Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

-33%
Le deal à ne pas rater :
COOKINGBOX – Barbecue 58cm à Charbon de bois (Jusqu’à 10 ...
59.99 € 90.01 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Xiaomi Mi True Wireless 2S – Écouteurs intra-auriculaires sans-fil ...
44.79 €
Voir le deal

 

- (terminé) Thomas || Rewrite the stars -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Leia PellegrinoToujours frais après un litre de café
Leia Pellegrino
https://www.ciao-vecchio.com/t5146-leia-lost-soul https://www.ciao-vecchio.com/t5161-ca-me-fait-une-belle-jambe
ID : wanderlust.
Pronom : Elle.
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Style RP : Pronoms RP :Elle
Flashback :Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Abandon, amputation
Messages : 740 - Points : 1478
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le Sam 21 Nov 2020 - 19:48 )
A chaque fois que l’orage éclatait dans le ciel, le cœur de Leia ratait un battement comme si c’était le dernier. Assise dans son canapé avec un plaid enroulé autour d’elle, elle essayait de se convaincre que ce n’était qu’un moment à passer. D’ici quelques heures, ce serait terminé. D’avance, elle savait qu’elle n’allait pas pouvoir fermer l’œil de la nuit. Autan elle aimait la pluie parce que ça l’apaisait, autant la jeune femme avait une peur bleue de l’orage. A chaque fois que le mauvais temps s’annonçait, elle faisait en sorte de ne jamais rester seule chez elle. Elle faisait exprès de rester à l’orphelinat où elle s’occupait des enfants qui comme elle, avaient peur. Certes, dans ces moments elle ne pouvait pas avouer avoir peur elle-même, alors elle dupait tout le monde. Jouait le rôle de l’adulte qui était là pour protéger les petits de l’orage, tandis qu’elle se servait d’eux pour avoir une présence chaude à ses côtés le temps que ça passe. Dans la chambre qu’elle occupait lorsqu’elle restait sur place, il lui arrivait souvent de s’endormir avec trois ou quatre petits sous la couverture, au milieu d’une histoire qu’elle leur racontait pour essayer de calmer leurs angoisses. Elle n’avait pas les talents de conteuses de Thomas qui lui avait fait de cette passion son métier, mais elle se débrouillait comme elle le pouvait. Puisant dans les souvenirs encore chauds des nuits qu’elle passait dans son lit par ces temps orageux, elle prenait ici la place de ce dernier pour réconforter ces enfants, qui comme elle à l’époque, avait juste besoin qu’une seule personne prenne soin d’elle.  

Ce soir elle n’avait pas pu mettre en place cette stratégie. A peine était-elle rentrée chez elle qu’il avait commencé à pleuvoir. L’orage n’avait pas tardé à pointer le bout de son nez, et Leia à cacher le sien. Paralysée sur son canapé, elle n’avait la force ni la foi de faire quoi que ce soit. Et à chaque orage, elle fermait les yeux en serrant un peu plus son plaid autour d’elle. Le dernier qui gronda fut si violent, que la jeune femme poussa un petit cri et se cacha le visage dans la couverture. Lorsqu’elle l’enleva et qu’elle se retrouva plongée dans le noir, la panique commença à gagner l’Indienne. Est-ce qu’elle était morte ? Est-ce que la peur avait fini par l’achever ? La bouche pâteuse, elle l’ouvrit mais aucun son n’en sortit. Qu’est-ce qu’elle allait dire de toute façon ?  Demander si elle était morte en attendant que quelqu’un lui réponde ? Elle décida d’agir de façon logique. Prenant son téléphone à côté d’elle – la mort ressemblait à l’intérieur de son appartement – et tapa un message à la seule personne qui pouvait l’aider.

Citation :
Tom ? Est-ce que je suis morte ? Il fait tout noir, je vois rien. La dernière chose que j’ai entendu c’est l’orage puis plus rien. Si je suis vivante, réponds. Si je suis morte, réponds aussi.

Message envoyé. Elle pouvait retourner sous sa couverture en attendant confirmation de son statut. Morte ou vivante, l’orage dehors continuait de gronder. Et Leia continuait à avoir peur.




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine & Longanis
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin juillet
Messages : 2583 - Points : 3072
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  B4ea9807ec18278f13b2cb8f8bbf225901106008
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: Re: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le Dim 22 Nov 2020 - 15:24 )
Ce soir, Thomas travaillait sur son bouquin. Rectification, il s'arrachait les cheveux sur ce roman qui lui donnait de plus en plus de fil à retordre. Il n'arrivait plus à rien, il n'arrivait plus à aligner un mot devant l'autre et il avait de plus en plus l'impression que le syndrome de la page blanche allait s'abattre sur lui. Et cette idée l'horrifiait au plus haut point. Jamais une telle chose ne lui était arrivée depuis qu'il écrivait et il ne savait pas du tout comment il allait gérer cela si jamais cela lui arrivait. Alors il ne désespère pas et fait son possible pour se donner à fond. Mais plus il insistait, pire c'était. Peut-être devait-il relâcher la pression ? Possible. Toujours est-il qu'il est installé devant son bureau, les lunettes installées sur son nez, relisant le dernier chapitre qu'il venait d'écrire. Il trouvait cela vraiment mauvais et plus il le relisait, plus il était convaincu que ce roman allait être médiocre. Un coup de tonnerre résonne alors, le faisant sursauter tellement la concentration était intense. Il n'avait pas vu la lumière du jour décliner, ni la pluie s'abattre sur la ville. L'écrivain se lève un moment et se poste devant la fenêtre et effectivement, les nuages sombres et menaçants se sont installés sur la ville. Il pense immédiatement à Leia qui devait être à cet instant très peu rassurée et c'est sans surprise qu'il entend la notification d'un nouveau message. Sans plus attendre, il s'empare de son smartphone et constate qu'en effet, il s'agissait de Leia et ce qu'il lit ne lui plaît pas vraiment. Elle était seule chez elle de ce qu'il pouvait lire et n'avait plus de courant et il devinait déjà l'état dans lequel elle devait être, alors il répond aussitôt à son message.

Citation :
Ne bouge pas, j'arrive aussi vite que je peux d'accord ? Tout va bien se passer, je serai là avant même que tu ne t'en rendes compte.

Il ne perd pas de temps et rassemble quelques affaires comme des bougies qu'il gardait de côté en cas de coupure de courant, un peu de chocolat et des affaires de rechange au cas où. Après avoir mis tout cela dans un sac, il enfile une veste, prend ses clés et quitte son appartement.

La pluie battante l'avait trempé, des pieds à la tête, c'était une sensation plus que désagréable, mais ce n'était pas ce qui l'importait à cet instant. Il stationne sa voiture dans une rue presque déserte et court se réfugier à l'abris avant d'aller toquer à la porte de l'appartement de Leia, passant une main dans ses cheveux trempés. « Leia, c'est moi. » dit-il à travers la porte attendant patiemment que la jeune femme vienne lui ouvrir, espérant qu'elle trouve le courage de traverser son appartement plongé dans le noir.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Leia PellegrinoToujours frais après un litre de café
Leia Pellegrino
https://www.ciao-vecchio.com/t5146-leia-lost-soul https://www.ciao-vecchio.com/t5161-ca-me-fait-une-belle-jambe
ID : wanderlust.
Pronom : Elle.
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Style RP : Pronoms RP :Elle
Flashback :Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Abandon, amputation
Messages : 740 - Points : 1478
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: Re: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le Mar 24 Nov 2020 - 21:31 )
Plongée dans l’obscurité, Leia avait replacé la couverture sur sa tête aussitôt son message envoyé. Elle n’était absolument pas sereine. L’orage dehors ne faisait que gronder au point qu’elle n’entende plus que ça. Alors qu’elle essayait de se boucher les oreilles pour se protéger de ce bruit qui faisait trembler son cœur, il arrivait tout de même à percer la barrière de protection qu’elle tentait d’ériger avec cette couverture qui la recouvrait complètement. Se balançant d’avant en arrière, elle essayait de se calmer en se rassurant. Ca allait passer. Elle ignorait toujours si elle était encore vivante, mais dans sa tête elle se disait que ça l’arrangerait qu’elle ne le soit plus. « Ca va aller… » Souffla-t-elle à elle-même avant de pousser un petit cri que lui arracha l’orage qui gronda à nouveau. Non, ça n’allait pas aller. C’était une peur qu’elle n’arrivait pas à contrôler et qui la mettait dans tous ses états.

D’une main presque timide alors qu’elle tâtonnait sur son canapé à la recherche de son téléphone qui elle le savait, se trouvait à côté d’elle, la jeune femme se décida enfin à voir si Thomas lui avait répondu. Lorsque ses doigts frôlèrent le portable, elle l’agrippa à toute vitesse avant de le ramener dans sa forteresse de draps. Elle lut les quelques mots de l’écrivain encore et encore. Il allait venir la voir. Bien, mais… Il n’avait pas répondu à sa question. Elle ne voyait toujours rien. Et la peur l’empêchait de réfléchir rationnellement et de se servir de la lumière de son téléphone pour s’éclairer. Au contraire, elle se disait qu’il voulait sûrement lui annoncer qu’elle était morte de vive voix. Elle ne voyait pas d’autres alternatives à sa venue. A nouveau, la jeune femme relue les quelques mots en essayant de chercher un sens caché. Lorsque ses pouces au-dessus de son écran, hésitaient à taper un message pour lui demander des précisions se décidèrent enfin à se poser sur les touches, elle entendit quelques coups contre la porte qui firent rater à son cœur un battement. Un cri d’effroi sur le point de sortir de sa bouche se retrouva coincé au fond de sa gorge, tandis qu’elle prit ça comme un signe de danger et s’enroula encore un peu plus dans sa couverture. La voix qui arriva à percer son armure de drap provoqua presque un autre cri chez l’Indienne, qu’elle arriva à faire taire. « Thomas ? » Souffla-t-elle. Sans même réfléchir, elle ôta sa couverture et la jeta à l’autre bout du canapé avant de se lever d’un bond. Sautant à cloche pied dans le but de lui ouvrir, elle trébucha plus d’une fois dans son périple vers la porte. Sans même vérifier l’identité de celui qui toquait, Leia ouvrit la porte avant de se jeter dans les bras de peu importe la personne qui se trouvait derrière. Elle s’en fichait, elle n’était plus seule. « Enfin. » Dans la bouche de la jeune femme, ces mots sonnaient comme une libération. Enfin, il venait la délivrer de ce calvaire.




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine & Longanis
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin juillet
Messages : 2583 - Points : 3072
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  B4ea9807ec18278f13b2cb8f8bbf225901106008
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: Re: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le Ven 27 Nov 2020 - 15:35 )
Sur la route de l'appartement de Leia, Thomas ne traîne pas. Il savait à quel point elle avait une peur bleue de l'orage et il savait aussi dans quel état elle pouvait se mettre, inutile de flâner donc, elle avait besoin de lui. Il se serait bien passé de la douche qu'il avait prise en sortant de sa voiture, avec un peu de chance, il ne tomberait pas malade, mais voilà maintenant qu'il avait froid. Il s'ébroue dans le couloir qui menait à la porte de l'appartement et finit par frapper quelques coups tout en s'annonçant. Il savait qu'il n'allait pas attendre très longtemps, d'ailleurs, il entend déjà du bruit de l'autre côté de la porte. Il ne voit pas la scène, mais la connaissant elle était sûrement en train de se débattre avec quelque chose tout en luttant contre sa peur, elle était courageuse Leia, il l'avait toujours su. Mais il n'a pas le temps de voir la porte s'ouvrir totalement que déjà, il l'avait dans les bras. Il les referme aussitôt autour d'elle comme s'il l'attrapait en plein vol. « Enfin. » Il avait envie de rire un peu. "Enfin". Il avait fait le plus vite possible quand même, mais il savait que c'était la peur qui parlait alors il ne relève pas et se contente de la serrer contre lui. « Je suis là, tout va bien. » dit l'écrivain dans un murmure, un peu dérangé par ses vêtements trempés. « Et tu es là toi aussi, bel et bien vivante d'accord ? » il lui fait promettre en la dévisageant avant de la serrer un peu plus fort, histoire de la rassurer un peu plus. Il finit par relâcher son étreinte après un moment, l'entraînant à l'intérieur de l'appartement plongé dans l'obscurité. « On va commencer par faire un peu de lumière. » Comme pour appuyer ses dires, un tintement retentit dans le sac qu'il retire de son épaule et il en sort bientôt deux ou trois ramequins où il pourrait y déposer une bougie. A tâtons, il rejoint tant bien que mal l'endroit où se trouve le canapé, entraînant à sa suite Leia en lui prenant la main et en la gardant tout près de lui pour éviter qu'elle ne panique plus que nécessaire. C'est lorsqu'il se demande s'il approchait de la table basse qu'il obtient sa réponse, son tibia heurtant l'arrête du meuble. Tom étouffe un cri de douleur, loin d'être viril et se contente de grogner. « T'as changé les meubles de place ? » demande l'écrivain en râlant, blessé dans son amour-propre. Mais il ravale très vite sa fierté et fait asseoir la jeune femme près de lui sur le canapé alors qu'il dispose les bougies devant lui. Il farfouille dans la poche de son jean toujours trempé pour en sortir un briquet, celui qui ne le quitte jamais et il se met à allumer les petites bougies, une à une. Une douce lumière s'installe dans la pièce obscure, créant de petits halos presque réconfortants. Son regard se pose alors sur Leia et il esquisse un sourire. « Comment tu te sens ? » demande-t-il alors, espérant que sa présence l'ait rassurée un minimum.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Leia PellegrinoToujours frais après un litre de café
Leia Pellegrino
https://www.ciao-vecchio.com/t5146-leia-lost-soul https://www.ciao-vecchio.com/t5161-ca-me-fait-une-belle-jambe
ID : wanderlust.
Pronom : Elle.
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Style RP : Pronoms RP :Elle
Flashback :Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Abandon, amputation
Messages : 740 - Points : 1478
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: Re: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le Ven 27 Nov 2020 - 19:39 )
A cloche pied, Leia avait gagné la porte aussi vite qu’elle le pu. Quand bien même elle avait été ralentie par les meubles dans lesquels elle se cognait ici et là, la jeune femme ne s’était pas arrêtée pour autant. A peine la porte ouverte qu’elle s’était jetée dans ses bras pour sentir sa présence. Elle n’avait rien vu. Ni son visage amusé par sa réaction, ni même à quel point il était trempé. Ce ne fut qu’après de longues secondes où elle le garda contre elle, que l’Indienne se rendit compte de l’état de Thomas. Cependant, elle n’avait pas mis fin à l’étreinte pour autant, soulagée de se retrouver dans ses bras. A ses mots rassurants, chuchotés presque au creux de son oreille, Leia ne pu qu’acquiescer en hochant la tête. Elle voulait bien le croire. Elle avait une totale confiance en lui, alors quand il affirmait qu’il était là, et elle aussi, elle le croyait. Dans sa poitrine, les battements de son cœur commençaient à retrouver un rythme un peu plus régulier, malgré les grondements de l’orage qui le faisait vibrer à chaque fois qu’il éclatait. Mais ce n’était rien. Son cœur, au même titre que sa peur, commençait peu à peu à s’évanouir. Comme si un champ de force impénétrable s’était hissé autour d’eux, Leia se sentait en sécurité. Un court instant, elle se redresse pour plonger son regard dans celui de l’écrivain, les traits éclairés de façon furtives par la foudre qui fendait le ciel. « Oui. » Elle était bien vivante. Un mince sourire étira ses lèvres, tandis qu’elle se replongea dans ses bras l’espace de quelques secondes.

Tirée vers l’intérieur de son appartement, l’Indienne pris soin de refermer la porte derrière eux, les plongeant à nouveau dans cette pénombre entrecoupée par les éclairs. « T’es venu préparé. » Plaisanta Leia qui était trempée à son tour. Elle avait allumé le chauffage, mais avec la coupure de courant, il s’était éteint et elle sentait à peine les résidus de chaleur. Ne bougeant pas d’un iota près de la porte, ce fut uniquement lorsqu’elle sentit une main se saisir de la sienne qu’elle commença à s’avancer. A nouveau, l’orage gronda ce qui fit sursauter la jeune femme, qui sans le vouloir avait pressé ses doigts contre ceux de l’écrivain. Elle s’accrochait à lui comme à un doudou. Lorsque le calme fut revenu, presque gênée par cette peur qui lui faisait avoir ce genre de réaction, elle relâcha un peu la pression tout en gardant le contact entre eux. Et en entendant un bruit sourd d’un membre qui se cognait contre un meuble, elle rigola. Signe qu’elle n’était plus aussi apeurée. « Expressément pour ta venue, oui. » Elle se moquait doucement de lui, mais savait que cette réponse passerait mieux que la vérité. Comme pour le consoler, elle plaça sa main libre sur celles liées, et le ramena un peu plus vers elle. Le bon côté cependant, était qu’il prenait les coups pour elle. Installée sur le canapé, elle le regardait s’activer avec les bougies, gardant en tête qu’elle allait devoir se lever bientôt pour aller récupérer des serviettes. Ce qu’elle refusait de faire tant qu’il n’y aurait pas de lumière. Sans dire un mot, comme la grande enfant qu’elle était, elle se retrouva très vite fascinée par la flamme qu’il avait allumée. Elle la regardait danser un peu avant de se stabiliser complètement. L’attention ailleurs, elle battit vite des cils lorsqu’elle entendit la voix de Thomas percer sa bulle de rêve. Les yeux levés dans sa direction, elle lui adressa un mince sourire avant de récupérer sa main qu’elle tira pour l’obliger à s’asseoir à côté d’elle. Le bras passé autour du sien, elle déposa sa tête sur son épaule. « Beaucoup mieux. » Répondit la jeune femme. « Merci. » Souffla-t-elle, la tête tournée dans sa direction. Un autre sourire à son intention, et elle fixa à nouveau la flamme. « Les serviettes ! » Comme si ça venait tout juste de lui revenir, elle se leva d’un bond, et sauta jusqu’à l’armoire où elle rangeait ses serviettes propres. Elle en attrapa plusieurs et se rendit à nouveau au salon. Lorsqu’elle fut à la hauteur de Thomas, elle lui en balança trois. Rien que ça. « Tiens, faudrait pas que t’attrapes froid avec tout ça. » A ces mots, elle s’enroula elle-même dans une grande serviette, et se rassit à ses côtés.




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine & Longanis
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin juillet
Messages : 2583 - Points : 3072
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  B4ea9807ec18278f13b2cb8f8bbf225901106008
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: Re: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le Lun 30 Nov 2020 - 13:56 )
Peu à peu, Tom sentait Leia se calmer dans ses bras. Il la sentait se détendre au fur et à mesure des secondes qui s'écoulaient alors qu'elle était, calée dans le creux de ses bras, une habitude qu'elle et Luna avaient pris depuis leur plus tendre enfance. Par chance, Thomas était du genre tactile, ces câlins n'étaient donc vraiment pas une source d'angoisse ou de gêne. Les secondes passent, l'orage gronde toujours, mais il fait rempart, comme à son habitude. Tom le protecteur, le grand frère toujours à l'affût, celui qui prenait soin des autres avant même qu'on ne prenne soin de lui. L'écrivain réalise à cet instant que ce qu'il était en train d'écrire était bel et bien son histoire et cette pensée lui fait un peu peur. Mais il n'est pas là pour cela, il n'est pas là pour lui. Leia semble aller mieux, un sourire, même léger, s'était installé sur son doux visage. Mais Thomas ne lui passe pas tellement de répit et l'attire à l'intérieur, plus tôt ils seraient rentrés, mieux ça serait. Il retire la bandoulière de son sac avant de s'engouffrer dans la pénombre, sa main dans la sienne, à la recherche du canapé. « T’es venu préparé. » Tom esquisse un sourire qu'elle ne peut pas voir dans l'obscurité. « Évidemment. » Mais son sourire peut s'entendre dans sa voix alors qu'il dit cela comme si cela était le comble de l'évidence. Bientôt, l'orage fit de nouveau des siennes et Leia resserra sa prise sur lui, mais il n'en fut pas gêné et la laissa faire alors qu'il se cognait contre la table basse. Tom entend son rire, mais ne s'en offusque pas, elle riait, c'était déjà ça, il aimait ce son. « Expressément pour ta venue, oui. » Et en plus, elle avait le toupet de se moquer gentiment, mais c'était bon signe, il préférait l'entendre ainsi plutôt que de ne pas l'entendre du tout.

Installé sur le canapé, l'écrivain allume les bougies une à une sous le regard de la jeune femme qui semblait littéralement hypnotisée par ce qu'elle voyait et c'était compréhensible. Chez certaines personnes, la vue d'une flamme relevait de la fascination. C'était lumineux, dansant, envoûtant, rassurant aussi. Il n'est donc pas surpris de voir qu'elle écoute à peine lorsqu'il lui demande s'il va bien, son visage illuminé d'une lumière orangée qui la rendait tellement plus jeune à cet instant, il avait l'impression d'être redevenu un gosse. Très vite, le voilà attiré à ses côtés, son bras enroulé autour du sien et la tête sur son épaule. Depuis la première fois qu'il est arrivé, Tom se permet un soupir. Un soupir d'aise, il se sentait bien et il était heureux de passer un peu de temps avec Leia malgré les circonstances. Et puis elle se sentait déjà mieux, cela se voyait à son sourire. « Les serviettes ! » Il n'a pas le temps de réagir que bientôt, la douce chaleur le quitte et elle est hors de vue, seule pénombre l'entourait. Les petites flammes des bougies dansaient doucement suite au mouvement précipité, l'une d'entre elle s'éteint d'ailleurs. Les ombres créées par les bougies dansent sur les murs dans des formes mystérieuses et presque inquiétantes, le reste du salon était plongé dans le noir et on n'y voyait pas à deux mètres. L'écrivain s'occupe alors de rallumer la bougie éteinte avec son briquet tandis que la jeune femme revient, lui balançant trois serviettes, dont une qui atterrit sur sa tête ce qui le fait rire comme pourrait rire un gamin. « Tiens, faudrait pas que t’attrapes froid avec tout ça. » Un nouveau rire, il enlève la serviette de sur sa tête avant de se sécher les cheveux qui continuaient de goutter dans sa nuque ce qui était plutôt désagréable. Comme tout le reste de ses vêtements trempés d'ailleurs, mais maintenant qu'il était au sec, cela devrait commencer à sécher. Il s'enroule lui aussi dans une serviette avant d'en poser autour de sa nuque et passe un bras autour des épaules de Leia, la gardant contre lui. « Tu n'auras qu'à me veiller si je tombe malade. Comme quand on était gosses. » Il esquisse un sourire, un peu nostalgique de cette époque. « Ça me rappelle une fois... on était tous sortis pour jouer dehors. J'étais resté sur le côté pour écrire quand il y a eu une averse monstrueuse. J'étais tombé malade, j'avais eu de la fièvre et je délirais un peu aussi, je crois. Mais dans mes souvenirs, tu avais insisté pour me veiller toute la journée. » Les souvenirs remontaient, même s'ils étaient très lointains, mais il y en a qui marquent plus que d'autres. « Tu as mangé au fait ? » Avec cette coupure, pas sûr qu'elle ait mangé, toi non plus d'ailleurs, mais tu pourrais préparer quelque chose de chaud si c'était possible.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Leia PellegrinoToujours frais après un litre de café
Leia Pellegrino
https://www.ciao-vecchio.com/t5146-leia-lost-soul https://www.ciao-vecchio.com/t5161-ca-me-fait-une-belle-jambe
ID : wanderlust.
Pronom : Elle.
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Style RP : Pronoms RP :Elle
Flashback :Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Abandon, amputation
Messages : 740 - Points : 1478
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: Re: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le Mar 1 Déc 2020 - 21:08 )
L’Indienne lui lança ses serviettes avant de se sécher elle-même. Ca allait, elle n’était pas non plus très trempée, mais juste assez pour sentir ses vêtements humides. Une fois séchée, elle balança la serviette sur un canapé à l’opposé de là où ils s’étaient installés avant de reprendre sa place. « Pas sûre que t’apprécie encore mes soupes à l’eau de quand on était gosses. » Plaisanta Leia. Ce souvenir l’amusait. Elle avait souvent l’habitude de prendre soin des orphelins avant même qu’on ne s’occupe d’elle. Et Thomas n’était pas une exception. Il veillait sur elle, et elle pareil. Le bras de l’écrivain passé devant ses épaules, elle se laissa ramener vers lui avant de passer son bras autour de sa taille pour le sentir près d’elle. La tête à nouveau posée contre son épaule, elle observait la flamme qui éclairait suffisamment la pièce pour qu’elle n’ait pas à deviner les traits de son ami. Le pied ramené vers elle sur le canapé, elle soupira d’aise dans le creux de ses bras. Elle allait mieux. L’orage dehors ne lui faisait plus aussi peur, elle était à présent en sécurité.

En entendant l’anecdote que la jeune femme avait presque oublié, un sourire étira ses lèvres. A mesure que l’histoire avançait, des images germaient dans la tête de Leia qui se revoyait avec sa béquille en train de menacer tous les enfants qui allaient jouer sous la pluie. Des irresponsables selon elle. En réalité, elle était juste jalouse de ne pas pouvoir participer à ça, alors elle râlait. Et parfois elle allait mettre des coups de béquilles aux enfants qu’elle n’aimait pas. Chacun sa façon de s’amuser. « J’avais insisté et j’ai eu gain de cause ! » Pas peu fière d’elle, Leia s’était redressée pour dire cette phrase avant de s’affaler à nouveau. Elle avait fait des pieds et des mains pour qu’on la laisse ne serait-ce que dans la même chambre que Thomas. Ils estimaient que c’était trop risqué car elle risquait d’attraper ses microbes. Mais elle s’en fichait, elle voulait juste être auprès de lui pour s’en occuper. Elle ne faisait de toute façon confiance en personne lorsqu’il s’agissait de prendre soin de ses proches. Personne ne savait comment faire à part elle. «  Je suis tombée malade après ça, moi aussi. Mais ça en valait la peine. Comme à chaque fois. » A ces mots, elle laissa glisser sa main le long du bras de l’écrivain pour aller trouver son visage. Le regard plongé dans le sien, elle lui souriait tout en caressant doucement sa joue de son pouce. Surprise de sa question qui brisa le silence, elle sourit encore plus. « Non. » Elle reprit sa main et s’installa un peu plus confortablement contre Thomas. « Toi t’as mangé ? » S’enquit-elle. « Si tu poses la question, j’espère que c’est pour me nourrir parce que sinon c’est juste méchant. » Plaisantait à peine l’Indienne.




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine & Longanis
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin juillet
Messages : 2583 - Points : 3072
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  B4ea9807ec18278f13b2cb8f8bbf225901106008
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: Re: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le Lun 7 Déc 2020 - 11:37 )
Des souvenirs de l'orphelinat, Thomas en avait des centaines. Des bons comme des mauvais, enfin tout de même une majorité de bons malgré la situation. Il a peut-être grandi dans cet établissement, il n'a peut-être jamais été adopté par une famille, mais sa vraie famille reste les orphelins. Alors chaque souvenir qu'il avait avec ceux qu'il considérait comme ses frères et sœurs, représentait tout pour lui. « Pas sûre que t’apprécie encore mes soupes à l’eau de quand on était gosses. » L'écrivain rit de bon cœur avant de faire une légère moue qui confirmait ses dires. Lorsqu'ils étaient gosses, ça passait encore, mais effectivement son palais avait évolué depuis, alors de l'eau chaude en guise de soupe, il s'en passerait bien, autant boire un thé. Installés l'un contre l'autre sur le canapé, le bras autour de la jeune femme, Thomas se remémore avec elle les souvenirs communs qu'ils avaient de leur enfance. Il se souvenait surtout des moments qu'il passait à l'écart à écrire, seul ou parfois avec Leia qui lui demandait de lui lire ses écrits. Ils avaient passé pas mal de temps ensemble, ils étaient un peu les rebus à l'époque, l'une avec ses béquilles et l'autre avec sa respiration laborieuse. Les deux handicapés comme aimaient le dire les autres enfants. Ils pouvaient être cruels parfois, même s'ils étaient dans le même bateau au final, c'était une façon de se démarquer, de se venger de cette situation qu'ils n'avaient pas choisi. Si l'écrivain avait été blessé au départ, il avait réussi à passer au-dessus, non sans difficulté, mais il avait eu l'appui du reste de la bande, sa bande. Leia avait joué son rôle là-dedans, restant sur la touche avec lui, ne le lâchant parfois pas d'une semelle, notamment cette fameuse fois où il était malade. « J’avais insisté et j’ai eu gain de cause ! » Un sourire légèrement nostalgique s'installe sur les lèvres de l'écrivain. « Comme toujours. » il ne se rappelait pas de tout, mais il se souvient de ses cris de protestation. Interdire à Leia quelque chose était le début de sa désobéissance, mais comme pour beaucoup. «  Je suis tombée malade après ça, moi aussi. Mais ça en valait la peine. Comme à chaque fois. » Thomas n'est pas surpris ni gêné de sentir sa main sur sa joue, c'était un geste fréquent entre eux. Il esquisse un sourire, alors que leurs regards se croisent et il dépose un baiser sur le sommet de son crâne alors qu'elle se repositionne contre lui. Avec tout cela, il n'avait pas mangé et elle non plus apparemment. « Toi t’as mangé ? Si tu poses la question, j’espère que c’est pour me nourrir parce que sinon c’est juste méchant. » Il rit doucement en venant la chatouiller légèrement. « Méchant, moi ? » Il la chatouille de nouveau avant de s'arrêter bien vite avant que cela ne dégénère. « Bien. » Il tape ses genoux de ses mains avant de se lever dans un soupir. Il avait faim et il comptait bien cuisiner, mais l'idée de rester sur ce canapé lui plaisait aussi. « Je n'ai pas mangé non plus et je compte bien nous préparer un petit quelque chose. » Thomas s'aide de la luminosité des bougies pour se guider vers la cuisine, tranquillement avant de se tourner vers Leia. « Viens. » Autant qu'elle le rejoigne, l'orage n'était pas encore passé et ce n'était pas le moment qu'elle fasse une nouvelle crise d'angoisse. Il lui laisse le temps de le rejoindre alors qu'il atteint le réfrigérateur qu'il ouvre et qu'il éclaire du flash de son téléphone. Un rapide coup d'oeil et il savait déjà ce qu'il allait préparer, un plat qu'il ne loupait jamais et tellement simple à faire. Des tomates séchées, de la mozzarella, ce sera parfait avec des linguines. « Je vais avoir besoin de tes lumières si tu veux que je nous prépare quelque chose de correct, voire de mangeable. » Et pour le coup, c'était plus au propre qu'au figuré, il n'y voyait rien.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Leia PellegrinoToujours frais après un litre de café
Leia Pellegrino
https://www.ciao-vecchio.com/t5146-leia-lost-soul https://www.ciao-vecchio.com/t5161-ca-me-fait-une-belle-jambe
ID : wanderlust.
Pronom : Elle.
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Style RP : Pronoms RP :Elle
Flashback :Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Abandon, amputation
Messages : 740 - Points : 1478
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: Re: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le Sam 16 Jan 2021 - 19:36 )
L’Indienne n’aurait pas pu rêver de meilleure compagnie ce soir-là. Même si elle aurait aimé que ce soit dans d’autres circonstances. La présence de son frère le rassurait, mais elle savait qu’à tout moment, un gros éclair et elle serait complètement tétanisée sur place. Elle n’aimait pas ça. Se sentir aussi faible et surtout dépendre des autres. Elle avait déjà assez à faire avec sa seule jambe et le regard de pitié qu’on posait sur elle lorsqu’on constatait qu’elle n’en avait plus qu’une. A force, elle avait développé un humour particulier pour masquer le fait qu’elle était plus qu’une handicapée. Toute sa vie, elle avait dû affronter le regard de pitié des adultes ainsi que la méchanceté des enfants de son âge qui se moquaient d’elle. Les enfants tout courts en fait. Encore à ce jour, il y avait des enfants à l’orphelinat qu’elle ne pouvait pas approcher parce qu’ils avaient peur d’elle avec sa jambe en moins. D’un côté, ne pas les voir l’arrangeait. Ils lui rappelaient vraiment les mauvais moments où la seule chose qu’on voyait d’elle c’était son handicap. Heureusement pour Leia, elle avait trouvé une bande d’amis aussi bras cassés qu’elle pour la plupart, et qui avait su voir autre chose qu’une fille perdue avec une jambe en moins. « Oui, méchant. » Répéta l’Indienne avec une pointe de défi dans la voix avant de sentir ses doigts la chatouiller. Comme à chaque fois qu’il lui faisait ça, elle se tortille comme un vers de terre en rigolant. « Arrête ! » Essayait-elle d’articuler en vain, ses mains qui tentaient de stopper celles de Thomas. Elle détestait qu’il fasse ça, mais ici c’était exactement ce dont elle avait besoin. D’une distraction pour arrêter d’avoir peur avec l’orage qui continuait de gronder mais qu’elle arrivait à peine à entendre à cause des rires qui remplissait tout son appartement. Lorsqu’il la laissa enfin, elle était quasi allongée à l’opposé de l’écrivain, essayant de reprendre son souffle. Elle en avait même pleuré de rire. « J’espère bien, t’as quand même pas cru que j’allais t’accepter chez moi sans que tu ne cuisines pour moi. » Plaisanta l’Indienne qui donna un petit coup de pied à Thomas pour le provoquer. Même si c’était une boutade entre eux, il était convenu entre les orphelins que peu importe la personne qui recevait Leia, cette personne devait cuisiner pour elle. Elle savait comment faire mais elle n’était pas une grande fan de cuisine. Pareil pour celleux qui venaient chez elle. Iels connaissaient tous le chemin de la cuisine, iels savaient quoi faire. Dans un soupir, elle se leva avant d’emboîter les pas du jeune homme jusqu’à la cuisine. En temps normal elle aurait râlé, elle voulait juste manger. Pas savoir comment c’était fait. Mais elle n’avait pas envie de rester seule au salon à cause de l’orage qu’elle n’avait pas oublié. Un gros éclata alors qu’elle se retrouvait presque à hauteur de Thomas, la forçant à s’arrêter pour se calmer. Elle était en sécurité, elle n’avait pas à avoir peur. Leia le regarda s’afférer dans son frigo qu’elle avait pensé à remplir pour une fois, restant silencieuse pour le laisser faire. Les bras croisés, elle lui lança un regard sérieux, attentive à ses paroles. « Faut que je fasse tout moi-même ici… » Râla faussement l’Indienne juste parce qu’on lui demandait de donner un coup de main. Elle allait sûrement juste devoir tenir la lampe au-dessus pour être sûr que son frère ne saloperait pas sa cuisine, mais même ça c’était trop pour elle. Il voulait faire la cuisine, oui ou non ? Qu’il la fasse jusqu’au bout en s’éclairant seul. Elle préféra retenir cette réflexion pour éviter qu’il ne l’envoie chier et qu’elle se retrouve seule et sans nourriture. « Dis-moi ce dont tu as besoin, je t’écoute. » Avant toute chose, elle tendit la main pour récupérer un tablier qu’elle lança à Thomas. Il ne devait pas se salir non plus. Elle en enfila un à son tour pour éviter de se salir, et récupéra un torchon propre qu’elle attacha autour de sa tête comme un bandana. Elle ne se salirait pas.




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine & Longanis
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin juillet
Messages : 2583 - Points : 3072
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  B4ea9807ec18278f13b2cb8f8bbf225901106008
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: Re: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le Mar 26 Jan 2021 - 16:46 )
Au fur et à mesure que le temps passait, Thomas sentait Leia se détendre peu à peu malgré les grondements menaçant de l'orage qui la faisait sursauter et tressaillir. L'écrivain, lui, adorait ça, l'orage. Lorsqu'il était plus jeune, il aimait s'asseoir devant la grande fenêtre du dortoir pour regarder les éclairs zébrer le ciel. Et c'est souvent à ce moment-là que Leia le rejoignait, morte de peur. Même des années après, il aimait toujours autant, lorsqu'il était chez lui, il restait dans le salon, dans le noir et attendait que la foudre illumine son appartement. Le grondement et le bruit du tonnerre le faisaient parfois sursauter, mais il aimait cette sensation, car il se retrouvait un peu là-dedans. Ce son si particulier faisait écho avec son état d'esprit, à la fois surprenant et violent, disparaissant aussi vite qu'il était arrivé. Il n'en dit rien, car il savait déjà que Leia ne se priverait pas de se foutre de lui et puis elle avait trop peur pour trouver une quelconque beauté à ce phénomène météorologique. Pour l'aider à se détendre tout à fait, il s'amuse à la chatouiller un instant et sa réaction ne se fait pas attendre, elle essayait de se soustraire à son étreinte alors qu'ils riaient tous les deux comme les deux enfants qu'ils pouvaient être parfois. Mais Thomas s'arrête bien vite avant de se prendre un coup alors qu'ils reprennent lentement leur souffle dans la pénombre. « Je sais à quoi m'attendre lorsque je franchis le seuil de ta porte. » Il lui envoie un regard lourd de sens, mais finit par sourire avant de grimacer d'une fausse douleur alors qu'elle lui donne un coup de pied. « Esclave et martyr, tu sais comment accueillir tes invités... » Il ne fait que répondre à sa provocation, provocation inutile, car il savait à quoi s'en tenir à chaque fois qu'il débarquait chez Leia et cela ne lui faisait rien. Cuisiner était un moment de partage, tout dépend avec qui. Avec Leia par exemple, il savait qu'elle allait le regarder et ne pas bouger le petit doigt, sauf pour manger ce qu'il a fait bien entendu. Pourtant, Thomas adorait cuisiner, cela lui permettait de se détendre et de s'exprimer à travers un autre art que l'écriture. Farfouillant dans le frigo de la jeune indienne, l'écrivain n'y voyait rien et un peu d'aide ne serait pas de refus et bien entendu Leia reste Leia. « Tu veux t'en occuper peut-être ? Tu veux manger autre chose qu'une soupe à l'eau ? » Il sourit et prend un air moqueur, mais elle savait très bien qu'il plaisantait. Seulement, il avait besoin d'aide. Étonnamment, la jeune femme, capitule, le sourire de Tom s'étend largement alors qu'il se prend un tablier en pleine face, le faisant soupirer par la même occasion. « J'ai besoin que tu éclaires ce que je fais si tu ne veux pas que je fasse n'importe quoi et que je nous intoxique. » A moins d'un coup de malchance, il ne pensait pas que cela serait possible avec Leia dans les pattes, tout était possible. Il examine comme il peut ce qu'il y a dans le frigo et en sort quelques légumes et du parmesan et récupère même des pâtes. Ce sera donc un Minestrone maison, il n'avait pas l'inspiration pour se lancer dans quelque chose ce soir et sans courant, il était assez limité. Après s'être cogné deux fois contre le plan de travail, il trouve finalement de l'ail et un oignon qu'il commence à éplucher délicatement. « Leia, concentre-toi et éclaire mes mains si tu ne veux pas qu'on finisse aux urgences. » Il la sentait encore troublée par l'orage, ce qu'il pouvait comprendre, mais elle était ses yeux à cet instant, car les siens commençaient à brûler à cause de l'oignon, déjà qu'il voyait mal, un seul mauvais geste et il se coupait. « Est-ce que tu peux, en même temps, mettre un peu d'huile d'olive dans la plus grande casserole que tu trouveras ? Ou c'est trop te demander ? » Il cherchait la jambe pour se faire battre, mais cela avait toujours été ainsi entre eux, Tom avait toujours mis un point d'honneur à ne pas la traiter comme une handicapée, il savait qu'elle détestait ça.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(terminé) Thomas || Rewrite the stars  Empty
# Sujet: Re: (terminé) Thomas || Rewrite the stars ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- (terminé) Thomas || Rewrite the stars -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant