Revenir en haut
Aller en bas

-31%
Le deal à ne pas rater :
JBL Flip Essential – Enceinte Bluetooth portable robuste
68.99 € 99.99 €
Voir le deal

 

- troubles (mia) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zahra HatemLe vin est un puissant lubrifiant social
Zahra Hatem
http://www.ciao-vecchio.com/t7880-zahra-can-t-keep-me-down http://www.ciao-vecchio.com/t7901-zahra-can-t-keep-me-down?nid=1#262523
Faceclaim : golshifteh farahani (avatar @murdock, signature @ASTRA, icons @dionysass))
Messages : 28 - Points : 37
Âge : trente-trois ans.
Métier : dirigeante de l'association alisei qui vient en aide aux immigrés, professeure particulier d'italien quand elle en a le temps.
troubles (mia) Empty
Sujet: troubles (mia) ( le Jeu 5 Nov 2020 - 17:31 )


troubles ft. @Mia Hirano

La vue de son reflet dans le grand miroir de l’entrée la surprend. Ce qu’elle y voit Zahra, ce n’est pas habituel. Une femme fraîche, sûre d’elle, les pommettes rosées par un blush à peine entamé, les lèvres rehaussées d’un rouge longtemps délaissé et la poitrine dégagée avec un élégant décolleté. Celle qu’elle voit dans le miroir à cet instant, c’est une femme émoustillée par l’amour, souriante et impatiente. Celle qu’elle aperçoit ce soir est à l’opposé de l’âme fébrile dont elle croisait le regard ce matin, tiraillée entre la joie de retrouver sa maîtresse à la fin de sa journée et la honte de son infidélité. Apeurée à l’idée d’être démasquée, et si Gianni la remarquait si coquette ? Elle d’ordinaire si simple. Elle est prise d’un profond soupir face à l’image qu’elle croise d’elle-même et quitte un instant son sourire guilleret quand son téléphone indique un message de son fiancé. Courage pour le travail, bisous. Son cœur se resserre dans sa poitrine alors qu’elle tente une réponse naturelle, pourtant trop distante. Le travail est sa plus grande excuse pour s’offrir du temps en compagnie de Mia, mais elle doute qu’elle fera longtemps l’affaire. Gianni est un homme gentil, pas un imbécile. Lorsqu’elle croise le regard du jeune serveur, c’est un air chaleureux et familier qu’elle retrouve sur son visage. Il faut dire que ce petit bar à l’abri des regards est devenu une seconde maison pour elle et Mia. En plein milieu de Naples et néanmoins si invisible aux yeux de tous. Malgré le jour encore présent dehors, on se sent ici comme un soir d’hiver au bord d’une cheminée. A l’aise et bien au chaud. L’absence de grande lumière mais plutôt de petites bougies parsemées sur chaque table donne  une atmosphère tamisée propice à la promiscuité. Les nombreux coussins et couleurs chaudes de la décoration permettent une détente paisible. Au fond à gauche du petit bar, Zahra va prendre place, leur place attitrée. Elle et Mia n’ont pas quitté ce petit bout de canapé depuis qu’elles ont fait de l’endroit leur repère. Aussi agréable soit-il, une partie d’elle-même espère qu’il ne sera pas éternel. Ce qu’elles vivent là, ce n’est pas une situation qui doit durer, elle le sait. Le serveur vient à sa rencontre et sans qu’il n’ait besoin de prononcer le moindre mot, Zahra prend la parole. « Un verre de pinot grigio s’il te plait » Une commande pas si utile puisque pratiquement toujours identique. Visiblement en avance sur l’heure de leur rendez-vous, elle se plonge dans son téléphone, où mails et messages s’accumulent. Un peu de travail, une façon détournée sans doute pour se donner bonne conscience et croire en son mensonge infâme.



    de mon âme à ton âme
    le ciel est noir, mon ami mais j'y vois clair, et la pluie. la vie est flammes, mon amour et le vent souffle chaque jour. les nuits sont longues, mon amante comme une ivresse obsédante. le long du fleuve, mon âme sœur du haut des cimes aux profondeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Mia HiranoLa jeunesse dorée et éclatante
Mia Hirano
http://www.ciao-vecchio.com/t7711-mia-cause-i-ve-been-hypnotized http://www.ciao-vecchio.com/t7770-mia-suffocated-and-lonely-in-the-crowd
Faceclaim : Kiko Mizuhara (kidd)
Je suis absent-e : présence réduite ; pleinement de retour d'ici mi-novembre
Messages : 35 - Points : 62
Âge : 26 ans (20 janvier 1994)
Métier : Serveuse au Ruby
troubles (mia) Empty
Sujet: Re: troubles (mia) ( le Mer 11 Nov 2020 - 13:43 )
troubles




D’un pas assuré, Mia poussa la porte du petit bar. Ce geste, elle avait perdu le compte du nombre de fois où elle avait pu le faire. Et chaque fois, ou presque, elle le faisait dans un état d’esprit particulier. Hésitante, presque apeurée d’abord. Elle n’avait pas l’habitude de sortir dans ce genre de lieu, pas en plein jour, elle s’y sentait bien trop exposée. Mais Zahra avait su la convaincre. Il ne lui avait pas fallu faire beaucoup d’efforts d’ailleurs. Mia lui avait vite donné raison, il leur fallait un lieu “neutre” où se voir lorsqu’elles en avaient envie. Un endroit où elles pourraient se sentir un peu moins clandestines, si tant est que cela soit possible. La serveuse avait gagné en assurance à mesure que ses venues se faisaient plus nombreuses. Elle n’aurait jamais pensé pouvoir se sentir aussi à l’aise dans un endroit si différent de ce à quoi elle avait été habituée. Mais justement, c’était peut-être ce qui le différenciait du Ruby qui lui avait donné grâce à ses yeux. Aujourd’hui, néanmoins, on peut sentir un brin de nervosité chez la brune. Quelque chose d’à peine perceptible, mais suffisant pour assombrir son regard. Il suffit pourtant que son regard tombe sur Zahra, assise au fond du bar, les yeux rivés sur son téléphone, pour que son visage s’illumine d’une sérénité peu habituelle. Un verre est déjà posé sur la table devant elle, alors elle interpelle rapidement le barman pour passer commande, elle aussi. « Un gin tonic s’il te plait. » Elle se retourne ensuite vers Zahra, qui n’a pas l’air d’avoir remarqué sa présence. Mia s’approche en silence, incapable de la quitter des yeux, savourant par avance leurs retrouvailles en détaillant avec délice cette silhouette qu’elle connait désormais presque par cœur. Elle y cherche ces petits détails invisibles du commun des mortels, qu’elle chérit comme preuve de leur intimité, un grain de beauté, un pli légèrement plus marqué à la naissance des sourcils. Elle débusque les variations les plus fines de ce thème qu’elle a écouté un million de fois, ces boucles libres, ces pommettes rehaussées d’un blush rosé, ces lèvres pincées où elle devine un rouge inhabituel. Son cœur palpite légèrement plus rapidement que d’ordinaire, son ventre est légèrement noué. Rien d’extraordinaire, simple rappel que, peut-être, ses revendications affirmées d’un besoin viscéral d’indépendance n’étaient qu’un mirage. Mirage prêt à partir en fumée à la première occasion. Arrivée à sa hauteur, Mia se penche et dépose un chaste baiser sur la joue de Zahra. Le contact dure simplement une ou deux secondes de trop pour n’être qu’une salutation amicale, mais ça, personne ne le sait, à part elles. La serveuse profite de ce contact bien trop éphémère pour inspirer une large bouffée d’air, d’elle. Elle s'enivre de son parfum, de sa chaleur. Mais déjà, elle doit s’écarter. Parce qu’elles ne sont rien l’une pour l’autre. Officiellement tout du moins. A peine amies. Parce que Zahra est promise à un autre, à qui Mia évite de penser, même si elle sait, au fond, qu’il la méritait certainement bien plus qu’elle. Elle s’assoit à côté de sa brune, assez loin pour que leur proximité ne paraisse pas suspecte, tout en veillant à entremêler ses pieds aux siens, son masque d’impassibilité désabusée bien en place sur son visage. « Tu ne m’as pas attendue ? » demande-t-elle en pointant son verre de vin blanc du menton, un sourire moqueur étirant ses lèvres, sans même la saluer au préalable. Impétuosité habituelle, rempart entre elle et le monde. Zahra la connaissait, ça ne l’avait pas empêché de persévérer, jusqu’à percer une ouverture dans ses barrières, à force de patience et de sourire. Comme une confirmation qu’elle était définitivement trop bien pour elle. Elle le savait, Mia, elle en était persuadée, et pourtant, elle continuait à la voir, supportant de moins en moins bien cette relation en pointillés, condamnée avant même d’avoir débuté, sous la menace constante d’une épée de Damoclès, peut-être même de plusieurs, si on y réfléchissait bien.


Fire on fire would normally kill us
But this much desire, together, we're winners
They say that we're out of control and some say we're sinners
But don't let them ruin our beautiful rhythms
Revenir en haut Aller en bas
 
- troubles (mia) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut