Revenir en haut
Aller en bas

Le deal à ne pas rater :
20% de remise supplémentaire sur les Soldes Nike
Voir le deal

 

- [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Clarizio Entreprises
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
https://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f https://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Messages : 300 - Points : 934
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Tumblr_inline_n2ejntpu0u1s1jhku
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio ( le Mer 27 Fév - 21:21 )
Levant ses yeux au ciel, il soupira longuement : “Tu parles beaucoup trop. J’avais oublié que tu étais un vrai moulin à paroles.” Ce genre de remarques ne l’intéressait absolument pas.

Il faut dire que Ban-Ryu préférait l’action dans sa vie privée que de parler. Probablement parce que son travail consistait principalement à négocier des contrats ou à faire des réunions interminables. Elio parlait et aux yeux de l’asiatique faisait son fanfaron mais qu’en serait-il s’il mettait vraiment les pieds dans le plat ? S’il tentait de le faire sien là, maintenant, tout de suite ? Est-ce qu’il aurait assez de courage pour le suivre et accepter ses avances ou bien est-ce qu’il se débinerait comme un chien battu, la queue entre les pattes ? En attendant, la question n’était pas là. L’état d’Elio semblait assez grave et il était hors de question que Ryu lui cause encore plus du mal. Alors, il proposa la meilleure activité possible : se mettre sur le canapé et regarder Netflix. Ouvrant ses bras, son ami ne mit pas de temps à s’y glisser pour se coller le plus possible à lui. Refermant ce dernier, il posa sa tête sur celle d’Elio en mettant la série coréenne en route avec des sous-titres. Faisant allusion à la compagne de l’Italien, Ryu ne savait vraiment pas si entre eux il y avait anguille sous gravillons ou non. Ils semblaient réellement ensemble : il les avait vu de ses propres yeux. Et c’est pour cela probablement qu’il se retiendrait de faire quoique ce soit avec Elio tant que les choses n’ont pas été mises au clair. Surprit par la demande d’Elio, il fronça les sourcils avant de lui demander pourquoi il voulait soudainement apprendre le coréen ? Depuis quand sa langue l’intéressait ? Ce n’est pas comme s’il pourrait l’utiliser tous les jours et s’il faisait ça pour se mettre dans les petits papiers de sa famille : cela était raté. Rien que le fait qu’il aime les hommes autant que les femmes le mettait directement sur la case : honte. Regardant la série, il décrocha en sentant Elio se rapprocher. Nullement impressionné, il ne bougea pas et ne laissa rien transparaître alors que son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine. Il l’écouta et au fur et à mesure qu’il parlait : haussa son sourcil droit. Vraiment ? Il voulait qu’il dise tout ça en coréen ? Et l’apprendre qui plus est ? Ryu n’était absolument pas certain. Il refréna les frissons qui voulaient transparaître, il avala discrètement sa salive et se fit violence pour ne pas l’embrasser. Le coréen avait, heureusement, appris avec les années à contrôler totalement son corps. Il n’avait pas eu le choix.

“Tu veux vraiment que je te traduise ça ou tu veux juste m’entendre dire la même chose dans une autre langue ?” Il continua de le regarder : “T’es bien mignon de parler comme ça.” Il prit sur lui pour sourire en coin et cacher sa gêne. Il se sentait tellement mal à l’aise en cet instant. Ce genre de discours n’était pas sa tasse de thé. : “Reposes-toi maintenant. Et si je peux te donner un conseil… Quand tu veux apprendre une langue regarde les séries en VOST, maintenant il y a des sous-titres dans toutes les langues.” Puis il reporta son attention sur la série.

Quand il entendit frapper, il se redressa et alla ouvrir. Park-Lee donna les sacs, s’inclina avant de repartir. Ban-Ryu referma la porte et se mit déjà au travail une fois ses manches relevés pour ne pas tacher sa chemise.
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 550 - Points : 1374
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Tumblr_inline_nkxhsr9Uu81t3gh7j
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Concierge dans le building de l'entreprise Clarizio.
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio ( le Jeu 28 Fév - 21:44 )
En entendant la remarque de Ryu, Elio se força un retenir un soupire. A chaque fois qu’ils se voyaient, le coréen ne pouvait s’empêcher de critiquer un aspect de sa personnalité. Il était égoïste, trop sensible, il s’énervait pour rien, jouait au dramaqueen et maintenant parlait trop. C’était à se demander pourquoi le PDG tenait tant à rester près de lui. Qu’il aille trouver meilleure compagnie avec ses riches hommes d’affaire qu’il devait côtoyer quotidiennement. Utilisant tout son self-control, ne voulant pas pourrir l’ambiance qui commençait juste à se détendre, Elio s’installa dans les bras de l’asiatique en se concentrant sur la télévision. Mais sa concentration fut de courte durée. Il était bien difficile pour le brun de regarder une série alors qu’il se trouvait aussi près de Ryu. Il voulait bien plus mais tentait de rester correcte. Ses efforts partirent en fumée alors qu’il s’approchait déjà dangereusement de son ami, avouant des choses qu’il avait gardé pour lui bien trop longtemps. Décalant son visage pour pouvoir l’observer,Elio prit de plein fouet l’impassibilité totale du Coréen. Rien. Aucun frisson, ses joues ne prenaient aucune teinte rosée et il n’y avait aucune lueur différente dans ses yeux.

« Tu veux vraiment que je te traduise ça ou tu veux juste m’entendre dire la même chose dans une autre langue ? » Surprit de cette réaction – bien lointaine de celle imaginée dans son esprit salace – Elio mit quelques secondes à réagir. Ryu avait le don de mettre en doute la plupart des choses que le jeune père pensait savoir. Aujourd’hui il mettait à épreuve ses capacités au flirt, qu’il croyait jusqu’ici élevée. Mais évidemment, cela ne marchait pas avec le Coréen.  Visiblement dépité, le brun s’installa de nouveau pour plonger son regard sur l’écran de la télévision. « Je sais que tu ne dirais jamais ça Ryu. En Italien ou dans n’importe quelle autre langue » Il n’était pas dupe, même s’il avait espéré durant quelques secondes le contraire. Peut-être bien que l’asiatique sentit le malaise et essaya de rattraper le coup en disant qu’il était mignon, mais cela ne trompa pas Elio. « C’était idiot. Oublie ça okay ? » L’Italien regrettait déjà ses mots. Il avait été porté par la situation et s’était emballé à cause de leur proximité. Il avait toujours été comme ça, même plus jeune. Ryu n’avait aucun mal à le faire retomber dans la réalité quand il s’emballait pour rien. C’était aux yeux de l’Italien un point positif de leur amitié autrefois. Mais maintenant que ses sentiments s’étaient développés, il ne savait pas quoi en penser. « J’compte pas apprendre le Coréen. C’était juste pour… » Il haussa les épaules, regardant la télévision, sans suivre le cours de l’histoire. « Faire un truc à deux. Mais ça marche mieux quand on parle pas visiblement »

En entendant les coups sur la porte, Elio releva la tête. Ryu se leva et répondit comme si c’était son propre appartement, ce qui ne dérangea pas tellement le brun. Tout de même curieux, le propriétaire des lieux se redressa pour voir qui pouvait bien les déranger, il n’attendait personne. En voyant l’homme se trouvant sur le palier, Elio le détailla de haut en bas. Plutôt pas mal, Ryu savait s’entourer. Elio garda cette information pour lui, ne voulant pas froisser son ami. Et puis il n’y avait qu’un homme avec qui l’Italien s’imaginait être, un seul pour qui il pourrait affronter les regards accusateurs de certains. Et il se trouvait dans sa cuisine, pas sur le palier.

De nouveau allongé sur le sofa, les yeux rivés sur Ryu qui cuisinait, Elio laissait la série combler le silence. Pouvaient-ils vraiment être ensembles ? Son cerveau tournait à mille à l’heure alors que ses yeux fixaient chaque geste du Coréen pour les imprimer et ne jamais les oublier. Qu’est-ce qu’il était beau, comme ça, concentré sur la tâche. Mais ça non plus, il ne le dirait pas. Il avait compris la leçon lors de sa première révélation.« Je ne suis pas avec Ada » Il avait parlé assez fort pour couvrir le son de la télévision « On fait semblant à l’extérieur comme ça elle se fait moins emmerder. » Et puis on ne lui posait pas de question non plus, c’était une sorte de couverture pour cacher son attirance pour les hommes. « Autant que tu sois au courant. Que tu ne penses pas que je drague tout ce qui bouge » Il remit son bras sous sa tête pour être plus confortable, mettant moins de poids sur son flanc « Ma dernière conquête c’était la mère de Charlie. Alors tu vois, ça fait tellement longtemps, je sais même plus comment on fait »
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
https://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f https://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Messages : 300 - Points : 934
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Tumblr_inline_n2ejntpu0u1s1jhku
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio ( le Ven 8 Mar - 11:33 )
Ban-Ryu aimerait pouvoir jurer qu’il changerait, qu’il ne pourrait pas s’empêcher de faire des réflexions, mais il ne pouvait pas. Il ne pouvait tout simplement pas. Probablement parce qu’on ne lui avait pas fait de cadeaux : alors pourquoi il en ferait à son tour ? Il n’avait pas la capacité comme certains d’être une meilleure personne comparée à ceux qui lui ont fait du mal. Il ne mangeait pas de ce pain-là. Pensant pouvoir profiter d’une soirée calme et simple devant la télé : il comprit rapidement qu’Elio ne le laisserait pas se reposer. Au lieu de cela, il fit ce que Ryu détestait le plus. Dans un discours mielleux, il exprima ses sentiments pour l’asiatique qui ne savait pas où se mettre à l’instant. Non pas que ces paroles ne lui faisaient pas plaisir, mais il était plus du genre à garder tout pour lui et rien exprimer. Alors, entendre autant de paroles douces le mettait mal à l’aise. Vraiment. Incapable de montrer une once d’attendrissement, il se contenta d’avaler sa salive et de rester sur terre. Hors de questions pour son cœur de s’emballer. Il s’était trop de fois brûlé et puis : Elio était en couple non ? Pourquoi il agissait ainsi alors qu’il avait dans son lit une femme aux formes généreuses ? Finalement, son ami se réinstalla en affirmant que ce n’est pas lui qui dirait une telle chose.

« Tu me connais non ? Tu sais que je ne suis pas comme ça et je ne le serais jamais non. » Il haussa les épaules, mais il ne s’excusa pas. Faire des efforts, pourquoi pas ; mais changer du tout au tout… Non. Et puis ce n’est pas comme s’il avait un jour été comme ça. Il ne l’avait jamais été. Levant ses yeux au ciel quand il monta sur ses grands cheveux, ajoutant qu’ils voulaient faire un truc avec lui. « Et voilà, on est reparti… » Souffla-t-il pour lui-même. Etait-ce réellement tout blanc ou tout noir entre eux ? « Il y a mille et une chose qu’on peut faire ensemble et apprendre le coréen peut venir s’ajouter à force de me côtoyer. Arrête d’être pessimiste comme ça nous concernant. »

En entendant frapper, il alla ouvrir comme s’il était chez lui : ne demandant même pas la permission à Elio. De toute façon, ce dernier devait se reposer alors autant qu’il reste allongé pendant qu’il prenait soin de lui. Il remercia Park-Lee et referma la porte à clé avant de commencer à préparer la soupe. Surprit par les paroles de son ami, il arrêta son geste et de couper la viande. Il resta immobile quelques minutes avant de reprendre la préparation :

« Vous avez bien joué le jeu. J’y ai cru. » Il releva sa tête pour regarder l’Italien. « Pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt ? Tu avais peur que je le crie sur tous les toits et brise ta couverture ? » Ban-Ryu prit une longue inspiration : « Je suis soulagé d’apprendre ça. » Il mit la viande à cuir et fit le bouillon avant de se laver les mains et de s’approcher du canapé pour se mettre sur Elio : « Cela me donne plus d’idée pour quand tu iras mieux. » Il sourit. Il n’exprimait pas verbalement ses sentiments, mais savait toujours montrer son attirance avec des gestes. Il était comme ça. Il n’avait jamais été un homme de lettre. Probablement parce qu’ils parlaient déjà trop dans son travail pour vouloir le faire en privée. « Est-ce que je dois prendre cette révélation comme une confession que tu es célibaitaire… » Souffla-t-il en se rapprochant dangereusement de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 550 - Points : 1374
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Tumblr_inline_nkxhsr9Uu81t3gh7j
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Concierge dans le building de l'entreprise Clarizio.
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio ( le Dim 7 Avr - 14:44 )
Elio pouvait sentir une pointe de nostalgie le submerger. Parce que malgré les efforts, les deux hommes ne semblaient pas pouvoir retrouver ce qu’ils avaient de si précieux avant. Le départ de Ban-Ryu fut comme le glas d’une relation légère et sans prise de tête. Ils se voyaient tout le temps, et les disputes éclataient que lors de rares occasions, si rare qu’Elio n’en avait aucun souvenir. Aujourd’hui, ils avançaient chacun en tâtonnant, ne sachant pas toujours quoi dire alors que les mots venaient naturellement il y a de cela 10 ans.

Bien sûr, la situation tout entière a changé, les sentiments ne sont plus aussi chastes et les pensées dérivent bien trop rapidement dans le cerveau du jeune père. Lui qui s’est promis d’oublier le Coréen est forcé de réaliser qu’il n’a pas réussis. Alors il se rapproche, maladroitement, dit des choses qui mettent visiblement mal à l’aise son ami. La frustration se fait sentir et rapidement il sort l’arme la plus courante : le pessimisme. Le PDG le lui reproche d’ailleurs rapidement.  « Je suis désolé Ryu. J’ai juste du mal à imaginer que ça puisse s’arranger et redevenir aussi bien qu’avant » Parce qu’il y a trop de non-dit, de douleurs cachées dont ils ne veulent pas parler. Peut-être par pudeur ou alors par fierté.

Il semble baisser les bras pendant Ryu se lève pour ouvrir la porte de son appartement. Elio le suit du regard alors qu’il déambule entre le corridor et la cuisine. Il le dévore des yeux quand le Coréen commence à couper les légumes, tellement concentré sur la tache qu’il ne semble pas le remarquer. C’est à ce moment précis que le concierge décide d’avouer pour sa fausse relation. Ada et lui, c’est du flan, une belle mascarade pour leurrer les plus curieux. Il sait que ce mensonge est un frein pour son possible rapprochement avec Ryu. Il guette d’ailleurs sa réaction, tentant de trouver un mince sourire sur son visage. Il a beau chercher, Elio n’en voit pas, mais il remarque la surprise chez son ami. Ses gestes se sont arrêtés, c’est bon signe non ?« C’est parce que ce n’est pas vraiment un jeu. On tient l’un à l’autre. Mais elle sait que… » Il hésite, ne termine pas sa phrase. Adalyn est au courant pour Ryu, pour le manque et les années d’absence. Elle sait aussi que le cœur d’Elio n’a jamais vraiment appartenu à quelqu’un d’autre qu’au Coréen. Alors il laisse sa phrase mourir sans aller au bout de sa pensée. Il répond plutôt à la question de son ami « Non. Je sais que tu n’es pas du genre à colporter des rumeurs. Je sais que tu garderas ça pour toi » Il avait confiance en lui à ce niveau. Il savait que Ryu n’aimait pas les commérages de quartiers, cela lui faisait déjà lever les yeux au ciel quand ils étaient plus jeunes. « Je voulais surtout que tu vois que même sans toi j’avais réussi. Que j’avais une magnifique copine et un meilleur job » Il le regarda « C’était comme une façon stupide de me venger pour ton silence. Te faire croire que ça ne m’a pas vraiment atteint » Il haussa les épaules « Parce que toi tu t’es marié, t’es PDG d’une entreprise qui brasse des millions et tu arrives toujours dans des costards qui doivent valoir tout mon appartement »

Ryu s’approcha dangereusement. Près, bien trop près pour Elio. Un sourire vint finalement décorer son visage et le concierge ne put que lui répondre. « Oui… Je suis célibataire. Mais j’espère plus pour longtemps » Il mettait carte sur table, quitte à se faire rejeter. Après tout, Ryu l’avait fait avant lui. N’y tenant plus, il leva sa main pour la poser sur la nuque du Coréen afin de l’attirer un peu plus contre lui. Il voulait sentir son corps contre le sien et ses lèvres sur sa peau. Il l’embrassa, incapable d’attendre que Ryu fasse le premier pas. « Alors si ma prétendue relation était la chose qui t’empêchait d’aller plus loin… » Il l’embrassa de nouveau, visiblement accro à ses baisers et son parfum « Tu peux l’oublier » Ses doigts glissèrent sur sa peau, passant de sa nuque à sa mâchoire avant de lui caresser les lèvres « On pourrait se retrouver ici…Ou chez toi. Après le boulot. Personne n’en saurait rien »
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
https://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f https://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Messages : 300 - Points : 934
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Tumblr_inline_n2ejntpu0u1s1jhku
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio ( le Ven 19 Avr - 10:15 )
Ban-Ryu savait que les choses ne rentreraient pas dans l’ordre immédiatement. Ils avaient tous les deux changé : surtout lui. Alors comment pouvaient-ils retrouver ce qu’ils avaient avant qu’il ait pris ce fichu avion ? Avec le temps, cependant, le coréen avait l'espoir que tôt ou tard : ils allaient retrouver cette fameuse dynamique qui avait enivrer son esprit et fait battre son coeur à un rythme éreintent. Pour cela, ils allaient devoir tous les deux faire des efforts. Les torts étaient partagés, ils avaient tous les deux cette fierté mal placée.

“Tu n’as pas pensé à un seul instant que ça pouvait être même mieux qu’avant hein ?” Des paroles soufflées, une idée mise sur la table pour qu’Elio comprenne enfin que tout n’était pas noir dans cette histoire. Il y avait une lueur d’espoir et il ne tenait qu’à lui de suivre cette faible lumière.

Finalement, la conversation se termina au son de la sonnette. Ryu se leva pour aller ouvrir : se doutant que Park-Lee se trouvait derrière. Il prit le sac et alla immédiatement dans la cuisine pour commencer à cuisiner. C’est qu’il ne se débrouillait pas trop mal et savait faire de bons mets à ceux qu’il appréciait. Elio avait besoin d’un plat consistant qui allait l’aider à guérir et à le rendre plus fort. Comme il l’avait si bien fait remarqué : il avait un fils qui était sa priorité. Ryu allait donc l’aider à remonter en selle. C’est en coupant les légumes que son ami avoue sa fausse relation. Arrêtant ses faits et ses gestes, il avala sa salive et salua la performance non sans remarquer qu’Elio ne termina pas sa phrase. L’homme d’affaires ne poussait pas cependant son ami à la finir. Au lieu de cela, il termina de préparer la soupe puis de se laver les mains : “C’était complètement idiot de vouloir faire une telle chose, tu le sais ça ? Je ne suis pas un homme matériel, qui juge les gens sur leur réussite.” Attrapant un torchon, il les sécha soigneusement : “Rien de tout cela, je l’ai voulu et au fond, je le donnerais pour que je puisse avoir une vie près de toi.” C’était la triste vérité : “Même si Mei est une des plus belles choses que j’ai faite.” Il reposa le torchon tout en gardant son regard sur son hôte.

Se rapprochant d’Elio, il ne tarda pas à se mettre sur lui : le forçant à s’allonger. Par prudence, il demanda à ce dernier de confirmer ces dires : histoire d’être certain que Ryu ne se méprenait pas. Il était un connard, cela n’était plus une nouvelle, mais tout de même. Répondant au baiser, la chaleur ne tarda pas à s’emparer de son corps alors qu’il mit plus de passion dans le baiser. Son bassin vint rencontrer rapidement le sien alors qu’il le força à se rapprocher un peu plus. L’embrassa fougueusement, son corps en voulait plus, mais son esprit le rappelait à l’ordre : Elio était mal au point. Il ne servait à rien de causer des douleurs bien qu’elles puissent être agréables.

“On se retrouvera où tu veux.” Il caressa sa joue de son pouce : “Et même si quelqu’un l’apprend, je m’en fiche.” Il l’embrassa doucement : “En attendant, repose-toi ok ? La soupe sera prête dans une demie heure.” Il l’embrassa à nouveau et se redressa pour s’asseoir. Il en profita pour bien remettre son pantalon même s’il ne pouvait pas cacher son désir. “Tu as des médocs à prendre ? Ils sont où ?” Qu’Elio en profite, Ryu voulait se prendre pour une infirmière le temps d'une soirée.


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 550 - Points : 1374
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Tumblr_inline_nkxhsr9Uu81t3gh7j
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Concierge dans le building de l'entreprise Clarizio.
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio ( le Ven 19 Avr - 21:51 )
Impressionner Ryu était quelque chose qui importait beaucoup pour Elio. Il avait toujours fait attention à ce que le Coréen pouvait penser de lui, mettant son opinion en premier plan dans ses décisions. Cela n’avait pas vraiment changé durant les dix dernières années. Malgré l’absence, il avait souvent imaginé le regard de son ami avant de prendre une décision délicate. Pourtant, Elio pensait ne jamais le revoir. Il pensait que Ryu resterait en Coréen avec sa femme et son enfant. A vrai dire, il ne savait même pas que c’était une fille avant de la rencontrer au hasard dans un couloir de l’école. Mais les voilà maintenant réunis, et c’est pour cette raison que l’Italien a décidé de mettre carte sur table. Il ne voulait plus de non-dits, de sous-entendu qui font plus de mal que de bien. « C’est facile de dire ça quand tu es celui qui réussis le mieux Ryu » Il le pointa du menton « Regardes-toi » Comme si l’homme d’affaire savait qu’ils auraient ce genre de conversation – et voulait prouver les mots d’Elio – il portait en ce moment même ses vêtements de travail. « A chaque fois que j’te vois t’es impeccable. Et t’en fais pas, j’irais pas jusqu’à dire que t’es beau parce que je me suis fait recaler la première fois, mais regardes ton costard Ryu. Juste… compare nous 2 secondes » Durant les jours les plus noirs, le concierge s’était même demandé si le PDG ne prenait pas plaisir à étaler sa réussite. Elio portait une chemise et un jean. La dernière fois, au bar, il était vêtu d’un t-shirt bon marché. Evidemment qu’il comparait leurs situations et que cela le ramenait à la triste vérité : ils n’étaient plus du tout les mêmes. « Avant on payait nos sandwiches en vidant nos poches. On trouvait même ça drôle » Il sourit tristement « Tu te souviens du jour où on a taillé les hais de mister Donelli ? Le soir on a acheté plein de conneries et on a eu l’impression de bouffer comme des rois » Il haussa les épaules « Je suis content que tu ais réussis ta vie bien sûr. Mais comprends juste que moi aussi je voulais…t’impressionner » Pourtant il avait la responsabilité de Charlie, travaillait et payait ses factures. Il avait juste l’impression de ne pas être au même niveau que son ami.

La conversation prit une autre tournure quand Ryu s’approcha. Elio avait eu raison de mettre cartes sur table, le comportement de son ami avait changé. Leur corps se rapprochèrent et Elio sentit cette chaleur familière s’emparer de son bas ventre. Cela lui fit remettre un peu plus de fougue dans ses baisers, jusqu’à ce que Ryu se décale. « Tu dois vraiment arrêter de me rendre aussi dingue pour ensuite me dire de me reposer … » Il leva sa main pour entrelacer ses doigts dans ceux du Coréen. « S’il te plaît, t’éloignes pas » Il était incroyablement sincère et son regard le prouvait. Il tira un peu sur sa main pour l’obliger à se rasseoir sur le canapé. « J’ai des medocs et des crèmes oui » Sans pour autant lui dire directement où ils se trouvaient, l’hôte porta la main de Ryu à ses lèvres pour l’embrasser. Il releva ensuite les yeux vers l’asiatique « Mais j’ai peur que ça n’aide pas ton petit problème de pantalon… » Au lieu d’en faire un sujet tabou, Elio décida d’en rire. Il avait toujours été joueur, même si cela était dangereux avec Ryu. « Normalement c’est ma sœur qui le fait mais j’aime l’idée de t’avoir comme médecin perso pour la soirée » Il caressa le dos de la main de son meilleur ami avant de la lâcher pour ouvrir les trois premiers boutons de sa chemise. « La crème est sur ma table de nuit, première porte a droite. Agata m’a dit d’en appliquer après la douche, c’est pour ça qu’elle l’a pas fait » Sauf qu’il n’irait pas ce soir, cela pourrait bien attendre demain. Pour le moment, il comptait bien profiter de Ryu. « Si ça t’embête pas. » Et puis il verrait ainsi combien le corps d’Elio avait changé en 10ans, pensée que l’Italien garda pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
https://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f https://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Messages : 300 - Points : 934
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Tumblr_inline_n2ejntpu0u1s1jhku
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio ( le Sam 18 Mai - 11:27 )
Ryu n’était pas certain de savoir d’où venait cette obsession d’Elio de vouloir à tout prix l’impressionner. Il n’avait jamais pourtant demandé une telle chose à son ami. Il l’avait toujours accepté comme il l’était car c’était avec ses qualités et ses défauts qu’il était tombé amoureux de lui. Oui. Il l’aimait, mais après tant d’années loin de lui ; alors que leurs chemins ont pris des directions différentes ; est-ce qu’ils pouvaient encore être ensemble ou tout du moins essayer ? Ban-Ryu commençait tout juste à faire le deuil de sa femme, mais même si son coeur était pleinement guérit de cet amour qui est venu tardivement dans sa vie : Elio n’était pas libre. Il était avec une avocate blonde qui semblait le rendre heureux. Il l’avait vu de ses propres yeux un jour par le plus grand des hasards.

“J’aurais préféré avoir du mal à joindre les deux bouts que d’être plongé dans l’enfer dans lequel j’ai dû survivre toutes ces années. Prétendre, berner mon entourage… Tu penses que j’ai eu la vie facile hein ?”
Ban-Ryu ne pouvait pas le blâmer, il donnait cette impression en effet. Probablement parce qu’il s’est fait prendre au jeu de son père jusqu’à en oublier qu’il avait été. Pourtant, au contact d’Elio : il avait l'espoir de ne plus être cet homme imbus de sa personne, bien trop confiant et sûr de lui. “Comment oublier… Le lendemain, on a eut mal aux ventres toute la journée !” Bien sûr qu’il se souvenait de cela.

Quand finalement Elio lui avoua qu’entre Adalyn et lui cela n’était que du flan, un poids se leva de son coeur. Mieux encore : il prit immédiatement la décision de ne plus se retenir. Il ne connaissait pas la jeune femme, mais il avait au moins le respect de ne pas toucher ce qui n’était pas libre. Maintenant, il n’y avait plus rien qui le retenait de s’approcher. L’embrassant encore et encore, n’hésitant pas à enlever toute la distance entre eux : Ban-Ryu voulait ne faire qu’un avec son ami. Cependant, la convalescence de se dernier était peut-être le dernier obstacle qui l’empêchait de faire une telle chose.

“Tu préfères que je parte ?” Une question qui ne tarda pas à avoir une réponse quand il sentit la main d’Elio se glisser dans la sienne pour entrelacer leurs doigts. Le coréen se réinstalla sur le canapé et écouta attentivement Elio. Il glissa son regard vers l’entrejambe de concierge avant de rire : “Alors toi… Tu n’en rates pas un hein ? Comment veux-tu que je réfrène mes avances si tu mets de l’huile sur le feu à la moindre occasion hein ?” Non parce qu’il se retenait d’aller plus loin justement parce que son ami était blessé. Sans quoi, cela ferait depuis longtemps que leurs vêtements auraient valser dans le salon.

Ban-Ryu se leva pour aller dans la chambre et prendre la crème, entre temps, le maître des lieux avait enlever sa chemise. Naturellement, son regard ne perdit pas une seule miette du spectacle qui s’offrait à lui.

“Tu devrais aller te doucher, je te mettrais ta crème après.”
Il se racla la gorge, commençant lui-même à avoir une boule dans son pantalon. “Le temps que tu te laves et la soupe sera prête en plus.” Ban-Ryu posa la crème sur la table basse et attrapa les mains de son ami pour le lever. Il sécurisa le corps de ce dernier en passant ses bras autour de lui pour le serrer tendrement. “Je ne compte plus partir, m’éloigner de toi alors… Prends le temps d’aller mieux hm ?” Et pour cela, Elio devait suivre les conseils de sa soeur.


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 550 - Points : 1374
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Tumblr_inline_nkxhsr9Uu81t3gh7j
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Concierge dans le building de l'entreprise Clarizio.
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio ( le Sam 8 Juin - 19:34 )
Elio avait souvent imaginé la vie de Ryu en Corée. Il avait pensé à tellement de scénarios, qu’il était maintenant incapable de s’arrêter sur un. Certains étaient terribles, d’autres bien plus beau. La seule chose dont il pouvait être certain, c’est que le Coréen revenait avec beaucoup d’argent en poche et une magnifique petite fille qui semblait l’adorer. Alors comment les années passées sur sa terre natales avaient pu être si difficiles ? Il ne posait pas de questions, le jeune Benucci savait qu’il n’aurait pas de réponse. C’est comme un accord non-verbal entre eux. Alors Elio dériva sur les souvenirs de jeunesse, ceux qui lui apportaient autant de joie que de nostalgie. Combien de fois s’étaient-ils plongés dans les photos, combien de billets de cinéma avaient-il fixé, l’air un peu lointain ? Bien trop pour qu’il s’en souvienne. Mais Ryu le rassura en montrant que lui aussi, il se souvenait de leur naïveté d’antan, de leurs conneries mais aussi de leurs espoirs quelque peu idéaux. Cela poussa Elio à avouer pour sa fausse relation avec Adalyn. Peut-être parce qu’il sentait qu’au fond, le PDG était sincère, qu’ensemble ils pouvaient tourner la page et écrire un nouveau chapitre. Le résultat ne se fit pas attendre, déjà le Coréen se rapprochait. A sa question, Elio attrapa la main du brun, ne voulant pas qu’il s’éloigne de trop. Le reste le fit sourire en coin, air taquin qui revient sur son visage. « Tu me connais non ? J’ai toujours été joueur. » Parce que Ban-Ryu en avait été témoin durant leur jeunesse. Elio aimait flirter, il aimait plaire et voir le regard des demoiselles changer sur son passage. « Je me souviens d’ailleurs très bien t’avoir demandé le numéro d’une fille avant que tu me sautes dessus… La veille de ton départ » C’était la première fois qu’il en parlait ouvertement avec lui. Bien sûr, Elio en avait parlé à sa sœur…Et à Adalyn. Les deux jeunes femmes l’avaient bien trop longtemps entendu parler de Ryu et de cette fameuse soirée dans le bar. Mais jamais le concierge n’avait évoqué directement ce moment avec le concerné. Peut-être qu’il avait honte, peut-être qu’il ne savait pas comment aborder le sujet. ET au final, c’était venu naturellement, sous la plaisanterie.

Le brun dans la chambre, Elio enleva sa chemise, comme un avant-goût pour le reste de leur relation. Étaient-ils ensemble ? Il n’en savait trop rien et n’avait pas envie de gâcher le moment à essayer de mettre un terme sur ce qu’ils étaient. Enfin il se sentait à l’aise auprès de Ryu, il avait l’impression que leur amitié redevenait comme celle du passé. Et cette complicité lui avait manqué. « D’accord monsieur l’infirmier. » Il sourit de plus belle avant de se redresser, attrapant la main de son ami. Sentant ses bras autour de lui, Elio se sentit en sécurité, à sa place. Il écouta attentivement et son cœur sembla s’alléger d’un poids. « Je vais faire de mon mieux. Je sais que j’aurai une récompense si je guéris rapidement » Voilà qu’il avait retrouvé son bagou habituel, celui que Ryu devait connaître. Il le couva un instant du regard, juste quelques secondes avant de se décaler à regret de ses bras. « J’espère que cette soupe sera bonne après tous les efforts pour avoir les ingrédients » Elio lui vola un baiser à peine sa phrase terminée, comme une promesse pour un meilleur futur. Puis il s’éloigna en direction de la salle de bain. Si ses pas le guidaient vers la pièce, il espérait que leur relation elle aussi irait dans la bonne direction. Il savait qu’ils étaient les seuls à décider s’ils voulaient ou non être heureux.


SUJET TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio - Page 2 Empty
Sujet: Re: [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] "Et sinon, tu aurais pu me prévenir avant non ?" // Elio -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Clarizio Entreprises
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2