Revenir en haut
Aller en bas


 

- Un triste anniversaire [PV Misako] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
https://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur https://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 394 - Points : 601
Un triste anniversaire [PV Misako] - Page 2 70.31.245.251-5e229e067c355
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
Un triste anniversaire [PV Misako] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Sam 11 Jan 2020 - 5:06 )
Un triste anniversaire
Misako & Alvaro
Je déteste tellement ce genre de situation. Ce sentiment de ne plus être moi-même. En fait, plutôt être moi-même. Ne plus afficher ce visage confiant et hautain. Ne plus paraître en contrôle et décidé. Non, j'étais devenue totalement lamentable ne sachant plus où regarder, quoi dire, quoi faire.

Complètement tendu, immobile à la vu de deux simples roses. Deux plantes visuellement inoffensive dans une cage de verre. Bien sûr, elles avaient des épines, mais...c'était ridicule, moi qui ne frémit pas devant un arme pointé en ma direction. J'étais effrayés par deux simples roses.

Non, ce n'est pas leur aspect qui m'ébranlait, mais leur signification....pour moi. Elle était partie, il y a plus de 2 ans maintenant et...j'avais encore du mal. Du mal à le concevoir, à m'y faire. À m'épargner de cette culpabilité. À ne pas avoir été présent lors du drame...Beaucoup trop préoccupé par mon boulot que ma relation avec ma propre femme...

Tourner le couteau dans cette plaie. Je ne fais que cela depuis que je l'avais vu, étendue dans ce bain de sang. Le regard vide, sans vie...Je lui avais fait un magnifique bouquet de rose sur son cercueil...

" Désolé, c'est simplement que...Des roses...Je..."

On me l'avait prit. On me l'avait volé...et je savais bien qui avais osé le faire. Rester simplement à trouver comment...

Et ce n'était pas dans un fleuriste que je trouvais la solution. Alors, je me devais de dégager cette image de ma tête, cette envie de vengeance et me concentrer sur la raison première de ma présence...

Une envie de nicotine, de boisson. Je m'accrochais au meuble d'une main et me tenait la tête de l'autre, la penchant légèrement vers le bas.

Une délicate attention. Alors que je m'appuyais sur le comptoir en reprenant mes esprits, une tasse de thé apparaissait sous mon nez. Une bonne odeur s'en dégageait, je la prenais aussitôt, surpris de ce geste remplis de gentillesse me concernant...

Un silence...La chaleur de la tasse dans mes paumes de mains. Je me détendais tranquillement la regardant avec un sourire de reconnaissance. Oui, encore cet inconfort d'avoir été, quelques secondes, ridicule, mais je me consolait, me disant que, dans un tel endroit, elle avait du souvent fait affaire avec des gens endeuillés et un pire état que le mien...

Mais, je crois pas qu'elle soit aussi attentionnée. Je prenais donc ce geste comme un compliment. Un privilège offert.

Mes lèvres se trempaient lentement dans l'infusion goûtant aux douces touches floraux et d'épices...

J'appréciais cette boisson et son désir de m'offrir un bon service. Elle voulait bien faire. Ce n'était pas sa faute. Elle n'était au courant de rien, mais j'étais prêt à faire un effort afin de lui faire comprendre mon idée. Ce que je souhaitais....accomplir.

Je retrouvais mes sens, ma confiance, mon allure, mais il fallait qu'un camion vienne interrompre ma lancée...Elle me laissait donc seul dans sa boutique afin de traiter sa livraison. Je me permettais donc, de finir cette petite tasse d'une dernière gorgée et continuer ma visite de cette endroit. Cette pause ne faisait que m'aider d'avantage à reprendre mon assurance et contrôler cette montée indésirable de flashback, de tristes souvenir...et prendre plus d'attention sur cette généreuse fleuriste.

L'observer avec attention malgré le son pénible de la livreuse ainsi que les simples objets autour de son comptoir. Des objets banales, mais représentant bien sa personnalisée et ses intérêts.

C'était fort intéressant. Une jeune femme qui semble joyeuse et pleine de vie, mais qui cache une ombre bien triste...J'appuyais cette hypothèse que par le design du calepin et du crayon, mais j'avais assez de connaissance en la matière pour comprendre que chaque détail, chaque élément était important. Ce qui détermine la raison qu'elle a choisi ce calepin et ce crayon en particulier parmi des centaines dans une boutique...

J'arrêtais, donc, mon analyse en la voyant reconduire la livreuse prenant le temps de tourner le carton et de fermer la porte. Venait-elle vraiment de fermer la boutique, alors que j'étais encore à l'intérieur...? Fermait-elle vraiment à cette heure ou désirait-elle ne pas être déranger...

Être seule à seul avec moi ?

Je n'ai pas pu m'empêcher de laisser apparaître un léger sourire en coin en la voyant se rapprocher de moi. J'avais repris ma posture, appuyé sur son comptoir, avec la tasse de thé vide...

Un meilleur teint sur mon visage. Un plus beau sourire...

Un rire qui s'échappait de mon visage voyant cette sucette tendue. Je n'en avais pas mangé depuis mon enfance...Voulait-elle me faire retourner dans le temps ou était-elle simplement un douceur en ma personne ?

Je la regardais un moment avant de prendre ce bonbon de la quittant pas des yeux. Je le développais lentement avant de me le mettre en bouche ne la lâchant pas d'une semelle...

J'osais même me pencher au-dessus du comptoir afin de m'approcher d'elle...à mi-chemin...

" ...À vous remerciez de cette gentillesse, mademoiselle...Ce thé était...délicieux. Et m'excusez de mon comportement...Ces roses m'ont fait ramenés des instants difficiles, mais...vous avez su me sucrer le moral..." disais-je en sortant délicatement la sucette d'entre mes lèvres. Un rouge vif...

" Ce sont mes préférés...Vous m'impressionnez..." murmurais-je.

Le culot de me le remettre en bouche, bouger la tige entre mes lèvres, pour ensuite me tourner la tête, regarder cette porte fermée...

" Est-ce un autre privilège de me garder après la fermeture...et ainsi avoir toute votre attention...?"

Oui, je pouvais confirmer l'ombre noir et triste dans le creux de ces yeux...que je fixais tendrement, munit d'un doux sourire.

CRIMSON DAY


If you think
I look good...
Imagine how I taste...
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
https://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l https://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho ©praimfaya & Gifs by butterfly
Messages : 477 - Points : 344
Un triste anniversaire [PV Misako] - Page 2 Tumblr_inline_nwhoo0Rj7K1qlt39u_250
Âge : 33 ans
Métier : Fleuriste
Un triste anniversaire [PV Misako] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Lun 13 Jan 2020 - 20:22 )
Misako leva sa main pour l'arrêter. Elle n'avait pas besoin de faire la raison qui l'avait rendu ému. Il ne fallait jamais insister et remuer le couteau dans la plaie.

"Ne vous en faites pas, vous n'avez pas besoin de vous justifier."
Un sourire bienveillant conclut cette affirmation.

Cela faisait partie de son métier : voir des gens pris au désarroi. Elle ne se sentait pas mal à l'aise, écoutait toujours sans juger, ni donner son opinion. La plupart de ses clients avaient juste besoin d'une oreille attentive. Rien de plus. Alors, dans ce genre de cas, elle sortait sa botte secrète et serait un thé au malheureux. Certes, la boisson chaude n'était pas miracle, mais elle pouvait aller les peines de certains. Le principal étant de faire revenir à la réalité la personne, qu'elle se sente à nouveau en confiance. Misako était bien décidée à trouver quelque chose pour honorer cette personne qui ébranle encore un homme de sa stature. Dans un éclair de lucidité, elle eut enfin une idée et sortit son calepin ainsi que son crayon, mais un client les interrompit. Elle s'excusa pour aller s'en occuper : laissant ainsi plus de temps à l'homme ténébreux pour reprendre ses esprits. Revenant derrière le comptoir après avoir fermé la boutique le temps que cette commande soit faite, elle prit une sucette et en proposa une à l'homme qui n'avait presque pas bouger. Il semblait avoir repris des couleurs : ce qui était une bonne chose. Elle avait même eu la chance d'entendre un rire. Mission accomplie Misako : tu pourras te coucher l'esprit tranquille ce soir." Pensa-t-elle. Ouvrant le calepin, elle mit la date d'aujourd'hui, coinça la sucrerie sur un côté de sa bouche:

"Je peux prendre votre nom et numéro de téléphone ?"
Elle releva sa tête pour lui sourire puis nota les informations.

Elle ne s'attendait pas à ce que l'homme se penche sur le comptoir, mais elle resta à sa place. Elle savait se défendre par elle-même au besoin et mourir ne lui faisait pas peur. Misako sourit.

"Je ne suis pas psychologue ou médecin mais parfois un geste de bonté vaut toutes les médecines." C'était ce que sa grand-mère lui avait appris. "Ce sont mes préférés aussi." Dit-elle en souriant sincèrement. Elle regarda la porte et hocha la tête. "Je ferme souvent la boutique quand je sens que le client a besoin d'intimité. Il y a des choses qui sont dites ici et ne sortiront jamais." Elle se servit une tasse de thé et remplit celle de l'homme. "Et si vous me disiez ce que vous avez en-tête ? Je ferais mon possible pour répondre à vos attentes."


Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu’on les touchera, elles raisonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous.
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
https://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur https://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 394 - Points : 601
Un triste anniversaire [PV Misako] - Page 2 70.31.245.251-5e229e067c355
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
Un triste anniversaire [PV Misako] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Sam 18 Jan 2020 - 5:50 )
Un triste anniversaire
Misako & Alvaro
Habituellement, il y a rien de plus enrageant qu'une interruption dans une discussion. Qu'une personne se croit assez important, que sa situation est prioritaire à la mienne pour venir l'entre-couper. Je ne suis pas encore assez connu pour avoir la priorité, mais je prenais conscience que le respect n'était pas donné à tous. Dans un monde où la rapidité, l'instantané est devenue une habitude, la patience se fait de plus en plus rare. Les lignes d'attentes deviennent une corvée préférant se priver que de s'y soumettre. La technologie nous donne plusieurs possibilités des plus extraordinaires, mais je crains qu'elle nous en enlève des valeurs, des capacités qui nous rends de plus en plus égoïstes.

Je suis égoïste. Je ne le cache pas. De voir ce camion interrompre ma lancée n'était aucunement agréable. Ne plus avoir son attention. Toutefois, je devais le reconnaître, il m'avait permis de me reprendre et cacher mes ressentiments. Faire disparaître cette faiblesse chez moi. Une faiblesse dont je tenais à garder personnel. Il en était de ma réputation, de ma survis. Aussi drastique que cela. Bien nombreux sont ceux qui espèrent me faire descendre de mon pied d'estale et prendre tous les moyens pour le faire, y compris jouer dans ma vie personnelle. Faire sortir un élément tragique de mon passé pour me faire réagir. Alors, il me fallait le cacher le plus possible pour éviter ce genre de confrontation...et ce, à qui que ce soit.

Oui, devant une fleuriste, ce n'était pas un drame, mais j'avais aussi un orgueil. Tout un orgueil qui trouvait cela insupportable d'être aussi sensible. Réagir pour de la végétation. Alors, pendant qu'elle faisait son travail, je me reprenais éliminant ces tristes pensées, retrouvant cette allure d'homme droit et confiant.

Un changement radical et qui a pu la surprendre lors de son retour. Je n'avais plus ce teint blême, ni ce regard triste. Non, j'étais calme et souriant ayant bu la totalité de cette tasse.

J'avais repris mon rôle, ma confiance et mon désir d'en apprendre plus sur cette ravissante fleuriste au coeur tendre.

" Ce sera pas nécessaire, ma chère...À moins que vous désirez me revoir...dans d'autres circonstances." disais-je à la blague. Je n'avais aucunement l'envie et l'intention de donner mes coordonnées. Encore question de me protéger et ne rien révéler sur mon identité. Enfin, pas pour le moment. Je n'avais pas encore réclamer quoi que ce soit...

" Et j'en suis fort honoré de cette douceur, mademoiselle..."

Mais, voilà qu'elle me tendait une perche...dont je n'ai pas pu m'empêcher de m'y agripper. Étant dans cette intimité, gentiment offert par cette demoiselle, je pouvais, maintenant agir comme bon me semblait...

Je poussais lentement cette petite tasse remplit de mon chemin. Ne pas hésiter à approcher mon visage du sien, lui sourire...en la regardant droit dans les yeux.

" Ce que j'ai en tête...? Devant un visage aussi angélique. Dans une telle intimité ainsi offert, ma chère...voyez-vous la même chose que moi..."

J'osais même aller plus loin afin de lui murmurer à l'oreille...

" et ce désir d'y répondre...?"
CRIMSON DAY


If you think
I look good...
Imagine how I taste...
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
https://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l https://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho ©praimfaya & Gifs by butterfly
Messages : 477 - Points : 344
Un triste anniversaire [PV Misako] - Page 2 Tumblr_inline_nwhoo0Rj7K1qlt39u_250
Âge : 33 ans
Métier : Fleuriste
Un triste anniversaire [PV Misako] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Mar 21 Jan 2020 - 22:24 )
Respectant le client, se souvenant qu’il ne fallait pas juger, mais plutôt écouter : elle laissa l’homme qui lui faisait face reprendre ses esprits alors qu’elle donnait une commande à un client. Il n’était pas question de le brusquer ou bien de mettre les pieds sur un territoire dangereux, houleux. Le client content, elle ferma la porte pour qu’ils ne soient plus interrompus. Certains clients préféraient la confidentialité et elle ne pouvait pas les blâmer. Beaucoup pleuraient devant elle, se confiait et elle ne fermait jamais la porte à ceux qui trouve ici la force de s’exprimer. Proposant une sucrerie, histoire de redonner des couleurs à ces joues qui ont pâlit quelques minutes auparavant : elle sourit à la réflexion de son client avant de lui demander son identité pour la commande. Elle fronça les sourcils à sa réponse :

“Disons que quand votre commande sera prête, je dois trouver un moyen de vous joindre.” Il était peut-être temps de mettre les choses au clair : “Je vois rarement mes clients en dehors de la boutique Sauf quand les commandes doivent être livrées à domicile.” Sauf des exceptions et elle comptait bien à ce que cela reste ainsi. Elle faisait une nette distinction entre son travail et sa vie privée.

Réitérant sa volonté d’aider les âmes en peine, elle expliqua que de temps en temps elle fermait les portes en effet pour donner la confiance nécessaire à ceux qui en manquent. Un geste dangereux, très certainement, mais qu’elle faisait tout de même. Si elle ne mettait pas d’espoir en l’humanité, alors jamais elle ne pourrait avancer ? En voyant le client pousser la tasse de thé pour s’approcher un peu plus : elle décida de ne pas bouger. Ce n’était pas la première fois qu’on lui faisait des avances de ce genre, notamment parce qu’elle était asiatique et que pour certains hommes elles proposaient toutes des massages intimes ou autre. Misako avait appris à se défendre, elle savait très bien se battre et cela était bien souvent quelque chose que ses possibles adversaires ne se doutaient pas. Il murmura à son oreille, elle ne souriait plus, ne rigolait plus. C’est à ce moment qu’elle fit un pas en arrière :

“Celle de trouver une façon d’honorer une personne qui vous est chère ?” Oui, elle ne se laisserait pas déstabiliser. Elle reprit cependant pour mettre les points sur les i. “Je suis désolée que mes petites attentions vous aient menés sur la mauvaise piste, signore, mais je crains que nous ne soyons pas sur la même longueur d’ondes.” Elle soutenait son regard : “Pour en revenir au sujet de la composition florale, quelles sont vos idées ? Quelle fleur de base vous voulez utiliser ?”


Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu’on les touchera, elles raisonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Un triste anniversaire [PV Misako] - Page 2 Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Un triste anniversaire [PV Misako] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2