Revenir en haut
Aller en bas


 

- Aileen || Man down -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ares Staçion10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ares Staçion
http://www.ciao-vecchio.com/t7659-ares-turns-out-all-my-mistakes http://www.ciao-vecchio.com/t7705-vous-etes-en-etat-d-ares-stacion
Faceclaim : Milo Ventimiglia : ealitya
Messages : 392 - Points : 726
Âge : 38 ans
Métier : Psychologue spécialisé en criminologie
Aileen || Man down Empty
Sujet: Aileen || Man down ( le Sam 10 Oct 2020 - 22:04 )
Son fidèle carnet dans une main, d’un air distrait, Ares s’avançait dans la file pour passer sa commande. Ce n’était pas vraiment dans ses habitudes de manger dehors – bien qu’il ne cuisinait pas vraiment non plus – mais sa petite sœur avait décidé ce jour-là de le faire sortir de sa tanière. Les rendez-vous dominicaux n’étant plus suffisants pour la jeune femme qui avait juste envie de passer du temps avec son frère. En réalité, il se doutait qu’il y avait une autre vraie raison derrière ça, mais il n’avait pas eu le courage de lui demander ce qu’elle voulait vraiment. Il s’était contenté de soupirer avant de raccrocher. Ils se retrouveraient en ville, dans un endroit public pour déjeuner ensemble. A peine avait-il posé son téléphone qu’elle avait déjà envoyé un message pour le remercier d’avoir accepté son invitation, et lui rappeler le lieu de rendez-vous. Une main passée sur le visage tandis que son sourire fendait doucement le visage, il s’étira en se penchant en arrière avec les mains derrière la tête. Sacré Déva. C’était l’une des rares personnes qui arrivait encore à le surprendre. Car s’il savait qu’elle avait quelque chose à lui demander, il n’était pas certain de savoir ce qu’elle voulait exactement. Elle était tellement pleine de vie et de surprise qu’au final, peut-être même qu’il était en train de se tromper.

Un rapide coup d’œil à la montre à son poignée l’informa de l’heure qu’il était. Ni une, ni deux, il fonça en voiture pour se rendre au point de rencontre. La circulation bien trop fluide à son goût ne lui avait même pas donné l’occasion de travailler sur une théorie. En moins de vingt minutes il était déjà garé et prêt à pénétrer dans l’enceinte du bâtiment. Elle lui avait donné rendez-vous dans un food court en plein cœur de Naples. Une place au milieu d’un grand centre commercial où il leur était possible de s’installer pour manger avec autour d’eux toute sorte de fast food et de restaurants. Alors qu’il balaya l’endroit du regard pour essayer de la trouver, il comprit qu’il était arrivé en avance. Ce qui confirma cette pensée fut le message qu’il reçut par la suite qui indiquait que Déva serait en retard de quelques minutes. En soupirant, il décida d’aller garder une table pour eux deux, et de commander à manger par la même occasion pour ne pas passer pour celui qui était là juste pour s’asseoir. D’un regard distrait il avait sorti son carnet qui occuperait une partie de son temps pendant qu’il attendrait. Lorsque son tour arriva pour commander, il prit une simple salade de fruits tandis que le fil de ses pensées continuait à défiler dans son cerveau en ébullition. Sa salade récupérée, il la paya et alla s’installer à la table la plus proche en ne prêtant même pas attention aux gens autour de lui, qui devaient en faire de même. Une jambe croisée sur l’autre, il commença à relire les quelques notes qu’il avait pu coucher sur papier avant de sortir de chez lui. Le cas sur lequel il avait été amené à travailler lui prenait de plus en plus la tête. Il multipliait les nuits blanches ainsi que les insomnies lorsqu’il s’obligeait au moins à rentrer dans son lit. Sa fourchette en plastique piqua distraitement un des fruits qu’il porta à sa bouche, ses yeux parcourant toujours la feuille qu’il avait pourtant lu et relu une deuxième fois. Après une première bouchée, une seconde, puis une troisième. Au bout de la quatrième il fut prise d’une petite quinte de toux qui ne l’inquiéta pas plus que ça. Les saisons changeantes faisaient que les rhumes traînaient. Il déposa sa fourchette dans son petit bol et alors qu’il continuait à tousser, avec cette sensation de picotement au niveau de la gorge, il refusait de lâcher des yeux ce qu’il avait sous les yeux. A force de tousser, des regards se tournèrent vers lui et sa toux qui devenait de plus en plus violente, avec de plus en plus de mal à respirer. Plus les secondes défilaient et plus il se sentait mal. Il décida d’aller aux toilettes pour voir de plus près ce qu’il se passait, mais à peine avait-il essayé de se mettre debout qu’il retomba aussitôt assis. La toux était telle qu’il ne pouvait même pas se tenir debout. La vue trouble, quelque chose de vert arriva tout de même à interpeller son regard. Une main tremblante, il récupéra la fourchette et il n’en fallut pas plus pour qu’il aperçoive ce morceau de kiwi au bout. Merde. Il avait dû en avaler. Il lui fallait une piqûre et vite. Il devait se rendre à l’hôpital. Dns une ultime tentative de se sauver, il se mit debout et fit à peine deux pas avant de s’effondrer au niveau d’une table où il renversa tout le contenu dessus. Son corps bascula vers l’avant alors qu’il essayait de se rattraper à une chaise, cette dernière s’écroula au sol comme lui. « A l’aide. » Souffla Ares du bout des lèvres, les mots à peine audible. « Aidez-moi. »


titre en minuscule ici
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen Da Valle10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Aileen Da Valle
http://www.ciao-vecchio.com/t7716-aileen-save-me-from-darkness http://www.ciao-vecchio.com/t7732-aileen-we-all-need-some-friends#257805
Faceclaim : Jennifer Lawrence
Messages : 89 - Points : 242
Aileen || Man down Tumblr_pekk8h8rsG1rd915do4_r1_400
Âge : 31 ans
Aileen || Man down Empty
Sujet: Re: Aileen || Man down ( le Sam 10 Oct 2020 - 22:49 )
On racontait que la vie réservait plein de surprises et que le monde était décidément vraiment trop petit, Aileen allait sérieusement finir par y croire. Elle n’aurait pu dire si tout ceci n’était dû qu’au fruit du hasard, s’il s’agissait d’une suite de malchance ou un mauvais coup du destin, hors c’était à se demander pourquoi ce type sortait toujours de nulle part et au moment où on s’y attendait le moins. D’accord, ils vivaient dans le même quartier, ce qui expliquait – peut-être – les raisons pour laquelle son chemin avait souvent croisé le sien par hasard. Certes, Aileen n’était toujours pas certaine de ce détail hors pour aujourd’hui, elle le mettrait de côté parce que ça n’avait pas lieu d’être mais c’était tellement étrange comme situation. Toute personne normale en aurait sûrement été fasciné alors qu’elle, elle s’inquiétait et concevait des tas de scénarios dans son esprit, tous aussi pires les uns que les autres. Ares, de son nom visiblement, ne lui avait rien fait l’autre jour, il ne l’avait pas attaqué et s’était même montré compréhensif, patient, en dehors de son lot de conneries, bien sûr. La routine de la jeune femme s’était installée de plus bel, elle ne l’avait plus croisé pendant un certain et alors qu’elle cessait d’y songer, voilà qu’il s’écroulait, littéralement, à ses pieds. Sous la surprise, Aileen n’avait pu que sursauter et avoir un mouvement de recul avant de prêter plus attention à la situation qui paraissait urgente. Tout le monde observait en leur direction et sa collègue avec qui elle était venue prendre un café l’avait contemplé avec un regard tout aussi étonné qu’elle.

Sur l’instant, Aileen n’avait pas réfléchi, peut-être aussi parce qu’elle le connaissait déjà, elle n’aurait pas su le dire, et s’était vivement levée de sa chaise pour s’accroupir prestement à sa hauteur. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » Avait-elle demandé vivement, le touchant d’une main hésitante malgré tout « Vous allez bien ? » Il n’en avait clairement pas l’air et elle n’était pas assez idiote pour penser qu’il jouait la comédie. Cela se lisait dans chacun de ses gestes et sur les couleurs de son visage que non, ça n’allait pas. En même temps, elle s’était empressée de composer le numéro d’urgence mais voilà, sans avoir encore eu l’opportunité de joindre qui que ce soit, l’homme semblait déjà divaguer. « Ares ? Vous m’entendez ? » Son téléphone dans une main, elle essayait vainement de le secouer hors parce qu’il ne réagissait pas, elle avait tenté de lui donner quelques petites claques au visage, toujours sans réponse. Il n’allait quand même pas mourir ici, si ? L’inquiétude avait machinalement gagné l’esprit de la blonde qui, à peine avait-elle entendu une voix à l’autre bout du fil, s’était dépêchée d’expliquer la situation. On lui donna des consignes au téléphone, des gestes à faire qu’elle ne connaissait pas forcément et dont elle avait appris à une époque mais ne se rappelait pas forcément. Pourtant, elle avait fait de son mieux et essayer, déboutonnant – non pas sans hésitation – les premiers boutons de sa chemise de façon à ce qu’il puisse respirer plus convenablement et toujours avec les pompiers au téléphone, elle avait effectué les gestes de premier secours. Probablement que lorsqu’elle repenserait à cette scène plus tard, elle serait fière d’elle autant qu’elle se traiterait certainement d’insouciante. Mais l’heure n’était pas à tergiverser et simplement à attendre l’ambulance en espérant que le psychologue ne finisse pas par mourir sous ses mains.

Même s’il ne l’entendait pas, elle avait bien tenté de lui parler, l’insultant parfois, comme si s’emporter de cette manière permettrait à cet homme d’ouvrir les yeux ; elle ne réfléchissait pas réellement en vérité puis toutes les manières étaient bonnes pour espérer après tout. Heureusement, l’ambulance ne se fit pas prier pour arriver et Ares fut rapidement pris en charge. Là encore, Aileen s’était montrée hésitante quand on lui avait proposé de l’accompagner, ayant compris qu’elle le connaissait, et avait finalement opté de monter avec eux. Non, elle n’était pas à l’aise, et elle l’avait regardé allongé sur cette civière dans un mélange de frustration et d’inquiétude, puisque encore une fois à cause de lui, elle se retrouvait dans une situation qui ne lui plaisait guère. Certes, c’était son choix cependant c’était toujours plus facile d’accuser les autres… Ses bras croisés à sa poitrine, loin des deux hommes présents à l’arrière avec elle, elle ne l’avait pas quitté des yeux. Il avait beau être un abruti et douteux, elle ne lui souhaitait pas le pire. Il l’avait aidé l’autre jour et même si elle n’en avait rien dit, elle lui était reconnaissante pour cela.

Très vite, ils arrivèrent à l’hôpital et l’homme fut pris en charge par les urgences. Elle se trouvait quelque peu stupide de l’avoir suivi en réalité toutefois elle se serait inquiétée si elle ne l’avait pas fait, elle aurait sûrement culpabilisé alors que lui l’avait accompagné jusqu’au bout l’autrefois. Ce n’était pas grave si elle n’était pas bien et angoissé par tous les bruits autour d’elle, elle était habituée, elle pouvait bien faire un effort. Le temps qui s’était écoulé ensuite, la jeune femme n’aurait pu le dire néanmoins Ares était apparemment sorti d’affaire, ses jours n’étaient plus en danger et on l’avait placé dans une chambre de jour, le temps qu’il se réveille puis récupère. Aileen aurait pu s’en aller à présent néanmoins elle n’en avait rien fait, pénétrant à l’intérieur de la pièce où l’homme était allongé puis s’était tranquillement installé sur une chaise, pas loin du lit. Elle avait naturellement ramené ses genoux contre elle, les entourant de ses bras tandis qu’elle observait parfois le malade, parfois les murs de la chambre et parfois juste le vide. Ce n’était qu’en entendant du mouvement près d’elle que ses prunelles s’étaient égarées en direction du psychologue, remarquant qu’il était apparemment réveillé. « Vous allez bien ? » L’avait-elle interrogé de plus bel en se repositionnant correctement sur sa chaise et lui offrant toute son attention. « Si vous comptez mourir, faîtes le ailleurs la prochaine fois. » Non parce que, elle avait beau prendre un air détachée, il lui avait fait une belle frayeur.


≈ Just take, one step, closer. Put one foot in front of the other. You'll, get through this, just follow the light in the darkness, you're gonna be okay. You never know just what tomorrow holds and you're stronger than you know
Revenir en haut Aller en bas
Ares Staçion10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ares Staçion
http://www.ciao-vecchio.com/t7659-ares-turns-out-all-my-mistakes http://www.ciao-vecchio.com/t7705-vous-etes-en-etat-d-ares-stacion
Faceclaim : Milo Ventimiglia : ealitya
Messages : 392 - Points : 726
Âge : 38 ans
Métier : Psychologue spécialisé en criminologie
Aileen || Man down Empty
Sujet: Re: Aileen || Man down ( le Dim 11 Oct 2020 - 16:18 )
La vision de plus en plus trouble, Ares n’arrivait même plus à distinguer les formes en face de lui. Tout prenait une allure sombre et difforme tandis qu’une douleur se faisait ressentir au niveau de sa poitrine. L’air lui manquant, il avait presque l’impression de suffoquer dans son propre corps. Jamais il n’avait vécu une crise d’allergie aussi forte que celle-là. En temps normal il faisait d’ailleurs attention car les médecins avaient été clairs avec lui ; chaque crise serait plus violente, c’était à lui d’être vigilent. Aujourd’hui il avait manqué d’attention et en payait presque de sa vie. Les jambes lourdes qui n’arrivaient plus à le porter, il sentit son dos percuter une surface plate et froide comme le sol. Il usa de ses dernières forces pour demander de l’aide, se demandant même si on l’avait entendu. Le temps pressait et l’air lui manquait. Les paupières lourdes, le torse qui ne cessait de se hisser comme à la recherche de cet air qu’on refusait de lui donner, c’était cette espèce de bourdonnement qui inquiétait Ares. Il ne pouvait pas voir grand-chose, ni même se concentrer sur le bruit autour de lui. Il entendait l’agitation qui lui venait de très loin. Pareil pour les pas qui n’avaient pas l’impression de se rapprocher de lui. Des voix tentaient de l’appeler mais il était incapable de répondre ni même d’identifier ces voix qui lui semblaient pourtant familière. Des voix ? Ou une voix ? Il n’en était même pas sûr. Au bout de longues secondes, il finit par perdre totalement connaissance. Il ne sentit même pas la baffe qu’on lui mit pour essayer de le réveiller. Ni les insultes qu’on lui criait à quelques centimètres de son visage pour qu’il ouvre les yeux. Et encore moins les premiers soins qu’on lui avait donné pour qu’il ne rende pas l’âme au milieu de la foule.

Allongé sur une surface moelleuse, une lumière forte arrivait à percer l’enveloppe des paupières closes d’Ares. Grimaçant légèrement, il plissa un peu plus les yeux pour retourner dans cette obscurité réconfortante. Mais il n’y arrivait pas. Il avait beau fermer les yeux de toutes ses forces, impossible pour lui de se rendormir ou du moins de retrouver l’état de sérénité dans lequel il avait été plongé. A mesure que s’égrainaient les secondes, ses sens se remettaient à fonctionner. Tout d’abord le toucher. Un petit geste de la main signala au psychologue qu’il n’était pas chez lui. Ce n’était pas ses draps. Sa couverture n’était pas assez fine. Puis ce fut au tour de l’ouïe. Il y avait cette espèce de bip incessant comme s’il était branché à une machine, qui était aussi agaçant que berçant aux oreilles du jeune homme. Puis le goût, une sorte d’arôme amère au fond de sa bouche et désagréable au point de presque lui filer la nausée. Inconsciemment, il commença à battre doucement la bouche comme pour essayer de se débarrasser de ce goût, en vain. Puis l’odorat. Une odeur aseptisée, qu’il connaissait bien mais qui n’avait rien de l’odeur de son chez lui. Trop épuisé pour même froncer les sourcils, il donna vit à sa vue et ouvrit doucement les yeux. Pour s’accommoder de la forte lumière, il battit des cils à toute vitesse. Nez à nez avec un plafond qui n’était pas le sien, il regarda autour de lui pour se rendre vite compte qu’il était dans une sorte de chambre d’hôpital ? Que s’était-il passé ? Alors qu’il était sur le point de tirer la couverture qu’on avait remonté sur lui, pour découvrir l’objet de sa présence dans les lieux, il fut interrompu par une voix qui venait de sur le côté. Aileen ? Il n’eut pas de mal à la reconnaître malgré que son visage lui était encore un peu flou. « Hum… » Grogna presque Ares qui essayait de remettre de l’ordre dans son esprit. Il ouvrit la bouche une première fois pour lui répondre mais la referma aussitôt. « Soif… » Arriva-t-il à peine à articuler. Sa bouche était sèche et la seule chose à laquelle il pensait c’était de boire de l’eau. « De l’eau, s’il vous plait. » A bout de souffle, son seul désir était de s’hydrater. Il verrait plus tard pour le lieu de sa mort, mais il avait noté que ce serait déjà ailleurs, prenant en compte le souhait de la blonde.


titre en minuscule ici
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen Da Valle10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Aileen Da Valle
http://www.ciao-vecchio.com/t7716-aileen-save-me-from-darkness http://www.ciao-vecchio.com/t7732-aileen-we-all-need-some-friends#257805
Faceclaim : Jennifer Lawrence
Messages : 89 - Points : 242
Aileen || Man down Tumblr_pekk8h8rsG1rd915do4_r1_400
Âge : 31 ans
Aileen || Man down Empty
Sujet: Re: Aileen || Man down ( le Dim 11 Oct 2020 - 17:09 )
Le monde tout entier la terrifiait, l’angoissait, à chaque pas qu’elle effectuait à l’extérieur hors, pour autant, Aileen n’était pas insensible non plus et oui, elle avait eu peur pour cet homme. Elle ne le connaissait pas énormément, il l’avait mis dans un état de panique à plusieurs reprises cependant jusqu’à présent, il ne lui avait causé aucun mal physiquement. Comment aurait-elle pu le laisser mourir sous ses yeux alors que tout montrait qu’il était au plus mal ? Sur l’instant, elle n’avait pas cherché à réfléchir, son corps avait bougé de lui-même et voilà comment une situation en suivant une autre, elle s’était retrouvée dans cette chambre d’hôpital, attendant patiemment que le psychologue se réveille. On lui avait assuré qu’il était sorti d’affaire toutefois elle ne pouvait pas en être certaine tant qu’il n’aurait pas ouvert les yeux, donc elle restait sagement installée sur sa chaise. Ses yeux vaquaient autour d’elle, en explorant chaque recoin, les murs, la fenêtre avant de revenir se poser sur le malade allongé devant elle. Malade qui avait semblé finalement se mouvoir pour se réveiller complètement, l’obligeant à se recaler confortablement sur son siège puis s’assurer qu’il allait bien. Certes, la deuxième chose qu’elle avait faite avait été de râler néanmoins c’était sa manière d’exprimer l’inquiétude ressenti après l’avoir vu s’écrouler juste sous ses yeux. Elle n’avait jamais vécu un tel incident et ça l’avait tellement désorienté de ne pas être certaine des gestes qu’elle effectuait sur lui, de ne pas savoir s’il allait s’en sortir hors maintenant qu’elle voyait réveillé, Aileen était un tant soit peu plus soulagé.

De l’eau ? La blonde avait marqué un temps d’arrêt, hébétée par la demande du psychologue, avant de réaliser que c’était tout à fait logique et de hocher la tête. Elle s’était alors naturellement levée de sa chaise pour se saisir de la carafe d’eau posée près du meuble puis d’en remplir un verre. Ses réactions avaient été toutes aussi instinctives que précédemment et le récipient en main, elle s’était rapprochée du lit pour l’aider à se relever, lui tendant ensuite le verre. « Ça va ? » L’avait-elle interrogé en même temps que ses gestes « Vous pouvez boire tout seul ? » Il lui paraissait encore perturbé et dans les vapes que ça lui avait paru légitime de lui poser la question. Elle ne savait pas trop comment elle était censée réagir ni ce qu’elle était censée dire ou faire mais du mieux qu’elle le pouvait, Aileen essayait. Elle n’avait pas envie de le voir manquer de mourir une seconde fois.


≈ Just take, one step, closer. Put one foot in front of the other. You'll, get through this, just follow the light in the darkness, you're gonna be okay. You never know just what tomorrow holds and you're stronger than you know
Revenir en haut Aller en bas
Ares Staçion10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ares Staçion
http://www.ciao-vecchio.com/t7659-ares-turns-out-all-my-mistakes http://www.ciao-vecchio.com/t7705-vous-etes-en-etat-d-ares-stacion
Faceclaim : Milo Ventimiglia : ealitya
Messages : 392 - Points : 726
Âge : 38 ans
Métier : Psychologue spécialisé en criminologie
Aileen || Man down Empty
Sujet: Re: Aileen || Man down ( le Sam 17 Oct 2020 - 20:27 )
Il ne fallut pas longtemps à Ares pour comprendre pourquoi il était là. Ce n’était pas la première fois qu’il avait des réactions allergiques qui le faisaient atterrir à l’hôpital. Certes les précédentes étaient moins violentes. Il savait déjà que son médecin allait lui faire la morale sur le fait de ne pas être assez prudent, et à part soupirer dans un coin et hocher la tête, il ne pouvait rien dire d’autre. Alors que du fond de son lit il demandait à la seule autre personne dans la pièce, un peu d’eau pour l’aider à faire passer cette sécheresse qui lui faisait presque mal à la gorge, son regard se perdit dans le plafond aussi blanc que les murs. Les yeux fermés pendant de longues secondes, il se rappela malgré lui de la première fois où il avait mangé du kiwi et la panique qui avait gagné ses parents qui l’avaient tout de suite conduit aux urgences. Les larmes de sa mère qui paniquée, avait oublié la moitié de ses affaires chez eux, forçant son père à faire demi-tour une fois qu’il les avait déposés à l’hôpital. Ares lui, petit garçon vif et vaillant malgré tout, ne comprenait pas grand-chose. Il savait juste qu’une fois qu’ils rentreraient chez eux, il allait avoir droit à toutes les glaces qu’il voulait parce que ses parents allaient s’en vouloir de ne pas avoir été assez prudents avec lui. Aujourd’hui, il fallait bien plus qu’une coupe de glace pour remonter le moral du psychologue dont les souvenirs ajoutaient un poids au présent. D’un battement de cil, il chassa de son esprit ces images qui tourbillonnaient dans sa tête, avant de se relever à l’aider d’Aileen pour boire un peu d’eau. S’aidant de ses bras pour s’asseoir complètement, il hocha juste la tête avec un mince sourire sans joie. Juste de la fatigue dans ses gestes. « Je pense que je peux y arriver, oui. Merci. » Souffla Ares qui récupéra le verre entre les mains de la blonde pour le porter à ses lèvres. Pendant quelques secondes, il savoura la sensation de l’eau glacée qui éteignait l’incendie au fond de sa gorge, les yeux fermés. Il était épuisé. Aussi bien physiquement que moralement et n’avait qu’une envie ; rentrer chez lui afin de retrouver ses draps bien plus accueillants que ceux-là.

« Rassurez-vous, jamais je ne vous ferai l’affront de mourir devant vous. » Après deux gorgées, il avait l’air d’avoir retrouvé la parole. Il n’avait pas oublié les mots de la jeune femme. Et si ce n’était que ça qui l’inquiétait, il n’avait ni pour projet de mourir aujourd’hui et encore moins en sa compagnie. Pas qu’elle était mauvaise, mais quitte à voir un dernier visage… Non pas que son visage n’était pas agréable, juste pas assez familier pour Ares pour se permettre de mourir en sa présence. « Vous êtes restées juste pour faire cette demande ? De mourir ailleurs ? » Plaisantait à moitié le jeune homme. « Ou parce que vous vous inquiétiez ? » Un mince sourire étira son visage qu’il cacha derrière son verre où ne résidait plus que quelques petites gouttes au fond qu’il avala en penchant la tête en arrière. « Comment ça se fait que vous soyez là d’ailleurs ? C’est vous qui m’avez giflé alors que j’étais déjà à terre ? » Vapes ou pas, il avait le souvenir d’une paume qui s’écrasait contre la sienne. Et en toute honnêteté, il se doutait bien que ce n’était pas les secouristes qui avaient fait ça.


titre en minuscule ici
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen Da Valle10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Aileen Da Valle
http://www.ciao-vecchio.com/t7716-aileen-save-me-from-darkness http://www.ciao-vecchio.com/t7732-aileen-we-all-need-some-friends#257805
Faceclaim : Jennifer Lawrence
Messages : 89 - Points : 242
Aileen || Man down Tumblr_pekk8h8rsG1rd915do4_r1_400
Âge : 31 ans
Aileen || Man down Empty
Sujet: Re: Aileen || Man down ( le Dim 18 Oct 2020 - 8:27 )
C’était fou de constater comment le monde pouvait être surprenant et Aileen elle-même n’aurait jamais pu s’imaginer se retrouver en compagnie de cet homme actuellement. La première fois qu’ils s’étaient réellement parlés, elle l’avait attaqué sans ménagement ; la deuxième fois, elle l’avait supplié de l’aider avant de se rétracter, acceptant malgré tout d’essayer de boire un café à la même table que le psychologue… Et la troisième fois, elle était celle qui lui avait porté main forte puis était restée auprès de lui, souhaitant s’assurer qu’il allait vraiment bien, qu’il était bel et bien vivant. Ils n’avaient eu de cesse de se provoquer et se défier à chaque fois qu’ils se croisaient cependant malgré leurs différends, oui, la jeune femme ne s’était pas enfuie et s’était même inquiétée pour cet inconnu. Elle savait que cela ne changerait rien à l’avenir, qu’elle continuerait d’être distante si sa route rencontrait la sienne de plus bel puis qu’elle persisterait à se méfier parce que c’était dans sa nature d’être ainsi. Elle ne donnait malheureusement plus sa confiance aussi facilement et ce n’était pas parce qu’Ares avait failli perdre la vie sous ses yeux qu’elle allait modifier qui elle était.

D’un hochement de tête, la blonde lui avait alors laissé le verre puis s’était assise à nouveau sur sa chaise, non pas sans l’observer discrètement. Il paraissait bien faible, ce qui n’était pas étonnant au vu de la crise qu’il avait fait quelques heures plus tôt, et fatigué ; c’était dans son propre intérêt de se reposer toutefois il s’agissait là d’une remarque qu’Aileen avait choisi volontairement de regarder pour elle. Cela ne la regardait pas après tout. « Il paraît qu’il ne faut jamais dire jamais. Ne me portez pas la poisse en rétorquant ce genre de chose. » Parce que non, elle n’avait clairement pas envie de le voir mourir devant elle, elle avait réellement eu peur aujourd’hui et si elle vivait proche de la mort chaque jour, elle ne la souhaitait pour autant à personne. Ses yeux bleus s’étaient égarés vers le malade à la suite des paroles de ce dernier et elle n’avait pu qu’échapper un léger rictus, un brin moqueur, à ses propos. « Je suppose que vous allez mieux vu comment vous poser toutes ces questions. » Et non, elle ne lui avait pas répondu, préférant hausser les épaules sans chercher à rentrer dans les détails quant à sa présence ici. En ce qui concernait la suite néanmoins, Aileen n’avait pas pu rester silencieuse et avait brièvement lever ses bras en guise d’innocence. « Vous ne vous réveilliez pas, il fallait bien tout essayer. » Est-ce qu’elle s’en voulait ? Pas le moins du monde. Cela avait été ses réflexes pour tenter de le ramener à la réalité, en vain. « En attendant si vous êtes là, c’est grâce à moi mais si vous préférez, je vous laisserais mourir la prochaine fois. » Elle haussa les épaules à son tour, provocatrice à son tour alors qu’en vérité, elle espérait pour lui qu’il n’y aurait pas de prochaine fois. Hors, parce qu’il semblait apprécier la chercher, elle n’avait pas pu rester là à se laisser faire et lui montrer qu’elle aussi, elle en avait du répondant. Si on essayait de la mordre, elle mordait plus fort.


≈ Just take, one step, closer. Put one foot in front of the other. You'll, get through this, just follow the light in the darkness, you're gonna be okay. You never know just what tomorrow holds and you're stronger than you know
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Aileen || Man down Empty
Sujet: Re: Aileen || Man down ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Aileen || Man down -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut