Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

Le deal à ne pas rater :
Station de chargement Sony DualSense PS5 en stock chez Amazon
29.99 €
Voir le deal

 

- Stupeur et tremblement - -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ignazio ZitelloBon pour te remonter le moral
Ignazio Zitello
https://www.ciao-vecchio.com/t7322-ignazio-the-only-truth-is-mus https://www.ciao-vecchio.com/t7330-ignazio-zitello
Faceclaim : Will Higinson +©sweetdisaster
Thème·s abordé·s : Homophobie, violence, Maladie;
Messages : 201 - Points : 478
Âge : 35 ans
Métier : Musicien ! Membre d'un groupe de Rock : ZYCOTROP
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Stupeur et tremblement - ( le Ven 30 Oct 2020 - 1:34 )
Stupeur et tremblement
@Terrence Delaney & Ignazio Zitello

Quand le son d'une voiture se fit entendre, Ignazio se précipite vers la porte de son entrée. Depuis ces quelque SMS, il avait attendu anxieux l'arrivée de cette automobile en épiant son jardin sans prêté attention aux chaos qui régnait autour de lui. Le sol du salon était jonché de cd et de livre qui était tombé sous les secousse qui s'était faites particulièrement violente. Il avait de la chance d’être particulièrement bien loti, cette nouvelle et belle villa était construite aux norme sismique, si bien que seuls des objets avaient dérivé de leur place pour s'étaler sur le sol, s'y brisant parfois. Ignazio n'a pas commencé à les ranger, ni même à les trier, ses pensées tournées vers ses proche et ces SMS échangés.

Juste après les secousses, il avait reçu un message d'Angelito, son cœur s'était allégé de soulagement, comme si un poids inconscient s'était levé. Un seul petit mot de sa part avant même qu'il ne se soit rendu compte à quel point son sort l'inquiétait venait de le bouleverser. Au regard de la sérénité qu'il en tirait, il avait attendu ce signe de vie avec angoisse.Il avait répondu immédiatement naturellement, comme si les années de séparation ne comptait pas, elle ne comptait pas. Ignazio devait s'assurer qu'il allait bien de son côté. Le musiciens apprit que Michelangelo était en voiture au moment du tremblement de terre, et malgré ses mots rassurants il imaginait le danger dans lequel il s'était trouver à l'instant. Son ancien amant était pilote et connaissait les dangers de la conduite de manière bien trop complète.Malgré tous les défis qu'il avait affronté avec brio, malgré les nombreuses fois ou il l'avait vu frôlé la mort, il ne s'était jamais habitué à la terreur face à l'imminence de celle ci. Encore aujourd'hui, il semblait qu'elle l'effrayait plus que la sienne propre, peut être parce qu'il ne s'était pas senti menacer dans sa maison. Ignazio avait vaguement parcouru les magazine de sport automobile pour savoir s'il avait repris la course, mais profondément, un sentiment de légèreté coupable envahissait son ame.

Il ouvre sa porte a la volée comme la voiture s'arrete devant la villa pour descendre les quelque marches qui le sépare de l'allée. Il était impatient de le voir, de constater par lui même qu'il était en pleine forme. Quand Michelangelo sort sa carcasse de la voiture, Ignazio est poussé vers lui comme un aimant.
« -Angelito, dieu merci  ! » dit il en se dirigeant vers lui avec un sourire qui se libère sur ses lèvres. Il s’arrête devant lui,se mord les lèvres en le dévorant du regard. « Tu vas bien? » souffle t'il comme incertain de ses sens ne le trompe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Terrence DelaneyBon pour te remonter le moral
Terrence Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t7225-terrence-seconde-apres-seconde https://www.ciao-vecchio.com/t7234-terrence-radioactive
Faceclaim : michael fassbender + @Aloysia
Messages : 1172 - Points : 722
Stupeur et tremblement -  Tumblr_inline_oc97rrMoVH1rifr4k_500
Âge : 39 ans.
Métier : Propriétaire des écuries Ferrari dont il a repris la gérance après sa sortie de prison en collaboration avec son frère Jack.
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Re: Stupeur et tremblement - ( le Jeu 5 Nov 2020 - 20:18 )


Stupeur et tremblement
☾☾ - (Terrazio #2)



Le besoin de le voir a été plus fort que la raison. Il ne pouvait lutter contre cette nécessité qui s’est immiscé dans ses veines dès les premières secousses. Il avait besoin de s’assurer qu’il allait bien, que rien n’était arrivé à cet homme qu’il s’interdisait de voir depuis des années. Des sentiments muselés qui pour une fois ne lui avait laissé guère le choix que de dégainer son téléphone pour obtenir ces précieuses informations qui pourrait alléger cette sensation de terreur qui emplissait son être. Il n’avait eu cure des attentions bienveillantes de son chauffeur et homme à tout faire, Alejandro, qui voulait s’assurer qu’il allait bien. Il allait bien. Alejandro avait géré ces secousses qui les avaient tous pris de court. Il s’en était sorti haut la main malgré les manœuvres réalisées pour éviter toutes les voitures dont les conducteurs avaient perdu le contrôle. Il était parvenu à tout éviter et à part quelques contusions dues à des chocs dus à la ceinture qui l’avait bien maintenu contre le siège du véhicule et des contacts avec l’habitacle, il s’en sortait bien. Il savait qu’ils auraient pu mourir. Il n’avait aucun doute sur la question. Malgré la douleur perceptible au niveau de son épaule et de sa cage thoracique dû à un freinage d’urgence, il considérait qu’il s’en sortait bien. Il en avait l’habitude lorsqu’en plein vitesse, sa voiture pouvait s’écraser à tout instant dans les barrières de sécurité. Les risques de la route, il les connaissait par cœur. Fort heureusement, sa mort ne viendrait pas s’ajouter à tous ses dégâts qu’il pouvait dénombrer autour de lui. Ces cris, ces pleurs qui rendaient l’ambiance anxiogène autour de lui. Sa vie était retenue à son portable, dans l’attente d’un signe de la part d’Ignazio, son précieux Tesaro. Son cœur battait douloureusement dans sa poitrine. Ses phalanges tremblaient autour de son portable malgré la crispation dont elle était victime. A la vision du premier message, à cette nouvelle apaisante, le poids présent dans sa poitrine sembla s’envoler. Il allait bien. Sans doute aurait-il du se contenter de cela, mais à cet instant où  le monde semblait basculé, ce n’était pas le cas. Il avait alors immédiatement transmis l’adresse de son Tesaro à son chauffeur pour lui ordonner de l’amener. Sa voix s’était faite ferme et incisive, refusant tout refus et Alejandro avait compris qu’à cet instant, il voulait qu’il lui obéisse sans poser de question. Ce qu’il avait fait sans broncher, acceptant la décision de son patron qu’il savait fragile. Alejandro savait où était sa place. Se faufilant aussi vite que possible au travers des voitures accidentées, il le mena jusqu’au quartier de Posilopo.

