Revenir en haut
Aller en bas

Voir le deal
34.99 €

 

- [terminé] = How I Mer Your Dad [PV Ava] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
Constello Alma
https://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th https://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Sandrine (avatar MERCI!) et Rogers (code de signature)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 17.01.2020
Messages : 4215 - Points : 1645
[terminé] = How I Mer Your Dad [PV Ava] - Page 2 Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
[terminé] = How I Mer Your Dad [PV Ava] - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] = How I Mer Your Dad [PV Ava] ( le Sam 31 Aoû 2019 - 5:15 )
Mentir ou dire la vérité : un dilemme dont on sous-estime un peu trop régulièrement le poids. Ma boussole morale avait trop souvent eu l’impression de perdre le nord confronter à cette question simple. Mille fois j’aurais pu choisir de rompre mon mariage pour dire la vérité. Mille fois, j’avais choisi de rester. Sans nécessairement réaliser que chacune de ces décisions rajoutait un poids supplémentaire sur mon équilibre mental de plus en plus mis à mal par un mariage qui n’était pas fait pour moi. C’était un peu la même chose que ce qui se passait en ce moment. S’asseoir avec la jeune Castelli, c’était naviguer en eaux potentiellement tumultueuses où mensonge et vérité se côtoyaient avec un peu trop de proximité si on en voulait mon humble avis.

Face à mon métier, il n’y avait pas de questions à se poser. J’oeuvrais dans l’économie tertiaire, je produisais pour les autres un service de divertissement. Mais je ne pouvais m’empêcher de sourire en l’entendant parler avec les yeux pétillants de l’impression que cela faisait d’être reconnu. Je dus toutefois me retenir pour ne pas rajouter que Salvatore avait plus que le charisme (qu’il savait faire obtenir des orgasmes à en rendre fou le plus sain des hommes) et que nous avions une chimie extraordinaire, un lien qui nous unissait (ah bien oui, près de vingt ans à se retrouver pour se laisser aller à quelques bas instincts ça permettait d’établir un lien). Mais je n’allais pas avouer que je n’avais pas la libido d’un panda géant et que c’était ses bras à lui qui savaient me servir de réconfort toujours pendant un certain temps.

Il y a des choses qui se disent et d’autres qui ne se disent pas. J’optais donc pour une version édulcorée et politiquement correcte alors que je me mourais d’envie de réclamer une partie de ses bras au détriment de mon mariage et de mon image publique, bannière sous laquelle je m’affichais depuis des années par un soucis de préservation essentielle. « Honnêtement, on ne s’y fait jamais. C’est toujours un plaisir de rencontrer des admirateurs qui sont passionnés, mais jamais embêtants… Sans votre soutien mademoiselle et ceux qui irons voir le film, je n’aurais pas la chance de faire de tel partenariat. Mais je suis persuadé que votre métier est un équivalent et qu’il permet de mettre un petit côté pratique dans la vie de ceux qui font affaire à vos talents. »

Nous en revenions donc au sujet de son père. Et tel un castor, j’avais conscience de la fragilité de la hutte de mensonge que je pouvais tacler. Il fallait ici que je trouve la délicate limite entre ce qu’elle se devait de savoir et ce qui n’était pas nécessaire qu’elle sache. Je connaissais son père mais c’était une histoire ancienne. Il ne pourrait pas expliquer son côté de l’histoire, ces aventures verticales à saveur de banane et de cacao. Je n’avais pas nécessairement conscience de combien cruelle ma décision de ne pas lui dire. Je ne considérais pas, s’il avait refait sa vie avec une autre femme après une aventure passagère, qu’elle avait besoin de savoir exactement la nature de notre relation. L’amour majoritairement charnel qui nous avait été presque essentiel d’échanger à un point.

Je ne pouvais pas nécessairement me douter de l’impact que mon refus aurait sur la demoiselle. L’admiration présente quelques secondes plus tôt fis place à une colère sourde. Mais je considérais que je le faisais pour mon propre bien, que je le faisais comme c’était nécessaire que je le fasse. Ça ne me dérangeait pas d’encaisser sa colère et sa frustration. Je savais qu’il y avait trop à expliquer. Mais je ne répliquais pas à ce qu’elle ressentait. Elle avait bu, plus que moi. Ce ne fut pas pour autant que j’enlignais le montant sur la table pour régler son addition. Je profitais du serveur pour demander la mienne. J’aurais peut-être du lui dire un semblant d’explication mais ni mentir, ni dire la vérité ne me semblait une bonne option. Lorsqu’elle revient vers moi pour me tendre sa carte de visite, je la pris avec un sourire triste sur le visage, conscient que j’avais brisé un espoir de renouer avec un père disparu. « J’étais également ravi de faire votre connaissance et garderais cette carte bien au chaud si jamais j’ai à redécorer. » dis-je avec un sourire avec de moi aussi prendre le montant et de le déposer. La glissant dans mon porte-feuille, c’est à mon tour de tourner doucement les talons et de m’éloigner vers la maison, ou ma femme m’attend probablement pour que l’on discute encore et encore de cette séparation.

Sujet terminé
comme discuté par MP on verra pour un second sujet



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] = How I Mer Your Dad [PV Ava] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2