes, il est possible de les séparer assez rapidement et Tommaso ne relâche vraiment son emprise du médecin qu'une fois qu'ils sont à quelques mètres de l'autre. « Je crois qu'il a compris le message, calme toi ! » Il reste devant et les bras tendus vers lui dans l'idée de faire barrage de son corps si Jack a envie de lui régler de nouveau son compte en se servant de ses poings. « Ça ne l'aide pas ce que tu fais ! Va la prendre dans tes bras plutôt .. » Il lui dit ça d'une voix plus calme et douce avant de se reculer légèrement de sorte qu'il puisse la rejoindre.

Puis il les observe un instant de loin même s'il sait d'avancer que son palpitant ne descendra d'un cran et que ce noeud dans l'estomac ne s'en ira que lorsqu'Ebba lui adressa un nouveau regard, un mot ou viendra lui voler un câlin..

Spoiler:
 


« en construction. »
Revenir en haut Aller en bas
Ebba JacobsenToujours frais après un litre de café
Ebba Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5073-une-vie-trop-tranquille-est-u https://www.ciao-vecchio.com/t5112-pour-gagner-il-faut-risquer-de-perdre
Faceclaim : Katheryn Winnick © CRÉPUSCULE.. (avatar) + crack in time (sign) / heartkiwi & Ingrid (crackships)
Messages : 1607 - Points : 3046
Opération sauvetage. (Jacdam) 3314400630_1_13_OxoYOrej
Âge : Née en Norvège (Trondheim) le 1er mars 1979. 41 ans à bruler mes ailes à l'adrénaline de l'ivresse de la vitesse.
Métier : Psychologue à la prison de Poggioreale. / Occasionnellement pilote dans des courses illégales de quoi bien arrondir les fins de mois.
Opération sauvetage. (Jacdam) Empty
Sujet: Re: Opération sauvetage. (Jacdam) ( le Sam 9 Jan 2021 - 11:57 )

Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.



Jack, Adam, Tom & Ebba
Au sol sonnée par les coups de que je viens de recevoir, la mâchoire en vrac. J'essaie de réfléchir. Agir vite c'est ce que je dois faire, car la tension est palpable dans la pièce et les coups portés contre la porte n'arrangent rien. Lewis est en rogne et je sais qu'à tout moment tout peut basculer dans l'horreur. J'en ai eu un aperçu entre ses mots, ses gestes, ses coups. Et tout peut devenir pire. Le faire craquer en jouant sur ses points sensibles, me servir de son dossier que je connais pour le faire flancher. Pour le rendre vulnérable, même si là il semble prêt à tout, même à une connerie. Il n'a plus rien à perdre et je ne suis qu'un pion qu'il compte abuser. Qu'importe la suite. Au sol attachée à la chaise, j'essaie de m'en libérer. Certains mouvements me font mal, il n'y est pas allé avec le dos de la cuillère, mais je ne lui montre pas à quel point il m'a atteint, à quel point j'ai peur. Parce que oui je flippe, je sais de quoi il est capable et je sais comment tout pourrait se finir. Le viol, la mort, dans sa tête le prisonnier doit trancher entre les deux solutions. Ses envies contenues et qui lui sont offertes sur un plateau d'argent. Même si je me battrais jusqu'au bout. Même si je prie pour que la porte céder et que les gardes viennent le maîtriser. Il hurle sa rage, son envie de me tuer. Je la vois dans le regard qu'il pose sur moi. Tout ne tient plus qu'à un fil. Et encore plus quand ses mains se posent sur moi, touchant sans ménagement mes formes, se serrant autour de mon cou à me couper le souffle, maltraitant ma poitrine, déchirant mon chemisier. Et mes liens qui ne veulent pas lâcher. Et la porte qui résiste. Et mes chances qui diminuent. La Louve ne peut pas finir au sol, salie par un connard qui mérité son sort. Non. Et là la porte s'ouvre alors qu'un voile s'étire sur mes yeux, créé par la manque de souffle.

Et tout va très vite. Trop vite. Je m'attendais à voir les gardes, mais c'est Jack tel un fou furieux qui bondit sur le prisonnier et le plaque au sol. D'un l'air revient dans ma poitrine. Cela me brûle presque la gorge. Je tousse. Je vois le mouvement du bras de mon compagnon, je devine les coups, violents, sans répit. Et je veux parler mais aucun son ne sort. Et puis mes yeux trouvent ceux d'Adam. Je vois son inquiétude et ses questionnements. Je fais non de la tête, quand il me demande s'il m'a touché, vu mon état il va deviner qu'il a commencé, mais ils sont arrivés à temps. Quoi que j'aurais fini plus étranglée que violée. Ou alors il cherchait à me faire perdre connaissance pour abuser de moi ensuite. Non je ne vais pas bien et oui j'ai mal partout, et pas qu'à cause des coups. « Ça  ..  va. » Mensonge prononcé avec difficulté alors que des larmes coulent de mes yeux. Alors que je vois Jack en train de massacrer un homme. Même si je comprends sa fureur. « Arrête  .. le .. » J'essaie de me relever mais c'est difficile. Le haut de mon corps n'est que douleur. Adam m'aide avant de me serrer contre lui. Je grimace, même si le contact est rassurant il est douloureux. Mais je veux aller vers Jack, l'empêcher de faire une connerie. C'est là que je vois petit Tom. Surprise, fébrile, à croire que tous les hommes de ma vie se sont donnés rendez vous pour me sauver. Avec l'aide d'un garde il arrête Jack, ce qui me soulage. Je vois le sang sur lui et ça me fait peur. Lewis mérite la mort oui, mais pas donné par Jack. Je ne veux pas lui infliger ça. Le geste de Tom me serre le cœur quand je le vois se mettre entre le prisonnier et l'homme que j'aime. Mes yeux rencontrent ceux de mon petit frère. « Merci. » Je murmure un merci à peine audible pour ce qu'il vient de faire mais aussi pour Adam, pour Jack.

Et je tombe dans les bras de Jack, grimaçant à nouveau sous la douleur, quand ses bras m'enlacent. Sans lâcher Adam pour autant. Tendant mon autre main vers Tom. Je les veux tous les trois contre moi. J'ai besoin de les sentir tout prés. Les gardes s'occupent du prisonnier, sérieusement amoché, mais lucide. « Je me vengerais. Je te jure salope que tu ne l'emporteras pas au paradis. Je t'aurais. Ici ou dehors. Mes mains autour de ton cou alors que je te fourrerais de ma queue. C'est ce qui t'attends. » Les gardes essaient de le faire taire et de le maintenir mais il est déchaîné. Il se débat, pourtant il a le visage en sang, il devrait être sonné, mais c'est tout le contraire. D'un coup il échappe aux gardes et chope une arme nous mettant tous les quatre en joue. Je pousse Jack sur le côté, tenant mes frères par la main et je fixe monsieur Lewis. « Tu n'oseras. Tu n'as pas les couilles pour ça. Si tu les avais eu tu serais allé jusqu'au bout et tu aurais pris ce que tu voulais prendre. » Je regarde mes frères et Jack, leurs faisant comprendre de ne pas bouger, que je sais ce que je fais. Même si ça semble fou et que je suis morte de trouille. « Vas y tire. » Des gardes arrivent par derrière, lui intiment de jeter son arme. Il avance vers nous. Je ne bouge pas, mes jambes tremblent mais je lui fais face. Dernier sursaut d'adrénaline. Nouvel ordre de déposer l'arme. Et au moment ou Lewis va pour tirer, un coup part, résonnant dans la pièce. Et il tombe au sol. Un des gardes à tirer direct dans la tête. Et moi je m'écroule tremblante dans les bras de Jack, Adam et Tom. Je les serre contre moi. « J'ai eu .. si peur .. » Aveux sincère. Puis les secours arrivent, disant que l'on va m'évacuer à l'hôpital. Il semble que j'ai des côtes fêlées. Et vu l'état de mon visage ils veulent vérifier qu'il n'y ait pas de traumatisme crânien. « Vous venez .. avec moi ? Tous les .. trois ? » Pas question de les lâcher. Pas après ce qu'il vient de se passer. J'ai besoin d'eux plus que jamais.


vmicorum.


“ La nouvelle année vient d'ouvrir son livre et elle avec de futurs chapitres à écrire.”
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot- https://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston @SUMMERS. & ©hearthkiwi
Messages : 899 - Points : 2414
Opération sauvetage. (Jacdam) P7vd
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
Opération sauvetage. (Jacdam) Empty
Sujet: Re: Opération sauvetage. (Jacdam) ( le Jeu 14 Jan 2021 - 22:23 )
Jack ne pouvait pas se contrôler. Il n’y arrivait pas. C’était hors de sa capacité. Ce n’était pas le moment de toucher à une personne qu’il aime. Quand il était parti à Chicago, qu’il avait retrouvé le meurtrier de sa fille : le docteur avait trouvé dans une cœur une rage sans nom. Il ne se serait jamais cru un jour capable de tuer un homme ou bien de refaire le portrait d’un homme. En perdant Mia, il semblerait que Jack avait perdu bien plus que sa fille. Il avait perdu la raison. Ebba, les orphelins l’aidaient à tenir à flots ainsi que Terrence. Pourtant, ils ne pouvaient rien faire contre cette colère qui faisait des ravages. Alors, ses poings s’abattaient dans une cadence effrénée. Presque parfaite même. Marcello lui avait appris quelques coups. Le docteur avait fait le serment d’Hippocrates, il pouvait donc soigner ou plutôt le devait, mais il savait également exactement où frapper pour faire des dégâts qui même guérit : seraient douloureux. Ces connaissances, il allait les mettre à profit pour cet enfoiré qui avait osé toucher à Ebba.

Pendant que Jack refaisait le portait du prisonnier, il savait qu’Adam s’occuperait de sa soeur. Aucun doute que son état psychologique allait être catastrophique. Il aurait probablement dû s’enquérir d’Ebba. Il était bien trop aveuglé pour cela. L’homme qui subissait ses coups ne devaient son salut qu’à arriver de Tom et à un garde qui arrivent à le tirer hors de cette fureur macabre. Pourtant, Jack ne peut pas s’empêcher de continuer et de bouger ses bras. Le deuxième frère d’Ebba fit bien plus que l’arrêter : il s’interposa entre eux.

“Je vais le tuer.” Oui, il n’hésitait pas à le menacer. Il n’avait pas peur des répercussions. Cependant, il doit se calmer quand il reçoit dans ses bras-le-corps d’Ebba. Alors, ses bras se refermèrent automatiquement autour d’elle pour la protéger. Il était là. Elle était en sécurité. En l’entendant parler, ses poings se fermèrent. Ses phalanges craquèrent en même temps et son regard ne laissait aucun doute sur ses intentions si jamais Ebba le libérait. En voyant l’arme, Jack regarda les gardes d'un air exaspéré. Incompétents. Pensa-t-il. Il n’a pas le temps de se mettre entre sa douce et ce connard. Elle tente de le raisonner : “Ne perds pas ton temps.” Grommela-t-il. Son regard passait du prisonnier à ses geôliers qui restaient là, à ne rien faire. Il ne supporta pas le regard de sa belle sur lui. Si Ebba s’attendait à ce qu’il reste les bras croisés, elle ne le connaissait pas !

En entendant le coup, son premier réflexe est de tirer sa petite-amie contre lui pour la protéger de son corps. Il n’y pas de douleurs. Jack releva la tête, il regarda autour : “Ah bah c’est pas trop tôt !” Il se retenait de ne pas hurler sa colère face à l’incompétence des gardes. Jack prit sur lui pour se calmer presque immédiatement et se décala légèrement pour regarder les blessures d’Ebba. Les secours arrivèrent enfin. Il n’hésita pas et se présenta. Il confirma que des tests à l’hôpital étaient nécessaires.

“Ne t’en fais pas, je vais appeler mes collègues : ils vont prendre soin de toi.” Il embrassa ses cheveux : “Et évidemment qu’on va rester avec toi. On ne bouge pas.” Jack l’aida à monter sur la civière : “Repose toi d’accord ? Tu es en sécurité maintenant.” Il laissa les secours partirent devant. Il suivit et se tourna vers Adam, puis vers Tomas : “Est-ce que l’un d’entre vous veux monter avec les ambulanciers ? Je vais conduire la voiture derrière."


Would it be a sin, if I can't help falling in love with you? Elvis Presley ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Opération sauvetage. (Jacdam) Empty
Sujet: Re: Opération sauvetage. (Jacdam) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Opération sauvetage. (Jacdam) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers :: Prison de Poggioreale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut