(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
12 + 6 gratuites = 18 bouteilles – Vin ...
Voir le deal
59.99 €
-41%
Le deal à ne pas rater :
T-shirt Pokemon 25eme anniversaire Pikachu à 9.99€ – Livraison ...
9.99 € 16.99 €
Voir le deal

 

- (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences :: 31. Via Campiglione
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Elisa WilsonTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Elisa Wilson
https://www.ciao-vecchio.com/t7585-elisa-lonely-flower https://www.ciao-vecchio.com/t7616-elisa-don-t-stop-me-now
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Alicia Vikander (Doriana)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : handicap; deuil et mort; maladie (mucoviscidose)
Messages : 1407 - Points : 1240
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa B85f5e42b0ead07bb94e476e39261970f9d28965
Âge : 31 ans (18.12.89)
Métier : Historienne-archéologue, avec une spécialité pour l'époque contemporaine et la seconde guerre mondiale
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Lun 21 Sep 2020 - 20:35 )


La pizza è la cura per tutti i disturbi

Cesare & Elisa

Mardi soir, 18h30. Comme quasiment chaque jour à la même heure, ou presque, Elisa quitta le lieu de travail où elle se trouvait. Aujourd'hui, c'était l'université, où elle étudiait des archives depuis quelques jours. Des archives de la ville sur la dernière guerre pour l'article qu'elle écrivait depuis quelques semaines maintenant, depuis son retour d'un chantier de fouilles en Amérique du Sud, au Pérou pour être exacte. Et sa journée de boulot finie, la brune devait se rendre chez son père. Tant pis pour les courses qu'elle devait faire, elle les repoussait au lendemain soir. Elle se commanderait un repas, une fois rentrée chez elle, après s'être occupée de son père. Qui avait d'ailleurs rendez-vous avec Cesare à l'heure qu'il était, pour un peu de sport. Enfin si on pouvait appeler ça du sport, vu l'entrain et les efforts que son géniteur y mettait. Et ce, dans tous les moments de sa vie. La brune admirait donc le courage de ceux qui prenaient soin de lui au quotidien, dont son ami de longue date. Coach sportif qui tentait de faire faire quelques mouvements au Wilson, histoire qu'il ne s'empâte pas trop dans son fauteuil. Pas forcément un succès mais bon, Elisa ne lâcherait rien sur ce sujet, malgré les engueulades et autres remontrances auxquelles elle avait le droit. Comme sûrement ce soir. Enfin elle verrait.

Conduisant jusqu'à sa rue, elle gara sa voiture au pied de son immeuble, avant de rejoindre à pied la maison dans laquelle elle avait grandi pendant la plus grande partie de sa jeunesse, à deux rues de chez elle. Et oui, pour rester au plus près de son père misanthrope et mauvais caractère, elle n'avait pas emménagé trop loin. Pas toujours facile à vivre, elle ne dirait pas le contraire, mais ses différentes escapades autour du monde, peu importe la raison, était sa bulle d'air frais. Et heureusement que le reste du temps, elle pouvait compter sur un super entourage, là pour l'épauler, et surtout lui changer les idées.
Laissant la brise marine lui effleurer doucement le visage, Elisa profita du soleil couchant et l'air plus frais qu'au cours de la journée, le temps de sa balade. De quoi l'apaiser, la détendre. Un petit moment pour elle, qui prit fin quand elle entra ses clés dans la serrure de la porte d'entrée de la maison de son père, la déverrouilla et en franchit le pas.

- C'est moi !

Claironna-t-elle assez fort pour se faire entendre, avant de rejoindre le salon, où son père et Cesare, dont elle avait vu la voiture devant la maison, devaient se trouver.

- Bonsoir !

S'exclama-t-elle en entrant dans le salon, posant son regard sur son vieil ami, à qui elle adressa un sourire, avant de le poser sur son père, qu'elle alla embrasser rapidement, avant qu'il ne râle. Elle le connaissait l'animal, ça ne devrait pas tarder.


@Cesare Moretti




You don’t just give up. You don’t just let things happen. You make a stand! You say no!
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Cesare MorettiBon pour te remonter le moral
Cesare Moretti
https://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-t https://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
ID : Ingrid // Sharky
Pronom : Elle
Faceclaim : Domhnall Gleeson @RQ & @geniuspanda the great
Style RP :
Pronoms RP : Il / Cesare
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Trisomie 21 ; handicape ; dépression.
Messages : 893 - Points : 535
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa 9384fdc2c8209c6a9f6ecb8a4c89fc76
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Mar 22 Sep 2020 - 16:00 )
Cesare avait promis d’être là pour les Wilson et il ne briserait pas sa promesse, pour rien au monde. C’est pourquoi, après sa rééducation le matin : il s’était dirigé vers la maison du père de Tom et d'Elisa. Malgré la douleur et la fatigue. Il tenait ses engagements. Le créateur de ses amis avait lui aussi perdu l’usage de ses jambes et le sportif faisait son possible pour qu’il reste mobile et actif : quelque chose de difficile et encore plus fatiguant que pour une personne qui serait sur ses deux jambes. Il n'avait pas le choix. Cesare y compris. Il avait plusieurs fois pensé mettre fin à tout cela en se foutant en l’air de mille et une façon. Il n’avait jamais sauté le pas. Trop de personnes comptaient sur lui. À commencer par Demetrio, Fenrir et puis Elisa. La soeur de Tom qu’il s’était juré de protéger. Cela n'incluait pas forcément l’embrassé et l’aimer d’une façon peut fraternelle, mais il n’avait pas calculé du tout ce qui s’était passé entre eux. Cela avait été soudain, spontané et absolument pas regretté. De toutes les femmes qui avaient côtoyé sa vie, elle avait bien été la seule à avoir comptée. Ce genre de pensée ne faisait que remuer le couteau dans la plaie concernant l’accident et la perte de sa petite-amie de l’époque. Cesare savait malheureusement que ce n’était qu’une question d’année avant que la mort ne clame sa vie. Est-ce que la grand Faucheuse viendrait ensuite frapper à sa porte ? Peut-être. Il l’attendait.

À l’instant, il n’avait pas le temps, ni l’énergie à s’attarder sur le passé. Le présent ne lui laissait pas la place. Le père d’Elisa n’était pas le plus facile des hommes, mais Cesare ne se laissait jamais faire ce qui avait créé entre les hommes une relation plutôt stable. Enfin, il y avait des jours avec et des jours sans. Aujourd’hui semblait être un entre deux qui était presque reposant. Lui demandant pour la énième fois de bouger ses bras en prenant son rythme, le patient était plus que réticent et insultait ni plus, ni moins son coach sportif de tous les noms d’oiseaux. Évidemment, Cesare ne s’en offusquait pas. Il avait l’habitude. Il alla répondre quand il entendit Elisa arriver. Il n’en fallu pas plus pour que le géniteur de cette dernière abandonne en prétextant qu’il voulait profiter de sa fille. Une excuse pathétique, mais qui fit sourire l’ami de la famille.

Son regard se posa sur la demoiselle : “Et moi ? J’ai pas le droit à un baiser ?” Sourire en coin, sourire taquin. “Ton père, ici présent, était si heureux de te savoir parmi nous qu’il m’a demandé gentiment d’arrêter pour profiter de toi. Si ce n’est pas beau.” Il rigola doucement en entendant le vieil homme ronchonné. “Tu n’as pas idée des supplices qui me fait subir !”







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Elisa WilsonTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Elisa Wilson
https://www.ciao-vecchio.com/t7585-elisa-lonely-flower https://www.ciao-vecchio.com/t7616-elisa-don-t-stop-me-now
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Alicia Vikander (Doriana)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : handicap; deuil et mort; maladie (mucoviscidose)
Messages : 1407 - Points : 1240
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa B85f5e42b0ead07bb94e476e39261970f9d28965
Âge : 31 ans (18.12.89)
Métier : Historienne-archéologue, avec une spécialité pour l'époque contemporaine et la seconde guerre mondiale
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Mar 22 Sep 2020 - 22:08 )


La pizza è la cura per tutti i disturbi

Cesare & Elisa

Le fait qu'elle n'entende pas hurler ou râler ou même du bruit signifiant du raffut en pénétrant dans la maison, était bon signe pour Elisa. Signe que son père était plutôt calme ce soir-là. Ou pour le moment. Quel mauvais caractère il pouvait avoir celui-là... Et c'était certainement avec ses aides à domicile qu'il se comportait le plus mal...
Laissant ses clés retomber dans la poche de son jean, la brune alla jusqu'au salon, où elle découvrit les deux hommes en pleine séance. Sa venue interrompit tout cela, tout comme l'embrassade de la jeune femme pour son père, avant qu'il n'ose râler, peu importe la raison.

- Bonsoir ma fille.

Marmonna-t-il dans sa barbe tandis qu'elle déposait un baiser sur sa joue, avant de se retourner vers un Cesare juste à côté qui en demandait autant, la faisant sourire mais aussi lever les yeux au ciel d'un air faussement exaspéré. Après toutes ses années, tout ce qu'ils avaient vécu depuis qu'ils se connaissaient, Cesare n'avait pas changé. Ce que dans le fond, elle aimait chez lui, même si sa façon d'être les avait empêché d'être un couple à une époque. Une époque pas si lointaine d'ailleurs.

- T'en fais pas, il arrive !

Répondit-elle en souriant à celui-ci, tout en secouant la tête. Puis, sans rien ajouter de plus, elle fit deux pas pour rejoindre son fauteuil et déposer deux baiser claquants sur ses joues.

- Satisfait ?

Demande-t-elle de manière plus rhétorique qu'autre chose, avant d'écouter la suite de la conversation. Et bien entendu, elle ne put s'empêcher de rire. Pour une fois que l'ambiance était plutôt calme, détendue, elle n'allait pas s'en priver non ? Son regard passa en tout cas longuement des deux hommes avant qu'elle ne réplique.

- Des supplices qui te sont bien plus bénéfiques que tu ne le penses. Et lui aussi il subit des supplices, mais on ne l'entend pas se plaindre !

Elle lâcha cela sur un ton qu'elle voulait un peu malicieux, tout comme son air sur son visage, tandis qu'elle haussait doucement les épaules.

- Tu parles... Je souffre plus, moi.

Dit rapidement son père en bougonnant à nouveau dans sa barbe. Un vrai misanthrope nom de dieu. Si seulement la brune pouvait changer cela... Mais ça semblait bien foutu. Depuis la mort de Noa, son frère, son père était devenu pire que depuis son accident. A croire que quelque chose en lui s'était irrémédiablement brisé... Elle aussi aurait pu se laisser aller avec son chagrin, mais elle avait tenu grâce à ceux qui l'entourait, dont Cesare, un ami de son frère. Une bande d'amis qui avait toujours été là pour elle, et qu'elle considérait comme sa famille aujourd'hui.

- Bon, sinon, vous allez bien à part ça ? Et est-ce que mes deux sportifs préférés veulent-ils un verre d'eau ?

Bon, question risquée, car son père serait capable de l'envoyer balader et de leur dire de partir, comme souvent, prétextant qu'il était capable de se débrouiller. Mais peut-être que ce soir, cela serait différent. Elle avait bien de l'espoir la Wilson...



@Cesare Moretti




You don’t just give up. You don’t just let things happen. You make a stand! You say no!
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Cesare MorettiBon pour te remonter le moral
Cesare Moretti
https://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-t https://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
ID : Ingrid // Sharky
Pronom : Elle
Faceclaim : Domhnall Gleeson @RQ & @geniuspanda the great
Style RP :
Pronoms RP : Il / Cesare
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Trisomie 21 ; handicape ; dépression.
Messages : 893 - Points : 535
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa 9384fdc2c8209c6a9f6ecb8a4c89fc76
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Sam 26 Sep 2020 - 10:54 )
Cesare avait l’habitude de traiter avec l’intraitable ours de mer. Pour sûr qu’il y avait des jours où la patience de Cesare était mise à rude épreuve. D’une façon générale, il ne lâchait jamais le morceau et prenait l’habitude de lui parler sur le même temps : il n’était pas là pour jouer la baby-sitter. Il était là pour l’aider à garder la forme et ses excuses : il ne les acceptait pas. Probablement, car il les entendait dans sa tête au quotidien. Le genre qui vous plombe le moral et vous donne envie de rester allonger dans votre lit : laisser la mort venir vus faucher. Une bataille du quotidien donc que Cesare menait tant bien que mal et il tentait d’insuffler cette force à l’homme qui lui faisait face et trouvait des prétextes idiots à chaque fois pour arrêter plus tôt. Celui qu’il a choisi ce soir était le plus beau de tous : un que même lui appréciait. Le seul qu’il acceptait.

Le baiser à son père fait, il réclama le sien évidemment. Pourquoi changer un bougre comme lui ? Il était trop tard. Il était un cas désespéré. La suivant du regard, il sourit en sentant les deux attentions sur ses joues : “Je suppose que ça le fera pour l’instant.” Un clin d’œil entendu suivit d’un rire. Les Wilson étaient une famille à protéger, à prendre soin : surtout Elisa. Parce qu’il l’avait promis. Parce qu’elle aurait toujours cette place dans son cœur. Malheureusement. Ou heureusement. Cela était dû à dire.

Bientôt, ce fut la remarque injuste et surtout pas vrai. Cesare était assez bien placé pour savoir ce qui pouvait faire mal ou non et il ne forçait jamais jusqu’au point de rupture. Il n’imposait pas à Signor Wilson l’implacable dureté qu’il s’imposait. Il était trop dur avec lui-même, avec son corps, mais il y avait des jours où l’espoir de marcher était si fort : qu’abandonner était hors de questions. C’était comme tout, il y avait des jours avec et des jours sans. Il sourit tristement quand Elisa lui rappela que lui aussi subissait des supplices.

“Allons allons il n’y a pas d’omelettes sans casser d’œufs. La prochaine fois je serais encore plus stricte avec toi, comme ça tu auras une raison de te plaindre à ta fille.” Évidemment que cela ne serait pas le cas. Il n’était pas un monstre. La mine offusquée du vieil homme le fit rire : “AH ! Voilà ! Tu as entendu de tes propres oreilles ! Ce tortionnaire ! Il prend plaisir à me voir souffrir !” Cesare continuait de sourire : “Il faut bien qu’il y ait des avantages à ma position. - Ta position ?! Ta position ?! Non mais … Quel toupet !”Ah ces crises, il préférait en rire qu’en pleurer. Elisa proposa un verre d’eau, une occasion rêvée pour le père : “Je m’en occupe. Ca me fera un peu d’air de ce malotrus !” Grogna-t-il avant de déjà partir. Il recula quelques secondes plus tard : “Et non ça ne va pas ! Tu m’obliges à faire du sport !” Et il repartit.

Cesare posa ses coudes sur les accoudoirs de son fauteuil, regarda la demoiselle avec son regard toujours amusé.

“Aujourd’hui il était plus conciliant que les autres. Je crois qu’au fond… Il apprécie ces moments et de bouger. Ca fait du bien à son moral. Qu’importe ce qu’il peut dire”
Il paraissait. Pour Cesare, cela était une drogue, une obsession : sans ça il se serait foutu en l’air depuis longtemps. Est-ce que Demetrio l’aurait laissé ? Noa, en partant, lui avait laissé des responsabilités concernant ses amis et sa sœur surtout. “Et toi alors ? Tu as passé une bonne journée ?” Il savait que son père ne lui demanderait pas et le sportif était intéressé. “Comment ça se passe au Musée après les tremblements ?”







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Elisa WilsonTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Elisa Wilson
https://www.ciao-vecchio.com/t7585-elisa-lonely-flower https://www.ciao-vecchio.com/t7616-elisa-don-t-stop-me-now
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Alicia Vikander (Doriana)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : handicap; deuil et mort; maladie (mucoviscidose)
Messages : 1407 - Points : 1240
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa B85f5e42b0ead07bb94e476e39261970f9d28965
Âge : 31 ans (18.12.89)
Métier : Historienne-archéologue, avec une spécialité pour l'époque contemporaine et la seconde guerre mondiale
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Dim 18 Oct 2020 - 12:19 )


La pizza è la cura per tutti i disturbi

Cesare & Elisa

Des baisers et surtout des remarques, voilà ce qui accueillit Elisa quand elle entra dans la pièce où se trouvait son père et son ami de longue date, Cesare. Deux des hommes les plus importants de sa vie. Et son père, ce vieux bougon, qui râlait contre ses séances de sport, comme à chaque fois. De toute façon, contre quoi est-ce qu'il ne râlait pas ? Voilà bien la question que la brune se posait, car plus le temps passé, plus il râlait contre tout et n'importe quoi: les infirmières, ses soins, ses séances de kiné, de sport, la télé, la nourriture, la météo, sa fille qui soi-disant ne passait pas le voir assez souvent. Bref, tout était prétexte à râler pour le vieux Wilson, si bien que désormais, Elisa ne faisait plus vraiment attention à ses remarques, ou ses gémissements. Sans compter, qu'elle savait qu'il exagérait. Comme ce soir, quand il prétendait que Cesare l'avait torturé. Comme si cela allait persuader la jeune femme d'arrêter les séances de sport... Il ne fallait pas rêver non plus... Car si son père ne faisait plus rien, il allait s'empâter plus qu'autre chose, ce qu'elle tentait d'empêcher. Et puis, si lui avait un sale caractère, sa fille aussi savait avoir le sien. Elle n'était pas la fille de n'importe qui après tout.

Tentant d'être juste, Elisa fit remarquer à son cher géniteur, qu'elle aimait malgré tout ce qu'il pouvait lui faire subir, que s'il souffrait, il n'était pas le seul. C'est qu'il avait tendance à oublier en ne se centrant que sur son malheur à lui, ce que la brune tentait de rectifier, sans succès, depuis des années maintenant. En tout cas, la remarque de Cesare, sur le fait qu'il serait plus dur la prochaine fois, ne fit que sourire la jeune femme. Son père ne récoltait que ce qu'il semait ce coup-ci. Et puis ce n'est pas elle qui allait prostester, surtout que le vieux Wilson savait très bien le faire tout seul. Elisa ne s'y était pas trompée, puisque c'est ce qu'il fit au bout de quelques secondes, tentant de prendre sa fille comme témoin. Sans succès.

- Ah non, désolée papa, je n'ai rien entendu. Je crois que j'ai les oreilles bouchées aujourd'hui, je ne sais pas pourquoi. C'est bizarre, n'est-ce pas ?

Elle souriait, amusée, ce qui outra son père.

- Comment ?

Lâcha-t-il alors que Cesare reprenait la parole, de quoi faire encore jaser le vieil homme, et amuser un peu plus l'historienne. C'était quasiment toujours ainsi, une vraie scène avec les deux, surtout les jours où son père était mal luné. En tout cas, son paternel finit par comprendre qu'il n'aurait certainement pas gain de cause ce soir avec ces deux là, alors en grognant, il partit chercher des verres d'eau pour tout le monde, tout en vociférant que ça n'allait pas car on l'obligeait à faire du sport.

- C'est pour ton bien, tu le sais ! Et tu auras beau râler, ça ne me fera pas changer d'avis !

Ce qui ne fit que râler un peu plus son père depuis la cuisine, des paroles totalement inaudibles pour les deux amis, mais qui firent en tout cas Elisa.

- Il ne changera décidément jamais !

S'exclama-t-elle à l'attention de Cesare, sur qui elle posa un regard, toujours souriante, avant de se laisser aller contre l'accoudoir d'un des fauteuils présents dans la pièce et d'écouter le Moretti lui faire un rapide compte-rendu de sa séance du jour. Et Elisa sourit un peu plus. Ca la réconforter d'entendre que dans le fond, son père appréciait tout ça, même s'il se plaignait. C'était une bonne chose dans le fond.

- Tant mieux, s'il apprécie ça dans le fond. Car il en bien besoin, malgré ce qu'il dit.

Sans compter que les années passées, et qu'il vieillissait, alors autant profiter du fait qu'il pouvait encore bouger et ne soit pas perclu d'arthrose pour lui faire faire un peu de sport.

- Moi ça va, ce fut une journée comme les autres, remplie de paperasse, d'exposition à préparer, de conférence à préparer. Une journée bien normale.

Remplie de boulot. Toujours le boulot, et ce depuis la mort de son fiancé il y a bientôt deux ans maintenant. Un drame qu'elle avait surmonté en se plongeant dans le travail, comme si c'était une bouée de secours, sa bouée de secours.

- Sinon au Musée, et bien on répare et on remet en place. C'est pas joli joli avec ce tremblement de terre, mais ça aurait largement pu être pire, on doit s'estimer heureux je pense. Et toi alors, à part cette séance avec mon vieux bougon de père, comment s'est passée ta journée ?

Un vieux bougon qui les rejoignit à peine la réponse de Cesare prononcée à la question d'Elisa. Sur ses genoux, un plateau avec trois verres d'eau qu'il leur apporta, tout en continuant de baragouiner.

- Voilà vos verres d'eau, les enfants. Allez, buvez les, et rentrez vous reposer chez vous. Moi, après cette torture j'ai besoin de repos, et puis, vous n'allez pas passer la nuit ici.

Lâcha-t-il, faisant lever les yeux au ciel de Elisa, qui prit deux verres et en tendit un à Cesare.

- T'en fais pas Papa, on ne va pas dormir ici, je te rassure, mais tu n'as pas besoin de nous mettre à la porte ainsi.  


@Cesare Moretti




You don’t just give up. You don’t just let things happen. You make a stand! You say no!
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Cesare MorettiBon pour te remonter le moral
Cesare Moretti
https://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-t https://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
ID : Ingrid // Sharky
Pronom : Elle
Faceclaim : Domhnall Gleeson @RQ & @geniuspanda the great
Style RP :
Pronoms RP : Il / Cesare
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Trisomie 21 ; handicape ; dépression.
Messages : 893 - Points : 535
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa 9384fdc2c8209c6a9f6ecb8a4c89fc76
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Sam 12 Déc 2020 - 17:43 )
Cesare aimait ces moments passés avec le père d’Elisa. Il avait toujours apprécié cet homme, même si avec les années son caractère empirait. Bien élevé, il ne se permettrait jamais de juger les personnes plus âgées que lui. Probablement, car il ne savait pas comment il serait une fois le pallier atteint. Alors, il se contentait de l’aider à bouger, de montrer que sa condition ne changeait en rien au fait qu’il pouvait rester actif. Cesare, ayant développé une addiction très jeune pour le sport, avait décidé malgré l’accident de garder cette constance dans sa vie. Une des seules choses qu’il avait conservées de sa vie passé. Évidemment Fenrir, la bande d’amis créés au fil des années, faisaient partit de ce quotidien devenu morose par la force des choses. En dehors de ça… Il ne pouvait pas dire que le Cesare actuel ressemblait à l’homme qu’il avait été. Une partie de son cœur avait été arraché avec la mort de sa sœur puis de son meilleur ami. La vie continuait. De gré ou de force. Le sourire d’Elisa mettait toujours du baume sur son cœur.
Wilson continua de se plaindre malgré qu’il soit en minorité contre Cesare et sa fille. Il n’avait aucune chance de gagner, pourtant, il insistait. Tellement que le coach décida de sévir et affirma sans sourciller que la prochaine fois il tâcherait de faire des exercices encore plus durs. Heureusement pour Cesare : Elisa était de son côté : il n’avait donc aucune chance. L’homme en fauteuil roulant se mit à rire en l’entendre feindre une surdité passagère. Elle était forte. Très forte. Cela mit de l’huile sur le feu et fit bougonner Wilson un peu plus : comme si cela était possible. Une fois sortit, Cesare put reposer toute son attention sur la Belle.

« Je crois qu’on a plus de chance d’arrêter le mouvement de la terre que de le changer oui. » Expliquant la séance d’aujourd’hui, il croisa ses mains. Wilson grognait, pestait souvent, mais il faisait tout de même les exercices et était bien content ces derniers terminés. « Le sport évite de tourner en rond… Qu’on le veuille ou non. » Pour lui, c’était une drogue. Demandant comment s’était passé sa journée, il aimait l’entendre parler de toutes ces personnes mortes, de ces civilisations perdues. « Ca me rappelle que tu m’as brisé le cœur en me disant qu’Indiana Jones est un mensonge, que les archéologues ne parcourent pas les jungles à la recherche de temple perdu. » Il posa son coude sur l’accoudoir pour poser son menton sur son poing fermé. « J’imagine. Il n’y a pas trop de dégâts j’espère ? Vous pensez pouvoir rouvrir bientôt ? » Cesare n’était clairement pas un spécialiste, mais il se doutait que tout réparer et préparer la réouverture allait être une longue tâche, pour ne pas dire épreuve.

Faisant exprès de ne pas répondre à sa question, il se redressa en entendant Wilson revenir. Il attrapa le verre d’eau et le bu cul-sec avant de sourire. Ils étaient purement et simplement mit à la porte.

« Es-tu réellement étonné ? » Demanda-t-il en regardant Elisa : « Le jour où il le demandera gentiment, on devra prendre sa température et appeler le docteur. » Un regard sur le vieil homme confirma la figure pas aimable : « Tssss c’est moche de se moquer des plus vieux. Ais un peu de respect  gamin ! » Cesare rigola et reposa le verre sur le plateau. « N’oublie pas de t’étirer comme je t’ai montré ce soir hein ? Ca évitera les courbatures demain. Et bois de l’eau. » Il le pointa du doigt : « Que de l’eau, capish ? » Il serra la main de son patient en souriant : « Je te revois Mercredi ok ? Bonne soirée. » Puis il roula jusqu’à l’entrée et enfila sa veste. Maintenant la porte pour Elisa, il lui proposa : « Tu as quelque chose de prévu ce soir ? Je pensais prendre des pizzas sur le chemin, tu veux te joindre à moi ? »

Cesare n’avait pas envie de passer la soirée seule. Quelle meilleure compagnie que celle d’une personne qui compte pour lui ? Naturellement, si elle avait quelque chose de prévu : il ne forcerait pas.







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Elisa WilsonTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Elisa Wilson
https://www.ciao-vecchio.com/t7585-elisa-lonely-flower https://www.ciao-vecchio.com/t7616-elisa-don-t-stop-me-now
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Alicia Vikander (Doriana)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : handicap; deuil et mort; maladie (mucoviscidose)
Messages : 1407 - Points : 1240
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa B85f5e42b0ead07bb94e476e39261970f9d28965
Âge : 31 ans (18.12.89)
Métier : Historienne-archéologue, avec une spécialité pour l'époque contemporaine et la seconde guerre mondiale
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Sam 19 Déc 2020 - 22:41 )


La pizza è la cura per tutti i disturbi

Cesare & Elisa

Ces moments où elle se trouve en compagnie de son père et de Cesare, après la séance de sport du premier, sont presque tout le temps dans le même ton qu'aujourd'hui. Le vieux misanthrope râle et bougonne, mais au final, il continue les séances. De toute façon, Elisa ne lui laisse absolument pas le choix à ce sujet. Il gagnait peut-être sur bien des sujets, mais celui-là faisait parti des rares que jamais il ne gagnerait. Sa fille pensait avant tout à la santé de son père, et c'était un sujet non négociable. Elle avait plus ou moins accepté d'être en quelque sorte son aidant de référence, mais son père devait aussi y mettre du sien, sinon, rien de cela ne fonctionnerait. Et visiblement, le père Wilson semblait comprendre cela, même s'il râlait souvent. Ou plutôt: tout le temps. Pas un jour ne passait sans qu'il ne râle.
D'ailleurs, il continuait de bougonner face à Cesare et Elisa, unis contre lui, si bien qu'il finit par laisser les deux jeunes gens seuls, partant chercher des verres d'eau. Toujours en bougonnant bien sur. Ce qui arracha un petit commentaire à la Wilson, auquel son ami de longue date répondit, lui arrachant un sourire amusé, et même un petit rire. Plus de chances d'arrêter le mouvement de la terre. Il n'avait pas vraiment tort. Pas du tout même.

- Je crois bien oui ! Ou alors la vieillesse, et tout ce qui s'ensuivra le changera peut-être !

Dit-elle simplement, avant de croiser le regard dubitatif de son ami, et de redire:

- Laisse moi y croire, je te prie !

Après tout, l'espoir fait vivre non ? Et puis cette image, cette idée à plaisir à germer dans son esprit: un père plus docile. Un rêve, pour ne pas dire un mythe. Mais après, les événements qu'il avait vécu pouvait expliquer son comportement actuel, sans l'excuser toutefois. En tout cas, entendre Cesare dire que son père appréciait ses séances de sport, malgré ce qu'il pouvait crier à tout va, lui réchauffer le coeur. Et elle ne pouvait qu'être d'accord avec sa remarque sur le sport, hochant simplement la tête sans répondre. Car ces paroles, elle se doutait que Cesare les disait pour lui aussi. Elle savait qu'il avait du sport sa drogue. Ce qu'elle ne jugeait pas. Après tout, sa drogue c'était l'histoire et les chantiers de fouilles. Quand elle allait mal, Elisa avait tendance à partir en chantier archéologique à l'autre bout du monde. Sa drogue à elle. La meilleure qui soit à ses yeux, malgré les clichés qu'on pouvait voir au cinéma, que son ami mentionnait justement.

- Brisé le coeur, carrément ?

Dit-elle en souriant malicieusement, amusée, tout en secouant la tête.

- Désolée d'avoir casser le mythe, mais non on ne fait pas comme Indiana Jones, et aujourd'hui on ne parcourt plus la jungle pour trouver un hypothétique temple mentionné par des écrits ou des autocthones ! On se sert de la technologie et des reliefs et de plein d'autres choses.

La technologie avait grandement changé les méthodes d'investigations des historiens-archéologues depuis quelques années, surtout dans les jungles d'Amérique centrale et du Sud. Mais ce n'était pas dans l'immédiat qu'elle allait s'envoler pour cette destination et un nouveau chantier de recherche ou de fouilles. Avec le tremblement de terre, on avait plus que besoin d'elle, ici, à Naples, et elle n'allait pas se dérober.

- Quelques dégâts, mais je pense que ça aurait pû être pire. Ou je m'accroche tout simplement à cette idée. En tout cas, on a du travail pour quelques semaines je pense, donc pour l'ouverture, je n'ai aucune idée de la date exacte. Je pense qu'elle ne sera connue qu'au dernier moment.

Ce qui n'est pas étonnant. Il fallait remettre en ordre, restaurer, consolider et parfois reconstruire. Un long travail attendait les historiens, archéologues et employés du Musée... Mais ça ne faisait pas peur à la jeune femme, qui en avait vu d'autre. Et qui devait aussi gérer les dégâts de la maison de son père, dans laquelle ils se trouvaient actuellement, ou encore celle de son propre appartement. Bref, pas mal de boulot l'attendait.
Alors que son père revenait avec les verres d'eau, la brune nota que Cesare n'avait pas répondu à son retour de question, ce qui la fit s'interroger un peu plus. Elle n'aimait pas quand il éludait ce genre de question. Mais ce n'était pas le moment d'en parler, pas face au vieux bougon de Wilson, qui déjà les mettait à la porte. Ce qui fit lever les yeux au ciel d'Elisa, qui se mordit la lèvre pour ne pas rire face à la remarque du Moretti.

- Oh non, je ne suis pas étonné, il est fidèle à lui-même !

Rétorqua-t-elle tout simplement, tout en continuant à retenir le rire qu'elle sentait poindre. Surtout quand son père prit la parole pour demander à Cesare d'avoir un peu de respect. Alors c'était fort.

- On peut te demander la même chose Papa ?

Demanda-t-elle sur le ton de l'humour, ce qui fit ouvrir de grands yeux à son père qui ne rétorqua rien cependant. Sa fille n'avait pas tort, et il le savait. Et puis Cesare avait repris la parole pour lui donner ses derniers conseils.

- Ne t'inquiète pas, il ne boira que de l'eau, il n'a plus de vin pour le moment !

Elle n'avait pas remonté de bouteille de la cave depuis le tremblement de terre, et son père n'en avait plus dans la cuisine. Cela le faisait râler, mais depuis le tremblement de terre, la cave était quasi inacessible à cause de dégâts, et Elisa refusait d'y mettre les pieds tant qu'aucun professionnel ne serait venu inspecter et faire des réparations. Alors le père Wilson attendait. En râlant, mais il attendait.
Une fois Cesare parti du salon pour se préparer, la brune alla embrasser son père, lui annonçant qu'elle repasserait demain pour régler les différents points à régler et prendre sa liste de course, puis elle rejoignit son vieil ami jusqu'à la porte, où il l'attendait. En quelques secondes, ils furent dehors, et après qu'Eli ait verrouiller la porte de son père, une vieille habitude qu'elle avait prise, ils rejoignirent la rue. La proposition du brun la fit sourire doucement, tandis qu'elle porta son regard sur son ami.

- A part lire quelques recherches, et une plannification de réparation, non je n'ai rien de prévu. Et autant l'avouer: les pizzas me tentent mille fois plus que la soirée que j'avais prévu !

Et puis une soirée avec Cesare, c'était toujours de bons moments, de bons souvenirs. Le brun comptait énormément pour la brune après tout.

- On les achète ces pizzas, et on les mange chez moi ?

Proposa-t-elle au bout de quelques secondes. Son appartement n'était pas très loin, et ils seraient plus tranquilles et au calme que dans la pizzeria, si le Moretti acceptait.

- Au fait, tout à l'heure, si tu crois que je n'ai pas fait gaffe au fait que tu n'as pas répondu à ma question, tu te fourres le doigt dans l'oeil Moretti !

S'exclama-t-elle quelques secondes plus tard, en lui lançant un regard qu'elle voulait un peu sévère, mais qui était aussi attendri. Elle n'arrivait jamais à vraiment se mettre en colère contre le jeune homme. Sûrement parce qu'elle était très attachée à lui, après toutes ses années d'amitiés, d'épreuves vécues ensembles.


@Cesare Moretti




You don’t just give up. You don’t just let things happen. You make a stand! You say no!
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Cesare MorettiBon pour te remonter le moral
Cesare Moretti
https://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-t https://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
ID : Ingrid // Sharky
Pronom : Elle
Faceclaim : Domhnall Gleeson @RQ & @geniuspanda the great
Style RP :
Pronoms RP : Il / Cesare
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Trisomie 21 ; handicape ; dépression.
Messages : 893 - Points : 535
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa 9384fdc2c8209c6a9f6ecb8a4c89fc76
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Sam 26 Déc 2020 - 0:02 )
Cesare ne se laissait jamais de voir Elisa. Elle était un rayon de soleil. Il pouvait l’écouter parler pendant des heures, il pouvait regarder des documentaires sur tout et n’importe quoi avec elle : chose qu’il ne faisait jamais en temps normal. Il préférait regarder des films ou des séries et s’endormir devant. Il n’y avait que son amie pour lui faire regarder des choses qui lui donnait des neurones en plus à défaut de les enlever. Évidemment, il préférait quand ils n’étaient que tous les deux, mais il appréciait aussi de passer du temps avec le vieil homme. Cesare ne laisserait pas Wilson lui échapper. Il devrait faire TOUS les exercices préparés par l’ancien escrimeur. Malgré les grognements et insultes.

“Je savais que tu étais du genre à faire des plans sur la comète !” Répondit Cesare en rigolant. Il adorait la taquiner. Il aimait lui répondre et surenchérir. C’était un de ses passes temps favoris. Il y avait des petits plaisirs comme ça qui ne s’expliquaient pas. Le sportif avait espoir que Wilson prenne goût au sport autant que lui aimait ça.

Maintenant seul, il réaffirmait sa déception quand il avait appris qu’un archéologue n’est pas comme un Indiana Jones. Et il adorait lui rappelait cela.

“Brisé le cœur… Exactement. Je ne mâche pas mes mots !” Il prit un faux air de déception mélangé à de la colère avant de rire à nouveau. “Avoue que quand même la technologie est ennuyante hein ? Tu ne préfèrerais pas parcourir la jungle et partir à l’aventure ?”

Le sujet prit une tournure plus sérieuse quand ils abordèrent le sujet du tremblement de terre et des dégâts fait dans le musée. Il savait que cela était important pour Elisa, alors cela était important pour lui.

“Au moins ils ont avec eux la meilleure des archéologues !”

Sauver par le gong, ou plutôt par Wilson, Cesare éluda la question sur son propre bien-être. Cela faisait depuis longtemps qu’il n’y pensait plus. Quand cela était le cas : il terminait toujours dans un état pitoyable. Penser n’était pas fait pour lui.

“Non vous ne pouvez pas, vous êtes des gamins !”
Cesare rigola. Ils allaient partir de toute façon, il ne servait à rien de répondre au vieux grincheux. Elisa avait coupé l’alcool, ce qui était une bonne chose. Il n’abusait que très peu de la boisson, il avait toujours espoir de retrouver une carrière sportive alors il se devait de faire attention.

Cesare salua le père avant d’aller enfiler sa veste et récupérer ses affaires. Elisa dans le couloir, il ouvrit la porte et la maintenant ouverte avant de suivre le pas et la refermer derrière lui. Ne voulant pas la quitter tout de suite, il proposa des pizzas. Comment pouvait-elle dire non ? Bonus, elle n’avait rien de spécial de prévu. Et encore mieux : elle n’avait pas de rendez-vous avec une autre personne.

“Deal !” Il avança vers la pizzeria entre la maison de Wilson et l’appartement d’Elisa. Il sourit en coin : “Je sais et je savais que tu ne manquerais pas ce détail. Mais franchement…? Je n’ai rien d’intéressant à dire malheureusement. Je suis certain que la plupart des objets que tu étudies au musée on plus de choses intéressantes à dire que moi.” Une tragique vérité. Il souffla longuement : “Ma vie n'est franchement pas palpitante.” Cesare éludait également le fait évident : jamais il ne remarcherait. “Mais eh… Cela n’est pas important. Je peux passer une soirée en mangeant des pizzas et en compagnie d’une jolie femme : que demander de plus !"







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Elisa WilsonTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Elisa Wilson
https://www.ciao-vecchio.com/t7585-elisa-lonely-flower https://www.ciao-vecchio.com/t7616-elisa-don-t-stop-me-now
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Alicia Vikander (Doriana)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : handicap; deuil et mort; maladie (mucoviscidose)
Messages : 1407 - Points : 1240
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa B85f5e42b0ead07bb94e476e39261970f9d28965
Âge : 31 ans (18.12.89)
Métier : Historienne-archéologue, avec une spécialité pour l'époque contemporaine et la seconde guerre mondiale
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Sam 26 Déc 2020 - 22:30 )


La pizza è la cura per tutti i disturbi

Cesare & Elisa

Des plans sur la comète ! Cette phrase fit doucement sourire Elisa dans un premier temps, avant qu'elle ne laisse un léger rire franchir ses lèvres tout en secouant la tête. Oui, parfois, elle aimait faire des plans sur la comète, surtout quand ça concernait son père. Rêver qu'il soit plus docile, ce n'était pas demander la lune non ? Et même si son vieil ami la taquinait là-dessus, elle continuerait de rêver à cela, et de faire des plans sur la comète, comme il le disait.

- Laisse-moi donc y croire un peu !

S'exclama-t-elle en souriant, à l'attention de Cesare. Elle avait déjà mis plus ou moins son père au sport, elle pouvait espérer autre chose désormais. Une sorte de continuité à cette évolution plus ou moins positive. Plus ou moins car rien n'était parfait encore.
Alors qu'ils se retrouvaient seuls dans le salon de la maison familiale des Wilson, la conversation dériva sur le métier d'Elisa, un métier qu'elle aimait plus que tout, une vraie passion à ses yeux, et selon son ami, elle avait cassé le mythe d'Indiana Jones à ses yeux. Mais malheureusement, le cinéma n'était pas toujours très réaliste sur son métier, cachant la dureté du métier, les blessures, le temps passé agenouillé dans la terre, la sueur, les coups de soleil et tous les autres inconvénients.

- Brisé le coeur, hein...

Dit-elle amusée, en secouant la tête, lâchant au passage un soupir qu'elle voulait désespéré. Pas sûre que ce soit une franche réussite.

- Euh... Vu mon désamour pour les petites bêtes et les serpents, je dois avouer que je remercie à la technologie d'exister ! Ca m'évite de chercher, fouiller au hasard et de faire des mauvaises rencontres !

Et puis à ses yeux la technologie du Lidar qui était de plus en plus utilisée dans son métier était une petite perle. Une vraie merveille qui allait permettre de faire de nouvelles grandes découvertes. Là-dessus elle n'avait aucun doute. Mais ça, seul le temps le montrera, il fallait encore attendre. Et elle allait pouvoir attendre sagement au musée, où elle actuellement pas mal de boulot, alors les chantiers de fouilles ça attendrait ultérieurement, bien qu'elle se renseignait déjà sur les futures campagnes qui allaient avoir lieu un peu partout autour du globe, d'ici quelques mois. Le temps de finir de remettre en ordre le musée avec ses collègues, et ce n'était pas une mince chose à faire au final, mais tout le monde s'atteler avec le plus grand sérieux à la tâche. Peut-être qu'ils pouvaient espérer une réouverture d'ici quelques semaines.
La phrase suivante de Cesare fit doucement rougir Elisa, comme à chaque fois qu'on la complimentait. Elle était bien modeste la brune, sans compter qu'elle n'était pas la meilleure des archéologue à ses yeux. Elle était douée il est vrai, mais ceux qui avaient plus de bouteille étaient encore meilleurs.

- C'est ce que tu penses ! Dis-toi qu'il y a des gens encore meilleur que moi ! Mais c'est gentil que tu penses ça. En tout cas au musée, j'ai une super collègue certainement meilleure que moi si tu veux mon avis.

Oui Safiya en savait certainement plus qu'Elisa dans ce domaine. En tout cas penser à son amie la fit doucement sourire un instant, alors que son père revenait enfin avec les verres d'eau, et que Cesare ne répondait pas à la question qu'elle lui avait posé. Filou le Moretti, mais la Wilson était persévérante, et elle n'allait pas oublier.

Après avoir bu son verre, Elisa quitta son père, le saluant et l'embrassant avant de rejoindre la porte d'entrée où Cesare l'attendait. Quand ils furent dehors, la brune verrouilla à clé la porte avant de rejoindre son ami au portail. Et ensemble, ils prirent la décision de manger des pizzas ensembles, chez elle. De bonnes pizzas, voilà qui ouvrait l'appétit de la jeune femme. Il n'y avait rien de meilleur qu'une pizza après une longue journée à ses yeux, encore plus en aussi bonne compagnie qu'avec Cesare. Pour qui elle était toujours présente, encore plus depuis son accident. Un soutien infaillible, enfin, elle l'espérait. D'ailleurs elle lui fit remarquer qu'elle avait vu qu'il avait sciemment éludé sa question, tout en lui jetant un regard qui voulait en dire long. Mais un regard qui se voulait tendre quand même.

- Je ne manque jamais les détails paraît-il...

Murmura-t-elle doucement, un sourire en coin, avant de reprendre.

- Arrête de dire que tu n'as rien d'intéressant à raconter, tu sais que je ne suis pas d'accord avec ça. A partir du moment où tu te lèves le matin et que tu fais des choses, tu as des choses à raconter.

Elle n'aimait pas voir Cesare penser que sa vie n'était pas palpitante, tout comme elle n'aimait pas l'entendre dire qu'il ne remarcherait jamais. Si il remarcherait, elle en était persuadée. Lui, il avait toute ses chances comparé au père de la jeune femme, et Elisa y croyait fortement. Alors, elle n'hésitait pas à le répéter inlassablement à Cesare, se disant qu'à force de l'entendre, à force de voir qu'une des personnes qui tenait à lui, qui l'aimait, croyait en lui, il y croirait aussi.

- Que demander de plus, en effet ! Et moi je passe la soirée en charmante compagnie avec une bonne pizza, c'est bien plus que ce que je rêvais cette après-midi !

Répondit-elle en souriant alors qu'ils atteignaient enfin la pizzeria, la Wilson passant devant pour tenir la porte à son ami, avant qu'il ne rejoigne le comptoir.

- Tu vas prendre quoi ?

Lui demanda-t-elle tout en parcourant une carte qu'elle connaissait presque par coeur, puisque cette pizzeria, elle y avait ces habitudes. Et comme la plupart du temps, elle prit une quatre fromages. La spécialité du chef du resto à ses yeux. Elle allait se régaler. Elisa en salivait presque d'avance d'ailleurs. Et une vingtaine de minutes plus tard, l'odeur qui venait de sa boîte fit fortement gargouiller son ventre alors que les deux amis quittaient le restaurant pour l'appartement de la brune situé à deux cent mètres à peine.

- Décidément, cette pizza me donne faim !

Dit en grimaçant Elisa alors que son ventre émit un second gargouillement.

- Bon, sinon, à part mon père, comment sont tes clients ?


@Cesare Moretti




You don’t just give up. You don’t just let things happen. You make a stand! You say no!
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Cesare MorettiBon pour te remonter le moral
Cesare Moretti
https://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-t https://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
ID : Ingrid // Sharky
Pronom : Elle
Faceclaim : Domhnall Gleeson @RQ & @geniuspanda the great
Style RP :
Pronoms RP : Il / Cesare
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Trisomie 21 ; handicape ; dépression.
Messages : 893 - Points : 535
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa 9384fdc2c8209c6a9f6ecb8a4c89fc76
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Ven 1 Jan 2021 - 13:58 )
Cesare écouta son rire, il ne pouvait pas s’empêcher d’agrandir la risette sur son visage. Elisa avait toujours eu cette main mise sur lui : un battement de cils et voilà le sportif fébrile. Il ne lui fallait pas grand chose quand il est question de la belle. Il leva ses mains pour montrer son innocence quand elle l’accusait de vouloir briser ses rêves. Il n’était pas là pour faire une telle chose. Qui sait, un jour Wiston deviendra raisonnable. Quand l’arbre à argent sera inventé probablement. L’espoir était exaltant cependant, alors Elisa avait raison de croire en cette possibilité. Parler du travail de la belle était toujours fascinant pour Cesare qui aimait l’écouter parler de cette passion. Elle le captivait par ses histoires, même si le revers de la médaille avait été de comprendre qu’Indiana Jones n’était qu’un mensonge.

“Je suis certain que tu aurais pu trouver un preux chevalier pour te protéger de ces insectes et des animaux dangereux de la jungle.” Il aurait bien dit lui, mais cela serait mettre du sel sur une blessure qui jamais ne se refermera. Cesare serait bien en peine de se retrouver au cœur d’une aventure comme l’archéologue légendaire au fouet de cuir. Même s’il aimerait joindre Elisa dans une de ces aventures. Son avis était biaisé, certes, mais il n’démordrait pas. Elisa était la meilleure des archéologues à ses yeux. “Ma foi… Tu me connais : j’attends qu’on me prouve le contraire.” Cesare était ce genre d’homme.

Le père revenait enfin dans le salon avec les boissons. Il attrapa son propre verre et commença à le boire puis de le finir d’une seule traite. Dans l’entrée, il enfila son manteau et garda la porte ouverte pour son amie avant de sortir. Attendant sagement cette dernière, lui aussi tendait l’oreille pour entendre les cliquetis qui confirmeraient que Wiston avait bien fermé la porte. Le plan pour manger des pizzas acceptées, Cesare comprenait rapidement qu’Elisa ne le laisserait pas échapper à sa question.

“Être pas d’accord est une chose, accepté l’évident en est une autre.” Ses journées n’étaient pas palpitantes. Elles se répétaient, donnaient un côté monotone à sa vie ou plutôt à son combat quotidien. Ce n’était pas tant une bataille physique, mais aussi mentale. Il y avait des jours où il broyait tellement du noir qu’il restait enfermer chez lui : sans sortir de son lit. “Tant que tu as une montre, tu peux savoir à la minute où je suis.” C’était dire.

Cesare ne laissa pas cette conversation noircir le tableau qu’offrait cette soirée. Il allait pouvoir passer une soirée avec Elisa avec des pizzas. Il ne pouvait rien demander de plus et était bien trop heureux de cette opportunité. Dans la pizzeria, il commanda sa propre pizza :

“Quattro Formaggi avec des champignons en extra. Simple, mais efficace. Mais je sais que tu es une convaincue.” Il laissa Elisa commander et paya le tout avant d’attendre avec elle. Il posa les boîtes sur les reposoirs de son fauteuil avant de sortir à nouveau. “Pareil ! Je ne fais pas souvent d’écart dans mon régime, mais pour une pizza ? Les exceptions sont toujours acceptables !” La rigueur était de mise dans la vie du Moretti. “Il y a ce gamin de huit ans qui a perdu ses jambes dans un accident de voiture, mais qui a quand même des espoirs de médaille olympique. C’est dur parfois, il y a des crises de larmes qu’il tente de cacher, mais que je comprends. Il fait des progrès tous les jours, il ira loin, c’est certain.” Cesare ressentait de plus en plus de fierté pour ce gosse. Il était bien plus courageux que lui. “Les enfants ont cette capacité incroyable d’adaptation…” Ce qu’il n’avait pas. Il n’acceptait pas sa condition et en même temps, il se faisait une raison.

Il laissa Elisa montrer le chemin, même s’il connaissait la route. La laissant ouvrir l’immeuble, il appela l’ascenseur.

“Tu veux regarder quoi ce soir ? Un film ou un documentaire ?” Il rigola : “Tu es bien la seule qui peut me faire regarder quelque chose qui n’est pas un film ou une série. Je ressors toujours un peu plus intelligent qu’à mon arrivé.”







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences :: 31. Via Campiglione
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant