Revenir en haut
Aller en bas


 

- Vous êtes vraiment pirate ? - Virgil -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ellen VolpinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Ellen Volpino
http://www.ciao-vecchio.com/t8189-ellen-volpino http://www.ciao-vecchio.com/t8238-ellen-o-36-ans-o-gerante-de-pompes-funebres
Faceclaim : Eva Green, © Zuz
Messages : 57 - Points : 112
Vous êtes vraiment pirate ? - Virgil Tumblr_n572k7Tj0M1qelcsmo6_250
Âge : 36 ans (29/07/1984)
Métier : Gérante des Pompes Funèbres Volpino, tente aussi de dissimuler les fraudes passées de son père à la retraite
Vous êtes vraiment pirate ? - Virgil Empty
Sujet: Vous êtes vraiment pirate ? - Virgil ( le Ven 8 Jan 2021 - 14:49 )


Vous êtes vraiment pirate ?

On ne peut pas dire que la journée avait bien débuté pour toi, évidemment, il fallait qu'il t'arrive une tuile le seul jour de repos que tu avais dans la semaine. Tu n'étais pas levée très tard ce matin, traîner au lit, ce n'était pas une chose à laquelle tu étais habituée, non, toi tu préférais profiter de chaque minute qui s'offrait à toi car la vie était bien trop riche en surprises pour ne pas profiter. Après une bonne douche, tu avais sorti ton sèche-cheveux, comme à ton habitude. Tu n'aimais pas laisser tes cheveux sécher naturellement, tu détestais cette sensation de les sentir mouillés, c'était assez désagréable, ça coulait dans la nuque, bref désagréable. Tu te sèches donc les cheveux avec ton appareil qui n'était pas aussi vieux que toi, mais presque. Tu ne savais même plus depuis quand tu l'avais et tu te demandais même si tu ne l'avais pas eu lors d'un Noël lorsque tu étais adolescente. Toujours est-il que tu sens très vite une odeur de brûlé et tu crains pour tes cheveux. Est-ce que c'étaient eux qui étaient en train de brûler. Un regard dans le miroir te donne la réponse, c'était le sèche-cheveux qui brûlait. La vision de cette flamme te fait écarquiller les yeux et dans un sursaut de terreur, tu laisses tomber l'appareil dans le lavabo devant toi, dans lequel, malheureusement, il y avait de l'eau. Tu n'as même pas le temps de réaliser ton erreur que le courant saute. C'était bien ta veine. L'odeur de brûlé envahit ta salle de bains, tu n'étais pas très douée en électricité, mais tu savais que tu venais de faire cramer la prise. Sans perdre un seul instant, tu cours couper le compteur au rez-de-chaussée pour être sûre que tout soit éteint. Tu soupires tout en revenant dans la salle de bains, tu n'avais clairement pas besoin de cela aujourd'hui. Mais tu ne perds pas de temps, tu appelles un électricien dont tu trouves les coordonnées sur Internet et tu t'habilles en attendant son arrivée. Il n'est pas trop long à arriver, une aubaine dans ton malheur. « Vous avez eu de la chance que les plombs aient sauté directement... » Tu esquisses un léger sourire crispé, ça, tu le savais, c'était inutile de te le rappeler. Et tu sens à son regard qu'il te prenait pour une écervelée. « Vous saviez que l'électricité et l'eau ne faisaient pas bon ménage ? » Est-ce qu'il était en train de te prendre pour une cruche ? Non, "pire" que ça. « Je vous paie pour réparer, pas pour entendre vos réflexions à la con. » Ce n'était pas gratuit, tu le rendais juste la monnaie de sa pièce. Tu le laisses donc dans la salle de bains pour faire ce qu'il avait à faire, mais tu n'avais plus aucune envie de discuter avec cet homme, tu voulais qu'il s'en aille au plus vite. Heureusement, la réparation n'est pas trop difficile ou trop longue et quelques centaines d'euros plus tard, te voilà avec le courant rétabli et une prise neuve, mais avec un sèche-cheveux en rade. Tant pis, tu en rachèterais un plus tard, là tu avais juste envie de sortir pour te remettre de toutes ces émotions.

Tu te balades sur le port depuis un moment déjà, tu aimais venir ici pour te vider la tête, l'avantage, c'était que c'était tout près de chez-toi. Habituellement, tu prends River avec toi, mais là, tu avais envie de profiter du moment et du beau temps, seule et sans cette sensation d'être constamment sur le qui-vive. Les fêtes étaient passées, mais la bonne humeur était persistante. Les gens se souhaitaient la bonne année lorsqu'ils se croisaient, c'était très agréable à voir et à entendre. Les décorations de Noël étaient encore en place pour le moment, tu aimais beaucoup cela parce que l'effervescence était passée, mais pas l'esprit des fêtes. Tu te rapproches des quais et des bateaux, désireuse d'en voir plus. L'air était bon, le soleil était de la partie, c'était vraiment très agréable, si agréable que tu avais tendance à oublier la matinée que tu avais passée. Tu longes le port, t'amusant à regarder le nom de chaque bateau, essayant de comprendre pourquoi certains s'appelaient de cette manière. Ton regard s'attarde sur l'un d'eux, une belle goélette que tu avais déjà vue, mais sur laquelle tu ne t'étais jamais arrêtée trop longtemps. Tu as l'impression qu'il y a du monde à bord, tu entends des bruits de pas, du mouvement, tu n'étais pas sûre, mais ta curiosité grandissait. Elle grandissait tellement que tu ne vois pas les cordages d'amarrage devant toi et dans un cri de surprise, tu manques de tomber à la renverse, mais tu te rattrapes comme tu peux, de justesse.
PrettyGirl
Revenir en haut Aller en bas
Virgil Alwood10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Virgil Alwood
https://www.ciao-vecchio.com/t6189-virgil-le-pirate-des-temps-mo https://www.ciao-vecchio.com/t6230-mon-seul-et-unique-amour-reste-l-ocean
Faceclaim : Shemar Moore © vmicorum..(vava)
Messages : 1022 - Points : 1540
Vous êtes vraiment pirate ? - Virgil QumO
Âge : 46 ans / né le 20/03/1974 en Jamaïque
Métier : Plongeur en haute mer / Propriètaire de la goelette la "Seas of Legends" avec laquelle il sillonne les mers.
Vous êtes vraiment pirate ? - Virgil Empty
Sujet: Re: Vous êtes vraiment pirate ? - Virgil ( le Dim 10 Jan 2021 - 12:11 )
Bien sur madame.
Ellen & Virgil

Comme il peut se sentir idiot à cet instant Virgil, avec un club de golf dans les mains et face à cette minuscule balle. Pour une fois il se trouve face à une étendue verte vallonnée et trouée. Mais il ne se sent pas à son aise. Pas qu'il n'aime pas avoir les pieds sur le plancher des vaches, juste que le golf ce n'est pas son truc. Il n'y a jamais joué, et quand il a fait ce pari fou avec quelques amis et bien il pensait tout simplement le gagner. Mais il a perdu et le voilà sur un terrain de golf en compagnie de ces mêmes amis, à devoir faire ses preuves. Et là cela fait au moins dix fois qu'il se reprend et la balle ne bouge pas. Faut dire qu'il ne la touche même pas. Il la frôle, enfin frôler est un bien grand mot. Il fait plus du vent qu'autre chose. Il se demande vraiment ce qu'il fout là dans cette galère, a écouter ses amis rirent de lui et de son aisance avec un club en main. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Il se vengera, on verra au moment ou le pirate les fera monter à bord de sa goélette. Et qu'il leurs demandera de manœuvrer le Seas of Legends. Les rôles seront inversés et c'est lui qui rira aux éclats. Et la situation risque même d'être pire car tout le monde n'a pas le pied marin. Il essaie une nouvelle fois et là il touche la balle mais ne l'envoie pas bien loin, à ce train là il va mettre des jours pour faire le parcours et encore ils ont choisi le plus petit. Bien sur ses amis l'encouragent tout en riant à ses maladresses.
« Qu'est ce que j'y peux moi si ce club ne veut pas m'obéir. »
Il en rit aussi et se donne plus au point que dans son élan il lâche le club et que c'est lui qui s'envole au lieu de la balle. Partant bien plus loin que prévu. Enfin cette histoire dure toute la matinée, et Virgil n'avance que de deux trous alors que ses camarades finissent haut la main le parcours. Puis ils mangent un bout ensemble, le jamaïcain leur donne rendez vous le lendemain sur la goélette pour une sortie en mer. Il va bien s'amuser en retour. Ils se saluent et ensuite il s'en va.

Virgil aurait pu directement aller à son appartement, mais il préfère se rendre au port. Voir la mer et sentir le mouvement des vagues sous ses pieds va lui faire du bien. Là il ne veut plus voir de paysages de verdure d'un bon moment. Les gazons il va éviter. De toute façon il a du matériel à ranger. Il retrouve rapidement le ponton où est accoster le Seas of Legends, les gamins du port le salue.
« Monsieur le pirate vous allez chercher des trésors aujourd'hui ? »
« Non les enfants je reste à quai. »
« Est ce qu'on peut venir jouer aux pirates alors ? »
« Oui bien sur moussaillons avec plaisir si vos parents sont d'accord. »
Ils filent tous pour demander l'autorisation. Virgil en profite pour monter à bord de son bateau et pour aller se changer. Il enfile un pantalon, une paire de botte, une chemise à jabot, une taillole, un bandana qui noue autour de son cou, un gilet et puis met sa ceinture avec son épée factice, Pas question de sortir de vraies armes avec les enfants. Puis il pose sur sa tête son chapeau et hisse le pavillon noir. Les gamins rappliquent très vite. Et le voilà en train de jouer avec quatre gosses sur le pont. Il donne des ordres, de fausses manœuvres se font et une bataille s'engage. Virgil joue le jeu à fond pour le plus grand plaisir des mômes. Il se donne en spectacle et les gens s'attardent.
« Et capitaine une demoiselle en détresse. »
Son regard part directement dans la direction que le gamin lui montre. Une brune qui semble perdre l'équilibre. Il saute directement sur le pont et attrape la demoiselle par le bras.
« Attention c'est dangereux par ici madame. »
Puis il quitte son chapeau et se penche pour faire une révérence. Il n'a pas le temps d'en placer une que les mômes sont déjà là.
« Et madame vous avez été sauvée par le pirate le plus cool de la terre. Bon on vous laisse Virgil et merci pour la bataille. »
« Salut les moussaillons à la prochaine. Et soyez sages. »
« On sera jamais promis juré capitaine pirate. »
Puis il se concentre à nouveau sur la jeune femme.  
« Bonjour capitaine et pirate Virgil Alwood pour vous servir. Je peux vous aider. »
Elle cherche peut être un bateau particulier.

vmicorum.


La Mer berceau
de l'âme du marin. Écrin de vie du cœur du pirate. Elle est caresse, elle est tempête. Et jamais elle ne se dévoile totalement.

Revenir en haut Aller en bas
 
- Vous êtes vraiment pirate ? - Virgil -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut