Revenir en haut
Aller en bas


 

- Ma Saint-Valentin -

CIAO VECCHIO :: Partie Communication :: Brigitta, Vana & Vous :: Vana Carvallo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vana CarvalloBlogueuse / Blogueur
Vana Carvallo
Faceclaim : Adria Arjona ©hidden falls
Thème·s abordé·s : biphobie, ivg, relation toxique, violences conjugales
Messages : 2 - Points : 10
Ma Saint-Valentin Tumblr_inline_okassjrGFY1s74wy7_400
Âge : vingt-neuf ans
Ma Saint-Valentin Empty
Sujet: Ma Saint-Valentin ( le Mar 16 Fév 2021 - 20:50 )
Ma Saint-Valentinpublié le 16 février (20:50)
TW : biphobie

Il y a des soirées prévues dans le calendrier annuel, imposées par les traditions. Noël, le jour de l'an, où ne pas être en compagnie de ses proches est symbole de tristesse, même quand vous prenez du plaisir à vous emmitoufler dans un bon plaid, devant une série Netflix, autour d'un plat commandé pour ne pas être aux fourneaux.

Cette fête commerciale dont tout le monde raffole (ou pas) en fait partie. Les célibataires dépriment parce qu'iels passent la Saint-Valentin en solitaire, d'autres apprécient de ne pas être emmerdé par une moitié, tandis que les couples… Ah, les couples. C'est leur journée. C'est ma journée (non).

Je fais partie des personnes qui lèvent les yeux au ciel dès qu’il s’agit de penser au bonheur de son couple une journée dans l’année, en oubliant que les attentions peuvent se faire les 364 jours restants, avec plus de spontanéité, d'envie, sans une once d’hypocrisie et surtout, sans cette obligation : « Hé chérie, nous sommes le 15 février, c’est la fête des amoureux, faut qu’on fasse quelque chose ! » Vous voyez de quoi je parle ? Même quand t’as pas envie de bouger, le calendrier rappelle qu’il faut faire l’effort de se motiver pour faire semblant de prendre soin de son binôme. Encore faudrait-il que ce dit binôme ne se trompe pas de date. :)

Et c'est donc grâce à cette erreur que je pensais échapper à mon destin. Le ton ferme, cynique, un « C'était hier » est sorti, avant de reposer mon regard sur Friends. Après de longues secondes où il n'a pas prononcé un seul mot, le type s'est mis à mes genoux pour m'adresser un regard doux, en s'excusant de ne pas avoir été attentif. La seule personne ayant donné de l'importance au 14 février, c'est lui, pas moi.

Au restaurant, nous attendait des ami·e·s, à lui, pas les miens (il les déteste). Un couple avec qui il s'entend très bien. Deux personnes qui ne vont jamais l'un sans l'autre, qui ne se laissent même pas respirer (on comprend pourquoi il les adore). Tout se passait plus ou moins bien, jusqu'à ce que le duo nous révèlent une information capitale que tout le monde avait envie de savoir (non) : iels se sont offert une partie à trois la veille. Pour essayer, pour le fun, l'expérience.

Quelque chose que mon partenaire n'a pas compris. J'ai senti sa main se poser sur ma cuisse, très fort, tandis qu'il déclara ouvertement que ce n'était pas son genre d'expérience, qu'il craignait déjà que j'aille voir ailleurs et que donc, il ne comptait pas me faciliter la tâche. La cause ? Ma bisexualité. Oui. Cette « chose » qui me rend « instable » (ce sont ses mots). Ca a toujours été un problème entre nous. Les remarques, le manque de confiance, j'y ai droit non-stop. Dès que j'observe une femme un peu trop, ou que je passe trop de temps avec mes ami·e·s. Mais là, c'était juste trop. J'ai pris mon sac et, sans aucune explication, je me suis tirée.

Depuis, il essaie de se faire pardonner, mais ça devient juste épuisant. Les mêmes erreurs, les mêmes mots pour demander pardon, et le cycle reprend, toujours en boucle.

Une Vana fatiguée.
Revenir en haut Aller en bas
 
- Ma Saint-Valentin -
CIAO VECCHIO :: Partie Communication :: Brigitta, Vana & Vous :: Vana Carvallo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut