Revenir en haut
Aller en bas


 

- Refaire le monde. / Aaron -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Tag (vava) & Lay (crackships)
Messages : 525 - Points : 1357
Refaire le monde. / Aaron Tenor
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Refaire le monde. / Aaron ( le Dim 25 Oct 2020 - 9:40 )


Aaron & Francesco
Francesco attend patiemment son ami Aaron. Enfin patiemment est un bien grand mot, il tourne un peu en rond dans son salon, un verre à la main. Il a tellement de chose à lui dire. Qu'il ne sait pas par quoi il va commencer. Déjà il va s'assurer qu'il va bien, parce qu'avec le tremblement de terre pas mal de choses ont été bouleversées. Et même s'ils ont échangé des messages et des appels, le voir de ses propres yeux va le rassurer entièrement. Ensuite il viendra sur le fait qu'il a revu Luca, Serena, qu'il c'est pris des baffes au physique comme au figuré. Et que ses premières réactions ont été de leurs rejeter la faute dessus. Aaron a toujours été de son côté avec cette histoire de trahison. Pour lui Serena avait qu'à dire non vu qu'elle était fiancée. Et c'est vrai que c'est un point de vue qui se tient. Mais lui il était l'ami de Luca et il n'aurait jamais du lorgner sur sa petite amie. Jamais il n'aurait du avoir de pensées charnelles pour cette belle qui était prise. Mais si elle avait vraiment aimé Luca, elle aurait repoussé le PDG. Une personne aimante ne craque pas pour le playboy de service et encore plus quand il est étroitement lié avec le mec pour qui son cœur est censé battre. Enfin dans la tête de Francesco c'est le bordel, un terrain miné sur lequel il ne sait plus comment avancé. Il a dit en quittant Serena qu'il voulait partir sur de bonne base, mais en est-il capable ? Le jeu n'est-il pas faussé d'entré ? Pour Luca c'est plus compliqué, il sent bien qu'il a cassé le peu de corde qui restait attaché à leur amitié entachée. Oui la soirée avec quelques grammes d'alcool dans le sang ou Luca l'a mis dans un taxi n'a pas arrangé son affaire. Comme quoi il ne sait que brisé et pas réparer. Tout comme avec Tian. C'est peut être ce qui lui pèse le plus, voir son petit frère le regarder différemment. Avec les yeux de la trahison. Et plus ceux de cet amour fraternel et inconditionnel qu'ils se portaient. Et tout ça le rend un fou et triste. Et puis il y a toujours son mariage, même si là il évite ses parents et se fait porter pâle au repas de famille et même à sa société dés qu'il le peut. Il devrait affronter tout ce merdier et y mettre fin une bonne fois pour toute. Mais il n'a pas les clés pour ouvrir les bonnes portes et enfin se libérer du carcan imposé depuis bien trop d'année.  

Enfin cette soirée avec Aaron devrait un peu apaiser le poids qui pèse sur son cœur comme un roc. Francesco regarde l'heure et son ami ne devrait plus tarder. Pour la soirée il a opté pour une tenue décontractée jean et chemise, dans la logique ils n'ont pas prévu de sortir. Il y a de quoi boire et de quoi manger. Et ils seront plus tranquille pour parler sans personne autour d'eux. Après s'ils veulent plus tard s'aventurer dans une boite de nuit pour aller draguer et bien il se changera. Quoi qu'il reste tout à fait présentable dans cette tenue. Son charme n'a pas besoin d'artifice pour opérer. Tout comme pour son ami Aaron. Quand ils sont tous les deux, les filles bavent doublement. Comment résister à deux superbes mâles au regard ravageur et aux formes des plus affriolantes. Puis sa sonnette retentit, le PDG perdu dans ses pensées n'a même pas entendu arriver la voiture dans son allée. Il file à la porte pour ouvrir à son ami. « Salut vieux. Tu sais que tu t'es fais attendre. » Il le charrie comme il aime le faire et vient le prendre dans ses bras pour une accolade amicale. Puis il le regarde. « Putain tu es beau. Heureusement qu'on reste chez moi sinon tu m'aurais piqué toutes les filles disponibles. » Et sa main part pour une tape chaleureuse dans son dos alors qu'il se met à rire. Ils ont toujours aimé se taquiner et encore plus sur le charme qu'ils dégagent. Aimant parfois entrer en compétition face à une belle. « Alors tout va bien pour mon poto d'amour ? » Il le laisse entrer et ils filent au salon. « Je te sers un verre ? » Autant commencer par le commencement et puis vu tout ce que Francesco a à dire, Aaron sera mieux un verre à la main. « J'ai des trucs bon pour la santé à grignoter. Ça te tente ? » Verres servis, cochonneries posés sur la table basse du salon, et les voilà qu'ils se posent sur le canapé. Prêt à partager cette soirée entre mec ou certaines oreilles risquent fort de siffler.

vmicorum.


Serena

trouble intense et incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Jenkins10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Aaron Jenkins
http://www.ciao-vecchio.com/t7557-aaron-jenkins http://www.ciao-vecchio.com/t7560-aaron-35-ans-employe-d-un-escape-game#253974
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 73 - Points : 276
Refaire le monde. / Aaron Tumblr_pajtdocI7P1s7vjhgo2_r1_500
Âge : 35 ans
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Re: Refaire le monde. / Aaron ( le Jeu 5 Nov 2020 - 20:11 )


Aaron & Francesco
Ces derniers mois avaient été chargés, compliqués également, entre le jour où Maia l’avait quitté, le jour où il avait choisi de renier sa propre famille et abandonner toute sa richesse, avec le tremblement de terre également mais aussi son départ pour l’Australie. Aaron n’avait pas vu le temps passé, celui-ci s’était écoulé à une vitesse incroyablement folle et il n’en revenait pas que l’automne avait déjà remplacé l’été. Il avait été si occupé qu’en effet, c’était à peine s’il avait remarqué les mois qui avaient défilé. Il n’avait pas eu d’autres choix que de s’adapter à sa nouvelle situation, se trouver rapidement un travail tandis qu’il logeait provisoirement chez un ami. Il ne voulait plus rester sur Naples et s’il avait des proches qu’il adorait et qui lui manquerait, il avait besoin de changer d’air, retourner dans son pays natal, rien ne le retenait ici. Sa famille n’était plus liée à sa vie, le simple fait de penser à eux le frustrait et l’oppressait, puis la femme qu’il aimait n’était plus à ses côtés. Peu importait à quel point il était fort, Aaron avait besoin de souffler, partir quelques temps sans avoir d’idée précise de quand est-ce qu’il reviendrait. Il avait toujours rêvé d’adrénaline et d’aventures, c’était maintenant ou jamais. Hors, avant son départ, il avait encore un peu de temps devant lui et il voulait profiter des jours qui lui restaient auprès de ses amis. Le pourquoi cette soirée avec Francesco avait été la bienvenue, ils n’avaient pas eu l’occasion de se voir récemment et il valait mieux qu’ils en profitent avant qu’ils ne soient trop tard.

Arrivée à destination, Aaron ne s’était pas laissé prier pour sonner et un grand sourire avait naturellement étiré ses lèvres à la vue de son camarade. « Je sais que je t’ai terriblement manqué mais ne pleure pas, je suis là maintenant. » Francesco le taquinait, il en faisait de même hors c’était bon enfant. Il avait répondu à son accolade en lui tapant amicalement le dos avant de se décaler puis de rire à la rétorque du PDG. « Tu n’es pas trop mal dans ton genre non plus ne t’en fais pas même si oui entre nous, on sait très bien que c’est moi le plus beau. » Amusé de sa propre arrogance, il avait accompagné ses dires d’un clin d’œil, pénétrant ensuite à l’intérieur du logement. « Ca va et toi ? » Lui avait-il répondu tout en se dirigeant vers le salon. « Je veux bien. Sers-moi ce que tu veux, j’aime quand tu me surprends. » Et sur ses propos, il était automatiquement parti s’installer sur le canapé comme s’il était chez lui. « Alors, qu’est-ce que tu racontes depuis ? » S’ils avaient échangé à plusieurs reprises par téléphone, ils ne discutaient toujours que vaguement ou dans les grandes lignes, seulement Aaron se doutait que son camarade avait des tas de choses à raconter.


vmicorum.


≈ I see it fades, our light it's all gone. it's crawling inside, our time is leaving out. I'm alive but I'm lost in pain and our world is in open haze but I'll be alright cuz you know I'll break it all
Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Tag (vava) & Lay (crackships)
Messages : 525 - Points : 1357
Refaire le monde. / Aaron Tenor
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Re: Refaire le monde. / Aaron ( le Mar 10 Nov 2020 - 15:09 )


Aaron & Francesco
Aaron va être la bouffée d'oxygène de Francesco ce soir. Ils parleront de tout et de rien avant d'aborder des sujets plus épineux. A part qu'il commence par le pesant pour ensuite avoir l'esprit tranquille. Parce qu'il va parler de ces petites rencontres qui l'ont pas mal perturbé et secoué. Ramenant vivement ses actions passées en pleine figure. Luca, Serena, et encore Luca. Il fallait bien qu'il s'attende qu'à un moment donné, ses conneries résonneraient comme les cloches d'une église. Avec toutes les retombées prévisibles, même si en secret il priait pour que tout se tasse et passe. Mais le destin ne l'avait pas entendu comme lui l'aurait voulu. Alors oui il est impatient de voir son ami, impatient de sentir sa présence, lui qui est resté son seul allié. Qu'il l'a toujours soutenu même quand tous semblait le lâcher. Quand tout c'est effondré, parce qu'il n'a pas joué franc jeu. Peut être que Aaron l'aidera à voir plus clair dans son merdier. Des années sont passées, mais il est encore plus présent qu'au moment des faits. Peut être qu'il lui donnera les bons conseils pour qu'il sache prendre la meilleure décision. Enfin le PDG veut surtout se changer les idées et passer un bon moment avant toute chose. Il a besoin de s'évader même s'ils ne quittent pas les murs de sa villa. Les rires qu'ils vont partager remplaceront les silences devenus bien trop pesant ces derniers temps.

Alors à peine Aaron passe la porte, Francesco le taquine avec légèreté. Les sourires qui se dessinent sur leurs visages montrent qu'ils sont heureux de se retrouver pour ces quelques heures. « Moi pleurer ? Mais tu me prends pour qui ? Même si tu m'as manqué je n'en suis pas à ce point là. » Accolade et tape amicale dans le dos pour un accueil plus chaleureux. « Quoi que si tu regardes dans la poubelle tu verras tous les mouchoirs en papier que j'ai usé en t'attendant. » Le PDG ponctue ses mots d'un clin d’œil avant d'éclater de rire. Il se moque un peu de lui même, mais c'est un rituel fréquent entre les deux amis de prendre les choses à la légère, du moins pour le moment. La taquinerie est poussée dans le choix de leur tenue, qui ferait grand effet s'ils sortaient plus tard dans la soirée. Lequel des deux attireraient les regards de la gente féminine et feraient tourner les têtes. L'un comme l'autre ils sont sur de leur pouvoir de séduction. Faut dire que la nature a gâté autant Francesco que Aaron. « Tu es le plus beau quand tu es tout seul, dés que je suis là tu sais bien que je te fais de l'ombre et que mon charme naturel évince tout le tien. Tu ne fais pas le poids face à moi. » On dirait deux adolescents qui s'amusent, même s'ils ont la trentaine passée. Quand ils sont tous les deux, ils oublient leurs sérieux. « Je fais aller. » De toute façon il n'a pas trop le choix, ils s'avancent au salon pour s'installer confortablement. « Dans ce cas je vais te faire un cocktail que j'ai découvert il y a peu. Tu me diras ce que tu en penses. » Dans deux verres il met quelques glaçons puis une dose de liqueur d'Amaretto et le double de whisky, en décoration il pose une cerise.

Francesco tend le verre à Aaron et s'installe à son tour dans le canapé. « Santé mon ami. » Et ils trinquent. Il avale quelques gorgées du cocktail et puis il regarde son ami par rapport à sa demande. « Est ce que tu veux que je commence par les faits les plus glauques ? » Le Grimaldi se tourne vers son ami, hésitant un peu, mais s'il parle maintenant de Luca et de Serena au moins ils seront tranquilles pour le reste de la soirée. « Figure toi que Luca est passé me voir à mon bureau pour me parler de Serena. Les retrouvailles n'ont pas été des plus chaleureuses tu dois t'en douter. J'ai même été surpris par sa force de frappe autant physique de morale. Et je n'ai pas été à la hauteur. Encore une fois j'ai tout gâché. Et puis suite à cette visite je suis allée voir Serena. » Il se racle la gorge ne voulant pas spécialement laisse paraître le trouble qu'il ressent en parlant de la belle brune. « Elle m'a bien reçu elle aussi. » Bien reçu était un bien grand mot. Ses joues avaient été sérieusement sollicitées entre Luca et Serena. Aucun des deux ne l'avaient épargné. Mais il ne peut leurs en vouloir, il l'avait mérité, il ne pouvait pas le nier. Même si jusqu'à présent il s'est voilé la face à ce sujet.

vmicorum.


Serena

trouble intense et incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Jenkins10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Aaron Jenkins
http://www.ciao-vecchio.com/t7557-aaron-jenkins http://www.ciao-vecchio.com/t7560-aaron-35-ans-employe-d-un-escape-game#253974
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 73 - Points : 276
Refaire le monde. / Aaron Tumblr_pajtdocI7P1s7vjhgo2_r1_500
Âge : 35 ans
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Re: Refaire le monde. / Aaron ( le Jeu 12 Nov 2020 - 9:53 )


Aaron & Francesco
Aaron et Francesco, deux hommes à la fois si différents et à la fois si similaires. Ils se ressemblaient autant qu’ils se complétaient, et les années ne les avaient jamais éloigné quoi qu’il arrive ; probablement parce qu’ils se respectaient et que peu importait les aléas de la vie, ils étaient capable de se comprendre puis ils avaient mûri depuis le premier jour de leur rencontre. Aaron n’était plus celui qu’il était à l’époque, le temps et l’expérience l’avaient forcé à changer sa vision sur bien des choses. Et cela en était sûrement de même pour son camarade qui avait toujours eu une vie assez compliquée, à cause de ses propres erreurs, oui, mais aussi à cause de cette lourde famille qui lui mettait la pression. Un sujet sur lequel l’autre jeune homme ne pouvait que compatir puisque cette pression, il avait dû la subir également hors après avoir découvert jusqu’où ses parents étaient capable d’aller, Aaron n’avait pu qu’abandonner. Ce n’était pas grave s’il se retrouvait à la rue, il ne pouvait juste plus rester avec des personnes aussi immoraux. Il avait réfléchi à plusieurs reprises ce qu’il devait faire pour repartir de zéro, pour oublier tout cela, et s’en aller lui avait semblé être la meilleure option. Certains pouvaient croire que c’était lâche de fuir de la sorte cependant lui n’était pas d’accord, il s’agissait d’une décision mûrement réfléchie et il en avait surtout besoin pour repartir de bons pieds. Il avait perdu ce qu’il avait de plus précieux, tout ce en quoi il croyait et celle qu’il aimait, il voulait devenir une meilleure personne. Il aurait pu tenter de reconquérir Maia néanmoins il ne le désirait pas, il lui avait fait assez de mal comme cela et elle méritait tout le bonheur du monde. Il ignorait ce dont ses parents étaient capables, ce n’était pas parce qu’il avait renié sa propre famille qu’on ne pouvait pas lui mettre de nouveaux bâtons dans les roues, et il n’avait pas envie d’imposer une telle vie à la jeune femme.

Hors ce n’était pour elle ni pour eux que le jeune homme était ici aujourd’hui mais bel et bien pour voir son ami. Avec son départ qui approchait de plus en plus, il était normal de profiter au maximum, chaque instant était important. A peine la porte fut-elle ouverte que les deux avaient déjà commencé à se taquiner et à rire. « Je suis désolé mon pote, j’essaierais de ne plus te faire pleurer autant. » Sur ses dires, Aaron lui avait tapé l’épaule, faussement compatissant, avant qu’il ne rigole bêtement de leurs conneries. Ils étaient deux idiots et c’était visiblement un détail les concernant qui n’avait pas changé, encore plus quand ils continuaient sur la lancée en tentant de savoir qui était le plus beau des deux. « Tu sais que tu te contredis ? Tu as reconnu toi-même avant que je t’aurais piqué toutes les filles si on était sorti. Cela veut bien dire que c’est moi le plus beau non ? » Et non, aucun détail ne passait inaperçu pour le Jenkins, le motivant à accompagner ses paroles d’un grand sourire plein d’innocence.

Enfin à l’intérieur et calé au salon, Aaron avait souhaité savoir comment se porter son ami mais l’entendre lui dire qu’il faisait aller l’avait intrigué, fronçant aussitôt les sourcils. « Ah ? » Qu’est-ce qu’il se passait ? Pour sûr que lui était bien loin du compte parce que s’il avait pensé que c’était certainement, encore et toujours, à cause des parents de son camarade, il n’avait pas songé aux fantômes de son passé qui étaient revenus hanter son existence. « Ça me va. » Lui avait rétorqué Aaron dans une nouvelle esquisse, haussant les épaules, alors qu’en vérité il était plus que curieux, inquiet également, de la suite. Le verre en main, il l’avait remercié avant de trinqué avec lui, prenant ensuite quelques gorgées de sa boisson. Sans qu’il n’ait eu besoin d’insister, Francesco s’était décidé à se lancer de lui-même, le questionnant sur quoi commencer. Oui, autant débuter sur les anecdotes les plus bizarres et c’était d’ailleurs ce que le garçon avait répliqué, il était tout ouïe.

Son ami avait donc entamé ses confidences et trop surpris, Aaron n’avait pu retenir ses pupilles qui s’étaient écarquillées face à ses aveux. Cela faisait beaucoup d’informations tout ça. « Attends, attends. » L’avait-il aussitôt arrêté, même si Francesco avait visiblement terminé, il avait besoin de rembobiner le tout et comprendre l’entièreté de la situation. « Pourquoi est-ce que Luca est venu te parler de Serena ? » Non parce que dans sa tête, cela ne faisait pas de sens. « C’était il y a trois ans. Pourquoi soudainement maintenant ? » Il avait beau essayé de tout assembler dans son esprit, Aaron ne parvenait pas à saisir ce qui avait mené le jeune homme à débarquer dans la vie du PDG, plusieurs années après. « Et ça s’est passé comment avec Serena ? » Elle l’avait frappé elle aussi, d’accord, hors même si Francesco essayait de ne pas paraître troublé, lui n’était pas stupide au point de ne pas remarquer que toute cette histoire le chamboulait.


vmicorum.


≈ I see it fades, our light it's all gone. it's crawling inside, our time is leaving out. I'm alive but I'm lost in pain and our world is in open haze but I'll be alright cuz you know I'll break it all
Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Tag (vava) & Lay (crackships)
Messages : 525 - Points : 1357
Refaire le monde. / Aaron Tenor
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Re: Refaire le monde. / Aaron ( le Ven 20 Nov 2020 - 19:07 )


Aaron & Francesco
Quand Francesco et Aaron se retrouvent, il y a toujours des effluves de l'enfance et de l'adolescence dans leurs réactions. C'est naturel et ils ne luttent pas contre ce fait. Une taquinerie qui ne les quitte pas et qui se met en place dés qu'ils sont côte à côte. Ils se laissent souvent guider par cette facilité à chercher l'autre, un brin provocateur, cela reste toujours innocent sans être blessant. Deux coqs qui se mesurent en mettant en avant leurs musculatures et leurs esprits vifs. S'amusant à descendre l'autre dans un esprit bon enfant. C'est souvent du tac au tac, une gymnastique qu'ils pratiquent avec une aisance désarmante. Ils ont toujours agi ainsi et ce n'est pas les années qui s'ajoutent qui va changer ce fait. Bien sur ils ont mûri, mais il y a toujours cette partie d'eux qui revient comme un cheval au galop quand ils se font face. Certains pourraient trouver leurs comportements puériles, mais ils s'en foutent, ils n'ont pas de compte à rendre. A part à eux, parce qu'ils ne mâchent pas leurs mots même si la plus part du temps ils sont sur la même longueur d'onde et plaisantent allégrement. Alors ils ne perdent pas de temps. Et d'entré de jeu, les mots volent vite et haut. Faut dire qu'ils ne sont pas vus depuis quelques temps du coup ils ont besoin de combler un vide que l'éloignement a occasionné.

« J'espère parce que je vais finir par m'user les yeux. » Accolade et rigolade. La barre est mise haute et le ton est rapidement donné, la suite de cette soirée promet d'être folklorique et riche en rebondissement. Les échanges vont fuser comme les balles de tennis entre deux joueurs aguerris. Et ce n'est ni Francesco, ni Aaron qui vont trembler et manquer de relever le défi. Et ils en remettent une couche quand ils parlent des atouts de leur charme. A cette vitesse ils vont avoir les chevilles qui gonflent. Bon la nature les a quand même bien verni et ils n'hésitent pas à s'envoyer des fleurs avant de vouloir tirer la couverture à eux. Sans la partager avec l'autre. « Oui en effet j'ai dis cela, mais faut comprendre que.. » Et il insiste bien sur le QUE. « Les filles auraient d'abord sauté sur toi, parce que bon sur le coup tu les aurais ébloui. » Il fait des grand signe avec ses bras pour rendre son raisonnement plus imposant. « Mais après en regardant mieux et bien elles se seraient rendues compte de leurs méprises et seraient revenues vers moi comme des petites chattes cherchant des caresses. Faut réfléchir un peu. Et oui. » Et Francesco éclate de rire en faisant un clin d’œil à Aaron. Après ce délire enfantin ou ils ont flatté leurs égo beauté, ils s'installent au salon. Un instant les sourires s'effacent. Même si le PDG veut donner le change les dernières rencontres avec des souvenirs de son passé le hante bien plus qu'il ne le voudrait. Il se rend compte qu'il a mal agi, autant pas le passé que récemment et qu'il va être difficile de rattraper ses bourdes surtout au prés de Luca. Parce que Serena semble bien vouloir lui donner une seconde chance, après pour le moment rien n'est fait. Et il sait que le moindre faux pas et il se retrouve cloué sur place. Voir même castré. Ce qui pourrait déplaire à sa fiancée et surtout à lui. Alors il va éviter et prendre toutes les précautions possibles avec la belle brune. Mais pour le moment il sert un verre à Aaron, ils discuteront mieux en ayant quelque chose à boire entre les mains.

Une fois les verres servis et Francesco installé pas loin de son ami. Il se lance. Autant trancher dans le vif d'entré et commencer par ce qui fait mal. Après ils pourront déconner à nouveau, parce qu'il risque bien d'en avoir besoin le Grimaldi des conneries d'Aaron quand il aurait mis carte sur table. Et il ne loupe pas le regard étonné de son ami, difficile d'y passer à côté. Aaron ne comprend pas pourquoi Luca est passé voir Francesco, ce qui est logique car il lui manque l'information primordiale. Pas sur que sur ce coup là son pote de toujours soit encore de son côté. Le PDG se racle la gorge, et passe nerveusement sa main dans ses cheveux, il avale une bonne gorgée et pose son verre. « Luca a découvert un truc et cela l'a poussé à venir me voir. » Il regarde son ami, un peu mal à l'aise. « Tu sais quand je suis parti et bien c'est parce que j'ai refusé de prendre mes responsabilité. Serena et moi on a continué à se voir, après tout elle n'était plus liée à Luca. Et je ne rendais compte que je l'appréciais … que j'y tenais même. Mais il y a eu un hic, pourtant on faisait gaffe, on se protégeait, enfin c'est ce que je pensais. Elle est tombée enceinte et quand elle me l'a dit j'ai paniqué. » Et il a agi comme le dernier des lâches, le dernier des connards. Il est parti sans dire où il allait, lui même au départ ne le savait pas. Il voulait juste fuir Naples et cette idée de devenir père et d'officialiser avec Serena. « Je pensais qu'elle allait avorter. Mais Luca l'a vu avec un gosse et l'évidence est tombée. Du coup en plus d'être le connard qui pique la fiancée de son meilleur ami, de son frère de cœur, maintenant je suis le salopard qui a laissé sa copine enceinte seule pour gérer sa grossesse et son fils. Parce que oui j'ai un fils, enfin Serena a un fils, moi je ne suis que le géniteur de son gosse. » Il soupire, reprend son verre et avale quelques gorgées de plus.

Francesco regarde Aaron se doutant que cette nouvelle ne resterait pas sans conséquence. Ils n'ont jamais eu de secret l'un pour l'autre et là il lui a caché ce fait. Il va certainement lui en vouloir. « Quand à Serena elle m'a reçu avec une bonne paire de baffe. Ce qui est logique au fond. Mais il semble qu'elle soit d'accord pour que l'on essaie de repartir sur de bonnes bases. Après je ne sais pas où tout cela va nous mener. Je ne sais même pas ce que je veux au final. Elle m'a troublé quand je l'ai revu, mon cœur c'est emballé comme par le passé. Aucune femme ne lui a fait cet effet. J'ai juste ignoré ce qu'il cherchait à me dire. Et notre fils s'appelle Lorenzo. J'en ai juste parlé à Tian qui a failli avoir un infarctus. Pauvre gamin je ne l'ai pas épargné lui non plus. Je ne pensais pas que cette histoire avec Luca l'avait autant atteint. Donc en plus de tout ça j'ai perdu mon frère, enfin presque perdu. Mes parents vont me tuer quand je vais leurs dire et refuser de me marier. Tu comprends mieux pourquoi je t'ai dis je fais aller. » Et il se cale dans le canapé posant sa tête en arrière fermant les yeux. « J'attends ton jugement Aaron. De toute façon je suis condamné à brûler vif en enfer alors si tu veux toi aussi ajouter ta touche vas y. » Parce que même s'ils avaient agi comme des gamins au départ, là il fallait qu'ils soient des hommes. Et Francesco se doute que ça va faire mal, très mal, même si Aaron a toujours été de son côté.  

vmicorum.


Serena

trouble intense et incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Jenkins10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Aaron Jenkins
http://www.ciao-vecchio.com/t7557-aaron-jenkins http://www.ciao-vecchio.com/t7560-aaron-35-ans-employe-d-un-escape-game#253974
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 73 - Points : 276
Refaire le monde. / Aaron Tumblr_pajtdocI7P1s7vjhgo2_r1_500
Âge : 35 ans
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Re: Refaire le monde. / Aaron ( le Mar 24 Nov 2020 - 14:46 )


Aaron & Francesco
Les rires fusaient au sein du logement, tous deux amusés des bêtises de l’autre et ils ne s’arrêtaient décidément jamais, toujours prêt à se taquiner. Hors, ce n’était pas parce qu’ils plaisantaient constamment qu’ils n’étaient pas sérieux et ne se respectaient pas ; c’était simplement leur manière de s’apprécier puis de s’entendre très bien. Tous deux savaient pertinemment que si l’un ou l’autre venait à avoir un problème, ils s’entraideraient sans hésiter ; du moins c’était ainsi qu’Aaron, lui, voyait les choses. Il n’avait jamais abandonné Francesco quand celui-ci à causer des ennuis, il l’avait soutenu et dans le cas contraire, son camarade avait également été présent lorsque lui avait eu ses soucis familiaux. Cela n’avait pas été facile pour ces deux-là, chacun portait ses propres poids sur les épaules cependant ils s’encourageaient du mieux qu’ils le pouvaient et c’était sûrement ce qui importait le plus. Le jeune homme n’avait pu que rigoler à la blague de son ami et ses mouchoirs avant que la discussion ne s’oriente sur qui était le plus beau d’entre eux. Non, ils n’en rataient pas une pour se charrier hors autant dire qu’il en fallait beaucoup plus pour vexer le grand blond. « C’est bien d’avoir de grands rêves. » Et sur ses dires, il lui avait arboré un sourire en coin tandis qu’il lui tapotait l’épaule, se moquant clairement de lui et du fait que Francesco croyait pouvoir lui voler toutes les filles. La vérité était certainement qu’avec leurs physiques à tous les deux, bien sûr qu’ils en feraient chavirer des cœurs et qu’ensemble, ils pouvaient facilement en ramener un bon nombre s’ils le désiraient réellement.

Après cette petite comédie, ils s’étaient dirigés au salon sans traîner puis Aaron n’avait pas attendu avant de s’installer confortablement sur le canapé. Son ami avait des choses à lui raconter et les verres en main, les confidences ne tardèrent pas à arriver. Sur l’instant, lui n’avait pas tout compris parce qu’il ne saisissait pas pourquoi Luca était revenu soudainement dans la vie de son camarade, ça n’avait aucun sens. Ô évidemment, il pouvait désormais plus aisément compatir avec la peine que le garçon avait pu ressentir autrefois néanmoins ça ne lui donnait pas une bonne raison pour venir étaler sa haine trois ans plus tard. Selon Aaron, ça n’avait pas lieu d’être et c’était le pourquoi il n’avait pu s’empêcher de questionner l’autre blond, perdu et perplexe des révélations de ce dernier. Et pour sûr que s’il s’était attendu à beaucoup de choses, il n’avait pas pensé à recevoir de tels aveux. Oui, ça l’avait étonné, choqué même, probablement plus que ce qu’il avait laissé transparaître afin de ne pas troubler son ami. Serena avait mis au monde un fils, Francesco était au courant mais il n’en avait jamais parlé jusqu’à maintenant et à l’heure d’aujourd’hui, Luca savait apparemment aussi pour cette nouvelle. C’était à se demander s’ils n’étaient pas des personnages d’une série américaine tant cette histoire était pleine de rebondissement et tellement invraisemblable. Aaron lui-même ignorait ce qu’il était censé en songer, peut-être encore un peu sous le choc, hors probablement parce qu’il avait mûri depuis cette époque, qu’il avait lui aussi connu l’amour, il était en mesure de visualiser les choses sous un autre angle. Il avait été le premier à encourager Francesco dans ses conneries toutefois il savait qu’il ne le ferait plus à présent, parce qu’ils étaient des adultes et qu’ils ne pouvaient pas constamment se comporter comme des gamins immatures.

Le jeune homme n’avait pour le moment rien dit, préférant laisser son camarade terminer ses confidences ; tout ce qu’il savait était que quoi que ce dernier ait pu faire, qu’il soit d’accord avec ses agissements ou non, il n’avait pas l’intention de l’abandonner. L’amitié c’était ça aussi, après tout… Ce n’était pas parce qu’on ne partageait pas le même point de vue, qu’on devait tourner le dos à ceux qu’on aime. En silence, il l’avait sagement écouté, incapable de retenir le faible soupir qui avait traversé ses lèvres à la fin du monologue de son camarade. C’était une histoire folle et à dire vrai, Aaron ne savait pas réellement par où commencer. « Il n’y a pas de jugement à faire, tu sais très bien que je ne suis pas le genre à te juger. » Le passé était passé, ce qui était fait était fait et remuer le couteau dans la plaie n’arrangerait rien de toute façon. « Toi-même tu as conscience d’avoir merdé, c’est à toi de voir ce que tu veux faire maintenant. » Certes, Aaron n’était sûrement pas le mieux placé pour donner des conseils mais au moins, il essayait. « Mais si tu veux te rattraper avec eux trois, il faut que tu apprennes à placer ta fierté et ton égoïsme derrière toi. » Parce qu’après toutes ses erreurs, Francesco ne devait pas penser à ce que lui désirait mais à ce qu’eux souhaitaient. S’il prenait sa situation en exemple, Aaron mourrait d’envie de revoir Maia, de retourner dans ses bras puis lui demander de recommencer leur histoire à partir de zéro. Seulement, il ne pouvait pas faire ça, pas après tout le mal qu’il lui avait fait, il n’avait aucun droit de lui imposer ses sentiments sous prétexte qu’il avait enfin quitté sa famille toxique. Tout ce qu’il lui souhaitait désormais était d’être bien plus heureuse à présent et de vivre une belle vie. Et il en était de même pour son ami, s’il voulait réellement corriger ses fautes, il devait se montrer patient, ne pas imposer ses propres désirs et prouver qu’il était prêt à tout pour se faire pardonner, que cela soit avec Serena, Luca ou même Tian. « Tu n’as pas pensé à tout ça à l’époque mais maintenant c’est du passé et si tu veux aller de l’avant, il faut simplement que tu leur montres que tu as changé. Je ne vais pas te critiquer sur un acte commis par le passé, je n’étais moi-même pas un exemple à cette période puis de toute façon, ça ne modifiera rien. Je respecterais tes décisions, quoi que tu fasses. » Et il ne changerait pas d’avis là-dessus, il ferait simplement de son mieux pour le conseiller puis l’épauler.

vmicorum.


≈ I see it fades, our light it's all gone. it's crawling inside, our time is leaving out. I'm alive but I'm lost in pain and our world is in open haze but I'll be alright cuz you know I'll break it all
Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Tag (vava) & Lay (crackships)
Messages : 525 - Points : 1357
Refaire le monde. / Aaron Tenor
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Re: Refaire le monde. / Aaron ( le Mer 9 Déc 2020 - 9:37 )


Aaron & Francesco
Francesco et Aaron ensemble c'étaient comme deux gamins avides de se titiller. Toujours à user de bons mots et de clin d’œil complice. Entre eux la connexion était parfaite quand il s'agissait de jouer les idiots. Ils ne se prenaient pas au sérieux et c'était à qui ferait la plus grosse blague. De ce côté là ils n'avaient pas grandi et se régalaient de s'amuser de la sorte sans y voir le moindre le souci. Après les années s'étaient ajoutées et ils ne peuvent le nier. Mais une chose est sûre c'est que même les chiffres additionnés ils restaient là l'un pour l'autre. Fidèle même dans les batailles les plus ardues et les plus douloureuses. Il n'y avait pas de codes entre eux, juste une amitié à l'épreuve des balles. Et si le PDG par sa trahison avait perdu deux de ses mousquetaires, il n'avait pas perdu Aaron qui l'avait soutenu même dans les moments de doute profond. Et quand on les voit là comme deux ados se vantant sur leur musculature, et bien au fond c'est assez touchant. Parce qu'à cet instant les soucis du monde se dispersent et ne restent que ce qui a toujours été vrai et puissant entre eux. Mais parfois il faut redescendre de son nuage et regarder en face la triste réalité de la vie. Avoir des rêves c'est beau mais avoir brisé ceux des autres cela a un prix. Et si par le passé ce prix avait semble t-il été une broutille pour le Grimaldi, là l'opération devenait bien lourde à porter.

Alors quand les deux amis se retrouvent installés dans le salon et un bon verre à la main les confidences pleuvent. Francesco fait part de ce que ces dernières semaines ont distillé dans sa vie. Du froid et du chaud, des baffes et des mots tranchants comme des lames acérées de couteau. Il avait malheureusement riposté, ne récoltant que de la haine, parce que parfois il faut savoir fermer sa gueule. Surtout quand on est en tord. Mais c'est du Cesco tout chier, il oublie de mettre sa fierté au fond de sa poche avec son mouchoir dessus. En tout cas il ne passe aucun détail à Aaron qui est déjà au courant du fil de l'histoire. Enfin d'une partie. Parce le coup de la grossesse de Serena il l'avait passé un peu sous le manteau le PDG. Mais là avec Luca impliqué il faut bien qu'il dévoile ce qui a causé sa fuite. Et il n'est pas fier, même s'il sait que son ami a toujours été de son côté par rapport à la belle brune. Parce que le coup de penser qu'elle se serait fait avorter et bien c'était mal connaître Serena. Mais la connaissait-il réellement ? Du moins comme il l'aurait du la connaître ? Non il connaissait son corps, ses points sensibles, la douceur de son parfum, le goût de sa peau, sa façon de le toucher, le plaisir qu'ils prenaient quand la luxure les emporter. Mais il ne connaissait pas Serena. Entre eux cela avait été une histoire de cul. Et même si des sentiments étaient venus le violenter, sans qu'il l'admette, il n'avait pas plus chercher à voir au delà de ses délicieuses courbes. Parce que s'il avait regardé il aurait su qu'elle garderait l'enfant. Et une fois tout dit, Francesco attend les mots d'Aaron. Prêt à être haché menu menu. Au point où il en est tomber plus bas ne lui faisait plus peur. De toute façon entre son mariage bidon, cette paternité secrète, et le merdier de sa vie que pouvait-il lui arriver de plus ?

Le Grimaldi boit quelques gorgées de son verre et puis écoute en retour son ami. De lui il est prêt à tout entendre et à tout endurer. Aaron a ce pouvoir de lui ouvrir les yeux sans qu'il ne crie au loup. Sans qu'il ne se rebelle. Et Aaron le sage parle et Francesco ne peut qu’acquiescer d'un mouvement de tête. Il est sûr qu'il a les cartes en main, ce n'est ni à Luca, ni à Nolan, ni à Serena de venir vers lui pour obtenir son pardon. C'est à lui d'aller vers eux. Faire table rase du passé ne sera pas facile, il restera toujours un goût amer. Mais il peut s'il le désire apaiser les rancœurs et essayer de vivre en harmonie. Il ne doit pas chercher à retrouver les liens comme ils étaient, il doit voir pour en construire de nouveau. « C'est certain que c'est à moi à tout faire pour mener à bien ce combat. C'est à moi de plier le genoux. Mais j'ai tellement merdé que bon je ne sais par où commencer. Putain j'étais vraiment qu'un jeune con. Enfin jeune façon de parler. » Il sourit bêtement, quand il y repense il se dit qu'il aurait bien mérité des coups de pieds au cul. Ou des bonnes paires de baffes. « J'ai été con et je me croyais tout permis. » Il parle tout haut mais c'est plus pour lui même. Des erreurs tout le monde en fait, mais lui avait vraiment touché le pompon. « Je me demande si je réfléchissais à cette époque. » Il pensait au cul c'est sûr, il avait même primé sur une amitié puissante. Mais pour le reste il était à l'ouest. « Oui pleurnicher sur ce que j'ai fais ne servira à rien de toute façon. Et se n'est pas de cette manière que je leurs montrerais que je peux et que je veux me racheter au prêt d'eux. Reste à savoir par où commencer ? Peut être voir avec Serena pour assumer mon rôle de père ? Enfin je ne vais pas débarquer comme ça. Voir ce qu'elle voudrait à ce sujet ? Dois-je garder le silence ou en faire part à ma famille ? Je suis certain qu'elle a du se priver de pas mal de chose pour assumer son éducation. Lui offrir du temps ? » Elle voulait devenir avocate, un enfant a du lui faire revoir ses objectifs à la baisse. « Après pour Luca aller le voir et lui dire ce que j'ai sur le cœur, demander pardon en étant sincère au lieu de lui faire retomber la faute dessus. » Chose qu'il a fait lors de leur dernière rencontre. « Quand à Nolan je pense que là cela va être plus rude, car il a vu Luca au plus bas par ma faute et je pense qu'il va rester méfiant. » Protecteur à fond. Et Francesco sait qu'il ne le loupera pas s'il fait un faux pas. Il pourrait même lui réserver le plus mauvais sort s'il déconnait. Même s'il sait qu'avec Luca aussi se sera complexe. Mais vu la faute ou les fautes à pardonner, ils ne vont pas lui rendre la tâche aisée. Juste retour des choses.

vmicorum.


Serena

trouble intense et incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Jenkins10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Aaron Jenkins
http://www.ciao-vecchio.com/t7557-aaron-jenkins http://www.ciao-vecchio.com/t7560-aaron-35-ans-employe-d-un-escape-game#253974
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 73 - Points : 276
Refaire le monde. / Aaron Tumblr_pajtdocI7P1s7vjhgo2_r1_500
Âge : 35 ans
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Re: Refaire le monde. / Aaron ( le Mer 9 Déc 2020 - 16:03 )


Aaron & Francesco
Peu importait les conneries que Francesco avait pu faire par le passé, ce n’était pas à Aaron de le juger ou le critiquer. Parce qu’il partait du principe qu’en amitié, même s’il n’était pas d’accord avec les choix de ses proches, c’était son rôle de partager son point de vue puis de respecter leurs décisions, qu’elles lui plaisent ou non. De plus, il avait été le premier à l’encourager dans ses bêtises par le passé, qui serait-il s’il revenait sur ses paroles à présent et se contentait d’accuser son camarade. Ils étaient jeunes et stupides, c’était le cas de le dire et malheureusement, on ne pouvait pas revenir en arrière pour effacer le mal qui avait été fait. Probablement qu’ils n’avaient pas non plus l’expérience qu’ils avaient à présent puisque c’était justement leurs erreurs qui leur avaient permis d’être ce qu’ils étaient aujourd’hui. Aaron comprenait que son ami soit chamboulé par toute cette histoire et chacun de ses fantômes du passé qui revenaient les uns après les autres… Il ne le jugeait pas non plus concernant cet enfant que Francesco avait abandonné même si, oui, il admettait avoir été surpris par cette nouvelle. S’il l’avait su à l’époque, il n’aurait probablement pas mieux agi que le PDG parce qu’il ne connaissait pas non plus le sens des responsabilités, parce qu’il préférait faire leur con plutôt que mener une vie plus stable et parce qu’il considérait justement son quotidien comme un jeu. C’était sa rencontre avec Maya qui l’avait réellement changé, qui lui avait ouvert un peu plus les yeux sur le monde et qui l’avait aidé à grandir mentalement parlant. Non pas qu’il était un gamin immature autrefois cependant il était loin d’être un adulte respectable pour autant, il se contentait de profiter de l’argent de sa famille, pas plus, pas moins.

Après lui avoir exprimé son avis sur le sujet, son verre à la main, Aaron avait détourné son attention sur son ami, prêt à l’écouter. Tout le désarroi du PDG se lisait dans chacun de ses gestes, dans ses expressions et lui ne put qu’arborer un faible sourire compatissant tandis qu’il l’observait. Le plus important à retenir de cette histoire était que Francesco s’apercevait de ses fautes, il avait conscience d’avoir mal agi et il s’en voulait… Certes, cela ne motiverait peut-être pas les autres à lui pardonner néanmoins il s’agissait tout de même de quelque chose dont on pouvait lui en tenir rigueur. Il regrettait, il se morfondait et il souhaiterait pouvoir corriger tout cela. Ce qui était évidemment, malheureusement, beaucoup plus facile à dire qu’à faire. « On était con, et on ne réfléchissait pas. » Lui avait alors déclaré Aaron en reprenant naturellement ses propos. « Mais ressasser le passé ne sert à rien, ce n’est pas comme si on pouvait le revivre. » Peut-être que si c’était le cas, en effet, ils se comporteraient autrement plutôt que deux fils pourris gâtés, deux idiots qui croyaient avoir le monde à leurs pieds alors qu’ils n’avaient rien en réalité.

Toujours avec attention, sans l’interrompre de nouveau, il avait écouté les paroles de son camarade, souriant par moment en l’entendant. Peut-être était-ce stupide à penser cependant il avait l’impression que Francesco changeait peu à peu, que lui aussi il ouvrait les yeux et cela n’avait rien de péjoratif. Au contraire, c’était agréable de l’entendre parler de cette façon même si Aaron avait encore des choses à dire, des conseils à lui donner. « Je pense qu’il ne faut surtout pas forcer les choses. Comme tu l’as dit, pour Serena, il faut voir ce qu’elle, elle veut. » Peu importait à quel point c’était difficile, Francesco devait agir de cette façon et se plier à ses désirs. « Rien lui imposer, que cela soit pour votre enfant ou pour le reste. Tu l’as blessée, ça n’a pas dû être simple pour elle et personnellement, je pense que quand on fait du mal à quelqu’un, on ne peut pas se permettre d’être égoïste. » Et en employant le « on », Aaron se comptait bien évidemment dans cette mention, Francesco devait le savoir. Puisque par sa faute, celle qu’il aimait en avait atrocement souffert, il l’avait plus fait souffrir que rendu heureuse et même s’il mourrait d’envie de la retrouver à l’heure actuelle, il se l’interdisait. Maya méritait tellement mieux que lui, donc du moment qu’elle était heureuse, il s’en satisferait et ce, peu importait ô combien ça lui brisait le cœur. « Je n’en parlerais pas à ta famille non plus, pas sans t’être mis d’accord avec Serena. Surtout que tu connais tes parents, ils ne sont pas forcément mieux que les miens. » Comment réagiraient-ils s’ils apprenaient avoir un héritier ? Surtout que la jeune femme ne venait pas du même milieu que son ami, ils seraient peut-être capables de lui enlever l’enfant sans lui demander son avis. En tout cas, si ça avait été les siens, Aaron était certain qu’ils ne s’en seraient pas gênés. « Pour ce qui est de Luca et Nolan, je suppose qu’il vaut mieux te préparer à toute éventualité et ce n’est pas dit qu’ils pardonneront non plus mais si tu tiens sincèrement à te rattraper, il faut accepter de tout supporter. » Même les pires horreurs que Francesco risquait de se prendre en pleine face et qui feraient mal, très mal. Cela n’allait pas être facile, loin de là, cependant lui promettait de le soutenir quoi qu’il arrive et de ne pas le laisser tomber.

vmicorum.


≈ I see it fades, our light it's all gone. it's crawling inside, our time is leaving out. I'm alive but I'm lost in pain and our world is in open haze but I'll be alright cuz you know I'll break it all
Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Tag (vava) & Lay (crackships)
Messages : 525 - Points : 1357
Refaire le monde. / Aaron Tenor
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Re: Refaire le monde. / Aaron ( le Mar 15 Déc 2020 - 19:36 )


Aaron & Francesco
Ils avaient été cons. Mais à présent Francesco se doit de faire amande honorable et de se racheter. Et ce n'est pas en ressassant le passé qu'il va y  arriver. Tian lui a dit la même chose. Ce qui est fait est fait, et pleurer sur son sort ne lui ouvrira pas des portes que lui même à fermer par sa stupidité. Et Aaron est du même avis, on ne peut revivre le passé pour le corriger. Ce n'est pas un pull que l'on peut détricoter pour ensuite le refaire à sa guise en changeant le déroulement des événements. Tout serait bien trop facile si tout le monde faisait ainsi, toutes les erreurs se rachèteraient juste en les effaçant et en changeant le cours du temps. Mais ce serait à double tranchant car si certains essaieraient de faire que le mal se change en bien, d'autres ne s'en serviraient que pour détruire un peu plus. Alors c'est sûrement une bonne chose que l'on ne puisse pas détisser le cours du temps mais qu'on puisse juste assumer ses conneries. Ils étaient au dessus de tout, jouant de leurs avantages de gosses de riches. Détruisant d'une certaine manière l'humanité qui se trouvait en eux. Mais faire des erreurs permet aussi de grandir. Même si celles du Grimaldi ont fait beaucoup de mal et que pour le fait de grandir il y a fallu du temps. Vu que trois ans ont été nécessaire pour qu'il pige qu'il avait mal agi. Heureusement qu'Aaron a toujours été une épaule secourable. Et qu'il est toujours là, l'écoutant et le conseillant.

Après Francesco veut se racheter, il aimerait être pardonné. Mais dans ce jeu là il n'est pas le seul faut que les acteurs qui ont été blessés par le passé acceptent aussi de donner le change. Et pour le moment comme il l'explique à Aaron il ne s'est pas comporté correctement. Il a ajouté des erreurs aux erreurs déjà commises. De quoi l'enfoncer un peu plus aux yeux de ceux qu'il a fait souffrir. Du coup pour la suite il ne devra pas tenir compte de ce que lui a envie, mais plus de ce qu'eux ont envie. Il ne pourra pas les forcer à accepter son pardon. Il devra peut être s'y reprendre plusieurs fois. Revenir à la charge pour montrer que oui il est honnête et sincère dans sa démarche. Que ses mots ne sont pas des paroles en l'air. Que ses actes sont les marqueurs de l'homme qu'il veut devenir. Et ils commencent par Serena. Elle devra dicter ses règles et il devra les suivre. Parce qu'il ne peut rien lui imposer. Il n'a aucun droit à présent, il a grillé toutes ses cartouches. « Je ne compte pas être égoïste. Je lui laisserais les cartes en main. Je ne peux rien lui imposer. Elle aussi a changé c'est une femme qui a du répondant. Je pense même qu'elle a une cible à mon effigie et que si on l'embête elle y passe sa colère dessus. Alors je ne vais pas tenter le diable. » Il plaisante un peu pour alléger la discussion, même si au fond de lui il imagine bien la belle lancer des couteaux sur son visage posé au centre d'une cible. « Non je déconne mais tu vois ce que je veux dire. Et merci de te sentir si impliqué. » Il fait allusion par cette phrase au fait qu'Aaron est employé le on dans ses directives. « On fait la paire quand même. » Car l'un comme l'autre ne se sont pas comportés comme des gentlemen avec la gente féminine. De quoi bien descendre le nom de leur famille que leurs parents s'appliquent à monter au somment. Enfin pour Aaron le souci est réglé vu comme il a agi. Francesco lui n'a pas encore osé donner un coup de pied dans l'armoire Grimaldi. Ce qui pourrait bien faire tomber de leur hauteur ses parents et le peu d'estime qu'ils ont encore pour leur fils. Estime qui sera redoré par le mariage avec Chae Rin.

Et Aaron continue à prodiguer des conseils, étape par étape, il donne le fil conducteur à Francesco. Il ne doit rien précipiter, ni même agir sans réfléchir. Le prix pourrait être encore bien plus cher à payer. Et Serena n'a pas à être impliqué, et encore moins son fils. Qui est aussi le sien. « C'est sur qu'ils ne vont pas être les premiers avertis. Et je ne verrais rien sans l'aval de Serena. Je ne  veux pas qu'ils mettent leur grain de sel dans un problème ou ils n'ont rien à faire. » Ils seraient bien capable de la faire juger inapte à s'occuper de son fils alors qu'elle fait tout pour qu'il est une vie réussie. Les Grimaldi ne chercheraient nullement le bonheur de l'enfant, ils verraient juste le fait qu'ils auraient un héritier. Le reste ils s'en foutraient. « Je pense que Nolan sera encore plus dur envers moi que Luca. Parce que je me doute que c'est vers lui qu'il s'est tourné quand tout ça lui est tombé dessus. Nolan a du voir Luca au ras des pâquerettes, détruit parce qu'on lui avait fait. Alors il va vraiment émettre des doutes et rester méfiant. Et il fera rempart face à Luca ne voulant pas prendre le risque que j'y fasse encore du mal. » Francesco ne sait pas jusqu'à où ses deux ex amis seraient capables d'aller pour le mettre à l'épreuve mais il est conscient qu'ils ne le préserveront pas. « Et je suis prêt à tout encaisser. Parce qu'ils en valent la peine Aaron. Mais là aussi j'accepterais leurs décisions. Et s'il faut que je défonce des portes et bien je le ferais. » Il boit quelques gorgés de plus. « Tu ferais endurer quoi à un ami qui t'aurait trahi comme je l'ai fais ? » Et il se tourne vers Aaron il sait qu'il est honnête, ils l'ont toujours été. Cela lui donnera une idée de ce qui va peut être l'attendre. « Et ne me préserve pas. »  

vmicorum.


Serena

trouble intense et incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Jenkins10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Aaron Jenkins
http://www.ciao-vecchio.com/t7557-aaron-jenkins http://www.ciao-vecchio.com/t7560-aaron-35-ans-employe-d-un-escape-game#253974
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 73 - Points : 276
Refaire le monde. / Aaron Tumblr_pajtdocI7P1s7vjhgo2_r1_500
Âge : 35 ans
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Re: Refaire le monde. / Aaron ( le Mer 6 Jan 2021 - 9:16 )


Aaron & Francesco
La situation était compliquée pour Francesco, Aaron n’avait pas besoin de l’entendre le lui dire pour le comprendre ; c’était évident après tout ce que son ami venait de lui raconter. Certes, probablement que c’était mérité après le mal que ce dernier avait fait, il se prenait le retour de la médaille en pleine face et ne pouvais que s’y abaisser hors lui n’avait pas l’intention de le juger. Il n’avait pas agi forcément mieux avec Maia et surtout, il n’avait eu de cesse d’encourager Francesco par le passé ; il était cet idiot qui ne comprenait rien à la vie et rien à l’amour alors oui, il lui avait clamé plus d’une fois avoir eu raison de se comporter de la sorte. Sauf qu’avec du recul, Aaron réalisait que non, on ne faisait pas ça à son meilleur ami et surtout, on ne touchait pas aux femmes de ses proches. Si les rôles avaient été inversés avec ce Luca et que son camarade avait osé s’approcher de Maia ne serait-ce que pour la draguer, il aurait vu rouge. Tellement pire encore. Certainement que lui comme Francesco avaient grandi depuis trois ans, leur vision de la vie avait quelque peu changé et tout ça, c’était grâce à leur vécu, aux différentes expériences qu’ils avaient pu apprendre ces dernières années. En tout cas, il avait été honnête avec le PDG, il lui avait partagé son point de vue et le fait que ce dernier ne pouvait pas se permettre d’être égoïste, pas après tout le mal qu’il avait infligé à sa belle. Leurs histoires amoureuses étaient différentes néanmoins ça n’empêchait pas qu’ils avaient tous les deux blessés une personne chère à leurs yeux et lorsqu’on blessait quelqu’un, on n’avait pas le droit d’imposer quoi que ce soit. Il espérait sincèrement que son camarade comprendrait où il venait en venir, que celui-ci ne chercherait pas à demander ce que lui désirait et laisserait Luca, Nolan et Serena menaient la danse et ce, peu importait ô combien cela le torturait de l’intérieur. Parce qu’en un sens, lui ne pensait pas que c’était ainsi que Francesco parviendrait à se faire pardonner et surtout, son ami risquait de culpabiliser, de regretter de ne pas avoir agi correctement une nouvelle fois. « C’est normal, tu sais très bien ce qui s’est passé avec Maia de toute façon. » Sur ses dires, le jeune homme avait haussé les épaules, non pas sans arborer un petit sourire coupable à cause de cette histoire qui aurait pu être si belle s’il n’avait pas joué aux idiots. Hors, en tout cas, ça l’avait rassuré d’entendre son camarade prêt à tout encaisser et laisser Serena faire ce qu’elle voulait. « Ca, c’est sûr. » Il n’avait pu retenir le rire qui avait franchi sa bouche alors qu’il ne pouvait qu’affirmer ô combien ils faisaient la paire, ils n’étaient pas amis pour rien après tout.

Hors, Aaron n’avait pas terminé d’émettre son point de vue et c’était le pourquoi il avait continué de conseiller sagement le PDG… Le meilleur qu’il avait pu lui donner était certainement de demander en premier lieu l’avis de la jeune femme mais surtout, oui surtout, de ne pas mêler ses parents à tout ça. Dans leur milieu, il fallait faire attention à chaque détail et la famille en faisait partie. Quand il ressassait tout ce que ses géniteurs avaient fait subir à son ex-petite amie, il se détestait de ne pas avoir coupé les ponts plus tôt, de n’être resté qu’un imbécile aveugle face à leur vision fausse seulement remuer le passé ne le changerait pas malheureusement. Aaron avait alors acquiescé les paroles de son ami, rétorquant que ce dernier prenait la bonne décision. « Du moment que tu es prêt à tout encaisser, je suppose que c’est le principal. » Même si la route risquait d’être longue avant d’atteindre le pardon bien que, oui, fallait-il encore que tous acceptent de le pardonner. La question que Francesco avait émise ensuite avait motivé l’autre jeune homme à reporter son regard au creux du sien… Il lui avait demandé de ne pas le préserver et en vérité, Aaron ne comptait pas le faire. Il valait mieux faire face à la réalité rapidement que se voiler la face. « Je ne pardonnerais pas. » Jamais. Surtout pas si l’ami en question se permettait de revoir la femme avec qui il l’avait trompée. Du moins, chaque chose devait se faire en son temps et si l’autre se montrait très honnête, se montrait prêt à tout pour se faire pardonner, peut-être y accorderait-il un semblant de chance cependant là aussi, la route serait longue. Très longue. « Et je ferais probablement tout pour te sortir de ma vie. » Après tout, Francesco n’avait pas fait que piquer la fiancée de son meilleur ami, il l’avait également rabaissé et pris pour acquis, il n’y avait rien d’étonnant à la rancœur de Luca. Néanmoins, peu importait les torts de son camarade, c’était toujours de son côté qu’Aaron se tiendrait.

vmicorum.


≈ I see it fades, our light it's all gone. it's crawling inside, our time is leaving out. I'm alive but I'm lost in pain and our world is in open haze but I'll be alright cuz you know I'll break it all
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Refaire le monde. / Aaron Empty
Sujet: Re: Refaire le monde. / Aaron ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Refaire le monde. / Aaron -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant