Revenir en haut
Aller en bas


 

- Séduire l'âme. / Béatriz -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Caruso Club
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Muse LavyToujours frais après un litre de café
En ligne
Muse Lavy
http://www.ciao-vecchio.com/t7745-muse-lavy-lame-le-choeur http://www.ciao-vecchio.com/t7779-l-ame-tranchante-muse
Faceclaim : Pia Kristine Cruz © EXORDIUM.. (vava) vmicorum. (sign) Rivendell (icons)
Messages : 321 - Points : 640
Séduire l'âme. / Béatriz Cd2b435a6c29e1e235478c1ac430c8aaaf0a33b2
Âge : 30 ans née le 1er juillet 1990 à Monaco.
Métier : Joue avec l'acier et ke feu, mêlant adroitement les deux. Muse lance des couteaux, avale des sabre et crache du feu.
Séduire l'âme. / Béatriz Empty
Sujet: Séduire l'âme. / Béatriz ( le Mer 14 Oct 2020 - 19:08 )

ft Béatriz
“Il se dégage de certains êtres une séduction qui, favorisée par les circonstances, peut devenir irrésistible tout à coup !"

Il reste encore quelques minutes avant que ta silhouette ne devienne le centre d'intérêt de la soirée. Pour les semaines à venir c'est au Caruso Club que tu présentes ton numéro. Tu as eu le temps de t'habituer à la scène centrale. Quelque chose de rare d'avoir les spectateurs tout autour de toi. Cela change la perception de ton numéro et ta façon de le présenter. Un nouveau défi que tu relèves haut la main depuis quelques soirées. Et qui à l'air de plaire vu les compliments que tu reçois. Cette disposition te permet de jouer un peu plus avec les gens qui viennent te voir. Il t'est plus facile de les séduire, de les envoûter. Et cette idée te plaît, t'enivre même. On vient frapper à ta porte de ta loge, il te reste quinze minutes. Tu prends une grande respiration. Tu disposes autour de ta taille ta ceinture ou tes lames étincelantes sont accrochées et prêtes à se livrer aux âmes fragiles sous tes mains agiles. Le manche en ivoire taillé leurs donne plus de classe. Certaines gravures ont été effacées par tes doigts, à force de les tenir. Cette ceinture en cuir marque avec grâce ta taille. Elle est posée sur un body noir en cuir, le dos est un laçage tenu par un fil en cuir rouge. Un porte jarretelle rouge tient tes bas noir et tu portes une paire de cuissarde. Des gants en satin rouge montant jusqu'à la naissance de tes coudes finissent ta tenue. Tu les quitteras juste avant de prendre ta première lame. Le tout est caché par une cape rouge et or. Et te voilà prête à entrer en scène, à devenir la muse enchanteresse des flammes et des lames.

La musique démarre. Ton assistant ouvre la marche et tu suis telle une dragonne crachant le feu de la vie. Maîtrise parfaite de la taille des flammes. Tu avances traversant la salle et offrant à chaque spectateur la vision de ta bouche ourlée de rouge orangé. Une fois sur la scène tu fais tomber ta cape, dévoilant ta tenue, tu salues et tu quittes des gants que tu jettes, un vers une belle blonde assise assez prêt et l'autre vers un homme mais il accroche moins ton regard. Et tu lances le numéro toujours guidé par la musique. Pas de temps mort, tu veux suspendre le souffle de ceux qui se trouvent dans la salle. Tu veux voir dans leurs regards ce trouble perturbant qui les fait voyager sans qu'ils ne sachent vers quelle destination tu les amènes. D'abord tu t'amuses avec ton assistant qui tient du bout de ses doigts des ballons, puis du bout de ses lèvres des cigarettes qui n'ont pas le temps de se consumer. Tu frôles sa peau sous les soupirs des spectateurs qui doivent craindre que tu le touches. Le numéro est rapide et les lames passent entre tes mains avant de filer dans l'air comme si elles volaient poussées par l'élan de ta main. On peut même les entendre siffler si on prête l'oreille. Tu en prends entre tes lèvres, tu les fais glisser sur ta langue, donnant une note sensuelle à l'exercice habille. Puis les applaudissements retentissent.

Tu retrouves le contour de la scène ou sont placé les spectateur et sans hésiter tu te diriges vers la belle blonde à qui tu as accordé ton gant. Geste calculé tout comme les regards que tu lui as lancé durant la première partie du numéro. Tu lui tends ta main. « Me feriez vous le plaisir de monter avec moi sur scène pour partager un instant de frisson. » Ta voix est comme ton regard pénétrante et affriolante. Tu cherches à séduire. « Vous allez voir tout va bien se passer et je suis sûre que vous allez aimer. » Tes doigts glissent contre le sien, tu la sens hésitante. « Je sens que notre belle demoiselle a besoin d'encouragements. » Et sous tes mots les applaudissements retentissent pour pousser la demoiselle à te suivre. « Je vous promets d'être une muse des lames et de votre âme des plus adorable. Est ce que vous pouvez nous dévoiler votre petit nom ? » Tout dans ta posture dégage la séduction. Remarque c'est tout à fait le genre de femme que tu croquerais. Formes pulpeuses et avantageuses qui auraient envie de résister. Pas toi en tout cas. Et tu attends qu'elle se dévoile un peu et surtout qu'elle te suive en te faisant une confiance aveugle.

   
vmicorum. (fiche) / OLYMPIA. (icons)


La vie
doucement renaît de ses cendres. Elle s'invite dans chaque mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Beatriz TejeiroBon pour te remonter le moral
Beatriz Tejeiro
http://www.ciao-vecchio.com/t7397-beatriz-certaines-larmes-sont- http://www.ciao-vecchio.com/t7462-beatriz-nothing-left-to-say
Faceclaim : Justine LeGault (+) Ealitya
Thème·s abordé·s : hyperphagie, violences psychologiques,/
Messages : 238 - Points : 385
Séduire l'âme. / Béatriz Tumblr_opdb14OwRq1up5z2fo1_400
Âge : 33 ans
Métier : Personnel shopper de Kalisha Moore depuis 10 ans. & Influenceuse sur Instagram
Séduire l'âme. / Béatriz Empty
Sujet: Re: Séduire l'âme. / Béatriz ( le Dim 25 Oct 2020 - 22:36 )


Séduire l'âme.
☾☾ - (Musatriz #1)



Beatriz s’est soigneusement apprêtée pour cette soirée. Elle a voulu se faire belle et se faire plaisir en sortant sa plus belle tenue pour se rendre à ce spectacle. Elle s’est laissé tenter par une amie qui l’a invité à la suivre dans ce club où tout en dinant dans un cadre somptueux, ils peuvent profiter d’un spectacle sur scène. L’annonce du spectacle de ce soir a l’air prometteuse. Une lanceuse de couteau, cracheuse de flammes est à la tête d’affiche de la soirée et Beatriz tout comme son amie sont résolument impatiente de voir l’artiste à l’œuvre. Elles plaisantent avec jovialité à leur table. Beatriz profite de cette soirée pour laisser ses sombres pensées loin derrière elles. Du moins, elle s’efforce d’en donner l’impression. Elle se dit qu’elle a le droit de profiter d’une soirée comme celle-ci même si cette petite voix perfide ne cesse de vouloir lui faire comprendre le contraire. Elle s’efforce d’être sourde à ses propos et se concentre sur l’instant présent, les péripéties de son ami et sa nouvelle relation avec un jeune homme rencontré sur le lieu de son travail. Beatriz creuse avec intérêt pour en savoir plus alors qu’elles dévorent leur plat avec appétit. Beatriz s’efforce de ne pas dévorer son plat avec précipitation. Elle maitrise sa boulimie comme à chaque fois qu’elle est amenée à se sustenter même si parfois cela lui est difficile. Ce soir, elle est détendue, ce qui lui permet d’être moins anxieuse sur le fait qu’elle pourrait perdre le contrôle. Son amie ignore totalement son trouble et ne remarque absolument le combat que la belle doit mettre en œuvre avec son esprit pour ne pas engloutir ce diner avec rapidité. Elle finit par reposer ses couverts sur la table après avoir pris soin de tout avaler avec lenteur. Elle est satisfaite de son action et elle lâche un petit soupir de soulagement lorsque le serveur vient récupérer leurs assiettes. Le dessert leur sera bientôt servi, mais leur attention est vite concentrée sur la voix du présentateur qui leur annonce que le spectacle va débuter. Les deux amies échangent un sourire impatient, à l’image de deux enfants exaltées à l’idée de voir quelque chose hors du commun. Les lumières se tapissent et rapidement une musique vient couvrir les voix des spectateurs qui tournent leur regard vers la scène. L’apparition de l’artiste et de son assistant leur arrache un cri d’émerveillement. Beatriz n’est pas en reste. Elle observe cette femme magnétique traverser la scène d’une démarche lente et sensuelle. Elle maîtrise son art et resplendit de cette aura qu’ont les femmes qui ont une force de caractère et une niaque pour s’imposer au monde patriarcal auquel elles appartiennent. Le genre de personnalité qui la captive et elle ne peut masquer l’émerveillement qui la prend aux tripes lorsque son regard se perd dans la perfection de ce corps en pleine maitrise de ses charmes. Elle est magnifique. Ensorcelante. Elle l’observe se soustraire de ses gants qu’elle jette avec cette prestance qui lui donne un charme encore plus envoutante. Elle est surprise de recevoir un gant dans sa direction. Elle l’attrape spontanément avec un sourire désabusé. Son regard s’accroche furtivement à celui de son ami avant de retrouver cette silhouette élégante qui livre un spectacle digne de ce nom. Beatriz est complètement plongé dans l’univers presque mythique de l’artiste qui révèle toute la grandeur de son art. Sa respiration est courte, car elle est résolument absorbée par le spectacle, la tension que l’artiste met dans le moindre de ses actions. Son cœur bat promptement dans sa poitrine, résolument sous le coup de l’adrénaline et de l’inquiétude naturelle pour son assistant. L’artiste la fascine et elle prend conscience de son approche que bien tardivement lorsqu’elle s’arrête devant elle pour lui tendre la main. Ses prunelles claires rencontrent celles de l’artiste. Il n’y a aucun doute sur le fait qu’elle s’adresse à elle puisque ce contact l’électrise et transperce son être. Elle est résolument troublée par l’attitude de l’artiste, sa manière de la charmer de sa voix basse, mais féminine. Elle cherche à l’entrainer sur scène et Beatriz est bien trop troublée pour en prendre réellement conscience. Son myocarde bat la chamade dans sa poitrine alors que les phalanges de l’artiste frôlent les siens, électrocutent son épiderme qui lui semble plus chaud en l’espace de quelques instants alors que ses joues rougissent sous l’intérêt que la demoiselle lui porte. Les applaudissements l’extirpent de sa torpeur alors qu’elle rougit de plus belle. La promesse de l’artiste a l’effet d’une couverture apaisante et elle se lève de sa chaise naturellement sans se poser d’autres questions. Elle est prête à lui faire confiance, car elle maitrise son art. Elle lui a prouvé. Elle se plie à sa demande et vient rejoindre les marches qui la conduisent sur scène. « Beatriz. » Elle murmure pour répondre à sa question précédente, les joues encore empourprés par la gêne et le regard luisant d’une certaine fébrilité qui la dévore. Elle est fascinée par cette femme et a du mal à ne pas l’observer avec cet intérêt qu’elle-même lui octroie. Elle est prête à la suivre dans son univers en lui laissant les rennes sans se poser de questions. A cet instant ses soucis lui semblent bien lointain.  


★ Certaines larmes sont invisibles ★
Mélanges de souvenirs, de blessures, de déceptions et de regrets. Des larmes que personne ne voit et qui pourtant, intimement, nous inondent et nous noient. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Muse LavyToujours frais après un litre de café
En ligne
Muse Lavy
http://www.ciao-vecchio.com/t7745-muse-lavy-lame-le-choeur http://www.ciao-vecchio.com/t7779-l-ame-tranchante-muse
Faceclaim : Pia Kristine Cruz © EXORDIUM.. (vava) vmicorum. (sign) Rivendell (icons)
Messages : 321 - Points : 640
Séduire l'âme. / Béatriz Cd2b435a6c29e1e235478c1ac430c8aaaf0a33b2
Âge : 30 ans née le 1er juillet 1990 à Monaco.
Métier : Joue avec l'acier et ke feu, mêlant adroitement les deux. Muse lance des couteaux, avale des sabre et crache du feu.
Séduire l'âme. / Béatriz Empty
Sujet: Re: Séduire l'âme. / Béatriz ( le Dim 1 Nov 2020 - 12:07 )

ft Béatriz
“Il se dégage de certains êtres une séduction qui, favorisée par les circonstances, peut devenir irrésistible tout à coup !"

La belle blonde a attiré ton regard à peine tu es entrée en scène. Elle dégage une sensualité qu'elle ne semble même pas réellement saisir. Elle a une aura qui pourrait t'emporter sur des rivages des plus exquis. Alors quand tu lui lances ton gant tu sais déjà tu iras vers elle. Tu sais déjà que tu la feras monter sur scène et qu'en plus de ton regard affûté ceux des autres personnes l'entoureront de bienveillance. Peut être que toi tu chercheras en plus à sonder son âme. Même si tu mettras la plus grande attention à tes mouvements. La vie de la blonde ne sera pas en danger, parce que tu maîtrises ton art avec dextérité, mais tu sais qu'elle va frissonner. Et tu pourrais bien rendre cet instant plus déstabilisant parce que tu es ainsi. Tu aimes l’insaisissable. Tu aimes distiller les émotions et les voir éclater dans les yeux de ceux qui t'observent et peut être un peu plus dans les siens. Et tu ne cherches pas à savoir pourquoi elle. Tu te laisses juste guider par cet instinct sacré qui à cet instant alors que ton numéro commence et que la musique t'emporte, est au plus au haut point. Et puis vient le moment, celui ou tu te retrouves face à la belle. Même si d'autres se montrent impatients et auraient aimé ton attention. Mais c'est elle que tu enveloppes de ton regard, elle que tu veux au prés de toi. Elle qui va être frôlée par tes lames, prolongement de l'agilité de tes doigts. Et de tes pensées. Parce que oui ta peau voudrait bien effleurer ce que l'acier froid va titiller, sans la mettre en danger.

Tu la prends par la main. Contact éphémère mais qui peut s'annoncer prometteur. Si la belle est comme toi ouverte à toutes propositions. De la plus douce à la plus indécente. Mais là c'est l'artiste qui parle, celle qui se doit d'ensorceler les spectateurs avant toute chose. Et dans ce jeu tu es habille. Tout est fait pour que tu deviennes le centre de l'intérêt de tous ceux qui t'entourent et que la belle blonde en particulier. La poursuite de lumière tombe sur toi, puis sur elle. Avant de vous unir dans un même cercle, mettant en valeur vos silhouettes. Ta voix même devienne une arme affûtée. Et poussée par ton audace que tu ne comptes pas laisser s'affaiblir elle dévoile son prénom. « Béatriz vous allez tous les envoûter ce soir. » Et tes mots roulent, invitation divine ou divers accents se mélangent comme pour augmenter le mystère que tu distilles savamment. Et tu l’entraînes sous les applaudissements. Marchant comme une féline appuyant chacun de tes pas. Tu la fais monter en premier. Et tu la fais saluer. « Allez un peu plus d'encouragement pour la belle Béatriz qui a accepté de se prêter au jeu. » Tu te retourner vers elle et tu murmures un peu plus bas pour faire frisonner la salle et pas que. « De se prêter à mon jeu. » Tu portes un micro donc tout s'entend, c'est juste tes intonations qui changent. Rendant la scène presque intime. Et pourtant partagé par des centaines de regards. Tu prends sa main avec douceur pour la guider au niveau de tes hanches. « Il va falloir que vous choisissiez une première lame Béatriz. Prenez votre temps vous pouvez toutes les toucher. Prenez celle qui vous attire le plus. » Et tu fais glisser sa main le long de la ceinture qui marque tes courbes. Les manches des couteaux sont dans différentes matières, bois, métal, ivoire et donnent des sensations diverses au toucher. « Et quand vous avez fait votre choix vous la sortez et vous me la donnez. » Tu ne bouges pas, mais la proximité entre vos corps est des plus enchanteresse. Tu peux presque sentir son souffle et entendre les battements de son cœur. Et ça t'excite car tu as tout pouvoir. Et dans la salle le silence c'est fait. Tes yeux croisent ceux de Béatriz. « Alors votre choix est fait ? » Et tu attends qu'elle te donne ta précieuse. Celle qui va animer la suite de  ton numéro.  

   
vmicorum. (fiche) / OLYMPIA. (icons)


La vie
doucement renaît de ses cendres. Elle s'invite dans chaque mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Beatriz TejeiroBon pour te remonter le moral
Beatriz Tejeiro
http://www.ciao-vecchio.com/t7397-beatriz-certaines-larmes-sont- http://www.ciao-vecchio.com/t7462-beatriz-nothing-left-to-say
Faceclaim : Justine LeGault (+) Ealitya
Thème·s abordé·s : hyperphagie, violences psychologiques,/
Messages : 238 - Points : 385
Séduire l'âme. / Béatriz Tumblr_opdb14OwRq1up5z2fo1_400
Âge : 33 ans
Métier : Personnel shopper de Kalisha Moore depuis 10 ans. & Influenceuse sur Instagram
Séduire l'âme. / Béatriz Empty
Sujet: Re: Séduire l'âme. / Béatriz ( le Sam 5 Déc 2020 - 18:22 )


Séduire l'âme.
☾☾ - (Musatriz #1)



Le regard pénétrant de l’artiste la déstabilise. Elle n’a pas l’habitude d’être sous le feu des projecteurs et encore moins l’attention d’un public. Pourtant, elle ne parvient pas à se défaire de l’emprise de son regard et des sensations que son toucher, le son de sa voix et l’intensité de ses prunelles provoquent en elle. Le timbre de la voix de cette femme est ensorcelant. Elle rend sa chair électrique et son rythme cardiaque endiablé dans sa cage thoracique. Une rougeur naturelle vient colorer ses pommettes alors qu’elle s’applique à réaliser les actions qu’elle lui demande par une pression de ses phalanges sur sa chair sensible. Elle se sent belle sous son regard contre toute attente. Elle est disposée à se bercer par cette douce illusion durant la représentation où elle sera sous sa direction. Beatriz rejoint la scène en tentant de garder son esprit au clair et de ne pas se ridiculiser devant le regard d’autrui dont le regard doit être bien plus obligeant que le sien. Elle ancre son attention sur l’artiste comme si elle était un navire qui craignait de partir à la dérive. Ses prunelles ancrées aux siennes, elle retrouve un peu de sérénité. Elle se laisse manier sous ses directives, ses phalanges viennent retrouver la ceinture de ses lames. Une proximité s’imposer par cette action et son souffle vient presque effleurer son épiderme alors que l’effluve de son parfum vient envahir ses narines. Elle a du mal à se concentrer, ses prunelles ayant des difficultés à se détacher de celles de l’artiste. Pourtant, elle se doit de découvrir ses lames qui frôleront son épiderme. Elle n’ose pas parler. Elle craint que sa voix soit tremblante alors elle s’efforce de sourire à la jeune femme tandis que ses phalanges glissent sur les différents manches. La texture tout comme la forme diffère ce qui la contraint à porter son attention sur ces objets pointus. Elle finit par s’arrêter sur l’une d’entre elles. Le manche est bien différent des autres et elle vient naturellement extraire la lame avec délicatesse, presque révérence pour la lui remettre. Par ce geste, elle a la sensation de lui remettre sa vie en main. La sensation est troublante d’autant plus lorsqu’elle prend conscience de ce qu’englobe le spectacle. Pourtant la peur ne vient pas s’emparer de son épiderme. Elle se sent en confiance, sans doute parce que le regard de l’artiste est tranchant et déterminé. Elle semble connaitre son art sur le bout des doigts et vient de lui offrir un aperçu de ce dont elle était capable. En conséquence, elle ouvre sa paume pour permettre à la demoiselle de s’emparer de son outil de spectacle dans un sourire. « J’espère pouvoir lui faire autant confiance qu’à vous. » Elle murmure dans un petit sourire alors que la jeune femme l’invite à avancer sur scène. Malgré son cœur qui manque de lâcher, elle n’est pas effrayée, juste cruellement excitée et curieuse par la suite. Qu’est-ce que la jeune femme lui réserve ?  


★ Certaines larmes sont invisibles ★
Mélanges de souvenirs, de blessures, de déceptions et de regrets. Des larmes que personne ne voit et qui pourtant, intimement, nous inondent et nous noient. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Muse LavyToujours frais après un litre de café
En ligne
Muse Lavy
http://www.ciao-vecchio.com/t7745-muse-lavy-lame-le-choeur http://www.ciao-vecchio.com/t7779-l-ame-tranchante-muse
Faceclaim : Pia Kristine Cruz © EXORDIUM.. (vava) vmicorum. (sign) Rivendell (icons)
Messages : 321 - Points : 640
Séduire l'âme. / Béatriz Cd2b435a6c29e1e235478c1ac430c8aaaf0a33b2
Âge : 30 ans née le 1er juillet 1990 à Monaco.
Métier : Joue avec l'acier et ke feu, mêlant adroitement les deux. Muse lance des couteaux, avale des sabre et crache du feu.
Séduire l'âme. / Béatriz Empty
Sujet: Re: Séduire l'âme. / Béatriz ( le Mer 23 Déc 2020 - 8:54 )

ft Béatriz
“Il se dégage de certains êtres une séduction qui, favorisée par les circonstances, peut devenir irrésistible tout à coup !"

Doucement tu mets le numéro en place. La belle choisie est sur la scène et tu lui présentes tes lames. Tu te doutes que son cœur bat la chamade, pas évident d'être face au public et surtout face à toi. Même si tu fais tout pour mettre Béatriz à son aise. Qu'elle ressente un peu d'angoisse rajoute une dose de suspens, à cet instant que tu veux envoûtant pour elle, comme pour ton public qui attend avec impatience la suite. Tu t'éternises un peu, sinon ce ne serait pas amusant. Tu ne vas pas prendre des ballons et un couteau et juste les lancer au travers pour les faire éclater, alors que la jolie blonde les tiendra au bout de ses doigts. Non se serait mal te connaître que de penser à cet acte là. La facilité n'est pas de mise dans ton spectacle, faut que tu sentes le public suspendu à tes mouvements. Faut que tu entendes leurs souffles se couper et leurs cœurs stopper avant de reprendre vie. Alors tu fais durer le plaisir, sous le regard envoûtant de ton assistant qui lui aussi joue le jeu. Il détourne l'attention avant que tu ne la captes à nouveau. Comme un tour de passe passe entre deux magiciens. Vous effaçant tour à tour pour mettre en valeur Béatriz, ou tes lames, voir même l'attente que tu suscites. Tu adores cette parenthèse à la fois fragile et terriblement enivrante. Tu laisses faire la belle, lui accordant du temps pour choisir la lame qui viendra s'accrocher à tes doigts. Jouant le prolongement parfait de ta main. Ton regard ne la quitte pas, tu la trouves sublime dans la lumière qui se repend sur la scène et l’enveloppe au passage. Elle prend enfin la coupante et paume offerte te la tend délicatement. Avec ses mots qui montrent qu'elle est impatiente de savoir comment la suite va se dérouler, tout en ayant un soupçon de peur qu'elle dépose entre tes mains. « Ne vous en faites pas, elles ne m'ont jamais trahi et je leurs suis toujours fidèle. » Tu brandis la lame pour que le public la voit. Elle capte la lumière, reflet ardant qui s'étale le long de son fil tranchant et de sa pointe provocante. « Béatriz a choisi. Et c'est entre mes mains qu'elle remet à présent sa vie. Et celle de mon assistant. »

Ton assistant pose alors une chaise sur laquelle il fait asseoir Béatriz. Celle-ci est parfaitement alignée par rapport à la roue. Puis il donne deux ballons rouge sans à la demoiselle. Toi tu donnes les directives. « Vous devez les tenir bras tendus. Voilà c'est parfait. » Il ajoute la hauteur sous tes conseils. Tu vérifies l'angle de tir et surtout l'angle ou doit atterrir ta lame. Puis il va s'installer sur la roue. Quand on regarde dans le prolongement les ballons sont pile poil placés au niveau de l'entre jambe de ton assistant. « J'espère que tu as bien calculé sinon tu vas finir castré mon chou. Et se serait fort dommage. » Comme à votre habitude vous vous taquinez. Il te fait un sourire t'envoie même un baiser de la main. « Prête Béatriz ? » Tu te positionnes. La lame doit passer dans les deux ballons le faire éclater et se planter juste en dessous des bijoux de famille de ton assistant. « Surtout ne bouge pas Béatriz. Il a va de la virilité de monsieur. C'est une grande responsabilité. » Entre la chaise et la roue et la chaise et toi la même distance. La blonde est le lien central de la roue à ta main. Le silence se fait, la musique change, tu vises et dans la seconde tu tires. C'est rapide et précis. On entend la lame siffler, les ballons claquer et l'impact contre le bois de la roue. La lame frôle même le cuir du pantalon de ton assistant. Et puis les applaudissements crèvent le silence. « Il semble que tu es bien tout calculé chéri. » Tu viens quérir la main de Béatriz pour qu'elle se lève et salue avec vous. « Quel sang froid beauté. J'en suis toute retournée. » Tu presses ses doigts tout en la gratifiant d'un clin d’œil et tous les trois vous saluez la salle debout.

Il ne reste plus que le tour du sabre, celui que ton assistant enfonce dans ta gorge. Dans la logique Béatriz devrait retourner à sa place. Mais voilà tu n'es jamais dans la logique et tu aimes casser les codes, même de ton numéro. « Je vais vous garder un peu plus. Vous allez aider monsieur à me faire avaler mon sabre. » Sabre que ton assistant apporte le tenant posé sur ses paumes ouvertes. « Vous allez voir c'est facile. » Il présente le sabre à Béatriz puis au public. Tu prends un morceau de soie que tu fais glisser dessus pour montrer le tranchant de la lame. Puis tu te mets à genoux et tu tends ton cou, ouvrant ta bouche. Et doucement ton assistant aidé de Béatriz fait glisser la lame, le sabre disparaît jusqu'à la naissance du manche. Quelques secondes, qui pour certains semblent très longues et on te retire la tranchante de la gorge. Encore un fois le public applaudit. Et vous saluez. « Merci. Merci beaucoup. Et bravo à Béatriz. » Toi aussi tu l'applaudis. « Bonsoir et au plaisir de vous revoir. » Un dernier salut et le rideau se ferme sur vous trois. Tu regardes Béatriz un grand sourire aux lèvres. « Est ce que tu voudrais prendre un verre ? » Tu y vas direct, affûtée comme tes lames. « On aura vite rangé le matériel. Et j'aime bien boire un verre après pour me détendre. Cela me ferait plaisir de le partager avec toi. » Un regard soutenu et charmeur. Tu as peut être d'autres idées derrière la tête mais tu verras au fil de la soirée. Enfin si la belle accepte de prolonger le moment en ta compagnie. Parce que toi cela te tente beaucoup.
 

   
vmicorum. (fiche) / OLYMPIA. (icons)


La vie
doucement renaît de ses cendres. Elle s'invite dans chaque mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Beatriz TejeiroBon pour te remonter le moral
Beatriz Tejeiro
http://www.ciao-vecchio.com/t7397-beatriz-certaines-larmes-sont- http://www.ciao-vecchio.com/t7462-beatriz-nothing-left-to-say
Faceclaim : Justine LeGault (+) Ealitya
Thème·s abordé·s : hyperphagie, violences psychologiques,/
Messages : 238 - Points : 385
Séduire l'âme. / Béatriz Tumblr_opdb14OwRq1up5z2fo1_400
Âge : 33 ans
Métier : Personnel shopper de Kalisha Moore depuis 10 ans. & Influenceuse sur Instagram
Séduire l'âme. / Béatriz Empty
Sujet: Re: Séduire l'âme. / Béatriz ( le Ven 15 Jan 2021 - 19:46 )


Séduire l'âme.
☾☾ - (Musatriz #1)



L’excitation est à son comble. Le pouvoir magnétique de l’artiste l’ensorcèle. Elle est sous son pouvoir et elle n’y voit pas d’inconvénient. Elle applique ses volontés. Son esprit semble s’être évaporé et son corps se laisse porter par cet instant hors du temps. Son myocarde bat vigoureusement dans sa poitrine. Elle sent son sang circuler dans ses veines, apporter les nutriments nécessaires à son organisme pour lui permettre de vivre et de se tenir droit. Elle entend les battements de son cœur. Ils tapent violemment ses trempes et la rendent sourde à l’extérieur tant ils sont intenses. Seule la silhouette de l’artiste s’impose dans son environnement. Sa voix profonde l’envoute et la captive. Elle la regarde avec attention, ses prunelles luisent de cet intérêt cuisant qu’elle lui porte alors qu’elle devient une poupée sous ses paroles. Elle est aidée par l’assistant de la demoiselle, mais à cet instant seule la voix de l’artiste impacte son esprit. Elle est installée dans la posture nécessaire au numéro et elle n’ose pas bouger de crainte que le moindre de ses mouvements amènent à une tragédie. Elle a une réflexion de protection qui l’empêche de réfléchir, de laisser le doute l’envahir quand bien même le rythme de sa respiration se retrouve saccadée. Elle déglutit, esquisse un léger sourire pour répondre à la demande de l’artiste alors qu’elle arrête de respirer. Les ballons éclatent, le couteau siffle dans l’air ambiant avant de s’enfoncer dans la roue. L’instant dure quelques secondes qui lui semblent une éternité avant de pouvoir respirer de nouveau. Elle se rend compte de ce réflexe lorsqu’elle sent de nouveau ses poumons se gorger d’air et qu’un sentiment de soulagement vient envahir ses entrailles sous les acclamations du public. Sa menotte encore tendue se retrouve prisonnière de celle de l’artiste qui l’aide à se redresser. Elle accepte son aide, ses prunelles brillantes sous l’adrénaline sont ancrées aux siennes. Elle est époustouflante et elle est sous son charme. Elle dégage un elle ne sait quoi auquel elle est particulièrement sensible. Cette confiance dont elle déborde est un délice pour ses yeux. « Et moi donc. » elle murmure dans une voix à peine audible lorsqu’elle lui indique que son sang froid la toute retournée. Elle ne masque pas sa franchise alors qu’un rire nerveux s’épanche fébrilement de sa gorge. Elle se sent hébétée alors que le spectacle continue. Elle est priée de rester à ses côtés et d’aider son assistant de lui faire avaler son sabre. La pensée lui arrache un frison d’effroi, mais également ravive cette vague d’excitation qui lui dévore les entrailles et la rende toute chose. Son regard se porte sur le sabre, sa lame affutée qui déchire en un frôlement un morceau de soie. Comment est-ce possible ? Sa respiration semble s’arrêter de nouveau alors qu’une nouvelle fois portée par les ordre discrets de l’assistant de la demoiselle, elle prend part au spectacle. Elle perçoit à peine la texture de la poignée de l’objet contre sa paume. Elle est tellement concentrée sur sa tâche, par la crainte d’être la source d’une nouvelle catastrophe qu’elle en oublie de respirer une bonne minute. Elle lâche la poignée délicatement en suivant le mouvement de l’assistant qui s’applique après un laps de secondes étourdissants à extirper cette lame. Une nouvelle fois, elle regagne son souffle qu’une fois que l’artiste est libérée. Son hébètement est d’autant plus conséquent qu’elle se sent complètement hors de l’instant présent. Elle salue par reflexe avant de retrouver le visage enthousiaste de l’artiste qui l’invite à boire un verre. Elle est déroutée par cette demande alors qu’elle se remet de ses émotions. Son regard est pénétrant et une rougeur vient naturellement colorer ses joues. « Oui bien sûr, avec plaisir. J’en serai ravie. Tu as été époustouflante. » Elle dévoile le fond de sa pensée, ses émotions à vif qui ne lui laisse aucun moyen de réfléchir posément à la situation. Elle en oublie son amie qui l’attend sagement à leur table derrière le rideau. Elle est encore chamboulée et envoutée par ce qui vient de se produire. « J’en ai le souffle coupé. » Elle lâche en venant expulser un rire tremblant alors qu’un sourire outrageusement jovial vient ourler ses lippes. L’adrénaline qui anime ses sens est exquise et elle est encore sous son emprise. Audacieuse et plus franche que jamais dans ses propos. « C’était incroyable. Je ne me suis jamais sentie aussi vivante qu’à cet instant. » Elle lâche dans un ton absent alors qu’elle se remet de ses émotions, totalement hagarde, mais enhardie contre toute attente.


★ Certaines larmes sont invisibles ★
Mélanges de souvenirs, de blessures, de déceptions et de regrets. Des larmes que personne ne voit et qui pourtant, intimement, nous inondent et nous noient. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Muse LavyToujours frais après un litre de café
En ligne
Muse Lavy
http://www.ciao-vecchio.com/t7745-muse-lavy-lame-le-choeur http://www.ciao-vecchio.com/t7779-l-ame-tranchante-muse
Faceclaim : Pia Kristine Cruz © EXORDIUM.. (vava) vmicorum. (sign) Rivendell (icons)
Messages : 321 - Points : 640
Séduire l'âme. / Béatriz Cd2b435a6c29e1e235478c1ac430c8aaaf0a33b2
Âge : 30 ans née le 1er juillet 1990 à Monaco.
Métier : Joue avec l'acier et ke feu, mêlant adroitement les deux. Muse lance des couteaux, avale des sabre et crache du feu.
Séduire l'âme. / Béatriz Empty
Sujet: Re: Séduire l'âme. / Béatriz ( le Mer 27 Jan 2021 - 11:23 )

ft Béatriz
“Il se dégage de certains êtres une séduction qui, favorisée par les circonstances, peut devenir irrésistible tout à coup !"

Sur la scène la magie opère. Tu envoûtes de ta voix, de tes gestes, guidée par la musique qui se distille faisant entièrement partie du numéro qui se met en place. Tu sens Béatriz prise dans ce tourbillon que tu dessines alors que les lames se parent des lumières sur leur acier brillant. Les reflets explosent dans ton regard et s'égarent dans ceux des spectateurs. Tu sens leurs souffles suspendus à chacun de tes mouvements. Aux battements de cils de la belle blonde qui prend place. Aidé de ton assistant qui joue le jeu autant que toi. Le temps s'arrête, il s’immobilise sur tes couteaux qui tranche l'air et qui s'enfonce dans la cible. Tout est calculé au millimètre prés. Même la musique fait augmenter le suspens. Personne ne sera blessé et tu le sais, ce n'est pas ce que tu cherches à jouant avec le danger. Mais les cœurs s’interrogent jusqu'au dernier moment. Jusqu'à l'apogée et ça te plaît. Tu enchaînes laissant peu de répit à la belle que tu as choisi, parce que si elle réfléchit elle va voir les risques. Et que là elle ne fait que les survoler. Alors tu la gardes encore et tu la fais participer au final. La foule est subjuguée, envoûtée et les regards ne vous lâchent pas. Tu aimes cette adrénaline qui monte et te caresse. Quand tes genoux se posent à terre et que tu lèves la tête. Quand la lame froide et tranchante glisse dans ta gorge. Le silence est parfait, et l'angoisse des gens palpable. C'est grisant, enivrant. Un plaisir non mesurable, une jouissance extrême car tu sais que tu captives chaque palpitant. Tu les tiens dans ta main alors que la lame descend disparaissant entre tes lèvres entre ouvertes. Même ton souffle stoppe car se frayer un passage serait pour lui pure folie. Ton regard parfois croise celui de Béatriz tu la sens fébrile mais aussi séduite par cette folie qui t'enveloppe et qui augmente ton charme. Aucune peur dans tes yeux, ni même un soupçons d'angoisse. Tout est si naturel comme si la lame faisait partie intégrante de ta bouche. Comme si elle avait pris naissance dans tes entrailles et que la faire ressortir était juste la fin logique de cette fusion entre ta chair et son acier. Et au fur et à mesure que la lame remonte ton corps reprend vie. Tes poumons s'emplissent à nouveau d'oxygène et ton souffle s'échappe quand la pointe frôle tes lèvres rosées. C'est à la fois doux et effrayant. Un mélange entre le froid et le chaud. Le silence reste là posé un instant le temps que les gens réalisent que la lame a été libérée de ton corps. Et puis les applaudissements se font entendre. Douce mélodie, récompense suprême. La magie qui te donne la force de recommencer chaque soir, d'aller toujours plus loin. Juste pour voir les étoiles dans les yeux de ceux qui te regardent et entendre ce son si cher à ton cœur depuis bien des années. Un salut partagé avec ton assistant et Béatriz et le rideau tombe signe que le spectacle est terminé.

Tu regardes la jolie blonde avec plus d'insistance, l'invitant à prendre un verre. Tu lui souris et tu la félicites pour son courage. Parce que tu en as vu flancher, certains ont même refusé de monter sur scène. Et même si elle a été fébrile elle c'est prêtée au jeu. Te faisant confiance du début à la fin. « Parfait cela me fait plaisir que tu acceptes. Souvent les gens le numéro fini ne pensent qu'à fuir. Je dois leurs faire peur. » Et tu souris. « Tu as été aussi très performante. Que tu restes pour le sabre franchement cela m'a fait plaisir. » Tu ranges tes couteaux avec grand soin. « J'ai aussi le souffle coupé durant le final. Difficile de respirer avec un sabre dans la gorge. Un mauvais mouvement et c'est le drame. Et c'est toujours très intense. » Tu attrapes sa main pour la poser contre ton cœur. « Tu vois mon cœur bat certainement aussi vite que le tien. Même avec l'expérience les émotions sont bien présentes. » Tu passes tes doigts sur la lame du sabre. « Faut les respecter pour arriver à la dompter. Il faut voir en eux la vie et non la mort. C'est pour ça que les gens sont toujours capturer. Pour eux les couteaux ne sont que des armes. Alors que l'acier dans lequel les lames sont faites à une âme, celle de celui qui les a martelé pour lui donner forme. » Ton touché est sensuel, c'est comme si tu caresses un corps que tu t'apprêtes à aimer. Ton assistant te regarde amusé, il a pris l'habitude de te voir proche de tes couteaux. Ils font partis de toi. « Je comprends. » Tu t'approches de Béatriz. « C'est excitant parce que tu sens combien la vie est précieuse dans ces instants. Et qu'une erreur peut en couper le fil. Alors cela rend le moment exaltant. » Même si tu n'es plus sur scène tu restes envoûtante. Laissant ta voix bercer la belle blonde. Et tes yeux glisser sur sa silhouette.  « Désolée je pourrais parler des heures de mon art et de mes précieuses. » Le matériel est rangé, ton assistant te dit bonsoir il a un rendez vous de prévu et te précise qu'il ne rentrera pas à l'appartement que vous partagez. « Parfait passe une bonne soirée. A demain. » Puis tu te retournes vers Béatriz. « On va le boire ce verre? » Et tu lui tends ta main et vous quitter la scène pour rejoindre le bar. Le pas presque félin tu avances aux côtés de la belle. Tu ignores ce que tu réserves la suite de la soirée en sa compagnie, mais tu vas continuer à la charmer. « Tu veux boire quoi ? » Toi tu commandes une Tequila Sunrise et tu laisses Béatriz commander ce qu'elle désire.  

   
vmicorum. (fiche) / OLYMPIA. (icons)


La vie
doucement renaît de ses cendres. Elle s'invite dans chaque mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Séduire l'âme. / Béatriz Empty
Sujet: Re: Séduire l'âme. / Béatriz ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Séduire l'âme. / Béatriz -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Caruso Club
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut