Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -40%
-40% sur Logitech Z207 Système de ...
Voir le deal
30 €

 

- Bienvenue dans mon cirque || PV Tina. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Poppy SkyesLe vin est un puissant lubrifiant social
Poppy Skyes
http://www.ciao-vecchio.com/t5903-poppy-keep-busy-and-aim-to-mak http://www.ciao-vecchio.com/t5907-poppy-you-step-onto-the-road-and-if-you-dont-keep-your-feet-theres-no-telling-where-you-might-be-swept-off-to
Faceclaim : Bojana Novakovic [avatar de Dante : merci)
Messages : 344 - Points : 780
tadam
Âge : 38 ans (03.03.82)
Métier : hippie à temps plein // Propriétaire (presque) responsable d'un café-littéraire
Bienvenue dans mon cirque || PV Tina. Empty
Sujet: Bienvenue dans mon cirque || PV Tina. ( le Mar 15 Déc 2020 - 2:00 )
Le dragon qui vivait dans mon ventre s’était réveillé en étant d’une humeur particulièrement massacrante. J’avais senti mon dos se tendre au travail. Un étau qui partait de mon ventre annonciateur de la crise à venir. J’avais eu un cycle exceptionnellement long (près de 65 jours) et voilà que le dragon se réveillait et qu’il était en colère. J’avais fait un rapide geste de la main pour saluer mon départ à ma gérante sans me justifier. J’avais fait le chemin de la honte jusqu’à chez moi, atteignant de peine et de misère une poubelle publique dans laquelle j’avais vomi.

Et voilà ce qui m’avait mené dans cet état. J’avais tiré mon corps de peine et de misère en haut des trois paliers qui séparait le sol de mon appartement et j’avais admis que le dragon avait raison en allant m’installer en loque sur le bord de ma toilette alternant entre vomir, chercher mon air, pliée en deux devant la douleur. J’avais sagement attendu que le cachet fasse effet mais ce n’était pas prêt d’arriver et quand la nausée s’était calmée, j’avais changé mes vêtements trempés de sueurs. Roulée en boule sur mon lit dans un pyjama à la propreté disons douteuse, une bouillotte sur mon ventre, les cheveux remontés dans un chignon désordonné, je faisais pleinement honneur à toutes les limaces de la terre, ravissant insecte ayant une tendance de loque inutile pour la société, ayant rampée à demi sur le sol pour atterrir sur mon lit. J’avais choisi de sortir m’exposer au soleil qui pénétrait par la fenêtre de mon appartement pour heurter mon lit de plein fouet comme si c’était la plus belle des terrasses. Bon soyons honnête, je n’avais rien choisi du tout. J’étais juste en mode K.O. technique – 1-0 pour Dame Nature qui avait choisi de manifester de manière violente que j’étais une femme en âge de se reproduire et que je n’avais pas fait le boulot (que, de toute façon, comble de l’ironie, j’étais physiologiquement incapable de faire). Vous me rappellerez, chers lecteurs, de copieusement l’envoyer chier cette enculée la journée où je la croiserais.

Je savais que ce n’était pas normal. Le sang qui sortait de moi, comme un témoin de ce champs de bataille intérieur, ferait pâlir d’envie devant sa puissance les chutes Niagara. J’avais peur. Peur même si je savais que c’était normal. Ça l’avait toujours été pour moi. Cette théorie du chaos à rythme variable qui jugeait bon de s’inviter dans ma vie sur un cycle plus ou moins régulière. J’avais eu peur dans ma vie de femme. Peur parce qu’adolescente, j’étais la seule qui manquait les entrainements de cirque parce que la douleur me faisait presque perdre connaissance [ça m’était même arrivée]. Parce que la tempête me bousculait. J’avais quitté des spectacles parce que la douleur me terrassait. Jusqu’à ce qu’elle s’étende lentement hors de mes cycles et que j’aille consulter et que le diagnostic (et tout ce qu’il importait) se rajoute.

La nausée qui m’habitait était sincèrement moins… Non, elle était encore affreuse. Elle ne constituait plus un crescendo qui n’en finissait plus d’augmenter jusqu’à me faire croire que j’encourais un danger mortel. Je me dépliais en geignant en espérant honnêtement que mon voisin n’était pas là. Les murs de l’immeuble n’étaient pas les plus épais du monde et je n’étais pas en envie d’expliquer que je me sentais comme un ravissant tas de merde. Et une fille a son orgueil, tout aussi mal placé puisse-t-il être.

La simple odeur de ma soupe savait révulser mon estomac et j’optais plutôt pour me faire couler un bain. Je branchais ma petite radio sur le comptoir de la salle de bain : les haut-parleurs un peu défoncés de ma relique (qui savait lire des cassettes trahissant ainsi son âge vénérable) crachotaient la musique d’un groupe que je ne connaissais strictement pas mais qui semblait récent. L’eau était chaude et créait de la buée dans le miroir de mon appartement. En grand-mère avant mon âge, bouquin à la main, je m’enfonçais dans l’eau. Ça aidait un peu à ce que la douleur soit moins aiguë. Pour ce qui devait être la trente-deuxième fois aujourd’hui, je tentais de reprendre ma lecture maintenant que la douleur était à un acceptable 8/10.

J’aurais presque cru que ma journée n’allait pas être complètement une journée de merde. MAIS NON! Voilà… non seulement mon utérus s’était invité dans une jolie tentative de meurtre… Mais le meilleur restait à venir. Enel, ma compagnie d’électricité, avait choisi de compléter la médiocrité assez abyssale de cette journée merdique. D’un coup sec, les lumières sautèrent. Il faisait noir comme dans le cul d’un ours. Et ma bonne humeur radieuse d’avoir une douleur que rien ne pouvait sembler faire disparaitre, de ne pas avoir pu manger depuis plus le début de l'attaque sorti d’un coup en un : « PUTAIN DE MERDE! NON! PAS AUJOURD’HUI! » bien senti qui avait probablement défoncé le mur de l’acceptabilité. Je me tirais du bain péniblement et à tâtons je cherchais les vêtements propres. J’enfilais à tâtons mon sous-vêtement, mon bas de pyjama et un haut (probablement à l’envers). Et comble du bonheur… je m’accrochais dans les fleurs du tapis de douche en tombant. Un grand sanglot me parcourut… et tant pis pour l’orgueil.



 
Don't seek happiness
♛ Happiness is like an orgasm: if you think about it too much, it goes away. Keep busy and aim to make someone else happy, and you might find you get some as a side effect. We didn’t evolve to be constantly content. Contented Australopithecus Afarensis got eaten before passing on their genes
Revenir en haut Aller en bas
Augustina GrimesToujours frais après un litre de café
En ligne
Augustina Grimes
http://www.ciao-vecchio.com/t7931-augustina-le-mal-vient-de-ce-q http://www.ciao-vecchio.com/t7934-augustina-un-bon-whisky-et-c-est-finit
Faceclaim : karla souza. bellaciao (crackship+avatar)
Messages : 223 - Points : 410
Bienvenue dans mon cirque || PV Tina. Tumblr_og4zs4WucY1qjemobo6_r2_250
Âge : trente-quatre ans et toutes ses dents.
Métier : infirmière en chef du service des urgences de la ville. ancienne infirmière militaire de terre.
Bienvenue dans mon cirque || PV Tina. Empty
Sujet: Re: Bienvenue dans mon cirque || PV Tina. ( le Dim 3 Jan 2021 - 17:38 )


Bienvenue dans mon cirque || PV Tina. JKHT9HW
bienvenue dans mon cirque
† w/"poppy"
Mon jour de repos, c’est une journée pour moi de profiter un peu, surtout que la soirée dernière n’était pas facile du tout. J’étais dans les services et on a accueilli une mamie qui était en vacances, mais aussi qui n'était pas loin d’un nid d’abeilles, une abeille a goûter a sa peau. Elle sait faite piquer et ne se souvenait plus qu’elle était allergique alors, oui ce n’était pas simple pour elle. Elle n’avait pas son traitement sur elle. Même son mari à râler contre elle, en lui disant qu’elle devait absolument prendre son traitement sur elle par rapport à ses allergies, mais elle ne le pas écouter. Une petite tête de mule, ce n’est pas rare d’en voir, mais bon, c’était quand même mignon de le voir à ses côtés et s’inquiéter. La conversation, c’est porter sur leur prochaine vacance, que lui voulait être prêt du port comme ça, il serait tranquille et qu’au moins elle n’aurait pas soucis là-dessus. J’avoue qu’ils nous ont bien animé les couloirs des urgences, deux petits vieux qui n’ont pas leur langue dans leur poche l’un envers l’autre, mais qui s’aime. J’aime beaucoup et ils m’ont bien fait rire malgré tout. Mais aujourd’hui j’appuie sur off, je mets le téléphone en silencieux, je prends du temps pour moi et rien d’autre. Ça ne me fera pas de mal du tout en réalité. Grace mâtinée est au programme, mais aussi rangement et ménage. Ça ne fera pas de mal à mon appartement qui est légèrement en bazar. Et pourquoi pas te rendre visite, ça faisait un petit moment que je ne t’avais pas vu. Le lever n’était pas si difficile que ça, un petit-déjeuner devant la télé, puis après la bonne douche, j'ai commencé à m’attaquer à mon rangement. Je passe par la case salle de bain, mes bijoux sont un peu en bazar, rangés n’importe comment. C’est ça de rentrer de soirée et de tout poser n’importe comment. Je m’épuise un peu par moment. Puis je m’attaque à mes vêtements aussi, comment j’ai pu me laisser aller comme ça ? Bon, j’avoue que mon boulot m'a pris pas mal de temps, je vais dire, donc être trop confiant, pour me dire que ça va aller et que je n'ai pas temps de chose, mais non ce n’est pas vrai. C’est vraiment la journée du grand ménage, mais aussi de déménager un peu mes meubles pour remplacer mon salon. J’aime beaucoup faire ça. Mais bon, c’est moi, la musique dans mes oreilles, je ne veux pas déranger mes voisins du dessous. Je fais déjà assez de bordel comme ça pour qu’on m'entende alors bon, je ne vais pas faire plus de bruit que ça. C’est de là que je commence au nettoyage, gants, éponge et produit en main et c’est parti. Lavabo, douche, puis j’enchaîne sur la cuisine, jusqu’au moment d’arriver aux toilettes pour les nettoyer. À genoux devant cela, je me mets à chanter à tue-tête, mais un truc me fait m’arrêter. La lumière s’éteint d’un coup. Je lève les yeux vers l’ampoule pensant que c’est ça, mais je viens malgré tout appuyer sur l’interrupteur pour voir. Mais rien du tout. Je retire mes gants puis je vais voir dans les autres pièces si c’est le cas. Je laisse exprimer un raclement de désespoir. On a le même opérateur d’électricité, mais je pense que je vais très rapidement en changer parce que ce n’est pas la première fois qu’ils me font ça. Je viens déposer ce que j’ai dans les mains sur le plan de travail en me tapant plusieurs fois les jambes avec ce qui a sur mon passage. « Ils sont chiant putain ! » Je prends mon téléphone et allume la lampe torche dessus. Je vais au comptoir pour essayer de remettre, mais rien y fait. Je vais dans mon salon tirant un tiroir et attrapant plusieurs bougies que je prends dans mes mains, puis je mets un briquet dans ma poche de jogging. La première personne à qui je pense dans le lot, c’est toi. J’ai toujours mes chaussons pilou-pilou au pied, puis je marche comme ça dans le couloir. Saluant une personne de l’immeuble avec un grand sourire. J’arrive rapidement à ta porte et je viens y frapper trois grands coups assez fort. Je ne savais pas si tu étais présente, mais c’est au moment où j’entends un bruit sourd que je me mets à nouveau à frapper assez fort à ta porte et je dis : « Poppy, c’est Tina, ouvre moi ! Je sais que tu es là ! » Je me doute fortement que ça ne doit pas être la joie pour toi en ce moment, surtout que tu m’as déjà dit pour tes soucis de femme qui ne sont pas agréables. C’est pour ça que je m’inquiète pour toi à ce moment-là. Je viens aussi à toi, parce que j'ai envie d’insulter les personnes qui nous coupent l’électricité comme ça sans rien dire. Mais aussi que tu ne restes pas seule en ce moment-là. Ce n’est pas génial. Puis j’ai apporté des bougies avec une petite odeur apaisante malgré tout. Si ça peut t’aider, c’est une bonne chose. C’est alors que je reste devant la porte en continuant de frapper. Tu sais que je suis persistante et que je ne te laisserais pas tomber comme ça.


malheur

vient on s'taille, on va voir ailleurs, oublier nos malheurs. Voir si c'est mieux ailleurs pour vivre heureux.
Revenir en haut Aller en bas
 
- Bienvenue dans mon cirque || PV Tina. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut