Revenir en haut
Aller en bas


 

- All the devils are here || Ft. Ares -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Aileen Da Valle10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Aileen Da Valle
http://www.ciao-vecchio.com/t7716-aileen-save-me-from-darkness http://www.ciao-vecchio.com/t7732-aileen-we-all-need-some-friends#257805
Faceclaim : Jennifer Lawrence
Messages : 86 - Points : 242
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Tumblr_pekk8h8rsG1rd915do4_r1_400
Âge : 31 ans
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le Mer 7 Oct 2020 - 21:08 )
Lorsque son vis-à-vis s’était penché pour se rapprocher, Aileen avait eu, elle, le réflexe de se reculer un peu plus, ses doigts se crispant fébrilement sur la carte du menu. Elle n’aimait pas qu’on s’immisce ainsi dans son espace vitale et même si l’intention de l’inconnu avait été pour la rassurer, pour l’aider qu’elle se sente plus à l’aise, ce n’était malheureusement pas son cas. La distance qu’ils avaient juste avant lui convenait parfaitement, qu’il reste confortablement su sa chaise et ne fasse pas un mouvement de plus. Cependant la voix que l’homme avait employée, plus douce, plus rassurante, l’avait aidé à se détendre un tant soit peu de plus bel puis défaire la pression de ses phalanges sur la carte, non pas sans le regarder avec curiosité. Elle était méfiante, oui, hors c’était vrai qu’une partie d’elle en était également intriguée. Elle le trouvait bizarre hors c’était principalement dû au fait qu’elle gardait en mémoire le souvenir de cet individu qui lui courait après afin de lui rendre son téléphone. Et parce que cette image refusait de la quitter entièrement, elle ne parvenait pas à être moins suspicieuse puis restait sur la défensive quoi que l’homme fasse. Elle ne le connaissait pas plus que ça après tout, elle ne le connaissait même pas du tout et l’idée de baisser sa garde l’effrayait bien plus que ce qu’elle affichait. Pourtant, oui, elle essayait aujourd’hui… Elle avait choisi d’effectuer un pas en avant, faire un effort pour prendre sur elle puis tenter une chose qu’elle n’avait jamais tenté par le passé : s’asseoir en terrasse avec une personne qu’elle venait de rencontrer. Une personne qui lui avait fait peur, qui l’impressionnait mais qui l’avait également sauvé… Seulement, puisque le psychologue lui avait laissé le choix, puisqu’il semblait encore lui donner le choix en cet instant, elle s’était sentie un peu plus en sécurité, plus maîtresse de ses actes et plus sereine, elle s’était dit que c’était maintenant ou jamais. Et voilà qu’à présent, elle était bel et bien en compagnie d’un inconnu puis qu’elle déclarait enfin ce qu’elle prendrait, rangeant la carte à côté d’elle.

Le psychologue avait visiblement opté pour la même option qu’elle et elle n’avait pas relevé. Tout comme elle n’avait pas relevé l’unique mot qu’il avait prononcé plus tôt, ne voyant pas ce qu’elle aurait pu dire de plus puis elle n’avait pas voulu lancer un potentiel débat. Sauf que ce qu’Aileen ignorait était que son interlocuteur n’avait aucune envie de s’arrêter là, qu’il avait prévu encore de la questionner puis d’essayer de récolter des informations de sa part. Il avait commencé à parler, ne lui donnant pas l’opportunité de dire quoi que ce soit hors au fur et à mesure qu’il s’exprimait, les traits de la jeune femme se fronçaient peu à peu. Il recommençait à évaluer ses propos, à tenter de comprendre son comportement et ça l’agaçait, en plus de la frustrer. Certes, c’était son métier, il espérait peut-être l’aider en agissant de cette façon, elle n’en savait rien toutefois il se trompait. Cela ne l’aidait vraiment pas de s’adresser à elle ainsi, ça ne faisait que lui donner envie de tout abandonner puis partir d’ici. « En quoi est-ce que ça vous regarde ? » Lui avait-elle rétorqué sèchement, une certaine froideur brillant dans ses prunelles. « Non mais de quoi je me mêle ? » Les nerfs à vifs, cet abruti avait réussi à l’irriter. Pour une fois qu’elle faisait un effort, il n’aurait pas pu se taire et ne pas essayer de la déchiffrer. « Si vous avez envie d’analyser chacun de mes faits et gestes, faîtes le dans votre tête. » Sérieusement, c’était qui ce type ? Finalement, oui, il était vraiment bizarre.


≈ Just take, one step, closer. Put one foot in front of the other. You'll, get through this, just follow the light in the darkness, you're gonna be okay. You never know just what tomorrow holds and you're stronger than you know
Revenir en haut Aller en bas
Ares Staçion10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ares Staçion
http://www.ciao-vecchio.com/t7659-ares-turns-out-all-my-mistakes http://www.ciao-vecchio.com/t7705-vous-etes-en-etat-d-ares-stacion
Faceclaim : Milo Ventimiglia : ealitya
Messages : 392 - Points : 726
Âge : 38 ans
Métier : Psychologue spécialisé en criminologie
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le Mer 7 Oct 2020 - 21:35 )
Pris dans sa propre analyse, Ares n’essayait pas de la mettre à l’aise. En toute honnêteté, même s’il ne voulait pas la mettre mal à l’aise, il ne cherchait pas non plus à la rassurer plus que ça. Il s’en fichait un peu. Il essayait juste de comprendre. Autour de cette jeune femme planait cette aura de mystère qu’il n’arrivait pas à cerner, et s’il y avait bien quelque chose que détestait le jeune homme, c’était de ne pas avoir de réponses à ses questions. Ses proches lui disaient toujours que c’était pour cette raison qu’il finirait seul ses jours, parce qu’il posait trop de questions et cherchait les problèmes lorsqu’il n’y en avait pas forcément. La bonne chose ici, était que ce n’était pas en la jeune blonde qu’il voyait la femme de sa vie. Elle n’était qu’une parmi tant d’autre qui arrivait à piquer assez sa curiosité pour qu’il s’intéresse à elle. Automatiquement tandis qu’il énumérait ses théories, les doigts levés pour garder le compte, des diagnostics précédents se superposaient dans le cerveau du psychologue. Les cas se croisaient et de façon inconsciente, il avait commencé à chercher les signes qu’avaient pu présenter sa mère. En presque trente ans sans la voir, s’il y avait bien une chose qui n’avait pas faibli dans la mémoire du petit garçon qu’il restait au fond, c’était bien le souvenir de sa mère. Du moins le souvenir de son absence lorsqu’elle s’isolait. Les pleurs qu’il arrivait à percevoir lorsqu’il rasait les murs la nuit parce qu’il ne comprenait pas pourquoi son père ne dormait pas dans sa chambre à lui. Pareil pour l’agressivité qui était mis en avant par Aileen. Est-ce que sa mère s’était déjà montrée agressive de la sorte ? Pas en sa présence en tout cas. Et les rares fois où il l’avait vu s’énerver, c’en était suivi de crises de larmes. Dans un soupir, il chassa ses pensées de son esprit et préféra se concentrer sur le moment présent. Au vue de la réaction de la jolie blonde, il avait touché une corde sensible. Assis sur sa chaise, une jambe qu’il ramena sur l’autre au même titre que ses mains qu’il croisa sur son genou, il l’observa. Ares n’était pas impressionné par sa réaction, son métier l’avait préparé à une telle effusion de colère et au court de sa longue carrière il avait déjà vu pire. « Vous avez raison, ça ne me regarde pas. » Ils n’étaient pas en thérapie. Elle n’était pas sa patiente – et quand bien même elle se serait présentée à son cabinet, qui dit qu’il aurait voulu d’elle ? Pourtant il y avait ce quelque chose qui lui poussait à formuler ses questions différemment à cause de sa tendance à éluder. Cet accès d’agressivité laissait entendre au jeune homme qu’il avait peut-être visé juste avec sa dernière théorie. Sa démarche lorsqu’elle s’était avancée dans sa direction alors que quelques minutes plus tôt, elle était littéralement au sol, incapable de le regarder dans les yeux… Tout ça pour elle, c’était une façon de se prouver quelque chose. Il ne lui restait plus qu’à savoir quoi. Face à une Aileen hors d’elle, Ares lui gardait son calme. Une main sous son menton alors qu’il réfléchissait à la prochaine carte qu’il était sur le point d’abattre. « J’ai donc la permission de vous analyser, c’est déjà une bonne chose. » Un rire presque moqueur dans le ton, il savait très bien qu’elle n’avait pas envie de plaisanter. Mais lui, de nature taquine surtout lorsqu’il sentait qu’il pouvait provoquer, il ne se gênait pas pour placer ses petites pointes d’humour rarement bien reçues. Guidé par cette même envie de provoquer, il fit glisser son regard sur la jeune femme de haut en bas comme pour la sonder entièrement. Est-ce qu’il aurait pu arrêter ? Oui. Mais il n’en avait pas envie. « Je vais respecter votre choix et le faire dans ma tête, comme demandé. » Le regard sérieux, il ne parla plus. Son regard planté sur elle, qu’elle le regarde ou pas, il ne changeait pas de direction. Les sourcils froncés, il bougeait parfois la tête, la hochant souvent comme s’il se parlait à lui-même – ou qu’on lui répondait ? – alors que personne ne disait rien. Au bout de longues secondes à penser dans sa tête, il glissa une main dans sa veste et en sortit un carnet ainsi qu’un stylo sur lequel il gribouilla la date du jour. « J’espère que ça ne vous dérange pas ? Je prends des notes en même temps. » Son regard avait quitté Aileen, laissant son stylo glisser sur le papier, entre deux mots on apporta leur commande. « Merci. » Souffla le jeune homme qui leva la tête uniquement à ce moment-là, avant de plonger à nouveau le nez dans ses notes. « Fascinant. » Disait-il pour lui-même, ignorant complètement la jeune femme. « Vous ratez quelque chose, c’est fascinant ! » Là il s’adressait à elle toujours sans lever le nez, avec cette même ligne directrice de la provoquer.


titre en minuscule ici
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen Da Valle10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Aileen Da Valle
http://www.ciao-vecchio.com/t7716-aileen-save-me-from-darkness http://www.ciao-vecchio.com/t7732-aileen-we-all-need-some-friends#257805
Faceclaim : Jennifer Lawrence
Messages : 86 - Points : 242
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Tumblr_pekk8h8rsG1rd915do4_r1_400
Âge : 31 ans
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le Mer 7 Oct 2020 - 22:19 )
Oui, Aileen s’était braquée et au fond, elle devait se douter que cette réaction donnerait automatiquement réponse à son vis-à-vis. Hors, c’était plus fort qu’elle, elle détestait quand on cherchait à la comprendre, quand on s’adressait à elle en croyant tout savoir de ce qu’elle pensait, quand on essayait de lui faire parler d’un traumatisme qu’elle ne souhaitait aucunement abordée. Elle n’avait jamais soulevé quoi que ce soit sur le sujet en cinq ans, pourquoi le ferait-elle maintenant ? Parce qu’on racontait que se confier à un inconnu faisait plus de bien parfois que le faire avec ses proches ? Foutaises. Son psychologue qui l’avait suivi pendant toutes ces années lui était inconnu au début et ça ne l’avait pas empêché de rester silencieuse. Il devait d’ailleurs en avoir marre d’elle celui-là parce qu’elle ne lui apportait jamais rien de plus, qu’elle restait secrète sur son passé malgré les années et qu’il n’avait pas l’impression d’avancer. Aileen allait quand même mieux comparé au jour de sa libération néanmoins psychologiquement, il n’était pas difficile de constater qu’elle avait encore de nombreuses séquelles. N’importe qui était capable de s’en rendre compte même si la plupart du temps, on la prenait pour une folle, comme cet homme qui se tenait devant lui et qui l’avait aussitôt catalogué le jour de leur rencontre. Certes, là encore, personne ne pouvait lui en vouloir puisque les réactions de la blonde ne l’avaient pas aidé à penser autrement.

Les yeux levés au ciel, Aileen n’avait pu que soupirer lorsque son interlocuteur exprima son contentement de pouvoir au moins l’analyser. De préférence, elle aurait préféré qu’il ne le fasse pas, qu’il la laisse tranquille puis se satisfasse simplement de lui tenir compagnie autour d’une tasse de café. Malheureusement ne semblait pas apporter un quelconque intérêt à cela et paraissait même s’amuser de la situation, ce qui avait le don d’agacer un peu plus la jeune femme. Elle n’aimait pas sentir son regard posé sur elle, et elle le fuyait dés qu’elle le sentait insistant. Elle n’aimait pas non plus savoir qu’il l’analysait puis qu’il avait l’air, en plus de ça, d’y prendre un certain plaisir. C’en était presque malsain et ça la stressait plus qu’autre chose. Le pourquoi machinalement, elle avait croisé ses bras avant de les ramener contre elle puis d’essayer de vaquer son occupation ailleurs que sur son vis-à-vis. « Faîtes ce que vous voulez. » Ce n’était pas comme s’il l’écouterait de toute manière, il s’amuserait encore plus à la provoquer si elle disait le contraire. Ne prenant pas la peine de remercier le serveur, elle s’était concentrée sur la tasse qu’on venait de lui apporter, se délectant de la bonne odeur avant de dévisager son vis-à-vis du regard, n’éprouvant aucune honte à le juger ouvertement. « Je sais que vous êtes psy, mais vous avez déjà pensé à consulter ? » Non parce que franchement, lui-même devrait s’interroger sur son état mental. « Vous êtes complètement taré. » Elle secoua sa tête vivement de droite à gauche, quelque peu blasée de la situation, avant de reporter son attention sur son cappuccino encore tout chaud. Pauvre type. Il faisait peine à voir et il ne s'en rendait même pas compte.


≈ Just take, one step, closer. Put one foot in front of the other. You'll, get through this, just follow the light in the darkness, you're gonna be okay. You never know just what tomorrow holds and you're stronger than you know
Revenir en haut Aller en bas
Ares Staçion10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ares Staçion
http://www.ciao-vecchio.com/t7659-ares-turns-out-all-my-mistakes http://www.ciao-vecchio.com/t7705-vous-etes-en-etat-d-ares-stacion
Faceclaim : Milo Ventimiglia : ealitya
Messages : 392 - Points : 726
Âge : 38 ans
Métier : Psychologue spécialisé en criminologie
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le Mer 7 Oct 2020 - 23:13 )
Elle lui avait donné la permission de faire ce qu’il voulait et ce n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Et en réalité… Sans coopération de sa part il ne pouvait rien faire de plus. Au point où il était, il avait déjà poussé sa réflexion au maximum de ce qu’il pouvait faire. Mais ça, elle n’était pas supposée le savoir, du moins pas tout de suite. Tandis qu’elle s’agaçait sans dire un mot, lui avait sorti un carnet dans lequel il s’était mis à gribouiller des choses. Si sur la première page il avait effectivement noté des choses qu’il avait remarquées en fonction de la jeune bonde, lorsqu’il passa à la page deux, ce n’était plus le cas. Certes ça la concernait toujours, mais d’une autre façon. Le regard concentré à la fois sur ce qu’il faisait tandis que ses yeux allaient souvent vers la jeune femme, il s’était juste mis à la dessiner. De façon grossière certes, mais ça c’était parce qu’il était un piètre dessinateur. Lorsqu’il lâcha son commentaire sur le fait que c’était fascinant, il parlait en réalité de sa façon d’avoir fait ressortir les yeux de la jeune femme sur la grosse tête qu’il avait dessiné du bout de son stylo. Le problème étant que justement il se servait d’un stylo, il devait souvent rattraper les erreurs qu’il faisait. Alors qu’il faisait principalement des brouillons, et changeait de page pour recommencer. Ca l’occupait pendant que du coin du regard il voyait son interlocutrice qui boudait dans son coin. Lorsque le serveur arriva avec leurs commandes et qu’elle ne décrocha même pas un mot, Ares soupira. « Vous auriez pu dire merci. » Se permit-il de dire avant de se replonger dans ses gribouillages. La politesse était née avant elle, elle aurait pu faire un effort. Il savait que cette remarque lui plairait encore moins, mais de toute évidence le passe-temps du psychologue était de la provoquer.

Lorsqu’elle eut terminé de bouder et qu’elle daigna enfin prendre la parole, un mince sourire étira les lèvres du psychologue qui continuait à repasser sur un trait qu’il avait déjà raturé plus d’une fois. « Et vous ? Vous avez déjà pensé à vous faire suivre ? » Il s’arrêta de gribouiller. « Par un spécialiste je veux dire, pas dans la rue comme je l’ai fait la dernière fois. » Il tentait encore l’humour, il se trouvait drôle et ignorait que des baffes se perdaient lorsqu’il faisait ce genre de plaisanterie. « Puisqu’on utilise de grands mots, vous m’avez l’air tarée vous aussi. Ou du moins, pas plus saine d’esprit que moi. » Il haussa les épaules pour accompagner ses paroles. La tasse devant lui, il la porta à ses lèvres pour en prendre une gorgée qu’il sirota. Il n’aimait pas beaucoup ce qu’il buvait, mais il avait commandé par manque d’intérêt pour la carte qu’il n’avait même pas lu, il allait terminer sa tasse. « Tenez. » D’un geste aussi nonchalant que les précédents, il avait envoyé son carnet sur la table pour qu’elle puisse consulter la page ouverte. Si elle le feuilletait, elle pourrait constater que mise à part une page qui disait qu’elle avait l’air craintive, les autres n’étaient que des croquis ratés de sa personne. « Je vous ai fait avec une grosse tête. C’est sûrement la même proportion que j’ai de juste. » Après tout, peut-être qu’il était un peu taré lui aussi. Il lui laissa le soin de regarder de plus près le carnet si elle le souhaitait, son regard toujours posé sur elle. « Je ne vous veux aucun mal, vous savez ? » Lui dit-il sur le même ton calme que lorsqu’il s’adressait à patients. « Ni même faire de vous une de mes patientes. Vous n’êtes pas assez intéressante pour ça. » Tentative de provocation, encore ? Sûrement.


titre en minuscule ici
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen Da Valle10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Aileen Da Valle
http://www.ciao-vecchio.com/t7716-aileen-save-me-from-darkness http://www.ciao-vecchio.com/t7732-aileen-we-all-need-some-friends#257805
Faceclaim : Jennifer Lawrence
Messages : 86 - Points : 242
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Tumblr_pekk8h8rsG1rd915do4_r1_400
Âge : 31 ans
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le Jeu 8 Oct 2020 - 9:02 )
Un haussement d’épaule, c’était tout ce qu’elle lui avait donné quand son vis-à-vis l’avait repris sur sa politesse manquante. Pourquoi aurait-elle dû remercier ce serveur ? Elle n’en avait pas envie et moins elle établissait un contact, mieux elle se portait. Cela faisait bien longtemps qu’Aileen avait cessé de se montrer courtoise autour d’elle parce qu’elle ne souhaitait plus se montrer gentille avec des personnes qu’elle ne connaissait pas, parce que seuls ses proches avaient le droit de la voir quelque peu différemment… Certes, elle avait changé, en leur présence également elle n’était plus la même qu’autrefois néanmoins elle était plus ouverte d’esprit avec eux, plus apte à sourire puis passer de bons moments. Hors, Aileen avait conscience qu’elle ne serait plus jamais comme avant, que toutes ses esquisses qu’elle arborait étaient brisées, abîmées, et que quelque chose d’important avait disparu de son âme. Elle n’était plus capable de s’amuser comme avant, de rire aux éclats d’une bonne blague parce que derrière chaque mot, chaque geste pouvait se cacher tant de choses. Son bonheur, on le lui avait arraché le jour où on l’avait enlevé avant de l’emmener tout droit en enfer. Le traumatisme avait été si profond et si intense que non, la jeune femme n’était plus en mesure d’apprécier les petites douceurs de la vie, encore moins de penser positivement. Le ciel avait beau être d’un bleu éclatant, dans son cœur, il était terne et grisâtre et il pleuvait régulièrement à l’intérieur. Mais ça, personne le savait, personne ne se doutait que derrière chacune de ses crises et la moindre de ses réactions, se dissimulaient une demoiselle craintive, anéantie par les aléas de la vie et qui ne demandait qu’un peu de sérénité. Elle donnerait tout pour retourner en enfance où elle était encore pleine d’insouciance, avec toujours un éclat au bord des lèvres sans se soucier de l’avenir. Elle avait beau paraître sûre d’elle, elle était loin de l’être et c’était également la raison pour laquelle elle n’avait pas hésité à frapper ce type l’autre jour plutôt qu’analyser la situation d’abord. Elle attaquait avant qu’on ne l’attaque, voilà tout.

L’homme face à lui n’était pas normal, il était étrange et Aileen n’avait pas résisté à le lui faire remarquer, assez blasé de son comportement bizarre et immature. Il ne faisait que la provoquer, tout le temps, il avait l’air de s’en amuser aussi hors selon elle, ça ne faisait que le rendre un peu plus fou. Elle n’était peut-être pas la mieux placée pour parler mais elle au moins, elle avait conscience de ses problèmes et savait d’où il provenait. Et dans sa réponse, il s’était certainement encore cru drôle sauf que ça n’avait pas fait rire la blonde. En effet, elle était suivi par un spécialiste hors elle avait également vécu la seconde situation, une situation des plus traumatisantes qui ferait moins rigoler son interlocuteur s’il savait. A ses propos, elle avait d’ailleurs renforcé un peu plus la pression de ses doigts sur la peau de ses bras, les rapprochant un peu plus contre elle. Un réflexe, encore et toujours. « Je n’ai pas besoin de vous pour le savoir. » Avait-elle alors rétorqué d’un ton neutre, arquant un sourcil après que le psychologue lui avait balancé son carnet et que son cœur avait raté un battement face à ce geste trop brusque. Sans le toucher d’abord, la jeune femme s’était penchée pour observer le croquis présent sur la feuille puis, un brin hésitante ensuite, elle avait décroisé ses bras pour en feuilleter les pages. Qu’est-ce que… Ses yeux s’étaient naturellement redressés sur l’homme, le dévisageant avec toujours cette expression blasée, avant de les rabaisser sur les dessins qu’elle regardait. Elle en était certaine, il devait vraiment manquer une case à ce mec. Hors, même si elle n’en affichait rien extérieurement, Aileen admettait être amusé par cette attitude et ses croquis qui ressemblaient à tout sauf des œuvres d’art. Ô oui, elle aurait pu se vexer qu’on dénigre son apparence ainsi cependant elle s’en fichait et en vérité, elle aurait été plus stressée s’il l’avait merveilleusement dessiné, en omettant aucun détail de son visage. Là, c’était ridicule et ça lui convenait très bien ainsi.

Sans rien dire, la blonde avait de nouveau haussé les épaules tandis qu’elle faisait glisser son carnet à sa hauteur. Et lorsque son vis-à-vis s’était adressé à elle de plus bel, elle avait alors égaré ses iris dans sa direction, se perdant dans son regard sombre pendant qu’elle l’écoutait. « Je ne vous veux pas en psy non plus. » Avait-elle répliqué à son tour au tac au tac, ses doigts se saisissant de sa tasse, prête à la boire « J’en ai déjà assez d’un pour en ajouter un deuxième. » De cette manière, elle répondait indirectement à la question que l’homme lui avait posé quelques instants plus tôt. Aileen ne s’en cachait pas plus que ça, ce n’était pas comme si elle éprouvait un amour profond pour son psychologue de toute manière. Elle n’avait aucun intérêt pour ce dernier et le juger sans la moindre honte. On l’obligeait à y aller, elle ne le faisait pas de gaieté de cœur donc si on s’attendait à ce qu’elle coopère, on pouvait toujours rêver.


≈ Just take, one step, closer. Put one foot in front of the other. You'll, get through this, just follow the light in the darkness, you're gonna be okay. You never know just what tomorrow holds and you're stronger than you know
Revenir en haut Aller en bas
Ares Staçion10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ares Staçion
http://www.ciao-vecchio.com/t7659-ares-turns-out-all-my-mistakes http://www.ciao-vecchio.com/t7705-vous-etes-en-etat-d-ares-stacion
Faceclaim : Milo Ventimiglia : ealitya
Messages : 392 - Points : 726
Âge : 38 ans
Métier : Psychologue spécialisé en criminologie
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le Ven 9 Oct 2020 - 21:40 )
Une certaine précaution dans les gestes qu’il faisait, Ares avait lancé son carnet au bout de la table pour qu’elle le feuillette. Il n’y avait rien de bien intéressant dans cette chose qui lui servait principalement à faire passer le temps lorsqu’il s’ennuyait. Il n’était pas un grand artiste mais se surprenait souvent à griffonner des dessins qui n’avaient pas forcément de sens sur le papier vierge, pour laisser les pensées qui n’avaient pas de sens se coucher sur les feuilles. Tantôt des lignes droites, tantôt des formes arrondies, c’était son moyen à lui de remettre de l’ordre dans ses pensées. Il avait d’ailleurs très vite remarqué un certain schéma dans les formes qui revenaient assez souvent. Pour lui du moins, lorsqu’il faisait des formes circulaires, c’était qu’il s’ennuyait et avait la sensation de tourner en rond. Des formes droites, sèches et qui se coupaient de façon brutale, c’était qu’il se retrouvait dans une impasse et avait du mal à y voir clair. Et ainsi de suite. Ici il n’était dans aucune de ces situations, il avait juste eu envie de mettre à profit ses non talents d’artistes et de dresser le portrait d’Aileen qui, selon, lui rendait justice à cause de la grosse tête qu’il lui avait fait. Les notes vraiment importantes il les avait gardés dans un coin de sa tête. Ares avait remarqué son petit mouvement de recul lorsqu’il avait envoyé le carnet dans sa direction. Pareil pour la position dans laquelle elle était assise, la posture qu’elle prenait, la place que prenait ses bras comme un bouclier autour de sa poitrine. Dans chacun de ses mouvements, la peur était perceptible et prenait même le pas sur cette agressivité qu’elle avait du mal à dissimuler.  

Le temps d’un instant, il redevint sérieux. Comme un besoin de lui dire qu’il ne lui voulait aucun mal, Ares avait utilisé une voix calme pour qu’elle soit la seule à entendre ces quelques mots. Il ignorait si elle le croirait, mais lui savait qu’il pensait ce qu’il disait. A ces quelques mots, il la vit hausser la tête et son regard croisa le sien. Il ne fallut qu’une demi-seconde pour que le psychologue perçoive à nouveau cette eau trouble qui noyait presque son beau regard. Parce que oui, elle avait un beau regard. Ses yeux étaient d’ailleurs la première chose qu’il avait remarqué chez elle la première fois qu’il avait croisé la jeune blonde. Jamais il n’avait vu un regard aussi profond. Mais ce qui l’avait surtout interpellé c’était toute cette douleur qui se mêlait à cette eau déjà trouble, pour rendre son regard à la fois vide et perçant. De la détresse au fond des yeux il en avait vu, de par son métier il était même amené à ne voir que ça. Mais celui d’Aileen avait ce petit détail qui faisait la différence. Cette colère qui grondait comme une tempête prête à éclater à tout moment. Et c’était sûrement un avant-goût qu’elle avait laissé s’exprimer lorsqu’elle avait mis Ares à terre. Sa tasse dans une main, il récupéra son carnet de l’autre qu’il rangea tandis qu’il reprenait le court de sa conversation. « Ravi d’apprendre qu’un de mes confrères – ou consœur – s’occupe de vous. » Il haussa les épaules. Il ne se permettrait jamais de critiquer le travail d’un de ses collègues, bien que certains mériteraient qu’on leur retire leur droit d’exercer. « Ca fait combien de temps que vous consultez ? » S’enquit le jeune homme. « Je n’essaie pas de vous analyser ou de me mêler de ce qui ne me regarde pas. Je veux juste faire la conversation. » Pour se donner un peu de contenance, il prit une gorgée de sa tasse. « Après si vous voulez qu’on parle plutôt de la météo, on peut. Je suis toute ouïe. » Se crut bon de préciser Ares. « Vous avez froid ? Vous n’avez pas cessé de croiser les bras depuis qu’on s’est installés. Vous voulez ma veste peut-être ? » Sa question n’était pas anodine. Liant le geste à la parole, il avait déjà commencé à enlever sa veste pour la lui poser sur les épaules. C’était sûrement petit de sa part de poser une telle question, connaissant déjà la réponse, mais c’était Ares. Un petit con.


titre en minuscule ici
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen Da Valle10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Aileen Da Valle
http://www.ciao-vecchio.com/t7716-aileen-save-me-from-darkness http://www.ciao-vecchio.com/t7732-aileen-we-all-need-some-friends#257805
Faceclaim : Jennifer Lawrence
Messages : 86 - Points : 242
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Tumblr_pekk8h8rsG1rd915do4_r1_400
Âge : 31 ans
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le Ven 9 Oct 2020 - 22:14 )
Si Aileen avait glissé l’information du psychologue qu’elle était obligée de consulter, ce n’était pas parce qu’elle était prête à se confier soudainement mais simplement parce qu’elle ne cherchait pas à se cacher de ce détail. De toute façon, si son vis-à-vis était sérieux et professionnel dans son travail, il devait bien se douter que la jeune femme était probablement suivie par quelqu’un. Elle n’avait fait que lui donner l’évidence, elle-même n’était pas idiote au point de croire que son attitude était normale toutefois cela ne voulait pas dire qu’elle comptait sur ces gens là pour aller mieux. Ce n’était pas comme s’ils avaient des pouvoirs magiques et comme s’ils étaient en mesure de changer le passé, de l’aider à effacer ce traumatisme qu’elle avait traversé. Tout ce qu’ils attendaient d’elle était qu’elle évacue ce qu’elle avait sur le cœur, qu’elle leur avoue ses peines et ses craintes les plus profondes, en prétextant que ça lui ferait du bien d’en parler, que ça la soulagerait. Hors, la blonde n’avait jamais réussi à y croire et elle n’y croyait toujours pas actuellement. Parce qu’elle ne souhaitait pas aborder ce sujet, parce qu’elle ne souhaitait pas revivre toutes ces horreurs qui la torturaient dés qu’elle osait y penser. Cela lui était impossible. Elle n’avait même pas besoin d’en parler pour souffrir le martyre, pour se souvenir distinctement de ce qu’il s’était passé il y a cinq ans. On essayait de la forcer mais personne ne savait réellement quelle douleur la tiraillait, quelle image la brisait un peu plus à chaque fois qu’elle y songeait, comment elle était vide de l’intérieur et que plus rien ne semblait lui donner goût à la vie. On s’amusait de sa folie, on s’amusait de ses réactions, on en était même fasciné parfois hors il n’y avait rien de drôle à cet enfer dans lequel elle était prisonnière.

A nouveau, la jeune femme avait dévisagé son interlocuteur du regard, un brin blasé. Il continuait de la questionner et d’en apprendre plus sur la personne qu’elle était. Une pensée que l’homme avait aussitôt contredit, avant même qu’elle n’ouvre entièrement la bouche pour dire quoi que ce soit, rétorquant l’interroger sur le sujet simplement pour faire la conversation. Elle en doutait mais certes, elle ne lui avait donné aucune réponse de toute façon. Son vis-à-vis avait enchaîné avant même qu’elle ne réplique quelque chose et ça l’avait arrangé. « J’ai froid. » Avait ensuite déclaré Aileen en se frottant doucement les bras, n’étant pas assez stupide pour ne pas remarquer ce que l’autre manigançait. Mais en soit, c’était vrai qu’il ne faisait pas particulièrement chaud non plus même si, le froid était la dernière chose qui l’effrayait et qu’elle était capable de combattre sans problème. « Vous êtes sûr ? » L’avait-elle alors interrogé alors que le psychologue avait déjà retiré sa veste. « Ce serait bête que vous tombiez malade. » Certes, il ne s’en prendrait qu’à lui-même, il n’avait qu’à pas être si con. Elle lui avait dit d’arrêter hors il continuait, c’était amplement de sa faute.


≈ Just take, one step, closer. Put one foot in front of the other. You'll, get through this, just follow the light in the darkness, you're gonna be okay. You never know just what tomorrow holds and you're stronger than you know
Revenir en haut Aller en bas
Ares Staçion10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ares Staçion
http://www.ciao-vecchio.com/t7659-ares-turns-out-all-my-mistakes http://www.ciao-vecchio.com/t7705-vous-etes-en-etat-d-ares-stacion
Faceclaim : Milo Ventimiglia : ealitya
Messages : 392 - Points : 726
Âge : 38 ans
Métier : Psychologue spécialisé en criminologie
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le Sam 10 Oct 2020 - 15:07 )
Dans sa grande et fausse générosité, il avait commencé à enlever sa veste qu’il lui proposait avant même qu’elle n’ait réellement le temps de répondre. Du coin de l’œil, il continuait à l’observer. Il y avait une chance sur deux pour qu’elle lui réponde franchement quant à la position qu’elle adoptait depuis le début de cette conversation. Ares le savait, mais il aimait jouer avec les probabilités, surtout lorsqu’elles n’étaient pas de son côté. Malgré son apparence d’homme plutôt prudent, le psychologue aimait défier la chance pour voir lequel des deux gagnerait. Il gagnait quelques fois mais perdait souvent. Pourtant ça ne l’arrêtait pas pour autant. Ici par exemple, alors qu’il aurait dû s’arrêter depuis bien plus tôt d’essayer de sonder Aileen, il était juste en train de provoquer une fois de plus la chance qui n’était pas de son côté. Lorsque d’une voix presque blanche, la jeune blonde avait répondu à sa question par la positive, il se retrouva bien con. Maître de ses émotions, il ne le montra pas. Du moins il essaya de dissimuler sa surprise qui se mêlait à cette pointe d’hilarité. Elle mentait. Il le savait, elle aussi. Mais il ne pouvait pas lui pointer du doigt une telle chose. Alors pour aller au bout de la provocation, il hocha la tête avant de se lever de sa chaise pour déposer sa veste sur les épaules de la jeune femme. « Certain. » Répondit Ares. Pendant de courtes secondes, il prit soin de bien placer le vêtement sur elle pour être sûre qu’elle ne prendrait pas froid – tant qu’à faire – avant de se rasseoir à sa place initiale. « Si ça peut faire en sorte que vous n’ayez plus froid… Puis je suis en bonne santé, ce n’est pas parce que j’ai enlevé ma veste que je vais prendre froid. » Hors de question pour le psychologue de se laisser démonter face à la réaction complètement inattendue de la jeune blonde. Toujours dans le but de montrer un certain détachement, il récupéra sa tasse qu’il porta à ses lèvres avant d’en prendre une grosse gorgée comme pour essayer de se réchauffer intérieurement. Il commençait vraiment à regretter son idée qui, sur le coup, avait semblé être une bonne. Mentalement, il s’était même félicité de sa supercherie avant qu’elle ne lui retombe dessus. En plus de ça, le cappuccino qui descendait à vue d’œil avait ce goût qu’il n’aimait pas, et qui ne pouvait même pas vraiment le réchauffer. Mais tout ça, il le passait sous silence. « Et sinon, vous faites quoi dans la vie ? Vous savez ce que moi je fais et moi je ne sais toujours pas ce que vous faites. » Il aurait pu abandonner. Récupérer sa veste, aller faire ses courses et rentrer chez lui. Mais de quoi aurait-il l’air s’il mettait fin à la conversation ici ? Ce n’était juste pas possible. Aussi bien d’un point de vue de la bienséance que pour son égo.


titre en minuscule ici
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen Da Valle10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Aileen Da Valle
http://www.ciao-vecchio.com/t7716-aileen-save-me-from-darkness http://www.ciao-vecchio.com/t7732-aileen-we-all-need-some-friends#257805
Faceclaim : Jennifer Lawrence
Messages : 86 - Points : 242
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Tumblr_pekk8h8rsG1rd915do4_r1_400
Âge : 31 ans
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le Sam 10 Oct 2020 - 15:51 )
Evidemment qu’Aileen n’était pas à l’aise et toujours méfiante cependant elle n’était pas stupide non plus et avait parfaitement conscience que si son vis-à-vis souhaitait lui faire du mal, il ne pouvait pas en ces lieux. Et parce qu’elle appréciait moyennement le fait qu’il continue de l’analyser de la sorte, ça avait été naturelle pour elle de le provoquer à son tour puis rentrer dans son jeu. Ce n’était pas parce qu’elle était marquée psychologiquement, parce qu’elle avait changé drastiquement depuis le drame, qu’elle ne gardait pas quelques traces de son caractère. Si on la cherchait de trop près, évidemment qu’elle ne se laisserait pas faire et qu’elle défierait à son tour. Le garçon qui se tenait devant elle semblait prendre plaisir à en découvrir plus sur elle, il semblait bien s’en amuser également en la dessinant comme il l’avait fait et s’il trouvait ça drôle, Aileen, elle, ça ne l’amusait pas. Alors, elle le prenait dans son propre jeu et s’il continuait, elle continuerait sûrement aussi, tout en restant sur ses gardes, bien sûr. Il y avait malheureusement des limites qu’elle n’était pas en mesure de franchir et ce peu importait à quel point elle le souhaiterait. En cet instant, mentir et dire qu’elle avait froid n’était pas trop compliqué, bien qu’intérieurement, elle avait senti les battements de son cœur s’accéléraient lorsque le psychologue s’était approché pour lui passer sa veste sur les épaules. Elle n’aimait pas ce genre de gestes, elle n’aimait pas qu’on s’immisce de trop près dans son espace vitale parce qu’elle ne parvenait jamais à deviner les véritables intentions des autres. Seulement, elle avait été forte, elle n’avait rien laissé transparaître et était restée neutre, allant même jusqu’à glisser ses bras dans les manches du vêtement. Autant être confortable après tout. « J’espère pour vous. Je ne vous le demanderais pas deux fois. » Tant pis pour lui. Il n’avait qu’à pas être aussi idiot… Et sur ses propos, la blonde avait haussé les épaules avant de prendre également quelques gorgées de sa boisson. Non, pas le moins du monde, elle ne s’inquiétait de la santé de son interlocuteur parce que c’était de sa faute à lui et que de toute façon, il n’avait pas voulu la reprendre lorsqu’elle lui avait proposé.

Qu’il l’interroge sur sa vie actuelle ne l’avait cette fois-ci pas offensé et bien qu’il pouvait s’agir d’une nouvelle manière pour l’analyser, Aileen n’en avait pas tenu rigueur. Il s’agissait là d’une question banale et à dire vrai, elle préférait parler du présent plutôt que du passé. « Je travaille dans un club de self defense. » Elle y assistait le coach et s’y entraînait même régulièrement. « Mais je doute que cela vous apporte quelque chose de savoir ça maintenant. » Mis à part le fait qu’il devait mieux comprendre d’où lui venait toute cette force qu’elle avait utilisé contre lui l’autre jour. « Et est-ce que je peux au moins savoir votre nom ? » Puisqu’on était dans les banalités tant qu’à faire, ce serait sûrement mieux si elle pouvait mettre une identité sur ce visage. « J’ai jeté votre carte du coup je l’ignore. » Elle ne paraissait pas non plus honteuse d’avoir commis un tel acte, surtout que son vis-à-vis devait pertinemment se douter qu’elle n’avait jamais eu l’intention de la garder en souvenir. Et puis quoi encore.


≈ Just take, one step, closer. Put one foot in front of the other. You'll, get through this, just follow the light in the darkness, you're gonna be okay. You never know just what tomorrow holds and you're stronger than you know
Revenir en haut Aller en bas
Ares Staçion10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ares Staçion
http://www.ciao-vecchio.com/t7659-ares-turns-out-all-my-mistakes http://www.ciao-vecchio.com/t7705-vous-etes-en-etat-d-ares-stacion
Faceclaim : Milo Ventimiglia : ealitya
Messages : 392 - Points : 726
Âge : 38 ans
Métier : Psychologue spécialisé en criminologie
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le Sam 10 Oct 2020 - 16:48 )
Malgré le froid qui le fouettait doucement la moustache, faisait presque frissonner sa lèvre supérieure, Ares avait bien remarqué la rigidité dans les gestes d’Aileen. A mesure qu’il se rapprochait d’elle, tout son corps se figeait, comme si même sa respiration avait cessé. Il préféra ne pas relever mais continuait à trouver ça intéressant. Si une part de lui, considérait ce comportement était normal alors qu’un inconnu déposait sa veste sur ses épaules, une autre n’en était pas vraiment convaincue. En interne, une bataille commençait à faire rage. Sa logique se heurtait à son côté provocateur et contradictoire. Il voulait se prouver à lui-même qu’en face de lui se tenait une femme pas comme les autres. Bien entendu, aucune femme ne se ressemblait et à force de les avoir côtoyé, il en est même arrivé à la conclusion qu’elles avaient toutes besoin d’un psy. Certaines de ses conquêtes s’étaient justement jetées dans ses bras à cause du vide qu’elles pensaient être en mesure de combler, rien qu’une nuit. Lui le remarquait directement. Et malheureusement pour elles, il n’hésitait pas à pointer ça du doigt. Pas parce qu’il voulait leur faire du mal, mais parce qu’il voulait les aider. Ou parce qu’il voulait juste assouvir cette envie de montrer au monde entier son intelligence et sa perspicacité, peu importe les moyens. Peu importe s’il importunait les gens ou s’il les blessait. Un peu comme ici.

A nouveau installé sur sa chaise, il reprit la parole en laissant son regard balayer l’endroit qui ne cessait de grouiller de monde qui allaient et venaient. Le froid qu’il commençait doucement à ressentir, il préférait passer outre pour ne pas reconnaître qu’il avait peut-être usé d’une mauvaise méthode. Comme depuis le début de la rencontre, il prit les devants et posa les questions. Alors qu’il était sur le point de porter à nouveau sa tasse contre ses lèvres, il suspendit son geste en entendant la réponse de la jeune blonde. Un sourcil arqué, il se demandait s’il avait bien entendu avant que ses lèvres ne se fendent en un petit sourire. A la fois surprenant et prévisible, il lâcha un petit rire avant de terminer sa tasse qu’il posa devant lui en s’essuyant les coins de la bouche. « C’est… atypique. » C’était le moins qu’il puisse dire. D’autres questions se sont implantés dans son cerveau tandis qu’il les laissait s’agiter dans son cerveau. Il comprenait effectivement mieux comment elle avait presque pu lui ôter la vie en un coup de sac – dans lequel il en était persuadé, elle transportait des briques. Mais surtout, n’était pas pour elle un moyen de reprendre le contrôle sur des choses lui échappent ? D’insuffler un peu de force dans ce corps qui lui semblait brisé ? Plus elle parlait, moins Ares l’écoutait, préférant laisser glisser son regard sérieux sur elle. Sans même s’en rendre compte il avait commencé à la fixer alors que ses pensées continuaient à se cogner contre les parois de son crâne. Au bout de longues secondes, il secoua doucement la tête. Sa question venait enfin de percuter. Oui, son prénom. « Ares. » Répondit-il avec une fois à la voix sérieuse et perdu, comme s’il revenait au moment présent. « Ares Staçion. » Il haussa les épaules en prononçant son nom complet à voix haute. Ca faisait souvent sourire, lui savait également en rigoler. « Vous donnez des cours à ce club ? Vous pratiquez quel sport ? » S’enquit le jeune homme. « Vu les coups que vous mettez aux gens, j’imagine que vous pratiquez depuis un bon moment déjà. » Tentative vaine d’en savoir un peu plus.


titre en minuscule ici
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
All the devils are here || Ft. Ares - Page 2 Empty
Sujet: Re: All the devils are here || Ft. Ares ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- All the devils are here || Ft. Ares -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant