Revenir en haut
Aller en bas


 

- Must come from somewhere - Amalia -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Thomas De Luca10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Thomas De Luca
http://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-they-are-my-family http://www.ciao-vecchio.com/t7953-ecrire-son-histoire-avant-celle-des-autres-thomas
Faceclaim : Michiel Huisman, ©SCHIZOPHRENIC
Messages : 273 - Points : 535
Must come from somewhere - Amalia Tumblr_oz0tu45N5z1t2q2v0o1_500
Âge : 37 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, il gagne sa vie en écrivant les histoires des autres
Must come from somewhere - Amalia Empty
Sujet: Must come from somewhere - Amalia ( le Sam 21 Nov 2020 - 14:05 )
@Amalia Lombardi & Thomas De Luca
If you don't know your history, then you don't know anything. You are a leaf that doesn't know it is part of a tree.

Il était prêt. Thomas était prêt à découvrir ses origines. Après des années d'introspection, de doutes et de questionnement, il était enfin prêt à faire face à la vérité. À vrai dire, il était plutôt déterminé à connaître tout de ses racines. Est-ce qu'il était prêt à entendre la triste vérité ? C'est ce qu'il pense en effet. Ne sachant pas tellement par où commencer, il s'était renseigné auprès de l'orphelinat où il avait grandi et il n'avait rien pu en tirer. Il avait juste appris qu'il avait été abandonné devant une église, rien de plus. C'est donc sans grande conviction qu'il se rend aujourd'hui à l'état-civil de Naples. Inconsciemment, il savait déjà qu'il ne pourrait rien en tirer non plus. Mais il se devait d'y aller, il se devait de prendre les devants.

En entrant dans les locaux, il croise plusieurs personnes, il y avait plus de monde qu'il ne l'aurait pensé. À vrai dire, il s'attendait à entrer dans un service plutôt calme et déserté. Mais il y avait bien plus de mouvement qu'escompté. L'homme situé devant lui semblait venir déclarer la naissance de son enfant. Cela se voyait à son air rayonnant et à son sourire qui ne le quittait pas une seconde. Cela aurait pu être communicatif, notamment sur Tom, mais c'est tout le contraire. Il essayait de s'imaginer son propre père dans cette même situation, mais ne sachant même pas à quoi il ressemblait, ou même comment il s'appelait, il n'arrivait pas à se projeter. Rien. Et cette absence d'imagination concernant son propre père le désole et le rend un peu amer. Vient ensuite son tour et le voilà qui explique sa problématique à la fonctionnaire qui semble deviner son malaise. Elle lui explique calmement qu'elle ne peut rien faire pour lui, les archives récentes n'étant pas consultables. Le ton monte très vite, Tom ne peut clairement pas partir sans une once d'information et il ne supporte pas l'idée qu'on ne comprenne pas son désarroi. En vérité, il n'a rien contre la femme assise derrière ce bureau, il s'en veut même de se mettre dans un état pareil alors qu'elle n'avait rien demandé. Mais lui non plus n'avait rien demandé. Il n'avait pas choisi d'être abandonné, il n'avait pas choisi de vivre dans cet orphelinat pendant la moitié de sa vie. « Ecoutez Monsieur De Luca, je ne peux rien pour vous, vous m'en voyez navrée... Contactez peut-être l'orphelinat qui vous a recueilli ? » Thomas soupire, secoue la tête, il est agacé. « Parce que vous croyez que je ne me suis pas renseigné avant de venir ici ? » Le ton est sec, tranchant, cela ne lui ressemble pas vraiment. Était-ce seulement une bonne idée toutes ces recherches. « Je suis désolée... » Il ne lui laisse même pas le temps de terminer sa phrase. « Ça va, laissez tomber. Bonne journée. » Il n'a même pas le courage de monter dans les tours ou même d'être grossier, cette femme ne mérite pas cela, même si l'agacement est présent.

L'écrivain tourne les talons, laissant la place à la personne derrière lui avant d'aller s'adosser à l'un des murs de la pièce, histoire de prendre un peu de temps pour réfléchir à la suite. Et maintenant ? Où aller, que faire ? Son regard s'attarde sur des affichettes sur un panneau de liège. Des coordonnées diverses et variées pour tout et n'importe quoi et notamment une association rassemblant des personnes qui sont, comme lui, à la recherche de leurs origines. Peut-être pouvait-il commencer par là ?

(c) mars.


I just wanna feel
I just wanna feel, real love fill the home that I live in
Cause I got too much life, running thru my veins, going to waste
I don't wanna die, but I ain't keen on living either
Revenir en haut Aller en bas
Amalia Lombardi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Amalia Lombardi
http://www.ciao-vecchio.com/t7569-amalia-e-una-farfalla-che-muor http://www.ciao-vecchio.com/t7573-amalia-and-now-i-beg-to-see-you-dance-just-one-more-time#254395
Faceclaim : emma watson + eilyam..
Messages : 238 - Points : 263
Must come from somewhere - Amalia Tumblr_inline_p7qqpi7y0D1sccn28_250
Âge : trente années.
Métier : danseuse professionnelle arrêtée suite à une blessure au genou, travaille comme serveuse dans un salon à thé.
Must come from somewhere - Amalia Empty
Sujet: Re: Must come from somewhere - Amalia ( le Hier à 9:26 )
Amalia faisait des recherches pour retrouver sa véritable famille mais pour l’instant, cela ne portait pas ses fruits. En même temps, la jeune femme avait surtout demandé à ses parents adoptifs et chercher dans les photos ou dans les affaires chez elle. Elle ne risquait donc pas de trouver quoique ce soit comme cela. Peut-être qu’elle se trompait après tout. Etant donné qu’elle sait qu’elle est née à Naples, elle décide donc de se rendre à l’état civil. Elle ne sait pas si elle pourra obtenir des réponses à ses questions ni même des papiers mais il ne lui coûte rien d’essayer. Elle ne voit pas trop où est-ce qu’elle pourrait en obtenir sinon. Elle se prépare et prépare également sa fille qu’elle installe dans le siège auto. Elle se rend alors sur les lieux.

Elle entre à l’intérieur, sa petite puce se trouvant dans la poussette. Elle remonte sa couverture alors qu’en entrant, elle remarque plusieurs personnes. Elle regarde un peu autour d’elle alors qu’elle fait la queue. Heureusement Carolina dort puisqu’il semblerait qu’elle doive attendre un petit moment. Elle est de nature patiente alors ça ne la dérange pas trop mais tout de même. Elle finit par passer au bout de plusieurs minutes mais visiblement, on ne peut rien lui donner. Elle pousse un soupir parce que ça ne l’aide pas vraiment. Elle ne voyait pas trop où chercher maintenant et elle se demandait si elle allait finir par trouver quelque chose ou pas. Elle s’approche des tableaux avec quelques annonces, sait-on jamais si sa famille aurait cherché à la retrouver mais elle ne pense pas. Elle y voit l’homme qui était devant elle tout à l’heure. « Bonjour. » Elle lui dit avec un léger sourire, ne voulant pas paraître intrusive ou quoique ce soit. « Vous aussi vous n’avez pas pu avoir d’informations ? » Elle souffle parce que c’est bien ce qu’elle a cru comprendre tout à l’heure. « Je commence à me demander si je les retrouverais. » Elle ne voit pas trop pourquoi elle parle de tout ça, peut-être parce qu’il pourrait la comprendre ?


- - all i remember is the smile on your face, and it will kill me everyday ‘cause I don't even know your name.
Revenir en haut Aller en bas
 
- Must come from somewhere - Amalia -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut