Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -47%
Trottinette électrique Mi Electric Scooter ...
Voir le deal
240 €

 

- Jamais deux, sans trois - Akira -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Lorenzo Gallini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Lorenzo Gallini
http://www.ciao-vecchio.com/t7538-lorenzo-gallini http://www.ciao-vecchio.com/t7563-lorezo-o-39-ans-o-boxeur#253997
Faceclaim : Chris Evans, © Schizophrenic
Messages : 218 - Points : 600
Jamais deux, sans trois - Akira  Tumblr_inline_nrhpo1Lw9N1qlt39u_250
Âge : 39 ans (18/02/1981)
Métier : Boxeur professionnel depuis quelques mois, ancien aide-soignant
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Jamais deux, sans trois - Akira ( le Jeu 12 Nov 2020 - 13:29 )



Jamais deux, sans trois.

@Akira Kobayashi & Lorenzo Gallini


Le réveil est un peu difficile ce matin, comme à chaque fois que tu ne dors pas chez toi. Lorsque tu découches, tu as toujours cette horrible sensation de ne pas savoir où tu es. Les yeux s'ouvrent et cherchent un élément familier avant que la panique ne te submerge et enfin le soulagement. Tu étais dans la chambre d'ami des Cometti. Comme tous les ans, tu te rendais chez les parents de Roberto décédé il y a maintenant dix-neuf ans. Une sorte de pèlerinage que tu fais maintenant un peu par obligation. Tu étais toujours ravi de les voir, mais contrairement à eux, tu allais de l'avant. Les Cometti ne s'étaient jamais remis de la mort de leur fils, leur unique enfant. Et tu pouvais le comprendre, du moins imaginer la douleur qu'ils éprouvent. C'était horrible, oui. Seulement de ton côté, tu étais allé de l'avis, difficilement, mais tu y étais arrivé. Et tous les ans, lorsque tu passes deux jours avec les parents de Roberto, tu as l'impression de régresser. Ce matin en te levant, tu décides donc que ce serait la dernière fois que tu passais la nuit ici. Les photos de Roberto étaient un peu partout ce qui donnait vraiment l'impression de vivre dans un sanctuaire, c'était assez dérangeant à vrai dire. Tu prends un petit-déjeuner rapide en compagnie des Cometti qui semblent compter sur toi pour l'année prochaine, mais tu ne trouves même pas le courage de leur dire que tu ne reviendrais pas, du moins pas comme tu le faisais tous les ans. Tu les prends dans tes bras, à tour de rôle, leur promettant tout de même de les appeler de temps en temps et tu grimpes au volant de ta voiture pour revenir sur Naples où un entraînement t'attendait. Un entraînement qui était le bienvenu, tu allais pouvoir te défouler sur le ring et oublier ces jours passés.

La circulation était fluide ce matin, tu ne te presses donc pas pour rejoindre ta ville natale. Il faisait beau et ton humeur morose commence doucement à s'étioler à mesure que tu parcours du regard la campagne qui défile devant toi. Tu roules encore et encore avant de passer à côté d'un homme qui faisait du stop et tu ne réagis que quelques secondes plus tard, t'arrêtant sur le bas-côté. Ce n'était pas tellement dans ton habitude de prendre quelqu'un en stop, c'était même la première fois. Tu étais toujours un peu méfiant, on entendait tellement de choses de nos jours que cela ne t'avait jamais effleuré l'esprit. Jusqu'à aujourd'hui. Tu tournes la tête en direction de l'homme qui se rapproche doucement de ta voiture et tu ouvres très vite la vitre côté passager. « Bonjour et merci de vous être arrêté, je suis tombé en panne si vous pouviez... » Tu fronces légèrement les sourcils reconnaissant cette voix, puis les traits de ce visage. Oh... Est-ce que le hasard était en train de se foutre de toi ? De toutes les personnes sur lesquelles tu pouvais tomber, il fallait que ce soit lui ? L'un des seuls mecs de Naples qui ne pouvait pas te voir en peinture, très certainement. Après tout, il avait failli t'écraser lorsque tu avais déboulé de nulle part devant lui, tu t'étais vaguement excusé d'un signe de la main, mais tu étais déjà parti, courant chez ta sœur pour la dépanner en urgence. Le pire a été le café brûlant que tu as renversé sur lui. Tu t'étais confondu en excuses, impuissant avant de partir, penaud. Et là. Il fallait que tu tombes sur lui, ici, à cet instant. « Euh je crois que je vais continuer à pied. Merci de vous être arrêté. » Oui, il t'avait reconnu, évidemment. Tu es presque vexé qu'il refuse de monter à tes côtés et tu soupires, un peu agacé, mais aussi amusé. « Allez ça va... montez. Je doute que vous ne trouviez une autre voiture. » tu dis en râlant un peu, mais un léger sourire aux lèvres. Le hasard était vraiment ironique parfois. Mais c'était là, une bonne façon de te rattraper non ? « Ok je monte soyez juste prudent. » De nouveau tu soupires. Bon tu avais été une catastrophe ambulante les deux premières fois, mais quand même. Après avoir mis son sac à l'arrière, l'homme monte finalement à tes côtés et tu l'observes un instant, un peu à court de mots pour le coup, repensant aux deux premières rencontres. « Je vous dois bien ça. Après la frayeur que je vous ai fait et le café... encore désolé pour ça d'ailleurs. » tu dis en grimaçant légèrement, imaginant la douleur de la brûlure.



(c) sthéno


Dernière édition par Lorenzo Gallini le Ven 13 Nov 2020 - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Akira Kobayashi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Akira Kobayashi
http://www.ciao-vecchio.com/t7944-l-oiseau-en-cage-revera-des-nu http://www.ciao-vecchio.com/t7951-corrige-toi-en-regardant-les-autres-akira
Faceclaim : Tomohisa Yamashita (Yamapi) © Chaussette (vava) / Sandrine (sign)
Messages : 124 - Points : 225
Jamais deux, sans trois - Akira  Tomo-yamashita-tomohisa-31983331-500-281
Âge : Né à Kōfu 甲府市 le 18 mai 1982. Il vient de passer les 38 ans.
Métier : Coach sportif au Circolo Nautico Posillipo / Bénévole dans un centre pour sans abri.
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Re: Jamais deux, sans trois - Akira ( le Ven 13 Nov 2020 - 8:04 )
Jamais deux sans trois
Lorenzo
feat.
Akira


 

 



 

 

" Une simple rencontre peut se transformer en grande aventure. Une collision inattendue permet d'empoigner la vie, d'offrir des perspectives plus grandes que soi, de vibrer, d'écouter, d'estimer, d'espérer." Δ Nicolas Carteron

Ce n'est pas ta journée, tu en es certain maintenant. Tu aurais du t'en douter depuis que tu as posé le pied au sol. Tous les signes étaient réunis pour te dire que rien n'allait tourner comme tu le voudrais. Ton réveil pour commencer que tu avais oublié de remonter, et c'est rare que ce genre de chose t'arrive. Puis ton thé versé trop vite et qui t'a brûlé le dessus de ta main. Bon rien de grave quelques secondes sous l'eau froide et la douleur a disparu. Puis ta voiture qui c'est mise à jouer les chieuses avant de démarrer. Oui tu aurais du faire gaffe. Mais si tu avais réellement prêté attention à tous ces petits signes, tu aurais fais quoi ? Tu aurais repoussé ton départ ? Impossible tu avais un rendez vous et tu as horreur d'annuler. Surtout pour des broutilles pareilles. Quelle excuse tu aurais sorti à ton client. J'ai mal commencé ma journée et je n'ose prendre ma voiture. Débile, bidon. De quoi mettre un coup de couteau dans ta réputation.

Alors oui tu as pris ta voiture. Mais elle t'a bien eu, la jauge c'est carrément foutu de ta tronche et te voilà en panne sèche à des kilomètres de Naples. Et le temps continue de tourner, prouvant que tu vas devoir au final peut être annuler et voir même changer tout ton emploi du temps. Quelle galère. Tu soupires exaspéré que le destin te prenne en otage de la sorte. Tu lui avais fais quoi au fait pour qu'il se foute de ta gueule de cette façon ? Rien. Et en plus il en rajoute une couche. Parce qu'il n'y a pas des centaines de voitures qui passent. Remarque il en suffit d'une. Mais quand enfin une s'arrête et bien tu te dis que oui ta journée était vraiment pourrie de chez pourrie.

Parce que le conducteur tu le connais. Deux fois déjà tu l'as croisé et on ne peut pas dire que tu en gardes un super souvenir. Entre le fait qu'il a failli se retrouver sur le capot de ta voiture et le fait qu'il t'est cramé avec son café, tu te demandes ce qui pourrait bien t'arriver si tu montais dans sa voiture. Ok son geste part d'une bonne intention. Il s'est stoppé alors que d'autres sont passés sans même te jeter un coup d’œil. Mais bon est ce que cette réalité vaut quand même le coup de prendre le risque ? Et lui il enfonce le clou en te balançant gentiment qu'il sera peut être le seul à accepter de te prendre en stop. Les gens deviennent méfiants. Tu sais qu'il n'a pas tord. Alors à contre cœur tu acceptes. Mais as tu le choix ? Pas trop vu la situation. Et tu ne sais pas pourquoi tu te dis que la route risque fort d'être longue et pénible. Tu finis par poser tes fesses sur le siège passager. Sans oublier de lui dire d'être prudent. Oui avec ce genre de type on peut s'attendre à tout. Tu lui jettes vite fait un coup d’œil quand ses mots te font comprendre que lui aussi il t'a remis. Manquerait plus qu'il est oublié ses deux interventions explosives dans le cours de ta vie. Il s'excuse même.

Est ce que tu dois en rire ?
« C'est sur que vous me m'avez pas épargné. Pour le coup du café je vous ai maudis plusieurs jours. Espérant ne plus vous croisez. Mais il semble qu'il me soit compliqué de vous éviter. »
Tu souris naturellement mais involontairement. Parce quelle chance tu avais de le rencontrer sur cette route. Le même jour et pile au moment ou tu es tombé en panne ? Une sur mille ? Voir une sur un millier ? Dois-tu te poser des questions sur cette troisième fois encore plus improbable que les deux premières ?
« En tout cas merci de me dépanner. Vous savez s'il y a une station essence pas trop loin ? »
Parce que pas question de faire la route jusqu'à Naples. Tu te demandes si cela vaut la peine que tu te présentes. Si tu dois lui faire la conversation. Ou s'il vaut mieux que tu restes silencieux et que tu perdes ton regard sur la route qui défile, priant pour que rien n'arrive durant le trajet que vous allez partager.

   
©️ Gasmask




泣いて 暮らす も 一緒、笑って 暮らす も一緒
Naite kurasu mo isshô waratte kurasu mo isshô.
L’espace d’une vie est le même qu’on le passe en chantant ou en pleurant.
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Gallini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Lorenzo Gallini
http://www.ciao-vecchio.com/t7538-lorenzo-gallini http://www.ciao-vecchio.com/t7563-lorezo-o-39-ans-o-boxeur#253997
Faceclaim : Chris Evans, © Schizophrenic
Messages : 218 - Points : 600
Jamais deux, sans trois - Akira  Tumblr_inline_nrhpo1Lw9N1qlt39u_250
Âge : 39 ans (18/02/1981)
Métier : Boxeur professionnel depuis quelques mois, ancien aide-soignant
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Re: Jamais deux, sans trois - Akira ( le Ven 13 Nov 2020 - 11:27 )



Jamais deux, sans trois.

@Akira Kobayashi & Lorenzo Gallini


Tu vois bien qu'il hésite. Et à sa place, tu ferais sûrement pareil. Après tout, vos deux premières rencontres ont été quelque peu... bizarres et surtout catastrophiques. Jamais deux sans trois comme on dit, mais tu comptais bien te rattraper et ne pas lui faire de frayeur ou lui renverser quoique ce soit sur lui. Bien entendu que tu n'avais pas oublié, deux rencontres coup sur coup et d'une telle ampleur, c'était bien trop difficile à effacer de ton esprit. Mais peu importe, le voilà qui s'installe, un peu de mauvaise grâce et tu espères juste que tu n'allais pas regretter de t'être arrêté. Mais tu t'excuses, sincèrement. Tu n'en avais pas eu tellement le temps les deux premières fois parce que tu avais été pressé par le temps. Maintenant que vous alliez partager le même véhicule pour un petit moment, il te semblait judicieux de crever l'abcès pour de bon. « C'est sur que vous me m'avez pas épargné. Pour le coup du café je vous ai maudis plusieurs jours. Espérant ne plus vous croisez. Mais il semble qu'il me soit compliqué de vous éviter. » Tu te renfrognes légèrement, poussant un énième soupir. Bon, tu ne t'attendais pas à un enthousiasme débordant, mais quand même. « A croire que vous êtes destiné à croiser ma route quoiqu'il arrive. Je suis sincèrement désolé pour vous. » tu soupires avec un air légèrement ironique. Tu regardes dans ton rétroviseur et tu reprends la route. Tu ne vois pas le léger sourire qui s'installe sur ses lèvres et tu prends sa remarque comme une pic légèrement assassine, mais tu fais ton possible pour ne pas le prendre comme tel. Le silence s'installe un instant, un silence un peu pensant il faut le dire, mais tu essaies de te détendre pour passer un bon moment malgré tout. « En tout cas merci de me dépanner. Vous savez s'il y a une station essence pas trop loin ? » Tu lui jettes un rapide regard en faisant une légère moue, comprenant immédiatement que ta réponse allait le décevoir et même lui déplaire. « Si je vous dis qu'il n'y a aucune station essence avant notre arrivée à Naples, vous allez sauter de la voiture en route ? » tu demandes alors avec une légère ironie, mais avec amusement aussi. Il semblait être tellement embêté d'être coincé avec toi dans cet habitacle que tu trouvais cette situation presque comique. Presque. Quelle était la probabilité que vous vous croisiez ici, à cet endroit et instant précis ? Tu n'étais pas un mathématicien chevronné, loin de là, mais tu savais que les chances étaient maigres. Le hasard donc. En vérité, cela t'amusait, même si cela ne se voyait pas tellement sous ton air ronchon qui ne te quitte pas ces derniers temps. « Lorenzo. » tu dis subitement. Autant que tu lui donnes ton nom, au point où vous en étiez, ce n'était pas de trop. « Lorenzo Gallini. Autant vous donner mon nom si jamais il arrive quoique ce soit et que vous décidiez de m'attaquer en justice. » tu ajoutes en esquissant un petit sourire presque moqueur. Qu'est-ce qu'il pouvait vous arriver de pire ? Bon, bien des choses il est vrai, mais autant faire connaissance, il n'y avait pas de mal à ça et puis tu voulais briser la glace car le trajet était encore un peu long avant d'atteindre Naples. Tu n'aimais pas le silence, alors il était hors de question de rester là sans rien se dire.



(c) sthéno
Revenir en haut Aller en bas
Akira Kobayashi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Akira Kobayashi
http://www.ciao-vecchio.com/t7944-l-oiseau-en-cage-revera-des-nu http://www.ciao-vecchio.com/t7951-corrige-toi-en-regardant-les-autres-akira
Faceclaim : Tomohisa Yamashita (Yamapi) © Chaussette (vava) / Sandrine (sign)
Messages : 124 - Points : 225
Jamais deux, sans trois - Akira  Tomo-yamashita-tomohisa-31983331-500-281
Âge : Né à Kōfu 甲府市 le 18 mai 1982. Il vient de passer les 38 ans.
Métier : Coach sportif au Circolo Nautico Posillipo / Bénévole dans un centre pour sans abri.
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Re: Jamais deux, sans trois - Akira ( le Ven 13 Nov 2020 - 14:42 )
Jamais deux sans trois
Lorenzo
feat.
Akira


 

 



 

 

" Une simple rencontre peut se transformer en grande aventure. Une collision inattendue permet d'empoigner la vie, d'offrir des perspectives plus grandes que soi, de vibrer, d'écouter, d'estimer, d'espérer." Δ Nicolas Carteron

Pourquoi tu aurais envie de monter dans cette voiture ? Pour arriver plus vite et surtout à l'heure à ton rendez vous ? Pour ne pas traîner des plombes sur ce bord de route peu fréquenté ? Un peu les deux. Mais le fait de voir ce mec derrière le volant, te refroidit direct. C'est un peu comme si tu venais de plonger dans une baignoire pleine de glaçons. Alors oui tu hésites, même si tu sais qu'il reste ta seule solution. Dire non c'est devoir marcher, tu ne sais pas combien de kilomètres. Dire non c'est t'assurer que ta journée sera complètement foute en l'air. Quelle poise quand même. Tu te demandes si l'univers cherche à te faire passer un message. Pour le moment tu ne le déchiffres pas. Tout ce que tu vois c'est cette solution merdique qui ne t'enchante pas. Mais tu finis par t'installer, parce que c'est la meilleure chose à faire. Et puis il te doit bien ce petit dépannage, vu ce qu'il t'a fait subir lors de vos deux premières rencontres. Des rencontres houleuses que tu n'es pas prêt à oublier. En plus faut dire que le boulet il a un visage qui marque. Peut être que s'il souriait un peu plus il ferait moins patibulaire. Ou moins refroidissant dés le premier abord.

Enfin si on en croit le proverbe on dit jamais deux sans trois, il semble que tu es eu ton quota de rencontre avec monsieur catastrophe.
« Espérons que cette fois me laissera sur une meilleure impression que les deux premières. Sinon je pense que je vais vraiment vous en vouloir ou en vouloir au destin qui se joue de moi. »
Tu réponds un peu froidement. On peut pas dire que c'est avec votre comportement que la glace va se briser. Mais tu ne lui as pas demandé de te faire la conversation. Tu veux juste aller au poste d'essence le plus proche, prendre un bidon ou voir pour une dépanneuse, retrouver ta voiture et rentrer pénard chez toi. Est ce que c'est trop demander ? Il semble que oui vu la réponse que te balance le chauffeur. Pas de station d'essence jusqu'à Naples ? Mais il se fout de ta gueule ou quoi ? Surtout vu ce qu'il dit ensuite. Tu ne sais pas trop si c'est du lard ou du cochon. Sauter de sa voiture ? C'est de monter dedans que tu aurais du t'abstenir.
« J'adore votre humour. Je suis même mort de rire. »
C'est à ton tour de faire de l'ironie. Même si monsieur semble parfaitement sérieux dans ses dires, enfin pour la station.
« On est donc coincé tous les deux dans votre voiture jusqu'à Naples c'est ça ? »
Tu soupires, ce n'est vraiment pas ta journée.
« Et je ne suis pas cascadeur alors je vais éviter de sauter en marche. »
Même si tu aimes les défis, et que tu es un homme sportif, là tu ne vas pas tenter le diable. Il pourrait se moquer de ta tronche en plus. Tant qu'il ne te pousse pas.

En tout cas cette situation te fait cogiter sur les probabilités que vous aviez de vous croiser une nouvelle fois. Et tu réfléchis aussi aux chances ou malchances que tu pourrais avoir à ce qu'il y ait une quatrième rencontre. Non faut pas abuser des bonnes choses. Rire ironique dans ta tête à cette réflexion. En tout cas tu espères qu'il va bien se concentrer sur la route, que rien ne va venir troubler son esprit. Parce que tant que tu ne seras pas à bon port, tu vas te dire que tout et n'importe quoi peut arriver avec ce mec. Lorenzo. Hein ? Quoi ? Pourquoi il s'embête à se présenter. Tu t'en fous un peu de son identité. A non au final c'est plutôt osé mais ça a du sens.
« J'en prends note en effet cela pourrait me servir si ce voyage part en vrille. Ce que je ne souhaite pas bien sur. »
Tu le regardes et tu lui souris. Pourquoi tu lui souris ? Peut être parce qu'il n'est pas aussi ronchon que tu ne le penses.
« Du coup je ne sais pas si en retour cela vaut le coup que je me présente, Vous ne porterez pas plainte contre moi. »
Et cette fois tu ris. Parce que c'est quand même un peu comique ce qui vous arrive.
« Akira. »
Est ce que tu ajoutes ton nom de famille. Nouveau silence.
« Akira Kobayashi. »
Et tu t'attends aux remarques débiles que ton nom souvent déclenchent. « Enchanté Lorenzo. »
Il te tire quand même d'un mauvais pas, tu ne peux lui enlever ce fait. Et peut être que si vous discutez en oubliant un peu vos deux premières rencontres tu te rendrais compte qu'il est de bonne compagnie. Est ce que tu tentes le jeu du dialogue ? Ou est ce que tu passes le chemin le nez collé contre la vitre à compter les brins d'herbes ? 

   
©️ Gasmask




泣いて 暮らす も 一緒、笑って 暮らす も一緒
Naite kurasu mo isshô waratte kurasu mo isshô.
L’espace d’une vie est le même qu’on le passe en chantant ou en pleurant.
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Gallini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Lorenzo Gallini
http://www.ciao-vecchio.com/t7538-lorenzo-gallini http://www.ciao-vecchio.com/t7563-lorezo-o-39-ans-o-boxeur#253997
Faceclaim : Chris Evans, © Schizophrenic
Messages : 218 - Points : 600
Jamais deux, sans trois - Akira  Tumblr_inline_nrhpo1Lw9N1qlt39u_250
Âge : 39 ans (18/02/1981)
Métier : Boxeur professionnel depuis quelques mois, ancien aide-soignant
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Re: Jamais deux, sans trois - Akira ( le Dim 15 Nov 2020 - 18:15 )



Jamais deux, sans trois.

@Akira Kobayashi & Lorenzo Gallini


L'homme que tu venais de prendre en stop, tu l'avais déjà vu, par deux fois. Deux fois dont tu te souvenais bien et lui aussi pour ainsi dire, en même temps comment oublier ces deux précédentes rencontres ? Un hasard selon toi, la malchance selon lui, du moins c'est ce que tu penses alors qu'il se montre assez froid avec toi. Comment lui en vouloir après tout. « Espérons que cette fois me laissera sur une meilleure impression que les deux premières. Sinon je pense que je vais vraiment vous en vouloir ou en vouloir au destin qui se joue de moi. » Tu ne réponds rien, qu'est-ce que tu pouvais bien dire à cela ? Tu n'étais sûr de rien, mais tu ne pouvais pas certifier qu'une tuile n'allait pas vous tomber dessus. Et tu ne l'espérais vraiment pas. Tu conduis prudemment, tu respectes la limitation de vitesse, inutile de prendre de risques inutiles, cela allait finir par te tomber dessus à un moment donné. Lorsqu'il te demande alors si une station essence se trouvait sur la route qui vous menait à Naples, tu vois là un moyen pour faire un peu d'humour ou un moyen d'alléger cette ambiance qui se faisait pesante. « J'adore votre humour. Je suis même mort de rire. » Tu tournes de nouveau la tête vers ton voisin de siège et tu lui lances un regard agacé. Est-ce qu'il allait être comme ça pendant tout le trajet ? Est-ce qu'il était tout le temps comme ça ? « On est donc coincé tous les deux dans votre voiture jusqu'à Naples c'est ça ? » Tu lèves les yeux au ciel, pianotant le volant de tes doigts histoire de garder contenance. « Cachez votre joie surtout. » tu répliques aussi froidement que lui, ignorant sa réplique concernant une quelconque raison de ne pas sauter en marche, tu regrettais déjà de l'avoir pris en stop.

Tu soupires de nouveau, gardant une nouvelle réplique cinglante qui risquait d'alourdir l'ambiance, plus qu'elle ne l'était déjà. Tu restes silencieux un moment, faisant descendre la légère tension accumulée. Il était ridicule de se mettre dans un état pareil surtout si vous devez partager cette voiture pendant encore trois quarts d'heure, cela ne vous rendrait pas du tout service. Tu n'aimais pas le conflit, tu n'aimais pas ce genre d'ambiance, alors alors il fallait briser la glace tout de suite. Et c'est ce que tu fais en donnant ton nom, non sans une pointe d'humour, autant continuer sur ta lancée. Un rapide silence s'installe, il semble pris de court, voire surpris. « J'en prends note en effet cela pourrait me servir si ce voyage part en vrille. Ce que je ne souhaite pas bien sur. » Un soufflement de nez t'échappe suivi d'une légère expression de surprise en le voyant sourire. Il était bien plus attrayant ainsi, autant être honnête. « Du coup je ne sais pas si en retour cela vaut le coup que je me présente, Vous ne porterez pas plainte contre moi. » Et cette fois, tu ris de bon cœur de concert avec lui. Oui bon, c'était assez bizarre comme situation. Il avait toutes les raisons de t'en vouloir, mais le voilà qui riait, sincèrement apparemment et tu te sentais un peu plus léger. Tu ne lui en voudrais pas s'il ne te donnait pas son nom, rien ne t'avait obligé de lui donner le tien après tout. Mais il te donne un prénom qui résonne dans ton esprit un instant. « Akira Kobayashi. » Tu esquisses un sourire. « Enchanté Lorenzo. » Ton sourire s'agrandit et tes yeux se posent un instant sur ton voisin. « Enchanté Akira. » tu dis en retour, ne perdant pas ton sourire. Un nouveau silence s'installe, un peu gênant celui-ci et tu pianotes de nouveau sur le volant de ta voiture. « Vous faites le trajet vers Naples tous les matins ? » tu demandes alors par simple curiosité histoire d'engager une conversation peut-être banale, mais tu ne voulais pas passer le reste du trajet dans le silence. Reste à savoir s'il voulait jouer les bavards ou non. « Vous savez... je ne vous force pas à parler, mais je pense que ça peut être sympa si on échange quelques mots pendant le reste du trajet. Comme des gens civilisés, vous voyez ? » tu fais avec un léger sourire malicieux.



(c) sthéno
Revenir en haut Aller en bas
Akira Kobayashi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Akira Kobayashi
http://www.ciao-vecchio.com/t7944-l-oiseau-en-cage-revera-des-nu http://www.ciao-vecchio.com/t7951-corrige-toi-en-regardant-les-autres-akira
Faceclaim : Tomohisa Yamashita (Yamapi) © Chaussette (vava) / Sandrine (sign)
Messages : 124 - Points : 225
Jamais deux, sans trois - Akira  Tomo-yamashita-tomohisa-31983331-500-281
Âge : Né à Kōfu 甲府市 le 18 mai 1982. Il vient de passer les 38 ans.
Métier : Coach sportif au Circolo Nautico Posillipo / Bénévole dans un centre pour sans abri.
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Re: Jamais deux, sans trois - Akira ( le Lun 16 Nov 2020 - 9:57 )
Jamais deux sans trois
Lorenzo
feat.
Akira


 

 



 

 

" Une simple rencontre peut se transformer en grande aventure. Une collision inattendue permet d'empoigner la vie, d'offrir des perspectives plus grandes que soi, de vibrer, d'écouter, d'estimer, d'espérer." Δ Nicolas Carteron

Mais qu'est ce qu'il t'a pris de monter dans cette voiture ? Non dans sa voiture ? Les deux premières fois ne t'ont pas suffi ? Il a fallu que tu en tentes une troisième ? Franchement tu avais quoi dans la tête en acceptant ? Pas grand chose sauf le fait que bon des voitures il n'en passait pas des tonnes et que tu voulais rentrer à Naples rapidement pour honorer tes rendez vous. Enfin pas sur que tu y arrives même en ayant opté pour cette solution. Tu es à peine installé dans le siège passager et déjà tu es énervé. Il n'a pas intérêt de trop te chatouiller le boulet. Parce que tu pourrais .. Tu pourrais faire quoi ? Sauter en marche comme il te le propose. Il veut ta mort c'est ça ? Il manque te faire avoir un accident en voulant l'éviter. Il manque ensuite de te faire brûler vif avec un café bouillant. Et là … Là il suggère que tu pourrais avoir l'idée de sauter en marche. Ce mec est un malade et tu es bloqué dans sa voiture le temps du trajet. Presque une heure. Et pour ajouter un peu de piment à cette situation rocambolesque pas de station essence pour te sauver. Franchement tu pensais à quoi Akira quand tu es monté dans sa voiture ? Dans une autre situation tu aurais pu dire à ses fesses. Ou à ce qu'il a entre les jambes. Parce que bon il est plutôt bien foutu pour le peu que tu as vu. Mais là tu es loin de t'attarder sur ce sujet. Et il te passe même l'envie d'y réfléchir quand il s'amuse de son humour à deux francs six sous. Mon Dieu sauvais moi. En plus tu es en couple alors tu regardes les mecs avec plus de détachement. En tout cas il semble aussi froid que toi. L’habitacle de sa voiture est devenu en peu de temps le Pôle Nord, tant bien tu vas voir un ours polaire passer.
« Ô mais là je suis super heureux. »
Faut bien qu'il comprenne que tu as accepté juste parce que tu n'avais pas le choix. Pas par charité chrétienne ou pour son sourire, qui est charmant mais très restreint dans son expression. Il peut faire mieux et toi aussi par la même occasion.

Et le silence tombe à pic, il te permet de bouder dans ton coin en admirant le paysage, même si celui ci n'a pas l'attrait que tu voudrais. Mais au moins tu peux ruminer le fait que tu aurais du te servir de tes jambes un peu plus, au lieu de vouloir le confort d'une voiture. Jamais deux sans trois et bien la troisième et dernière, tu n'es pas prêt de l'oublier. Si on vous voyez agir de la sorte on penserait plus à deux ados qui se chipotent pour se faire remarquer par le numéro un du lycée que pour deux adultes intelligents. Quoi que lui il préférerait peut être la numéro un. Dans ce cas tu lui laisses sans problème. La glace finit un peu par fondre en vous présentant. Autant essayer d'être des personnes civilisés que des hommes de Cro-Magnon se disputant pour le feu. Enfin ce n'est pas de ta faute si la vie te met sur la route de Lorenzo à chaque fois que tu sors de chez toi. Monsieur le destin s'il vous plaît faites le nécessaire pour éviter ce hasard la prochaine fois. Et au final tu souris. Ton comportement est quand même un brin ridicule, mais il l'a cherché Lorenzo. Tu constates que lorsqu'il sourit il perd cette ressemblance avec une porte de prison, il devient un peu plus humain.

Il te tuerait sûrement sur le champs s'il pouvait lire dans tes pensées.
« Non je reviens d'un séminaire pour me perfectionner dans mon métier. J'essaie d'en faire au moins deux trois par an, en Italie ou à l'étranger. »
Ne détaille pas trop non plus, il ne t'a pas demandé ton CV. Et puis le silence ce n'est pas trop mal non plus. D'ailleurs Lorenzo lui même dit qu'il ne te force pas à parler. Avant de rajouter que cela serait peut être sympa de faire la conversation. Un peu contradictoire ? Il veut que tu lui fasses la causette ou que tu gardes le silence ?
« Et je suis quelqu'un de civiliser et sociable. »
Enfin quand tu n'es pas entouré d'une foule.
« C'est juste que là j'ai été contrarié. »
Et on comprend pourquoi quand on connaît toute l'histoire.
« Mais en effet cela peut être sympa et le temps passera plus vite. »
Tu lui souris une nouvelle fois, histoire d'appuyer tes mots. Le boudeur lâche un peu prise, mais tu restes sur tes gardes. Surveillant que rien n'arrive. Surveillant que le destin ne vous joue pas un mauvais tour.
« Et vous vous faites souvent ce trajet ? Juste pour savoir si cette rencontre est vraiment un coup de bol ou pas. J'avoue que je ne sais que penser de cette situation qui pourrait presque sembler rocambolesque avec nos trois rencontres. »
Faudrait que tu fasses des pronostics pour voir quelle nombre de chance vous aviez pour vous retrouver sur cette route au même moment.

   
©️ Gasmask




泣いて 暮らす も 一緒、笑って 暮らす も一緒
Naite kurasu mo isshô waratte kurasu mo isshô.
L’espace d’une vie est le même qu’on le passe en chantant ou en pleurant.
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Gallini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Lorenzo Gallini
http://www.ciao-vecchio.com/t7538-lorenzo-gallini http://www.ciao-vecchio.com/t7563-lorezo-o-39-ans-o-boxeur#253997
Faceclaim : Chris Evans, © Schizophrenic
Messages : 218 - Points : 600
Jamais deux, sans trois - Akira  Tumblr_inline_nrhpo1Lw9N1qlt39u_250
Âge : 39 ans (18/02/1981)
Métier : Boxeur professionnel depuis quelques mois, ancien aide-soignant
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Re: Jamais deux, sans trois - Akira ( le Lun 16 Nov 2020 - 13:48 )



Jamais deux, sans trois.

@Akira Kobayashi & Lorenzo Gallini


Le feu et la glace. Voilà à quoi ressemblait cette ultime rencontre dans ton esprit. Dans le fond, tu trouvais cela vraiment amusant que le hasard vous fasse vous rencontrer une troisième fois. Non mais c'est vrai ! Si on mettait de côté les péripéties un peu négatives, ces rencontres étaient vraiment surprenantes non ? Alors bien sûr, tu avais failli passer sous le capot de sa voiture, tu l'avais ébouillanté... Certes. Mais le hasard était amusant non ? Apparemment non, pas pour ton voisin d'habitacle qui avait quand même préféré, un temps, rentrer à pied, plutôt que de rentrer avec toi. Est-ce que tu portais la poisse, c'était à se demander. Tu éloignes très vite de ton esprit la pensée pour ton meilleur ami qui était décédé dans un accident duquel tu étais sorti indemne. Hors de question de penser à cela maintenant, ce n'était vraiment pas le moment. Tu avais voulu faire un peu d'humour, mais cela ne semble pas passer, il semble même te prendre pour un fou, alors tu te replies sur toi-même un moment, laissant tomber un instant le temps que la pression redescende un peu.

Et pourtant. Oui, pourtant, tu ne peux t'empêcher de le titiller, de vouloir le faire parler. Tu ne supportais pas le silence et encore moins les gens qui avaient une dent contre toi ou quelque chose du genre. C'était maladif chez toi, tu n'aimais pas qu'on t'en veuille ou qu'on t'ignore. Alors, tu prends un peu sur toi, tu relativises. A quoi bon se renfrogner ? Pourquoi ne pas tirer avantage de cette situation plutôt que d'imaginer le pire ? Tirer avantage, tu ne voyais clairement pas comment, une nouvelle rencontre tout simplement. Et il faut dire que tu étais plutôt de bonne compagnie. Alors que tu lui fais part de ta volonté d'échanger un peu, s'il le souhaitait, tu profites du fait que ses yeux soient rivés sur le paysage, pour le détailler un peu plus longuement, par simple curiosité, un peu d'intérêt aussi. Mais qu'importe, Akira ne semble pas partager cet intérêt et bizarrement cela ne te vexe pas tellement. Et c'était bien dommage car tu voyais tout cela comme un signe alors que lui, non. Alors tu combles le silence gênant par une question et tu espères vraiment qu'il va te répondre. « Non je reviens d'un séminaire pour me perfectionner dans mon métier. J'essaie d'en faire au moins deux trois par an, en Italie ou à l'étranger. » Tu hoches légèrement de la tête, il t'en avait trop dit ou pas assez et le fait qu'il ne te dise pas ce qu'il faisait exactement te prouve qu'il n'avait juste pas envie de trop s'étendre, ce que tu respectes, alors tu n'insistes pas sur le moment. Et forcément ta petite phrase contradictoire n'est pas passée inaperçu, tu le vois à sa tête, il devait vraiment te prendre pour un taré. « Et je suis quelqu'un de civiliser et sociable. » De nouveau, tu émets un léger rire, ce n'était pas tellement l'image qu'il t'avait laissé paraître il y a quelques minutes, mais certes. « C'est juste que là j'ai été contrarié. » Tu ouvres la bouche pour sortir une réplique cinglante comme tu en avais l'habitude depuis qu'il était à tes côtés, mais tu te ravises. Il serait bien capable de te demander de t'arrêter pour continuer à pied. « Mais en effet cela peut être sympa et le temps passera plus vite. » Un petit sourire s'installe sur tes lèvres alors que tu échanges un rapide regard avec lui. Tu avais l'impression que ton cœur était un yo-yo depuis quelques minutes. Tu avais envie de te renfermer sur toi-même, mais d'un côté, tu avais aussi l'envie de lui parler, d'apprendre à le connaître. Tu n'aimais pas tellement cela, tu avais l'impression de ne pas pouvoir contrôler et Dieu sait si tu étais un maniaque du contrôle. Mais là... impossible. Même avec Aidan, tu n'avais pas réussi à lâcher prise comme maintenant. « Et vous, vous faites souvent ce trajet ? Juste pour savoir si cette rencontre est vraiment un coup de bol ou pas. J'avoue que je ne sais que penser de cette situation qui pourrait presque sembler rocambolesque avec nos trois rencontres. » Tu ris de bon cœur en pensant à la réponse que tu allais lui donner, mais tu arrêtes très vite ton rire, ne voulant pas qu'il pense que tu te moquais de lui. « Désolé... c'est juste que vous n'allez sûrement pas me croire. » tu dis avec un air amusé, secouant légèrement la tête comme pour chasser un fou rire qui pouvait prendre le dessus à tout moment. « Pour tout vous dire, je fais ce trajet une fois par an pour rendre visite aux parents d'un ami décédé. Je ne prends jamais cette route le reste du temps. » tu expliques avec un sourire légèrement figé avant de tourner la tête vers Akira pour... tu ne sais pas pourquoi, mais tu as besoin de croiser son regard pour lui prouver que tu étais sincère et désolé aussi d'être sur son chemin à chaque fois. Quelle erreur de quitter la route des yeux ne serait qu'un quart de seconde. Ton regard se reporte sur la route et tu as juste le temps de freiner de toutes tes forces pour ne pas percuter le chien errant qui traverse la route déserte juste devant toi. Le chien prend tout son temps pour traverser et tu le regardes faire, abasourdi, le souffle court et le coeur battant de toutes ses forces. « Est-ce que ça va ? » tu demandes alors en te tournant vers Akira. « Je ne l'ai pas vu débarquer... je n'avais pas le choix de freiner aussi fort sinon il serait passé sous mes roues... » tu te justifies, te remettant peu à peu de tes émotions avant de reprendre la route tranquillement. Il allait te haïr c'était sûr.



(c) sthéno
Revenir en haut Aller en bas
Akira Kobayashi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Akira Kobayashi
http://www.ciao-vecchio.com/t7944-l-oiseau-en-cage-revera-des-nu http://www.ciao-vecchio.com/t7951-corrige-toi-en-regardant-les-autres-akira
Faceclaim : Tomohisa Yamashita (Yamapi) © Chaussette (vava) / Sandrine (sign)
Messages : 124 - Points : 225
Jamais deux, sans trois - Akira  Tomo-yamashita-tomohisa-31983331-500-281
Âge : Né à Kōfu 甲府市 le 18 mai 1982. Il vient de passer les 38 ans.
Métier : Coach sportif au Circolo Nautico Posillipo / Bénévole dans un centre pour sans abri.
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Re: Jamais deux, sans trois - Akira ( le Mar 17 Nov 2020 - 9:35 )
Jamais deux sans trois
Lorenzo
feat.
Akira


 

 



 

 

" Une simple rencontre peut se transformer en grande aventure. Une collision inattendue permet d'empoigner la vie, d'offrir des perspectives plus grandes que soi, de vibrer, d'écouter, d'estimer, d'espérer." Δ Nicolas Carteron

Tu te dis que si on vous donnait à cet instant une ampoule à chacun, elles s'allumeraient tellement c'est électrique. Pour toi c'est logique, ce n'est pas parce qu'il t'a proposé de faire ton chauffeur et donc de te sortir de la merde, que tu vas tirer un trait sur le reste. Bon peut être que tu en fais un peu trop parce qu'après tout il n'y a pas eu mort d'homme. Mais il faut bien qu'il comprenne que tu n'as pas oublié. Et que surtout ce cumul de situation n'avait rien d'amusant ou de risible. Fruit du hasard ou du destin, mauvais karma ou tout simplement enchaînement de faits qui plaide en ta défaveur, tu n'en sais trop rien. Tu ne vas pas trop y réfléchir, tu es superstitieux et tu ne veux pas partir dans ce genre de réflexion de peur de tomber sur un truc dément. Qui te donnerait même envie de sauter en marche sur le coup. Comme tout pouvait juste venir de ce boulet que tu ne cesses de croiser. C'est peut être un mouton noir et la poisse le suit comme son ombre et toi tu es juste le pauvre dommage collatéral qui subit les conséquences de la vague qu'il déclenche. Et pour le moment cette explication te suffit. Oui tout est de sa faute et tu espères que durant ce trajet tu auras la chance avec toi pour que tout se passe sans encombre.

En tout cas ce qui est sûr c'est que monsieur est un joueur. Ton air boudeur ne semble pas le décourager à venir te titiller alors que tu as juste envie de regarder le paysage et de voir les heures s'écouler. Ou alors c'est un humoriste qui cherche des blagues pour son prochain spectacle et toi tu es juste la bonne proie. Mais qu'est ce que tu fous dans cette galère ? Il semble vouloir mettre à profit ce temps de route pour papoter. Alors que toi tu ne veux qu'une chose qu'il se concentre. Parce que tu t'imagines tout un tas de scénarios et ton imagination est grande. Pourtant tu ne peux t'empêcher de le regard et de détailler quelques secondes ses traits. Son sourire qui se dessine et que tu voudrais plus grand, pensant qu'il ferait moins froid. Vos regards s'accrochent aussi, pas assez de temps pour lire profondément en lui. Et puis ce n'est pas ton but. Tu te dis que tu as donné au destin ces trois fois, alors pas la peine de chercher plus loin. Même si tu te détends un peu, même si vous vous présentez comme des gens civilisés. Quelques silences entre des mots, des petits piques que tu lui renvoies peut être pour ne pas laisser voir le trouble que ce cumul de rencontre jette en toi. Rien de bien méchant, juste que parfois faut tenir compte des coïncidence et se dire que ..

Alors tu te mets à parler, la glace se brise et les sourires deviennent plus vrais. Quelques rires même face à votre bêtise parce que vous ressembliez plus à des gamins qu'à des adultes. Tu lui expliques pourquoi tu fais ce trajet, de toute façon tu risques quoi. Tu te détends, t'installant plus confortable dans ton siège. De toute façon fallait dire non d'entré, là tu as accepté tu peux combler les silences qui semblent bien emmerder Lorenzo. Son prénom résonne peut être un peu trop dans ta tête. Peut être parce qu'il s'assimile direct à vos deux rencontres précédentes. Il n'est plus l'inconnu que tu as failli écraser par son manque d'attention, ou l'inconnu qui a faillit te brûler par son manque de concentration. Il est Lorenzo. Tu ignores à cet instant combien tout prendra son sens dans ton futur. Et son rire accompagne le tien quelques secondes avant qu'il ne te dise que tu n'allais pas le croire. Quoi encore ? Lui aussi va tomber en panne d'essence ? Parce que c'est la première chose qui vient à ton esprit. En tout cas la suite, que tu attends impatient, semble faire rire Lorenzo. Et là .. Tu tournes ton visage vers lui doucement. Ta bouche et tes yeux forment un O de surprise.
« QUOI ?? NON PAS POSSIBLE. »
Bon tu as peut être parlé un peu fort. Et ton corps n'a pu retenir un soubresaut. Parce que là c'est la cerise sur le gâteau, le pompon sur la Garonne. Le top du top. Il ne prend cette route qu'une fois par an. Tu tapes ton front avec la paume de ta main. Que répondre à cette phrase. Plus besoin de faire un calcul des probabilités de rencontre. Là vous êtes foutus, le destin vous en veut.

Tes yeux se posent dans les siens quelques secondes. Peut être un peu trop. Tu te sens juste propulser avec force contre le tableau de bord, heureusement que tu avais ta ceinture. Ton souffle se coupe et tu vois le chien passer tranquillement comme si de rien n'était. Tu te reposes au fond du siège et tu fermes tes yeux. Ton cœur battant à tout rompre.
« Je n'en sais rien. Et vous ? »
Pas d'accident. Tu es entier et le chien est vivant. Lorenzo explique son geste. Puis reprend la route.
« Quand je dis que nos rencontres sont juste faites de poisse. »
Tu reprends ton souffle. Ton cœur se calme.
« Cela t'arrive  .. enfin cela vous arrive souvent ce genre de chose  .. parce que moi c'est la première fois .. »
Tu soupires.
« Au moins là on vient de passer la troisième fois catastrophe. On va peut être avoir la paix. Même si je ne vais cesser de me demander par quel hasard ce genre de chose peut quand même se produire. »
Tu le regardes, confus, si tout en l'heure tu lui en voulais, là tu ne sais que penser. Dois tu le haïr de te faire subir tout cela ? Sachant qu'au final il n'y était pour rien. C'est juste la vie qui joue avec vous comme si vous n'étiez que des pions.
« Et vous en croisez souvent des chiens errants quand vous prenez cette route ? Une fois par an en plus. Je n'arrive pas à y croire. C'est encore plus troublant. »
Faudrait peut être même que tu penses à mettre une puce sur Lorenzo pour pouvoir le localiser et ainsi l'éviter lors de tes futures sorties. Mais tu n'as pas ce pouvoir. Du coup tu vas devoir te résigner et tu ne peux que souhaiter que bon cette fois est vraiment la dernière.  

   
©️ Gasmask




泣いて 暮らす も 一緒、笑って 暮らす も一緒
Naite kurasu mo isshô waratte kurasu mo isshô.
L’espace d’une vie est le même qu’on le passe en chantant ou en pleurant.
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo Gallini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Lorenzo Gallini
http://www.ciao-vecchio.com/t7538-lorenzo-gallini http://www.ciao-vecchio.com/t7563-lorezo-o-39-ans-o-boxeur#253997
Faceclaim : Chris Evans, © Schizophrenic
Messages : 218 - Points : 600
Jamais deux, sans trois - Akira  Tumblr_inline_nrhpo1Lw9N1qlt39u_250
Âge : 39 ans (18/02/1981)
Métier : Boxeur professionnel depuis quelques mois, ancien aide-soignant
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Re: Jamais deux, sans trois - Akira ( le Mer 18 Nov 2020 - 12:44 )



Jamais deux, sans trois.

@Akira Kobayashi & Lorenzo Gallini


Plus les minutes s'écoulaient dans cette voiture, plus tu trouvais la situation comique. Ou tellement tragique que cela en devient comique, tu ne saurais dire. Les esprits se sont échauffés un instant avant qu'un froid ne s'installe, mais bien vite, tu reviens à la charge. Tu n'as pas tellement envie de passer le reste du trajet à bouder ou à le voir bouder juste pour une histoire de hasard. Tu le sens se détendre, un peu. Toi aussi d'ailleurs, tes mains ne se crispent plus autant autour du volant de la voiture, tu ne retiens plus ta respiration ou une remarque bien sentie. Non, tu te détends et tu essaies de sympathiser afin de rendre ce voyage agréable pour tous les deux. Jusqu'au moment où il te demande si tu faisais ce voyage souvent et bien évidemment, tu ne peux t'empêcher de rire. Tu étais même à la limite du fou rire que tu contrôles tant bien que mal. Tu ne te moquais pas, loin de là, mais tu imaginais déjà la tête d'Akira lorsque tu allais lui apprendre la nouvelle. Ce que tu fais, lui lançant des petits coups d'œil afin de surveiller sa réaction qui ne tarde pas à venir, autant dire que tu n'es pas déçu. « QUOI ?? NON PAS POSSIBLE. » Tu ris doucement face à cette réaction bruyante et qui t'a un peu surpris aussi. « Et pourtant, c'est la vérité. Un aller-retour par an. Les probabilités sont tellement minces que ça en devient effrayant. » tu confies avec un sourire malicieux sans aucune once d'ironie. Avec du recul, tu préférais en rire plutôt que de te lamenter sur ton sort. C'était l'effet Aiden. Tu avais tellement galéré ces derniers mois, à avoir été sur tes gardes, constamment, qu'il était temps de lâcher prise. Vos regards se croisent un instant, tu esquisses même un léger sourire, mais encore une fois le Destin -appelez cela comme vous voulez- semble vouloir vous rappeler à l'ordre.

le chien errant continue de traverser la route sous vos yeux, tandis que vous reprenez chacun votre souffle et que vous vous remettez de vos émotions. Cela venait de briser la petite chose qui se passait avec cet échange de regards. Était-ce un signe ? Tu n'en savais fichtrement rien et tu préférais ignorer tout cela pour le moment et tu te concentres un peu plus sur la route. Tu t'enquiers de son état, tu avais freiné tellement brutalement qu'il aurait pu se faire mal ou quoi et c'était vraiment la dernière chose que tu voulais. « Je n'en sais rien. Et vous ? » Tu ouvres légèrement la bouche, reprenant ton souffle, te contentant de hocher de la tête en guise de réponse. Tu n'en savais rien toi non plus, tu étais encore sous le choc, un peu hébété. Tu reprends la route, tranquillement, roulant bien en dessous de la limitation de vitesse après la frayeur que vous veniez d'avoir. « Quand je dis que nos rencontres sont juste faites de poisse. » Tu fais une légèrement, avant de le regarder de nouveau. « Désolé d'être un fardeau pour vous. » tu dis avec une légère ironie, un sourire sur les lèvres. Ce n'était pas méchant bien entendu, mais tu trouvais cela dommage qu'il ne voit que la poisse résultant de votre rencontre. « Cela t'arrive  .. enfin cela vous arrive souvent ce genre de chose  .. parce que moi c'est la première fois .. » Tu tiques légèrement lorsqu'il passe du vouvoiement au tutoiement avant de revenir à l'initial, mais tu hausses les épaules, pas vraiment sûr de la réponse à fournir. « On parle bien de la poisse et des malheureux hasards ? » tu demandes en ricanant légèrement, il pouvait très bien parler du fait de faire du stop et de monter avec un inconnu après tout. « Mais oui, c'est la première fois que cela m'arrive... » tu confies en esquissant un sourire penchant la tête vers lui sans quitter la route des yeux. « Au moins là on vient de passer la troisième fois catastrophe. On va peut être avoir la paix. Même si je ne vais cesser de me demander par quel hasard ce genre de chose peut quand même se produire. » Tu hausses légèrement les épaules, ne sachant pas tellement quoi répondre. Tu n'avais certainement pas envie qu'il vous arrive une nouvelle catastrophe, mais la façon dont se passent les choses entre vous te plaît bien. Est-ce que tu étais le seul ? Tu te faisais peut-être des idées après tout. « Et vous en croisez souvent des chiens errants quand vous prenez cette route ? Une fois par an en plus. Je n'arrive pas à y croire. C'est encore plus troublant. » Tu ris légèrement de nouveau. Est-ce qu'il allait faire son curieux encore longtemps ? Il avait sûrement besoin de se prouver qu'effectivement, tu portais la poisse. Mais la poisse n'avait de valeur que si elle en avait une aux yeux des gens. Toi, tu croyais au hasard, mais pas à la poisse par exemple. « Est-ce que tu ne serais pas un peu superstitieux Akira ? » Tu finis par demander en posant tes yeux rapidement sur lui, passant au tutoiement, au point où vous en êtes.. « Pour tout te dire, depuis presque vingt ans que je prends cette route, c'est la première fois que je croise un chien errant. Mais ça aurait pu arriver l'année dernière ou l'année prochaine... Le hasard. » tu confies avec un haussement d'épaule. Est-ce que cela avait une si grande importance après tout ? Une belle anecdote à raconter à vos amis.



(c) sthéno
Revenir en haut Aller en bas
Akira Kobayashi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Akira Kobayashi
http://www.ciao-vecchio.com/t7944-l-oiseau-en-cage-revera-des-nu http://www.ciao-vecchio.com/t7951-corrige-toi-en-regardant-les-autres-akira
Faceclaim : Tomohisa Yamashita (Yamapi) © Chaussette (vava) / Sandrine (sign)
Messages : 124 - Points : 225
Jamais deux, sans trois - Akira  Tomo-yamashita-tomohisa-31983331-500-281
Âge : Né à Kōfu 甲府市 le 18 mai 1982. Il vient de passer les 38 ans.
Métier : Coach sportif au Circolo Nautico Posillipo / Bénévole dans un centre pour sans abri.
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Re: Jamais deux, sans trois - Akira ( le Ven 20 Nov 2020 - 17:14 )
Jamais deux sans trois
Lorenzo
feat.
Akira


 

 



 

 

" Une simple rencontre peut se transformer en grande aventure. Une collision inattendue permet d'empoigner la vie, d'offrir des perspectives plus grandes que soi, de vibrer, d'écouter, d'estimer, d'espérer." Δ Nicolas Carteron

Tu pourrais passer tout le voyage à bouder et à regarder le paysage sans qu'un mot sorte de tes lèvres. Mais cela servirait à quoi ? A faire payer à celui qui t'a pris en stop vos diverses rencontres. Tu trouves cette idée un peu puérile, tu n'es plus un ado et même si sur le coup le voir t'a pas mal chamboulé, il est temps de te reprendre. Après tout il n'est pas responsable de ta panne d'essence et le fait qu'il te conduise à Naples t'arrange bien. Alors doucement tu rends le masque moins froid et le climat moins pesant. Dis toi que lorsque tu seras vieux que tu repenseras à toute cette histoire tu en riras. Que la vie parfois réserve des surprises, même si tu ne peux t'éviter de penser que les choses sont écrites par avance et que tu devrais tenir compte de ces faits assez troublants. Mais bon la route même si aujourd'hui elle était peu fréquentée, reste une route de passage, peut être même son itinéraire professionnel. Mais entre les films que tu te fais en attendant sa réponse et la réalité de sa vie le fossé est bien grand. Immense. Et encore une fois la vérité tombée montre que oui tu devrais te méfier de tous ces signes qui se cumulent comme des petits cailloux semés sur un chemin que l'on voudrait que tu prennes. Qui ? Et pourquoi ? Reste des questions sans réponse, le hasard, le destin, le grand livre de la vie. Parce que oui tu ne peux être que surpris quand Lorenzo t'avoue qu'il ne passe par là qu'une fois par an. En tout cas cela amuse le beau gosse. Qui rit de ta réaction. Pleurer ne servirait pas à grand chose, tout comme te mettre en colère. Hurler sur la terre entière. En vouloir à tous les dieux de t'imposer ce traquenard dans lequel tu sembles condamné à tomber.

« En effet même si effrayant semble encore un mince mot pour moi. »
Si toi une nouvelle fois tu accuses le coup, Lorenzo semble résigné ou se faire à la situation, sans trop se préoccuper s'il y aura une prochaine fois. Ou si le chemin se fera sans encombre. Tu devrais faire comme lui et te relaxer au lieu de calculer l'incalculable. De toute façon tu as l'évidence sous les yeux. Il semble que le hasard est lié vos vies, reste à savoir ce qu'il compte faire de vous. Quelques secondes suffisent à te faire lâcher prise avant de te dire que c'est l'enfer que tu vas finir par croiser au bout de la route. Parce que le coup du chien errant tu t'en serais bien passé, tout comme ce freinage brutal qui vous fait échapper à l'accident. Et puis quoi après ? Un pneu qui explose ? Un con qui roule du mauvais côté ? Une pluie de grenouille ? Tellement de scénarios sont possibles que tu as du blanchir d'un coup.

Chacun s'inquiète pour l'autre et vous reprenez la route et tu lui fais part de tes pensées. De ce cumul de faits qui semble ne pas plaider en votre faveur. Peut être que tu devrais descendre là maintenant tout de suite, au lieu de persévérer. Une idée pour que vos vies ne se transforment pas en un gouffre béant.
« Non je ne disais pas ça pour que vous pensiez ça. C'est juste déstabilisant. Franchement cela fait beaucoup en peu de temps vous ne trouvez pas ? »
Peut être que pour Lorenzo c'est insignifiant. Mais pour toi là cela prend une ampleur qui te fait un peu flipper.
« Oui bien sûr ! De quoi je pourrais bien parler d'autre ? »
Tu le regardes essayant de comprendre quel autre sujet pourrait bien te turlupiner l'esprit comme cette malchance enchaînée. C'est peut être tout simplement l'alchimie de vos deux êtres qui portent la poisse, une incompatibilité qui c'est écrite dés que vos auras se sont croisés. Un signe que tu vas devoir respecter à l'avenir, même si tu ne sais pas comment cela va être jouable si le destin vous remet en présence. Toutes ces réflexions te torturent l'esprit. Si lui le prend en haussant les épaules, toi tu es tout à fait sérieux dans tes propos. Réfléchissant réellement au problème et aux conséquences qu'il pourrait engendrer.

« Faut peut être se poser les bonnes questions. On veut nous faire passer un message. Et je pense que rester loin l'un de l'autre sera la meilleure des solutions. N'allez pas croire que je pensais à un rapprochement. Loin de là. »
Tu préfères préciser au cas ou il se fasse des idées.
« Je suis en couple. »
Est ce que c'était la peine de préciser ? Cette situation va te faire perdre la tête et Lorenzo va finir par te prendre pour un fou avec des suppositions idiotes sans queue ni tête. Détends toi et profite du reste du voyage. Plus facile à dire qu'à faire. En tout cas il semble que ton copain de galère t'ait cerné un peu.
« Moi oui un peu, enfin beaucoup sur le coup. »
Et tu lui souris avant d'éclater de rire à sa réponse. Plus un rire nerveux qu'autre chose. Lorenzo essaie t-il de tourner le couteau dans la plaie ? Est ce qu'il se fout de toi ? Tu réalises après qu'il est passé au tutoiement, toi tu as fais ce lapsus tout à l'heure avant de te reprendre. Mais là il semble que le tu s'installe.
« On se tutoie du coup ? »
Au point où vous en êtes pourquoi pas. Puis tu te tournes vers lui.
« Oui c'est bien ce que je me dis c'est nous qui mettons des forces en présence qui pour le moment ne nous sont pas favorables. Je sais je passe pour un idiot en disant cela mais avouez enfin avoue que ça fait quand même beaucoup de coïncidence, de hasard et tout ce que tu veux en peu de temps. Et je pense que l'on va devoir en tenir compte pour le futur. »
Et tant pis si tu passes pour le plus grand superstitieux de Naples. Il vaut mieux jouer la prudence dans ce genre de circonstances que de vouloir prendre des risques. Et tu serais bien capable de changer de trottoir si tu voyais arriver Lorenzo en face de toi.

   
©️ Gasmask




泣いて 暮らす も 一緒、笑って 暮らす も一緒
Naite kurasu mo isshô waratte kurasu mo isshô.
L’espace d’une vie est le même qu’on le passe en chantant ou en pleurant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Jamais deux, sans trois - Akira  Empty
Sujet: Re: Jamais deux, sans trois - Akira ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Jamais deux, sans trois - Akira -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant