Revenir en haut
Aller en bas


 

- and i'm feeling good (dario) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Giada Romano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Giada Romano
http://www.ciao-vecchio.com/t7552-giada-mangia-bene-ridi-spesso- http://www.ciao-vecchio.com/t7651-giada-caviar-and-cigarettes-well-versed-in-etiquette#255805
Faceclaim : Katie CUTIE Stevens (cajou).
Messages : 39 - Points : 52
and i'm feeling good (dario) Tumblr_inline_p3afh4Un7c1ts1epz_250
Âge : 30 belles et longues années derrière moi, une étape de plus dans cette vie pleine de surprises.
Métier : Serveuse au Ghetto Crime Bar, Une carrière à venir mais qui semble encore loin, à la limite de la démission presque tous les jours.
and i'm feeling good (dario) Empty
Sujet: and i'm feeling good (dario) ( le Lun 5 Oct 2020 - 22:41 )

dario & giada
that awkward moment when it’s dead silent


C’était le service le plus merdique de la semaine. Du mois. De l’année. En fait, ça fait quelques jours que je rentre à l’appartement et que je me dis ça, traînant des pieds à travers les pièces, finissant par me rappeler qu’il faut que j’arrête. Je m’écroule dans le fauteuil, soufflant de longues fois et puis fermant les yeux, profitant d’un calme plutôt rare pour cet appartement, toujours rempli. J’en viens à me dire que ça me ferait du bien d’avoir de la compagnie, mais ça ne dure qu’une demi seconde ; je les aime, mais je me connais, je vais finir par tomber sur quelqu’un, et pour une bêtise, simplement parce que j’ai eu une journée de merde. Non, il vaut mieux que je sois toute seule, que je respire et que je prenne du temps pour moi. Avec l’habitude, j’ai fini par me créer une espèce de routine pour m’en sortir, éviter de retomber dans une mauvaise déprime. Je profite de l’absence de Micka pour me faire couler un bain et utiliser ses sels sans qu’elle ne le remarque. Et parce que c’est toujours plus marrant d’utiliser les affaires des autres et pas les siennes. Je me déshabille sur le chemin, lançant mon pantalon à travers le salon, atterrissant sur la table basse ; je me promets de le ramasser au retour, je vais encore me faire gronder. Ce bain est une bénédiction de fin de journée. L’eau chaude est apaisante, détend chacun de mes ports. Les seuls dégagent une odeur douce qui me parfume la peau et qui parfume la pièce. Un petit fond de musique et de longues, très longues minutes. Je crois que je suis restée une bonne heure dedans, je crois même que je me suis endormie un petit moment. C’est l’eau qui commence à refroidir qui déclenche l’alerte. Une serviette, un peignoir, puis le tour est joué. Je range le pantalon que j’ai lancé un peu plus tôt et je peux m’installer dans le salon tranquillement.

La dernière partie de la soirée consiste à me mettre devant un bon film avec une bouteille de vin. J’enfile un peignoir et vais dans la cuisine pour sortir une de mes bonnes bouteilles, mais j’arrive en plein scénario d’horreur. Je devais être trop fatigué pour me rendre compte que j’avais vidé ma dernière bouteille, et j’ai besoin de me rassurer en me souvenant que nous avions partagé un verre avec les filles il y a deux jours. Je réfléchis à une solution de secours et, si mes calculs sont bons, Dario est chez lui et devrait avoir de quoi m’aider. De toutes façons, qui ne tente rien n’a rien. Je passe à coté, sans prendre la peine de frapper à la porte. Je me demande même si un jour j’ai déjà frappé à cette porte avant de rentrer. Darioooo, amore. criais-je presque, un large sourire sur les lèvres. J’ai pris l’habitude de donner des petits surnoms affectueux à tous mes amis, sans gène ou sans sous entendus. Je crois que ça leur faisait un peu bizarre au début, mais ils ont fini par s’y habituer. Ils n’ont pas eu vraiment le choix en fait. Est-ce que ... Tu aurais une bonne bouteille à me donner ? Est-ce que tu aurais une bonne bouteille qu’on pourrait partager devant un film à l’eau de rose ? Une bonne dizaine de question qui me passent par la tête, mais impossible d’aller plus loin que le que. Je n’ai jamais été du genre timide, j’aime dire ce que je pense et parler de sexe … Je me dis parfois que j’aime trop ça. Mais me retrouver chez mon ami avec toutes sortes d’objets spéciaux devant lui me met assez mal à l’aise. Oups. Ma main n’abandonne pas la poignée de la porte et mes yeux, eux, restent plantés sur les jouets. J’en reconnais quelques uns, mais je me demande à quoi peuvent bien servir les autres. Mais c’est toujours bizarre et mon regard qui n’abandonnent pas doivent sûrement le rendre encore plus mal que moi. Je secoue la tête et je récupère mes idées, plongeant dans la réalité. J’hésite, j’hésite entre foncer vers la table pour tout regarder de plus près et partir en courant. La première ressemble à la jeune Giada, mais celle qui a mûrit décide de faire quelques pas vers l’arrière, le rouge montant aux joues. Puis il ne faut pas oublié que lui aussi, doit sûrement mourir de honte intérieurement. Je crois que je vais te laisser, t’as l’air en très bonne compagnie. pouffais-je à moitié, me moquant de lui malgré tout.


AVENGEDINCHAINS


@Dario Lazzio
Revenir en haut Aller en bas
Dario LazzioLa jeunesse dorée et éclatante
Dario Lazzio
http://www.ciao-vecchio.com/t7261-dario-that-s-why-they-call-me- http://www.ciao-vecchio.com/t7280-dario-don-t-stop-me-now
Faceclaim : Joe Keery ; (c) Avenged in Chains
Je suis absent-e : présence réduite ; pleinement de retour d'ici mi-novembre
Messages : 215 - Points : 312
and i'm feeling good (dario) Giphy.gif?cid=ecf05e47xzvrdy4ubrxqyd8fj6lfhifc3kr2fmm82j721obl&rid=giphy
Âge : 28 ans (21 juin 1992)
Métier : Guichetier au Modernissimo et parfois barman au Ghetto Crime Bar.
and i'm feeling good (dario) Empty
Sujet: Re: and i'm feeling good (dario) ( le Lun 12 Oct 2020 - 17:11 )
And I’m feeling good.



Depuis les récents événements, le Ghetto Crime Bar, comme tant d’autres commerces napolitains, tournait au ralenti. Et dans ces cas-là, Dario, qui y faisait des extras que quelques soirs par semaine, était l’un des premiers que l’on mettait au chômage technique. En plus de cela, le Modernissimo n’avait pas encore ouvert au public, puisque le lieu demandait encore des réparations importantes avant de pouvoir à nouveau accueillir les cinéphiles de tous âges. Evidemment, cela occasionnait une baisse de salaire non négligeable qu’il essayait de compenser en limitant les achats inutiles. A vrai dire, il avait plus ou moins l’habitude de se retrouver dans ce genre de situation précaire, et jusqu’ici il avait toujours réussi à s’en sortir, alors il n’y avait pas de raison pour que ça change aujourd’hui. Outre cette problématique pécuniaire, la réduction de son temps de travail lui avait permis une chose : augmenter la fréquence et la durée de ses entraînements. Il ne l’avait dit à personne pour le moment, mais une idée avait commencé à lui trotter dans la tête, et s’il voulait avoir une chance de la voir se réaliser, il avait plutôt intérêt à ne pas lésiner sur son investissement lors des entraînements. Alors finalement, il rentrait souvent à la coloc plus fatigué que lorsqu’il travaillait plus régulièrement. Avant d’emprunter les escaliers pour rejoindre son appartement, le patineur frappa trois petits coups secs à la porte du concierge, pour savoir s’il y avait du courrier pour lui ou ses amis. L’homme d’âge mûr était habitué désormais : il savait qu’il pouvait réunir les colis du 11 ou du 12, ces jeunes avaient l’air de vivre constamment les uns chez les autres, alors il avait arrêté d’essayer de comprendre qui habitait où. Il y avait effectivement du courrier : une lettre adressée à Mickaela et un colis pour lui. C’était d’ailleurs surprenant, car Dario n’avait pas le souvenir d’avoir commandé quoi que ce soit - réduction des achats inutiles, souvenez-vous.

Après avoir déposé l’enveloppe adressée à son amie sur la table de leur cuisine, le jeune homme rejoignit sa propre chambre, pour découvrir enfin ce qui avait bien pu lui être envoyé. Un nouveau contretemps retarda toutefois le moment de la révélation, puisque Crook - le chaton roux qu’il avait adopté en toute illégalité - réclamait ses croquettes. Une fois l’entièreté de ses obligations accomplies, Dario put enfin ouvrir le mystérieux carton, alors que Crook s’était roulé en boule à ses côtés. « Mais qu’est-ce que... ? » La surprise se lisait aussi bien dans sa question inachevée que sur son visage. Sex-toys colorés, sous-vêtements comestibles, préservatifs fluorescents, gel de massage mangeable… Le colis était rempli d’échantillons et de bons de réduction provenant d’un nouveau sex shop qui venait apparemment d’ouvrir dans leur quartier. Le patineur n’avait aucune idée de pourquoi il avait reçu tout cela : avait-il laissé son nom et son adresse quelque part ? Il n’en avait aucun souvenir, mais se connaissant, il savait bien que c’était tout à fait possible. Alors qu’il tenait entre ses mains ce qui devait être une culotte en bonbons, tachant de trouver dans quel sens elle pouvait bien s’enfiler, la porte de sa chambre s’ouvrit à la volée, laissant apparaître une Giada, vêtue d’un peignoir et ses cheveux encore enroulés dans une serviette de bain. Encore une fois, la surprise le laissa sans voix. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’était pas la présence de ces articles intimes sur son lit qui le préoccupait le plus, mais le chaton endormi à ses côtés. En effet, personne n’était au courant de l’existence de ce septième colocataire et cela devait rester un secret tant qu’il n’avait pas terminé son expérimentation, à savoir vérifier si Chandler était bel et bien allergique ou non. D’un rapide coup d’oeil, il se rendit compte que le carton masquait Crook de la vue de Giada, il souffla donc de soulagement avant de se concentrer sur le second problème : la gêne de son amie. Le regard de Dario se posa alternativement sur les babioles aux promesses alléchantes puis sur sa colocataire dont les joues viraient progressivement au rouge vermeil. Comment expliquer le pourquoi du comment sans avoir l’air de se justifier honteusement ? Ce fut finalement quand elle sous entendit en pouffant qu’elle allait le laisser en bonne compagnie qu’il éclata lui aussi de rire. « Tiens attrape, ça ne me sera d’aucune utilité ! » lui répondit alors le patineur, un large sourire aux lèvres, tout en lançant à son amie un canard rose qui, selon la notice, allait enchanter ses nuits voire même son prochain bain. « J’vais avoir besoin d’aide pour comprendre comment la moitié de ces trucs fonctionne, » poursuivit-il en reportant son attention sur les objets éparpillés sur son lit, les sourcils froncés. « T’as du temps à perdre ? » Question posée en lui jetant un regard malicieux. Finalement, cette irruption imprévue était tombée à point nommé !


We're just having fun
We don't care who sees
So what we go out
That's how it's supposed to be
Living young and wild and free
Revenir en haut Aller en bas
Giada Romano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Giada Romano
http://www.ciao-vecchio.com/t7552-giada-mangia-bene-ridi-spesso- http://www.ciao-vecchio.com/t7651-giada-caviar-and-cigarettes-well-versed-in-etiquette#255805
Faceclaim : Katie CUTIE Stevens (cajou).
Messages : 39 - Points : 52
and i'm feeling good (dario) Tumblr_inline_p3afh4Un7c1ts1epz_250
Âge : 30 belles et longues années derrière moi, une étape de plus dans cette vie pleine de surprises.
Métier : Serveuse au Ghetto Crime Bar, Une carrière à venir mais qui semble encore loin, à la limite de la démission presque tous les jours.
and i'm feeling good (dario) Empty
Sujet: Re: and i'm feeling good (dario) ( le Dim 18 Oct 2020 - 22:13 )

dario & giada
that awkward moment when it’s dead silent


Toujours se considérer chanceuse de pouvoir travailler, même si ce n’est pas le job de mes rêves. Je rentre souvent à la maison déprimé, me préparant quelques habitudes pour me remonter le moral, mais j’essaie toujours de me rappeler que j’ai de la chance de pouvoir bosser et de gagner mon argent. Pas grand-chose par rapport à ce que j’avais, mais c’est déjà ça. Enfin, quand j’y réfléchis, je me dis que je cherche toujours une excuse pour m’occuper de moi et la voilà pour aujourd’hui. J’étais par contre loin de me douter que je me retrouverais dans cette situation simplement à cause de mes habitudes. Mais en fait, c’est plus gênant pour lui que pour moi. Et je m’amuse comme une petite folle. Oooooh, c’est Noël avant l’heure. dis-je en attrapant le canard. J’en avais entendu parler et des copines m’avaient expliqué son fonctionnement, mais je n’avais jamais ressenti le besoin de tester. Voilà que l’occasion est arrivée. J’en achèterais bien aux filles aussi, ça sera drôle de voir leurs têtes et puis ça les décoinceras un peu. A défaut de passer pour une désespérée ... Je déglutis difficilement, légèrement gênée, avant de me rappeler que c’est Dario devant moi et qu’il sait tout de ma vie. Ou presque. Comme toute la coloc d’ailleurs. Alors je me décoince et pose avec envie la question qui me traverse l’esprit. T’as pas autre chose qui ne te servirait à rien ? finis-je par demander, presque supplié. A n’être satisfaite par personne, je me dis que je n’ai qu’à me satisfaire toute seule.

Je m’approche pour de bon, me posant à coté de Dario. Je fixe l’intérieur de la boite avec tous ces gadget, partagé entre un léger rouge qui me monte aux joues et une crise de fou rire qui frappe à la porte. Son air désemparé n’arrange rien. A ce point là ? Je ne me sens pas comme une spécialiste, loin de là, mais je pensais que le jeune homme serait du même genre que moi, à s’y connaître un minimum. Après tout, il m’a lancé le canard en toute connaissance de cause. Enfin, je suppose qu’on verra. Comment tu t’es retrouvé avec tout ça ? Parce que vu ta tête, c’est pas ta commande. Je ne juge pas, je ne jugerais jamais. Après tout, il y a deux minutes, j’étais presque en train de le supplier pour qu’il me refile d’autres trucs. Si c’est quelqu’un qui lui a fait une blague, je la trouve limite. Et si c’est un cadeau, c’est qu’il s’est trouvé un nouveau copain assez cool. A moins que ce soit quelqu’un de la bande … J’ai toujours du temps à perdre pour toi. dis-je en lui envoyant un bisou volant. Je farfouille un peu, liste les trucs dont je connais l’utilité en m’imaginant les utiliser. Il faut dire que ma vie personnelle est un peu à l’arrêt pour l’instant, j’ai l’impression de ne pas avoir vu un garçon de près depuis des mois. A part Elia, mais ça compte qu’à moitié. Je ne cracherais pas sur un petit peu de piment dans ma vie, autre chose qu’une tasse de café trop chaude qu’un client casse pieds me renvoit. Ces trucs là, j’ai pas besoin de te faire un dessin. Je sors les sous vêtements comestibles, les menottes et un truc qui doit ressembler à un bandeau. On chipote un peu tous les deux, amusés, avant que je ne vois un truc spécial qui m’intrigue assez. Par contre ça … Je ne sais pas du tout ce que c’est. finis-je par dire, soulevant un truc de la boite. Enfin si, je pense savoir, mais il a une forme tellement bizarre qu’à part mourir de rire, je ne sais pas faire grand-chose de plus.


AVENGEDINCHAINS


@Dario Lazzio



    When we honestly ask ourselves which person in our lives mean the most to us, we often find that it is those who, instead of giving advice, solutions, or cures, have chosen rather to share our pain and touch our wounds with a warm and tender hand. The friend who can be silent with us in a moment of despair or confusion, who can stay with us in an hour of grief and bereavement, who can tolerate not knowing, not curing, not healing and face with us the reality of our powerlessness, that is a friend who cares. Nouwen.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
and i'm feeling good (dario) Empty
Sujet: Re: and i'm feeling good (dario) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- and i'm feeling good (dario) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut