Revenir en haut
Aller en bas

-71%
Le deal à ne pas rater :
Chargeur sans-fil Samsung EP-PN920 – Noir (Via ODR 20€)
8 € 28 €
Voir le deal

 

- En un aire de España. (Sullivan) HOT -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
https://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan https://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Ante mortem (vava)
Messages : 561 - Points : 966
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Tumblr_inline_oxoaz7gZF01rifr4k_540
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) HOT ( le Dim 6 Oct 2019 - 17:13 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
Je me sens parfaitement à mon aise en compagnie de Sullivan, je l'apprécie en tant que médecin. Mais là je découvre l'homme et j'avoue qu'il me plait bien. Et je ne parle pas que du physique. Parce que oui je m'y attarde comme pas mal de gens, mais j'aime aussi cerner la personne. Connaitre ses passions, ses ressentis. Je ne suis pas le genre de mec qui me jette sur des relations basées uniquement sur le sexe. J'aime être impliqué émotionnellement, même si je n'ai jamais été amoureux. J'ai rarement d'histoire d'un soir, juste pour dire j'ai couché. Bon c'est arrivé, mais je peux compter ce style d'aventure sur les doigts de ma main. Alors quand Sullivan ne dit pas non au fait de me retrouver en privé, j'essaie d'en apprendre un peu plus. Surtout que lui a déjà un bon dossier sur moi. C'est là que le sexy docteur me parle de photo, et en suivant je lui propose de venir lors d'un cours de flamenco pour prendre des clichés. La rencontre pourrait être amusante et je pourrais lui faire pratiquer quelques pas. « La musique est une part importante de ma vie. Je joue toujours le même morceau avant d'entré dans une arène. On a quelques rituels dans ma profession. On est très croyant et très superstitieux. » D'ailleurs je me pose encore des questions sur ma préparation le jour de mon accident. Je ne me souviens pas d'avoir fait quelques choses de travers ou d'avoir oublié un geste. C'était le destin. De toute façon y penser ne réécrira pas cette journée. N'effacera pas le fait que j'ai été blessé.

Je préfère me concentrer sur Sullivan et sur le fait qu'on joue carte sur table sur nos attirances sexuelles. En plus vu notre façon de faire difficile de ne pas se douter de son penchant. « Petit air charmeur. Je retiens. » Et mon sourire ce fait plus large. Mon charme opérerait-il sur le beau gosse ? Nous avons tous les deux des métiers de passion, des métiers qui demandent de l'implication. Et qui parfois jouent beaucoup sur nos choix de vie. « J'en suis conscient, et je respecte le fait que certains ne puissent accepter qu'on tue des animaux. Mais bon un boucher en tue aussi, seule différence ils n'en font pas un spectacle. » Il est vrai qu'il y aurait beaucoup à débattre sur la corrida. Pour moi le toro dans l'arène est mon équivalent. Et je le combats et je le tue avec respect. Mais pas envie de débattre trop longtemps sur mon métier. En plus celui de Sullivan est tout autant prenant et ne facilite pas non plus une vie de famille. « Quatre ans cela laisse des traces. C'est une bonnes idée, on est l'abri de rien. Et prendre ce que la vie nous offre tout en faisant gaffe ce n'est pas mal non plus. » Se laisser porter et voir venir.

Je reprends ma guitare et Sulli a l'air d'aimer ce que je joue. Un morceau doux qui se marie parfaitement avec notre discussion et l'instant que nous partageons. « J'ai été baigné à peine conçu par cette musique et cette danse. Ma mère a pratiqué le flamenco jusqu'à la fin de chacune de ses grossesses, accompagnée par mon grand-père et mon père. Cela coule dans mes veines comme la corrida. J'aurais pu me détourner de cette univers. Mes parents auraient parfaitement compris et accepté que je fasse autre chose. Mais cela me plaisait. Même si niveau musique je touche à d'autres univers. Je suis le cliché parfait de l'espagnol habitant Séville. » Je me mets à rire tout en continuant à jouer. C'est une plaisanterie que l'on me fait souvent. Mais je n'y vois rien de péjoratif. De toute façon je suis bien ce cliché vivant. Je passe sans problème d'une mélodie à l'autre allant de la balade aux musique plus traditionnelles. Juste pour montrer quelle palette je peux jouer, pas pour me vanter, mais pour voir ce qui accroche le plus l'intérêt de Sulli. Ce qui pourrait le séduire d'avantage.

vmicorum.


L'amitié
ne connaît ni feinte ni déguisement, tout y est sincère, tout part du cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
https://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli https://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + jenesaispas
Messages : 648 - Points : 1341
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Tumblr_ncjfiqj2ZY1st5z40o4_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) HOT ( le Mer 6 Nov 2019 - 14:12 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


Ecoutant ses mots, il reprend. « - Il me semble que les espagnoles sont souvent croyant non ? » Il plisse les yeux, posant une véritable question. Il ne veut pas rentrer dans les clichés mais c’est toujours ce qu’il a entendu. Après, il lui a dit l’être, du moins dans sa profession. Ce qui ne le dérange pas du tout. Sa grand-mère l’était beaucoup également. Lui ne s’est jamais vraiment intéressé à la religion et toutes ces choses. On ne lui a jamais dit d’aller à l’église, de prier. Son père n’était pas croyant de son côté. Il hoche la tête par rapport à sa comparaison avec le boucher. Il aurait envie de croire que ceux-ci ne tue que les animaux malades. Mais ça n’est pas vraiment le cas. Ce qui réserve quand même un triste sort à ces petites bêtes. Sullivan n’est pas végétarien pour autant, il mange de la viande. C’est important pour la santé, il ne pourrait pas s’en passer. Même s’il existe d’autres choses maintenant. « - C’est un débat compliqué. Vaut mieux pas rentrer là-dedans. » Il lui adresse un sourire directement. N’allant pas plus loin dans ce genre de sujet. C’est bien trop délicat. Et il n’a pas dans l’idée de se battre, surtout qu’il est dans le respect de son métier malgré tout. Il n’a pas à juger.

Une relation de quatre années, ce n’est pas rien. Ca marque, ça laisse des traces. Il a été amoureux de cet homme, même si les sentiments s’en sont allés. Maintenant, c’est autre chose. Il est libre de faire ce qu’il veut. Il a choisi de prendre les choses comme elles viennent. Même s’il a des rêves et des envies de famille. Surtout d’un enfant. Mais c’est loin d’être le genre de chose qu’on lâche sans raison. Il écoute la musique tranquillement, appréciant la mélodie. Il se mit à rire finalement en relevant les yeux sur son visage. « - Ce n’est pas si mal. Les espagnols de Séville. » Il lui fait un clin d’œil directement. Il parle bien évidement de son interlocuteur. Il n’en connait qu’un, lui de toute façon. Il n’est jamais allé en Espagne. Même si c’est un pays qui semble très beau également. « - Tu m’en montreras un peu plus, quand on en aura l’occasion. » Il parle bien sûr de la danse. Il peut attendre un moment s’il le faut de toute façon. Il repose finalement le regard devant lui. Observant la rue attentivement. Il a bien fait de sortir en tout cas. Ca lui a fait du bien. Juan lui a permis de se changer les idées. Il ne s’y attendait pas plus que ça. « - Tu sais ce que j’aime aussi. Les saisons qui arrivent. J’aimais beaucoup quand j’étais à Londres. Les décorations que ça soit pour octobre, ou pour décembre. Le temps qui change. Rentrer chez-soi, se poser devant un film, devant une cheminée. Un rêve. J’ai une cheminée dans ma maison. Je la voulais absolument. » Dit-il avant de se mettre à rire. Même si ici, le temps est beaucoup plus chaud qu’en Angleterre. Ca lui fait vraiment plaisir. Et il le fera quand même quoi qu’il arrive. « - Qui sait, tu pourrais peut-être venir en profiter un soir. » Il dit ça comme ça, il ne le regarde pas spécialement d’ailleurs. Même si ça lui ferait plaisir. C’est toujours mieux de passer de bons moment avec quelqu’un.



AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
https://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan https://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Ante mortem (vava)
Messages : 561 - Points : 966
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Tumblr_inline_oxoaz7gZF01rifr4k_540
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) HOT ( le Dim 17 Nov 2019 - 0:14 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
« En effet, on nous enseigne l'amour pour Dieu au berceau. Et dans ma profession c'est encore plus marqué. Ce n'est pas qu'une occupation que l'on pratique simplement. C'est un engagement profond et sincère. Entrer dans l'arène sans faire le signe de croix serait impensable. Après je ne vais pas à la messe tous les dimanches, mais je prie souvent. C'est un besoin vital. Mais comme je respecte ceux qui n'aiment pas la corrida, je respecte ceux qui ont une autre religion ou même ceux qui ne croient en rien. Je ne tuerais pas pour ma religion, même si c'est une part importante de ma vie. »  La religion tout comme la corrida sont des sujets épineux, j'ai souvent fais les frais de l'un comme de l'autre. Vu la haine que ces deux amours pouvaient engendrer. J'ai toujours essayé de rester droit et d'écouter les avis de chacun. Moi je tire des bénéfices des deux, la religion m'apporte souvent la paix, toréer un dépassement de soit. Il n'y a pas de compartiment entre ces deux parties de moi, plus une osmose, un équilibre qui m'est nécessaire pour vivre. Je sais que certaines personnes ne comprennent pas. Mais moi je ne serais pas l'homme que je suis aujourd'hui sans cette alliance parfait entre les deux.  « Oui il vaut mieux garder la discussion légère que de partir sur des débats qui pourraient lever une armée 

Je lui souris, jouant de mon charme après tout c'est Sulli qui lui même a parlé de mon côté charmeur. Alors j'en use, en abuse peut être un peu. Il a l'air pas mal réceptif le beau docteur. « Se sont même les meilleurs. » Je réponds à son clin d’œil, bon j'exagère un peu sur le coup. « Enfin j'en connais un de vraiment pas mal. » Et non je ne me vante pas, ni me jette des fleurs. L'instant est plaisant et je préfère le voir se prolonger et ne pas penser au moment de l'adieu. Je laisse mes doigts gratter ma guitare, les notes s'envolent donnant à ce moment un air plus privé. Même si nous sommes à la vue de tous, la musique que je joue est plus pour Sullivan, que pour les passants qui s'attardent parfois sur nos silhouettes. On s'écoute à tour de rôle. « Tu as vécu à Londres ? Moi j'aimerais visiter la Finlande, l'Irlande, l’Écosse même. Des terres fertiles. J'ai plus vu de terres arides, il est vrai que mon métier se pratique plus facilement dans les pays chaud. » Je me mets à rire aussi avant que Sulli me glisse l'idée d'une future soirée. « C'est cool un bon feu de cheminée. Et une soirée à deux à regarder les flammes ou un bon film doit être fort sympathique. » Superbe suggestion qui me tenterait bien. « Il y a un tapis devant ta cheminée ou bien un canapé confortable ? » Mes mots font peut être un peu rentre dedans, mais vu comme je regarde le docteur s'il croise mes yeux, il va vite se douter de ce qui germe dans ma tête. On est plus des gamins et on a clairement avoué qu'on aimait croquer dans tous les fruits. Je ne vais pas non plus me jeter comme un pauvre affamé sur Sullivan, mais je lui fais comprendre que je ne lui dirais pas non. Même s'il me proposait de le suivre chez lui tout de suite.

vmicorum.


L'amitié
ne connaît ni feinte ni déguisement, tout y est sincère, tout part du cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
https://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli https://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + jenesaispas
Messages : 648 - Points : 1341
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Tumblr_ncjfiqj2ZY1st5z40o4_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) HOT ( le Ven 22 Nov 2019 - 20:14 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


Sullivan écoute avec attention les paroles de son interlocuteur sans en perdre une miette. Il apprend à le connaître un peu plus par ces informations. La religion, sa profession également d’ailleurs. Même s’il connaissait déjà son activité. Il respecte ses croyances et son mode de vie. Il n’est personne pour juger de toute façon. Tant qu’il n’est pas dans l’idée de convertir les autres ça ne pose pas de problème. « - C’est une bonne chose. » Répondit-il simplement. Toujours dans l’idée de ne pas créer de débat sur ces sujets. Ils donnent souvent lien à des disputes et il n’a pas envie d’en arriver là. Bien que l’un respecte les choix des autres sans soucis. Il approuve donc d’un simple signe de tête quand il lui indique être d’accord avec lui. Il ne pousse pas la conversation plus loin.

Sullivan hausse un sourcil à ses mots. « - Oh monsieur est donc sûr de lui. » Il se mit à rire légèrement et hausse les épaules. Il a sans doute raison, il ne le connaît pas encore bien mais il lui semble pas mal pour être honnête. Déjà physiquement c’est un bel homme, on ne peut pas passer à côté. Il écoute la musique, le son de la guitare, tout en poursuivant la conversation avec l’espagnol. Il approuve d’un signe de tête. « - Je suis né, et j’ai vécu à Londres en effet. » Une ville qu’il aime de tout son cœur, même s’il préfère vivre à Naples pour le moment. Il est bien dans cette ville. Même s’il ne vit pas toujours que de bons moments. « - Bonnes idées, je te souhaite de faire ces voyages dans ce cas. Pour voir d’autres choses du coup. » Il n’a jamais visité ces pays mais il trouve ça intéressant. Comme toujours il souhaite le meilleur aux autres.

Il parle aussi de ce qu’il aime. D’où la conversation sur la cheminée et ce qui tourne autour. Une situation qu’on voit souvent dans les films de noël et qui a toujours donné envie à Sullivan. Il a la maison pour maintenant, il peut donc tout à fait le faire. Et il s’imagine l’espace de quelques secondes avec Juan. « - Je confirme pour le canapé confortable. » Il l’observe un instant, réfléchissant. Il regarde l’heure rapidement, avant de reprendre. « - Peut-être que tu veux voir de tes propres yeux ? » Dit-il sur un coup de tête finalement. Peut-être que ça l’intéresse réellement après tout. « - Enfin, il est un peu tard, le temps se refroidit un peu. Peut-être que tu as envie de venir boire un verre. » Il se redresse calmement. Soit il rentre seul, soit il rentre avec Juan. C’est le choix du jeune homme maintenant.  


AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
https://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan https://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Ante mortem (vava)
Messages : 561 - Points : 966
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Tumblr_inline_oxoaz7gZF01rifr4k_540
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) HOT ( le Mar 3 Déc 2019 - 14:25 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
Je parle sans détour ne me sentant pas menacer. Je sais que Sullivan ne me jugera pas. De toute façon j'ai toujours respecté l'opinion des gens qui m'entourent. Je peux comprendre que l'on ne soit pas porter par la religion. Ou que mon métier donne à certaines personnes l'envie de me tuer. Chacun est libre et je ne m'offusquerais pas s'il me disait que la corrida le fait gerber ou que parler de religion le rend plus malheureux qu'heureux. Je ne serais pas non plus exaspérer si on abordait plus ces sujets. En tout cas je suis honnête, je l'ai toujours été. Je trouve que c'est bien mieux et puis cela évite de fausser la relation. Même si jusqu'à présent j'ai plus vu les médecins pour des soins, des piqûres, des ordonnances que pour une discussion amicale. Je ne lui donne pas non plus une interview, je parle juste comme je parlerais à un ami. Et il a l'air d'apprécier ce qui me ravi.

Je crame peut être un peu sur la suite de la discussion. Et je souris voyant son sourcil qui se lève et en écoutant sa réponse. « A mais je ne parlais pas de moi. » Et je me mets à rire, là je suis aussi crédible qu'une l'image d'un bol de céréale noyé dans du whisky. Pas trop cool comme image car je vois d'un coup mon petit déjeuner d'une autre façon, moi qui ne bois pas d'alcool. Enfin revenons à la discussion qui part sur les voyages que j'aimerais faire, et sur le fait que Sullivan est vécu à Londres. « Merci oui cela serait une vraie découverte pour moi. Après il y a aussi des pays plus chaud qui me tentent, mais j'ai peur des aiguillons que peuvent avoir certains insectes. » L'idée même de me faire piquer par une araignée, un scorpion ou un gros moustique me fait flipper. Oui j'ai peur des petits bêtes qui piquent. J'apprécie le fait de parler avec Sullivan. C'est léger et plaisant. Agréable comme une boisson qui a été bien sucrée. Même s'il ne faut pas abuser des choses sucrées car on risque à coup sur une bonne carie. La suite devient de plus en plus intéressante, surtout quand on aborde la décoration de la maison du médecin.

Parler de cheminée me fait fantasmer. Je plante un peu le décor pour voir si on peut partir sur une nouvelle piste. Et Sullivan rentre dans le jeu. « Voir de mes propres yeux combien ton canapé est confortable!! » Particulièrement tentant comme invitation. Invitation qui se confirme dans la suite de ses propos. « C'est vrai que la température se rafraîchit, Et je suis partant pour un verre. Tu as du sans alcool au moins ? » Je lui fais un clin d’œil. « Comme ça je pourrais vraiment m'assurer que ton canapé est confortable. Mes fesses adorent quand c'est bien moelleux. » Je range donc ma guitare dans son étuis. « Et voilà je suis prêt, je te suis beau gosse. Allons nous mettre au chaud. » Ma voix se fait un peu plus chaude alors que mon regard glisse sur sa silhouette tentatrice. Avant de s'arrêter quelques secondes sur ses lèvres entrouvertes. On commence à marcher. Des gamins munis de tubes en carton, me bousculent. Cela me fait sourire parce qu'ils les utilisent comme des épées. Non comme des sabres lasers de Star Wars me reprend un des gosses. Je regarde Sullivan. « Déformation professionnelle surement. » Et je me mets à rire tout en continuant de marcher à ses côtés.

vmicorum.


L'amitié
ne connaît ni feinte ni déguisement, tout y est sincère, tout part du cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
https://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli https://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + jenesaispas
Messages : 648 - Points : 1341
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Tumblr_ncjfiqj2ZY1st5z40o4_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) HOT ( le Dim 8 Déc 2019 - 19:07 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


Sullivan devient curieux. « - De qui parlais-tu sans ce cas ? » Il sourit en coin. Il ne sait pas s’il a vraiment envie d’avoir la réponse à la question. Mais puisqu’il est lancé là-dessus il demande quand même. Il pourrait quand même parler de lui de toute façon, il ne viendra pas dire le contraire. Mais il le laisse poursuivre sur les voyages et ses idées. Nords, sud, pays chauds ou pays froids. Ses envies semblent variées. « - On va dire qu’il est préférable de partir préparer. Ca dépend des pays, mais il faut bien se renseigner. Sauf quand on fait partie de la communauté de voyageurs qui passent leur vacance à l’hôtel. » Ce qu’il trouve bien triste. S’il se permet de partir dans un pays qu’il ne connaît pas c’est pour le découvrir. Passer son temps dans une piscine c’est bien, mais pour un jour ou deux pas tout le séjour en tout cas. « - Enfin, je te souhaite de réaliser tes envies. » Il hausse les épaules, étant sincère dans les mots qu’il vient de lui dire. Sullivan souhaite poursuivre ses explorations lui aussi, c’est juste le temps qui lui manque.

Habituellement, Sullivan n’aurait pas été jusque-là. Mais ça fait longtemps qu’il ne s’est plus réellement amusé. Qu’il n’a plus suivit ses envies. Et Juan est un homme plutôt plaisant. Pourquoi se prendre la tête de toute façon ? « - Bien sûr. J’ai du soft. Je ne vais pas aller contre mes indications. » Il lui fait un clin d’œil. Juan n’a pas le droit de boire avec son traitement, il ne lui fera donc pas prendre de l’alcool. Ca ferait de lui un très mauvais médecin sinon. « - J’espère que tu ne seras pas déçu. » Et quand il lui dit qu’il est prêt, il se met en route pour retourner vers sa maison. Il pose les yeux sur les enfants directement quand ils passent auprès d’eux. Un sourire se forme sur son visage. Ca lui rappel de suite son projet, ses envies. Mais il se concentre sur la voix de l’espagnole et approuve. « - Ca ne peut qu’être ça. » Dit-il en plaisantant, tout en poursuivant sa route laissant les enfants poursuivre leur jeu.

Ils arrivent après quelques minutes de marche. Il ne s’était pas tant éloigné finalement. Il ouvre la porte. « - Après toi. » Dit-il en laissant rentrer l’homme avant lui. Il referme derrière lui. Il avance calmement posant ses affaires dans l’entrée. Il guide son patient vers le salon finalement. « - Je vais la faire aller. » Dit-il en parlant de la cheminée. Il va vers celle-ci. Venant y mettre des bûches déjà coupée avant de la faire prendre directement. Ca donne une jolie lumière dans le salon. C’est tellement agréable selon lui. Il adore vraiment cette ambiance. « - Qu’est-ce que tu aimeras boire ? Du thé ? Du café ? Ou je ne sais pas, peut-être simplement du soda. » Il peut lui offrir ce qu’il veut ou presque. Il a également du thé glacé s’il le faut. Il prendra le temps de faire les choses de manière correcte. Un peu comme il le lui a décrit un peu plus tôt.


AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
https://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan https://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Ante mortem (vava)
Messages : 561 - Points : 966
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Tumblr_inline_oxoaz7gZF01rifr4k_540
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) HOT ( le Sam 21 Déc 2019 - 16:11 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
Je m'amuse de la curiosité de Sullivan, tout à fait logique vu comment je le taquine. « Tu aimerais bien le savoir petit curieux. » Bien sur que je parle de moi, je viens de Séville. Mais le petit sourire en coin du médecin vaut bien cette petite plaisanterie. On continue dans notre conversation parlant de pays qu'on voudrait bien découvrir si l'occasion nous est donnée. « Partir à l'aventure serait plaisant aussi. Juste avec un sac à dos, et puis découvrir ce que le pays nous offre. » Cette solution serait peut être plus risquée que de tout préparer, mais elle a aussi ses avantages. Et j'aime qu'il y ait une part d'imprévu dans ma vie. Il se tisse au fils des mots, un autre lien entre nous, bien loin de celui qu'il y avait jusqu'à présent. Là il n'y a plus un médecin et son patient, mais deux hommes qui apprécient de faire connaissance. Et qui se charment. Car c'est sur que dans cette conversation il y a des regards et des remarques qui laissent entrevoir un petit quelque chose. Mais je suis du genre patient et puis prendre son temps c'est très agréable, surtout quand ce moment est rehaussé par le sublime sourire de Sulli. « Merci c'est gentil. »

Et d'une phrase à une autre, voilà que l'invitation glisse, elle est prometteuse. Et je ne peux y résister. Découvrir le canapé devant la cheminée alors que la température extérieure baisse, qu'elle charmante idée. Je ne perds pas au change, surtout si à mes côtés est assis le beau médecin. « Oui il serait dommage de me rendre malade. Je ne voudrais pas me retrouver coincé sur ton canapé à cause d'un mauvais mélange. » Je souris et lui fais un clin d’œil, Pensant que je préfère largement me retrouver coincé sur son canapé pour tout autre chose. « Non je ne crois pas. » Et je rajoute un peu plus bas tout en laissant mon regard s'attarder sur ses courbes. « Vu ce que je vois déjà. » Ma guitare en bandoulière sur l'épaule on quitte le banc. Des enfants qui jouent viennent faire ressortir mon côté professionnel. Ce qui me fait rire. Je n'ai pas la tête dans les étoiles contrairement à eux. Mais cette parenthèse est rapidement oublié quand je rentre chez Sullivan. « Merci. » J'en profite pour le frôler en passant un peu plus prés de lui. Un mouvement volontaire qui provoque quelques frissons agréable sur ma chair.

On se retrouve au salon, je pose ma guitare contre le canapé alors que mes yeux eux se posent sur la cheminée. « Elle est belle. » On enlève nos blousons, parce que la température a monté d'un cran . Sullivan s'approche du foyer et commence à y mettre des bûches. Je ne le quitte pas des yeux, profitant de pouvoir l'observer d'avantage en action. Et les flammes, dans un dégradé de rouge, orangé, viennent lécher le bois, « Magnifique. » Et je ne parle pas que du feu sur le coup. Ni de la lumière qui investit la pièce et qui donne une ambiance chaleureuse. « Je veux bien un thé. Merci. » Je regarde le médecin partir dans sa cuisine pour préparer nos boissons. Je profite de son absence pour ouvrir les trois derniers boutons de ma chemise. A voir s'il va remarquer, « C'est vraiment chouette cette ambiance cocooning que donne un feu de bois. » Je sors ma guitare et je m'installe sur le canapé. « Ton canapé est vraiment très confortable. » Mes mots sont dits dans un ton plus sensuel. Je commence à gratter les cordes et les notes se répandent dans la pièce. Des notes douces, comme un prélude à une conversation ou à des gestes plus intimes. Comme si je plantais le tableau. Laissant le choix à Sulli d'y ajouter sa propre couleur. Et quand il revient mes yeux viennent kidnapper les siens. Il est vraiment très séduisant, ma langue frôle mes lèvres rêvant de goûter aux siennes.

vmicorum.


L'amitié
ne connaît ni feinte ni déguisement, tout y est sincère, tout part du cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
https://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli https://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + jenesaispas
Messages : 648 - Points : 1341
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Tumblr_ncjfiqj2ZY1st5z40o4_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) HOT ( le Mer 8 Jan 2020 - 14:52 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


« - Evidemment. » Il se mit à rire légèrement puis hausse les épaules. Il se contentera de ça de toute façon. Il écoute ses idées questions voyages. « - J’aurai pu le faire avant. Maintenant avec le travail c’est plus compliqué. » Il a les moyens mais laisser ses patients sur le côté ne lui plait pas spécialement. Il ne trouve pas ça correcte et il est amoureux du boulot. Mais des voyages il espère pouvoir encore en faire. Il aime découvrir de nouvelles choses. Il verra bien de toute façon, l’occasion se présentera peut-être. Il a promis à Valentina de partir avec elle, il n’oublie donc pas l’idée d’aller se détendre quelque part durant une ou deux semaines. En tout cas, il a une autre manière de s’amuser, de faire autre chose et se détendre. Invité son patient à venir avec lui est celle-ci. Et ses paroles le rassurent rapidement. Il va faire attention à lui de chez-lui, et sans doute plus encore. Pas besoin d’en dire tellement plus à ce niveau-là.

Une fois chez-lui, il le laisse rentrer à l’intérieur, le laissant faire comme chez-lui. C’est quand même plaisant de pouvoir se retrouver dans un endroit chaud. Sullivan adorant cette cheminée qu’il voulait absolument, il en profite deux fois plus ce soir. « - Merci. » Dit-il quand il entend son compliment. Elle est belle oui, il ne va pas dire le contraire. « - Je reviens de suite. » Il s’éclipse directement dans la cuisine pour pouvoir préparer les boissons. Il fit chauffer de l’eau dans une bouilloire, ça ne devrait pas être trop long puisqu’elle est électrique. Il écoute en même temps les mots de l’espagnole. « - Je suis d’accord, c’est sans doute pour ça que j’en suis si fier. » Et c’est la première fois qu’il peut partager ce genre de moment. Qu’est-ce que ça fait du bien. Il s’échappe dans ses pensées quelques minutes, avant qu’il ne revienne sur terre quand l’eau est enfin prête. Il rempli deux tasses, ajoute le sachet de thé. Il pose le tout sur un plateau, disposant également quelques biscuits. Il revient finalement dans le salon, posant les yeux sur le brun. Il sourit automatiquement en coin. Qu’est-ce qu’il est sexy comme ça. Le médecin vient poser le plateau sur la table basse avant de se poser au côté du garçon.

« - Je pense qu’on a un peu de temps pour que le thé soit complètement infusé. Peut-être que je peux vérifier si tout va bien. » Dit-il en parlant bien sûr de sa blessure. Mais il ne compte pas réellement vérifier, il l’a déjà fait il n’y a pas si longtemps. C’est juste une excuse pour pouvoir le toucher. Il se rapproche de lui, posant la main contre son torse. Il passe légèrement les doigts contre sa peau, observant son corps avant de remonter les yeux sur son visage. Ca fait longtemps qu’il n’a plus eu ce genre de moment, et il en a très envie. Et les signes qu’il lui envoie lui montre que c’est réciproque. Cette fois il ne s’en privera pas. Il se penche un peu plus et vient poser ses lèvres sur les siennes. Il les mouve finalement de manière sensuelle, fermant les yeux pour se concentrer sur ses lèvres, laissant les doigts posés contre sa peau pour le moment. Il fait quand même attention, il n’a pas envie que ça soit douloureux pour lui.



AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
https://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan https://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Ante mortem (vava)
Messages : 561 - Points : 966
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Tumblr_inline_oxoaz7gZF01rifr4k_540
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) HOT ( le Hier à 17:58 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
C'est sur qu'avec le travail que fait Sullivan s'absenter ne doit pas être facile. En plus j'ai bien vu à quel point il est investi dans la santé de ses patients. Alors les abandonner pour partir en vacances cela semble compliqué pour lui. Mais je peux comprendre quand on arrive à la période des corridas, je ne prends plus un seul jour de repos. Même si je ne suis pas au centre des arènes, je suis présent dans le public pour suivre les autres matadors. Voir leurs progrès. Leurs dextérités. Leurs points faibles et leurs points forts. C'est toujours très enrichissant. Tout comme la proposition de Sullivan. En plus d'être enrichissante, elle est très prometteuse et je ne pense pas me tromper en disant qu'elle risque fort de prendre une tournure encore plus plaisante que l'instant que nous venons de partager. Une fois chez le médecin je laisse trainer mon regard. La cheminée c'est un peu ce qui a déclenché notre départ du parc. Faut dire que je comprends sa fierté à vouloir me la montrer. Et une fois allumer elle donne à la pièce une ambiance très agréable et chaleureuse. En plus la flamme qui danse est apaisante.

Je m'installe sur le canapé et attendant tranquillement Sullivan. Je me sens bien, me mets à mon aise jouant même la carte de la sensualité. Veillant du coin de l’œil au retour du médecin. Tout en complimentant les lieux. Lorsqu'il revient nos regards s'accrochent et je ne loupe pas son sourire, d'ailleurs il a droit en retour au mien. Il pose le plateau sur la table basse devant son canapé. Et voilà qu'il propose de vérifier si tout va bien. « Je crois que cela serait plus prudent en effet. Et puis faut, comme tu le dis, laisser au thé le temps d'infuser. » Je pose ma guitare sur le côté et je m'approche en même temps que Sullivan, si bien que nos deux corps se frôlent. Je connais le toucher de ses mains. Mais là il prend un connotation beaucoup plus charnelle. Je le laisse faire, frissonne alors que ses doigts s'invitent sur ma peau. Je me mords la lèvre, appréciant la caresse. Ma main vient effleurer son bras. Nos yeux se retrouvent, ils brillent d'envie. Je sens le souffle de Sullivan caresser mon visage, mes lèvres. Avant que nos bouches s'amourachent avec douceur. Ma main remonte le long de son bras, et vient se loger contre sa nuque. Le rapprochant un peu plus contre mes lèvres. Le baiser se fait plus fiévreux et ma langue part à la découverte de la sienne. Mon autre main glisse sous son haut, venant titiller sa hanche, son torse. Avant de passer dans son dos pour resserrer l'étreinte. Le manque de souffle met fin au baiser. Mon cœur a changé de rythme et mon corps est en émoi, désireux d'une ivresse bien plus intense. « Je pense qu'il faut encore vérifier parce que mon cœur s'affole docteur et pas que mon cœur. » Je prends sa main et la fait doucement descendre vers mon entre jambe. « Vous voyez dans quel état je suis. » J'ai repris volontairement le vouvoiement. Au même instant ma main descend sur son bas ventre puis s'égare sur sa virilité. « Il me semble que vous êtes autant troublé que moi. » Excité serait plus juste comme terme. Je reviens chercher ses lèvres donnant à ce nouveau baiser une saveur bien plus sulfureuse. Plus audacieuse. Et le désir se fait plus ardant, incendiaire au creux de mes reins. Des envies d'indécences et de décadences dansent dans mon esprit. Et je suis sur qu'il en est de même chez Sullivan. Mais je me laisse porter par cette découverte tout en alliant les caresses. Jouant sur la peau de son buste du bout de mes doigts. Avant de titiller par dessus le tissu sa virilité qui se gorge d'un désir partagé.  

vmicorum.


L'amitié
ne connaît ni feinte ni déguisement, tout y est sincère, tout part du cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
En un aire de España. (Sullivan) HOT - Page 2 Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) HOT ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- En un aire de España. (Sullivan) HOT -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2