Alors qu’ils se rapprochent de l’adresse indiquée sur le GPS, le cœur de Terrence bat la chamade. Il s’efforce de calmer l’explosion d’émotions qui manquent de le submerger, mais il s’efforce de croire qu’une fois face à lui, cela suffira à atténuer ce besoin de le retrouver. Lorsque la voiture s’arrête devant la demeure habitée par Ignazio dont la silhouette s’est dessinée dans le jardin. Il s’extirpe hors du véhicule avec aisance, malgré une douleur latente tout le long de son tronc. Ses prunelles océanes viennent se perdre dans celles de son ex-petit-ami, de son Tesaro. Proche de l’autre sans pour autant l’être totalement. Il se rend compte que ce n’est pas suffisant. Il dévore du regard, dévasté par l’émotion qui le prend à la gorge et amorce un mouvement vers lui. Sa raison ne peut pas lutter contre le besoin ancré au creux de son cœur. Ses phalanges viennent se perdre sur son visage comme pour s’assurer qu’il est bien là, face à lui. « Tu es vraiment là, en un morceau. Dieu merci ! » Il murmure dans un ton brisé alors que ses phalanges viennent glisser dans sa nuque. Son front vient se poser contre le sien, son souffle se mêle au sien alors qu’il enserre de toute ses forces contre lui, quitte à raviver sa propre douleur et à lui faire mal. Il n’a que faire des regards qu’il pourrait y avoir sur eux. A cet instant, cela n’a pas d’importance. Il a juste besoin de le sentir vivant contre le sien. « J’ai eu si peur pour toi, Tesaro. » Il murmure dans une voix éteinte alors que ses prunelles luisantes viennent se perdre dans les siennes. Sa menotte vient frôler sa mâchoire, ses phalanges glissent sur ses lèvres pour savourer leurs chaleurs contre leurs pulpes. Son cœur bat promptement dans sa poitrine alors que cette nécessité de l’embrasser vient lui vriller le ventre. Il n’est pas assez fort pour lutter alors ses lippes viennent retrouver ses comparses. Il oublie tout le reste. La réalité s’étiole alors qu’il vient lui voler un baiser lent et profond, comme ces premiers baisers pleins d’envie qu’il lui offrait au début de leur relation. Enfin, il se sent vivant et cette sensation est merveilleuse.




Nuits blanches
Un canon sur la tempe, j'ai le cœur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plaît. C'est violent mais c'est tendre presque animal, quand la trajectoire de la balle epouse les formes de tes hanches. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Ignazio ZitelloBon pour te remonter le moral
Ignazio Zitello
https://www.ciao-vecchio.com/t7322-ignazio-the-only-truth-is-mus https://www.ciao-vecchio.com/t7330-ignazio-zitello
Faceclaim : Will Higinson +©sweetdisaster
Thème·s abordé·s : Homophobie, violence, Maladie;
Messages : 201 - Points : 478
Âge : 35 ans
Métier : Musicien ! Membre d'un groupe de Rock : ZYCOTROP
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Re: Stupeur et tremblement - ( le Dim 8 Nov 2020 - 16:36 )
Stupeur et tremblement
@Terrence Delaney & Ignazio Zitello


Le pilote était là sous ses yeux, sain et sauf, en bonne santé apparemment. Comme il s'élance vers lui, plus rien ne compte, surtout pas l'insignifiant détail qu'ils ont rompu depuis bien des années. Leur séparation est siphonnée par le choc et la stupeur face à ce tremblement de terre d'une force peu commune. Plus rien n'avait d'importance que cet homme qui venait d'arriver chez lui, sa sécurité, son intégrité physique. Ignazio se précipite vers lui, sans prendre le temps de réfléchir, de penser à son petit ami ou à nulle autre personne. Il ne se jette pas sur lui mais se retrouve juste face à lui, assez pour fondre ses prunelle sur les siennes, observer de près les traits inquiets de son ancien compagnon. Le musicien le laisse s'approcher sans peur, ni recul. Son cœur s'emballe comme il s'approche de lui, il semble battre contre ses oreilles dans un tintement clair et régulier. Ses doigts qui se perdent sur ses joues, son menton le paralyse. Il a le souffle coupé comme au premier jour, l'angoisse de la mort peut être. Il se laisse faire, ne pense même pas à s’ôter de l'étreinte qui se forme autour de lui. Pourtant il n'ose pas bouger, être plus investit dans cet échange retenu par un invisible frein.
« Je vais bien. » souffle t'il entre ses lèvres en le fixant fermement, tentant de rester insensible à frissonnement de son âme qui parcourent son échine.

Les lèvres de son ancien amant se colle aux siennes, venant ébranler la consistance d'Ignazio. Instinctivement, il vient les goûter à nouveau, retrouver leur goût familier, presque oublié. De doux souvenir de caresse, de baiser et de tendresse anime ses bras pour le maintenir dans cette étreinte atemporelle. Le musicien se laisse bercer par la nécessité de cette affection. Cet instant semble naturel, sans arrière pensée. Il s'enlise contre ses lèvres, délices parfumées et envoûtantes comme l'être qui les possède. Il glisse ses mains dans son dos, entoure sa taille pour l'enlacer avec tant d'entrain que ça lui fait mal. Son cœur se perce de la douleur de l'absence, de ce manque physique qui se comble en sa présence. Il profite de ce baiser, de son angelito, sans doute ni culpabilité. La tendresse de cet homme le bouleverse, son cœur chavire d’émotion contre sa poitrine.

Quitter ses lèvres est un tiraillement, une lutte pour lequel il n'est pas prêt. Il le garde dans ses bras, en décalant son visage pour venir le poser sur son épaule. Il reste dans ces bras chaleureux, apaisant. L'odeur délicate et masculine embaume son esprit. Le désir de rester là, sans aucune considération de leur passé, de ses nouvelles relations ou de son cœur brisé, fleurissait dans son cœur.  
« Tu ne devrais pas être là ! » soupire t'il sans pour autant quitter ses bras ou desserrer son étreinte. Il ne devrait pas non plus serrer contre lui, désirer autant cette compagnie rassurante de son passé. Il avait un petit ami et une histoire tumultueuse avec cet homme. Cet instant, ce baiser, aussi essentiel fut il en cet instant, ne ferait il pas que les torturer ?
Revenir en haut Aller en bas
Terrence DelaneyBon pour te remonter le moral
Terrence Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t7225-terrence-seconde-apres-seconde https://www.ciao-vecchio.com/t7234-terrence-radioactive
Faceclaim : michael fassbender + @Aloysia
Messages : 1172 - Points : 722
Stupeur et tremblement -  Tumblr_inline_oc97rrMoVH1rifr4k_500
Âge : 39 ans.
Métier : Propriétaire des écuries Ferrari dont il a repris la gérance après sa sortie de prison en collaboration avec son frère Jack.
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Re: Stupeur et tremblement - ( le Mer 11 Nov 2020 - 19:19 )


Stupeur et tremblement
☾☾ - (Terrazio #2)



Terrence est encore bouleversé par l’évènement qui vient de se produire et qui l’a incité à rompre cette promesse qu’il s’était faite de ne pas recontacter cet être si précieux à ses yeux. Il a conscience qu’il n’a aucun droit de se tenir à ses côtés, de frôler sa chair à la recherche de la moindre égratignure qui pourrait atterrer ses traits et montrer une blessure qu’il a tant redouté. Encore sous le choc que le tremblement de terre aurait pu lui arracher son Tesaro, sa raison s’est effritée et son cœur débordant d’amour pour cet homme prend la relève pour le couvrir de toute cette attention qu’il s’est forcé à lui refuser. Il a pris une décision quelques années auparavant pour libérer son amant, mais elle le tue à petit feu. Il ne parvient pas à oublier cet homme, il est bien ancré dans sa chair et dans son cœur pour laisser une place à quelqu’un d’autre. Peut-être qu’il devrait juste accepter qu’il ne lui appartienne plus, que leur histoire n’est plus qu’un amas de souvenirs si doux et si merveilleux qu’il devra considérer comme son passé. Il le sait au fond de lui, mais il n’y parvient pas. En tout cas, pas à cet instant où ses instincts l’amènent à retrouver Ignazio. Il est la personne dont il a besoin à cet instant pour reprendre son souffle. Ironique, n’est-ce pas ? Il a repoussé Ignazio et le voilà devant lui au moment où leur vie aurait pu basculée, tremblant à l’idée de le perdre. Son ex-compagnon est sur la réserve, dans un état aussi second que le sien. Malgré sa posture digne, son regard cristallin ne masque pas l’agitation qui l’assaille. La même qu’il le gagne à cet instant en touchant de nouveau à cet être qu’il a aimé comme il n’a jamais aimé personne. Pas même Jack dans ses tendres années. Il outrepasse ses droits en venant rompre cette barrière longtemps établie en l’embrassant. C’est un besoin contre lequel il ne parvient pas à lutter. Ses lippes retrouvent ses comparses après des années de séparation dans une caresse légère, mais ferme comme lors de leur premier baiser et qu’il craignait de le faire fuir. Aujourd’hui tout est bien différent, mais l’effet demeure le même. Il s’enivre de ce toucher, de la caresse de ses lèvres contre les siennes qui se répondent mutuellement pour accentuer l’ivresse d’un tel baiser. La silhouette maitrisée du musicien s’anime pour le garder tout contre lui tout comme la sienne. Il a la sensation de revivre réellement. Ce n’est pas qu’une sensation physique. Son âme se nourrit de sa présence, de sa chaleur et cela en est presque douloureux. Douloureux de se rendre compte qu’il s’est trompé sur toute la ligne et que s’éloigner de cet homme risque de lui être difficile même si cela sera nécessaire. Il s’abreuve de ce contact bien trop bref, qui le laisse à bout de souffle et légèrement tremblant. La tête de son ex-compagnon vient se perdre contre sa clavicule alors qu’il vient en faire de même. Son visage perdu dans sa nuque, il sent les muscles de sa gorge déglutir difficilement. Il est aussi bouleversé qu’il ne l’est. Il s’enivre de son odeur, de la chaleur de son corps ferme contre le sien. Et puis ses paroles pleines de bon sens, mais terriblement assassines. Une piqure de rappel de la réalité qui s’abat aussi durement qu’une épée de Damoclès. Un soupire souffrant s’échappe de ses lippes sans pour autant décroitre l’étreinte dont il le retient prisonnier. « Je sais… » Il murmure. Un aveu de sa déraison qui l’a incité à voler jusqu’à lui. « J’avais besoin de te voir. Te sentir vivant contre moi. » Il ajoute en venant fermer ses paupières face à l’émoi qui le prend en trippes. « Pardonne-moi, Tesaro... » Il murmure faiblement. Ces simples mots veulent tellement dire de chose : pardonne-moi d’être faible. Pardonne-moi de t’avoir quitté. Pardonne-moi de t’aimer encore. Pardonne-moi d’avoir besoin de toi au moment où le monde manque de s’écrouler.


Nuits blanches
Un canon sur la tempe, j'ai le cœur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plaît. C'est violent mais c'est tendre presque animal, quand la trajectoire de la balle epouse les formes de tes hanches. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Ignazio ZitelloBon pour te remonter le moral
Ignazio Zitello
https://www.ciao-vecchio.com/t7322-ignazio-the-only-truth-is-mus https://www.ciao-vecchio.com/t7330-ignazio-zitello
Faceclaim : Will Higinson +©sweetdisaster
Thème·s abordé·s : Homophobie, violence, Maladie;
Messages : 201 - Points : 478
Âge : 35 ans
Métier : Musicien ! Membre d'un groupe de Rock : ZYCOTROP
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Re: Stupeur et tremblement - ( le Ven 20 Nov 2020 - 15:53 )
Stupeur et tremblement
@Terrence Delaney & Ignazio Zitello

Le baiser est un couteau infernal écrasé dans sa poitrine, comme marqué au fer rouge par des sentiments profondément enfoui. Il se dévoile au grand jour, s'étale contre les lèvre de son ancien amant et sous les yeux de leur unique témoin, le chauffeur de son Angelito. Ignazio n'y prête pas attention, captivé par celui qu'il qualifia longtemps d'homme de sa vie. La chaleur de ses lèvres ravivent ses souvenir, la fébrilité de son âme sous le regard de cet homme. Il ne résiste pas, il en est incapable. Dans cette étreinte, les quatre années de séparation, la peine qu'elle avait engendrée semblait insignifiante. Il se trouvait bien là. Toujours, il avait été à sa place ici, au creux de ses bras musclés, auprès de lui, juste avec lui. Encore en ce jour, c'était une évidence. Aucune autre présence ne pouvait être plus réconfortante. Leur échange est doux, délicat et puissant tant que l'esprit du musicien ne s'encombre pas de la réalité, de la situation dramatique dans lequel il s'enfonce avec tant de plaisir car ces lèvres sont trop aimable.

La réalité ne tarde pas à retomber sur ses épaules, douloureuse et impitoyable. Elle lui rappelle que ceci n'est qu'un mirage, un baiser volé au dehors de toute raison. La manifestation de leur attachement envahissant le rend fébrile,l'amour subsiste entre eux malgré la rupture. Pourtant Ignazio est en couple, un homme partage son lit, ses dîners, ses projets, un homme qu'il adore. Ignazio est pressé contre Terrence et il sait qu’il ne devrait pas s'y trouver bien qu'il soit si accueillant, si apaisant. Ce baiser est un danger pour la relation qu'il essaye de construire avec Akira, une trahison qu'il n'a pas planifié. Ce n'est pas une excuse. Akira est bienveillant, doux et gentil, quelqu'un en qui il commence à avoir confiance, et le voilà ans le rôle de ses hommes qui l'ont tant fait souffrir par le passé, indigne de confiance. Bien que sa raison le lui ordonne, il parvient tout juste à mettre fin au baiser, quitter ses bras semble irréalisable.

Il n'aurait pas du venir, une faible remarque, il était heureux de le voir, de le serrer dans ses bras. Sa faiblesse l’empêchait de le faire partir, de le renvoyer chez lui, de le repousser. Il avait tout autant besoin de le voir. Les mots de Miguelangelo le touche, l'émeuve. Il garde son visage fourré contre son cou, il a peur de le regarder. Se retrouver face à ses yeux océan le ferait perdre pied quand son ancien amant vient lui demander pardon. Il vacillerait à nouveau dans ce désir désarmant de fébrilité, l'embrasser à nouveau serait facile, dangereux et pourtant hors de portée.
Dés qu'il prononce ses mots, Ignazio prend conscience qu'il ne les attend pas, le pardon est déjà donné quand leur lèvres se sont retrouvées, peut être au premier SMS qu'il se sont échangés quelques instant auparavant.
« Tout va bien Angelito . » le rassure t-il avec douceur en passant sa main dans sa chevelure. Il ne parlait plus seulement du choc du tremblement, mais de leur relation, de ce baiser. Ignazio ne l'invite pas à réitérer cette action évidement mais les reproches s'effacent, s'éteignent car il comprend comme Miguelangelo lui est essentiel. Il ne peut lutter contre ce sentiment de complétude auprès de lui.

Ignazio se recule légèrement sans rompre le contact pour regarder son ancien amant et lui sourire. Sa main caresse sa joue distraitement, frôlant sa barbe chétive. L'amour , l'attachement se trouve là, incompressible, inaliénable. Les repousser semble plus douloureux que de les accepter pour mieux les controller.
« Viens, rentre prendre un café ! Ne fais pas attention au bordel, je n'ai pas eu le temps de ranger encore. J'étais plus inquiet de te penser blessé et de te revoir. » avoue t'il en lui faisant signe de le suivre à l'interieur de la maison. Puisqu'il était là, peut être était il temps de décider ce qu'il adviendrait de leur relation, peut etre de renouer l'amitié, la tendresse qui les lie. Ignazio savait également qu'il devrait s'empêcher d'avoir tout espoir de se remettre ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Terrence DelaneyBon pour te remonter le moral
Terrence Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t7225-terrence-seconde-apres-seconde https://www.ciao-vecchio.com/t7234-terrence-radioactive
Faceclaim : michael fassbender + @Aloysia
Messages : 1172 - Points : 722
Stupeur et tremblement -  Tumblr_inline_oc97rrMoVH1rifr4k_500
Âge : 39 ans.
Métier : Propriétaire des écuries Ferrari dont il a repris la gérance après sa sortie de prison en collaboration avec son frère Jack.
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Re: Stupeur et tremblement - ( le Sam 12 Déc 2020 - 17:03 )


Stupeur et tremblement
☾☾ - (Terrazio #2)



Tout va bien Angelito. Ces quelques mots sont lourds de sens et salvateurs. Il se laisse enivrer par leur portée. Il lui pardonne tous les griefs qu’il avait développé à son égard. Il se rend compte qu’il avait besoin pour avancer. Son souffle se fait court alors qu’il sent l’émotion l’étreindre plus fermement. Le soulagement est une sensation aussi troublante que celle de la culpabilité. Il savoure cette impression de légèreté qui vient l’envahir contre toute attente. Il n’imaginait pas à quel point il avait besoin d’entendre ses propos. C’est comme s’il regagnait un second souffle et à cette période de son existence où il en a grandement besoin. La caresse de cette menotte contre sa nuque lui arrache un soupir tremblant. Il n’a pas la capacité de contenir ses émotions dans ces circonstances. L’inquiétude a été trop vorace pour qu’il conserve ce masque qu’il s’est imposé de porter. Il savoure la pression de cette menotte dans sa chevelure. Un toucher tendre qui lui manque, car il est empli d’une affection qu’on ne peut communiquer qu’à une personne dont on est proche, intime. A cet instant, il se sent à sa place. Il retrouve la sensation d’une réalité passée et qui lui a cruellement manqué. Il a pleinement conscience que leur réalité n’a pas évolué à la suite de ce baiser. Seulement le gouffre s’est amoindri et l’espoir peut refaire surface. Terrence ne sait pas ce qu’il attend de tout cela à cet instant. La seule certitude qu’il a est qu’il est la première âme à laquelle il a songé lorsque tout a manqué de s’écrouler. Il est celui qu’il avait besoin de voir pour se sentir plus apaisé dans ce moment apocalyptique. A ses côtés, il oublie qu’un tremblement de terre a ravagé la ville de Naples. Le chaos n’existe plus dans la bulle qu’il forme avec Ignazio. Ses prunelles viennent retrouver celles de son ex-compagnon et il s’efforce de lui rendre son sourire quand bien même le sien se fait plus tremblant. Sa chair frisonne sous la caresse de cette menotte contre sa joue, sa mâchoire. Il inspire profondément alors que ses prunelles se font plus luisante sous l’émotion qui le ravage. Ignazio finit par l’inviter à prendre un café. Il révèle son inquiétude sans tabou, ce qui laisse clairement entrevoir à Terrence un espoir auquel il ne devrait pas s’accrocher. Pourtant, il n’a pas envie d’y être aveugle. Il a conscience qu’il n’a aucune légitimité dans ce fait, mais sa rechute récente lui fait prendre conscience qu’il ne veut pas vivre avec des regrets. Pourtant, chercher ailleurs ce qu’il a sous les yeux. Il est profondément amoureux de cet homme qui ignore à quel point il ne l’a jamais oublié même lorsqu’il s’est perdu dans les bras d’autres hommes au fil de ses années. Il accepte sa proposition et le suit, lançant un ordre indirect à son chauffeur de vaguer à ses occupations. Il ignore combien de temps il sera amené à passer avec Ignazio, mais il ne compte pas écourter cette rencontre. Il pénètre dans cette nouvelle demeure qu’il méconnait, mais qui est devenue celle du musicien. Il découvre de nouvelles pièces, une décoration mêlant des objets anciens et nouveaux. Dans le salon, il retrouve naturellement la guitare favorite du musicien. Un instrument qu’il lui avait offert pour célébrer leur mise en couple. Un sourire mélancolique ourle ses lippes alors qu’il s’en approche pour doucement frôler l’objet. Il ne dit mot, car ils seraient inutiles. Il lui lance juste un regard en souriant tendrement. Il s’empare de l’instrument sans demander l’aval de son propriétaire, considérant qu’il n’en a pas besoin. Ses phalanges viennent retrouver le manche et les cordes de la guitare. Il laisse les notes rompre le silence ambiant et prendre peu à peu une mélodie de sa création. Une mélodie aux sonorités mélancoliques. Les paroles existent, mais il ne se sent pas en mesure de les exprimer. Il se perd dans la musique pour éviter de se perdre dans ses pensées. Il ignore le temps qui défile avant de sentir l’odeur du café frapper ses narines. Ses prunelles azurs retrouvent leurs comparses alors qu’il vient clôturer son morceau pour reposer bien sagement la guitare à sa place. « Merci, Tesaro. » Il murmure dans un sourire contrit alors qu’une grimace vient déformer ses traits lorsqu’il tend son corps pour s’emparer de la tasse. Les hématomes semblent se réveiller. Il les regardera de plus prêt à son retour. « C’est plutôt cosy. J’aime beaucoup. Tu as toujours un gout pour la décoration. » Il lui indique alors que son regard arpente la pièce. « D’ailleurs rien n’a changé à la maison. » Il ajoute sans prendre conscience de la portée de ses propos. Terrence et Ignazio avaient agencé sa demeure lorsqu’il l’avait acheté pour qu’elle devienne leur maison dans le long terme. Sans doute le serait-elle devenu si le destin ne l’avait pas amené à finir derrière les barreaux. Pourtant dans le cœur du pilote, sa demeure la sienne et si Ignazio n’avait pas remis les clés à Jack lorsqu’il était en prison, il serait encore propriétaire d’un jeu des clés. Ses prunelles observent avec attention le musicien, se délectant de sa beauté comme au premier jour.


Nuits blanches
Un canon sur la tempe, j'ai le cœur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plaît. C'est violent mais c'est tendre presque animal, quand la trajectoire de la balle epouse les formes de tes hanches. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Ignazio ZitelloBon pour te remonter le moral
Ignazio Zitello
https://www.ciao-vecchio.com/t7322-ignazio-the-only-truth-is-mus https://www.ciao-vecchio.com/t7330-ignazio-zitello
Faceclaim : Will Higinson +©sweetdisaster
Thème·s abordé·s : Homophobie, violence, Maladie;
Messages : 201 - Points : 478
Âge : 35 ans
Métier : Musicien ! Membre d'un groupe de Rock : ZYCOTROP
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Re: Stupeur et tremblement - ( le Lun 21 Déc 2020 - 0:29 )
Ignazio avait longuement regretté la décision unilatéral de son amant de mettre fin. Incompréhensible et douloureuse, le musicien reprocha à son ancien amant cette rupture qui lui avait rompu le coeur et les os. Il l'avait laissé dans un état si pitoyable, si seul et dérouté avec le seul espoir, la seul conviction que le pilote l'aimait toujours. Mais cette pensée était aussi destructrice que délicate , l'enlisant dans une dérive que seul la musiue parvenait à exprimer et canaliser. Il avait écrit ses plus grand succès quand l'amour de sa vie le menait au plus bas. Quand cette explosion populaire aurait du le porter, rejouir chaque parcelle de son ame de musicien qui atteignait ses rêve, ses pensées restait grise et le spleen ne s'effaçait pas, comme un nuage d'orage personnel qui l'avait poursuivit. Pourtant le temps avait jouer son rôle cicatrisant, les jours, les années avaient passé et il avait avancé, la douleur réduite pas le pansement du tic tac incessant. Il ne resta plus qu'une plaie boursoufflé écrite sur son coeur, un grief subsistant à la colère.

Pourtant, par une simple étreinte, par un baiser volé, perdu, intense, toute rancoeur s'efface. Bien qu'il fut conscient que son amant en avait souffert aussi -mélangé à l'horreur de la prison, à la culpabilité d'avoir accidentellement pris une vie innocente- jamais ce ne l'avait tant frappé. Son pardon ne semblait qu'attendre cette révélation, cette étreinte pour se libérer. Ignazio l'invite à l'intérieur, à rentrer à nouveau dans son monde. Son absence prenait trop de place. Sa présence semble bien plus naturel, difficile de ne pas la reprendre dans sa vie, juste pour son amitié, pour leur lien unique. Ignazio était en couple, ce baiser devait rester singulier, ne pas se reproduire. Mais Akira pourrait il lui en vouloir de se raccrocher avec tant de simplicité à cet être qui rendait sa vie plus belle par sa seule proximité. Il ne pensait pas vouloir plus. Rechercher l'amour qu'ils avaient partager fut un temps ? Ce n'était pas son intention.

Il le mène au salon ou sont disposés ses instruments entamant la moitié de la pièce, l'autre accueille un petit coin télévision avec un petit sofa confortable. Ici à part quelques partitions qui traine, tout semble en ordre car il a déjà vérifier l'état de ses guitares suite au tremblement, ses petits trésors, son outil de travail. Il le laisse s'installer dans le salon pour aller preparer le café dans la cuisine. Comme le café commence à couler, des accords de guitare perce ses oreilles, il reconnait le son de sa Fender, évidemment. Non seulement connait il chacune de ses guitare, celle ci est sa favorite, le pilote le sait puisque c'est un de ses cadeaux. La cafetière lancée, Ignazio se cale contre l'encadrement de la porte entre le salon et la cuisine pour regarder Terrence jouer. Ses yeux frôlent ses mains qui s'agite sur les cordes en souriant légèrement en écoutant la musique mélancolique qu'il jouait. Il reste planté là, l'observant avec douceur, il se rappelle de leur soirée à jouer ensemble, de ses temps où il l'écoutait.

Quand la cafetière sonne, le musicien retourne en cuisine pour verser les cafés sans que cela ne perturbe la chanson. Il présente les tasses à son ancien petit ami qui fini le morceau, pose la guitare et le remercie. Il compliment son bon gout dans l'aménagement de son appartement, complétant que rien n'avait changer dans leur maison. Ignazio n'avait touché  rien après le jugement de son amant, incapable de rester seul, il avait pris ses instrument et ses vêtements et s'était refugié chez un de ses musicos. Mais il semblait que Michelangelo non plus n'avait pas oser toucher son appartement depuis son retour de prison.
"Vraiment?" s'étonne t'il quand il était celui qui avait pris plaisir à décorer leur intérieur mais toujours avec son avis. "Tu devrais redécorer." soupire t'il avec douceur en venant se planter dans son regard. "Un petit peu, histoire de a remettre à ton image. Ce n'est plus chez moi, Angelito."  Ce n'était plus la sienne, seul cette maison l'était à présent. Il avait ce salon qu'il avait décorer "Tu ne voudrais pas tes amants se sentent chez ton ex." dit il avec un rictus. peut être voulait il detendre l'atmosphere mais il se replie en buvant du café gêné.
Revenir en haut Aller en bas
Terrence DelaneyBon pour te remonter le moral
Terrence Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t7225-terrence-seconde-apres-seconde https://www.ciao-vecchio.com/t7234-terrence-radioactive
Faceclaim : michael fassbender + @Aloysia
Messages : 1172 - Points : 722
Stupeur et tremblement -  Tumblr_inline_oc97rrMoVH1rifr4k_500
Âge : 39 ans.
Métier : Propriétaire des écuries Ferrari dont il a repris la gérance après sa sortie de prison en collaboration avec son frère Jack.
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Re: Stupeur et tremblement - ( le Dim 3 Jan 2021 - 12:00 )


Stupeur et tremblement
☾☾ - (Terrazio #2)



Tu devrais redécorer. Les paroles aussi douces soient-elles lui retournent le ventre. Terrence baisse le regard, sent une boule envahir le creux de son ventre au point de reposer la tasse qu’il était prêt à porter à ses lèvres. Ses prunelles observent cette tasse alors qu’il accuse le coup des paroles de son ex-petit ami. Son humeur s’assombrit. Le contrecoup de ces émotions s’amoindrit pour lui rappeler la réalité. Ils ne sont plus ensemble. Ignazio a refait sa vie et est heureux. Peut-être que cet homme vit ici-même. Ce serait naturel. La nervosité qu’il ressent vis-à-vis de cette pensée l’amène à prendre son paquet de cigarette. Il en retire un bâtonnet de nicotine en se levant pour se diriger vers une fenêtre qu’il entrouvre pour épargner son logement de la fumée nauséabonde de la nicotine. Il l’embrase alors qu’il vient s’accouder au rebord sans dire un mot. Son cœur semble lourd dans sa poitrine. « Tu as raison. » Il finit par admettre dans une voix dénuée de toute énergie. « Mais je n’ai pas pu. » Il avoue en haussant les épaules, car il ne se sent pas légitime de lui avouer que malgré les aventures qui ont ponctuées ses nuits depuis leur séparation, il ne s’est pas concédé l’épanouissement de sentiments intimes. « Je n’y arrive pas. » Il poursuit sans lui jeter le moindre regard. « Je n’en ai pas la force, mais je sais que je devrais. » Sa voix est faible alors qu’il laisse la fumée s’épandre au dehors. Un soupir vient s’extirper hors de ses lippes tandis qu’il sent son corps se faire plus lourd. Il ferme ses paupières pour inspirer, s’appuyant plus fermement sur le rebord pour maintenir son équilibre. Ses malaises se multiplient malgré le traitement débuté. Il s’efforce de maintenir une façade impassible, mais il est fort à parier qu’Ignazio le perçoive malgré ses efforts. « Cela ne serait plus chez moi. » Il lui avoue en venant contempler sa cigarette qui se consume. Une manière de lui faire comprendre qu’il n’a pas tourner la page et qu’il se sent chez lui que dans un environnement où il y a sa patte. Difficile de guérir d’un amour aussi profond que celui qu’il lui porte. En tout cas, il n’y parvient pas et son manque de fréquentation y joue résolument. « Je sais que je ne devrais pas te dire cela. » Il lui indique, car il a conscience que ces propos portent un message égoïste. « C’est indigne de moi, alors que je suis l’initiateur de tout cela. » Il poursuit en venant se redresser pour rejoindre sa place initiale. Ses mouvements sont moins précis et se font plus lents. Il ne s’agit que d’un léger malaise même si ses traits se font plus livides en quelques minutes. Il retrouve le canapé, ses phalanges glissent dans sa fine chevelure. « Je suis celui qui n’a pas tourné la page, Tesaro. » Il lui avoue simplement, en toute pudeur, une émotion vive dans sa voix. Et à cet instant de mon existence, j’aurai tellement besoin de toi, mais je ne dois rien te dire, puisque tu as tourné la page, Tesaro.  


Nuits blanches
Un canon sur la tempe, j'ai le cœur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plaît. C'est violent mais c'est tendre presque animal, quand la trajectoire de la balle epouse les formes de tes hanches. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Ignazio ZitelloBon pour te remonter le moral
Ignazio Zitello
https://www.ciao-vecchio.com/t7322-ignazio-the-only-truth-is-mus https://www.ciao-vecchio.com/t7330-ignazio-zitello
Faceclaim : Will Higinson +©sweetdisaster
Thème·s abordé·s : Homophobie, violence, Maladie;
Messages : 201 - Points : 478
Âge : 35 ans
Métier : Musicien ! Membre d'un groupe de Rock : ZYCOTROP
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Re: Stupeur et tremblement - ( le Dim 17 Jan 2021 - 12:32 )
Ce n'est pas simple d'énoncer cette vérité, pourtant, intimement, elle se révèle évidente pour le jeune musicien. Ce nouveau salon, cette villa qui venaient de subir l'attaque d'un tremblement de terre étaient devenus son foyer. Il avait remplacé l'appartement agréable et chaleureux qu'ils avaient partagé ensemble pendant quatre ans. Le chemin s'était fait doucement, car l'achat de la villa ne suffisait guère à insuffler la sérénité et l'appropriation d'un nouveau chez soi. Était-ce le pansement du temps ou celui de cette nouvelle relation avec Akira qui rendait ce lieu si personnel ? Plus encore elles doivent être difficiles à entendre, Ignazio réalise que le regard de son ancien amant s'assombrit, il le voit sortir une cigarette par nervosité. Ce détail pourrait échapper aux yeux sans expérience, mais Ignazio lit facilement ces signes, il le donnait trop bien. Il s'éloigne vers la fenêtre pour fumer, lui tourne le dos avant d'avouer d'une voix basse qu'il n'avait pas pu, qu'il n'y arrivait pas.

L'artiste ressent son cœur se serrer dans sa poitrine, il laisse un regard inquisiteur effleurer le dos du pilote sans émettre le moindre son. Il attend dans le silence la suite, se refusant à réfléchir au sens de ses paroles, il esquive les pensées d'avoir encore une place dans la maison de Michelangelo, de sa décoration à son coeur. Le café lui offre une courte distraction, il plante ses lèvres dans son goût amer, laisse le liquide chaud brûler sa gorge pour éteindre toute autre étincelle de sentiment, ni rancoeur, ni colère, ni douceur, ni bouleversement, ni tristesse. Chaque émotion devait se taire, tout comme l'idée de le rejoindre auprès de cette fenêtre, de le toucher. Il ne le quitte pas du regard, ce dos qui se présente à lui. Dans leur ancienne vie, il n'aurait pas hésité à venir se poser derrière lui, poser ses mains sur ses épaules et embrasser sa nuque. Ignazio avait la sensation qu'il se briserait sous son poids s'il venait à le faire aujourd'hui tant il paraissait faible à cet instant. Un éclair d'anxiété le frappe. Il lui avait parlé d'examens médicaux lors de leur dernière rencontre, de sa rechute potentielle.

Angelito reprend la parole et le jeune musicien revient dans le présent, son coeur tombe lorsqu'il lui explique que ce ne serait plus chez lui. Doit-il comprendre ce qu'il croit comprendre ?
« Qu'est-ce que... » Il ne finit pas sa phrase murmurée, incapable de savoir s'il veut en savoir plus, s'il était capable d'en savoir plus. Il devrait peut-être laisser cette conversation en suspens, mais les non-dits n’avaient-ils jamais apporté du bon ? Ses battements de cœur se désordonnent par la bataille de sentiment qui le secoue. Il perçoit dans ses mots l'idée générale de ce qui va suivre, mais il ne l'arrête pas à temps. Il ne lui incombe pas de se taire si ce qu'il va dire est indigne de lui. Ignazio l’accueille à côté de lui sur le canapé. Aussi avide de savoir que tétaniser par ses paroles. Les questions, les mots restent coincés sur le bord de ses lèvres qu'il plonge une nouvelle fois dans le café comme pour masquer ce conflit.

« Je suis celui qui n’a pas tourné la page, Tesaro. » Le coup de massue sur sa poitrine. Il se retient de justesse de ne pas recracher le café qu'il venait de boire en se mordant la lèvre. Non, non, non ! Il porte ses mains à son visage pour le cacher, ou ne pas le regarder, ne pas fondre sous ce regard pudique bien que l'image de son visage soit encore gravée sous ses paupières. Ignazio se referme sur lui même pour accuser le coup. Il avait toujours su qu'il n’avait pas rompu avec lui par manque d'amour, il avait su pendant tous ses mois de dépression que son Angelito l'aimait encore, seulement après tant de mois, d'années, il était devenu raisonnable de penser qu'il avait pu refaire sa vie sans lui avant de le revoir, de le retrouver à cet instant si vulnérable et ému.

« Angelito... » il souffle entre ses mains sans aucune idée de développement. Il ne sait pas quoi dire et ne parvient pas à parler intelligiblement, écorché entre le besoin de l'avoir dans sa vie, de le serrer dans ses bras et la nécessité de tourner la page lui-même définitivement pour Akira. Il ne lui en voulait pas, comment le pourrait-il, mais ça le tiraillait.

« Je te mentirais si je te disais que je ne ressens plus rien pour toi. »Il avoue doucement en baisant ses mains de son visage. Il vient poser ses yeux sur ce visage qu'il aime tant. « Je n'ai pas complètement tourné la page non plus. » Sa voix s'éteint à la fin de sa phrase, comme épuisée par cet aveu. Il se sent honteux, impuissant face à cette vérité, cette force qui ne s'est pas éteinte avec le temps et menace ce couple qu'il est en train de construire. Voulait-il balayer tous ses efforts, revenir en arrière après avoir tant souffert et retrouver un certain équilibre dans sa vie ? Voulait-il l'oublier ?
« Mais ça ne peut pas vouloir dire que l'on peut revenir en arrière. J'ai un petit ami qui m'aide à... avancer. »
Revenir en haut Aller en bas
Terrence DelaneyBon pour te remonter le moral
Terrence Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t7225-terrence-seconde-apres-seconde https://www.ciao-vecchio.com/t7234-terrence-radioactive
Faceclaim : michael fassbender + @Aloysia
Messages : 1172 - Points : 722
Stupeur et tremblement -  Tumblr_inline_oc97rrMoVH1rifr4k_500
Âge : 39 ans.
Métier : Propriétaire des écuries Ferrari dont il a repris la gérance après sa sortie de prison en collaboration avec son frère Jack.
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Re: Stupeur et tremblement - ( le Ven 12 Fév 2021 - 19:29 )


Stupeur et tremblement
☾☾ - (Terrazio #2)



L’aveu de trop. Celui qui bouleverse l’équilibre précaire sur lequel on a tenté de reconstruire sa vie et qui terrasse tout sur son passage. Il s’est efforcé de le contenir. Ces derniers mois, il s’est intimé corps et âme de garder ces sentiments cadenassés pour ne pas réduire à néant l’avancée réalisée par Ignazio pour se sevrer de leur amour. Cette affection dont le pilote est toujours cruellement prisonnier, qu’il a du mal à lâcher prise, car il a conscience qu’il l’aime comme un fou. Ces dernières années n’ont nullement atténué ses sentiments et pas même le fait de le savoir en couple n’atténue l’intensité de la tendresse qu’il lui porte. Son ébranlement ne le laisse pas insensible. Il se retrouve fébrile face à cette réaction qu’il aurait dû anticiper. Pourtant, il n’a pas pu. Il a les émotions à fleur de peau depuis que la terre à trembler et un besoin maladif de se rapprocher de cet homme qui souffre d’entendre ses vérités qu’il n’est pas prêt à entendre. Du moins, qu’il ne s’entendait pas à entendre. Il aurait souhaité l’en épargner, mais il n’a pas pu l’entendre dire qu’il devait effacer sa marque de son existence. C’était trop lui demander. Il s’en veut de manquer de bienséance, de dévoiler ses sentiments qu’il devrait taire. Il s’était juré de le faire, mais la vérité est qu’il en est incapable. Il désire demeurer son Angelito tout comme il souhaite qu’il demeure son Tesaro. Comment guérir d’un amour tel que le leur ? Peut-on seulement en guérir ? Il aimerait tellement avoir la réponse à cet instant. L’aveu d’Ignazio vient accentuer son émoi. Ses prunelles luisent de l’émotion qui le gagne. Il n’est pas dupe. Il a conscience que malgré la réciprocité de cette incapacité à tourner la page, cela ne rend pas la chose plus aisée. Sa réponse est logique bien que dévastatrice. Au fond de lui, il ne peut lui en vouloir de penser de la sorte. Si ses émotions n’étaient pas aussi chamboulées par les récents évènements, sans doute que cette scène ne se serait pas produite. C’est douloureux de l’entendre dire cela. Il en est bouleversé, mais garde le silence. Ses phalanges se crispent autour d’une de ses mains pour atténuer un léger tremblement. Il vient détourner son regard pour garder contenance, prendre de profondes inspirations et expirations pour contenir la vive émotion qui le gagne. « Tu as sans doute raison. » Il finit par murmurer dans une voix morne et faible. Son cœur lui semble lourd et douloureux dans sa poitrine. « Je… Je te prie de m’excuser. » Il ajoute en venant lui lancer un petit regard en venant glisser sa main dans sa chevelure dans un geste empreint de nervosité. « Je suis bouleversé. Je ferai mieux de m’en aller. » Il indique dans une voix légèrement hagarde alors qu’il s’efforce de se relever. Son mouvement est trop rapide pour son corps faible et bouleversé au point de perdre l’équilibre et que ses jambes se dérobent. Son manque d’équilibre le prend de court alors il ne réitère pas son geste, légèrement hagard et désarmé par sa faiblesse physique. Il se sent démuni et vient naturellement glisser ses mains dans sa nuque alors qu’à son tour, il se replie sur lui-même, résolument ébranlé par les conséquences de sa maladie, des paroles de son Tesaro sur son cœur qui l’empêchent d’agir de manière raisonnée, comme il se devrait de le faire.


Nuits blanches
Un canon sur la tempe, j'ai le cœur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente, fais de moi ce qu'il te plaît. C'est violent mais c'est tendre presque animal, quand la trajectoire de la balle epouse les formes de tes hanches. (c)exordium.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Stupeur et tremblement -  Empty
# Sujet: Re: Stupeur et tremblement - ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Stupeur et tremblement - -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant