Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
Lacoste : Soldes d’hiver – ...
Voir le deal

 

- [terminé] Shotgun -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Romano DossiniBon pour te remonter le moral
Romano Dossini
http://www.ciao-vecchio.com/t8222-romano-dossini#273319
Faceclaim : james mcavoy
Messages : 41 - Points : 125
[terminé] Shotgun Tumblr_mlcx2edjVb1r5ynioo1_500
Âge : trente huit ans
Métier : Politicien. Il est conseiller du Ministre du Patrimoine et des Activités culturelles de la République italienne.
[terminé] Shotgun Empty
Sujet: [terminé] Shotgun ( le Mar 29 Déc 2020 - 16:26 )

SHOTGUN



Les dîners mondains sans ma femme n'ont pas le même goût. Je me sens seul. Je me sens complétement nu. C'est fou comme avoir quelqu'un à son bras peut donner davantage de confiance, d'assurance. Aujourd'hui, il faut faire face. Alors, j'essaie d'obtenir cette assurance en plongeant dans un costume de luxe, en passant une main dans mes cheveux bouclées et en grimpant dans un taxi pour me conduire dans cette réception organisée par un important mécène. La jolie clique de Naples sera présente. Je vais pouvoir en savoir plus sur les mécènes ici présent, sur les éventuels soutiens économiques pour aider à faire surmonter le monde culturel cette crise qui nous attend. Assis dans le taxi, je consulte ma boite email ainsi que l'historique des appels. Un message de ma fille et un appel manqué de Sienna. Rien de bien inhabituel. J'envoie une selfie à ma fille aînée tout en commentant la photo d'un „je donnerais tout au monde pour échanger ma place avec la tienne et me préparer à mon exam' de piano pour demain.“ Mon téléphone reprend place dans la poche intérieur de mon veston. Le taxi s'arrête. Quelques billets sont échangés et d'ici quelques pas, je serai dans la mer aux requins, dans l'arène. Je sors du taxi, referme le bouton de ma veste pour monter les escaliers qui mènent à la salle de réception. Toujours la même rengaine. Les serveurs et serveuses. Les sourires. Les masques figés. Les rires silencieux. Les courbettes. L'hypocrisie du monde de la haute société. Un choix de vie. Profonde inspiration et que le show commence.

“Monsieur Dossini. Quel plaisir de vous voir ici! Je ne pensais pas vous voir ici. Je m'étais imaginé que vous alliez rentrer pour le week end voir votre famille.“ Un uppercut bien placé. Une piqure de rappel. Ma famille n'est pas là. Je souris poliment. „Je n'allais tout de même pas manqué un événement comme celui-ci. Je ne suis pas si fou qu'il y paraît.“ Un serveur passe à côté de nous avec un plateau argenté sur lequel se  trouvent quelques coupes de champagne. J'en prends une au passage. Ne pas avoir les mains vides, ca aide à ne pas avoir à prendre dans les bras certaines personnes un peu trop tactiles. „Il faut absolument que je vous présente une de nos mécènes les plus importantes de Naples. Je crois que tout comme vu, elle est passionnée par le théâtre.“ Le bras de la cinquantenaire se glissse sous le main et me voilà emportée dans une course folle pour me retrouver face à une petite troupe. „Antonia, regarde qui est-ce que je viens de trouver. Monsieur Dossini en personne.“ Les regards se posent sur ma petite personne et mes doigts serrent quelques mains, sourire poli aux lèvres pour serrer la main d'un homme que je reconnais aussitôt. Mon coeur fait un bond dans mon thorax. Il semble même battre un peu plus vite. Je lui serre la main, sourire timide. „Enchanté.“ Je parviens à souffler cette formule de politesse alors que la femme qui l'accompagne commence à prendr la parole. De ses propos, je n'entends que la moitié, un quart. Elle parle de congrès, d'aide financière, de davantage de visibilité, du Ministre … et moi, je suis contraint de poser mon regard sur Gui. Oui, mon regard ne cesse de se poser sur cet homme qui avait mis ma vie sans dessus dessous sans vraiment faire quoique ce soit. „N'est-ce pas?“ dit-elle dans ma direction. Je sursaute presque avant de sourire poliment.

„ Je … euh … Pardonnez-moi.“ dis-je en cherchant des yeux un serveur au plateau argenté pour pouvoir déposer ma coupe de champagne. „ Je reviens dans quelques minutes. Et promis quand je reviens, nous contiinuerons cette discussion.“ Direction les toilettes. Tel un adolescent, je fuis les lieux à la troisième vitesse sans vraiment regarder derrière moi.

Et alors que je laisse couler l'eau froide sur le bout de mes doigts, je le vois dans le reflet du miroir.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Niccolò CanzanoToujours frais après un litre de café
Niccolò Canzano
http://www.ciao-vecchio.com/t7667-niccolo-l-amour-est-aveugle-ma http://www.ciao-vecchio.com/t7695-niccolo-all-i-want-is-to-fly-with-you
Faceclaim : Michele Morrone + COSMIC LIGHT
Messages : 189 - Points : 207
[terminé] Shotgun 1a241f0df219a34f305ef386b304fb0427a613a3
Âge : 29 ans.
Métier : trapéziste, funambule, en duo avec Martino. Son désir est de devenir artiste dans un cirque, mais pour vivre et économiser de l'argent, il vent son corps depuis 11 ans. Escort boy, il vend ses services aux femmes délaissées, prêtes à le payer une fortune pour passer du temps avec lui.
[terminé] Shotgun Empty
Sujet: Re: [terminé] Shotgun ( le Dim 3 Jan 2021 - 19:16 )


shotgun☾☾ - (Romanolo #1)

Encore une soirée mondaine qu’il passe au bras d’une femme qu’il accompagne pour rompre sa solitude impliquée par une vie de richesse. Niccolo a l’habitude d’honorer ce type de contrat où il doit enfiler un costume hors de prix, prêté ou donné par ses clientes pour l’afficher comme un trophée dans la Haute société. Niccolo accepte le deal sans grimacer ou en feintant ses réels sentiments. Il a au moins la chance de sélectionner ses clientes et ces dernières sont toujours à son gout. Des femmes plus âgées que lui, d’une dizaine d’années de plus, mais désirables. Il ne considère pas comme un malhonnête homme. Il s’efforce toujours de répondre à leurs attentes pour leur apporter satisfaction et avoir le plaisir de voir un sourire ourler les lippes. Cela fait des mois qu’il fréquente sa cliente. Au fil des rencontres, ils ont tissé une complicité visible aux yeux des tous. On pourrait croire qu’ils sont un couple parmi tant d’autres, si les tatouages qu’il possède sur sa main droite ne le faisait pas sortir du lot. Il n’a pas l’élégance naturelle de ces personnes nées avec une cuillère dans la bouche. Ses traits sont plus virils, bruts que tous les hommes de l’assemblée. Il a fini par s’habituer aux us et coutumes de ces soirées et a appris à s’en formaliser pour agir comme l’un d’entre eux. Une coupe de champagne entre les mains, il converse avec sa cliente avec ce détachement qui lui colle à la peau. Ils commentent le champagne, les petits fours, mais également les invités qui errent autour d’eux. Sa cliente a un sens de l’humour qui lui arrache des rires de manières fréquentes. Elle est attachante. Du moins, il a fini par l’apprécier. Son regard erre naturellement sur les divers visages. Des personnes déjà croisées à d’autres occasions, des inconnus jusqu’à cet homme qu’on finit par lui présenter. Lui. Son cœur rate un battement alors qu’il laisse son regard revenir sur cette silhouette nullement familière mais qu’il n’est jamais parvenu à éradiquer de son esprit. Ce regard cristallin qui lui arrache immédiatement un frison et affriole ses sens. Ce même regard qui a hanté ses nuits et ses fantasmes au cours de ces dernières années. Que fait-il ici ? N’était-il pas de Rome ? Il se questionne, résolument alarmé de faire face à un fantôme qu’il cherche à fuir. Pourtant, il ne parvient pas à détourner son regard. Sa gorge s’assèche alors que sa respiration se fait plus vive. Il est pris de court et tous les souvenirs enfouis cherchent à l’envahir de nouveau. L’envie de prendre l’air se fait ressentir, mais il résiste à cette volonté. Romano semble tout aussi perturbé que lui par cette rencontre. Il est dépourvu par cette rencontre et accentue sa propre fébrilité à sa présence. Romano s’éclipse rapidement. Niccolo hésite à faire comme si cela l’indifférencié. Il se doit de le faire. Il n’a aucune raison de rejoindre cet homme et engager la conversation. Il est celui qui a fui toute rencontre et pourtant son regard ne quitte pas cette silhouette qui s’éloigne. Son myocarde bat la chamade. Il boit cul sec le reste de sa coupe de champagne avant de la déposer dans un plateau comme pour se donner du regard. Son visage vient se pencher vers sa compagne de soirée pour qu’elle l’excuse à son tour. Il s’éclipse à son tour et ses pas le guident vers les toilettes où ses prunelles retrouvent la silhouette de cet homme. Son cœur bat la chamade, il le sent son rythme sanguin pulser dans ses tempes tant son trouble est conséquent. Cela fait des années et pourtant, il se souvient parfaitement de l’intensité de ce regard cristallin qui l’a déstabilisé et qui a enflammé une flamme qui lui fait perdre ses moyens. Sa menotte vient se glisser dans sa chevelure épaisse et naturellement bouclée pour tenter de détendre ses nerfs qu’il sent à fleur de peau. Un soupir s’épand hors de ses lippes alors que les brides de cette nuit appartenant au passé viennent envahir son esprit. Les images luxurieuses se superposent. Sa manière de le regarder, de frôler les courbes de sa femme sans le quitter des yeux. Il sent la chaleur de son corps s’échauffer et cette simple réalité lui donne envie de fuir, de casser quelque chose pour tenter d’étouffer ce brasier qui vient titiller le creux de ses reins. Je ne suis pas ça. Je ne suis pas comme Martino. Est-ce qu’il se ment à lui-même ? Assurément. Parce que depuis cette nuit avec cet homme, même sa relation avec Martino a pris un autre sens. L’intimité naturelle est devenue une ambiguïté qui l’envoute comme elle l’angoisse. Il ne veut pas de tout ça. C’est bien trop de complication. Il a toujours aimé les femmes. Pourquoi ce désir-là cherche à le tromper sur lui-même. Pourtant lorsque ce regard vient se plonger dans le sien au travers du miroir, il ne peut rester aveugle à ce frison incendiaire, qui vient remonter le long de son échine. Sa gestuelle se fige alors que son myocarde vient battre la cadence contre sa cage thoracique. Sous son regard magnétique, il se doit de dire quelque chose. « Je ne m’attendais à vous rencontrer si loin de Rome. » Sa voix profonde bien qu’étriquée par sa fébrilité s’exprime dans ces toilettes de luxe où il n’y a pas âme qui vive. Il semble détendu en apparence mais son corps est loin de l’être. Au contraire, ses prunelles se sustente de la vision qu’il lui est offerte. Il est un bel homme, svelte et il l’attire comme un aimant. « Qu’est-ce qui vous amène à Naples… ? » Il questionne comme s’il ne se souvenait plus de son prénom alors qu’il s’agit d’un mensonge éhonté. Romano. Il ne l’a pas oublié. Il se rappelle les gémissements de sa femme lorsqu’elle recevait ses coups de reins et qu’il mourrait d’envie de choses qui lui arrachent encore à ce jour des frisons. Sa respiration se veut stable, mais il n’en est rien.



All i want is to fly with you
You think I don't wanna grow onto you, yeah but there are mountains and there are doors that we can't walk through.
I know you’re wondering why, because we’re able to be just you and me within these walls. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Romano DossiniBon pour te remonter le moral
Romano Dossini
http://www.ciao-vecchio.com/t8222-romano-dossini#273319
Faceclaim : james mcavoy
Messages : 41 - Points : 125
[terminé] Shotgun Tumblr_mlcx2edjVb1r5ynioo1_500
Âge : trente huit ans
Métier : Politicien. Il est conseiller du Ministre du Patrimoine et des Activités culturelles de la République italienne.
[terminé] Shotgun Empty
Sujet: Re: [terminé] Shotgun ( le Dim 3 Jan 2021 - 20:42 )

SHOTGUN


Mon regard se pose sur cette silhouette si familière alors qu'encore inconnue et je sens le sol se dérober sous mes pieds. Alors, j'opte pour la technique de la fuite et repose mon attention sur l'eau fraîche qui glisse sur mes mains. Ne pas le regarder. Ne pas affronter cette vérité qui me fait peur, qui m'est si … nouvelle. D'un geste mécanique, j'attrape des serviettes pour m'essuyer les mains avant de me tourner pour lui faire face. Ne pas perdre mes moyens. Rester calme. Contrôler cette impression de se noyer. Mais il lui suffit de prendre la parole pour que je sente une étrange pression au creux de mon estomac. Impossible de l'expliquer. Cela ne s'est jamais produit. Je ne me suis jamais senti aussi faible, aussi perdu et surtout aussi minuscule. Pourquoi ai-je le sentiment de n'être que la moitié de moi-même ? Ces toilettes me semblent devenir minuscule. L'espace entre lui et moi semble se réduire à vive allure. Ne pas perdre mes moyens. Rester calme. Contrôler cette impression de se noyer. C'est ce que je me répète.

Mais l'entendre parler de Rome me projette de nouveau cette nuit-là. Je me retrouve de nouveau face à ce parfait inconnu qui parvient à mettre mon monde sans dessus, sans dessous. Rome. Là où tout a commencé. Et alors que mon cœur bat à un rythme endiablé, je réponds avec détachement : « Les affaires. » Vague réponse. Ne pas s'engager dans une trop longue conversation qui me mettrait mal à l'aise. Ne pas m'engager dans une trop longue conversation où je ne répondrais plus de mes actes. Lâche, je ne suis qu'un lâche, voilà ce que je me dis. « J'ai été envoyé à Naples par le Ministre, pour affaires. » Je fronce les sourcils et secoue la tête, me rendant compte combien cette situation est grotesque. « Je ne pense pas que nous ayons besoin de passer par tous ces petits ronds de jambe et formules de politesse pour finalement dire que nous devrions faire comme si nous ne nous connaissions pas, comme si nous ne nous étions jamais rencontrés. » Je panique. Je panique car cette soirée passée devait appartenir au passé, à la vie privée. Il débarque dans ma vie professionnelle, cette vie où je suis Romano Dossini, homme politique, marié et père de famille.
Je me noie dans les souvenirs de cette nuit et je me surprends à avoir fait quelques pas dans sa direction, sans n'avoir cillé. Pas même une seule seconde. Ma voix est calme même si mon cœur bat la chamade.

« C'est juste que … » Pourquoi ais-je le besoin vital d'ajouter quelque chose ? Pourquoi ne suis-je pas tout simplement parti après mes propos ? Et puis, je m'en rends compte. Simplement parce que je n'ai pas envie qu'il me regarde de la sorte, j'ai envie qu'il m'apprécie, me trouve poli, pense que je suis quelqu'un de bien. Étrangement, j'ai ce besoin inconditionnel de lui plaire. Lui, ce parfait inconnu. « Je suis désolé. Je ne voulais pas être si grossier. C'est juste que je ne pensais que nos chemins puissent se croiser de nouveau. Non pas que ce soit un problème … ou que je m'en réjouisse particulièrement mais …  » Je me noie. L'homme politique capable de tenir de longs discours que je suis perds ses moyens … pathétique.

Alors comme tout bon être humain qui perds ses moyens, je souris en haussant les épaules : « Je crois que c'est le moment où on est sensé me couper la parole pour éviter que je ne me lance dans une logorrhée. »


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Niccolò CanzanoToujours frais après un litre de café
Niccolò Canzano
http://www.ciao-vecchio.com/t7667-niccolo-l-amour-est-aveugle-ma http://www.ciao-vecchio.com/t7695-niccolo-all-i-want-is-to-fly-with-you
Faceclaim : Michele Morrone + COSMIC LIGHT
Messages : 189 - Points : 207
[terminé] Shotgun 1a241f0df219a34f305ef386b304fb0427a613a3
Âge : 29 ans.
Métier : trapéziste, funambule, en duo avec Martino. Son désir est de devenir artiste dans un cirque, mais pour vivre et économiser de l'argent, il vent son corps depuis 11 ans. Escort boy, il vend ses services aux femmes délaissées, prêtes à le payer une fortune pour passer du temps avec lui.
[terminé] Shotgun Empty
Sujet: Re: [terminé] Shotgun ( le Ven 8 Jan 2021 - 10:29 )


shotgun☾☾ - (Romanolo #1)

Sa présence surprend Romano. Il perçoit ce moment de stupeur qui vient colorer ses prunelles avant qu’il ne reporte son attention sur l’eau dont il s’asperge le visage pour se donner contenance. Niccolo le laisse agir à son aise, mais rompt le silence pesant qui s’est installé en quelques secondes. Il ne sait pas ce qui le pousse à aller à la rencontre de cet homme. Peut-être que son envie de savoir surpasse la réserve et le malaise qui le ronge depuis cette unique nuit passée auprès de cet homme et de sa femme ? Il n’en sait rien et il n’a pas la capacité à réfléchir à cet instant alors que tous les signaux d’alarme de son corps sont aux rouges. Il devrait fuir cette rencontre. Il le sait tout au fon de lui. Pourtant, il la provoque à cet instant, car la curiosité est plus forte que tout. Finalement, le visage de Romano refait son apparition dans le reflet du miroir. Sa voix profonde bien que légèrement troublée par le malaise qui l’habite se fraye un chemin dans son esprit et réactive des frisons qu’il s’est tant efforcé d’oublier sans y parvenir. Il lui donne des informations sur lui, les raisons de sa présence. Le mystère entourant Romano se dévoile par des brides de détails qui l’ancrent à son présent. Damnation. Le trouble qui habite l’agent du ministère est aussi manifeste que le sien. Ce désir, ils l’ont éprouvé tous les deux durant cette nuit. Il en avait la sensation. A cet instant, il en a la certitude, mais elle ne rend pas la situation plus simple. Romano se montre abrupt dans ses propos. Il annonce clairement ses intentions vis-à-vis de cette rencontre. Ignorer qu’ils se sont rencontrés. L’idée devrait le satisfaire. N’est-ce pas ce qu’il était venu demander également ? Il ne sait plus. Sa capacité à réfléchir s’effrite dès lors que ses prunelles sont plongées dans ce regard magnétique. Il déglutit, désemparé par cette vague de déception qui semble l’engloutir sans lui demander son avis. Son expression se tend sous la tension que ses paroles provoquent en lui contre toute attente. Pourtant, malgré ses paroles tranchantes, l’agent du ministère s’avance vers lui, rompt de quelques pas la distance qui les sépare. Niccolo le regarde faire, sans bouger, incapable de bouger ou dire le moindre mot. Il se contente de glisser sa menotte dans une de ses poches alors que ses prunelles ne quittent pas celles de Romano. De nouvelles paroles s’échappent des lippes de l’agent du ministère, qui reviennent sur les précédentes. La confusion marque les propos de cet homme qui doit avoir l’habitude de converser sans problématique. Une preuve de plus qui lui permet d’entrevoir que le trouble qui l’habite est commun. Son sourire lui arrache le sien, comme s’il ne pouvait pas y résister alors qu’il vient se racler la gorge comme pour reprendre contenance. Il se pince les lèvres, ressentant un besoin maladif d’enflammer une cigarette pour fuir cette tension qui possède son organisme. Ses prunelles sont toujours ancrées dans celles de cet homme. Contrairement à ce dernier, il reste ancré dans sa position malgré l’attirance qui l’incite à rompre la distance. « Il n’y a pas de soucis. Je comprends que ma présence vous ait perturbé. Après tout, vous m’aviez choisi pour vous assurer toute discrétion. Nous n’étions pas supposés nous revoir. » Il lui indique dans une voix profonde, mais qu’il rend légère alors qu’il s’efforce de demeurer le plus neutre possible même si ses prunelles le dévorent du regard avec intensité, et ce, bien malgré lui. « Vous êtes en ville pour combien de temps ? » Il le questionne simplement pour savoir, pour tenter d’avoir des renseignements et se rassurer sur l’avenir. S’il n’est que de passage, cette rencontre sera unique et n’aura pas plus de conséquence que de raviver un feu qui l’a dévoré durant tant d’années. « Soyez assuré que je ne vous causerais aucun ennui. Vous avez ma parole. » Il lui indique simplement dans un faible sourire, lui laissant la possibilité d’utiliser la porte de sortie offerte ou de poursuivre l’échange. Il s’adaptera à ses désirs, même si le mal est fait. Il le désire aussi ardemment que lors de cette nuit même si cette ambition le met à terre comme par le passé.



All i want is to fly with you
You think I don't wanna grow onto you, yeah but there are mountains and there are doors that we can't walk through.
I know you’re wondering why, because we’re able to be just you and me within these walls. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Romano DossiniBon pour te remonter le moral
Romano Dossini
http://www.ciao-vecchio.com/t8222-romano-dossini#273319
Faceclaim : james mcavoy
Messages : 41 - Points : 125
[terminé] Shotgun Tumblr_mlcx2edjVb1r5ynioo1_500
Âge : trente huit ans
Métier : Politicien. Il est conseiller du Ministre du Patrimoine et des Activités culturelles de la République italienne.
[terminé] Shotgun Empty
Sujet: Re: [terminé] Shotgun ( le Ven 8 Jan 2021 - 12:12 )

SHOTGUN


Perturbé est un doux euphémisme en comparaison aux conséquences de cette rencontre fortuite. J’ai le sentiment de m’être alourdi de quelques kilos. Des kilos de culpabilité sans doute. Et puis, il y a ce cœur qui bat un peu plus vite, un peu plus fort. C’est symptomatique, pas vrai ? Il doit bien y avoir une explication logique. Sans doute cela est lié à ce regard, ce géant au regard ambré qui me brûle de l’intérieur. Plus je plonge mes prunelles dans les siens, et plus j’ai le sentiment que mes joues brûlent. La métaphore brûler pour quelqu’un prend tout son sens. Etre tout feu, toute flamme. Tout devient logique alors que c’est une situation des plus surréalistes qui se produit sous nos yeux. « Exact. » Je souffle ce mot avec une pointe de déception. Parce que oui, nous avions essayé de retrouver les traces de celui qui ne devait être que de passage. Une fois. Pas plus. Un aller-retour simple dans sa vie et voilà que ce dernier se trouve directement face à moi. « On ne nous donne jamais vraiment de dates fixes. Flexibilité oblige. Je pense devoir encore rester pas mal de temps ici, à dire vrai. Le boulot n’y manque pas et les projets ne cessent de pleuvoir. Bon, après, il n’y a pas à se plaindre. Naples, c’est pas mal non plus … Vous êtes ici pour … affaires ?» Je finis ma phrase par une question en baissant le ton de ma voix, incertains du contenu des « affaires » dans lesquelles, pour lesquelles il travaillait.
Je parle vite, trop vite pour être calme. Je sais que c’est mon gros défaut et je voudrais pouvoir me tapir dans un coin pour disparaître. Mais parler peut également permettre de détendre l’atmosphère électrique que nous avions créée à notre insu. « Oh non, n’allez pas croire que c’est ce que je pensais ou m’imaginais. » dis-je aussitôt secouant les mains. Evidemment que je ne m’imaginais pas ce parfait inconnu comme un monstre qui causerait des ennuis. Sans savoir vraiment pourquoi, je lui faisais confiance sur ce point de vue-là. Professionnel, peut-être que je me disais qu’il est un professionnel. Pathétique Romano, tu es pathétique.

Bien. Voilà qui est clarifié. Normalement, c’est le moment où je dois me diriger vers la sortie, retrouver ces collègues et le petit monde des privilégiés. Pourtant, je suis là à frotter mes mains l’une contre l’autre comme un adolescent un peu mal à l’aise. « Vous êtes pris toute la soirée ? » A peine cette question s’échappe-t-elle de mes lèvres que je sourire et poursuis d’une voix presque rieuse, comprenant que cela pouvait prêter à confusion : « Je ne suis pas du genre à laisser les coïncidences, quelle qu’elles soient sans suite et je me disais que je pouvais peut-être vous inviter à prendre un verre. Histoire de faire en sorte que ce malaise planant disparaisse … je pense. » Au moment où je prononce « malaise planant », j’agite ma main au-dessus de ma tête avec un sourire presque candide. Je me rends étrangement compte que je suis en train d’inviter un escort à boire un verre avec moi. Je me rends compte que je suis en train de me comporter comme un abruti et pourtant il n’y a que de bonnes intentions. « Je serais ravi d’apprendre à vous connaitre. Le vrai-vous, je veux dire.» Et mon sourire s’étire davantage.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Niccolò CanzanoToujours frais après un litre de café
Niccolò Canzano
http://www.ciao-vecchio.com/t7667-niccolo-l-amour-est-aveugle-ma http://www.ciao-vecchio.com/t7695-niccolo-all-i-want-is-to-fly-with-you
Faceclaim : Michele Morrone + COSMIC LIGHT
Messages : 189 - Points : 207
[terminé] Shotgun 1a241f0df219a34f305ef386b304fb0427a613a3
Âge : 29 ans.
Métier : trapéziste, funambule, en duo avec Martino. Son désir est de devenir artiste dans un cirque, mais pour vivre et économiser de l'argent, il vent son corps depuis 11 ans. Escort boy, il vend ses services aux femmes délaissées, prêtes à le payer une fortune pour passer du temps avec lui.
[terminé] Shotgun Empty
Sujet: Re: [terminé] Shotgun ( le Sam 16 Jan 2021 - 18:19 )


shotgun☾☾ - (Romanolo #1)

Romano adhère à ses propos. Il lui confirme que leurs routes n’auraient pas dues se croiser de nouveau. Niccolo l’aurait souhaité. Il avait mis du temps pour se remettre de cette soirée qui avait changé sa vie. Il avait dû faire face à une révélation si désarmante qu’il n’est toujours pas parvenu à l’accepter. Malgré ce déni qu’il continue de maintenir, il ne peut être dupe aux réactions de son corps à sa proximité, à ce désir qui s’enlise dans ses veines alors que cet homme est à quelques mètres de lui. Il aurait aimé que cet homme lui indique qu’il n’est que de passage, mais il n’en est rien. Indéterminée. C’est ce qu’il retient de ses propos. Les signaux d’alarme sont aux rouges. La sonnette retentit même dans son esprit, car il prend conscience que cette rencontre pourrait se reproduire dans un avenir proche. Ce qu’il aurait voulu éviter. L’intensité de ses prunelles est si captivante qu’il ne parvient pas à se dérober de leur emprise. Il lui retourne la question et Niccolo ne sait pas quoi répondre. « Je vis ici. » La réponse est brève. Il ne s’attarde pas sur les détails, car il considère que cela n’a pas d’importance. L’essentiel réside dans le fait qu’ils vont évoluer dans les prochains mois à venir. Leur souvenir commun doit demeurer secret et il lui en donne la parole. La nervosité de Romano est évidente. Elle transparait dans le timbre de sa voix, dans son langage corporel et étrangement, elle apaise la sienne, car il prend conscience qu’il n’est le seul à être désemparé par leur rencontre. Tout semble s’être dit et pourtant aucun ne parvient à prendre congés. Ils se dévisageant, leurs prunelles profondément ancrées dans leur comparse. L’envie de fumer démange ses phalanges qu’il resserre dans la paume de sa main. Il devrait prendre l’initiative, mais la demande de Romano le prend de court. Il ne s’attendait absolument pas à une invitation. Il lui semble mal comprendre ce qu’il se passe à cet instant alors qu’il se sent plus hagard que jamais. Il est tiraillé entre sa raison et cette curiosité dangereuse qui l’incite à vouloir répondre positivement à cette invitation. Il se doit de refuser, de mettre un terme à cette entrevue et reprendre le fil de son existence. Il se doit de museler cette attraction pour qu’elle meure dans l’œuf. Il n’y a pas d’autres possibilités. Pourtant, ses yeux ont un effet hypnotisant qui agite son myocarde dans sa poitrine et qui le laisse pantois. Cette candeur qui touche une corde sensible en lui. « Je… » Il lâche dans un ton perturbé alors qu’il vient déglutir. « Je suis pris une grande partie de la soirée. J’accompagne la dame avec qui vous avez échangé tout à l’heure. » Il lui indique en reprenant contenance. « Je crains de ne pouvoir me dédouaner de mes obligations, mais je vous remercie pour l’invitation. » Il ajoute en venant glisser une de ses menottes contre ses propres lippes dans un geste empreint de fébrilité. « Il serait sans doute malvenu pour vous d’être vu en ma compagnie en vue de votre statut. » Il conclut en venant hausser les épaules comme si ce fait le laissait indifférent alors qu’il n’en est rien. Il s’efforce de faire preuve de raison pour ne pas se laisser entrainer vers une mauvaise pente, mais il suffirait que Romano insiste pour lui faire concéder un temps plus tard, mais il se garde bien de l’afficher. Il se contente de se racler la gorge, prêt à ce que cet homme prenne conges même s’il ne parvient pas à détourner son regard du sien.



All i want is to fly with you
You think I don't wanna grow onto you, yeah but there are mountains and there are doors that we can't walk through.
I know you’re wondering why, because we’re able to be just you and me within these walls. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Romano DossiniBon pour te remonter le moral
Romano Dossini
http://www.ciao-vecchio.com/t8222-romano-dossini#273319
Faceclaim : james mcavoy
Messages : 41 - Points : 125
[terminé] Shotgun Tumblr_mlcx2edjVb1r5ynioo1_500
Âge : trente huit ans
Métier : Politicien. Il est conseiller du Ministre du Patrimoine et des Activités culturelles de la République italienne.
[terminé] Shotgun Empty
Sujet: Re: [terminé] Shotgun ( le Dim 17 Jan 2021 - 13:37 )

SHOTGUN


Je sais que je ferais mieux de partir, de prendre mes jambes à mon cou, d'enfiler à nouveau le masque des soirées mondaines, pour rire à quelques blagues sarcastiques tout en faisant sonner des coupes de champagne sous un fond sonore élégant. Je ne devrais pas rester ici. À ses côtés. Il faut partir. Le plus vite possible avant d'être pris au piège. Tiraillé par ces pensées, je me rends finalement compte que ce n'est pas ce que je souhaite. Je sais que c'est ce qu'il faudrait faire mais ce n'est pas ce que je souhaite faire. Et pour la première fois, je laisse ma Raison de côté pour écouter ce drôle de sentiment qui agite mes entrailles. Et alors que je me sens mu par une nouvelle force, une porte symbolique se ferme sous mon nez. Il ne peut pas. Il est pris. Une vérité criante. Nous ne faisons pas partie du même monde ou il ne souhaite pas pénétrer dans le mien. Je ne parviens pas à cacher cette once de déception qui prend place sur mon visage. Impossible. Je suis normalement un excellent comédien … à croire qu'en sa présence, je ne prends même plus la peine d'afficher cet air distant, typiquement Dossini. « Hm. Je vois oui. » est ce que je parviens à souffler en hochant la tête et en pinçant les lèvres. Aucun jugement. Seulement un constat. Il partagera les draps de la gourgandine, sans doute. Du moins, c'est la pensée qui vient s’immiscer dans un coin de mon esprit et cela m'agace, à ma plus grande surprise. Suis-je jaloux ? Aucune idée. C'est nouveau tout au moins.

J'étouffe un rire amusé en haussant les épaules quand à ce qui pourrait presque ressembler à un conseil. Malvenu. Sans doute. Sans doute est-il malvenu de se retrouver à côté d'un homme tel que lui ? Que dirait la presse ? Il a sans doute raison … Suis-je suffisamment connu pour être poursuivi par la presse ? Non. Pas vraiment. Et puis, le jeu en vaut-il la chandelle ? « A croire que je suis prêt à prendre le risque. » dis-je simplement, un sourire amusé au bord des lèvres. Ce Romano est un autre. Je ne le reconnais pas. J'ai le sentiment de retrouver le brin de folie de ma jeunesse. Étrange. Je glisse une main dans l'intérieur de ma veste pour en sortir une carte, fixée entre mon majeur et index. Et alors que je passe devant lui, je tapote son torse du bout de ce petit bout de carton. « Si jamais vous changez d'avis... » Mon regard clair vient se plonger de nouveau dans le sien. À quelques centimètres de lui, je sens le sol se dérober sous mes pieds et pourtant je reste droit et mu par cette soudaine assurance. L'envie. Mon regard se baisse alors sur ses lèvres. « C'est maintenant entre vos mains. » dis-je alors qu'il saisit ma carte, me poussant à afficher un sourire plus rayonnant. Ma main se pose sur son épaule alors que je dépasse sa hauteur pour retourner à cette soirée mondaine, jetant un bref regard derrière moi. Une dernière fois.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Niccolò CanzanoToujours frais après un litre de café
Niccolò Canzano
http://www.ciao-vecchio.com/t7667-niccolo-l-amour-est-aveugle-ma http://www.ciao-vecchio.com/t7695-niccolo-all-i-want-is-to-fly-with-you
Faceclaim : Michele Morrone + COSMIC LIGHT
Messages : 189 - Points : 207
[terminé] Shotgun 1a241f0df219a34f305ef386b304fb0427a613a3
Âge : 29 ans.
Métier : trapéziste, funambule, en duo avec Martino. Son désir est de devenir artiste dans un cirque, mais pour vivre et économiser de l'argent, il vent son corps depuis 11 ans. Escort boy, il vend ses services aux femmes délaissées, prêtes à le payer une fortune pour passer du temps avec lui.
[terminé] Shotgun Empty
Sujet: Re: [terminé] Shotgun ( le Dim 31 Jan 2021 - 19:46 )


shotgun☾☾ - (Romanolo #1)

Hm… je vois. Ce ton résigné attise quelque chose au creux de sa poitrine qu’il serait bien incapable de définir. Sa déception l’ébranle même s’il n’en montre rien. Il se prend ce sentiment en plein visage et la gère aussi impassiblement que possible. Ce qui se révèle bien plus difficile qu’il ne l’imaginait. Pourquoi, se sent-il tiraillé et ravi de provoquer de telles émotions au creux de la poitrine du politicien ? Cela n’a pas de sens. Strictement aucun sens. Il s’en veut de ressentir ces émotions qu’il ne s’explique pas. Il vient même prétendre que se rencontrer serait une mauvaise idée et pourrait les placer dans une situation délicate. Du moins pour Romano, mais l’idée lui arrache un rire amusé. Cela a le don de le dérouter. Est-il si peu disposé à faire attention à sa réputation ? Naples est une grande ville, mais son corps de métier est sollicité par nombreux de ses gens hauts placés qui sont assaillis par la solitude et les messes basses peuvent facilement avoir de lourdes conséquences sur leur image. Pourtant, il semble prêt à prendre le risque. Pourquoi ? Cette question lui brûle les lèvres, mais il ne l’exprime pas. Son regard trahit le trouble qui l’assaille malgré ses gros efforts et suit la gestuelle de cet homme qui l’envoûte. Il dégage quelque chose qui lui tord les tripes et l’attire tel un aimant. Il est si dangereux pour lui. Il devrait être dégouté par ce qu’il ressent à cet instant. Une fois seul, il aura tout le luxe d’y penser, de fulminer contre ce sentiment incongru qui le possède en sa compagnie, de vivre dans le déni. Face à lui, il est contraint à lutter corps et âme contre une envie qui s’immisce insidieusement dans le creux de ses reins. Lorsque le bout de papier apparait entre les phalanges du politicien, il anticipe son prochain geste et réceptionne sa carte de visite contre son torse. Ses phalanges le réceptionnent, le recouvre alors que ses prunelles noisette sont plongées dans ses saphirs hypnotisant. Son odeur musquée vient titiller ses narines, son souffle proche du sien est une torture. Tout comme son regard qui vient se poser sur ses lèvres comme s’il mourrait d’envie de s’en saisir comme lors de cette nuit où leurs regards se sont tant perdus dans l’autre. Il refuse d’y repenser, mais les images s’imposent à lui. Elles explosent dans son esprit au contact de sa menotte contre son épaule. Ce premier contact, qui n’est plus un frôlement inconscient, mais bien une prise de position. Il désire jurer, mais n’en fais rien. Ses phalanges tremblent légèrement. Il est désorienté au moment où cet homme quitte la pièce et le laisse avec lui-même face à un miroir qui reflète une silhouette masculine, qu’il a du mal à reconnaitre comme la sienne. Il se rapproche de l’évier après avoir glissé négligemment cette carte de visite dans la poche de son pantalon. Il prend appui sur le marbre qui lui procure une sensation de fraicheur nécessaire. Il glisse une main à son cou pour défaire quelques boutons de sa chemise et retrouver une pouffée d’oxygène qui lui fait cruellement défaut. Ses phalanges sont tremblantes alors qu’il se déteste d’être dans un tel état de dévastation. Reprends-toi, Nicco. Il s’intime en silence alors qu’il prend de profonde inspiration sans lâcher le reflet du miroir. Il a besoin de fumer. Plus que jamais, il doit trouver une excuse pour s’échapper quelques minutes s’il compte faire comme si de rien n’était. Une fois sa mission accomplie, il aura tout le loisir de songer à ce qu’il vient de se passer, à la réapparition de ce fantôme qui a tant hanté son âme au cours des dernières années et à l’idée de jouer ou non avec le feu en le recontactant. Peut-être lorsqu’il sera au fond du trou et que son corps et son cœur prendront le contrôle de son esprit pour le meilleur comme pour le pire.



All i want is to fly with you
You think I don't wanna grow onto you, yeah but there are mountains and there are doors that we can't walk through.
I know you’re wondering why, because we’re able to be just you and me within these walls. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Shotgun Empty
Sujet: Re: [terminé] Shotgun ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Shotgun -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut