Revenir en haut
Aller en bas

-22%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
140 € 179 €
Voir le deal

 

- Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vittorio Bianchi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Vittorio Bianchi
http://www.ciao-vecchio.com/t7373-vittorio-bianchi-i-might-have- http://www.ciao-vecchio.com/t7528-vittorio-bianchi-42-ans-veterinaire#253135
Faceclaim : TJ Thyne @Sandrine (Merci!)
Messages : 126 - Points : 294
Âge : 42 ans (23.03..1978)
Métier : Agriculteur biologique
Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) Empty
Sujet: Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) ( le Mar 29 Sep 2020 - 4:13 )
Ce matin, j’avais ramassé le courrier et je l’avais lu attentivement, surtout en voyant une lettre des plus suspectes portant l’effigie du ministère de l’Agriculture. Il n’y avait même pas deux ans que j’étais propriétaire de ma ferme, mais assez pour savoir qu’une lettre portant leur effigie n’était jamais une bonne nouvelle. J’avais donc grogné comme un ours de mauvais poil en parcourant des yeux la lettre : la rumeur qui courait sur le fait que ma ferme n’était pas biologique me vaudrait un contrôle dans la semaine qui s’en venait. QUE DE BONHEUR ! Un de ces gratte-papiers ministériels enquiquineurs qui se ferait visiblement un fou plaisir de retourner la plus petite de toutes les pierres pour tenter de trouver la plus petite imperfection de ma ferme. Moi qui avais choisi dans mon élan de sobriété de quitter un emploi où j’avais le même côté gratte-papier pour m’assurer de la transparence pour me reconnecter à des racines profondes quoi que curieusement étrangère à ma propre nature : peut-être simplement que j’avais peur de resombrer dans l’alcool en occupant le même emploi que celui que je n’avais jamais occupé sobre.

Bref, ayant eu un avant-goût de la nouvelle (et sachant très bien que ma terre était on ne peut plus impeccable – tout ce que j’aurais pu rajouter de toute façon contredisant ma certification n’aurait pas pu être effacé des terres en aussi peu de temps), je décidais d’aller en ville pour récupérer le nécessaire pour solidifier certains des arbres fruitiers sur la terre
. Hors de question de me faire accuser d’avoir détruit certains de mes précieux citronniers tout récents pour cacher des actes qui m’assurait une révocation de ma certification biologique. C’était que depuis quelques jours je les sentais sous mes pieds ces soubresauts du sol. Assez inquiétant pour que je m’en fasse pour mon précieux gagne-pain qui n’avait pas la flexibilité du roseau. Je passais commande dans une de des boutiques de la coopérative pour des tuteurs et dans mon petit camion à l’image de ma ferme, je me mis en route vers la ville en me disant que j’en profiterais probablement pour prendre deux ou trois choses dont ma fille m’avait dit qu’elle voudrait voir dans sa chambre.

Pourtant, en arrivant à la boutique, l’idée me sembla profondément idiote. La terre avait tremblé à quelques reprises. Et les tremblements s’accentuaient. Plus violent. Néanmoins, en bon têtu qui n’avait pas fait près de quarante minutes de routes pour rien, j’entrais dans le magasin, paya comptant la note et entrepris d’amener seul la quantité de tuteur. J’en étais à mon dernier voyage dans des allures apocalyptiques lorsque la terre trembla une nouvelle fois d’une manière sincèrement inquiétante. J’en échappais mon chargement en hurlant : « Attention mademoiselle ! » et l’attrapant par le bras pour l’éloigner d’une brique qui s’effondra du bâtiment. Un étrange réflexe presque protecteur. Je réalisais que j’avais hurlé par peur pour une inconnue. Un progrès selon ma psychologue, parce que quelques mois plus tard, le tremblement m’aurait simplement mis dans un état de panique que personne n’aurait su calmer – c’était peut-être que l’anxiolytique pris avec mon café marchait aussi. Je réalisais que j’avais pourtant hurlé et par réflexe dans la fraction de seconde je lâchais le bras et murmurais un simple : « Pardon. »



 
Moi, je feel fourmi
♛Il était une fois n’importe quoi. Ils vécurent heureux, non, j’y crois pas. Lentement, j’suis pu capable. J’ai le goût de gueuler, de m’époumoner et de m’arracher les cordes vocales. Je suis claustrophobe, je n’ai pas le moral, la vie m’a enfermé dans un petit bocal.
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
https://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-u http://www.ciao-vecchio.com/t7464-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna
Faceclaim : Irina Shayk © CRÉPUSCULE..(ava) Miss Pie (sign) Aloysia (crackships)
Messages : 2939 - Points : 4763
Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) 8dd8357041271e5a6a6f28d3a4965991671d3cce
Âge : 36 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) Empty
Sujet: Re: Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) ( le Lun 5 Oct 2020 - 17:26 )

Vittorio & Luna.

La terre c'est rebellée et dans les cœurs c'est glissé la peur. La terre a décidé de montrer combien tout pouvait être fragile. Comment les humains pouvaient être fragiles. Et combien sous le coups des émotions une rencontre à la base insignifiante peut troubler et chambouler.




Luna marche, le pas rapide. Elle a du partir du cinéma, laissant le reste de l'équipe finir la tâche entreprise. Son esprit est pris par une chose plus urgente et presque terrifiante, l'orpheline doit retrouvé Léo à l'hôpital. Louisa a été blessée plus tôt dans la matinée. Et il l'a conduite aux urgences. En marchant la brune ne peut s'empêcher de penser à l'angoisse que son amoureux a du éprouver, et à l'angoisse qu'il doit encore éprouver en étant seul dans ce moment difficile.
Alors elle accélère le pas, trébuche même sur quelques gravas.
Luna doit se montrer prudente, il ne faudrait pas qu'elle se fasse mal. Ce n'est pas le moment. Elle pense aussi à ce que Naples est en train de vivre. A ce qui marque le regard dés qu'on le laisse traîner sur les environs. Dans les rues c'est la panique, les voitures sont accidentées, les vitres cassées, les bâtiments éventrés. Les gens sont paniqués, il y a des blessés partout, les pompiers font de leurs mieux, mais il y a tant de travail, tant de personnes à aider.  
C'était l'apocalypse.
Il n'y avait pas d'autre mot pour qualifier le spectacle que Luna peut voir. Elle  a même la sensation de sentir encore la terre trembler, elle essaie de rester calme. Pensant uniquement à Léo et à Louisa. Mais elle a beau marcher vite, elle a la sensation de ne pas avancer.

Il faut dire qu'elle n'a pas trop dormi Luna, que sa matinée a été agitée et que le souci qu'elle se fait pour Louisa ne cesse de grandir. En plus elle n'a jamais eu encore la chance de rencontrer la fillette, et elle aurait aimé que la rencontre se fasse dans une autre situation. Mais la vie ne semble pas avoir voulu leur accorder un moment tranquille pour ça. Enfin elle verra bien au moment où elle sera à l'hôpital, prés de Léo. Tant bien elle restera en retrait pour ne pas la perturber. Elle pourrait même comprendre qu'il soit mieux de faire ainsi. Louisa va déjà être bousculée par la situation, et puis le milieu médical ce n'est pas spécialement le plus chouette endroit pour faire connaissance.

Alors Luna, elle a la tête un peu, même beaucoup ailleurs. Prise par ses réflexions, elle ne fait pas attention. Et quand la terre tremble à nouveau, la faisant basculer, elle ne voit pas l'homme qui sort du magasin les bras chargés. Elle entend juste son hurlement qui la fait sursauter, comme s'il n'y avait pas assez avec ce que mère nature lui faisait subir. Voilà qu'on lui criait dessus. Par pour l'engueuler mais pour la prévenir de faire attention.
Luna se sent attraper et tirer par le bras.
Elle se met à trembler et panique même. Luna a oublié ses derniers temps ses craintes mais là vu la situation, d'un coup, elles reviennent. Elle sent son cœur battre et sa peur glisser dans son être. Trop d'émotions fortes. Puis l'inconnu la lâche et elle le regarde la bouche ouverte encore sous le coup de l'étonnement. Elle reste silencieuse alors qu'il lui demande pardon. Elle regarde le sol, voit la brique et puis les tiges. « Il c'est passé quoi ? » Elle a du mal à parler et se sent angoissée. Dans son être c'est violent et elle passe sa main sur le bras qui a été serré. Elle ne se sent pas à son aise. « Je crois que je dois vous dire merci même si vous m'avez fait une peur bleue. » Elle a encore le regard marqué par cette peur qui l'a électrisé avec force. « Je crois que j'ai besoin de m'asseoir. » Elle regarde les environs. Comme si d'un coup elle était perdue. « Est ce que l'hôpital est encore loin ? » Léo et Louisa occupent tellement ses pensées qu'elle reste focus là dessus.


759759sep.png

(fiche) vmicorum. / (ava) bloody vampire & cosmic light.


" Il lui donne la force, l'envie d'avancer à deux. Elle voit dans ses yeux leur avenir. Et les doutes tout comme les peurs s'envolent."
Revenir en haut Aller en bas
Vittorio Bianchi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Vittorio Bianchi
http://www.ciao-vecchio.com/t7373-vittorio-bianchi-i-might-have- http://www.ciao-vecchio.com/t7528-vittorio-bianchi-42-ans-veterinaire#253135
Faceclaim : TJ Thyne @Sandrine (Merci!)
Messages : 126 - Points : 294
Âge : 42 ans (23.03..1978)
Métier : Agriculteur biologique
Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) Empty
Sujet: Re: Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) ( le Mer 11 Nov 2020 - 0:05 )
Il y avait dans la terre qui tremblait quelque chose d’inévitable – comme une odeur de fin du monde imprévisible que je n’aimais pas. Fondamentalement, je n’aimais pas les choses qui me sortait de ma routine, source d’anxiété parmi le puit visiblement inépuisable que j’étais. Instinctivement, j’avais senti mon cœur s’emballer en ressentant le danger pour la femme que je ne connaissais pas. De ma campagne napolitaine, je n’étais peut-être pas aussi intégré dans la communauté : il y avait les gens des rues d’à côté, le personnel de l’hôpital où se trouvait ma mère, ce lointain cousin dont je m’étais un peu rapproché. Mais voilà, j’avais choisi dans ma refonte de mon mode de vie de mettre de côté l’alcool en préférant me salir les mains pour en finir rompu. Être agriculteur ce n’était pas un métier qui permettait de sortir souvent : les journées commençaient tôt et se finissaient tard et épuisé je finissais par m’effondrer dans les draps quand je n’avais pas mon fils et que ma fille n’était pas là.

Tout cela pour en venir à ce jour aux allures d’apocalypse et à ma main qui serrait encore le bras de la femme : rencontre fortuite dans un monde incongru. Je respirais lentement pour calmer ce nœud qui se formait dans mon ventre témoin de l’orage que je connaissais trop bien et qui n’était jamais loin. La brunette avait l’air aussi perdue et angoissée que ce que je ressens. Peut-être par instinct, je cherche à calmer ma propre tempête lorsque sa voix résonne doucement demandant ce qu’il s’est passé. « La brique s’est détachée du bâtiment et aurait pu vous atteindre. J’ai laissé tomber ma cargaison. Rien de fragile. Ce n’est pas très grave. » répondis-je en respirant lentement. Je répétais dans un écho comme pour me rassurer le « Ce n’est pas grave » parce que j’avais souvent besoin de m’en rappeler pour m’aider à mieux avancer dans le monde. Pourtant, en la voyant trembler et passer doucement sa main sur son bras, je réalise qu’elle a eu aussi peur que moi j’ai eu peur et que le fait de l’avoir agrippé ne l’a sans doute pas autant aidé pour la calmer. Sans être femme, j’ai conscience que les hommes peuvent être rustre. Dans mon vieux jeans usé et ma chemise à carreaux, avec mes ongles encore un peu noircis de terre et ma barbe jamais complètement bien rasé, disons que je ne suis pas l’archétype du bon samaritain – même si j’essaie maintenant de vivre ma vie en étant un homme meilleur que celui que j’ai été par le passé, dans cette vie antérieure que mon foie ne me pardonnera peut-être jamais entièrement. Peut-être pour la rassurer, je me sens presque obligé de répondre. « Vous n’avez pas à le faire. Je me suis dit que si ça avait été ma fille, j’aurais peut-être voulu que quelqu’un la sauve. Je m’excuse d’avoir serré un peu fort. ».

Je la vois bien tremblée et désorientée qui avait visiblement besoin d’un peu de temps pour se remettre de ses émotions alors qu’elle me disait avoir besoin de s’assoir. Je rouvris la porte arrière de mon petit fourgeon (conscient en partie que ce n’était pas fondamentalement rassurant : « Assoyez-vous-là. Voulez-vous une bouteille d’eau ? » demandais-je avec un petit sourire en tassant les premiers piquets que j’avais rentré dans mon véhicule pour désigner le pack de bouteille que je conservais malgré l’achat de ma gourde parce que j’avais vu certains de mes travailleurs faire un malaise en raison de la chaleur plutôt cet été. Hors de question que ça arrive sous ma supervision à nouveau. Et donc ! Au diable les belles politiques environnementales pour favoriser que la santé et la sécurité de mes travailleurs. Et voilà qu’elle demanda pour l’hôpital faisant aussitôt partir mon cœur à une vitesse folle : « Vous n’êtes pas blessée ? J’espère sincèrement que je ne vous ai rien fait. » J’entendis ma voix s’accéléré pour n’en devenir qu’un « Il n’est pas loin. Je peux vous y conduire. Oh ! Seigneur ! Ça n’a jamais été mon intention. »



 
Moi, je feel fourmi
♛Il était une fois n’importe quoi. Ils vécurent heureux, non, j’y crois pas. Lentement, j’suis pu capable. J’ai le goût de gueuler, de m’époumoner et de m’arracher les cordes vocales. Je suis claustrophobe, je n’ai pas le moral, la vie m’a enfermé dans un petit bocal.
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
https://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-u http://www.ciao-vecchio.com/t7464-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna
Faceclaim : Irina Shayk © CRÉPUSCULE..(ava) Miss Pie (sign) Aloysia (crackships)
Messages : 2939 - Points : 4763
Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) 8dd8357041271e5a6a6f28d3a4965991671d3cce
Âge : 36 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) Empty
Sujet: Re: Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) ( le Jeu 19 Nov 2020 - 11:37 )

Vittorio & Luna.

La terre c'est rebellée et dans les cœurs c'est glissé la peur. La terre a décidé de montrer combien tout pouvait être fragile. Comment les humains pouvaient être fragiles. Et combien sous le coups des émotions une rencontre à la base insignifiante peut troubler et chambouler.




La main qui serre son bras, à cet instant c'est tout ce qu'elle sent Luna. Et son cœur qui tape dans sa poitrine, contre sa tempe. Il tape tellement fort qu'elle en est même étourdie. Trop pressée la belle de retrouver Léo à l'hôpital de s'assurer que tout va bien pour Louisa et lui. Trop anxieuse en pensant à ses frères et sœurs de cœur donc elle n'a pas eu de nouvelles à cause des soucis de réseaux. Sa tête est autant en panique que son être, que les gens qui courent alors que la terre est secouée comme si elle n'était qu'un vulgaire prunier. Elle y aurait du s'attendre Luna à cette nouvelle secousse, elle aurait du regarder à droite à gauche, en haut, en bas. Mais elle ne pouvait penser à tout. Elle était trop dans sa bulle assaillie par ses tracas, par la peur aussi.
Alors cette main qui serre son bras c'est le lien avec la réalité.
Avec l'horreur et le danger. Une main salvatrice qui la sauve de la chute d'une pierre qui aurait pu la blesser. Voir même pire, lui être fatale. Un temps elle est perdue, au milieu des cris qui s'échappent. Au milieu des bruits qui s'enchaînent et la happent sans qu'elle ne prenne l'ampleur de cette nouvelle secousse. Elle est submergée par les émotions, par ce frisson que l'emprise de la main cause et distille dans tout son être.
Doit-elle se sentir rassurée ? Ou doit-elle se méfier ?
Un instant de flottement avant qu'elle ne regarde celui qui lui a évité de se retrouver blessée.

Luna demande en priorité ce qui c'est passé, elle en a un peu la notion mais elle veut s'assurer qu'elle ne se laisse pas emporter par la situation. « J'aurais du être plus prudente. J'avais tellement la tête prise par mes réflexions que je n'ai pas été attentive. » Et pourtant tout le monde sait qu'après un tremblement il y a des répliques, ils ne sont pas à l'abri qu'il y en ait d'autres. « Je suis désolée pour votre cargaison. » L'orpheline regarde autour d'elle et voit tous les tubes au sol. Et en effet ce n'était pas grave les tubes pouvaient se ramasser, il n'y avait pas de casse dans le matériel, ni au niveau humain.
Enfin pas pour eux en tout cas.
Elle se remet doucement et le remercie, elle trouve normal de le faire. Elle sait très bien que ce n'est pas tout le monde qui aurait fait ce geste. Certaines personnes sont terre à terre et égoïste et ne pense qu'à elle avant toute chose. « Pas grave je préfère que vous ayez serré un peu fort que d'avoir fini sous cette pierre. » Parce qu'elle n'était pas petite et qu'elle aurait fait du dégâts vu sa hauteur de chute sur le corps de Luna. Mais le pire a été évité par le reflex et la bienveillance de cet inconnu.

En tout cas Luna reste sous le choc, et en tremble encore. Elle subit comme une catastrophe intérieure poussée par toutes les émotions bien trop puissantes depuis hier soir. Elle sent ses jambes se dérober et son assurance disparaître sous l'angoisse qui se fait violente. Elle a besoin de stabiliser toutes ses sensations qui sont loin d'être agréables. Et qui restent déstabilisantes pour l'orpheline. « Merci c'est gentil et je veux bien oui. » Elle se pose à la place que l'inconnu lui fait, sans se soucier de l'environnement de la camionnette. Elle s'en moque un peu sur l'instant. Elle a juste besoin de s'asseoir avant de se retrouver au sol lâcher tout simplement par ses jambes qui ont certainement réalisées le danger bien plus qu'elle.
Et elle pense à Léo seul avec Louisa alors qu'elle est bloquée là.
Ce qui l'angoisse d'avantage. Et qui semble également angoisser son sauveur vu sa réaction. Elle ne pensait pas qu'en parlant de l'hôpital il penserait que c'était elle qui allait mal. Que c'était elle qui avait besoin de soin. Faut dire que la situation met tout le monde dans la panique. Luna secoue la tête. « Non non je vais bien rassurerez vous. Je n'ai rien. C'est juste mon petit ami qui y est avec sa fille. Je m'y rendais justement avant cette nouvelle secousse. » Elle le regarde sourit même entre deux gorgés d'eau. « Je vais bien je vous assure. Désolée de vous avoir fait paniquer de la sorte. » C'est à son tour de s'en vouloir d'avoir causé comme une secousse supplémentaire à celui qui a pris des risques pour qu'elle n'est rien. « Mais si vous pouvez m'y conduire je veux bien. Je vais vous aider à tout ramasser. » Après tout s'il lui rendait se service elle pouvait bien l'aider en retour. « Et je m'appelle Luna. » Ce sera un peu plus convivial même si la situation reste vraiment étrange dans le fond. Même si quand elle pose ses yeux verts quelques secondes dans les siens, son cœur se comporte bizarrement. Jouant une nouvelle fois sur les émotions déjà bien intenses. Mais elle met toutes ses sentiments éprouvées sur ce qui vient de se passer. De toute façon quelle autre raison pourrait la faire tilter à ce grand regard sombre. Elle remonte ses manches et commence à ramasser les tubes au sol pour les faire passer à son sauveur.


759759sep.png

(fiche) vmicorum. / (ava) bloody vampire & cosmic light.


" Il lui donne la force, l'envie d'avancer à deux. Elle voit dans ses yeux leur avenir. Et les doutes tout comme les peurs s'envolent."
Revenir en haut Aller en bas
Vittorio Bianchi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Vittorio Bianchi
http://www.ciao-vecchio.com/t7373-vittorio-bianchi-i-might-have- http://www.ciao-vecchio.com/t7528-vittorio-bianchi-42-ans-veterinaire#253135
Faceclaim : TJ Thyne @Sandrine (Merci!)
Messages : 126 - Points : 294
Âge : 42 ans (23.03..1978)
Métier : Agriculteur biologique
Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) Empty
Sujet: Re: Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) ( le Dim 3 Jan 2021 - 17:58 )
La vitesse de mon geste et le côté instinctif du sauvetage de l’étrangère me surprenait. Quand j’étais devenu père la première fois, près d’une vingtaine d’année plutôt, je m’étais sérieusement senti dépassé par la quantité d’amour que j’avais immédiatement ressenti pour les boucles sombres sur la tête de ma fille. Le même amour fou que j’avais ressenti quand mon fils avait doucement rajouté sa petite présence dans notre petite unité familiale plus fonctionnelle mais encore brisée par ma dépendance à l’alcool. J’avais oscillé entre la trop grande protection de mes enfants et les oublis trop fréquents de ces moments importants de l’enfance qui s’écoule toujours trop vite. Ida me reprochait encore des choses que j’avais oublié ou des cris que j’avais poussé en la perdant de vue ne serait-ce qu’un instant au parc petite. Je n’avais toujours pas eu la force de lui parler de Lena, ce petit bout de moi trop fragile.

Mais la sobriété m’avait amené à reconnecter avec mes propres sentiments et l’enragée tornade d’angoisse que rien (excluant l’alcool) ne pouvait me permettre de ne pas sentir dans ma poitrine, dans ma tête, dans mes gestes désordonnés. Je n’avais pas encore abandonné tous les mécanismes de défense que j’avais mis en place au cours des années. Je n’étais toujours pas doué pour accorder ma confiance aux autres. Pas de concubines depuis mon dernier divorce. Pas de fuite vers le Mexique ou l’autre bout du monde pour éviter de sentir fulminer dans mes trippes un volcan ravageur qui pourrait tout détruire ce que je m’efforçais de construire : une brique à la fois, une pièce à la fois sur cette fragile vie en constante reconstruction.

Pourtant, le côté protecteur de mon geste me rappelait quand j’avais l’impression que ma fille allait tomber du haut du module au parc quand elle n’était que toute petite et que j’étais encore fusionné à ma bouteille (ou mon pack de bières) comme un naufragé à sa bouée de sauvetage. Peut-être bien que sobre, j’avais encore ce côté presque paternel que j’avais eu de la difficulté à bien dosé, caché dans le blizzard de l’hiver perpétuel dans lequel j’avais vécu. J’étais mieux comme père. Et j’apprenais à compatir mieux avec les autres même si parfois encore je préférais les rares animaux de ma ferme à la présence de mes pairs. Dur d’abandonner ses vieilles habitudes en un sens.

Je souris doucement lorsqu’elle s’excusa de ne pas avoir été attentive parce qu’elle avait la tête prise. « Ne vous inquiétez pas. Un tremblement de terre ça prend naturellement assez la tête. » fis-je d’un ton rassurant. Le quatuor en colère dans les entrailles de la terre avait fait des dommages. La dernière secousse avait peut-être amené des morts – trop nombreuses. Des vies humaines qui s’étaient arrêtés à des endroits impromptus sans laisser de place à l’imagination. Je ne voyais donc pas comme grave le fait de voir s’étaler par terre comme une margarine[u] trop chaude mes tiges visant à soutenir mes plantations les plus faibles. Je me contentais de hausser doucement les épaules. « Ce n’est que du matériel. Je vais le ramasser et le replacer. »

Ce que j’entamais lentement comme procédure après lui avoir doucement tendu une des bouteilles d’eau avec un « Tenez ! » tout simple mais qui au moins vient du cœur. C’est con, mais le simple fait de me concentrer sur la tâche manuelle me permet de me calmer un peu. J’essaie d’éviter autant que faire se peut de prendre les anxiolytiques prescrits : c’est que la dépendance est comme un vieux [u]mocassin
confortable. Une paire en fait. On s’en sépare parfois en la cachant dans le fond d’un placard, mais elle ne se cache jamais bien loin à la fin de toute cette histoire. C’est qu’au fond de toute cette drôle de vie, je n’ai pas réellement envie de reperdre le contrôle sur ma vie dans une spirale qui me mènera vers le fond du baril (littéralement). Et puis, même si ma fille ne sait pas pour Lena… pas plus que mon fils, je dois la retrouver.

Pourtant, quand elle me demande si on est bien loin de l’hôpital, je le sens mon cœur qui s’emballe comme s’il jugeait pertinent de courir un marathon et de ne pas s’arrêter. Ma gorge qui se sert et la tête qui tourne. Une réaction instinctive de fuite mais avec mes jambes paralysées sur place comme si elles pesaient plusieurs centaines de tonnes chacune. Mais je me sens quand même rassuré mais mes jambes vascillent et je m’installe à côté d’elle sur la plateforme arrière : « J’espère qu’ils n’ont rien de trop grave. Mon fils est avec mon ex-femme chez ses parents et j’ai eu ma grande plutôt. Mais mon champ se porte moins bien. D’où ma présence ici. Je vais tenter de sauver les meubles en cas de réplique. » Elle n’a probablement pas besoin d’avoir toute ses informations mais la petite tornade de mots sort à toute vitesse comme une soupape sous pression, une attaque de diarrhée verbale qui me surprend presque ne faisant pas parti de mon flegme naturel au contraire de la réplique que je sors. « Ce n’est pas sur mon chemin, mais ça me ferait plaisir. » Les gens seront sans doute trop occupé même en gériatrie, mais je pourrais passer voir ma mère, mais je n’allais pas parler de ça avec une étrangère même si elle avait vaguement des traits familiers que je détaillais lorsqu’elle prononça son nom. « Un joli prénom. Enchanté, Vittorio. Quel âge a la fille de votre petit ami ? »



 
Moi, je feel fourmi
♛Il était une fois n’importe quoi. Ils vécurent heureux, non, j’y crois pas. Lentement, j’suis pu capable. J’ai le goût de gueuler, de m’époumoner et de m’arracher les cordes vocales. Je suis claustrophobe, je n’ai pas le moral, la vie m’a enfermé dans un petit bocal.
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
https://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-u http://www.ciao-vecchio.com/t7464-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna
Faceclaim : Irina Shayk © CRÉPUSCULE..(ava) Miss Pie (sign) Aloysia (crackships)
Messages : 2939 - Points : 4763
Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) 8dd8357041271e5a6a6f28d3a4965991671d3cce
Âge : 36 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) Empty
Sujet: Re: Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) ( le Ven 15 Jan 2021 - 17:32 )

Vittorio & Luna.

La terre c'est rebellée et dans les cœurs c'est glissé la peur. La terre a décidé de montrer combien tout pouvait être fragile. Comment les humains pouvaient être fragiles. Et combien sous le coups des émotions une rencontre à la base insignifiante peut troubler et chambouler.



Prise dans la tourmente des événements, des messages de Léo, Luna est loin d'être attentive  à ce qui l'entoure. L'esprit préoccupé et ailleurs elle ne voit pas le danger qui se profile. Et sans l'intervention de cet homme elle aurait fini blesser, voir pire, par la chute de la pierre. Elle se remet doucement du choc, de la peur qui n'a pas été visible au départ, mais qui là en regardant le bloc lui saute aux yeux. Et ne fait que serrer un peu plus son cœur déjà pas mal bousculé par cette drôle de journée.
De plus Luna se sent quand même pas mal responsable.
Elle a mis la panique dans les affaires de celui qui lui a sauvé la vie. « Oui niveau bousculée j'ai ma dose. » Elle sourit à son tour, essayant de ne pas se laisser gagner par les émotions qui l'enserrent. Et qui se distillent sans ménagement dans tout son être qui tremble. Luna lui prête main forte quand il se met à ramasser son matériel, c'est la moindre des choses même si elle a hâte de rejoindre son petit ami à l'hôpital pour s'assurer qu'avec sa fille ils vont bien. Parce que son inquiétude grandit quand elle regarde autour d'elle et qu'elle voit les dégâts, et les gens blessés. « Même si ce n'est que du matériel je suis vraiment désolée. Et un peu gênée aussi. »
Si elle avait regardé où elle posait ses pieds en avançant il ne serait pas arrivé ce petit incident.

Luna accepte la bouteille d'eau et elle le remercie pour son geste. Elle se pose un peu pour se reprendre avant de demander si l'hôpital est loin de là où ils se trouvent. D'un coup elle semble avoir un peu perdue son sens de l'orientation et tous ses repères. Mais elle ne s'attend pas en disant cela que ça va paniquer son sauveur. Qu'il va penser que c'est elle qui a été blessée et qui a besoin de soin. Bien sur elle éclaircit rapidement ce point, ne voulant pas de méprise à ce sujet.
Luna va bien, encore secouée mais pas du tout blessée.
Ce qui est une bonne chose« J'espère aussi. L'essentiel c'est que votre famille aille bien. Même si je me doute que cela doit être ennuyeux pour votre champs. Le bien c'est que ça repousse. » Elle essaie de voir le positif, le fait que son fils et sa fille allaient bien, était le plus important. « Et avec mon inattention je vous mets en retard. » Elle soupire vraiment embêtée par la situation. « Ok mais en contre partie je passerais à votre ferme pour vous donner un coup de main. Bon je n'y connais pas grand chose mais une paire de bras en plus dans un cas pareil cela peut être utile. »
Un service rendu faut bien un service en retour.
L'orpheline ne le connaît pas mais dans le regard qu'il pose sur elle, elle sent qu'elle ne doit pas en rester là. Et une fois installée dans sa voiture elle se présente. Et il en fait de même. « Merci. » Si Vittorio connaissait l'histoire il n'aurait peut être pas le même avis sur son prénom. Mais elle ne va pas le reprendre là dessus. « Enchantée en retour Vittorio. Louisa va sur ses 7 ans. Et vos enfants ils ont quels âges ? » Et les voilà partis en direction de l'hôpital. La ville est presque méconnaissable avec ce bordel. Et il faut être attentif à la route car le danger est partout. « Vous cultivez quoi ? » Il lui a parlé de champs, du coup elle suppose qu'il a des plantations. A part qu'il est des animaux et que se soit des champs de fourrage.


759759sep.png

(fiche) vmicorum. / (ava) bloody vampire & cosmic light.


" Il lui donne la force, l'envie d'avancer à deux. Elle voit dans ses yeux leur avenir. Et les doutes tout comme les peurs s'envolent."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) Empty
Sujet: Re: Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Tout tremble autour de moi || PV Luna (tremblement de terre) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut