Revenir en haut
Aller en bas


 

- Confidences chocolatées - Luna -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
http://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca http://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
Faceclaim : Michiel Huisman, © Ea
Thème·s abordé·s : abandon, harcèlement
Messages : 2294 - Points : 2491
Confidences chocolatées - Luna AmpleFlawedHornedviper-small
Âge : 37 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Confidences chocolatées - Luna ( le Sam 14 Nov 2020 - 17:02 )
@Luna Primavera & Thomas De Luca
Let the love in your heart shine a light, come alive and get you

Tom avait récemment eu Luna au téléphone et il l'avait sentie ailleurs. On aurait envie de dire C'est Luna !, mais non, l'écrivain la connaissait depuis qu'elle était gamine et il sentait bien que quelque chose la tracassait. Voilà pourquoi il lui avait demandé de passer chez lui histoire de discuter un peu. Tom avait toujours été une oreille attentive notamment pour ses proches, s'inquiétant sans cesse pour eux, préférant partager leurs angoisses plutôt que de les savoir souffrant ou dans la peine. Il s'était toujours dit que de partager une telle chose pouvait adoucir la peine ressentie, il y croyait dur comme fer. C'est pourquoi Tom lui avait demandé de venir et ce n'était pas tellement une proposition. Sans vouloir le lui imposer, il voulait vraiment la voir pour se faire une idée de lui-même. Il se doutait bien qu'avec les événements passés, tout le monde a plus ou moins été remué notamment à cause de ses secousses et même s'il n'avait pas été touché, il aurait voulu être à plusieurs endroit différents ces jours-là pour soutenir sa petite famille. Car oui, il les voyait ainsi, sa seule famille qu'il avait était ces orphelins, au même titre que lui-même d'ailleurs.

Dans la matinée, Tom sort dans le centre-ville de Naples pour faire quelques achats, notamment des pâtisseries qui raviront sûrement le palais de la belle Luna. Et puis c'était prouvé, déguster du sucré quand le moral n'était pas forcément au beau fixe, faisait toujours du bien. Et il en a fait les frais d'ailleurs il y a quelques temps, notamment après sa rapide descente aux enfers l'année passée. Il avait perdu une importante somme d'argent au poker et tout ce qu'il avait trouvé à faire c'était de se nourrir de crème glacée pendant deux jours. Très mauvaise idée. En plus d'être fauchée comme les blés, il s'était retrouvé malade comme rarement il avait été, mais cela lui avait servi de leçon. Depuis, il avait remonté la pente bien entendu, grâce à Nolan d'ailleurs et Tom se promet d'ailleurs de l'appeler prochainement histoire de prendre des nouvelles. Une fois ses emplettes terminées, l'écrivain reprend la direction de son appartement, il avait encore quelques heures devant lui. Il ne mange pas ce midi là, il n'a pas tellement faim il veut surtout travailler sur les personnages du roman qu'il commençait tout juste à coucher sur le papier. Sur son traitement de texte pour être plus exact. Il avait déjà commencé à écrire quelques chapitres, mais il n'était pas tellement convaincu par ces derniers. Quelque chose n'allait pas avec l'un des personnages et cela déséquilibrait totalement le récit et l'impact sur les autres protagonistes. Il allait possiblement devoir recommencer, cela ne l'enchantait pas vraiment, mais c'était préférable. Il s'attelle donc à cette tâche dans son bureau, ne voyant pas les heures défilées et sursaute violemment lorsqu'il entend la sonnette retentir. Un rapide coup d'œil à son téléphone lui fait comprendre que trois heures étaient passées, Luna était déjà là. Il retire ses lunettes qu'il pose sur son bureau et passe une main sur son visage fatigué avant d'aller ouvrir à celle qu'il avait toujours considéré comme l'une de ses petites sœurs. « Luna... Entre ne reste pas là. » dit Thomas avec un grand sourire, enthousiaste. Il s'écarte de l'encadrement de la porte et la laisse entrer. « Je voulais t'accueillir avec un chocolat chaud, mais je n'ai pas vu le temps passer. » annonce-t-il avec une légère moue. « Comment vas-tu ? » demande-t-il alors, comme à son habitude.

(c) mars.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
https://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-u http://www.ciao-vecchio.com/t7464-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna
Faceclaim : Irina Shayk © jenesaispas..(ava) Miss Pie (sign) Aloysia (crackships)
Messages : 2988 - Points : 4886
Confidences chocolatées - Luna 8dd8357041271e5a6a6f28d3a4965991671d3cce
Âge : 36 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Re: Confidences chocolatées - Luna ( le Jeu 19 Nov 2020 - 10:10 )

Thomas & Luna.

Une attention peut importe sa couleur, elle peut venir d'un mot, d'un geste, d'un regard, d'un silence. Elle est toujours la bienvenue. Elle offre le réconfort et l'apaisement quand les doutes et les peurs jouent les trouble-fêtes.



Luna c'est doucement remise du tremblement de terre. Comme tous les napolitains elle a mis la main à la pâte pour que la ville retrouve sa superbe. Certains endroit plus touchés gardent encore quelques cicatrices mais dans l'ensemble, les habitants de la ville peuvent être fiers. Elle a repris le chemin du cinéma, son bureau n'a eu besoin que d'un bon rangement et d'un bon coup de nettoyage. L'établissement après quelques travaux a retrouvé sa gloire et son public avec plaisir. Avec Léo tout se passe bien, même s'il y a eu l'angoisse de la rencontre précipité avec Louisa. Elle qui la voulait magique, a du se contenter d'un premier sourire à l'hôpital en allant y retrouver son amoureux vu que sa fille avait été blessée. Tout ne c'était pas trop mal passé dans l'ensemble. Louisa semble avoir compris l'importance de Luna pour Léo. Mais au fond d'elle la brune garde des doutes, des peurs qu'elle a du mal à gérer.
Et encore plus avec l'approche de l'anniversaire de la demoiselle.
Elle est invitée à aller chez son amoureux, se sera d'ailleurs la première fois depuis qu'ils sont en couple qu'elle s'y rendra. Alors qu'il est venu plusieurs fois chez elle. Elle a pensé sur le coup qu'il voulait préserver sa fille, ce qu'elle peut comprendre. Elle ne veut pas s'imposer, ni que l'enfant pense qu'elle veut lui voler son père ou prendre la place de sa mère. Étant orpheline elle comprend d'autant mieux la situation de l'enfant.
Elle fait de son mieux mais garde au fond d'elle cette peur vorace de faire un faux pas. De dire un mot de travers. De ne pas être à la hauteur. Elle sait tout l'amour que Léo lui porte.
Mais si tout se passait mal avec Louisa ? Que ferait-il ? Sacrifierait-il leur bonheur ? Sacrifierait-il leur vie à deux pour sa fille ?
Alors même si elle c'est remise du tremblement, si elle reste positive, elle a tous ses doutes qui l'assaillent. Cette angoisse qui se fait pesante.

Et il semble que cette angoisse se sente, la preuve, Luna se rend chez Thomas. Elle l'a eu il y a peu au téléphone, à la base c'était juste un appel comme ils en échangent souvent pour prendre des nouvelles. Mais sa voix a du laisser passer quelque chose de troublant, que son grand frère de cœur a saisi. Du coup il lui a dit de passer, elle se doute qu'il veut s'assurer que tout va bien. Que cette hésitation dans le timbre de ses mots n'est rien d'important. Elle qui pensait pouvoir tout dissimuler pour ne pas inquiéter sa famille, c'est loupé. Faut dire qu'avec Thomas, ils sont proches, il a toujours été attentionné. Comme tous ses frères de cœur, mais chacun a eu une façon différente de s'occuper de Luna, de l'apprivoiser, de l'aider à grandir.
Avec Thomas c'est l'amour inconditionnel des mots bien accordés qui les ont rapproché.
Cette façon de les assembler pour former des histoires qu'ils distillaient habillement, enchantant les autres. Elle n'a pas oublié leurs moments à eux, ou ils se créaient d'autres mondes, ou l'univers leurs appartenait. Bien sur durant l'appel elle a fait la forte Luna, lui disant que tout allait bien, que c'était juste la fatigue. Et puis elle a capitulé, sachant qu'elle avait besoin de soutient. De réponses. Parce que des questions sur la suite de sa relation avec Léo elle en a tellement que parfois ça l'affole. Même si son petit ami la rassure, même si Louisa ne semble pas mettre des barrières entre elles quand elles se voient. Mais là c'est Luna qui ira chez eux, elle entrera pour la première fois dans leur territoire, dans leur monde.
Va t-elle y trouver sa place ? Louisa lui fera t-elle une place ?

La brune arrive devant la porte de Thomas, avant de sonner elle reprend contenance, chassant d'un revers de main ses tracas bien trop présents. Elle ne veut pas affoler son grand frère. Pas tout de suite en tout cas. En chemin elle c'est arrêtée pour prendre un bouquet de fleurs colorées, elle n'aime pas arriver les mains vides. Et puis cela égayera l'intérieur de Thomas. Et la main qui tient les tiges tremble un peu. Elle respire un bon coup et puis après quelques secondes, elle sonne. Elle n'attend pas longtemps Luna avant de voir la porte s'ouvrir. Et la tête de son frère apparaître. Elle remarque ses traits fatigués mais elle ne dit rien.
Elle y reviendra plus tard si besoin.
« Coucou Tom. » Elle lui sourit et entre vu qu'il la laisse passer. Elle fait une petite moue de déception quand il parle de chocolat chaud. « Tu vas devoir augmenter la dose de câlins alors. » Elle le regarde avec tendresse. « Je vais bien enfin j'irais mieux après une dose d'amour fraternel. » Luna vient se blottir dans ses bras, faisant attention de ne pas abîmer les fleurs. C'est un des avantages d'avoir des grands frères, elle peut se caler au creux de leurs bras et se sentir en sécurité. « Et toi comment tu vas ? » Elle desserre un peu son étreinte pour le regarder dans les yeux. Pour cerner un peu plus sa fatigue bien trop marquée. Elle s'en veut presque sur le coup de ne pas être passée plus tôt.
Mais si enfant, ils avaient toutes les opportunités de passer du temps ensemble, avec leur vie d'adulte c'est devenu plus complexe.
Ce qu'elle regrette parfois, même s'ils essaient de se retrouver tous au moins une fois par mois et qu'ils ne loupent jamais les évènements importants de leur vie comme les anniversaires ou les fêtes. Puis Luna lui tend le bouquet. « Je suis sûre que tu vas leurs trouver une très bonne place. » Et ils s'avancent au salon où la belle dépose sa veste et son sac. « Alors tu écris quoi de beau en ce moment ? » Un brin de curiosité et d'impatience se glisse dans sa voix. Luna veut tout savoir surtout si un nouveau livre est en route. Et puis c'est un peu une façon de retarder le moment ou elle parlera de ce qui la tracasse.


759759sep.png

(fiche) vmicorum. / (ava) Emi. & Bambi eyes


" Il lui donne la force, l'envie d'avancer à deux. Elle voit dans ses yeux leur avenir. Et les doutes tout comme les peurs s'envolent."
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
http://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca http://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
Faceclaim : Michiel Huisman, © Ea
Thème·s abordé·s : abandon, harcèlement
Messages : 2294 - Points : 2491
Confidences chocolatées - Luna AmpleFlawedHornedviper-small
Âge : 37 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Re: Confidences chocolatées - Luna ( le Dim 22 Nov 2020 - 0:35 )
@Luna Primavera & Thomas De Luca
Let the love in your heart shine a light, come alive and get you

Tom avait bien hâte de voir Luna, il savait qu'elle avait besoin d'une épaule sur laquelle se reposer, une oreille attentive. Et cela tombait bien puisque l'écrivain pouvait lui offrir tout cela, comme il l'avait toujours fait au final. Alors un large sourire s'installe sur ses lèvres lorsqu'il voit sa petite sœur sur le pas de sa porte. « Coucou Tom. » Le sourire se fait plus large alors qu'il remarque le bouquet de fleurs dans ses mains frêles, évidemment, elle ne serait pas venue les mains vides, il la connaissait si bien depuis le temps. Il lui fait part de sa volonté de l'accueillir avec un chocolat chaud, elle savait très bien qu'il en aurait été capable, seulement, il s'était laissé emporté par ses écrits. Du moins par la contrariété due à ses écrits. Il pouvait passer des heures assis à son bureau sans rien écrire, perdu dans ses pensées, à la recherche de sa prochaine piste. Comme aujourd'hui. « Tu vas devoir augmenter la dose de câlins alors. » Un petit hochement de tête accompagne le petit sourire qu'il lui offre alors qu'elle entre à sa suite. Il n'en attendait pas moins d'elle à vrai dire et puis les câlins, c'était bien quelque chose dont il avait l'habitude maintenant, il était même le premier à en réclamer. Il s'enquiert très vite de son état comme il le fait habituellement. « Je vais bien enfin, j'irais mieux après une dose d'amour fraternel. » Tom n'a pas le temps de mettre en application cette dose d'amour fraternel que déjà Luna se blottit dans ses bras et tout naturellement, il les passe tout autour de la jeune femme pendant un moment, restant ainsi et profitant de la chaleur réconfortante de cette étreinte.

Étreinte qui se relâche après un instant alors qu'elle relève la tête vers le plus vieux tandis qu'il croise son regard interrogateur. « Et toi comment tu vas ? » Tom fait une très légère moue, son air hagard et fatigué n'était pas passé inaperçu, évidemment qu'il ne pouvait pas la duper, il ne pouvait de toute manière duper aucun des membres de la bande. C'était à la fois frustrant et rassurant. Frustrant dans le sens où il ne pouvait rien cacher à personne, mais rassurant aussi, car il savait que quoiqu'il arrive, il était soutenu. « Fatigué, mais ça va. » Il ne mentait pas, mais il ne disait pas toute la vérité non plus. Moins il en disait pour le moment, mieux il se portait à vrai dire. Elle lui tend finalement le bouquet de fleurs qui avait survécu à leur étreinte et un sourire es plus sincères s'installe de nouveau sur ses lèvres. « Je suis sûre que tu vas leur trouver une très bonne place. » Tom s'empare des magnifiques fleurs colorées et odorantes, avec le plus grand soin. « Merci Luna, tu les as vraiment bien choisies. » Il s'avance vers le salon à sa suite, la laissant poser ses affaires alors qu'il se met à farfouiller dans le buffet pour y dénicher un vase pour y déposer le bouquet. « Alors tu écris quoi de beau en ce moment ? » Tom retient un soupir de lassitude avant de hausser des épaules, un peu blasé alors qu'il se rend en direction de la cuisine ouverte sur le salon sans pour autant fermer la conversation. « Pour tout te dire, je me pose la question à chaque instant. » Et c'était la vérité. Plus il pensait à son roman, moins il en était convaincu. Il place le vase sous le robinet et y fait couler un peu d'eau avant d'y mettre les fleurs pour finalement revenir dans le salon, déposant le vase sur la table du salon. « Disons que je ne suis pas tellement convaincu par ce que j'ai écrit pour le moment. Mes personnages me sortent par les yeux et je pense de plus en plus à stopper ce fiasco. Ou du moins, recommencer de zéro. » Il avait la nette impression de ne plus pouvoir aligner un mot devant l'autre. Un blocage ? Possible. Il ne saurait pas dire à quoi cela était dû, sûrement sa préoccupation actuelle qui était de retrouver ses parents biologiques. Toute sa vie, il n'avait pas voulu en entendre parler et maintenant qu'il s'y intéressait ne serait-ce qu'un peu, sa passion s'en trouvait amoindrie et c'était la dernière chose qu'il voulait.

(c) mars.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
https://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-u http://www.ciao-vecchio.com/t7464-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna
Faceclaim : Irina Shayk © jenesaispas..(ava) Miss Pie (sign) Aloysia (crackships)
Messages : 2988 - Points : 4886
Confidences chocolatées - Luna 8dd8357041271e5a6a6f28d3a4965991671d3cce
Âge : 36 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Re: Confidences chocolatées - Luna ( le Dim 29 Nov 2020 - 16:06 )

Thomas & Luna.

Une attention peut importe sa couleur, elle peut venir d'un mot, d'un geste, d'un regard, d'un silence. Elle est toujours la bienvenue. Elle offre le réconfort et l'apaisement quand les doutes et les peurs jouent les trouble-fêtes.



Luna veut que ce moment passé avec Thomas soit parfait. Elle ne veut pas que son frère se concentre que sur ce qui la tracasse. Elle veut lui montrer qu'elle est capable de gérer, même si la situation reste complexe. Elle n'est plus cette petite fille sans défense que ses grands frères étaient toujours prêt à défendre coûte que coûte. Même si elle aime quand Loris ou Jack ou Marcello ou même Thomas jouent les chevaliers servants et les protecteurs. Elle a toujours eu des liens privilégiés avec eux. Jamais ils ont été jaloux les uns des autres, chacun lui apportant des émotions différentes mais tout autant intenses. Ils lui ont tellement donné.
Luna ne serait pas celle qu'elle est sans eux, elle en est consciente.
Tout comme Leia qui a aussi sa place dans son cœur.
Alors quand Thomas ouvre la porte à Luna elle est souriante, pleine de vie, son bouquet à la main pour qu'il ne voit en elle qu'une femme heureuse, apaisée. Même si elle sait qu'il verra au delà de l'image qu'elle renvoie à cet instant. Parce que son frère sait lire entre les lignes. Parce que les orphelins sont comme ça, liés au point de voir ce que personne d'autre ne voit. Un lien tissé au fil des années, au fil des épreuves et des moments de bonheur. Dans chaque larme versée, dans chaque rire éclaté. Et la première chose réclamé se sont les câlins, ce petit moment ou tout s'efface et ou il ne reste que l'innocence bercé par la tendresse et l'amour qu'ils se portent.
Et puis faut bien remplacer le chocolat.
Luna reste contre Thomas, c'est vital pour eux ce contact. Ils prennent leur dose de douceur. Ils regonflent leur cœur. Sans cet amour entretenu comme un bon feu de bois, la vie serait bien pénible pour la petite bande des orphelins. Cette petite chaleur leur permet de passer par dessus des embûches et d'avancer sans avoir peur.

Si dans le son de la voix de Luna les craintes sont devenues visibles, la fatigue de Thomas n'échappe pas à la belle. Elle voit ses traits tirés et elle se doute que son esprit n'est pas en paix. Il faut toujours qu'ils se battent contre la vie, comme si le fait d'être orphelin n'était pas déjà suffisant. « Oui je vois ça. Tu devrais souffler un peu. Est ce qu'au moins tu lèves ton nez de dessus le clavier de ta machine ? » Elle sait combien quand il écrit il peut oublier que les heures filent. Oublier de manger et même de dormir. Quand Thomas est inspiré tout le reste semble disparaître. Puis elle lui donne le bouquet. « Bien sur que je les ai bien choisi. » Elle fronce un peu les sourcils avant de rire. Une fois au salon, elle essaie de diriger dans un premier temps la discussion sur Thomas.
Retarder l'instant d'avouer ce qui la chagrine, elle est douée pour ça.
Luna s'installe pour observer son frère dans la cuisine et elle l'écoute parler de son livre. Il semble qu'il lui pose des soucis. Elle pose sa tête sur ses mains, le regardant de ses grands yeux verts. Dans une voix presque enfantine et une logique implacable elle sort. « Je sais ce qu'il te faut comme remède pour que tout redevienne facile. Faut que tu ailles te coucher dans l'herbe et que tu joues avec les nuages. Tu sais à chercher les formes ça marcher bien quand on était gosse. » Elle l'avait même fait avec Loris dernièrement quand il n'allait pas bien. « Parce que là tu compresses ton esprit et rien de bien ne sort. Si tu l'aères et bien tu verras tout redeviendra plus léger. » Si à cet instant elle ressemble à une gamine, elle reste très sûre de ses dires. Elle maîtrise parfaitement le jeu des nuages et n'a aucune honte à y jouer encore. De toute façon Luna est une éternelle rêveuse et personne ne la changera. « Sinon tu peux me parler de ce qui ne colle pas. De ce qui te fait douter  de la profondeur de tes écrits. Je pourrais peut être t'aider à mettre le doigt sur ce qui te chagrine. »
Luna a toujours eu une imagination débordante et Thomas a eu mainte fois l'occasion d'y faire face. Et elle connait le talent de son frère, tant bien il a juste besoin de parler pour y voir plus clair. Besoin d'un petit coup de pouce pour débloquer ce qui semble avoir raison de son imagination.


759759sep.png

(fiche) vmicorum. / (ava) Emi. & Bambi eyes


" Il lui donne la force, l'envie d'avancer à deux. Elle voit dans ses yeux leur avenir. Et les doutes tout comme les peurs s'envolent."
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
http://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca http://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
Faceclaim : Michiel Huisman, © Ea
Thème·s abordé·s : abandon, harcèlement
Messages : 2294 - Points : 2491
Confidences chocolatées - Luna AmpleFlawedHornedviper-small
Âge : 37 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Re: Confidences chocolatées - Luna ( le Mar 1 Déc 2020 - 15:50 )
@Luna Primavera & Thomas De Luca
Let the love in your heart shine a light, come alive and get you

Ce petit câlin leur fait du bien à tous les deux et Thomas se demande alors depuis combien de temps, il n'avait pas eu l'une de ses sœurs dans ses bras, car cela lui faisait un bien fou, malgré la fatigue, malgré la lassitude qu'il pouvait ressentir ces derniers jours. En compagnie du reste de la bande, il se sentait... lui. En compagnie de bien trop rares personnes il se sentait comme cela, elles ne se comptaient pas non plus sur les doigts d'une main, mais quand même. Parfois, il se demandait s'il ressentirait cela avec quelqu'un, quelqu'un qui partagera un jour sa vie. Et c'est toujours lorsqu'il avait de tels questionnements qu'il se remettait à écrire pour éviter de penser. Pour le moment, il se contre sur Luna qu'il serre toujours contre lui et à qui il confie sa fatigue. « Oui, je vois ça. Tu devrais souffler un peu. Est ce qu'au moins tu lèves ton nez de dessus le clavier de ta machine ? » L'écrivain pince les lèvres, donc encore une fois on lisait si facilement en lui ou alors il devait ressembler à un zombie. Il répond à sa question par un haussement léger d'épaule, elle avait visé dans le mille, inutile de trouver des excuses, il ne savait pas tellement mentir de toute manière.

L'étreinte se termine et Thomas admire les magnifiques fleurs qu'elle avait amenées, bien entendu qu'elle avait bien choisi, son rire était d'ailleurs communicatif et l'écrivain se met à rire avec elle alors qu'il se met en quête d'un vase. Une fois ce dernier en main, il se rend dans la cuisine sans cesser de discuter avec Luna qui l'avait lancé sur l'écriture de son livre. Il savait très bien ce qu'elle était en train de faire, après tout elle était venue pour qu'elle se confie à lui, mais elle ne faisait que retarder ce moment, il la connaissait par cœur, mais il ne s'en offusquait pas, il la comprenait et il ferait tout pareil s'il était à sa place. Mais impossible de se défiler pour lui. « Je sais ce qu'il te faut comme remède pour que tout redevienne facile. Faut que tu ailles te coucher dans l'herbe et que tu joues avec les nuages. Tu sais à chercher les formes ça marcher bien quand on était gosse. » Thomas rit doucement avant d'acquiescer. Il est vrai que cela marchait bien, sauf qu'il n'avait plus dix ans. « Parce que là tu compresses ton esprit et rien de bien ne sort. Si tu l'aères et bien tu verras tout redeviendra plus léger. » Il soupire légèrement en fermant le robinet. « J'aimerais que cela soit aussi simple parfois. » Mais son cerveau fonctionnait avec une soupape de sécurité qui avait encore de la marge, Tom accumulait encore et encore et lorsque le trop-plein était atteint, il était déjà trop tard. Finalement, il revient de la cuisine, posant les fleurs devant eux, lui confiant enfin le problème qu'il avait alors qu'elle le dévisageait, la tête posée entre ses mains, il avait l'impression de la revoir étant gamine. Cela lui arrivait assez souvent de voir Leia et Luna comme si elles étaient encore des enfants, elles avaient cet air enfantin qui ne les quittait jamais et cela avait un effet rassurant sur lui, car cela le replongeait dans les meilleures années de sa vie, un véritable petit cocon. « Sinon tu peux me parler de ce qui ne colle pas. De ce qui te fait douter de la profondeur de tes écrits. Je pourrais peut-être t'aider à mettre le doigt sur ce qui te chagrine. » Oh il savait qu'il pouvait compter sur elle pour l'aider ou pour l'aiguiller après tout, elle a été sa première source d'inspiration, il y a très longtemps et l'un de ses premiers romans étaient d'ailleurs une version romancée de l'une de ses histoires. « Mon personnage principal est à la recherche de ses origines, de ses parents. Voilà le problème. J'ai eu la bonne idée de m'inspirer de ma propre histoire, mais je crois que c'était une erreur ? Comment avoir un dénouement à cette histoire alors que je ne connais pas le dénouement de la mienne ? » Tom était un peu perdu et le fait de réaliser à haute voix le souci qu'il avait ne l'aidait pas du tout, cela l'effrayait plus qu'autre chose.
(c) mars.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
https://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-u http://www.ciao-vecchio.com/t7464-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna
Faceclaim : Irina Shayk © jenesaispas..(ava) Miss Pie (sign) Aloysia (crackships)
Messages : 2988 - Points : 4886
Confidences chocolatées - Luna 8dd8357041271e5a6a6f28d3a4965991671d3cce
Âge : 36 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Re: Confidences chocolatées - Luna ( le Lun 14 Déc 2020 - 13:10 )

Thomas & Luna.

Une attention peut importe sa couleur, elle peut venir d'un mot, d'un geste, d'un regard, d'un silence. Elle est toujours la bienvenue. Elle offre le réconfort et l'apaisement quand les doutes et les peurs jouent les trouble-fêtes.



Luna a appris avec le temps à lire en ses frères et sœurs. Bien sur ils ont tous leur jardin secret et jamais elle ne viendra forcer l'un ou l'autre à le dévoiler. Mais elle sait voir quand tout va mal ou quand tout va bien. Et il en est de même pour elle. Elle profite un peu de l'étreinte, parenthèse privilégiée qu'elle n'accorde pas à tout le monde. Luna a toujours mis du temps à faire confiance, quand elle est arrivé à l'orphelinat alors qu'elle avait à peine dix ans elle était au départ intouchable, une petite bête effrayée qui n'arrivait plus à se souvenir de sa vie. Qui ne comprenait pas pourquoi elle était ici. Mais la bande des orphelins lui a tendu la main et avec eux elle a appris à faire confiance, à se laisser aller. Ils l'ont adopté et dompté.
La bête effarouchée et froussarde et devenue une enfant choyée.
Mais sa confiance elle est parfois mise à l'épreuve par la vie. Par des rencontres. Et si là elle se concentre sur la fatigue de Thomas, elle sait qu'à un moment donné il en viendra à ce qui se lit dans son regard. Même si elle le cache par ses sourires et ses réactions parfois enfantines. Léo bouleverse sa vie, elle l'aime et elle a envie de construire un futur avec lui. Après il y a Louisa sa fille, et elle a peur de ne pas trouver sa place. Peur de ne pas être à la hauteur dans son futur rôle de femme voir un jour de mère. Toutes ces questions elle ne se les était jamais posée avant. Mais là tout change et elle s'implique dans une relation à deux. Une relation de couple avec en plus un enfant au milieu.  

Mais là Luna veut savoir ce qui tourmente l'esprit de Thomas au point qu'il en perd le sommeil. Et elle sent au vu de son geste et de son regard fuyard que l'écrivain ne va pas se livrer aussi facilement qu'elle ne le voudrait. Pas grave elle trouvera bien la technique pour le faire parler. Elle sait comment l'amadouer pour le rendre aussi tendre qu'une guimauve. Déjà il y a les fleurs apportées et choisies avec soin. Et puis ses idées délirantes mais qui les ont souvent réuni et permis de s'évader. Même à plus de trente ans elle aime encore jouer aux jeux qu'ils se régalaient de partager enfants. Et c'est tout naturellement qu'elle propose à Thomas de prendre l'air, de s'évader pour oublier les soucis de la vie. Bon certains diraient que cela ne résoudra rien, que cela ne ferait que reculer l'échéance.
Mais Luna sait que ça marche quand on le fait avec son cœur.
« Cela peut être simple Tom. Faut juste que durant quelques minutes tu laisses l'enfant prendre le dessus. Moi cela me permet de ne pas me laisser emporter. » Parce que même encore maintenant elle a des peurs tenaces Luna. Elle fait des cauchemars ou tout est noir, ou les visages n'ont pas d'expressions, la plongeant au milieu d'inconnus. Elle en parle peu, mais la peur d'oublier est toujours autant présente au creux du cœur de la brune.
Puis Thomas vient retrouver sa sœur, posant les fleurs pas loin. Elle le regarde avec amour, elle se demande par moment si de vrais frères et sœurs peuvent s'aimer comme eux ils s'aiment. Parce que c'est profond entre eux, même s'ils ne partagent pas le même ADN.

Du coup quand la lumière s'éclaire un peu plus sur ce qui tracasse son frère, Luna y plonge direct dedans. Ce n'est pas le premier livre qu'il écrit et se ne sont pas les premiers doutes qu'il a. Mais cette fois ses interrogations semblent plus complexe au vu du regard de l'écrivain. Mais la brune ne se démonte pas, prête à aider son grand frère a trouvé une solution au problème. Et lorsqu'il parle du fond du problème Luna le sent complètement perdu et ça la rend triste.
Elle vient poser sa main sur la sienne pour le rassurer et lui apporter son soutien et son amour.
« C'est sûr que tu n'as pas choisi la facilité. En effet tu ne connais pas le dénouement de ton histoire. Mais ça ne fait pas de cette idée une erreur. Au contraire cela peut même donner à ton livre une nouvelle ampleur. Tu peux lui offrir plusieurs fins. Celle que toi tu souhaiterais. Celle qui serait dans la logique en fonction du déroulé de ton histoire. Et même une plus improbable. Tu écris ton livre suivant ta directive. Et tu offres plusieurs possibilités pour le clôturer. » Cela va peut être paraître fou à Thomas, même irréaliste ou voir irréalisable.
Mais c'est peut être une idée à étudier.
« Si cette histoire t'inspire parce que c'est ton histoire il ne faut pas t'en priver, ni même te bloquer parce qu'il ne manque des éléments. Tu peux les créer. Et le jour ou tu clôtureras ta véritable histoire tu pourras toujours refaire un livre et lui donner sa vraie fin. » Elle n'aura peut être rien à voir avec les fins qu'il aura proposé, elle sera peut être plus belle ou plus dure. Mais en attendant il aura fait son livre. Luna est certaine que cette idée peut marcher, même si cela semble un pari fou en la proposant. Mais elle est certaine que bien posée et mise en place, elle peut s'avérer une bonne solution pour sortir son frère de l'impasse.


759759sep.png

(fiche) vmicorum. / (ava) Emi. & Bambi eyes


" Il lui donne la force, l'envie d'avancer à deux. Elle voit dans ses yeux leur avenir. Et les doutes tout comme les peurs s'envolent."
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
http://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca http://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
Faceclaim : Michiel Huisman, © Ea
Thème·s abordé·s : abandon, harcèlement
Messages : 2294 - Points : 2491
Confidences chocolatées - Luna AmpleFlawedHornedviper-small
Âge : 37 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Re: Confidences chocolatées - Luna ( le Jeu 31 Déc 2020 - 15:40 )
@Luna Primavera & Thomas De Luca
Let the love in your heart shine a light, come alive and get you
Thomas avait toujours eu cette fâcheuse tendance de ne pas lâcher prise ou alors juste un peu et avec les bonnes personnes. Cela dépendait de son état d'esprit également. Lorsque rien n'obscurcissait ses pensées, il pouvait être très jovial et était le premier à rire et à sortir des énormités. Mais lorsque le moral n'était pas là, il restait sur la réserve. Il ne savait pas tellement faire semblant, ou alors juste un peu, une sorte d'appel à l'aide en quelque sorte. Sourire quand tout va bien, cela va bien cinq minutes, mais ce n'était pas forcément son genre. Alors évidemment, maintenant qu'il traverse une période de flou artistique, cela se ressentait sur sa vie personnelle, car l'écriture, c'était toute sa vie, son âme. S'il n'arrivait pas à écrire, il n'arrivait pas à avancer, à vivre. Cela le pesait assez. Parfois, il aurait voulu faire quelque chose de moins contraignant, de moins prenant afin de couper avec le milieu professionnel quand bon lui semblait. L'écrivain avait beau sortir de son bureau après avoir éteint son ordinateur, le travail le taraudait encore des heures durant. Petit à petit, il en perdait le sommeil, il avait même perdu l'un de ses chapitres, il avait bien failli replonger dans son addiction également. Tout allait mal et il détestait cela. Il n'avait plus contrôle sur rien et parfois, il avait juste envie de dire merde au monde entier et de se rouler en boule sous sa couette pour attendre que ça passe.

Mais là encore, ce n'était pas sa façon de faire. Dans ces moments-là, il aimait s'entourer de la bande avec laquelle il avait grandi. Même s'ils ne comprenaient pas parfaitement ce qu'il traversait, dans une certaine mesure, leur présence lui faisait un bien fou. L'innocence toute relative de Luna et sa fraîcheur lui faisaient oublier l'espace d'un instant le pétrin dans lequel il s'était fourré en commençant ce livre. Il se confie à sa petite sœur, elle avait vu de toute manière qu'il n'était pas au top de sa forme et ce qu'elle propose le fait rire. Cela le laissait un peu songeur et lui rappelait des souvenirs aussi. Débordant d'imagination, il avait adoré interpréter les formes et les mouvements des nuages lorsqu'il était enfant. À presque quarante ans, cela lui paraissait un peu bizarre, mais pas désagréable non plus. Encore cette histoire de lâcher prise. Si tout était aussi simple, si la vie était aussi facile que lorsqu'ils avaient dix ans, cela se saurait. « Cela peut être simple Tom. Faut juste que durant quelques minutes tu laisses l'enfant prendre le dessus. Moi cela me permet de ne pas me laisser emporter. » L'écrivain hausse légèrement les épaules, il savait qu'elle avait raison, quel mal y avait-il ? Aucun, certainement. Mais est-ce qu'il voulait redevenir l'enfant qu'il avait été, même l'histoire de deux minutes ? Un enfant entouré, certes, mais un enfant abandonné par ses parents.

Et c'est justement le propos. Ses parents. Il avait eu la bonne idée d'écrire une histoire avec un personnage qui lui ressemblait étrangement. Dans certains cas, cela pouvait marcher. Mais dans ce cas précis, cela s'annonçait plus compliqué. Tom explique alors la raison du souci et l'avouer à voix haute est bien plus difficile qu'il ne l'aurait pensé. Sa voix tremble d'ailleurs un peu et il se tait un instant, de peur qu'elle ne le lâche, se raccrochant à la main qu'elle pose sur la sienne qu'il sert fermement dans la sienne, lui lançant un regard triste, mais reconnaissant, elle était sa bouée de sauvetage à cet instant. « C'est sûr que tu n'as pas choisi la facilité. En effet, tu ne connais pas le dénouement de ton histoire. Mais ça ne fait pas de cette idée une erreur. Au contraire, cela peut même donner à ton livre une nouvelle ampleur. Tu peux lui offrir plusieurs fins. Celle que toi, tu souhaiterais. Celle qui serait dans la logique en fonction du déroulé de ton histoire. Et même une plus improbable. Tu écris ton livre suivant ta directive. Et tu offres plusieurs possibilités pour le clôturer. » Thomas penche la tête de son côté et sourit légèrement. C'est effectivement ce qu'on disait aux personnes qui voulaient se lancer dans l'écriture. L'auteur est le maître de son récit et à aucun moment, il ne devait devenir l'otage de ses personnages, c'est peut-être là où était le problème, Tom s'était peut-être trop enfermé dans ce personnage, attendant un signe extérieur pour le faire évoluer, mêlant fiction et réalité de trop près, une grave erreur. « Si cette histoire t'inspire parce que c'est ton histoire il ne faut pas t'en priver, ni même te bloquer parce qu'il ne manque des éléments. Tu peux les créer. Et le jour ou tu clôtureras ta véritable histoire, tu pourras toujours refaire un livre et lui donner sa vraie fin. » Il se met à sourire, plus largement cette fois, cette chaleur au fond de son coeur lui faisait du bien. « Qu'est-ce que je ferais sans toi, Luna... » Elle n'avait pas guéri son syndrome de la page blanche, elle n'avait pas tout résolu, mais elle avait dit ce qu'il fallait pour le rassurer un minimum et ce n'était sûrement pas pour rien qu'il lui avait demandé de venir, son espièglerie et son âme d'enfant était un remède à tous les maux. Tom la serre un moment dans ses bras, préférant un geste tendre plutôt qu'un discours, il n'était pas sûr de ce qu'il pouvait dire sans craquer. Après un moment, il la relâche enfin avec un sourire. « J'ai commencé mes recherches, tu sais. » Il n'en avait encore parlé à personne, pas même au reste de la bande. Il avait voulu avoir plus d'informations avant de leur annoncer, mais comme il stagnait, autant partager ses craintes. « J'ai commencé à l'orphelinat où je n'ai rien trouvé de concluant. A l'Etat Civil, ils n'ont rien pu faire de plus. Je crois que je suis dans une impasse, je ne retrouverai jamais ma famille. » Il grimace légèrement avant de se reprendre. « Enfin si. J'ai déjà une famille, vous êtes ma famille. Seulement, j'aurais voulu savoir d'où je venais. » Est-ce que c'était si mal de le vouloir ? En aucun cas il ne reniait ses frères et sœurs, mais est-ce qu'ils lui en voudront si jamais il retrouve un membre de sa famille biologique ? Il ne voulait aucun changement dans sa vie, mais c'était sûrement bien trop demandé.
(c) mars.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
https://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-u http://www.ciao-vecchio.com/t7464-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna
Faceclaim : Irina Shayk © jenesaispas..(ava) Miss Pie (sign) Aloysia (crackships)
Messages : 2988 - Points : 4886
Confidences chocolatées - Luna 8dd8357041271e5a6a6f28d3a4965991671d3cce
Âge : 36 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Re: Confidences chocolatées - Luna ( le Ven 8 Jan 2021 - 8:36 )

Thomas & Luna.

Une attention peut importe sa couleur, elle peut venir d'un mot, d'un geste, d'un regard, d'un silence. Elle est toujours la bienvenue. Elle offre le réconfort et l'apaisement quand les doutes et les peurs jouent les trouble-fêtes.



Elle essaie Luna, doucement de faire disparaître les nuages sombres qui se sont posés dans le regard de Thomas. Elle n'aime pas sentir les orphelins perdus, même si plus que quiconque ils ont des raisons pour l'être. Chacun à leur manière. Elle voit bien derrière le sourire qui se dessine avec aisance, les questionnements et les doutes. Elle les pratique aussi, souvent, cherchant toujours à connaître d'où elle vient. A savoir qui elle est. Elle cherche des solutions, tournant plus en rond qu'autre chose. C'est un peu comme chercher une aiguille dans dix meules de foin.
Tout semble impossible dans leur cas.
Ils n'ont pas de repères, quelques maigres indices, qui ne pèsent pas lourds dans ce genre de quête. Et qui transforment souvent leurs espérances en un combat permanent. Elle le vit alors elle comprend d'autant mieux ce besoin de faire connaissance avec cette personne que donc on ne sait rien et qui vit à l'intérieur. Souvent dans ces moments là, elle oublie l'adulte qu'elle est devenue et laisse l'enfant venir la caresser. Elle s'amuse comme avant, comme si l'innocence l'habitait encore. Elle s'évade des repères et sort du sentier tracé juste pour quelques heures. Pour apaiser cette autre qui reste une inconnue et qui pourtant chaque jour demande qui elle est. Elle va même voir au commissariat si par hasard une personne avait relancé son dossier.
Si cet enfant disparu avait été réclamé.
Mais rien le vide absolu, un combat de plus de perdu, mais pas la guerre. Alors non elle ne baisse pas les bras et tout naturellement elle parle à Thomas de leurs jeux d'enfant, de leurs instants d'insouciances. Ou malgré les peines et les douleurs, le tableau qu'ils créaient, était juste beau et les apaisait. Elle sait qu'à présent tout est plus compliqué, mais essayer ne fait de mal à personne. Et si ça soulage le cœur de son frère, elle en sera heureuse l'orpheline.

Et ils rentrent plus en détail dans le pourquoi de cette situation. Thomas semble face à un mur et Luna le voit bien dans ses yeux, elle le sent dans sa voix. Cette histoire qu'il veut écrire ou sa réalité se mêle avec une évidence frappante aux mots imaginaires, rend toute l'histoire complexe et compliquée.  Elle lui donne des idées, elle sème des petits cailloux pour le ramener doucement vers un chemin plus facile. Elle lui trace un fils rouge, pour alimenter ce qu'il veut mettre en page.
Pour l'aiguiller.
C'est Thomas le chef d'orchestre, faut juste qu'il trouve le bon sens pour lire sa partition. Et elle lui donne les codes, ou du moins quelques clés pour ouvrir des portes qui semblent insurmontables. Bien sur elle n'a pas toutes les solutions Luna, certaines parties restent flous et se feront plus claires qu'avec l'avancé du livre. Mais Thomas semble réceptif à ses mots et son regard s'éclaircit, comme si d'un coup la tempête disparaissait.
De quoi soulager l'orpheline.
Elle sourit à ses mots. « Pas grand chose monsieur le grand écrivain. » Et elle se met à rire. Et il vient la serrer dans ses bras. Moment de bonheur qu'elle accepte et qu'elle garde dans son cœur. Ce sont ces petits cailloux à elle, ceux qui l'empêchent de couler et qui la maintiennent sur la bonne route. Ils sont précieux et elle en a besoin pour vivre. Comme on a besoin d'oxygène. Elle le regarde avec plus d'intensité quand il lui dit qu'il a commencé ses recherches.

« C'est vrai ? Super. »
Note d'impatience dans sa voix. Elle en sauterait de joie. Même si elle sait que commencer est une bonne chose, mais arriver au bout en est une autre.  « Depuis quand ? » Est ce que Thomas en a parlé aux autres ? Est ce qu'elle est la première à avoir cette faveur ? Ou en est-il ? Mais elle garde ses questions pour elle et l'écoute alors qu'il lui fait part de son échec. « Et ne baisse pas les bras d'accord. » Elle passe sa main sur son visage voyant à quel point cela l'affecte. « Moi aussi je cherche tu sais … je vais parfois au commissariat juste pour voir si quelqu'un ne serait pas venu sortir mon dossier de la poussière .. un flic m'aide Isaac Calderini . Alors je comprends. »
Luna comprend son besoin, elle comprend sa déception.
Même si l'évidence vient ensuite tapisser la voix de son frère. Luna pose un baiser tendre sur sa joue, parce que l'essentiel est dans ses mots. « Et on est la plus belle des familles. Je suis sûre qu'un jour tu auras des réponses Thomas. Peut être que ton livre peut t'aider à les trouver, une fois écrit si ta famille de sang le lit, il est peut être la clé. Alors tu dois le finir. Et tu sais que tu peux compter sur moi pour t'aider. A chaque pas. A chaque chute. Jamais je ne te lâcherais, tout comme les autres. Qu'importe d'où l'on vient, ce n'est pas ce qui nous définit. C'est certain que ce serait chouette de le savoir et qui sait un jour peut être on le saura. Mais regarde l'homme que tu es devenu sans savoir. Alors ne te prends pas la tête. Et vas y pas à pas. »
Luna n'aurait jamais parlé ainsi avant.
Parce qu'elle même avait peur d'avancer sans savoir qui elle était. Parce qu'elle avait peur que l'on ne l'aime pas, alors qu'elle n'était pas entière. Mais depuis qu'elle a Léo dans sa vie, depuis qu'elle a vu combien elle pouvait être aimée, même s'il lui manquait une part d'elle. Elle se dit que si les choses doivent arriver et bien elles arriveront. Et que sinon faut prendre ce que la vie nous donne et tant pis si une part reste définitivement dans l'ombre.

Ils sont des orphelins, des oubliés de la vie. Mais ils sont une famille, et même si ce ne sont que leurs cœurs qui parlent. Ils sont sincères et droits. Ils savent qu'ils peuvent compter les uns sur les autres. Qu'ils ne chuteront pas seuls. Ils sont des orphelins, des oubliés de la vie. Mais pas du cœur de ceux avec qui ils ont grandi.


759759sep.png

(fiche) vmicorum. / (ava) Emi. & Bambi eyes


" Il lui donne la force, l'envie d'avancer à deux. Elle voit dans ses yeux leur avenir. Et les doutes tout comme les peurs s'envolent."
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
http://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca http://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
Faceclaim : Michiel Huisman, © Ea
Thème·s abordé·s : abandon, harcèlement
Messages : 2294 - Points : 2491
Confidences chocolatées - Luna AmpleFlawedHornedviper-small
Âge : 37 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Re: Confidences chocolatées - Luna ( le Mer 13 Jan 2021 - 15:26 )
@Luna Primavera & Thomas De Luca
Let the love in your heart shine a light, come alive and get you

L'avantage de faire partie de cette fratrie d'orphelins, c'est que chacun se comprenait d'un regard ou presque. Il suffisait que Thomas croise le regard de Luna pour qu'elle comprenne immédiatement que quelque chose n'allait pas. Ses traits, tirés de fatigue, n'arrangeaient pas les choses, et même si l'écrivain avait l'habitude de cacher ce genre de choses, toujours bien apprêté, il y avait des moments où il ne pouvait plus. Il se trahissait de lui-même, sans le vouloir ou alors était-ce un appel à l'aide inconscient et silencieux ? Ce livre, était-il un appel à l'aide ou une quête de la vérité ? La vérité, il la voulait depuis qu'il était en âge de comprendre qu'on n'avait pas voulu de lui à la naissance. Mais maintenant qu'il la cherchait ardemment, qu'il s'en approchait doucement, il n'était plus vraiment sûr de la vouloir vraiment. Revenir aux sources impliquait un retour en arrière et la présence de Luna ne pouvait que l'aider, elle était sûrement l'une des rares à se plonger aussi facilement dans leurs souvenirs. Et c'est le cas, là voilà en train d'évoquer leurs jeux d'enfants, si loin dans sa mémoire, mais encore si frais. Est-ce que c'était si facile pour elle ? L'écrivain s'était ancré à cette réalité pour ne plus jamais la lâcher, n'osant plus rêver, il ne voulait plus se le permettre. Mais il écoute sa petite sœur avec un sourire, elle était de bons conseils et encore une fois, cela n'était pas une surprise. Tout cela, il le savait bien entendu, mais il avait besoin de l'entendre de la bouche de quelqu'un, il avait besoin de se rassurer de cette manière.

Dans un geste tout à fait naturel, il l'attire dans ses bras, se permettant de soupirer, les nerfs lâchent peu à peu. Peut-être aurait-il dû commencer par là avant de se mettre dans tous ses états. On ne peut pas dire qu'il y voyait plus clair, mais il se sentait plus serein notamment parce qu'il se sentait soutenu et aimé. C'était la quête de l'orphelin qu'il était, toujours à la recherche de ce soutien, de cet amour inconditionnel dont il a été privé à la naissance et qu'il a su trouver auprès d'enfants comme lui, sans eux il n'est rien. Alors qu'il relâche tranquillement la jeune femme, il lui confie enfin que ses recherches avaient commencé. « C'est vrai ? Super. Depuis quand ? » L'écrivain sourit tristement, il enviait son enthousiasme, mais la vérité n'était pas aussi belle qu'elle ne le pourrait le croire. « Il y a quelques jours. Je voulais vous en parler, mais je voulais attendre d'avoir plus d'informations. Seulement, je n'ai rien. Tu dois être la première à qui j'en parle, je crois. » Il n'était sûr de rien, entre ses recherches et son livre, il avait pas mal parlé autour de lui. Mais la recherche de ses origines restait quelque chose d'intime pour l'écrivain, se confier à l'un des orphelins était donc normal, avant toute autre personne. « Moi aussi je cherche tu sais … je vais parfois au commissariat juste pour voir si quelqu'un ne serait pas venu sortir mon dossier de la poussière .. un flic m'aide Isaac Calderini . Alors je comprends. » Tom fronce les sourcils. Qu'elle cherche également de son côté ne le surprend pas tellement, il faisait pareil après tout. Mais la fin de la phrase le laissait sur sa faim. « Je te souhaite de trouver toi aussi. » Il sourit, caressant son épaule. « Par contre, je ne sais pas si tu es au courant, mais Isaac n'est plus flic... Comment il t'aide dans ce cas ? » Alors peut-être qu'elle ne l'avait pas vu depuis un moment ou alors Isaac lui avait raconté une connerie ce qui ne serait pas surprenant, mais aux dernières nouvelles, Isaac servait des mojitos dans un club dans le centre. Il se garde bien de lui expliquer comment il le connaissait, c'était, de toute manière, bien trop long et compliqué à expliquer, mais il était curieux.

Cette quête le fatiguait. Chaque pas en avant était synonyme de chute et de pas en arrière. Il sentait au fond de lui qu'il lui était devenu vital de savoir, pour lui, pour ce livre qui ne sortira peut-être jamais. Il avait vu les choses en grand, pensant écrire sur quelque chose qu'il maîtrisait, qu'il ne connaissait que trop bien, mais il s'était voilé la face et le voilà face à un mur épais et froid. Il craignait le résultat, craignait de tomber sur une famille trop parfaite alors que sa famille était déjà là. Ne pouvait-il pas se contenter de celle qu'il s'était déjà faite ? Un baiser sur sa joue le fait atterrir et il s'accroche au regard de sa sœur comme un phare s'accroche au rocher en pleine tempête. « Et on est la plus belle des familles. Je suis sûre qu'un jour tu auras des réponses Thomas. (...) Mais regarde l'homme que tu es devenu sans savoir. Alors ne te prends pas la tête. Et vas y pas à pas. » Il l'écoute attentivement, ses mots le marquent, le touchent. Sa gorge se serre légèrement au point où il n'ose trop rien dire à cet instant, il savait que sa voix ne suivrait pas. Il détourne son regard humide un moment, assimilant peu à peu les mots de Luna. « Vous êtes tout pour moi Luna, je ne veux pas que ça change. Que je les trouve ou non, rien ne changera. » C'était une promesse qu'il lui faisait, qu'il se faisait lui-même et il savait au fond, que rien ne changerait, mais il a toujours cette petite peur, celle de l'inconnu. La famille avait pris un sens particulier, différent de celui des autres, de par sa condition bien sûr, mais aussi de par ses actes avec Luna et les autres. Personne ne lui enlèvera cela. Et comme bien souvent, Tom détourne l'attention en se levant, oubliant ses yeux humides et sa gorge serrée. « Tu as faim ? » Et sans vraiment attendre une quelconque réponse, il se rend dans la cuisine pour sortir les pâtisseries qu'il avait achetées et préparer les chocolats chauds qu'il avait promis. C'était également un moyen pour lui de se reprendre et il était le bienvenu. Il ne traîne pourtant pas et revient auprès de sa sœur avec une assiette de pâtisseries et leur boisson. « Je crois que tu avais quelque chose à me dire non ? » Il ne l'avait pas perdu de vue et il savait très bien qu'elle avait essayé de noyer le poisson en l'interrogeant en premier lieu, mais Tom n'oubliait jamais. Il se réinstalle à ses côtés, posant son regard maintenant amusé sur elle avec un sourire. « Je suis tout ouï, raconte-moi tout. » Il voulait tout savoir, car lui aussi avait vu des choses dans son regard.
(c) mars.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
https://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-u http://www.ciao-vecchio.com/t7464-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna
Faceclaim : Irina Shayk © jenesaispas..(ava) Miss Pie (sign) Aloysia (crackships)
Messages : 2988 - Points : 4886
Confidences chocolatées - Luna 8dd8357041271e5a6a6f28d3a4965991671d3cce
Âge : 36 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Re: Confidences chocolatées - Luna ( le Mer 20 Jan 2021 - 16:19 )

Thomas & Luna.

Une attention peut importe sa couleur, elle peut venir d'un mot, d'un geste, d'un regard, d'un silence. Elle est toujours la bienvenue. Elle offre le réconfort et l'apaisement quand les doutes et les peurs jouent les trouble-fêtes.



Le passé pour les orphelins il est autant douloureux que doux. Ils marchent sur un fil tendu entre une vie qui leurs a été arraché et une vie qu'ils ont essayé de construire avec les armes qu'on leurs a donné. Rien n'a été simple et ils ont faits de leurs mieux pour sortir de cette épreuve. Se demandant parfois qu'ils étaient vraiment ou qui ils auraient été si on leurs avait laissé vivre leurs vies. Elle aimerait Luna avoir des réponses à ses questions, savoir d'où elle vient. Connaître ses origines. Et parfois elle se dit que ne rien savoir c'est peut être mieux pour elle, car elle pourrait être déçue, souffrir encore.
Alors oui elle comprends les doutes, les craintes et les envies de Thomas. Elle comprend ce déchirement.
Ce besoin d'écrire son histoire, la vraie. Ce besoin de mettre des visages sur des ombres fantomatiques qui le hantent depuis bien des années. Elle essaie d'apporter un peu de légèreté dans cette discussion qui écrase les cœurs et torture les âmes. Car elle voit son frère touché et anéanti par le fait d'avoir commencé un projet qu'il ne semble pas prêt de finir. Il n'a pas toutes les données.
Les aura t-il un jour ?
Luna l'ignore. Elle l'espère pour lui. En attendant elle lui montre divers chemins, il aurait aimé prendre la ligne droite, mais il va devoir emprunté des chemins détournés. L'essentiel c'est qu'il arrive à finir son livre. L'essentiel c'est qu'il retrouve son sourire. Et sa sœur s'emploie par ses mots à faire que son cœur s'apaise.

Luna reste un instant blotti contre Thomas, elle laisse ses doigts glisser sur son bras. Étreintes fraternelles qui malgré les années sont toujours aussi puissantes et bienfaisantes. C'est un peu comme si chacun puisait la force de l'autre. Mais pas dans le but de rendre plus faible, non. Juste dans le but de permettre d'avancer, d'aller toujours plus loin. Les orphelins sont des éponges à amour, ils se laissent pressés pour donner, sachant qu'après ils seront gonflés en retour. L'amour passait de l'un à l'autre, ne quittant jamais le cercle qu'ils avaient construit avec les années. Et quand son frère lui confie qu'il a commencé ses recherches, son regard s'éclaire d'étoile avant de s'assombrir sous les mots de Thomas.
Luna est flattée d'être la première à qui il en parle.
Mais elle est triste d'entendre qu'il n'a rien. « Je ne sais que te dire. Je pense que ça prend du temps, on a pas beaucoup de donnée sur nos vies passées. Et certaines choses ont sûrement étaient bien cachées délibérément. Mais tu dois garder espoir et rester positif d'accord. » Elle en profite pour lui dire qu'elle aussi cherche. Ce n'est pas le genre de détail donc elle parle, parce qu'elle avait dix ans quand on l'a laissé. Qu'on l'a jeté comme un objet sans importance.
Mais elle parle sans détour à Thomas.
Donnant même le nom de celui qui lui donner un petit coup de main. Luna regarde son frère surprise quand il rebondit sur Isaac. « Oui je sais, mais il bosse au commissariat. Bon ça fait un moment que je n'y suis pas repassée, avec le tremblement de terre et la remise en état du cinéma et ça ne fait pas non plus parti de mes priorités. Je suis tombée par hasard sur lui et il m'a renseigné une première fois. Pourquoi tu le connais ? » Sur le coup elle sent bien qu'il semble contrarié par cette annonce.

Mais Luna n'était pas là pour parler d'elle enfin si un peu, mais ça passait au second plan. Elle veut apporter à Thomas du réconfort et de la chaleur. Les orphelins sont doués pour ce genre de chose. Elle pose même un baiser sur sa joue, elle évite de dire qu'il est magique, comme ils le faisaient enfants mais elle le pense très fort. « Je le sais. On le sait tous. Te torture pas l'esprit surtout, laisse les choses se faire. Et on sera là toujours les uns pour les autres. » Parce que Thomas retrouve sa famille biologique ou pas, le lien tissé avec les orphelins jamais ne changera. Il gardera sa puissance, rien ni personne ne le dénaturera. L'émotion est intense à cet instant, les deux orphelins sont secoués par l'échange.
Mais cela ne les empêche pas de sourire.
« Si tu me prends par les sentiments tu as tout gagné. » Elle se met même à taper dans ses mains se demandant ce que son frère va lui apporter en plus de son chocolat chaud. Il sait que Luna est gourmande et qu'elle dit rarement non à une pâtisserie. « Et un peu de douceur après toutes ces émotions nous fera du bien. » Elle ne le quitte pas des yeux, se doutant que cet éloignement est également une façon pour Thomas de reprendre contenance. Pas qu'ils cachent ce qu'ils ressentent c'est juste qu'ils sont pudiques et conscients qu'ils ont tous leur part de souffrance. Et il en profite pour revenir sur le but de cette rencontre. « Qui moi. Euh non!! »
Luna penche la tête sur le côté papillonne un peu des yeux pour faire genre qu'elle avait oublié.
Le coup de la perte de mémoire, ça marchait pas mal quand ils étaient gamins mais à présent c'est plus dur à croire. « Tout tu es sûr ? Tu vas résister ? » Elle le taquine ne voulant pas que cette discussion prenne un ton trop sérieux même si c'est important ce que la brune a à dire. « Je peux faire l'ange si tu veux. Bon faut pousser les meubles et ça manque de neige mais ça peut être cool. » Thomas revient avec les chocolats et les pâtisseries. « Ok je devais sérieuse. C'est par rapport à Léo, enfin surtout sa fille Louisa. Elle va avoir sept ans. Et je suis invitée à son anniversaire. Pas que ça me dérange. Je suis super heureuse d'y aller. Mais j'ai un peu peur aussi. »
Elle soupire, trempe ses lèvres dans le breuvage chaud et sucré, se laissant gagner par sa douceur.
« Hum délicieux. » Puis elle prend un gâteau et le pose dans son assiette. « Elle a perdu sa maman. J'aime Léo et j'adore Louisa c'est une enfant formidable. Mais est ce que je vais y arriver ? Je ne suis pas sa mère tu comprends. » Et jamais elle ne le saura.« Parce qu'on en a pas encore parler avec Léo, mais un jour on va finir par vivre ensemble. » Parfois elle a envie de lancer la conversation à ce sujet, mais elle hésite, ne voulant pas passer pour une impatiente. Et puis avec Louisa il ne faut rien brusquer, même si cette idée lui fait très envie. « J'ai peur de ne pas être à la hauteur tu vois. » Elle avait eu ce style de conversation avec Marcello. Il l'avait rassuré, mais elle a encore des doutes. Alors elle revient vers un de ses frères. Pour Luna c'est normal.


759759sep.png

(fiche) vmicorum. / (ava) Emi. & Bambi eyes


" Il lui donne la force, l'envie d'avancer à deux. Elle voit dans ses yeux leur avenir. Et les doutes tout comme les peurs s'envolent."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Confidences chocolatées - Luna Empty
Sujet: Re: Confidences chocolatées - Luna ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Confidences chocolatées - Luna -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant