Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

-35%
Le deal à ne pas rater :
Baskets Nike Air Max Excee à moins de 80€
71.47 € 109.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -40%
-40% sur les baskets Nike Court Royale (du 38,5 au ...
Voir le deal
32.97 €

 

- (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Elisa WilsonTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Elisa Wilson
https://www.ciao-vecchio.com/t7585-elisa-lonely-flower https://www.ciao-vecchio.com/t7616-elisa-don-t-stop-me-now
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Alicia Vikander (@Cinderella)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : handicap; deuil et mort; maladie (mucoviscidose)
Messages : 1387 - Points : 1166
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 Zlu8fK1
Âge : 31 ans (18.12.89)
Métier : Historienne-archéologue, avec une spécialité pour l'époque contemporaine et la seconde guerre mondiale
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Dim 3 Jan 2021 - 22:21 )


La pizza è la cura per tutti i disturbi

Cesare & Elisa

Indiana Jones n'était qu'un mythe, une illusion. Depuis le jour où elle avait avoué cela à Cesare, celui-ci s'amusait à lui faire comprendre qu'elle lui avait brisé le coeur. Et à chaque fois, elle souriait, amusée par cette idée, tout en se disant qu'en même temps elle ne pouvait pas mentir et faire croire que son travail était aussi génial que celui du célèbre archéologue, créé par George Lucas et Steven Spielberg. Surtout que c'était loin de la vérité, car creuser dans la terre ou le sable, sous le soleil ou la pluie, ce n'était pas aussi classe que d'esquiver des pièges ancestraux à l'aide d'un fouet pour ramener un super artefact. Si seulement d'ailleurs... Seul avantage à ne pas être comme Indiana Jones: elle n'avait pas de jungle à arpenter dans l'espoir de trouver on ne sait quelles ruines ou artefacts, au hasard d'une vieille carte. Non, aujourd'hui les archéologues se suivaient du Lidar pour trouver les villes englouties par la jungle au fil des siècles, ce qui rendait le travail plus facile. Surtout pour la brune qui ne supportait pas les insectes, et encore moins les serpents. Un comble paraît-il pour un archéologue, mais quand on a peur, on a peur.
La mention  de Cesare d'un preux chevalier pour la protéger face à ces bêtes tira un léger sourire sur les lèvres d'Elisa, qui plonge dans ces pensées. Leo aurait pu être son preux chevalier... Mais le destin en avait décidé autrement et l'avait retiré à la jeune femme. Et encore, le jeune homme n'était pas un grand fan des insectes non plus si bien qu'Eli' n'était pas certaine qu'une aventure en pleine jungle lui aurait plu. Quant à l'autre preux chevalier que la jeune femme avait en tête, il était actuellement à ses côtés, et dans un fauteuil roulant. Loin d'être l'idéal pour un périple en pleine forêt sauvage, sans route pour circuler correctement, des pentes à grimper et des cailloux par dessus lesquels passer. Mais un jour prochain, quand il serait rétabli, elle pourrait lui proposer la balade. Car il guérirait, la brune y croyait fortement, plus que tout même, car si pour son père il n'y avait aucun espoir, pour Cesare c'était différent.

- Peut-être qu'un jour je le trouverai, qui sait ?

Dit-elle malicieusement, souriante, avant d'affirmer que contrairement à ce que pouvait penser Cesare, elle n'était pas la meilleure archéologue qui soit. Son avis était biaisé, mais il ne démordait pas de son idée, ce qui ne pouvait que faire sourire la jeune femme.

- Tu es têtu tu sais ? Tu as de la chance que c'est ainsi que je te préfère !

S'exclama-t-elle avant de se pencher vers lui pour déposer un baiser sur sa joue droite, un baiser sonore, juste avant que son père ne fasse sa réapparition avec son plateau et les verres d'eau sur ses genoux, mettant ainsi fin à l'échange entre les deux jeunes gens... qui se retrouvèrent quelques minutes plus tard sur le pas de la porte d'entrée de la vieille maison. Une fois la porte de la demeure bien verrouillée et son père en sûreté pour la nuit, Elisa reprit sa conversation, revenant sur l'omission que le Moretti avait fait un peu plus tôt, et qu'elle n'avait pas manqué, bien entendu.
La remarque de Cesare lui fit lever les yeux au ciel. Elle avait envie de le secouer quand il réagissait ainsi, mais aussi de le réconforter. Ses émotions étaient un vrai tourbillon quand elle entendait Cesare être aussi pessimiste. Sûrement parce qu'elle était plus optimiste sur ce coup là... Et Elisa optimiste, vu les coups bas que le destin lui avait réservé au fil des trente premières années de sa vie, ce n'était pas souvent. Elle se retint néanmoins de répliquer que s'il acceptait vraiment l'évidence, il accepterait le fait qu'il pourrait très certainement remarcher un jour. S'il voulait y croire autant qu'elle y croyait. Ou alors peut-être qu'elle avait trop d'espoir la brune ? Parce qu'elle tenait à lui plus qu'elle ne voulait l'admettre réellement, et qu'elle souhaitait le revoir retrouver son entrain d'autrefois, et voir moins d'abbattement, de tristesse dans ses yeux. Elle trouvait qu'il y avait déjà bien assez de tristesse dans son propre regard malheureusement.

- Je suis sûre que ta vie n'est pas aussi réglée que tu veux bien le dire ! La preuve, notre dîner ensemble n'était pas prévue !

Elle lui adressa un petit clin d'oeil qu'elle voulait malicieux, avant qu'il n'entre dans la pizzeria, où, après un rapide coup d'oeil à la carte, elle commanda une quatre fromages, comme Cesare à vrai dire, mais sans champignons en supplément. Elle l'aimait tel quel sa pizza.

- Je suis plus que convaincue même ! La petite signature du chef cette pizza si tu veux mon avis.

Raison pour laquelle elle y faisait honneur la plupart du temps quand elle venait ici, car oui, il lui arrivait parfois de varier les plaisirs, mais elle revenait toujours à son premier amour: la quatre fromages. Comme ce soir. Quand le Moretti paya leur deux pizzas, elle lui posa une main douce sur l'épaule avant de le remercier en souriant. Et quelques minutes plus tard, les deux jeunes gens repartaient avec les boîtes qui contenaient leur dîner. Un dîner qui faisait salivait et gargouillait l'archéologue. Pourtant, elle avait mangé à midi. Peu, mais quand même.

- Un pizza est toujours une exception acceptable à vrai dire !

Après tout c'était le plat national italien non ? Alors un bon italien ne pouvait refuser une bonne pizza, même quand il devait surveiller son alimentation pour diverses raisons.

- Pauvre gosse...

Lâcha la jeune femme à l'évocation par le brun du gamin de huit ans qui avait perdu ses jambes dans un accident de voiture... Une évocation qui fit rejaillir un souvenir chez Elisa. Un souvenir de son propre accident des années plutôt, quand elle n'avait que six ans... Un accident en pleine montagne qui s'était mal fini pour son père puisque c'était ce jour-là qu'il avait perdu l'usage de ses jambes. Ainsi était né le vieux misanthrope qu'il était devenu au fil des ans.

- Les enfants savent toujours s'adapter, c'est ça qui est merveilleux chez eux. En tout cas, c'est super si ce petit s'améliore et qu'il ira loin en s'entraînant ainsi. C'est parce que tu es un bon coach qu'il réussit et s'adapte autant !

Elle sourit. Un retour de compliments après celui qu'il lui avait fait plutôt dans la soirée, et bien mérité ici. Elisa garde d'ailleurs son sourire le reste du court chemin qui sépare le restaurant de son immeuble, et une fois arrivée à celui-ci, elle ouvre la porte principale, avant de se diriger vers son loft qui se situe au rez-de-chaussé. Un choix pensé pour son père à l'origine, mais elle s'y plaisait dans son petit appartement bien cosy, qui lui ressemblait à merveille, rempli de livres et d'objets en tout genre, souvent des représentations d'artefacts historiques, achetés au cours de ses voyages.

- Ainsi tu me laisses le choix de la télévision ?

Claironna-t-elle ironique tout en déverrouillant la porte de son logement. Elle y pénétra la première avant de maintenir la porte ouverte pour Cesare.

- Tu as vu le documentaire arrivé il y a peu sur Netflix sur Saqqarah, en Egypte ? Sinon, on peut se trouver un petit film tranquille et sans prise de tête, ou même d'action à vrai dire. Je suis même prête à regarder Indiana Jones pour toi !

Tout en parlant, sourire aux lèvres, Elisa avait enlevé sa veste pour la poser sur son porte manteau, avant de saisir les boîtes à pizza pour les poser sur la table basse de son salon, poussant au passage un fauteuil afin de faire de la place pour le fauteuil roulant de Cesare.

- Tu veux boire quelque chose ?

En bonne hôte, elle n'oubliait pas les bonnes manières. Et puis elle avait toujours de quoi boire dans son frigo, des sodas à la bière, sans oublier les différentes bouteilles d'alcool qui traînaient dans le meuble sous sa télé, bien qu'elle même ne soit pas une grande amatrice d'alcool.


@Cesare Moretti




You don’t just give up. You don’t just let things happen. You make a stand! You say no!
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Cesare MorettiBon pour te remonter le moral
Cesare Moretti
https://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-t https://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
ID : Ingrid // Sharky
Pronom : Elle
Faceclaim : Domhnall Gleeson @Shiya & @geniuspanda the great
Style RP : Pronoms RP : Il / Cesare
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Trisomie 21 ; handicape ; dépression.
Je suis absent-e : Présence réduite : du 24 Février jusqu'au 07 Avril maximum
Messages : 884 - Points : 493
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 9384fdc2c8209c6a9f6ecb8a4c89fc76
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Dim 10 Jan 2021 - 17:20 )
Évidemment que Cesare ne pourrait pas la suivre dans ses folles aventures à la recherche d’un temple perdu. Il n’y avait qu’à jeter un seul regard sur lui pour comprendre pourquoi. Il avait perdu l’espoir d’un jour marcher à nouveau. Pouvait-on réellement le blâmer ? Lui qui avait tellement l’habitude d’être actif durant l’accident avait vu ses ailes coupées. Il avait aussi perdu une amie dans le lot. Histoire de rendre la chose encore plus tragique. Pour sûr que Dieu devait s’amuser à jeter les dés de la malchance le concernant. Au moins, il avait mis sur sa route une bande d’amis qui se sont soudés avec la mort de Tom. Il lui avait également permis d’embrasser Elisa un soir, puis une autre fois jusqu’à pouvoir l’aimer physiquement. Cesare mentirait s’il disait que cette nuit ne le hantait pas. Pourtant, jamais il n’avait mis le sujet sur le tapis et ne profitait jamais de ses moments passés avec elle pour faire des allusions indécentes. Il avait bien trop de respect pour elle et pour ce qu’elle représentait à ses yeux. Cesare n’était pas à ce point-là idiot, ni connard. Malgré tout cela, malgré son handicap : si jamais la belle avait besoin il revêtirait son armure en argent.

“Haaaan je voulais dire moi, mais je vois que je ne suis pas un preux chevalier à tes yeux.” Main sur le front dans un geste tragique. “Tu me brises le cœur…” Evidemment, il n’était pas sérieux. Sa mine sérieuse fut remplacée par un rire franc. Cesare ne s’attendait pas à être autre chose qu’un ami pour Elisa. Il ne voulait pas en demander plus de peur de la perdre. “Exactement, si j’étais différent : tu me trouverais banal comme le reste des hommes et tu me mettrais au placard. Crois pas que je ne connais pas.” Même si elle le surprenait encore bien souvent. Pour son plus grand bonheur.

Le baiser sur sa joue le fit sourire et manqua de faire sortir son cœur de sa poitrine. Là n’était pas la question, ils devaient partir avant de se faire mettre à la porte par le père. Une fois dehors, Cesare réalisa que la belle Elisa ne le laisserait pas s’échapper aussi facilement. Lui demander comment il allait, cela était pour mettre les deux pieds dans un sceau d’excréments. On ne posait pas cette question. Pourtant, Elisa était particulière. Comme le reste du groupe, elle pouvait se permettre de venir avec ses grands sabots et de lui demander n’importe quoi.

“Je prévois toujours un peu de temps pour toi…” Et puis il réalisa que cela pouvait sonner un peu trop osé, il rajouta : “Pour les autres aussi. Vous êtes toujours dans mon emploi du temps, même si parfois on ne fait rien.” Cesare les ferait toujours passer avant quoique ce soit. Ils étaient sa famille. Ils avaient été là à la mort de sa sœur et à son accident. Il ne pouvait rien demander de plus.

Dans la pizzeria, ils commandèrent tous les deux avant de sortir une fois les pizzas en main. Il hocha la tête quand elle parlait de la qualité des pizzas : vrai que faire un écart pour une aussi bonne chose ce n’était pas réellement un mal. Ce n’est pas comme si la compétition l’attendait. Cette vie était derrière lui depuis longtemps. Et puis, cela faisait marcher les commerces de quartier, évitait de remplir les poches de grandes coopérations et entreprises. Il profita de ce moment pour parler puisqu’Elisa semblait réellement vouloir savoir ce qu’il avait fait. Cesare parla de cet enfant qui avait perdu l’usage de ses jambes, définitivement, mais qui aimait bien trop l’escrime pour abandonner. Il savait que parler d’un accident de la route allait perturber la belle, alors, il la regarda pour voir comment elle réagissait.

“Ils m’ont toujours impressionné. J’aimerais avoir sa faculté. Je lui ai dit, il ne m’a évidemment pas cru, mais c’est vrai.” Cesare ne se faisait pas à cette vie dans un fauteuil. Il ne s’y ferait probablement jamais. Malgré le fait que son esprit soit résigné sur le sujet. “Je fais mon possible pour l’aider. Il me donne envie parfois de reprendre la compétition. Même si je ne retrouverai pas ma gloire passée… Je me dis que je n’ai rien à perdre.” A part essuyer un cuisant échec.

Dans l’immeuble, il hocha la tête pour confirmer qu’en effet : elle avait tous les pouvoirs sur la télévision. Bien trop heureux de la voir fanfaronner en entendante cette responsabilité. Il rentra dans l’appartement et enleva sa veste en faisant attention de ne pas renverser les pizzas. Il accrocha cette dernière et s’avança dans le petit nid douillet de son amie. Il le connaissait par cœur et appréciait de pouvoir circuler librement.

“Je ne te ferai pas l’affront de t’obliger à regarder Indiana Jones, même si je sais que je prendrais plaisir à t’entendre râler sur ce qu’il fait de mauvais.” Il rigola : “Le documentaire me semble parfait. À moins que tu souhaites revoir pour la énième fois Pride & Prejudice ?” Cela ne le dérangeait pas. Il aimait le film. Un guilty pleasure qu’il n’avait jamais caché à Elisa. “De l’eau s’il te plaît. Ne poussons pas le diable hein ?” Il la suivit dans la cuisine : “Je peux t’aider à quelque chose ?” Il ne pouvait pas faire grand chose, mais s’il pouvait : il le ferait. “Je suis vraiment heureux tu sais de passer cette soirée avec toi. Il n’y a pas meilleure façon de terminer une journée." Et sur ces mots, il recula son fauteuil pour aller allumer la télé et préparer cette dernière pour qu'Elisa n'ait plus qu'à s'installer.







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Elisa WilsonTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Elisa Wilson
https://www.ciao-vecchio.com/t7585-elisa-lonely-flower https://www.ciao-vecchio.com/t7616-elisa-don-t-stop-me-now
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Alicia Vikander (@Cinderella)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : handicap; deuil et mort; maladie (mucoviscidose)
Messages : 1387 - Points : 1166
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 Zlu8fK1
Âge : 31 ans (18.12.89)
Métier : Historienne-archéologue, avec une spécialité pour l'époque contemporaine et la seconde guerre mondiale
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Dim 10 Jan 2021 - 20:39 )


La pizza è la cura per tutti i disturbi

Cesare & Elisa

Mentionner la jungle, ou encore les découvertes à y faire, ramèna l'esprit d'Elisa vers ses fouilles archéologiques passées durant quelques instants. Des souvenirs agréables, qu'elle partageait toujours à travers des photos et des anecdotes avec les siens, mais qu'elle réalisait toujours seule. Peut-être qu'elle devrait un jour remédiait à cela. Entraîner un ou deux passionnés avec elle, ou même des amis, même si ce n'était que pour visiter le pays pendant quelques jours. Même un Cesare grincheux en fauteuil roulant aimerait cela. Cette pensée la fit sourire un instant, tandis que son esprit se recalquer sur la conversation en cours. Elle avait trop tendance à se laisser aller par moment.

- Qui a dit que tu n'étais pas un preux chevalier ?

Demanda-t-elle sur un ton mi-sérieux, mi-humoristique, tout en secouant doucement la tête, en le voyant rire. Ce qui ne l'empêcha d'ajouter:

- C'est pour les fois où c'est toi qui me brise le coeur ! Et comme si j'étais capable de te briser le coeur !

Un clin d'oeil vint ponctuer sa phrase, alors qu'un grand sourire se dessinait sur ses lèvres. Elle ne parlait pas au sens littéral du terme bien entendu, tout comme lui, car jamais il ne lui avait fait le moindre mal. Et elle espérait qu'il en allait de même pour elle. Elle aimait Cesare, d'un amour bien à elle, qui oscillait dangereusement entre la frontière de l'amitié et de l'amour depuis qu'ils s'étaient aimé une nuit il y a des années, et jamais elle ne serait capable de lui faire volontairement du mal.

- Tout de suite ! Tu n'as jamais été banal, ni comme le reste des hommes pour moi, et ça ne changera jamais.

Elle sourit doucement en lui disant cela, et posa délicatement une main sur son épaule, signe de sa sincérité. Puis, elle déposa un baiser sur sa joue quelques instants plus tard, un léger baiser, parce qu'il était têtu et que c'est ainsi qu'elle l'aimait.
Ils furent interrompus par le retour du père d'Elisa, qui les mit rapidement à la porte. Guère étonnant, mais sa fille trouvait ça grossier, même si elle s'abstient du moindre commentaire, levant juste les yeux au ciel. Mais elle prit la direction de la porte, rejoignant le Moretti qui l'y attendait. Et qu'elle ne lâcha pas que ce soit sur les nouvelles le concernant, ou le reste de la soirée qu'ils allaient passer ensemble, à déguster une bonne pizza. Rien ne pouvait lui faire plus plaisir à l'heure actuelle, et un sourire, quelque peu niais, prit place sur ses lèvres. Sourire qui s'agrandit de quelques millimètres quand Cesara avoua qu'il avait toujours du temps pour elle. Cela lui fit un petit je ne sais quoi, tandis que son coeur semblait rater un bond.

- Et moi j'ai toujours du temps pour toi aussi. Et les autres.

Bien que c'était certainement avec Cesare qu'elle passait le plus temps. Parce que c'était ainsi, parce qu'ils se croisaient souvent au domicile du père Wilson, et puis parce qu'il semblait toujours y avoir un petit plus entre eux. Mais ça n'empêchait pas la brune d'aimer toutes la bande d'amis, des amis qui avaient tous été là pour elle, à leur manière, quand Noa était décédé. C'était lui qui les avait soudé au final.
A sa pizzeria habituelle, elle commanda comme d'habitude, car on ne changeait pas les bonnes vieilles habitudes, ou peu souvent, avant qu'ils ne repartent ensemble, pizzas entre les mains. Enfin sur le fauteuil de Cesare. Et tout en rejoignant son logement, ils discutèrent du boulot du brun, qui s'ouvrit à elle sur ce pauvre enfant de huit ans qui avait perdu ses jambes, faisant renaître de vieux souvenirs durant un instant dans l'esprit de la jeune femme. Mais elle ne laissa rien paraître. Enfin, elle espérait que c'était le cas. Avec les années, elle avait appris à cacher certaines réactions comme celle-ci. Au moins, elle était quelque peu réconfortée d'entendre que ce pauvre gosse s'adapter à ce qu'il vivait.

- Les enfants ont toujours une faculté d'adaptation incroyable, sans pour autant croire ce qu'on leur dit !

Elle sourit doucement. Elle pensait à elle bien sûr, et à tout ce qu'elle vécu enfant, mais aussi à d'autres enfants, comme celui dont lui parlait Cesare. Elisa était admirative de cette capacité qu'avaient les plus jeunes pour s'adapter, et regrettait presque qu'elle se perde quand l'âge adulte arrive. Si l'adulte l'avait toujours, voilà qui lui serait bien pratique. Pour tant de chose.

- Et je suis sûre que tu fais de ton mieux.

Dit-elle en souriant, son regard posé sur le brun.

- Sinon, tu peux me dire ce qui t'empêche de reprendre la compétition si tu le désires ? Mieux encore, tu peux me dire pourquoi tu ne retrouverais pas ta gloire passé ?

Ce n'est pas parce qu'il passait dans la section handisport qu'il ne pouvait rencontrer la gloire. C'était stupide comme idée, surtout que l'handisport connaissait de plus en plus de succès et gagnait en réputation, si bien qu'il pourrait se refaire, ou plutôt reprendre sa carrière dans ce monde. Enfin, c'était son point de vue à elle, elle qui voulait toujours pensé au positif, au bon côté pour Cesare. C'est ainsi qu'elle croyait dur comme fer qu'il remarcherait. Sûrement aussi parce qu'il n'y croyait pas, alors elle croyait pour lui.

Une fois chez elle, la conversation pour le choix de la télévision s'engagea, et bien entendu Cesare la laisser choisir. Ce qui la toucha, même si elle ne dit rien. Sans compter que ça ne la dérangeait pas qu'il choississe, enfin sauf si son choix se porter un film d'horreur. Là par contre, elle risquait de protester vivement, car elle détestait ça. Une vraie flippette devant ce genre de production. En tout cas, elle affirma qu'elle était prête à regarder Indiana Jones si ça faisait plaisir au Moretti. Une référence directe à leur conversation quand ils étaient encore chez son père, ce qui lui arracha un léger sourire. Sourire qu'elle garda par la suite, et qui s'agrandit en un vrai sourire de plaisir quand Cesare proposa au final Pride and Prejudice. Ou comment faire fondre le coeur d'Elisa. Ce film, elle en était dingue, même si elle le connaissait par coeur. Et que dire du bouquin qu'elle avait dévoré de bien trop nombreuses fois ? Un plaisir coupable que le brun ne connaissait que trop bien mais qu'en plus il partageait avec elle. Un homme parfait.

- Alors là, tu parles à mon coeur !

S'exclama-t-elle tout sourire. La joie était plus que lisible sur son visage, tandis qu'elle jetait un regard plus tendre qu'elle ne le pensait à Cesare.

- Va pour Pride and Prejudice !

En plus, elle avait le DVD. Enfin les DVD puisqu'elle avait aussi la mini-série entre autre. Toujours enivrée par cette proposition, son regard s'attarda sur le Moretti quelques instants, un sourire heureux sur les lèvres, avant qu'elle ne se reprenne et ne lui propose quelque chose à boire. La réponse qu'elle reçut en retour fit doucement sourire Elisa.

- Ne tentons pas le diable alors, et contentons-nous d'eau ! Tu sais que j'ai des sodas et des jus de fruit aussi, histoire de pimenter un peu, tout en restant dans le soft.

Comme la Wilson avait rejoint sa cuisine, et que le brun l'avait suivi, elle ouvrit le placard qui contenait canettes et bouteilles de jus pour lui montrer, avant de se tourner vers un placard en hauteur cette fois-ci pour en sortir des verres.

- Allumer la télé ?

Demanda-t-elle en guise de réponse à la question de Cesare, tandis qu'elle sortait un plateau pour poser verres et boissons. Et alors qu'elle était accroupie au niveau du placard pour choisir sa boisson, hésitant entre plusieurs jus de fruits, Elisa fut surprise d'entendre les mots qui suivirent de Cesare. Heureusement qu'elle lui tournait le dos, car il ne put voir le léger rose qui lui était monté aux joues. Sans compter qu'il sortit rapidement de la cuisine.

- Moi aussi !

S'écria-t-elle finalement, espérant que le court silence ne soit pas remarquée. Un court silence durant lequel son coeur s'emballa suites aux paroles du Moretti. Un emballement inattendu et soudain. Mais elle aussi était ravie de passer cette soirée avec lui. A vrai dire, elle aimait passer toutes ces soirées qu'ils s'accordaient, avec lui. Comme un petit moment hors du temps.
Se donnant quelques secondes, une petite minute même, elle finit de placer les boissons sur le plateau, du jus de mangue pour elle, puis rejoignit le salon et les pizzas, où Cesare avait déjà mis le DVD.

- Et bien on est synchro on dirait !

S'exclama-t-elle doucement, avant de se laisser tomber sur le canapé, s'asseyant au plus près de Cesare, tirant la table basse vers eux.

- On a tout ?

Avant de lancer le film, mieux valait s'en assurer.


@Cesare Moretti




You don’t just give up. You don’t just let things happen. You make a stand! You say no!
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Cesare MorettiBon pour te remonter le moral
Cesare Moretti
https://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-t https://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
ID : Ingrid // Sharky
Pronom : Elle
Faceclaim : Domhnall Gleeson @Shiya & @geniuspanda the great
Style RP : Pronoms RP : Il / Cesare
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Trisomie 21 ; handicape ; dépression.
Je suis absent-e : Présence réduite : du 24 Février jusqu'au 07 Avril maximum
Messages : 884 - Points : 493
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 9384fdc2c8209c6a9f6ecb8a4c89fc76
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Sam 16 Jan 2021 - 20:36 )
“Un preux chevalier qui a les miches collées dans un cheval d’acier ? Il n’y a rien de glorieux à ça. Si un dragon passe par-là : il me boufferait en une seule bouchée.” Cesare avait les roues bien trop sur terre pour penser autrement. Si jamais on s’en prenait à Elisa dans la rue alors qu’ils marchaient : qu’est-ce qu’il pourrait faire ? Rien. Et ce genre de pensées le rendait tantôt triste, tantôt en colère suivant ses humeurs. Pourtant, Elisa à le don de le faire sourire, alors il l’accompagnait toujours. Comment lui résister ? Il n’en avait jamais été capable. “J’en prends soin de ton petit cœur, m’zelle. Je casse celui de ceux qui te font du mal. C’est plus ça.” Pourtant, Cesare n’avait pas fait le premier pas pour s’engager dans une relation plus sérieuse avec elle. Une décision qu’il regrettait amèrement aujourd’hui. Il n’aurait jamais dû la laisser lui échapper. Alors, son cœur ne peut s’empêcher de s’emballer quand elle affirme qu’il avait une place bien particulière dans son cœur. Si seulement tu savais que tu es spéciale pour moi aussi. Pensa-t-il sans pour autant avoir l’envie que ces mots passent ses lèvres. Il ne pouvait pas s’imposer à nouveau dans la vie d’Elisa. Pas alors qu’il était incapable de prendre soin de lui-même. Et le baiser le laissa encore plus pantois. Il n’osa rien répondre. Préférant garder jalousement cet instant comme il était. "Pour sûr que tu ne seras jamais débarrassé avec nous.” Il savait que dans le groupe ils seraient tous là pour la plus jeune. C’était la pierre triangulaire de leur vie au fond, ce petit groupe de personnes réunis autour d’un même événement tragique.

La douce odeur de pizza chatouillait ses narines : faisant gargouiller son ventre sans qu’il ne soit en mesure de réprouver cela. Il avait bien trop faim. Il se concentra malgré tout sur la conversation et malgré la banalité de son quotidien se confia sur son métier. Cesare s’occupait d’un gosse de huit ans qui était en fauteuil et se débrouillait comme un chef. Évidemment, il y avait des bas, mais étrangement le coach arrivait toujours à trouver les bons mots alors que les trois-quarts du temps il était incapable d’appliquer à la lettre les conseils donnés. Hypocrite ? Oui un peu. Ou il avait juste le luxe de ne pas devoir écouter les gens comme un enfant de son âge devait le faire. S’il pouvait pousser un bon changement, il le ferait. Hors de questions que ce talent meurt dans l’œuf. Il se doutait que parler d’un accident de voiture allait être difficile à entendre pour Elisa alors il lui jetait des petits coups d’œil pour s’assurer qu’elle allait bien. Hors de questions qu’il la laisse souffrir en silence, même si ce genre de maux ne pouvait pas être guéri comme ça. Il savait de quoi il parlait.

“J’ai la chance franchement, il m’écoute et il est désireux de surmonter son handicap. Quand il y a des coups durs, je tente de lui faire relever la tête. Ca marche une fois sur deux… Mais on apprend à se connaître et à se parler, je pense que ça va aller de mieux en mieux. Il reste un enfant de huit ans qui n’aime pas avoir un adulte lui dire quoique ce soit. Vu que je suis moi-même en fauteuil cependant… Je pense qu’il me voit différemment que ses parents.” Il l’espérait tout du moins. “Et si c’est le cas, ça me fait plaisir : je sais que je peux l’aider comme ça.” Cesare ne voulait pas qu’il souffre comme lui pouvait le faire. Avoir un handicap, cela ne voulait pas dire être seul. Elisa ne manqua pas l’occasion de lui demander pourquoi il ne pourrait pas retourner à sa gloire d’antan : “J’aimerais pouvoir te répondre, mais je ne le peux pas. Il n’y a rien qui m’en empêche… Sauf moi.” Et cette lourdeur dans son cœur qui ne partait jamais. Elle se taisait de temps à autre, mais revenait toujours au grand galop quand il ne s’y attendait pas.

Dans l’appartement, il fallait maintenant choisir ce qu’ils allaient regarder bien que dîner en se plongeant dans les yeux d’Elisa était une alternative tout aussi délicieuse selon lui. Le choix se porta d’abord sur Indiana Jones avant qu’il suggère un film aux antipodes. Guilty pleasure. Comme il le disait si bien. Lui aussi avait lu le livre et combien de fois l’avait-il également lu à sa sœur ? Il ne parlait même pas de la série de la BBC qu’il connaissait par cœur, ou bien le film de 2005. Il avait même laissé sa chance à Pride & Prejudice & Zombies. Un divertissement qui ne valait pas l’orignal, mais qui avait eu le don de le faire sourire. Le sportif ne manqua pas le regard d’Elisa et son cœur manqua plusieurs battements sans qu’il se rende compte. Il se contenta de sourire :

“Tu as vu… Je sais comment te parler hein ?” Un clin d’œil entendu plus tard et il fit rouler sa chaise jusqu’à la bibliothèque de la belle pour attraper le DVD. Il se ravisa au dernier moment et prit la série qui était plus fidèle. Et puis, elle était plus longue : cela lui donnerait une excuse pour revenir et la terminée. Il n’était pas fou. “Woh n’abusons pas, du jus de fruit et des sodas ? Man c’est wild notre soirée.” Il rigola en se dirigeant vers le lecteur et la télé : “De l’eau sera parfait, merci Bella.” Un surnom affectueux qu’il utilisait de temps en temps pour Elisa. Seulement elle. Le DVD prêt, il alla dans la cuisine pour demander si elle avait besoin d’aide pour autre chose. Cesare aurait aimé l’aider à récupérer les verres, mais il en était incapable. Il se contenta donc de sourire : “Bien cheffe.” Et il alla allumer la télé comme demander. Mais avant de partir, il ne put s’empêcher de lui dire au combien il était heureux de passer une soirée avec elle. Cela faisait longtemps.

Tout était installé. Cesare mit les freins de son fauteuil près du canapé et se hissa sur ce dernier avant de replier son traîne misère pour l’enlever du chemin. Il se pencha pour ouvrir la boite et respira la bonne odeur. Il vérifia avec ses yeux et leva ses deux pouces en l’air avant d'appuyer sur le bouton lecture et de commencer à attaquer la boîte.

“Bueno apetitos.” Il manqua de se brûler d’empressement tant elles sentaient bon. (…) Une fois terminé, il attrapa une serviette et essuya soigneusement ses mains avant de bien s’installer et il posa son bras derrière Elisa, sur le dossier du canapé pour lui laisser le loisir de venir se lover contre lui si jamais elle en avait envie. Ils le faisaient souvent. Il aimait avoir la belle près de lui. En tout bien, tout honneur.







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Elisa WilsonTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Elisa Wilson
https://www.ciao-vecchio.com/t7585-elisa-lonely-flower https://www.ciao-vecchio.com/t7616-elisa-don-t-stop-me-now
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Alicia Vikander (@Cinderella)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : handicap; deuil et mort; maladie (mucoviscidose)
Messages : 1387 - Points : 1166
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 Zlu8fK1
Âge : 31 ans (18.12.89)
Métier : Historienne-archéologue, avec une spécialité pour l'époque contemporaine et la seconde guerre mondiale
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Dim 17 Jan 2021 - 11:23 )


La pizza è la cura per tutti i disturbi

Cesare & Elisa

Un sourire triste se dessina sur les lèvres d'Elisa en entendant la remarque de Cesare, tandis que lentement, elle secouait négativement la tête, en désaccord avec lui pour le coup. Mais elle ne renchérit pas sur ce sujet, car pour elle, peu importe ce qu'il disait, il était un preux chevalier, même dans son fauteuil roulant. Et elle aimait le voir ainsi, même si elle savait que c'était son fort attachement pour le jeune homme qui parlait. Mais que pouvait-elle faire contre son coeur ?

- Et bien moi, je te défendrai face au dragon !

Elle rit en disant cela, tout en étant sérieuse. Après tout, elle pratiquait des sports de combat depuis l'adolescence, et même si elle pratiquait plus rarement aujourd'hui, elle connaissait encore très bien les gestes. Sans compter qu'elle n'était pas du genre à se laisser importuner ou faire. Elle était peut-être toute douce et gentille en apparence, mais elle savait être une vraie tigresse et se défendre. Il faut se méfier des apparences après tout.
La remarque de Cesare concernant le fait qu'il prenait soin de son coeur fit sourire la jeune femme. S'il savait à quel point il en prenait soin... Et prenait soin d'elle. Ce n'était pas pour rien qu'il était si spécial à ses yeux, et qu'elle aimait passer du temps avec lui. Ces moments étaient importants pour elle, raison pour laquelle elle ne disait jamais non, hors gros empêchement. Tout comme elle répondait toujours présente quand il avait besoin d'elle, même dans les moments compliqués.

- Et j'espère bien ne jamais être débarassée d'aucun de vous !

Rétorqua-t-elle doucement, sincère. Ce groupe d'amis avait une importance particulière pour elle: ils avaient tous été là pour l'aider à surmonter le tragique décès de son frère il y a toutes ces années maintenant, désormais ils étaient liés d'une manière indéfectible. Enfin, aux yeux de la jeune historienne, surtout avec Cesare, avec qui elle avait une relation bien plus particulière qu'avec les autres. Sûrement parce qu'ils s'étaient aimés il y a des années maintenant, et qu'aujourd'hui encore, dans le fond de son coeur, elle ressentait toujours des sentiments pour le jeune homme, tout en tentant  de se dire que ce n'était rien. Mais était-ce vraiment le cas ? Minimiser pour ne pas souffrir ?


Sur le chemin du loft de la Wilson, la conversation tourna autour du travail de Cesare cette fois-ci, qui s'occupait actuellement d'un enfant de huit ans, handicapé comme le père de la brune. Une grande tristesse pour la jeune femme... Un enfant ne méritait pas cela, mais malheureusement la vie était ainsi faite: injuste. Elle en savait un peu à ce sujet, notamment niveau accident de voiture qui changeait toute une vie. D'ailleurs, parler d'accident de voiture faisait remonter de vieux souvenirs chez Elisa, des souvenirs de son propre traumatisme encore bien vivant dans sa mémoire qui ne semblait pas vouloir estomper ce qu'elle avait vécu. Pas même un peu. Tout lui revenait en mémoire: des bruits de ferraille tordue au bruit de verre brisé, la douleur qu'elle avait ressenti, ou encore le froid et la neige qui s'engouffraient dans la voiture. Et si elle n'aimait pas cela, ayant tendance à lui arracher une ou deux larmes, la brune réussit à refouler tout ce qu'elle ressentait. Ce n'était pas le moment en plus: alors elle se focalisa sur la conversation et la volonté de ce petit garçon qui semblait surprenante.

- Tant mieux s'il t'écoute, c'est ce qu'il faut ! Mais le chemin sera certainement long pour lui, bien que je me dis qu'avec toi, il devrait y arriver avec le temps. Et tant mouex s'il te voit différemment que ses parents, c'est certainement ce dont il a besoin, car j'imagine facilement ses parents être un peu trop sur son dos, attentif à tout ce qu'il fait, à lui dire de faire attention à ça ou à ci !

Elle eut un petit sourire en disant cela, tout en pensant à sa mère qui avait eu tendance à la surprotéger quand elle était enfant, surtout après la mort de Noa. Trop même. Et ce n'était pas facile à vivre. En attendant, cela lui faisait plaisir de voir Cesare aussi investit auprès de ce petit garçon.
Cesare qui réfléchissait aussi à reprendre la compétition. Voilà une nouvelle qui faisait plaisir à entendre pour l'historienne. Peut-être que cela redonnerait au brun un peu de bonheur, car il avait souvent un air triste dans le regard quand elle le regardait, elle n'aimait pas ça. Elle voulait le voir heureux, et cette reprise de la compétition ne pouvait que l'aider non ? Sans compter que rien ne s'opposer à ce qu'il reprenne celle-ci. Sauf lui, comme il le souligna, faisant lâcher un long soupir à la jeune femme.

- Sauf toi...

Murmura-t-elle en secouant doucement la tête, sans rien ajouter. Elle se demandait bien à quoi cela servirait, car elle connaissait son ami: il était têtu et borné, surtout quand il avait une idée en tête.


Arrivée au logement de la jeune femme, les deux amis se mirent rapidement d'accord sur ce qu'ils allaient regarder: Pride and Prejudice. Leur guilty pleasure qui ne pouvait que faire plaisir à Elisa: elle adorait cet univers. Beaucoup, et ce, depuis son adolescence, au point qu'elle ne pouvait dire non au film ou à la série. Guilty pleasure qu'elle partageait avec Cesare, dont la proposition lui fit extrêmement plaisir. Il parlait à son coeur

- Tu as toujours su !

Répondit-elle en lui adressant un clin d'oeil complice, avant de se comporter en bonne hôte et de proposer à boire au brun. Elle avait de tout, mais son choix se porta sur de l'eau, malgré les propositions de jus de fruits ou de sodas, puisqu'il ne buvait pas d'alcool.

- Va pour de l'eau alors ! Mais tu sais que si tu changes d'avis, j'ai de quoi pimenter ta soirée.

Elle sourit en disant cela avant de rejoindre la cuisine pour préparer verres, carafe d'eau et bouteille de jus de fruit pour elle, tandis qu'elle missionna Cesare pour allumer la télé et préparer le DVD. Comme ça, ils n'auraient plus qu'à mettre en route quand elle rejoindrait le salon avec tout ce dont ils ont besoin venant de la cuisine.
La phrase de Cesare, avant qu'il ne quitte la cuisine pour faire la mission que l'historienne lui avait donné, tourneboula la jeune femme durant quelques instants, lui faisant même monter le rose aux joues. Il lui fallut une petite minute pour se remettre de cette petite vague d'émotions, et rejoindre la pièce principale de son domicile, où attendaient les pizzas, Cesare déjà sur le canapé et la télévision allumée.

Assise confortablement sur le canapé, aux côtés du Moretti, la brune se saisit de sa boîte à pizza une fois la table basse rapprochée d'eux, pour plus de facilité dans le service, et le film lancé. L'odeur qui se dégagea du carton fit un peu plus gargouiller le ventre de la jeune femme, qui n'avait cessé depuis quelques minutes. Alors, rapidement, serviette en papier à la main, elle se servit une première part, et après avoir soufflé dessus quelques instants, elle en avala une première bouchée, non sans avoir bien entendu répondu au bon appétit de Cesare, lui adressant au passage un sourire.
La pizza était délicieuse et fondante, pour ne pas dire à tomber par terre. En un mot: un régal; qui fit plaisir aux papilles et au ventre de la Wilson, qui l'avala en une petite dizaine de minutes, savourant chaque bouchée.

Son verre reposé sur la table basse et ses yeux fixés sur la télé, dont elle ne ratait pas une seule seconde même si elle connaissait la série par coeur, Elisa se réinstalla confortablement sur le canapé, saisissant au passage le plaid qui se trouvait sur l'accoudoir le plus proche d'elle. Elle aimait se mettre au chaud lors de ses soirées télévision. Et c'est alors qu'elle étendait la couverture sur elle qu'elle aperçut le bras de Cesare désormais posé sur le dossier du canapé. Un fin sourire naquit alors sur les lèvres de la brune, avant qu'elle ne se rapproche doucement du brun, pour venir se caler contre lui. Une vieille habitude qu'ils avaient de temps à autre. Une habitude qu'Elisa aimait en secret: être contre le Moretti, sentir sa chaleur et son odeur l'apaisait, sans oublier le sentiment de sécurité qu'elle ressentait. Alors, elle se glissa contre lui, posant sa tête avec délicatesse sur l'épaule du sportif, ramenant le plaid sur ses jambes.
Ils devaient former un bien étrange tableau pour toute personne étrangère à la scène, plongés dans leur série total guilty pleasure, qu'ils connaissaient au demeurant par coeur, les boîtes à pizza vide traînant sur la table basse. Mais un tableau qui plaisait dans le grand secret à Elisa. Oui, Cesare avait définitivement une place spéciale dans son coeur et dans sa vie, et rien ne devait changer cela. Elle n'était pas sûre de le supporter s'ils en venaient à voir leur relation changer dans le mauvais sens. Se rapprocher oui, mais s'éloigner, jamais.  




@Cesare Moretti j'espère que ça ira (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 3858275945 (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 2805480963




You don’t just give up. You don’t just let things happen. You make a stand! You say no!
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Cesare MorettiBon pour te remonter le moral
Cesare Moretti
https://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-t https://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
ID : Ingrid // Sharky
Pronom : Elle
Faceclaim : Domhnall Gleeson @Shiya & @geniuspanda the great
Style RP : Pronoms RP : Il / Cesare
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Trisomie 21 ; handicape ; dépression.
Je suis absent-e : Présence réduite : du 24 Février jusqu'au 07 Avril maximum
Messages : 884 - Points : 493
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 9384fdc2c8209c6a9f6ecb8a4c89fc76
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le Dim 17 Jan 2021 - 19:47 )
L’idée qu’Elisa le défend face au Dragon ne pouvait que le faire sourire. Pour sûr qu’elle serait magnifique dans son armure reluisante : telle une Valkyrie qui charge dans le cœur d’une bataille. Cela le fait sourire, mais il n’ose pas révéler le fond de sa pensée : préférant garder ces images dans un coin de sa tête, rien que pour lui. Elle risquerait de rire sinon et de se foutre de sa gueule. Mais même si cela n’était qu’une hypothèse, au fond il savait qu’elle serait un redoutable adversaire pour quiconque tenterait de la défier. Il n’avait aucun doute sur le sujet. En attendant, il ne pouvait pas se battre contre des créatures imaginaires, mais il pouvait prendre soin de la belle et protéger son cœur. Il le devait à son feu son frère, mais également à lui-même : il ne pouvait pas la laisser souffrir sous sa surveillance. Elle était bien trop précieuse à ses yeux. Il ne se faisait aucune illusion : jamais le groupe ne la laisserait.

“Tu n’as pas à t’en faire, on ne sera jamais loin.” Cesare parlait probablement pour les autres, mais il savait qu’il n’était pas loin de la vérité. Ils ne seraient jamais loin pour venir au secours de la plus jeune du groupe.

Cesare aimait se croire plus particulier aux yeux de la demoiselle, mais cela ne le dérangeait pas non plus d’avoir un rôle de second plan : tant qu’il avait la chance de pouvoir être à ses côtés, il ne demandait rien de plus. Parce qu’elle avait tellement d’importance pour lui qu’elle pouvait littéralement tout se permettre que jamais il ne se détournerait d’elle. Il la connaissait, il savait que parler d’un accident de la route la replongerait irrémédiablement dans de mauvais souvenirs, mais Cesare ne savait pas comment expliquer la situation avec son élève sans utiliser la vraie raison de son handicap. Il était le genre de personne qui préférait dire les choses comme elles sont, mais donner son épaule et ses bras pour prodiguer des câlins après.

“Je ne sais pas trop… Ils ont l’air d’être présent pour lui, mais je vois bien que son père ne comprend pas réellement pourquoi son fils s’entête à faire de l’escrime alors qu’il n’est pas sur ses deux jambes. J’ai beau lui répéter que cela ne devrait pas le stopper… J’ai l’impression d’être un usurpateur en disant cela car moi-même je ne crois pas pouvoir retrouver ma carrière d’avant.” C’était le chien qui se mordait la queue. Comment apprendre quelque chose à un enfant quand lui-même est incapable d’espérer retrouver une vie de sportif si jamais il devait rester en fauteuil roulant ? Cesare savait qu’il pourrait revenir en piste dans des compétitions. Mais accepter de faire de l’handisport était accepté que jamais il ne remarcherait et ça… Il n’était pas prêt ! Il ne le serait probablement jamais. Pourquoi se mentir ?

Dans l’appartement, Cesare connaît la maison et fait comme chez lui car il n’en saurait pas être autrement. Et puis, il était content de voir que certaines choses ne changeaient pas. Comme le fait qu’il est toujours su comment lui parler. Cela le fit d’ailleurs rire. Il espérait que cela soit toujours le cas. Ne voulait pas abuser de l’alcool et encore moins de jus de fruits de soda, il fit une boutade et Elisa rentra dans son jeu. What else ? Il aimait ces instants volés. Simple, mais terriblement salvateur. Après un rapide clin d’œil sur la nature de ses sentiments peut-être un peu trop tendre pour Elisa, il entreprit de préparer le salon pour pouvoir mettre la série télévisée. Cesare prit le temps de savourer la pizza, mais également la simplicité de l’instant. Il ne demandait rien de plus. Juste passer des soirées comme ça. Une fois sa pizza terminée, il prit soin d’essuyer ses mains avant d’ouvrir son bras pour donner l’opportunité à son hôte d’y venir si jamais elle le voulait. À son plus grand plaisir, elle tira la couverture sur eux et se rapprocha de lui. Souriant, il baissa sa tête et déposa naturellement un baiser dans ses cheveux. Un geste automatique. Peut-être déplacée… Mais il n’espérait pas que cela gêne Elisa. Ils n’en étaient plus à ça. Il remit correctement le plaid pour qu’ils soient bien au chaud et en posant sa joue contre sa tête regarda les épisodes souhaitant que jamais ils ne s’arrêtent.







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa - Page 2 Empty
# Sujet: Re: (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- (terminé) La pizza è la cura per tutti i disturbi ~ Cesare & Elisa -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2