Revenir en haut
Aller en bas

-23%
Le deal à ne pas rater :
Télétravail : Logitech Business Webcam en promo
84 € 109 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -48%
Camera Surveillance Bébé WiFi sans ...
Voir le deal
25.99 €

 

- [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta :: École Leonardo da Vinci
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Tian GrimaldiLa jeunesse dorée et éclatante
Tian Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7669-tian-there-s-someone-right-beh http://www.ciao-vecchio.com/t7687-tian-wish-you-were-here
Faceclaim : Byun Baekhyun + myself
Messages : 112 - Points : 398
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun SUg0NgV
Âge : 27 ans
Métier : Bibliothécaire à l'université
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le Jeu 22 Oct 2020 - 21:30 )


C'était aujourd'hui, le jour de la confrontation. Tu l'avais décidé, là, entre deux rangées de livres, les yeux plissés dans le vide après avoir analysé le pour, le contre et tous tes indices. Le plus gros avait été celui d'un peu plus tôt, quand t'avais eu l'impression d'être observé et qu'en te tournant, tu l'avais vu regarder vers toi. Ton cœur en eut un soubresaut douloureux. T'aurais jamais pensé que cet instant deviendrait vrai. C'était presque libérateur, en un sens, de voir que tu ne perdais pas la tête. De constater que oui, quelqu'un te regardait – il pouvait très bien regarder les livres à côté de toi t'en avais conscience mais... mais non. Et après y avoir réfléchi, c'était pas la première fois que tu le croisais. Bien sûr tu croisais plusieurs fois les mêmes personnes ici, c'était normal, tu bossais dans une bibliothèque universitaire... les mêmes visages allaient et venaient au quotidien. Mais lui... t'étais sûr d'avoir mis un doigt sur quelque chose mais tu savais pas encore quoi – ou qui d'ailleurs. Tu savais juste qu'il était souvent là. C'était pas la première fois qu'il était installé à cette table. Tu allas en faire le tour. Plusieurs fois. Le plus discrètement possible. Et t'avais capté que s'il se penchait un peu vers la gauche, il avait une vue dégagée vers l'endroit où tu t'asseyais à l'accueil. C'était bizarre ça non ? Trop pour être un coup du hasard. T'avais aussi remarqué qu'il pouvait bien te voir quand tu te promenais dans les rangées d'ici. T'étais resté un instant à quelques mètres de lui, en arrière, pour regarder droit devant toi. Et oui, la vue était dégagée par là aussi. T'observas distraitement ta collègue qui allait et venait et tu ne pouvais faire que t'imaginer en train de faire la même chose, son regard sur toi. Tu t'étais promené dans les rangées, aussi, pour l'observer discrètement – et si par discret on sous-entendait que tu t'étais littéralement penché pour le regarder à un moment donné... oui, c'était discret. Tu ferais pas un bon stalker et tu supposais que quelque part, ça avait un côté rassurant. T'avais aussi trouvé ça louche quand il y a plus d'une heure, t'avais eu cette sensation à nouveau. Celle d'être scruté sans gêne. Quand tu t'étais tourné, il te regardait – ou il regardait les livres à côté de toi.. Mais non, t'étais sûr qu'il te regardait. Après ça, l'impression avait disparu et c'était comme si tu l'avais pris la main dans le sac. Alors après être retourné à ta place où tu te mis à lire quatre fois la même page du bouquin ouvert devant toi, t'en arrivas à la conclusion que ce serait aujourd'hui, la confrontation.

Tu savais pas encore comment t'allais t'y prendre. Ni ce que t'allais dire. Mais tu voulais y aller. Ce fut pour ça que tu avanças vers lui dans un pas décidé, les sourcils froncés.. avant de t'arrêter à moins de deux mètres, les yeux écarquillés, la peur au ventre. Tu fis demi-tour aussi vite que t'étais venu, trottinant même un peu. T'étais pas le courage en personne. La fuite, oui, le courage, non. Jamais. Tu partis te cacher derrière une rangée de livres, la boule au ventre. Tu réfléchis à ce que t'allais articuler et par mesure de sécurité tu attrapas un livre. Que tu serras contre toi en retournant vers lui. Tu soufflas plusieurs fois, inspirant avant d'expirer bruyamment. Ton souffle se coupa quand tu te stoppas à la chaise libre face à lui. Peut-être que t'étais pâle d'un coup... en tout cas t'étais clairement nerveux, tes doigts serrant le bouquin un peu trop fort contre ton torse. Tu ouvris la bouche, imitant le poisson avant de te racler la gorge pour attirer son attention – même si tu savais déjà que tu l'avais mais... Bref. Voilà, c'était là. C'était le moment. T'allais le dire. T'allais lui dire que tu savais, qu'il pouvait arrêter, que c'était flippant. T'allais lui dire d'arrêter ou sinon t'irais plus loin, tu ferais appel à la police et.. « Bonjour » que tu couinas au lieu de toutes les phrases que t'avais en tête. Parce que t'étais poli, oui, tout à fait. Tu déglutis difficilement, les doigts tremblants. Tu t'installas finalement sur la chaise, tes jambes menaçant de céder à la moindre seconde. « Est-ce que... », commenças-tu, ta voix partant un peu trop dans les aiguë à cause de la tension. « Est-ce que vous... allez bien ? », tu levas le regard vers lui, incertain, perturbé, paumé et effrayé. D'abord prendre de ses nouvelles, oui, normal... « Est-ce que vous me suivez ? » parvins-tu finalement à dire après quelques minutes de silence. « Est-ce que... est-ce que vous pourriez arrêter ? », demandas-tu dans un ton implorant, le regard bas et perdu et la moue timide. T'étais pas le plus doué pour les discours, ta timidité prenait le dessus alors tu supposais que c'était mieux de faire court... non ? 
AVENGEDINCHAINS


we had the world at our feet
remember the times, when we were kids just running round, full of hope


Dernière édition par Tian Grimaldi le Mar 29 Déc 2020 - 20:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ki Hyun Lee10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ki Hyun Lee
http://www.ciao-vecchio.com/t7845-ki-hyun-the-future-will-be-her http://www.ciao-vecchio.com/t7853-ki-hyun-o-29-ans-o-professeur-de-droit
Faceclaim : Kim Junmyeon (SUHO - EXO) + ©sky
Messages : 21 - Points : 118
Âge : 29 ans
Métier : Professeur à l'université
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: Re: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le Sam 24 Oct 2020 - 20:09 )


La sensation se faisait de plus en plus étrange. Plus intense. C'était comme si le moindres de ses faits et gestes étaient suivis par un regard minutieux alors qu’il ne bougeait même pas... Ce n’était pas la première fois que Ki Hyun se posait à la bibliothèque universitaire mais, c’était la première fois qu’il se sentait ainsi épié. Il avait du relire une bonne dizaine de fois le même passage de son livre sans le comprendre. Les phrases n’avaient pas de sens et les mots se mélangeaient alors que son esprit était ailleurs. C’était perturbant, et le professeur commençait à s’inquiéter...
Un soupir fila entre ses lèvres alors qu’il leva les yeux de son livre. Il avait déjà remarqué le jeune homme à l’accueil mais, il avait l’impression de le voir de plus en plus. Quelques minutes plus tôt, celui-ci était passé près de lui, puis Ki Hyun l’avait aperçu dans les rayons près de sa table. Il l'avait même vu se pencher d'une étrange façon... Le professeur se sentait observé mais il ne savait pas pourquoi. Cette personne devait surveiller les étudiants… mais pourquoi cette sensation désagréable se faisait-elle plus forte ? Perturbé, Ki Hyun inspecta le livre qu’il avait récupéré mais, celui-ci était intact ; il avait même évité de sortir ses affaires pour éviter toute maladresse. Son jus était également resté dans son sac et vu l’intention qu’il semblait recevoir, c’était préférable...

Incapable de se détendre, le professeur regarda l’heure sur sa montre et fut dépité de constater qu’il n’arrivait à rien et qu’au lieu de profiter de son temps libre, il devenait anxieux. Sa pause n’avait pas l’effet escompté et ça l'épuisait de plus en plus. Devait-il fuir pour prendre l’air ? Il n’eut pas le temps de se poser la question puisqu’il se retrouva confronté à la possible raison de son état. Ki Hyun fut alors étonné de voir de la surprise dans le regard du jeune homme, comme si ce dernier venait de voir un fantôme. Le professeur se tourna pour vérifier qu'il ne ne regardait pas quelqu’un d’autre mais, il n’y avait personne. Qu’est-ce qu'on lui voulait ? Il n’eut malheureusement pas sa réponse puisqu’en se remettant dans sa position initiale, l’inconnu avait déjà disparu… C’était peut-être Ki Hyun qui voyait des fantômes…

Déstabilisé, le professeur retira ses lunettes pour se masser doucement les tempes. Il essayait de se convaincre que tout ceci n’était qu’un malentendu et qu’il se faisait des idées. Pourtant, ses impressions n’étaient peut-être tirées de son imagination car il aperçut à nouveau l’homme l'approcher et, cette fois-ci, arriver à destination sans disparaitre.
Ki Hyun avait imaginé se faire incendier mais il se retrouva à entendre un bonjour poli. « Bonjour ? » Il répondit, confus. Ce n’était pas ce qu’il aurait pensé entendre mais, tant mieux ? « Je… » Le professeur de droit n’arrivait pas à comprendre ce qui se passait et, avait même peur de voir le jeune homme s’effondrer devant lui. Il n’avait pas l’air en forme : « C’est plutôt à moi de poser la question… » Il commenta, fronçant doucement les sourcils en observant l’individu. Il n’avait pas le souvenir de lui avoir déjà parlé alors qu’est-ce qu’il voulait lui dire ? Ki Hyun se doutait qu’il ne gravitait pas autour de lui pour rien… Pourtant, lorsque le jeune homme reprit la parole, Ki Hyun tomba de haut. Il eut l’impression de recevoir un coup sur la tête, cette histoire n'ayant aucun sens : « Pardon ?!? »  Pouvait-il répéter parce qu’il y avait très clairement incompréhension ! « De quoi… de quoi me parlez-vous ? Vous… On se connait ? » C’était la première fois qu’on venait vers lui pour l’accuser de suivre quelqu’un… Il ne savait pas comment il était censé réagir, ce n’était pas quelque chose qu’on lui avait appris… : « Je ne vous connais pas alors um… pourquoi pensez-vous une chose pareille? » Quand l’avait-il suivi ?? Certes, il avait déjà regardé dans sa direction mais seulement pour observer furtivement un joli minois avant de retourner à sa lecture, rien de plus. Ce jeune homme lui, par contre… :« En fait, j’aimerais plutôt que vous arrêtiez de m’observer et de me tourner ainsi autour, sans rien dire… c’est gênant… » Ki Hyun était honnête mais également patient, alors il préférait exposer « les faits » avant de s’offusquer. « Vous savez... si vous souhaitez aborder quelqu'un... c'est conseillé de venir lui parler plutôt que l'épier en changeant constamment d'emplacement. Ou alors, il faut être plus discret... »
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Tian GrimaldiLa jeunesse dorée et éclatante
Tian Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7669-tian-there-s-someone-right-beh http://www.ciao-vecchio.com/t7687-tian-wish-you-were-here
Faceclaim : Byun Baekhyun + myself
Messages : 112 - Points : 398
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun SUg0NgV
Âge : 27 ans
Métier : Bibliothécaire à l'université
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: Re: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le Lun 26 Oct 2020 - 20:30 )


T'as toujours eu beaucoup d'imagination. T'as toujours inventé des tas d'idées et des tas d'histoires dans ta tête. Un rien te suffisait à créer un univers, c'en était parfois déroutant, inquiétant et excitant. Petit déjà, t'imaginais des tas de choses. Trop de choses. Comme quand tu croyais que ce camarade de classe en primaire voulait te voir suspendu à l'envers parce qu'il te regardait toujours bizarrement – t'avais compris, plus tard, qu'il était myope et qu'il avait tendance à oublier ses lunettes. Ou comme quand tu croyais que c'était un gnome qui te piquait les chaussettes. Ou comme quand tu pensais que le monstre sous ton lit se lisait une histoire pour s'endormir parce que te faire peur était trop facile que ça en devenait ennuyant. T'avais encore beaucoup d'imagination aujourd'hui. Mais plutôt que dire que t'avais une imagination débordante, sans fin et à tendance parano, tu préférais dire que t'étais « créatif ». Parce que ça sonnait mieux, ça sonnait positif et on t'imaginait pas en train d'inventer mille et une histoires avant de te coucher. Tout comme tu disais être « organisé » et non « maniaque » parce que ça aussi, ça sonnait mieux. On préférait travailler avec quelqu'un d'organisé et quelqu'un de maniaque non ? Quand tu disais être maniaque on t'imaginait au bord de la crise de nerf quand un livre était pas droit alors que... non. T'étais créatif, et organisé.
Par contre t'étais pas discret ni très courageux.

Pas discret parce que t'avais clairement observé ce jeune homme sans te rendre compte qu'on pouvait te voir faire. Et qu'il pouvait te voir faire, aussi. Dans ta tête c'était un détail qui n'apparaissait. Tu te disais même que s'il remarquait il devait être satisfait d'avoir ton attention... Non ? Et pas courageux parce que... parce que t'avais longuement hésité, que t'étais allé et venu sans réellement oser. En même temps comment oser ? Comment se confronter à la personne qui nous suivait ? Qui nous voulait du mal, même ? Tu savais que lui pensait ne vouloir que ton bien mais c'était pervers et malsain et pas juste du tout. Ca commençait comme ça et ça finissait avec toi attaché à une chaise de son salon parce qu'il refusait que t'ailles trop loin sans lui et... – quand tu disais que t'avais énormément d'imagination, tu mentais pas. Tout comme quand on te décrivait comme froussard, c'était pas menti non plus. Froussard oui, pas discret aussi, bizarre sans doute, bon à enfermer probablement mais impoli ? Non. Ce fut pour cette raison que tu le saluas – celle-là et parce que t'étais mort de trouille, en réalité. « A vous de poser la question ? A moi ? », tu te désignas du doigt, la main tremblante. « Je vais... Je vais très bien merci » et tu préféras ne pas relever ton bégaiement ni le fait que ta voix partait un peu trop vers les aiguës sur la fin. Tu pris place sur la chaise vide, sentant que tes genoux pourraient lâcher d'une seconde à l'autre sous le trop plein d'émotions. Et là, tu posas la question. La fameuse. Il n'avait pas besoin de nier. Tu savais. D'où le fait que tu plissas les yeux à sa réaction, les lèvres pincées, sceptique. Il était plutôt bon comédien... Tu hochas négativement le visage. « On ne se connaît pas. Enfin je ne vous connais pas. Mais... mais vous oui ? » , pourquoi tu finissais sur une question ? Tu tentas de te faire plus petit sur la chaise, tes épaules se redressant à peine comme pour tenter de te protéger. « P-Parce que j'ai... j'ai remarqué que vous êtes souvent là où je suis et... et c'est pas une coïncidence », t'essayais vraiment de mettre de l'assurance dans tes mots mais tes lèvres tremblaient autant que tes mains posées sur tes cuisses sous la table. « Quoi ? », que tu lâchas, les yeux écarquillés. C'était quoi ce retournement de situation ? Il voulait faire croire que c'était toi, le type bizarre qui suivait l'autre ? Il voulait te faire porter le chapeau ??? « Mais mais mais... je ne vous tourne pas autour » et si tu l'avais fait. Après réflexion. Tu fis la grimace. « Aborder... », que tu répétas en clignant des paupières. Okay il était sympathique à l’œil mais... « C'est vous qui dîtes ça ?? », t'étais outré, là. Comment osait-il t'accuser ? Après tout ce qu'il avait fait ? C'était l'hôpital qui se moquait de la charité. Tu fronças les sourcils tout en l'observant. « J'aborde... J'aborde pas les gens. Et... », tu soufflas longuement. « Je vous demande juste d'arrêter, c'est tout. Ca devient vraiment... vraiment flippant... », tu déglutis difficilement, la moue implorante et un peu plus pâle que tout à l'heure. « Et je... », ta bouche bougea mais aucun son n'en sortit alors que tu regardais à gauche et à droite, totalement perdu. Tu te sentais seul, aussi. Et perturbé. Et observé. Et non, vraiment, t'aimais pas la sensation. « Pourquoi... pourquoi vous faîtes ça ? », que tu demandas dans une petite voix, le regard suppliant vers lui alors que tu te pinçais les lèvres pour masquer le fait qu'elles tremblaient toujours, tes doigts se pressant entre eux sur tes cuisses pour arrêter les secousses. « Si... si vous m'aviez demandé.. ou abordé comme vous dîtes.. j'aurais pas dit non. Je veux dire... c'est moins bizarre ? Que de suivre quelqu'un sans arrêt jusqu'à son domicile et même au travail et... », tu bougeas le visage, totalement secoué.  
AVENGEDINCHAINS


we had the world at our feet
remember the times, when we were kids just running round, full of hope
Revenir en haut Aller en bas
Ki Hyun Lee10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ki Hyun Lee
http://www.ciao-vecchio.com/t7845-ki-hyun-the-future-will-be-her http://www.ciao-vecchio.com/t7853-ki-hyun-o-29-ans-o-professeur-de-droit
Faceclaim : Kim Junmyeon (SUHO - EXO) + ©sky
Messages : 21 - Points : 118
Âge : 29 ans
Métier : Professeur à l'université
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: Re: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le Mar 27 Oct 2020 - 17:02 )


Ki Hyun était incapable d’expliquer cette sensation nouvelle qui ne le quittait plus depuis plusieurs minutes. Il se sentait observé mais, il était incapable de trouver une raison logique à cette possibilité. Il était simplement en train de lire, installé seul. Il n’y avait rien d’autre que le bouquin sur sa table et il n’avait parlé à personne. Il s’était pourtant installé à cette table pour qu’on puisse facilement le repérer, souhaitant être accessible pour ses élèves. Personne n’était venu à sa rencontre si ce n’était ce jeune homme qui était souvent passé à côté de sa table. Ki Hyun n’avait pas manqué de le voir trainer autour de lui ou de se mettre dans des endroits étranges, en regardant en direction de l’accueil, vide. Surtout, il lui avait jeté beaucoup de regards et cela n’était pas passé inaperçu pour le professeur. En même temps, on ne pouvait pas dire que l’individu brillait par sa discrétion. Et s’il pensait l’être, il avait besoin de revoir sa définition…

Finalement, Ki Hyun fut rassuré d’avoir cet homme étrange en face de lui. Peut-être qu’il allait enfn comprendre ce qu’on lui reprochait alors qu’il pensait n’avoir rien fait de mal. Il en doutait, essayant de se remémorer chaque moment de sa journée pour voir ce qu’il aurait pu faire ou dire de mal au jeune homme. Rien ne lui venait alors il comptait sur des explications. Mais au lieu de les entendre, Ki Hyun fut poliment salué, avant qu’on s’attarde sur son bien-être. Pendant quelques secondes, Ki Hyun pensa avoir imaginé les regards étranges et perturbants qu’il avait senti. Peut-être avait-il mal compris l’attention qu’il avait reçu… Peut-être que c’était lui qui avait dû être étrange, à jeter des coups d’œil sur l’inconnu. Mais quand même… son attitude avait été bizarre et Ki Hyun n’allait pas si vite changer d’avis. « Oui, vous n’avez pas l’air dans votre assiette » Répondit Ki Hyun en continuant de l’observer avec attention, profitant de ce rapprochement. La réponse fournie ne fut pas convaincante mais, il s’empêcha de faire le moindre commentaire, observant l’individu prendre place devant de lui. Ki Hyun comprit ainsi qu’il n’était pas juste venu lui dire bonjour et qu’il il devait avoir quelque chose en tête. C’était le cas… Et ce n’était pas ce que Ki Hyun aurait pensé entendre. La surprise fut de taille et son regard se déforma un instant alors que l’information montait au cerveau. On se moquait de lui ? « Ben non, je  nevous connais pas non plus » Même lui avait l’air perturbé, était-ce une technique d’approche ? « Je ne comprends pas… » Il y avait quelque chose qui clochait, Ki Hyun n’avait jamais suivi le jeune homme alors pourquoi est-ce qu’on lui tenait un tel discours ? « Vous avez un moyen de me prouver ça ? » Était-ce le professeur de droit qui s’exprimait ? Dns tous les cas, Ki Hyun décida de mettre cette histoire de côté pour exprimer son inconfort face à l’attitude de l’homme qui lui faisait face.

Il y avait visiblement confusion des deux côtés. L’un reprochait à l’autre de le suivre, et celui-ci reprochait plus au moins la même chose. Qui avait raison ? Qui avait tort ? Chacun semblait convaincu. « Comment ça, c’est moi qui dit ça ? » Lui aussi, il était outré. Outré qu’on réfute ses propos alors que ça faisait plusieurs minutes qu’il était observé comme un morceau de viande. Bon peut-être qu’il interprétait mal les regards, mais il ne savait pas pourquoi on tentait ce genre d’approche sur lui… « Vous n’avez pas arrêté de passer près de ma table et de me jeter des regards, je vous ai remarqué. On ne peut pas vraiment vous qualifier de discret » Il aurait presque pu en rire mais il avait son image à sauver. « Non, ça devient vraiment flippant pour moi » Pourtant, il se sentait un peu mal pour la personne qu’il avait en face. Il semblait vraiment le supplier du regard alors qu’il se trompait sur toute la ligne. Ki Hyun ne l’avait jamais suivi, c’était la première fois qu’ils échangeaient des mots – et quels mots ! - alors pourquoi se serait-il amusé à le suivre ? Il n’avait pas ce genre de problème, jusqu’à preuve de contraire. Preuves qu’il attendait parce que rien n’était logique. « Pourquoi je fais quoi ? » La voix du professeur se fit légèrement implorante alors qu’il commençait à s’angoisser à l’idée d’être traité de stalker. Il n’avait même pas le temps de caler « suivre quelqu’un que je ne connais pas » dans son emploi du temps millimétré !

« Si je vous avais demandé quoi ? » La tête légèrement penchée sur le côté, les sourcils froncés, Ki Hyun ne lâchait pas le jeune homme du regard alors qu’il essayait de comprendre quel numéro on lui faisait. C’était une blague de ses étudiants ? « Comment ça jusqu’au domicile ? mais je n’ai jamais fait une chose pareille, je ne sais pas où vous vivez. Je ne sais pas qui vous êtes voyons. » Un soupir de frustration passa entre ses lèvres alors qu’il se massa à nouveau les tempes, moins délicatement. « Franchement, où avez-vous attendu qu’une telle technique fonctionne ? C’est vraiment perturbant comme approche, vous devriez éviter d’appliquer tout et n’importe quoi ! » Malgré ses mots, Ki Hyun ne pouvait pas s’empêcher de se dire que quelque chose clochait. Il n’a pas de fumée sans feu : « Vous devez surement me confondre avec quelqu’un d’autre » Il essaya de proposer, comme pour essayer d’arranger les choses sachant que le jeune homme n’était pas à l’aise. Ki Hyun avait repéré les tremblements et le manque d’aisance dans sa voix, c’était évident qu’il n’était pas à l’aise avec cette conversation ni même en face de Ki Hyun. Ce dernier ignorait encore pourquoi. Il ne voulait pas se faire des idées mais, c’était difficile de faire autrement. «   Soit vous me faites une blague, soit vous vous tromper de personne » Et en beauté.  « Je suis professeur ici, je viens pour ma pause, pas pour vous… espionner ? »

 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Tian GrimaldiLa jeunesse dorée et éclatante
Tian Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7669-tian-there-s-someone-right-beh http://www.ciao-vecchio.com/t7687-tian-wish-you-were-here
Faceclaim : Byun Baekhyun + myself
Messages : 112 - Points : 398
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun SUg0NgV
Âge : 27 ans
Métier : Bibliothécaire à l'université
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: Re: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le Mar 27 Oct 2020 - 21:50 )


T'avais pas l'air dans ton assiette, qu'il disait. Et il avait pas tort. Tu l'étais plus depuis quelques temps. T'allais pas bien. T'étais totalement stressé, totalement apeuré, comme une proie prise au piège, tu ne faisais que tourner dans ton enclos à la recherche d'une sortie. Non, t'étais pas dans ton assiette. T'étais clairement à côté... mais on ne pouvait pas t'en vouloir, pas vrai ? On ne pouvait pas t'en vouloir de te sentir si fragile, si seul, si effrayé. Tu te raclas quelque peu la gorge, le nez finement plissé alors que tu tentais de faire comprendre que tu allais bien. Ca se voyait, non, que tu pétais la forme ? Tellement que tu fus obligé de t'asseoir pour ne pas flancher à cause de la panique et du stress. La forme, tout à fait. Tu t'humectas doucement les lèvres, les écartant pour finalement les pincer. Non, il ne te connaissait pas mais il en avait envie. Pas vrai ? C'était pour ça qu'il te suivait, non ? « Je ne comprends pas non plus », tu ne comprenais pas pourquoi toi. Parce que t'avais rien, t'étais rien. Et tu ne comprenais pas pourquoi on voulait infliger ça à quelqu'un. C'était horrible, comme sensation. « Un moyen d... », tu clignas des paupières, le fixant d'un air penaud. Il pensait que tu prenais des notes ou quoi ? Ton index fit quelques mouvements vers l'avant puis l'arrière avant de partir à gauche. Tu l'avais vu te regarder par là. Tu l'avais déjà croisé plusieurs fois ici et regarder vers toi. Tu l'avais déjà vu ailleurs... sans doute. « V-Vous êtes souvent ici... », que tu débutas, hésitant. « Et... je le sais c'est tout », que tu susurras, la voix basse, même pas certain qu'il fut capable de t'entendre.

« Ben... c'est vous qui dites ça alors que... » alors qu'il te suivait depuis quelques temps. C'était vraiment une blague, là. Tu te mis à rougir à ses mots. Par honte, surtout. Tu savais que t'avais pas été discret mais t'avais espéré pas être remarqué. Parce que t'étais pas vraiment le genre qu'on remarquait. Evidemment s'il ne faisait que te fixer, il te remarquerait. Voilà une des preuves dont il parlait avant ! « C'était le temps que je trouve le bon moment... », pour venir faire éclater la vérité, taper des poings sur la table et surtout... lui dire bonjour. Parce que tu tenais à le répéter, t'étais poli. Tu fronças finement les sourcils. Ca devenait flippant pour lui ?? « Qu'est-ce que je devrais dire sérieux », lâchas-tu soudainement dans un souffle exaspéré. T'en arrivais parfois au point de ne pas vouloir sortir de chez toi. Au cas où. « Pourquoi vous me suivez », tu baissas un instant les yeux pour les redresser vers lui, tes dents mordillant ta lèvre inférieure. Voulais-tu vraiment savoir pourquoi il faisait cela ?

« Si vous m'aviez demandé... », le regard dans le vide, tes lèvres bougeaient mais aucun son ne sortait. « Si vous m'aviez parlé ? Pour faire connaissance ? Donc si vous m'aviez demandé... euh mon nom ? Tout ça », tu clignas des paupières, perplexe, paumé... Tu lui lanças une moue perplexe ensuite, les lèvres poussées en avant et les sourcils froncés. Tu n'en croyais pas un mot ! Il savait où t'habitais vu qu'il te suivait quasiment tout le temps. T'étais même sûr qu'il savait quel parfum de glace tu aimais – mais tu préférais pas demander. C'était déjà bien flippant comme ça... « Quoi », marmonnas-tu, stupéfait. Une technique ? De quoi ? Et pourquoi t'avais l'impression de te faire engueuler alors que tu faisais rien de mal ??? « M-Mais j'applique pas de technique ! Technique de quoi d'ailleurs ? D'accusation ? J'aurais dû venir avec des fleurs peut-être ? », tu le fixas un instant, réellement perturbé. Tu sortais les sarcasmes parce que là t'en avais besoin pour te protéger, pour ne pas montrer que t'étais blessé, et apeuré... même si clairement faudrait être aveugle pour ne pas voir que t'étais pas du tout à l'aise. Tu détournas le regard pour croiser ceux des étudiants sur une table un peu plus loin et tu serras un peu plus les poings sur tes cuisses. « Je ne... Je ne confonds pas... », chuchotas-tu. Mais en réalité, t'en savais rien. Tu inspiras un bon coup, tentant d'expirer calmement, la peur rongeant ton cœur, le faisant palpiter un peu plus fort. « J'ai passé l'âge de faire ce genre de blagues », dis-tu simplement, redressant un regard mécontent vers lui bien que tu le détournas vite.

« Professeur ? », tu clignas des paupières, fixant la table. C'était encore pire que ça vienne d'un professeur ! « En quelle matière ? », en quoi ça t'importait, Tian ? Tu redressas les yeux vers lui et tu l'observas sans rien dire alors que tu encerclais doucement ton corps de tes bras pour masquer au mieux les tremblements de tes mains. « Vous enseignez ici depuis longtemps ? Vous enseignez généralement dans quel bâtiment ? », tu plissas un peu les yeux. Tu te remis à le fixer, ton pied tapant doucement contre le sol sous l'effet de la nervosité alors que tu te mordais la lèvre. Est-ce que tu te trompais comme il le disait ? Il avait clairement pas la tête d'un stalker... mais en même temps est-ce qu'il y avait une tête de « stalker » ? Tu déglutis difficilement, tes prunelles errant lentement autour de vous. Et si on te faisait croire que c'était lui ? Si on t'indiquait une mauvaise personne ? Et s'il te menait en bateau en fait ? Et s'il disait vrai ? Si tu te trompais... cela voulait-il dire que tu perdais vraiment la tête ? L'angoisse était en train de t'enlacer, ton pied tapant plus intensément sur le sol, ta respiration se bloquant pour reprendre un peu plus saccadée. « V-vous vous appelez comment ? », le questionnas-tu, le ton pas assuré du tout, la moue perdue, la lèvre inférieure quelque peu secouée, ta main tremblante massant distraitement ton front. 
AVENGEDINCHAINS


we had the world at our feet
remember the times, when we were kids just running round, full of hope
Revenir en haut Aller en bas
Ki Hyun Lee10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ki Hyun Lee
http://www.ciao-vecchio.com/t7845-ki-hyun-the-future-will-be-her http://www.ciao-vecchio.com/t7853-ki-hyun-o-29-ans-o-professeur-de-droit
Faceclaim : Kim Junmyeon (SUHO - EXO) + ©sky
Messages : 21 - Points : 118
Âge : 29 ans
Métier : Professeur à l'université
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: Re: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le Ven 30 Oct 2020 - 23:09 )


Ki Hyun avait souhaité savoir ce qu’on lui reprochait mais maintenant que c’était le cas, il n’arrivait pas à comprendre de quoi il était réellement question. Ça ne pouvait pas être ça, la réelle raison… ça ressemblait plutôt à une blague de mauvais gout et ça ne le faisait pas rire alors qu’il savait que ça pouvait impacter sur sa carrière. « On est deux à ne pas comprendre mais, tu dois en savoir plus que moi… » Il était venu à lui pour l’accuser de le suivre après tout, il devait avoir des raisons pour justifier cette approche ou avoir un plan pour sa plaisanterie. Il n’était pas très doué dans les deux cas car, il n’avait pas l’air à l’aise. Ça ne collait pas avec l’option « ceci est une plaisanterie » mais vu l’accusation, Ki Hyun ne voyait pas d’autre possibilité. Ou alors il se trompait ou quelqu’un avait accusé Ki Hyun à tort. Dans tous les cas, le professeur exigeait des preuves, prenant cette histoire au sérieux. « Je suis souvent ici ? » Il répéta bêtement, perplexe. La blague n’était pas bien réfléchie ni orchestrée… « Vous dites que suis souvent ici, dans la bibliothèque universitaire ? » Il ne pouvait clairement pas nier ce point puisqu’il y passait souvent ses pauses. « J’aime bien lire et travailler ici alors oui, je viens assez régulièrement. Durant mes pauses » Est-ce qu’il avait besoin de se justifier ? « Je viens pour l’amour des livres, pas pour vous observer. » Il fronça les sourcils à cette pensée. Ce jeune homme était très séduisant, Ki Hyun ne pouvait pas dire le contraire mais quand même… il n’aurait pas été jusque-là. Pas à son âge… Ni au point que ça en devienne inconfortable pour l’autre personne… « Désolé de vous décevoir ? » Il ajouta, incertain. Il ne l’était pas vraiment, possiblement victime d’une mauvaise blague. S’il s’agissait d’une étrange approche, son désolé aurait peut-être le bon impact ? « Le savoir et le prouver, ce n’est pas la même chose. Ça ne serait pas recevable dans un procès » Non pas qu’il prévoyait que ça en arrive là… Peut-être aurait-il du préciser sa profession.

« Vous faites erreur » Il murmura alors qu’il continua de jeter des regards autour d’eux, s’assurant que personne ne prenne connaissance de leur conversation. C’était gênant et, Ki Hyun voulait éviter que ça prenne d’énormes proportions. Il aurait peut-être préféré voir le jeune homme continuer le regarder sans discrétion plutôt qu’être accusé à tort dans un lieu où beaucoup d’étudiants se rendaient. « Pardon ? » Le jeune homme venait de soupirer, signe évident de sa frustration et Ki Hyun eut l’impression qu’on se moquait encore plus de lui. Ce n’était pas plutôt à lui, de souffler ? Il n’avait rien demandé, lisant son bouquin et, on était venu l’accuser d’être un stalker ? Jamais, il n’aurait pu prévoir une telle situation, même en ayant une imagination débordante. « Mais je ne vous suis pas, je vous l’ai déjà dit » L’inconnu insistait et Ki Hyun appréciait de moins en moins.

« Si j’avais voulu savoir votre nom, je serais venu vous poser la question… Vous observer n’aurait servi à rien » En réalité, il aurait très bien pu récolter des informations sans les demander au concerné, il y avait plein de moyens pour ça mais Ki Hyun n’avait pas le temps de faire ce genre de chose. Ni même l’envie. Il s’était déjà interrogé sur l’individu qu’il avait en face mais, il n’abordait pas aussi facilement les inconnus pour autant. Et, il était sur son lieu de travail… « Des fleurs ? » De quoi on lui parlait ? L’attitude du jeune homme avait soudainement changé, et Ki Hyun fut surpris en le remarquant. Il ne savait pas quoi penser du spécimen qui lui faisait face, l’hypothèse d’une blague se faisant moins probable même si Ki Hyun ne voyait pas d’autre explication. Il n’avait rien à se reprocher, à priori, alors il ne comptait pas rentrer dans ce jeu. « Gardez vos fleurs pour les donner à la bonne personne, d’accord ? Approche ou non, peu importe. Je ne vous suis pas. » C’était évident pour Ki Hyun mais pas pour le jeune homme... Ce dernier devait se tromper de personne. Ki Hyun ne voyait pas autre chose. « Si ce n’est pas une blague, c’est que vous trompez de personne alors. » Son regard mécontent aurait pu être frustrant mais le coréen trouva cette expression plutôt déstabilisante car le jeune homme restait quand même adorable.

« Pourquoi j’ai l’impression de passer un interrogatoire ? C’est à vous d’avancer les preuves pour appuyer votre accusation injustifiée, vous savez ? » Les bras croisés, Ki Hyun exprimait davantage son agacement. « Je suis professeur de droit, je ne pense pas avoir besoin de préciser le reste » Il allait garder son cv et autre information pour lui, parce qu’il ne faisait pas confiance à cet homme. Il avait l’air d’être incapable de faire du mal à qui que ce soit mais, Ki Hyun connaissait assez d’affaire pour savoir qu’il fallait se méfier de tout le monde.
« Vous allez bien ? » Le professeur n’avait pas besoin de regarder sous la table pour comprendre le geste nerveux vécu par l’individu assis en face de lui. « Vous n’avez pas l’air bien du tout » Il n’aurait pas dû s’inquiéter mais en même temps, l’homme n’en menait pas large. Il devrait être stressé… Pourquoi ? Avait-il des choses à se reprocher ? « Pourquoi êtes-vous aussi nerveux ? » Il demanda, avant de préciser son nom. « Ki Hyun, et vous ? » Pourquoi est-ce qu’ils faisaient connaissance tout à coup ?

 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Tian GrimaldiLa jeunesse dorée et éclatante
Tian Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7669-tian-there-s-someone-right-beh http://www.ciao-vecchio.com/t7687-tian-wish-you-were-here
Faceclaim : Byun Baekhyun + myself
Messages : 112 - Points : 398
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun SUg0NgV
Âge : 27 ans
Métier : Bibliothécaire à l'université
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: Re: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le Ven 6 Nov 2020 - 15:17 )


Pouvoir mettre un visage sur l'impression que t'avais était un soulagement. C'était la preuve que t'étais pas devenu fou, que t'avais encore toute ta tête. T'avais pas eu que des impressions. Quelqu'un te suivait réellement. C'était tout autant rassurant que c'en était effrayant et tu savais vraiment pas de quel côté te placer. Tu fronças quelque peu les sourcils à ses mots. Comment ça, tu devais en savoir plus que lui ? Non, justement, t'en savais rien. Tu savais rien et tu ne comprenais pas et t'aurais voulu qu'il te fournisse des explications ou même des excuses au lieu de te renvoyer tes questions. Tu hochas lentement le visage à sa question, les lèvres pincées. Il était souvent ici. Tu l'avais déjà vu quelque part dans le coin. T'étais plus sûr d'où exactement, en fait – mais tu préférais ne pas le relever. « Oui », que tu soufflas doucement, presque incertain avant de froncer les sourcils comme pour te donner un air assuré. Tu te mordis distraitement la lèvre, baissant un instant le regard. Durant ses pauses, pour l'amour des livres... c'était joliment dit, en soit, mais tu ne savais pas si tu pouvais pas le croire. Il avait très bien pu répéter ce texte et te faire passer pour un crétin quand t'aurais compris que c'était lui ? Tu redressas le regard dans une petite moue perplexe. Désolé de te décevoir ? Quel coupable s'excuserait de décevoir ??? « Mais je... », tes épaules s'abaissèrent un peu. Pourquoi il parlait d'un procès ? C'était qui ce type ? « Mais je le sais... », que tu murmuras malgré toi dans un souffle discret, les épaules basses. T'avais l'impression de devoir lui justifier, à lui, l'impression que t'avais d'être suivi. Le monde tournait à l'envers là non ?

Suivant son regard, tu laissas tes prunelles traîner autour de vous. Tu faisais ton maximum pour ne pas attirer l'attention même si l'on devait capter ta nervosité à des kilomètres. Ca se comprenait en même temps, non ? T'étais face à la personne qui te tourmentait depuis des mois ! Même si la dite personne disait que non. Tu le fixas à nouveau, scrutant son visage et son expression, tentant d'y déceler la vérité mais... t'y arrivais pas.

« Pourtant vous le faîtes... ? », que tu répondis doucement dans une grimace perplexe. Pourquoi t'avais cette conversation d'ailleurs ? Ca devenait n'importe quoi. T'avais clairement pas besoin des sarcasmes pour montrer que tu te retranchais dans tes dernières armes, ça devait clairement se voir. Mais tu voulais pas lui laisser ce plaisir. Il devait le savoir, que ça te terrifiait. « Vous préférez le chocolat ? », tu haussas les épaules dans une mine non intéressée alors que tu serrais un peu plus les poings sur tes cuisses. Tu plantas ton regard dans le sien, les lèvres pincées. A la bonne personne ? C'était lui non ? Tu plissas le nez, mécontent, faisant tourner tes prunelles autour de toi. Tu voulais juste un visage, un nom. Tu voulais juste trouver une personne, ce « quelqu'un » qui te perturbait... Ton attention retourna vers lui. Tu gardas la même expression, perplexe et perdu. Te trompais-tu ?

« Quoi ? » que tu lâchas, observant le moindre de ses mouvements. Ton accusation était totalement justifiée ! Ou pas. Et t'avais toujours pas de preuves depuis cinq minutes. Il le savait, c'était pour ça qu'il disait ça, pas vrai ? Tu mimas un air désespéré parce qu'il fallait forcément qu'il soit professeur de droit. C'était bien ta chance. T'aurais pas pu tomber sur un professeur d'histoire ou de philosophie qui n'y connaissait rien aux lois. Non. T'étais tombé sur le professeur de droit de la salle.
« Je vais... », tu inspiras, de plus en plus perdu, levant le regard vers lui pour l'abaisser. « Je vais bien », marmonnas-tu sans réellement y croire, les tremblements de tes mains se moquant largement de tes mots. « Vous ne le seriez pas ? », grinças-tu entre tes dents, les pupilles vers lui, la mine perdue et de plus en plus apeurée. « Tian », que tu articulas lentement, laissant ton torse se lever un peu plus brusquement.

Tu restas silencieux ensuite, le regard posé sur la table. Tu ne savais plus quoi penser. T'étais sûr de toi et en même temps... pas du tout. T'étais sûr de ce que tu disais et en même temps... t'en savais absolument rien. T'avais juste cette foutue sensation qui te suivait partout et t'avais cru avoir enfin une réponse. Au lieu de ça tu te retrouvais avec plus de questions qu'avant. Tu redressas lentement le regard, regardant chaque personne présente. T'avais bien conscience que ça pouvait être n'importe qui. Pourquoi est-ce que tu te remettais en questions ? Pourquoi doutais-tu, maintenant ? Est-ce que ça voulait dire que tu t'étais trompé ? Ou qu'on était en train de te manipuler ? « J'ai pas... Je suis... », tu secouas quelque peu ton visage, l'air paumé. Tu fermas tes yeux humides et soufflas un bon coup, rouvrant les paupières pour les poser sur le professeur. « Vous... Vous ne me suivez pas, alors ? Vous êtes sûr ? », parvins-tu à demander, ton regard dans le sien, la peur te rongeant le cœur.
AVENGEDINCHAINS


we had the world at our feet
remember the times, when we were kids just running round, full of hope
Revenir en haut Aller en bas
Ki Hyun Lee10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ki Hyun Lee
http://www.ciao-vecchio.com/t7845-ki-hyun-the-future-will-be-her http://www.ciao-vecchio.com/t7853-ki-hyun-o-29-ans-o-professeur-de-droit
Faceclaim : Kim Junmyeon (SUHO - EXO) + ©sky
Messages : 21 - Points : 118
Âge : 29 ans
Métier : Professeur à l'université
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: Re: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le Dim 8 Nov 2020 - 21:57 )


Sa pause à la bibliothèque avait pris une tournure inattendue et Ku Hyun avait beau réfléchir, il ne parvenait pas à trouver d’explication aux accusations qu’il subissait. Ce n’était pas anodin d’accuser quelqu’un d’être un stalker... Le plaignant n’avançait même pas de preuve que Ki Hyun aurait pu justifier sans difficulté. Tout semblait confus et même le jeune homme avait l’air mal à l’aise. Ki Hyun se demandait ce qui se passait dans sa tête, tout ceci devant être une plaisanterie. Ça n’amusait pas le professeur et même si celui-ci était patient, son agacement se faisait de plus en plus ressentir.
Le professeur était indigné, déstabilisé par ce qu’on lui reprochait : est-ce qu’il ressemblait tant que ça à un type louche ? On ne lui avait jamais fait de réflexion similaire… Il tombait de haut, peinant à comprendre tout en prenant le temps de se défendre au mieux. Le jeune homme ne lâchait pas l’affaire même s’il avait l’air de subir cette conversation. Il était nerveux, ça se voyait en un coup d’œil et ça perturbait davantage Ki Hyun qui tentait d’y voir plus clair. « Vous savez quoi ? Vous n’avez pas de preuve de ce que vous avancez mais vous êtes persuadé d’avoir raison ? » Est-ce que Ki Hyun était accusé simplement pour rire ? Était-il une victime choisie au hasard ? « Dans ce cas… Je vous ai vu m’observer pendant un moment, tout en passant à côté de moi en me faisant froid dans le dos… » Il exagérait un peu mais il avait été préoccupé par le comportement de l’inconnu : « Et je sais que c’est vrai, donc… vous êtes un stalker, on est d’accord ? » Est-ce que ses réponses mettaient en lumière le ridicule de la situation ? Ki Hyun n’était pas certain d’avoir les bons mots tant il était pris de court…

« Non... je ne le fais pas » Il ne savait même pas ce qu’il était censé dire… Ses arguments n’étaient pas écoutés et le jeune homme semblait convaincu de la culpabilité du professeur de droit. Ce dernier avait de plus en plus de mal à suivre l’individu assis en face de lui, ses mots changeant soudainement de registre. « Vous… vous vous moquez de moi ? » Demanda le professeur, surpris. Après des fleurs, on lui demandait s’il préférait le chocolat ? Est-ce que c’était vraiment une approche pour le séduire ? « Je dois m’attendre à recevoir des chocolats maintenant ? Je suis désolé mais, je ne consomme pas les chocolats offerts par un inconnu… » Pourquoi est-ce qu’il s’excusait ?  Bizarrement, il n’avait pas envie de décevoir le jeune homme qui lui faisait doucement peur. Il semblait imprévisible ce qui ne rassurait pas Ki Hyun. Et s’il commençait à lever le ton en continuant de l’accuser d’être un stalker ? Les gens autour d’eux pourraient alors l’entendre et se faire des idées… Ki Hyun voulait éviter une telle catastrophe… Cette blague ne lui faisait pas rire, et il ne fit pas attendre pour le stipuler clairement.

Lassé, le professeur de droit expliqua à nouveau la faiblesse des accusations faites par le jeune homme. Alors certes il était joli garçon mais ça ne le sauvait pas pour autant et, Ki Hyun s’inquiétait encore plus. A la fois pour lui mais aussi pour ledit individu parce qu’il n’avait pas l’air dans son assiette. Et ce n’était pas parce qu’il disait allait bien que Ki Hyun en fût convaincu. Sa nervosité devait être causée par quelque chose ... « A vrai dire, j’évite d’accuser à tort les gens mais j’imagine que je le serais aussi si c’était le cas ? » Très drôle, Ki Hyun. Le professeur espérait enfin que le jeune homme réalise son erreur. Que Tian ouvre les yeux. Ça avait un coté rassurant de connaitre son prénom, ça le rendait moins préoccupant même si l’inquiétude continuait de vivre en Ki Hyun. Le silence ne le rassurait pas non plus, il se demandait à quoi Tian pensait…
L’espoir fit une apparition lorsque le jeune homme décida de reprendre la parole, posant un regard inquiet sur Ki Hyun. Ce dernier eut le cœur serré en voyant Tian dans cet état, il semblait vraiment fragile… Comme s’il était question d’une réelle peur... Était-il vraiment suivi par quelqu’un ? Ou était-il parano ? C’était difficile à dire, et Ki Hyun essaya d’abord de se lever de tout soupçon.  « Je vous jure que oui, je ne vous suis pas. Et, j’en suis sûr » Il baissa les yeux sur son bouquin oublié : « Je suis juste venu lire. Je viens souvent ici puisque je suis professeur. Je peux même sortir mes cours ou mon planning pour le prouver. Et si je vous regardais, c’est surement parce que vous me regardiez… » Bon il aurait très bien pu lui jeter des regards pace qu’il était beau garçon mais il garda ça pour lui,… « Vous accusez souvent des gens de cette façon ? Parce que vous devez souvent voir les mêmes têtes en travaillant ici… Pourquoi moi, d’ailleurs ? » Inquiet, il osa poser une question supplémentaire : « Est-ce que j’ai une tête… louche ? »  


 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Tian GrimaldiLa jeunesse dorée et éclatante
Tian Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7669-tian-there-s-someone-right-beh http://www.ciao-vecchio.com/t7687-tian-wish-you-were-here
Faceclaim : Byun Baekhyun + myself
Messages : 112 - Points : 398
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun SUg0NgV
Âge : 27 ans
Métier : Bibliothécaire à l'université
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: Re: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le Lun 9 Nov 2020 - 0:24 )


« Je... », que tu commenças mais les mots te manquaient. C'était vrai, t'avais pas de preuves. Tu t'étais assis là en le pointant du doigt, figure qui représentait ce mal qui te suivait. T'étais pas sûr d'avoir raison, et c'était pour ça que tu restais silencieux. T'étais pas sûr d'avoir tort, non plus. Où était la vérité ? Tes lèvres s'écartèrent mais aucun son n'en sortit alors que tu le regardais sans réellement le faire, ses mots tombant sur toi comme des boulets de canon. Tu déglutis difficilement, baissant le regard dans un mutisme presque coupable, un silence désarmé. C'était forcément pour toi, le professeur de droit – c'était pas drôle sinon, tu l'avais bien compris. Et là tu le comprenais encore mieux. T'aurais pas gain de cause. T'avais rien en mains et tu passais pour ce qui t'effrayait. Tu devenais le monstre sous le lit alors que t'avais seulement voulu l'effrayer à ton tour. « J'ai pas... », tu inspiras, la respiration un brin coupée, plongeant à nouveau dans le silence. Tu n'étais pas un stalker. T'étais loin de l'être. C'était toi qu'on suivait, c'était toi qui étais effrayé alors... pourquoi c'était toi qu'on pointait du doigt ? Pourquoi de victime tu passais à bourreau ? Pourquoi ne te défendais-tu pas, Tian ? Parce que tu trouvais rien à dire.

Tu mimas un petit air bougon à ses mots, un petit air désolé aussi. Mais t'avais envie que ce soit lui, aussi étrange que ça puisse paraître. T'avais envie d'avoir trouver la personne qui te tourmentait, t'avais envie de te rassurer, de mettre une visage sur cette peur qui te suivait. T'avais envie de dire que c'était lui parce que tu supposais que tu pourrais mieux dormir cette nuit. « Non », lâchas-tu sans hésiter. T'avais l'air de te moquer de quelqu'un ? Objectivement, oui, tu t'en doutais bien. Accuser quelqu'un comme ça... ça semblait être une caméra cachée. « Je préférerais... », susurras-tu, les épaules basses. T'aurais préféré que ce soit un pari, une blague. Ta peur était là, elle était vraie. Tu te pinças les lèvres, le nez finement plissé. Tu te retenais de le féliciter de suivre les conseils de ses parents mais c'était pas réellement ça la question. C'était pas réellement ça la réponse.

Tu savais que ta défense était tout aussi faible que ta volonté. Tu ne savais pas pourquoi tu insistais. Cette envie de te rassurer, toujours. Cette envie de te prouver que tu ne perdais pas la tête, encore. Etait-il en train de sous-entendre que t'étais nerveux parce que tu l'accusais à tort ? C'était le cas sans vraiment l'être. Plus les secondes défilaient, plus tu te rendais compte que t'étais paumé. Tu ne savais pas si tu pouvais le croire... et en même temps tu ne te croyais pas non plus. T'étais plutôt rassuré d'avoir un prénom mais était-ce réellement le sien ? Etait-il en train de se moquer de toi ? Peut-être qu'on ne te suivait pas. Que c'était juste toi, ton imagination débordante, ton ombre. Peut-être que tu perdais réellement la tête.
Tu le fixais, osant redemander. Et plus tu l'écoutais, plus tes doutes semblaient revenir, plus ta peur semblait te contrôler. Plus il parlait plus tu comprenais tes erreurs. Plus il parlait et plus tu te rendais compte que tu t'étais trompé sur toute la ligne. « C'est... c'est ma faute alors ? », que tu demandas. C'était ta faute si on te suivait ? Parce que t'avais regardé quelqu'un ? « Parce que... », ton regard tomba sur la table. Pourquoi lui ? « Je ne sais pas j'ai juste... », tu fis un bref mouvement d'épaules. « Je... je sentais qu'on me regardait et je me suis tourné et ... », et t'étais tombé sur lui. Ta peur avait fait le calcul ne laissant pas le temps à ton cerveau d'analyser. Voilà le résultat... Tu secouas ton visage de gauche à droite sans aucune hésitation. « Non, pas du tout » Il était tout le contraire de louche, il était même très beau.

Tu restas silencieux, le regard allant et venant devant toi, tes poings se serrant de plus en plus sur tes cuisses au point où la pression de tes phalanges te fit grimacer. « Je suis... », commenças-tu finalement. « Je suis désolé... », tu baissas le visage alors que tu serrais les dents, ravalant tes questions, tes doutes, tes larmes. « Je suis désolé j'ai pas... réfléchi... », tu déglutis difficilement, te raclant la gorge pour espérer donner un peu plus de force à ta voix. « Je pensais que... mais en fait non...  », tu secouas ton visage. T'étais ridicule. Mais plus que ça, t'étais en train de comprendre que t'avais eu tort depuis le début. Que personne te suivait. Que tu te faisais des idées. Tu perdais la tête, Tian. « Je devrais vous laisser je vous ai déjà trop dérangé et j'ai... », tu sursautas, un hoquet de surprise t'échappant, une étudiante ayant fait tomber un livre plus loin, ton regard apeuré dirigé vers elle. Mais bien sûr si on te redemandait, t'allais parfaitement bien. T'étais même au top de ta forme hein ?  « Je vais juste... est-ce que... », tu fermas les yeux, inspirant longuement. Tu la sentais, la panique qui montait d'un cran, qui faisait pulser ton cœur, qui chauffait ton sang. « Je vais rester là juste... deux minutes ? Puis je m'en vais », le temps de permettre à ton corps de réussir à bouger, parce que là tes jambes refusaient de se mouvoir et tes mains ne cessaient de trembler et ta respiration semblait faire comme bon lui semblait. « Est-ce que... est-ce que vous enseignez ici depuis longtemps ? », t'essayais pas de choper des informations, t'essayais juste de te concentrer sur quelque chose d'autre que ces pensées qui étaient en train de te retourner le cerveau. « Vous... c'est quoi comme livre ? », susurras-tu les derniers mots, la voix tremblant tout autant que tes mains après avoir levé un regard implorant et humide vers lui.
AVENGEDINCHAINS


we had the world at our feet
remember the times, when we were kids just running round, full of hope
Revenir en haut Aller en bas
Ki Hyun Lee10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ki Hyun Lee
http://www.ciao-vecchio.com/t7845-ki-hyun-the-future-will-be-her http://www.ciao-vecchio.com/t7853-ki-hyun-o-29-ans-o-professeur-de-droit
Faceclaim : Kim Junmyeon (SUHO - EXO) + ©sky
Messages : 21 - Points : 118
Âge : 29 ans
Métier : Professeur à l'université
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: Re: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le Dim 15 Nov 2020 - 22:54 )


Son regard continuait d’observer le jeune homme qui se trouvait devant lui, essayant de le décrypter. Essayer de lire dans les expressions de son visage, dans la lueur dans ses yeux et dans ses gestes, le non-verbal en disant plus que les mots. Et pour le coup, Ki Hyun commençait à se poser encore plus de questions, la nervosité visible sur chaque membre de l’individu. Ça n’empêcha pas Ki Hyun de se méprendre et de se sentir attaquer sans raison valable. La situation était trop étrange pour qu’il se contente de passer l’éponge sans essayer d’en savoir plus. Il ne pouvait pas se lever et continuer son chemin loin de tout ça alors qu’on l’accusait d’un truc grave. Que ce soit pour plaisanter ou non, il comptait savoir ce dont il était réellement question. Ses yeux continuèrent ainsi de fixer le jeune homme et il continua avec ses questions, s’étonnant des réponses de son vis-à-vis. Dès qu’il se faisait une idée, Ki Hyun était déstabilisé par ce qu’il entendait. Il ne savait pas quoi penser de tout ça, et ça devenait préoccupant. Quelle attitude devait-il adopter ? Pour se défendre, il reprit les arguments de l’inconnu pour les utiliser à son avantage, tant bien que mal. Se défendre sous le spot n’était pas aussi simple, surtout en étant perturbé par l’individu en face…

Plus ça allait, plus l’hypothèse de la plaisanterie semblait impossible mais, Ki Hyun n’arrivait pas à imaginer d’autres raisons alors il décida de s’en assurer une nouvelle fois. Vu la réponse qu’il récolta, il ne semblait pas avoir tort. Mais alors, pourquoi ? Pourquoi est-ce que c’était lui, le suspect de cette histoire sordide ? Est-ce que le jeune homme était vraiment suivi ? Est-ce que Ki Hyun l’avait suivi sans même s’en rendre compte ? Il ne partagea pas cette pensée, ne voulant pas causer encore plus de doutes mais la question lui traversa l’esprit. Il venait souvent ici après tout mais, il travaillait sur place alors il en profitait souvent pour passer à la bibliothèque entre ses cours. On n’allait quand même pas lui interdire à cause de ce quiproquo ? Heureusement, Tian semblait réaliser qu’il s’était probablement trompé, Ki Hyun espérait le voir rester sur cette option car il ne savait même plus quoi dire. Pour autant, il devait encore se donner les moyens de rassurer le jeune homme parce que celui-ci semblait réellement confus. Ébranlé par ce qu’il avait découvert, par le fait qu’il s’était trompé ? « C’est pas de la mienne ? » Il ne voulait pas être méchant mais il ne savait pas ce qu’il était censé dire, ils ne se connaissaient pas et il n’était pas non plus à sa place pour savoir s’il avait raison de s’inquiéter. « Je peux simplement dire que je ne vous suis pas. » Il ne pouvait pas lui offrir plus alors qu’il ne savait même pas pourquoi il avait été accusé. « Et vous m’avez vu regarder dans votre direction ? » La tête légèrement sur le côté, il se demandait si c’était la seule raison. Juste parce qu’il avait posé ses yeux sur lui ? Beaucoup de personne devait le regarder… non ? A quel moment avait-il vu Ki Hyun le regarder d’un air préoccupant ? « Désolé de vous avoir aperçu ? » Il répondit d’une voix incertaine, n’étant pas sûr de ses mots « Je ne le ferais plus ? » Il se sentait coupable alors qu’il n’avait rien à se reproché… Il regrettait d’avoir apprécié l’apparence du jeune homme en le voyant quelques fois dans les parages. Il l’avait trop observé, sans s’en rendre compte ?  Ou avait-il l’air si louche que ça ? « Ça me rassure un peu alors… » Il restait inquiet à ce propos et, risquait de poser la même question à ses élèves, par maladresse.

« Vous avez compris que ce n’est pas moi ? » Ki Hyun reprit la parole, l’espoir résonnant dans sa voix. Tian semblait vraiment mal mais Ki Hyun fut d’abord rassuré avant de s’inquiéter pour lui : « Ca arrive, tout va bien » Oui mais non, c’était la première fois que ça lui arrivait d’être accusé ainsi… « De se faire des idées je veux dire » Qu’il ne s’amuse pas à accuser tout le monde au moindre doute ou alors avec plus de subtilité peut-être ? « Pourquoi êtes-vous si nerveux ? C’est à cause de moi ? De votre erreur ou autre chose ? » Ki Hyun n’était pas sûr de vouloir le voir partir alors qu’il n’était clairement pas en état de se lever. Il semblait plus proche de la crise d’angoisse qu’autre chose et Ki Hyun ne voulait pas que cette journée se poursuive ainsi, ça faisait beaucoup en peu de temps. « Respirez calmement, ça va aller. Vous pouvez rester autant que vous voulez, ce n’est pas à moi alors faites comme vous voulez » Il pouvait rester et, se calmer. « Vous voulez un jus d’orange ? » Il proposa, lui-même surpris. Quelques minutes plus tôt, il s’agaçait d’être accusé de stalker et maintenant il aidait celui qui avait été sur le point de porter plainte contre lui. Drôle de tournure… « Pardon ? » Les sourcils légèrement froncés, Ki Hyun s’inquiéta un instant. Ce n’était pas une méthode pour apprendre à le connaitre, n’est-ce pas ? Ou pour lui soutirer des informations ? Le doute était naturel après ce qu’il s’était passé mais en voyant le regard suppliant de Tian, Ki Hyun décida de faire confiance aux signes montrant la détresse du jeune homme. « C’est ma première année ici. Et c’est un livre sur un procès… vous voulez le lire ? » Pourquoi est-ce qu’il essayait de le consoler en lui proposant un libre juridique ? « Je ne sais pas quoi dire » Il avoua finalement, dépassé par ce qui se passait : « Enchanté ? » Sa technique « reprenons depuis le début » n’avait pas été annoncée ni même commençait correctement. Se taire était préférable. Continue sa vie aussi mais il ne savait pas s’il pouvait lire son bouquin…

 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun Empty
Sujet: Re: [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] (don't) follow me | ft Ki Hyun -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta :: École Leonardo da Vinci
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant