Revenir en haut
Aller en bas

-33%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC XIAOMI – 24″ – MI MONITOR 1C
99.99 € 149.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -72%
Cdiscount à Volonté à 8€ au ...
Voir le deal
8 €

 

- [terminé] Ramer dans le vide / Tian -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta :: École Leonardo da Vinci
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Tag (vava) & Lay (crackships)
Messages : 533 - Points : 1370
[terminé] Ramer dans le vide  / Tian  - Page 2 Tenor
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Ramer dans le vide  / Tian  - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Ramer dans le vide / Tian ( le Dim 15 Nov 2020 - 11:45 )


Tian & Francesco
Francesco il voit toute l'ampleur des dégâts que son comportement à occasionner chez Tian. Il le sent perdu, sans réellement saisir toute la profondeur de sa perdition. Le coup est dur pour l'aîné parce que jusqu'à présent il n'avait fait qu'effleurer la surface de cette situation. Il se doutait que la blessure était vivace, mais ne pensait pas que c'était à ce point. Ou alors il se voilait la face par peur de trop souffrir. Alors qu'après tout c'est le juste retour des choses qu'il endure ce qu'il a fait endurer à ce qui ont été les dommages collatéraux de cette histoire sordide. Il parle avec son cœur à son petit frère. Il sait que les mots n'apaiseront pas ses maux dans la seconde, mais il veut qu'il sache qu'il est prêt à faire des efforts. A réparer la faute. Même si encore il n'a pas toutes les pièces du puzzle pour que les vies gâchées reviennent à la normale. Mais il y aurait-il une normalité après toute la douleur endurée ? Après ses années de fuite comme s'il s'était fichu de faire souffrir ? Après ses silences ? Il aurait pu essayer de réparer avant. Il se doutait que Tian aurait besoin de temps pour digérer. Même si la gravité de la bataille lui éclate là comme une bombe en pleine gueule. Et son cœur pleure de tant de déchirures. Mais est ce que le réel malaise de son frère vient seulement de lui ? Ou c'est juste une pierre ajoutée dans le vase de sa vie déjà bien plein ? Et en s'éloignant il n'a rien vu venir. Il est passé à côté de l'essentiel et là tout lui retombe sur le coin de la gueule. Mais il est impuissant. Parce que le jeune Grimaldi met une barrière face à lui, et même si il la laisse un peu se baisser, pour la franchir faudra que Francesco use de toute ses forces. De tout son amour. « Arrête de te dévaloriser Tian. Tu as ta force à toi. Crois moi. Tu n'en as juste pas conscience. » A cet instant et face à ses mots il sent le plus jeune au bord du gouffre. Et il se sent coupable de lui imposer d'avantage. Comment a t-il pu l'abîmer de la sorte ? Lui le grand frère protecteur, lui qui a failli à son rôle.

Et les livres s'empilent comme le poids de sa faute. Ironie du sort qui se fait sentir sur ses bras et dans son cœur au même moment. Il ébauche une idée de bosser ensemble mais Francesco se ravise vite quand il sent la tension venir caresser l'instant. Oui il vaut mieux que Tian fasse ce qu'il aime, qu'ils restent des frères, sans y mêler un partenariat professionnel. Même si cela pourrait contenter leurs parents. Et puis c'est assez électrique entre eux. Autant d'abord apaiser les tensions avant de faire des projets et vouloir tout précipiter. Il se dit qu'il est quand même maladroit, même s'il passe sur un autre sujet. Il est tellement fébrile qu'au final il flippe de faire une gaffe. Il flippe de rendre cette situation plus instable. Et il ne veut pas basculer un peu plus dans le côté obscur de la force. Son frère lui manque, cruellement, atrocement. Un vide se creuse dans son cœur déjà bien mis à l'épreuve par sa propre connerie. Mais il se doit d'être honnête avec Tian. Même si au fond de lui, le Grimaldi tremble, ayant peur des secousses que ses aveux vont engendrer. Son frère risque d'y rebondir dessus et de douter un peu plus de l'homme qu'il est. De vouloir mettre un frein dans le geste de son aîné. Tant pis il tente. Il a déjà tout perdu. Mais ses mots déstabilisent un peu plus Tian, le perdant d'avantage dans le merdier que Francesco a mis en place. « Je ne sais pas Tian si j'assume. La revoir m'a perturbé et mon cœur s'est emballé je ne peux nier ce fait. Je l'aime mais je ne suis pas digne en retour de son amour. Pas après ce que je lui ai fais. Est ce que je dois l'assumer ? Lui dire quitte à me faire remballer je l'ignore ? Et je ne me cherche pas des excuses. Je ne sais juste pas comment agir. Je sais ce n'est pas à toi de me trouver la solution. Je suis le seul à pouvoir la trouver pour réparer. » Il se sent paumé mais ce fait ne lui donne pas le droit de paumer un peu plus son frère. C'est le plus jeune il n'a pas à porter ce poids. Pourtant l'aîné a besoin de lui parler, d'aller jusqu'au bout. Pas pour se justifier ou se chercher des excuses. Parce qu'il doit cette honnêteté à celui qui lui a donné il y a des années son entière confiance. Confiance qu'il a brisé comme si elle n'était que du cristal et qui à cet instant semble se répartir en mille éclats sur le sol.

Un instant le silence, aussi tranchant que la lame d'une guillotine. Et Francesco a du mal à déglutir. La peur de perdre Tian définitivement s'écrit dans son cœur en lettre de feu et ça le brûle violemment. Doit-il aller plus loin ? Doit-il se rétracter et fuir ? Laissant son frère là démuni comme un pauvre nouveau né ? Comme la première fois qu'ils l'ont vu quand ils étaient en Corée ? Il a juré ce jour là qu'il prendrait soin de lui. Qu'il tuerait ce qui le ferait souffrir. Et voilà que c'est lui qui lui inflige sa plus grande souffrance. Il a fine allure le grand frère protecteur. Il est bon à jeter aux ordures. Mais il continue, jouant certainement avec le feu et le cœur de son frère. Mais au moins il aura toutes les cartes en main. Et il acceptera son jugement même s'il est définitif et destructif. Et la logique c'est que Tian soit surpris, surprise qui se fait grandissante alors que Francesco avance dans ses aveux. Sa réaction ne se fait pas attendre quand il lui parle de ses deux rencontres avec Luca et de sa façon d'agir, normal que son frère remette en cause son intention de se racheter vu que par deux fois il n'a été qu'un pauvre con avec son ex ami. « Je comprends et c'est sur que je ne fais pas crédible. » Il baisse les yeux, il sent que son frère devient une cocotte minute prête à exploser toute sa vapeur en trop. Et il va se retrouver cramé le Grimaldi. Et la brûlure sera plus du style troisième degré que premier. L'annonce de la grossesse de Serena et du fait qu'à présent il avait un fils, même s'il n'a rien d'un père, fait encore plus de dégâts sur Tian. Il aurait peut être du garder le silence sur certains faits. Attendre un autre moment pour tout dévoiler.

Tian est déçu c'est certain, Francesco par ses actes avait enfoncé un couteau dans son cœur, là il vient d'y ajouter une épée. Il ne sait pas s'il est en colère contre lui ou si c'est juste que tout son monde s'écroule. Ce monde construit autour d'un frère qui au final n'est qu'un salop. « Je n'en ai pas d'excuse pour quand je suis parti. J'ai juste fui Tian » Il voit le désarroi de son frère qui semble d'un coup comme un lion en cage. Percutant tous les mots. L'instant semble irréel et pourtant il est criant de vérité. D'une vérité. Francesco vient de griller la dernière chance de récupérer son frère. En plus il a les mains bloquées alors il ne peut pas le prendre dans ses bras. Remarque le gamin le rejetterait. « Non je ne compte plus partir Tian. Je veux vraiment réparer. Même si là je me sens un peu con, je ne voulais pas t'exposer autant, te rendre si fébrile. Mais je me devais de tout te dire. Sinon tout aurait été faussé. Et si je veux me racheter je me dois de jouer carte sur table avec tout le monde. Ok pour le moment je fais plus de dégâts qu'autre chose. J'avance en terrain miné et là je viens de faire sauter une putain de bombe. Mais il fallait que je te le dise. Si tu ne veux plus me voir après ou si tu penses que je ne mérite pas de me racheter et bien je partirais et tu ne me verras que dans les moments ou on n'aura pas le choix. » Il est vrai que là sur le coup, cela fait beaucoup et logique que Tian soit bousculé, énervé, déconfit, paumé, à deux doigts de péter un câble. « Luca sait. C'est d'ailleurs cette raison qui l'a amené dans mon bureau la première fois. Il a vu Serena avec son fils et elle lui a dit ou il a fait le lien. Je me doute que Nolan le sait aussi. Après pour les parents et Clélia ils ne sont pas au courant Tu es le premier. » Il lève les yeux vers lui alors que son frère s'éloigne comme si marcher un peu pourrait le faire digérer toutes ces informations. « Je voulais te le dire à toi parce que tu as été le plus touché par cette histoire. On c'est éloigné et je ne le supporte plus. Les parents je me fous un peu de leurs réactions. Et Clélia a toujours était plus indulgente avec moi. Tu es le plus impacté par tout ça. C'est normal j'ai mis un sacré coup dans l'image du grand frère protecteur. Je l'ai certainement même terni à vie avec ce que je viens de te dire. Mais au moins tu sais tout. Et je pense que pour pouvoir me racheter je devais commencer par te dire tout cela. » Plus de secret, de non dits, que des vérités même si elles sont douloureuses. Pour partir sur de bonnes bases c'était la seule solution qu'il restait à Francesco. Même si Tian est secoué. « Oui peut être mais ce n'est pas une série, c'est la vérité, une vérité sordide et douloureuse. Mais à présent tu peux juger. Voir si tu peux me laisser une seconde chance. Si je mérite d'avoir encore le titre de grand frère à tes yeux. Bien sur je sais que si c'est oui il faudra du temps. Et je te le laisserais. Je te fais une promesse plus de secrets. Et je vais aussi aller voir Luca et puis Nolan je vais aller m'excuser. Je te promet Tian que je vais tout faire pour me racheter. » Le mal qui avait été fait ne s'effacerait jamais, Francesco en est conscient. Mais il veut construire un avenir meilleur et reprendre sa place au prés de Tian. Et s'il doit y passer des années à ramer pour réparer et bien il y passera des années. En attendant la balle est dans le camp de temps. C'est lui qui détient le destin de leur lien entre ses mains. Francesco sera juste l'exécuteur qui se pliera au bon vouloir de Tian.

vmicorum.


Serena

trouble intense et incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Tian GrimaldiLa jeunesse dorée et éclatante
Tian Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7669-tian-there-s-someone-right-beh http://www.ciao-vecchio.com/t7687-tian-wish-you-were-here
Faceclaim : Byun Baekhyun + myself
Messages : 118 - Points : 438
[terminé] Ramer dans le vide  / Tian  - Page 2 SUg0NgV
Âge : 27 ans
Métier : Bibliothécaire à l'université
[terminé] Ramer dans le vide  / Tian  - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Ramer dans le vide / Tian ( le Lun 30 Nov 2020 - 22:11 )


Tian & Francesco
Tu ne te dévalorisais pas. Tu disais simplement la vérité. T'avais pas de force. Aucune, même. T'étais un mec lambda avec un caractère tout aussi normal – sauf peut-être ton côté rancunier qui était trop élevé par rapport à la norme. Et peut-être tes sarcasmes, aussi, qui étaient parfois trop nombreux par rapport à la norme. Mais à part ça, t'avais rien d'extraordinaire. T'avais rien d'unique. T'étais juste toi. Simplement toi. Tristement toi.
T'aimerais être plus, parfois. T'aimerais être différent. T'aurais voulu avoir le cran nécessaire pour tout dire à Francesco dès le départ. T'aurais voulu avoir le courage pour dire ce que tu pensais vraiment plutôt que de juste subir en silence. T'aurais voulu être plus fort pour te relever à chaque fois que tu tombais plutôt que de rester au sol en attendant que quelqu'un veuille bien t'aider. T'aimerais être différent, parfois. Réagir autrement, penser autrement, faire les choses autrement. Peut-être que si t'étais autrement, t'aurais encore des tas d'ami.e.s. Peut-être que si t'étais pas toi, t'aurais un autre métier, plus grand, avec plus de responsabilités que juste ranger les livres dans les bonnes sections. T'avais beaucoup d'imagination alors tu pouvais imaginer un tas de choses. Tu pouvais t'imaginer un tas de vies.
Et sans doute que dans l'une d'elle, Francesco n'avait pas fauté. « Tu sais pas si t'assumes ?? », que tu t'offusquas, la mine outrée et choquée d'entendre ton frère dire ces mots. « Mais que... », tu clignas des paupières, t'en revenais pas. C'était quoi, ça ? Comment ça devait-il l'assumer ? Devait-il l'ignorer ? « Si tu continues de creuser tu vas toucher le centre de la terre », dis-tu, totalement exaspéré parce que tu venais d'entendre. Il ne se cherchait pas d'excuses mais il t'en sortait toute une flopée. Ca n'avait pas de sens. Rien de ça n'avait du sens. « Bien sûr que tu dois assumer surtout après ce que tu as fait ! Et bien sûr que tu dois lui dire », il vivait dans quel univers, ton frère ? Pas le tien apparemment. « Ta seule peur c'est de te faire remballer ? Après tout ça... t'as seule crainte, c'est ça, de te faire remballer en avouant la vérité, wow », tu haussas quelque peu les sourcils, retenant un soupir avant de finalement le laisser t'échapper.

Tu ne comprenais pas. La situation, Francesco... Tu ne le comprenais pas. Tu comprenais les mots qui sortaient de sa bouche mais t'arrivais pas à les assimiler. Ca te paraissait si ridicule, dans le fond, que t'arrivais pas à croire qu'il venait vraiment de les prononcer. Devait-il assumer, devait-il lui dire... T'avais l'impression de faire face à un ado qui allait avouer son amour pour son crush, c'était totalement ridicule. Il était en âge de savoir qu'il devrait dire les choses plutôt que les cacher. Et c'était normalement pas à toi de le lui dire. Il disait vouloir chercher la solution. Il l'avait... mais ne voulait pas la voir : la vérité. Ou alors il refusait de la voir et c'était encore pire parce que ça voulait dire qu'il était dans le déni – et t'allais sans doute avoir des cheveux blancs avant l'âge avec tout ça. « Pas trop », commentas-tu simplement, un sourcil levé dans un air de défi et un brin blasé. Pas crédible du tout. Si t'étais pas toi t'aurais probablement déjà gueulé. Pas crié, pas hurlé – gueulé. Mais t'étais toi alors tu tentais de rester plus ou moins calme et de ne pas trop hausser avec la voix.

« C'est déjà bien de l'avouer », que tu commentas dans un mouvement d'épaules. Il avait fui, génial. De mieux en mieux. Tu levas même le pouce pour montrer toute ton ironie. Dans un sens tu pouvais comprendre que l'on puisse fuir face à ce genre d'annonces... mais en même temps c'était la conséquence de son acte et plutôt que d'agir comme un adulte et d'assumer dès le début, il avait fui. « Carte sur table avec tout le monde, uh... », avait-il déjà joué le jeu ? Avait-il déjà été totalement honnête avec quelqu'un ou avait-il fui au dernier moment à chaque fois ? Tu te posais réellement la question mais t'étais pas certain d'avoir envie de connaître la réponse. « Tout le monde mérite de se racheter à condition de vraiment le vouloir », et à blâmer l'alcool ou tout autre chose sur son chemin, t'étais pas sûr qu'il en ait réellement envie. Pour le moment t'avais que des mots en face de toi. Que des paroles en l'air, pensées ou non, qui allaient peut-être être oubliées d'ici quelques jours. T'en savais rien. Tu doutais de ton frère, maintenant, et tu trouvais ça horriblement triste d'en arriver là. T'étais quelque peu soulagé que Luca soit au courant. T'aurais pas imaginé ce que ça aurait donné qu'on lui annonce ça. « Tu fais tellement un bon boulot », que tu marmonnas entre tes dents serrées. T'étais injuste, tu le savais, parce qu'il avait toujours réussi à te protéger. Il avait toujours réussi à éloigner ce qui te faisait peur. Ce qu'il n'avait pas prévu, sans doute, était qu'il serait celui qui ferait tout s'effondrer. « T'as pas que mis un coup dans ton image Francesco », que tu dis dans un geste large de la main. « J'ai perdu un ami, le premier depuis longtemps, parce que t'as pas été foutu de réfléchir avec ton cerveau », tu le fixais, les prunelles humides, une colère sourde coulant dans ton sang. « J'ai dû payer tes pots cassés alors que j'avais rien à voir là-dedans. J'ai dû payer ton erreur et j'ai perdu un ami », tu soufflas doucement, détournant le regard dans une fine grimace. C'était pas juste. Rien de tout ça n'était juste. T'avais rien dit quand Luca était parti, tu pouvais rien dire, t'avais rien le droit de dire. Mais ça te tuait quand t'y pensais. Tu récoltais ce que ton frère avait semé, et c'était pas juste. « Comment... Comment je peux encore avoir confiance en toi ? T'as tout cassé », encore une fois, tu ne pouvais pas être sûr qu'il n'allait pas recommencer. Tu lui donnais ton pardon et ensuite quoi ? Il brisait à nouveau ta confiance ? Son image ? Les liens que t'as réussi à tisser ? Il briserait quoi, ensuite ? Il briserait qui ? Toi ? « Règle d'abord tout... tout ce merdier », tu pouvais pas décrire la chose autrement. L'une de tes mains passa rapidement dans tes cheveux alors que tu reniflais discrètement. « Tu resteras toujours mon grand frère », susurras-tu lentement. Il restera toujours ton frère, ta famille. Tu garderas précieusement tous les moments que vous aviez passés ensemble en mémoire. Il était ton frère, pas un inconnu. « Mais... plus celui que j'admirais ou à qui je voulais ressembler », tu levas tes iris vers lui, la voix tremblante, l'image de ce frère brisé à jamais, une seule larme roulant sur ta joue à la pensée de ne plus le revoir. Ce frère-là, celui que t'avais admiré... il n'était plus là. Tu ne savais pas où il était, tu ne savais pas si tu le retrouverais un jour mais ce n'était clairement pas celui que t'avais en face de toi. Tu ne savais pas si le temps allait arranger les choses. Tu ne savais pas si demain tu allais pouvoir pardonner la faute de hier. Tu ne savais rien. Tu savais juste que là, à cet instant, tu ne pouvais pas. « Tu dois le dire à papa et maman, à Clelia. Faut que t'arrêtes de te comporter comme un gosse et que t'assumes tout ce que t'as fait » Il devait le dire à vos parents – parce que t'étais nul pour mentir et que t'allais forcément bafouiller à un moment ou un autre. Et c'était pas à toi de leur dire la vérité mais c'était à Francesco de le faire.
Et aussi étrange que ça puisse sonner, aussi étrange que ça puisse paraître, tu faisais tout ça pour son bien. Tu supposais que rien de bon ne pouvait arriver si l'on construisait sa vie sur des mensonges ou de fausses images. S'il voulait tout reconstruire, il devait commencer par là : s'assurer une base, ses vérités et tout recommencer à partir de là. Et tout reconstruire petit à petit. « Les promesses sont faites pour être brisées », soulignas-tu, la tête légèrement penchée sur le côté, l'esquisse fin et triste. « Alors ne promets rien Francesco. Agis, c'est tout », c'était le meilleur « conseil » que tu puisses lui donner. « Arrête de chouiner sur la vie que tu t'es toi-même créé et assume ce que t'as fait », tes épaules bougèrent quelque peu et tu détournas le regard vers le sol dans un faible soupir. « Tu peux poser l'encyclopédie sur la petite table, elle était bien rangée je voulais juste que tu portes un truc lourd », tu redressas ta moue vers lui avant de tourner les talons. Tu lui montrais l'exemple, en quelque sorte... t'avouais la vérité. « Et les deux derniers livres aussi, ils étaient bien rangés mais ils sont épais donc... » ... sale gosse.

vmicorum.


we had the world at our feet
remember the times, when we were kids just running round, full of hope
Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Tag (vava) & Lay (crackships)
Messages : 533 - Points : 1370
[terminé] Ramer dans le vide  / Tian  - Page 2 Tenor
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Ramer dans le vide  / Tian  - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Ramer dans le vide / Tian ( le Ven 11 Déc 2020 - 17:06 )


Tian & Francesco
Quand Francesco regarde son petit frère Tian, il le voit avec les yeux de l'amour fraternel. Un amour inconditionnel qu'il a ressenti dés la première fois. Cet amour a grandi, même si là il a été trahi en ne pensant pas aux conséquences que son acte allaient éveiller. Pourtant pour lui son petit frère reste un homme fort, un garçon bien, fait de courage et de droiture. Mais il ne semble voir que la surface avec le temps et ses préoccupations minables, il a loupé des épisodes, même des saisons entières de la vie du gamin. Il n'en prend pas conscience, peut être parce que sa trahison a mis de la distance dans leur relation, qu'elle a faussé toute la donne. Peut être parce qu'il ne creuse pas aussi profond qu'il le devrait, alors qu'il se trouve face à lui et qu'il essaie tant bien que mal de remettre le lien de leur fraternité sur les rails. Francesco est d'une certaine manière aveuglé par cet amour qu'il éprouve mais qu'il a perdu l'essentiel de vue depuis des années. Il n'a pas vu le malaise de Tian trop perdu dans sa propre réussite, dans son histoire avec Serena, dans sa fuite. Lui qui se dit le connaître par cœur ne voit pas au delà de cette limite que le gamin s'amuse à fixer juste pour que l'on pense que tout va bien dans sa vie. Et pour recoller les morceaux de leur relation faudra peut être qu'enfin il ose regarder son frère dans les yeux. Qu'il arrête de voir ce qu'il veut voir et ce à quoi il veut croire, mais qu'il voit juste Tian tel qu'il est. Un être perdu qui a besoin qu'on lui tende la main. Un être perdu qui avait juste besoin que son grand frère ne brise pas tout pour une fille. Notamment sa confiance et ses rêves. Mais parfois faut une grande souffrance pour lever le voile que la vie glisse devant les yeux, même les plus ouverts.

Francesco se fait honnête et parle avec son cœur à Tian. Et bien entendu ses hésitations, ses doutes viennent frapper que plus fort Tian, déjà paumé. Et sans hésiter il lui fait part de sa façon de penser. Il met en avant les peurs de son grand frère face au fait qu'il ne semble pas prêt à assumer ses sentiments envers Serena. Et le PDG ne peut que reconnaître qu'il a raison sur toute la ligne. Il se doit de parler à Serena, qu'importe ce qu'elle lui réserve en retour, qu'importe s'il l'envoie valser en lui disant qu'elle en avait plus rien à foutre de lui. Comme quoi au fond le plus jeune est bien plus perspicace que son aîné. « Tu as raison. C'est pitoyable comme comportement. Je parlerais à Serena et arrivera ce qui devra arriver. » Après tout il était parti sans se retourner, il avait en quittant Naples pas du tout pensé à ce qu'elle ressentait et à ce qu'elle allait devenir. Alors là si elle l'envoie sur les roses, lui disant qu'il peut aller se faire voir, ce ne sera que justice et un châtiment bien moins lourd que tout ce qu'il lui a imposé en partant. En tout cas il ne peut ignorer les réactions de son frère, Tian est déçu, dépité. Encore une fois l'aîné des Grimaldi est loin d'être à la hauteur des espérances de son frère. Et il semble que ce ne soit pas fini. Pourtant le poids des livres sur ses bras devrait le ramener à la réalité. Lui faire comprendre qu'il y a des choses avec lesquelles ont ne jouent pas. Et encore moins alors qu'il se trouve face à Tian. Tian qui semble contenir la colère qu'il ressent. Une colère liée à tout un tas d'émotions qui semblent bien voraces. Mais cette fois non plus Francesco n'en saisit pas toute l'ampleur du bordel qu'il fout dans le cœur et la tête du gamin.

Peut être que Francesco n'utilise pas les bons termes, qu'il tourne mal ses phrases. Il est bien plus à son aise quand il doit parler boulot que lorsqu'il doit parler de ce qu'il éprouve. Il se confie essayant d'être le plus honnête. Essayant de ne pas faire plus de dégâts. C'est compliqué parce qu'en même temps qu'il parle il se rend compte que tout ce merdier aurait pu être évité. Et que pour faire table rase, il va devoir se bouger le cul. Les mots ne sont que des mots et ils ont le pouvoir de s'envoler. Ils ne sont pas marqués dans la pierre comme les actes sont marqués dans le cœur. Ils n'ont pas la valeur  des actions. Même s'ils peuvent trancher aussi facilement qu'une lame acérée. Ils sonnent faux quand ils sont prononcés par un idiot qui a fait du grand n'importe quoi avec la confiance des gens qui croyaient en lui. Et il sent bien que même si son frère l'écoute, il garde cette distance qui à cet instant s'agrandit. Il est passé à côté de pas mal de choses au sujet du plus jeune. Mais là il l'observe et décèle la blessure et cela lui bouffe le cœur. Même s'il restait muet Tian ferait passer dans son regard, tout ce qui l'anéantit en écoutant son frère. Triste constat contre lequel Francesco va devoir se battre. « Je veux vraiment me racheter. » Et pour le faire il va devoir se prendre par la main et tout seul aller voir les gens qu'il a blessé. Parler c'est bien mais agir c'est mieux. « Au prés de Luca, de Serena, de Nolan mais surtout au prés de toi. » Parce que son frère lui rappelle bien ce que sa connerie a occasionné, ce que sa trahison a enclenché et la perte qu'elle a offerte à Tian. Lui qui n'avait rien demandé. Lui qui avait toujours vu en son frère un héros. Il a même envie de le prendre dans ses bras quand il lui dit qu'il a tout cassé. Ce qui est vrai. Ce lien magique qui semblait si fort et prêt à résister au passage du temps avait été ébranlé, fissuré, brisé par sa faute. Par sa stupidité. « Je comprends ta colère et le fait que tu ne crois plus en moi. Que tu doutes de mes paroles. Je m'en veux beaucoup de t'avoir fait vivre tout cela. De t'avoir fait perdre un ami. Et d'avoir mis ce fossé entre nous. Cela me pèse beaucoup mais comme tu dis faut que je règle tout d'abord pour ensuite espérer le pardon. » Faut qu'il remette en place l'ordre des choses pour avoir le droit de frôler du bout des doigts, une nouvelle fois la confiance de Tian.

Et les mots que le jeune Grimaldi prononce, lacèrent son cœur d'une souffrance insurmontable. « Je sais, je suis conscient que rien ne sera plus comme avant. Même si je vais garder l'espoir qu'un jour tu retrouves cette image du grand frère que tu avais. » Il faudra du temps et de la patience, des tonnes de patience. Mais Francesco ne renoncera pas. Pas parce qu'il aimerait que son petit frère lui ressemble, mais juste parce qu'il veut lui montrer qu'il sera toujours là pour lui. Même s'il a failli à sa tâche et qu'il a abîmé émotionnellement son petit frère. Il l'aime profondément et de le voir ainsi au bord des larmes ne fait que rendre cet instant plus douloureux. Comme il aimerait pouvoir tout effacer. « Oui je vais leurs en parler aussi. » Et il est prêt à accepter la sentence de ses parents et les conséquences de ses actes. De toute façon s'il veut retrouver un peu de dignité aux yeux des personnes qu'il a déçu, il n'a pas le choix que de tout dévoiler. Les mensonges ont assez duré. Même s'ils les mettre au grand jour n'amènera pas le pardon, mais parler ouvrira des portes. Et encore une fois Tian retourne ses propos. Chat échaudé craint l'eau chaude comme le dit le proverbe. Et il montre bien à Francesco qu'il ne l'aura pas avec ses belles paroles. Qu'il attend des actes. Des vrais. Qu'il attend de voir un homme agir au lieu d'un gamin pleurnichard qui s'apitoie sur la punition qu'il a cherché. « Ok j'arrête de promettre et je vais agir. » Et durant tout cet échange, il n'a pas bougé ses bras. Il a supporté le poids pensant rendre service à son frère. Mais il saisit vu la suite que Tian a profité de la situation. Non il est honnête sur ce qu'il a fait, lui le plus jeune montre la voie à son frère égaré. « Merci pour la leçon Tian. Je suppose que je te pose tout sur la table du coup. » Parce qu'il n'a pas fait attention à l'emplacement que les livres avaient avant que son frère les prennent. Et il ne veut pas les mettre n'importe où et ainsi prendre le risque qu'il se fasse engueuler pour une erreur que Francesco aurait commise. « Merci de m'avoir écouté et aiguillé. » Il pose les livres avec délicatesse tout en regardant son frère qui semble avoir décidé que le temps accordé était écoulé. « Tian. » Il essaie de ne pas trop crier, mais pas question de partir sans l'avoir regardé dans les yeux. « Fais gaffe à toi d'accord. Et je suis toujours là si tu as besoin. » Même s'il se doute que ce n'est pas vers lui qu'il se tournera s'il a des soucis ou une envie de parler. « Salut petit frère et à la prochaine. » Puis Francesco s'éloigne, il jette un dernier coup d’œil à son frère avant de sortir, mais celui ci a repris son activité. Et il semble être redevenu un fantôme à ses yeux. Il espère juste que sa visite ne l'auras pas trop bousculé. Il retourne à sa voiture et une fois assis derrière son volant, il reste là dans le silence. Repensant aux mots de Tian, à ses expressions. Et la culpabilité se fait plus grande et plus forte alors que des larmes coulent sur ses joues. Il ne sait pas combien de temps il reste là avant de démarrer. Mais ce temps là n'a pas d'importance c'est celui qui va suivre qui va compter. Celui qui va donner à ce faire pardonner.

vmicorum.


Serena

trouble intense et incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Ramer dans le vide  / Tian  - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Ramer dans le vide / Tian ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Ramer dans le vide / Tian -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta :: École Leonardo da Vinci
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2