Revenir en haut
Aller en bas

-51%
Le deal à ne pas rater :
Rowenta RH9252WO – Aspirateur Balai sans Fil Air Force All in One ...
189.99 € 384.99 €
Voir le deal

 

- [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Valentin MaréchalBon pour te remonter le moral
Valentin Maréchal
http://www.ciao-vecchio.com/t8442-valentin-marechal#285111 http://www.ciao-vecchio.com/t8447-valentin-29-ans-policier#285153
Faceclaim : bryan dechart + by me.
Thème·s abordé·s : auto-destruction et addiction à l'adrénaline/au danger.
Messages : 33 - Points : 80
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Tumblr_inline_pfnk8vefpl1rifr4k_1280
Âge : 29.
Métier : Policier.
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Empty
Sujet: [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano ( le Mer 10 Fév 2021 - 10:01 )

eliano (+) valentin

Biiip, biiip, biiip. C'est dans un grognement encore endormi que Valentin ouvrit une première paupière, regardant autour de lui tout en se demandant d'où provenait ce son atroce. «Oh, c'est pas vrai... Quelle heure il est, là...?» marmonna t-il difficilement dans sa langue natale, tournant alors son visage vers son auto-réveil. Il n'était pas moins de trois heure du matin.
Biiip, biiip, biiip. Valentin dirigea son regard vers le plafond. Il aurait juré croire que la source du bruit provenait de l'appartement de Mr. Vincenzo, son voisin résidant au premier étage. Pourtant, cela n'était jamais arrivé depuis qu'il avait emménagé ici. «Bon. Il va forcément se rendre compte que son réveil sonne dans le vide. Il ira l'éteindre aussitôt...», se raisonnait-il avant d'essayer de se rendormir, sa bouche entre-ouverte contre l'oreiller.
Biiip, biiip, biiip. Très bien. C'était la fois de trop. Rouvrant soudainement les yeux, Valentin était désormais parfaitement éveillé. Il ne savait pas pour quelle raison le bruit persistait, mais s'il y avait bien une chose qu'il comptait faire, c'est agir tout de suite. Il se convainquit que cela n'était pas loin de l'ordre du tapage nocturne et qu'avec un peu de chance, en montrant son insigne à Mr. Vincenzo, ce dernier calmerait ses envies de réveil à trois heure du matin. De l'abus de pouvoir, me dites-vous ? Possible, en effet.
Enfilant un jogging et un tee-shirt en guise de pyjama, Valentin se dirigea vers la porte de son appartement tout en saisissant ses clés - tout de même, il avait fait la vilaine erreur de s'enfermer dehors pas plus tard que le jour de son arrivée à Naples, alors pas deux. Adressant une caresse à inspecteur chocolat, il s'éclipsa de chez-lui avant de se mettre à grelotter subitement : quel froid de canard, dans la cage d'escalier ! Lui qui était si bien, emmitouflé sous sa couette chaude, il y a quelques minutes de ça...
Levant le bout de son nez vers l'escalier de l'immeuble, le jeune policier entama la montée tout en secouant la tête ; et quelle ne fut pas sa surprise en découvrant la silhouette d'un homme penchée sur la serrure de la porte de Mr. Vincenzo, une épingle dans la main - et dans l'autre, une fine tige de métal. Totalement abasourdi par ce qu'il avait sous les yeux, Valentin resta bêtement à le regarder jusqu'à entendre un petit cliquetis retentir, en confirmant l'ouverture. Est-ce que ce type venait de crocheter la serrure de son voisin...? Se raclant finalement la gorge, il souhaitait ainsi se faire remarquer de son nouvel interlocuteur. «Hé ben, vous avez drôlement changé, Mr. Vincenzo. Une perte de poids mêlée à, je sais pas... une chirurgie de reconstruction faciale, peut-être ?» déclara Valentin - usant du napolitain, non sans faire démonstration de son bel accent français.


I’ll tell you a secret. The really bad monsters never look like monsters.
ALL DARK, ALL BLOODY,
MY HEART.


Dernière édition par Valentin Maréchal le Dim 21 Fév 2021 - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eliano PisciottaVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Eliano Pisciotta
http://www.ciao-vecchio.com/t8451-eliano-pisciotta http://www.ciao-vecchio.com/t8453-eliano-pisciotta-o-49-ans-o-ex-braqueur-au-chomage
Faceclaim : pedro alonso
Thème·s abordé·s : criminalité; violences; manipulation psychologique
Messages : 35 - Points : 95
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano 08271926b6748aeae0a7c5533f9795fcc13f1e00
Âge : 49
Métier : ex-braqueur au chômage
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Empty
Sujet: Re: [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano ( le Mer 10 Fév 2021 - 23:36 )

eliano (+) valentin

Depuis sa sortie de prison, la vie d'Eliano était réglée comme une horloge. En accord avec les conditions de sa liberté anticipée, il lui fallait allouer une partie de sa journée à la recherche d'un job. Mais, n'en déplaise au système carcéral, personne ne l'avait informé que les retours de ses employeurs potentiels devaient être positifs... aussi consacrait-il le minimum d'énergie possible dans cette quête d'emploi. L'ex-criminel devait aussi communiquer avec son référent pénitentiaire à heures fixes. Puisque ce dernier surveillait ses déplacements à l'aide d'un bracelet électronique, Eliano recevait un coup de fil réprobateur à chaque fois qu'il se retrouvait à proximité d'une bijouterie ou d'un établissement bancaire — de peur qu'il ne les braque, sans doute — mais comme toute ville de sa densité, Naples comptait une banque tous les cents mètres et les appels de son cerbère étaient devenus plus intrusifs qu'un télévendeur. La sonnerie de son téléphone commençait à sérieusement l'insupporter, et il en avait déjà changé trois fois.
Autre contrainte imposée par signor sorvegliante, Eliano s'était vu privé de sorties nocturnes. Il devait impérativement rejoindre son domicile entre dix-neuf heures et sept heures du matin, sous peine de déclencher l'alarme de son bracelet électronique et de purger le reste de l'année en prison. Ainsi le campanien retournait-il dans son petit studio au loyer exorbitant chaque fin d'après midi, tel cendrillon, mais bien avant le coup de minuit.
Bien qu'il n'ait strictement rien à foutre de ses soirées, l'italien chérissait ces moments de calme durant lesquels son référent ne le dérangeait pas. Pas de sonneries, d'entretiens, de comptes-rendus ou de voisins bruyants; juste le silence nocturne. Il n'était pas rare qu'Eliano veille une bonne partie de la nuit, parfois même jusqu'au petit matin, en consécration du répit qu'elle lui accordait. Il dormirait pendant ces rendez-vous du jour suivant.
Vers deux heures du matin, le cinquantenaire décida que la meilleure façon d'en profiter était de se couler un bon bain. Une demie heure plus tard, il se prélassait dans l'eau, sous dix centimètres de mousse, un verre de vin rouge dans une main et un livre dans l'autre. Le seul bruit qu'on entendait était le pétillement des bulles de savon et le froissement des pages tournées.
A peine rendu au quart de « La Divine Comédie » de Dante, Elia s'apprêtait à se servir un nouveau verre lorsqu'une série de tonalités assourdissantes le firent sursauter dans son bain. Les murs étaient fins, par ici. « Mais bon sang, mais c'est pas vrai, ça, quel figlio di puttana règle son réveil à trois heures du matin ! » ronchonna-t-il en remplissant sa coupe à ras bords. Et encore, si c'était la première fois... la veille déjà, cet imbécile de voisin s'était levé aux aurores pour ne pas rater son avion, quel égoïsme que d'imposer ainsi ses vacances à tout le palier ! Ces gens là ne disposaient d'aucun savoir-vivre. Aucune décence, zéro respect pour la vie en communauté.
Son verre de vin au bord des lèvres, Eliano laissa passer dix tonalités avant de se rendre à l'évidence : il n'y avait pas deux individus à blâmer dans cette histoire. On parlait du même abruti de voisin, qui s'était envolé pour l'europe de l'est en laissant son réveil branché et programmé pour sonner à la même heure. En boucle. « Ce n'est pas possible, je rêve ! Mais que quelqu'un fasse taire cet engin ! » maugréa l'italien avant de quitter son bain, contrarié qu'on lui ait ruiné ce moment de détente. Il enfila un peignoir pourpre à motif et se glissa dans ses chaussons, rafla la sacoche en cuir qui traînait dans l'entrée et quitta son appartement; se laissant guider par le son du réveil, Elia arriva devant la porte de son voisin et entreprit d'en crocheter la serrure.
Le vacarme couvrit les pas de l'homme qui surgit derrière lui, et ce n'est qu'en arrivant au bout de sa tâche, prêt à pénétrer par effraction dans les lieux qu'il entendit le son de sa voix : « Hé ben, vous avez drôlement changé, Mr. Vincenzo. Une perte de poids mêlée à, je sais pas... une chirurgie de reconstruction faciale, peut-être ? »
Eliano marqua une courte pause, pris la main dans le sac. Il finit toutefois par se relever et ranger la sacoche — et ses outils — dans la poche de son peignoir, comme si de rien n'était, avant de répondre : « Oh, vous savez... un peu de repos, une stricte diète et un cocktail d'opiacés, c'est la recette du succès. Je vous donnerai le nom de mon coach. »
Il ponctua sa phrase d'un sourire charmeur. Sa voix était suave et sa posture assurée, si bien qu'on en oublierait presque lequel des deux hommes se trouvait à poil sous sa robe de chambre. « Mon cher cousin, Vincenzo (mais je l'appelle Vinny) a la gentillesse de m'héberger quelques jours pendant son absence. reprit-il, la main sur la poignée, et faisant de son mieux pour cacher le bracelet électronique qui cerclait sa cheville : Excusez-moi une petite minute... » Souriant à pleines dents en dépit du fond sonore, Elia se retourna et ouvrit la porte. Il traversa l'appartement à toute vitesse jusqu'à la chambre, débrancha le réveil d'un coup sec en l'arrachant à la prise murale et s'exclama joyeusement :  « Maintenant on s'entend parler ! »


The warden threw a party in the county jail. The prison band was there, and they began to wail.
Let's rock, everybody, let's rock.


Dernière édition par Eliano Pisciotta le Jeu 11 Fév 2021 - 22:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valentin MaréchalBon pour te remonter le moral
Valentin Maréchal
http://www.ciao-vecchio.com/t8442-valentin-marechal#285111 http://www.ciao-vecchio.com/t8447-valentin-29-ans-policier#285153
Faceclaim : bryan dechart + by me.
Thème·s abordé·s : auto-destruction et addiction à l'adrénaline/au danger.
Messages : 33 - Points : 80
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Tumblr_inline_pfnk8vefpl1rifr4k_1280
Âge : 29.
Métier : Policier.
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Empty
Sujet: Re: [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano ( le Jeu 11 Fév 2021 - 10:49 )

eliano (+) valentin

«Pffffrt.» ce fut un rire nerveux, étouffé par le peu de moralité qu'il possédait qui s'extirpa avant tout d'entre ses lèvres. Non, mais, est-ce que cet énergumène s'était vu ? Trempé comme une soupe, vêtu d'un malheureux petit peignoir... Valentin pouvait encore discerner les goûtes d'eau qui glissaient le long des mollets de son aîné - car, indéniablement, son vis à vis semblait plus âgé que lui. Quant à son excuse, elle... elle, était d'un illogisme sans pareil. Qui se trimbalait des outils de crochetage dans la poche alors qu'il résidait dans l'appartement d'un membre de sa famille, quand bien même aurait-il eu l'habitude de s'enfermer par mégarde hors de chez lui? Car, en effet, ce détail ne lui échappa pas. La sacoche.
«Oh, hé, non ! Revenez-là tout de su...» s'exclama subitement Valentin, regardant l'inconnu s'engouffrer dans l'appartement qu'il venait d'ouvrir par effraction. Suivant le criminel avec une certaine hâte, le jeune policier manqua alors de tomber à la renverse une fois arrivé au salon. Dans son sillage, l'homme avait laissé quelques petites gouttelettes d'eau, mais suffisamment pour le faire glisser : heureusement pour lui, Valentin avait de bons réflexes. C'est ainsi qu'il se rattrapa de justesse à la commode sur sa gauche, irrité d'avoir faillit se briser le coccyx dans un appartement qui n'était même pas le sien. «Bordel de merde !» jura t-il dans sa langue natale, avant de relever subitement la tête en direction de ce qui lui sembla la chambre : l'horrible son qui l'avait réveillé plus tôt venait de s'éteindre subitement, pour sa plus grande surprise.
Lâchant la commode qui venait de le sauver d'un possible séjour à l'hôpital, Valentin pris le risque de s'approcher de la chambre tout en ayant le réflexe d'apporter sa main vers sa hanche ; quand il se rappela qu'il n'était pas en tenue de service, et que son arme n'était donc pas ici-bas, un sentiment d'insécurité le saisit. Bon, ce ne serait clairement pas face à l'homme en peignoir qu'il risquerait de perdre la vie, mais... Il n'en restait pas moins louche et potentiellement dangereux.
Il essaya - de toutes ses forces - de s'empêcher de ressentir de la joie, bien que cela eut été difficile. Quel être normalement constitué se sentirait ravis d'avoir trempé le pied dans une situation compromettante, et donc, potentiellement dangereuse ? Pour Valentin, en tout cas, c'était un événement positif. Sa vie, sa longue et tortueuse vie ennuyeuse ne lui apportait plus aucun frissons de ce genre.
Poussant la porte de la chambre d'un geste de la main calculé, Valentin vit finalement son aîné plus loin, l'auto-réveil qui l'avait réveillé plus tôt dans les mains : débranché. Reconstituant les pièces du puzzle en quelques secondes, cela ne faisait plus aucuns doutes, maintenant... L'homme face à lui avait sûrement été victime de l'affreux réveil brailleur, lui aussi. «Donnez-moi une seule bonne raison de ne pas appeler la police.» bluffa alors Valentin, croisant les bras sur son torse. En réalité, il n'avait pas pensé à prendre son téléphone portable avec lui... Donc, s'il avait souhaité prévenir ses collègues du commissariat de cette effraction, il lui aurait fallut retourner dans son appartement, et... qui sait où aurait pu s'éclipser l'accusé pendant ce temps ?
Ses yeux détaillèrent l'homme, sans scrupule. Ce n'est que lorsque ses prunelles brunes se posèrent sur la cheville de son interlocuteur qu'il haussa les sourcils, papillonna des yeux, puis le fixa subitement. Un bracelet électronique de liberté conditionelle... ? Ah ah, jackpot ! «J'aime beaucoup votre bracelet de cheville. Très tendance, très... brillant. En revanche, je pensais que ce genre de bijoux devaient rester chez eux afin qu'il ne retournent pas dans la boutique où ils ont été achetés ?» Du sarcasme, toujours et encore. Oh, ça promettait d'être drôle. En l'instant, Valentin ne s'était jamais senti aussi reconnaissant de s'être fait réveillé à trois heure du matin... Enfin ; enfin, quelque chose se passait dans sa vie monotone et morose. Quelque chose de dangereux.


I’ll tell you a secret. The really bad monsters never look like monsters.
ALL DARK, ALL BLOODY,
MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Eliano PisciottaVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Eliano Pisciotta
http://www.ciao-vecchio.com/t8451-eliano-pisciotta http://www.ciao-vecchio.com/t8453-eliano-pisciotta-o-49-ans-o-ex-braqueur-au-chomage
Faceclaim : pedro alonso
Thème·s abordé·s : criminalité; violences; manipulation psychologique
Messages : 35 - Points : 95
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano 08271926b6748aeae0a7c5533f9795fcc13f1e00
Âge : 49
Métier : ex-braqueur au chômage
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Empty
Sujet: Re: [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano ( le Jeu 11 Fév 2021 - 23:44 )

eliano (+) valentin

Elia secoua le radio-réveil dans sa main avant de le balancer sur le lit avec nonchalance, satisfait d'avoir accompli sa mission. Il se tourna ensuite vers son interlocuteur qui l'attendait à l'entrée de la chambre, les bras croisés contre sa poitrine, comme pour l'empêcher d'en sortir; cette position n'était pas sans lui rappeler celle de ses anciens geôliers, ce qui lui arracha une grimace contrite. Il espérait ne pas voir l'inconnu s'obstiner davantage... si ce dernier comptait jouer les héros, la soirée pourrait très mal se terminer pour l'un d'eux. Hors de question qu'il retourne purger sa peine en prison.
« Je vais vous en donner trois, déclara-t-il avec impudence, tout en lui passant devant pour rejoindre le salon. Il balaya d'abord la pièce du regard et se dirigea vers un buffet en chêne. Premièrement, je vous ai sauvé de cet engin démoniaque. Ne me remerciez pas. » L'italien ouvrit les portes du meuble une à une pour en vérifier la contenance. Comme il s'y attendait, celui-ci était rempli de vaisselle et d'objets de famille. Un vase démodé, des couverts en argent et deux mugs en terre cuite absolument immondes, sans doute façonnés par le neveu de Mr. Vincenzo puisqu'ils se voyaient agrémentés des messages world's best uncle et happy birthday marco.
Elia sortit les tasses de la deuxième porte du buffet, et de la dernière, une bouteille de vin. Ce n'était pas un grand cru mais ma foi, pour une intrusion chez un voisin, cela ferait l'affaire. « Deuxièmement, je suis de très bonne compagnie. » affirma-t-il d'une voix chantante alors que ses mains étaient occupées à verser la boisson alcoolisée dans ces récipients de fortune. Une petite minute plus tard, Eliano revenait vers l'individu avec ses trouvailles. Il lui tendit l'un des mugs. « Troisièmement... » le cinquantenaire s'interrompit un instant, faisant mine de réfléchir. Il n'avait pas d'autre argument à avancer en sa faveur. De toute manière, il ne pensait pas en avoir besoin... Si son expérience en braquages lui avait appris quelque chose, c'était que ceux qui demandaient à être convaincus avant d'appeler les flics l'étaient déjà à moitié. « Troisièmement, vous devriez savoir que je suis complètement nu sous mon peignoir. Il esquissa un sourire amusé, puis reprit aussitôt : Alors si vous comptez me faire passer la nuit en garde à vue, amico mio, prévenez moi tout de suite que j'ai le temps d'enfiler un caleçon. »
Eliano vit les yeux de son cadet s'attarder sur sa cheville avec intérêt. Son sous-entendu le fit ricaner doucement, décidément ce jeune homme était plein de surprises. « Que voulez-vous, j'ai toujours eu un faible pour les bijoux. Mes... anges gardiens m'ont offert celui-ci en commémoration, mais malheureusement ce n'est pas trop mon style. »


The warden threw a party in the county jail. The prison band was there, and they began to wail.
Let's rock, everybody, let's rock.


Dernière édition par Eliano Pisciotta le Lun 15 Fév 2021 - 12:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valentin MaréchalBon pour te remonter le moral
Valentin Maréchal
http://www.ciao-vecchio.com/t8442-valentin-marechal#285111 http://www.ciao-vecchio.com/t8447-valentin-29-ans-policier#285153
Faceclaim : bryan dechart + by me.
Thème·s abordé·s : auto-destruction et addiction à l'adrénaline/au danger.
Messages : 33 - Points : 80
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Tumblr_inline_pfnk8vefpl1rifr4k_1280
Âge : 29.
Métier : Policier.
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Empty
Sujet: Re: [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano ( le Ven 12 Fév 2021 - 17:20 )

eliano (+) valentin

Un batême de l'air pour l'auto-réveil plus tard - quel homme délicat, décidément..., Valentin arqua les sourcils quand le criminel se contenta de le contourner, passant ainsi dans le salon comme si de rien était.
«Hé, où est-ce que vous... ?!» avait pesté le jeune policier, regardant son aîné s'approcher d'un buffet en chêne pour en ouvrir les portes. Comment pouvait-il être aussi audacieux ? Quoi que, cet adjectif n'était pas assez fort pour décrire le toupet de son vis-à-vis : désinvolte aurait été plus approprié.
Dans tous les cas, Valentin se contenta d'hausser les sourcils, de nouveau : alors comme ça, cet énergumène s'était amusé à crocheter une serrure à trois heure du matin dans le seul but d'éteindre un radio-réveil démoniaque... cette simple idée eu le don de lui procurer des crampes à l'estomac, se retenant de ne pas rire sous la surprise. En vérité, il avait encore du mal à comprendre ce qui était en train de se produire sous ses yeux. Il était en droit de se demander s'il ne s'agissait pas d'une caméra cachée... et désormais, Valentin n'était plus trop sûr de savoir comment réagir. Techniquement, il pourrait être considéré comme complice s'il n'arrêtait pas l'homme en face de lui : et en même temps, quelque chose le poussait à en savoir plus sur lui. Peut-être était-ce le charisme qui émanait de sa personne ? Difficile à déterminer.
Perdu dans le flot de ses pensées confuses, ce fut le mug que lui tendait son partenaire d'infortune qui le rappela à l'ordre. Il n'avait que très vaguement écouté ses bafouillages précédents - "très bonne compagnie" étant la seule chose qu'il avait retenu, si bien qu'il le dévisagea avec un air d'incompréhension que l'on aurait pu qualifier de légendaire.
S'emparant maladroitement du mug remplit de ce qui semblait être du vin, le brun se passa une main sur la nuque, se convainquant intérieurement qu'un petit verre d'alcool ne lui ferait pas de mal. En tout cas, une chose était sûre en l'instant : Valentin n'était pas aussi discipliné que l'on aurait pu le croire. Un policier, entré en effraction chez l'un de ses voisins, en train de boire du vin en compagnie de son complice infortuné ? En voilà, une belle preuve qu'il n'était décidément pas du tout fait pour ce job. Tout cela ne faisait aucun sens : tout comme ses décisions.
«Vous êtes... ? Sous le... ?!» sursauta Valentin, manquant de recracher le peu de vin qu'il avait commencé à ingurgiter. Il ne lui fallut qu'une poignée de secondes afin de devenir rouge, si violemment que l'on aurait cru qu'il était en train de se transformer en pivoine. Dorénavant, il lui était impossible de ne pas regarder son interlocuteur sans que son regard ne veuille nerveusement scruter les pans de son peignoir. Quel malaise.
«Et ça vous arrive souvent d'entrer en effraction chez les gens lorsque leur réveil sonne à tue-tête ?» répliqua finalement Valentin, fixant le fond du mug tout en déglutissant. «J'espère que vous ne m'avez pas fait le même coup - j'habite en bas. Croyez-moi que je ne vous accueillerais pas avec du vin, si cela devait se produire.» conclut le jeune homme.
Une question continuait de le tarauder. Quel avait-pu être son crime ? Une liberté conditionnelle n'était pas accordée à tous ; en plus de ça, elle était signe d'un acte suffisamment important pour avoir écopé de plusieurs années de prison, si ce n'est une bonne décennie.
Au point où il en était, il n'avait plus rien à perdre. C'est ainsi qu'il leva le nez du mug - en ayant descendu pas moins de la moitié, plongeant son regard tranchant dans celui de son vis-à-vis.
«Meurtre ? Cambriolage ? Trafic de drogue ?» furent ses premières déductions. Pas sûr que l'homme face à lui ne veuille en parler à un parfait inconnu, mais Valentin ne pouvait empêcher cette étincelle de curiosité - ainsi que de danger fou - le pousser à le lui demander en face. «Et avant que vous ne me rembarriez, je pourrais vous convaincre de m'en parler en vous disant que je peux à tout moment contacter les flics. Ça dépend de vous, amico mio.»


I’ll tell you a secret. The really bad monsters never look like monsters.
ALL DARK, ALL BLOODY,
MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Eliano PisciottaVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Eliano Pisciotta
http://www.ciao-vecchio.com/t8451-eliano-pisciotta http://www.ciao-vecchio.com/t8453-eliano-pisciotta-o-49-ans-o-ex-braqueur-au-chomage
Faceclaim : pedro alonso
Thème·s abordé·s : criminalité; violences; manipulation psychologique
Messages : 35 - Points : 95
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano 08271926b6748aeae0a7c5533f9795fcc13f1e00
Âge : 49
Métier : ex-braqueur au chômage
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Empty
Sujet: Re: [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano ( le Lun 15 Fév 2021 - 21:14 )

eliano (+) valentin

Eliano assista à la scène avec amusement. Il entendit l'inconnu répéter ses mots en bafouillant — le temps que l'information fasse son chemin, il s'était arrêté au milieu d'une phrase classée sans suite — et retint difficilement son rire quand ce dernier changea de sujet. « Et ça vous arrive souvent d'entrer en effraction chez les gens lorsque leur réveil sonne à tue-tête ? »
Il savait que le rouge qui lui montait aux joues n'était pas dû à l'alcool mais à la brusque réalisation de sa (presque) nudité. Cette fausse pudeur divertit grandement Eliano. Son cadet apparaissait totalement déstabilisé; ses yeux sombres alternaient entre fuite et curiosité, attirés tels des aimants vers l'ouverture de son peignoir écarlate. Naturellement, le criminel s'en amusa et décida de le mener en bateau aussi longtemps que possible.
« Seulement les soirs de pleine lune... et quand j'oublie de prendre mes médocs, répondit-il sur un ton malicieux, avant de lever son verre, comme pour trinquer : ou que je les mélange avec de l'alcool ». Sa plaisanterie fut suivie d'un éclat de rire sonore. Le pire, c'était que ce mensonge n'en était pas vraiment un. Son psychiatre lui avait réellement prescrit un traitement médicamenteux — mais pour d'autres raisons — qu'il refusait de prendre; mais cela, son interlocuteur ne l'apprendrait que bien plus tard.
Portant le mug à ses lèvres pour goûter le vin, l'italien en prit une gorgée qu'il fit tourner dans sa bouche pour mieux l'apprécier. Il s'attendait à une piquette dégueulasse, mais ce n'était pas si mal en vérité.
Alors que son voisin le bombardait de questions sur ses précédents crimes, Eliano lui adressa un regard méfiant. En règle générale, celui-ci ne perdait aucune occasion de parler de lui et de ses succès en marge de la légalité. Mais il ne connaissait absolument rien de ce jeune homme, et ce n'est pas parce qu'il avait fraichement purgé une peine en prison que la justice allait fermer les yeux sur ses autres délits... s'il confessait un crime à la mauvaise personne, involontairement ou pas, son compte était bon.
« Exhibitionnisme. » Encore un mensonge sous couvert de dérision. Elia s'efforça de garder son sérieux pour ne pas vendre la mèche. Il dégusta une nouvelle gorgée du vin, laissa patienter son interlocuteur un court instant, puis finit par déglutir pour lui répondre avec un peu plus d'honnêteté.
Il aurait pu lui dire qu'il avait traversé la Piazza del Plebiscito ou escaladé la cathédrale de Naples dans la tenue d'Adam, mais au bout d'un moment, les sarcasmes perdaient de leur intérêt même pour ce mégalomane.
« J'ai plongé pour le braquage d'une bijouterie, admit l'ex-détenu tout en choisissant soigneusement ses mots. C'est le seul crime pour lequel j'ai été jugé. » Ce serait aussi le dernier, du moins l'espérait-il. Il savait que la vie dans la légalité ne lui conviendrait jamais et qu'il finirait forcément par s'en éloigner, mais il ne comptait pas se faire rattraper de sitôt. Il négligea de préciser, certes délibérément, qu'il s'agissait d'un casse à mains armées; la mention d'armes à feu n'enthousiasmait généralement pas les civils. « Et vous, vous suivez souvent vos voisins ex-criminels dans les appartements d'inconnus pour boire un verre avec eux ? Ou je suis juste chanceux ? »


The warden threw a party in the county jail. The prison band was there, and they began to wail.
Let's rock, everybody, let's rock.
Revenir en haut Aller en bas
Valentin MaréchalBon pour te remonter le moral
Valentin Maréchal
http://www.ciao-vecchio.com/t8442-valentin-marechal#285111 http://www.ciao-vecchio.com/t8447-valentin-29-ans-policier#285153
Faceclaim : bryan dechart + by me.
Thème·s abordé·s : auto-destruction et addiction à l'adrénaline/au danger.
Messages : 33 - Points : 80
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Tumblr_inline_pfnk8vefpl1rifr4k_1280
Âge : 29.
Métier : Policier.
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Empty
Sujet: Re: [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano ( le Jeu 18 Fév 2021 - 10:58 )

eliano (+) valentin

Plus le temps passait et plus Valentin avait la fâcheuse impression que son interlocuteur se payait sa tête. C'est qu'il était compliqué de cerner un homme que l'on ne connaissait pas - et, qui plus est, qui sortait de l'ordinaire par son extravagance hors norme. «Exhibitionnisme. Ben voyons.» railla le brun, se faisant sarcastique. Il n'était pas né de la dernière pluie, et il n'allait certainement pas se satisfaire d'une telle réponse. Cela dit, tandis qu'il scrutait le visage de l'homme en question, le policier ne s'était pas aperçu qu'un sourire ornait dorénavant ses propres lèvres. Il appréciait la situation bien plus qu'il n'oserait l'admettre.
Il l'observa avaler de son vin volé, maigre consolation pour un réveil aussi matinal : pour finalement obtenir la réponse qu'il escomptait en premier lieu. Alors comme ça, Mr. John Doe appréciait les bijoux de luxe ? Il n'était pas le seul, certes... Valentin en avait vu défiler, des bandits de grand chemin. Cela dit, aucuns d'entre eux n'avaient le charme ou le charisme de l'inconnu ici présent. À cette simple remarque intérieure, le policier ne pu s'empêcher de se sentir bête de telles pensées : lui rappelant encore une fois qu'il était nu sous son peignoir. Un combo qui acheva de le faire se sentir mal à l'aise. «Le seul, certes, mais pas des moindres.» lui délivra Valentin, décidant d'aller vider le mug - ce n'était pas tant qu'il n'avait pas soif, ou qu'il n'aimait pas le vin, mais la simple gorgée à trois-heure du matin lui tournait la tête. Alors qu'il se dirigeait vers ce qui semblait la cuisine - ouverte sur le séjour, ce qui lui permettait de garder en vue son partenaire d'infortune, il le rinça simplement avant de l'essuyer.
La dernière déclaration de son interlocuteur manqua de le faire s'étouffer avec sa propre salive. Venait-il de lui faire du charme ? Peut-être bien... Valentin n'avait jamais été un fin séducteur, alors cela lui échappait amplement. «Disons simplement que je m'inquiète du bonheur des résidents.» lui déclara t-il en premier lieu, et ce fut là un vilain mensonge. Misanthrope, Valentin - pardonnez-en l'expression, mais, s'en tamponnait royalement le coquillard. «Et puis, il y a une première fois à tout. Vous, en revanche, je ne serais pas étonné de savoir qu'il ne s'agit pas là de la première fois que vous vous retrouvez nu face à un parfait inconnu.» son instinct lui disait qu'il avait affaire à un sacré luron, alors cette simple affirmation lui paraissait plausible.
Dans son esprit, Valentin ne pu s'empêcher de trouver la scène encore plus cocasse qu'auparavant. Le pauvre homme s'était mis à flirter avec un policier... en plein délit. Si ça, ce n'était pas un mauvais karma, alors...
Une fois revenu au niveau de l'homme en peignoir, le policier le scruta une dernière fois, jaugeant la situation. «Changeons ça. Je m'appelle Valentin. Et voilà, je ne suis plus un inconnu, maintenant.» plaisanta t-il tout en tendant sa main vers lui comme pour l'inviter à la lui serrer.
Et quand ce n'était pas l'auto-réveil de Mr. Vincenzo qui faisait des dégats, c'était sa grande horloge à pied... sonnant d'un glas lent et irritant, elle annonçait les quatre heure du matin. Laissant un soupir dépasser la barrière de ses lèvres, Valentin détourna son attention de l'objet infernal, plongeant son regard dans celui de l'homme face à lui. «Bon, ce n'est pas que votre compagnie est déplaisante, mais j'ai eu mon lot de criminalité pour cette nuit.»


I’ll tell you a secret. The really bad monsters never look like monsters.
ALL DARK, ALL BLOODY,
MY HEART.
Revenir en haut Aller en bas
Eliano PisciottaVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Eliano Pisciotta
http://www.ciao-vecchio.com/t8451-eliano-pisciotta http://www.ciao-vecchio.com/t8453-eliano-pisciotta-o-49-ans-o-ex-braqueur-au-chomage
Faceclaim : pedro alonso
Thème·s abordé·s : criminalité; violences; manipulation psychologique
Messages : 35 - Points : 95
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano 08271926b6748aeae0a7c5533f9795fcc13f1e00
Âge : 49
Métier : ex-braqueur au chômage
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Empty
Sujet: Re: [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano ( le Dim 21 Fév 2021 - 19:14 )

eliano (+) valentin

Le quinquagénaire regarda son jeune interlocuteur s'éloigner vers la cuisine pour y rincer son mug. Était-il bien élevé ou désireux d'effacer les traces de sa présence dans l'appartement, Elia s'interrogea, à juste titre. S'agissant de la deuxième hypothèse, il y avait fort à parier que son voisin ait déjà trempé dans l'illégalité ou dans la lutte contre cette dernière... c'était en tout cas ce que lui suggérait cet automatisme. Il se garda pourtant de le questionner, ayant l'intuition que ce mystère ne devait pas être résolu trop vite. En tant qu'homme d'action, Eliano se fiait volontiers à son instinct; plus souvent qu'à la logique, ce qui n'était pas toujours une bonne chose d'ailleurs.
« Disons simplement que je m'inquiète du bonheur des résidents. » Elia haussa un sourcil, peu convaincu par cette réponse... Il n'y croyait pas. Ou peut-être s'y refusait-il car cela ne collait pas à son individualisme. Quoiqu'il en soit, celui-ci ne chercha pas à cacher sa perte d'intérêt : « Le bonheur des... eh bien, en voilà une raison barbante » lâcha-t-il, sans filtre.
L'incompréhension — et un peu de déception peut-être — s'entendait dans le ton de sa voix. Ce raisonnement lui échappait totalement. Qu'attendait-il, qu'on lui décerne une médaille ? Pourquoi se préoccuper des besoins des autres résidents ? L'altruisme gratuit le rendait soupçonneux.
L'italien était sur le point d'ajouter que Valentin l'avait bien cerné, mais qu'ils n'étaient plus des inconnus à partir du moment où celui-ci l'avait imaginé nu sous son peignoir. Mais ayant tout juste fait sa connaissance, il estimait avoir suffisamment testé ses limites... son interlocuteur méritait un peu de répit. Et puis, il se passerait bien d'une plainte pour harcèlement.
« Continuez comme ça, et qui sait, peut-être que Mr. Vincenzo fera aussi un mug à votre effigie, répliqua Eliano, non sans sarcasme. Il rebondit alors en levant son verre, souriant à pleines dents : Valentin, vicino dell'anno. »
Il posa le récipient sur le comptoir de la cuisine pour serrer sa main tendue, lui adressant un « Eliano » charmeur en guise de réponse. Celui-ci récupéra alors son verre et le délesta de son contenu jusqu'à la dernière goutte.
Une fois à court de vin, l'italien se dirigea vers la cuisine et imita son voisin, nettoyant et séchant scrupuleusement le mug. Il attrapa ensuite la vaisselle et la ramena jusqu'au buffet dans lequel elle se trouvait auparavant.
Eliano fit mine d'y ranger les deux tasses, mais garda la sienne dans une main, loin des yeux de Valentin. Elle n'avait aucune valeur quelconque — à part peut-être aux yeux de son propriétaire, Mr. Vincenzo — mais il fallait croire que le manque de sensations fortes l'avait rendu kleptomane.
« Dans ce cas, je vous souhaite une excellente nuit, déclara le campanien tout en marchant jusqu'à la porte, saisissant au passage la bouteille de vin entamée un peu plus tôt, laissez-moi m'enfuir avec les preuves. »
Sans laisser à son interlocuteur l'occasion de protester, il lui adressa un clin d'oeil avant de disparaitre dans l'entrée, le mug caché dans son dos :
« A bientôt, Valentino. »


The warden threw a party in the county jail. The prison band was there, and they began to wail.
Let's rock, everybody, let's rock.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano Empty
Sujet: Re: [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [TERMINÉ] l'heure du crime (+) eliano -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut