Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

-41%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Carte Mémoire microSDXC Ultra 128 Go + Adaptateur SD
16.64 € 27.99 €
Voir le deal

 

- Vasco Sole -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vasco SoleTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Vasco Sole
https://www.ciao-vecchio.com/t8160-vasco-sole https://www.ciao-vecchio.com/t8215-vasco-o-37-ans-o-professeur-des-ecoles
ID : wanderlust./ doriana
Pronom : Elle
Faceclaim : Aditya Roy Kapur, ealitya
Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Abandon, adoption, racisme, harcèlement scolaire, deuil
Messages : 335 - Points : 280
Vasco Sole  Tumblr_njle3a4brk1r80jg9o9_r1_250
Âge : 37 ans
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Vasco Sole ( le Dim 20 Déc 2020 - 13:50 )
Something just like this
Vasco Sole
rôle inventé
Identité :Vasco Sole. Des lettres assemblées au hasard pour lui attribuer cette identité qui ne le correspond pas, mais qu'il ne cherche pourtant pas à fuir. Où irait-il de toute façon ? Il manque au jeune homme une part de son identité que ses parents se sont bien gardés de lui enlever pour qu'il rentre un peu plus dans le moule. A coup de tampons, son histoire a été effacée. Il n'est plus l'enfant du sous continent qui errait dans les rues bondées de son Inde natale. Il est Vasco Sole. Sans passé.  

Naissance :1983 dans la ville d'Ayodhya en Inde. Il ne connait pas sa date de naissance exacte, juste celle qu'on lui a attribué une fois arrivé en Europe.  

Origines : L'Inde qui coule dans ses veines a sculpté son visage. Et c'est bien tout ce qu'il lui reste de sa terre natale, pour le reste il est Italien de nationalité.

Statut : Célibataire, il ne court pas après l'amour malgré ses aspirations de fonder une famille, et de donner ce qu'il n'a pas eu dans la vie.

Métier :Professeur des écoles, il enseigne en primaire.

Argent :Il évite de se plaindre. Il ne roule pas sur l'or et une bonne partie de ses dépenses passe dans des frais pour ses parents. Depuis quelques temps il a du mal à joindre les fins de mois. Il se contente donc du minimum sans faire d'extra avec son argent.

A Naples depuis : Depuis qu'il a 7 ans.

De nature douce, Vasco n'est pas celui qui ira chercher la confrontation. A chaque embrouille, il sera toujours celui qui essaiera de régler les choses en jouant aux intermédiaires. Il n'aime pas les conflits, et s'il peut les éviter il le fait. Il a du mal à s'affirmer en général et ne tape que très rarement du poing sur la table, sauf quand il s'agit de quelque chose qui lui tient vraiment à coeur. Respectueux, il agira toujours en pensant au bien être des autres avant les siens. C'est pour cette raison qu'il se donne tant de mal auprès de ses parents qui n'ont aucune considération pour lui. Il préfère encaisser leurs insultes et leurs abus plutôt que de se dire qu'il pourrait les perdre eux aussi. Amical de façon générale, Vasco n'a pas de mal à aller vers les gens et garde le sourire quoi qu'il arrive. Même s'il n'y a qu'une poignée de personnes qui le connaissent vraiment, et connaissent son train de vie. Très sérieux et impliqué dans tout ce qu'il entreprend, il n'a pas peur de prendre des risques même s'il a de fortes possibilités d'échouer. Ses amis sont comme sa deuxième - pour ne pas dire sa vraie - famille et il leur accorde une place très importante dans sa vie.

poids :
78 kg
alcool :
0 verre
cigarettes :
0 par jour


la chanson la plus écoutée en boucle :
Enna sona Arijit Singh


Conclusion de ta vie La vie de Vasco est à la fois pleine de regrets comme de remords. A ce jour, il vit encore avec la mort de son frère sur la conscience, se persuadant qu'il aurait pu faire quelque chose pour aider ce drame. Parfois, il se dit qu'il aurait mieux fait d'être à la place de son cadet. Comme ça au moins, ses parents pour qui il a tout de même de l'estime, n'auraient pas autant soufferts. La seule chose qu'il peut faire c'est de vivre chaque jour en essayant au mieux de ne pas oublier celui qui est parti trop tôt, tout en prenant soin de ceux qui restent.

(un) Vasco ne se rappelle pas vraiment de sa courte enfance en Inde. Les rares souvenirs qu'il a réussi à conserver sont à ce jour, encore flous pour lui. Il ne sait pas s'ils se sont vraiment passés ou pas. Est-ce qu'il les invente pour combler le vide de ces cinq premières années dont il n'a quasi aucun souvenir ? Il n'en a aucune idée. (deux) Il n'a aucun souvenir de ses parents biologiques. Il ignore même leur prénom. Souvent il doute qu'ils aient jamais existé, la seule chose qui l'empêche de tomber dans une théorie du complot, c'est ce morceau de fil rouge qu'il avait au poignet lorsqu'il est arrivé en Italie. Il a réussi à l'enlever de justesse pour le mettre dans un endroit sûr où seul lui pouvait y avoir accès. Un point d'ancrage dans cette nouvelle vie dans laquelle il se trouvait propulsé. Si au début ce morceau de fil usé par le temps servait à Vasco comme d'attachement à sa terre natale, aujourd'hui  c'est juste un objet dont il ignore tout le sens. Il ne saurait pas expliquer pourquoi est-ce qu'il a conservé ce fil. Ni même ce qu'il signifiait et pourquoi on l'avait attaché à son poignet.  (trois) L'Inde a totalement disparu de la vie du jeune homme. Il ne parle ni la langue, ne connait pas non plus son histoire et à part savoir placer le pays sur une carte, il n'en sait pas plus. Dès son arrivée en Italie au début de l'été 1988, ses parents ont tout de suite pris en charge son éducation qu'ils estimaient être la plus importante. La période d'adaptation a été quasi inexistante pour le petit garçon qui à peine sorti de l'avion, se retrouvait sur une chaise pour apprendre à parler l'italien. A la fois épuisé et confus, il est resté près de deux semaines sans parler car personne ne voulait lui expliquer ce qu'il faisait là. Ni qui était ces personnes qu'il devait appeler "papa" et "maman". Il ne comprenait pas pourquoi il devait apprendre une nouvelle langue pour pouvoir communiquer avec eux. Pourquoi eux n'apprenaient pas la sienne ? Rien ne faisait sens pour le petit garçon de 7 ans. (quatre) Il céda très vite et fit ce qu'on attendait de lui. Malléable et facile à manipuler, celui qui se faisait à présent appeler Vasco commença à appendre la langue tout en oubliant la sienne. A chaque fois que le mot italien ne lui venait pas et qu'il se servait de sa langue natale pour demander quelque chose, il était puni et partait au lit sans manger. Cruel, oui, mais nécessaire selon ses parents. Et s'il avait maîtrisé un peu plus la langue, peut-être aurait-il entendu les réflexions racistes qu'ils avaient déjà à son égard, profitant du fait qu'il ne puisse ni comprendre, ni rétorquer. (cinq) A la fin de l'été, Vasco fit enfin la connaissance de son petit frère, Paco,  qui avait passé toutes les vacances chez ses grands-parents. Bien que confus tous les deux, ils ne posèrent pas de questions et s'entendirent aussitôt. Deux ans les séparaient et en les voyants, on aurait dit deux vieux amis qui se connaissent depuis le berceau. C'est d'ailleurs grâce à Paco qu'il peaufina son italien.   (six) A la rentrée, c'est sans transition que Vasco se retrouva au milieu d'enfants de son âge sur les bancs de l'école. Toujours assis au fond de la classe parce que personne ne voulait s'asseoir à côté de lui. Pas parce qu'il était nouveau et que tout le monde se connaissait déjà, mais parce qu'il était différent. Très vite, sa couleur de peau basanée a été pointé du doigt. Son accent qu'il n'avait pas réussi à effacer au court de l'été fut un grand sujet de moquerie pour le petit garçon, et le fait qu'il ne sache pas très bien parler la langue n'arrangeait rien. Un harcèlement scolaire sans fin à la fois par les élèves et par le corps enseignant, qui conduit presque à la déscolarisation. Mais impossible, ses parents n'auraient jamais accepté ça. Alors il s'est accroché tant bien que mal. Une fois arrivé au lycée, ce fut un petit noyau d'amis qui l'aidèrent à tenir le coup au point qu'il se découvre une passion pour le professorat. Lui-même n'y aurait pas cru. (sept) Sa dernière année de lycée fut sûrement la pire pour Vasco. Pour fêter la fin des examens, un pique nique au bord de l'eau fut organisé avec son cercle d'amis. Paco était là parce que Vasco ne sortait presque jamais sans lui, ordre de ses parents. A la fin de la journée, ce dernier fut introuvable. Après des jours de recherches, ils ont retrouvé son corps plusieurs mètres loin de là où ils étaient initialement, coincé entre les rochers et lavé par les vagues. (huit) De cette perte, ses parents ne s'en sont jamais remis. Ils n'ont d'ailleurs pas mis longtemps avant de l'accuser d'avoir causé la mort de son frère. Il a toujours su qu'ils aimaient Paco plus que lui - ce qu'il comprenait car il n'était même pas leur propre enfant, et à part leur faire honte il ne faisait rien de bien. Le jour qui a suivi l'enterrement, les masques sont tombés. Après que toute la famille soit parti, ils ont demandé à Vasco de quitter la maison parce qu'ils ne supportaient plus de le voir ici à la place de son frère. Il ne chercha pas son reste, emballa quelques affaires dans un sac de fortune et quitta la maison familiale sans se retourner.  (neuf) Le lien entre lui et ses parents n'a jamais été rompu. Pendant à peu près un an, il ne s'était pas passé un jour sans que sa mère ne l'appelle en pleurant, l'esprit embrouillé par l'alcool qu'elle avait descendu pour l'insulter et bien lui rappeler qu'il était l'auteur de la disparition de son fils. Quant à son père, il ne l'appelait que lorsqu'il avait besoin d'argent. Ecrasé par le poids de la tristesse, il perdit son emploi et commença à cumuler les dettes que Vasco dû éponger en cumulant à la fois études et travail. (dix) A ce jour, il prend encore soin de ses parents qui ne peuvent plus le faire eux-mêmes. Il s'occupe des courses, de s'assurer que les traites soient payées même si une partie de son salaire fini toujours par compléter ce qu'il leur manque. A cause de cette situation, il ne peut pas se permettre des folies dans son budget, et se voit obligé de faire impasse sur des plans qu'il a prévu depuis longtemps. (onze)  Il est conscient que ses parents le détestent et auraient préféré que ce soit lui à la place de son frère. Ils le lui ont dit à maintes reprises et continuent encore à le faire. Et malgré ça, il continue d'accourir à leurs côtés dès qu'ils ont besoin de la moindre chose. Ils savent le faire culpabiliser d'être vivant, tout simplement. Tout comme ils aiment lui rappeler qu'il n'aurait été rien sans eux. Il prend sur lui, encaisse, leur montre le respect qu'il estime leur devoir. Rien ne change, et il sait que ça ne changera jamais. Il n'attend rien d'eux. Avoir grandit dans une telle famille a fini par réduire en cendres le peu d'estime qu'il pouvait avoir de lui, au point qu'il se rabaisse lui-même constamment. Il n'y a qu'en son travail de professeur dont il a confiance, parce que c'est quelque chose qui lui tient à coeur. Pour le reste, il sera toujours le premier à se critiquer et à donner raison à ses parents qui lui répètent encore que sans eux, il aurait sûrement fini dans les égouts.
ton groupe :BARBARESCOton avatar :Aditya Roy Kapur


pseudo, prénom :wanderlust.combien de bougies ?25 ansd'où viens-tu ?bordeauxcomment t'as atterri ici ?j'ai suivi la carte




Dernière édition par Vasco Sole le Ven 12 Fév 2021 - 14:26, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vasco SoleTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Vasco Sole
https://www.ciao-vecchio.com/t8160-vasco-sole https://www.ciao-vecchio.com/t8215-vasco-o-37-ans-o-professeur-des-ecoles
ID : wanderlust./ doriana
Pronom : Elle
Faceclaim : Aditya Roy Kapur, ealitya
Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Abandon, adoption, racisme, harcèlement scolaire, deuil
Messages : 335 - Points : 280
Vasco Sole  Tumblr_njle3a4brk1r80jg9o9_r1_250
Âge : 37 ans
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Re: Vasco Sole ( le Dim 20 Déc 2020 - 13:50 )
Le commencementpetite citation minuscule
« Vasco ? Est-ce que tu comprends ce qu’on te dit ? » Le petit garçon au regard perdu coupa le fil de ses pensées pour planter son regard dans celui de la femme qui s’était agenouillée pour se mettre à sa hauteur. Ses mains dans les siennes, comme si cette dernière essayait de créer une connexion avec ce garçon qui ne savait même pas ce qu’il faisait là, il ne savait pas quoi répondre. Pourquoi est-ce qu’ils l’appelaient comme ça ? Est-ce qu’ils savaient que ce n’était pas son prénom ? Et où étaient ses parents ? Le regard tourné vers la fenêtre, bien plus intéressé par ce qu’il passait à l’extérieur que dans la pièce, il essayait de voir la silhouette de sa mère qui viendrait le chercher. Il était persuadé qu’elle allait venir. Ou alors son père. Sans agressivité, il retira ses mains de celles de cette inconnue pour retourner à la fenêtre. Les bras croisés, la tête posée sur les mains, il attendait sagement.

Au fond, des voix discutaient sans qu’il n’y prête attention. Il ne comprenait pas ce qu’ils disaient de toute façon. La langue qu’ils employaient était tellement différente de la sienne qu’il avait presque l’impression qu’ils inventaient des mots pour être sûrs qu’il ne comprenne rien. Il se fichait de savoir ce que ces deux personnes racontaient, il voulait juste rentrer chez lui. Sa mère devait sûrement l’attendre, son père également. Il s’était fâché avec son ami la veille donc lui, il se fichait bien de le revoir, d’ailleurs un peu d’espace entre eux ne leur feront pas de mal. L’insouciance dans le regard, le petit garçon était loin de s’imaginer que sa vie antérieure avait pris fin au moment où il avait pris l’avion, pour que commence celle de Vasco dans cette pièce. Et avec regret, s’il avait pu comprendre ce que disaient ceux qui étaient à présent ses parents, il aurait pu comprendre à quel point il le méprisait déjà avant même que leur vie de famille ne commence.

« On n’arrivera à rien de bon avec ce gosse. Quelle idée d’aller adopter là-bas… » Chuchotait à peine la femme. « S’il te plait, ne commence pas. Ca va bien se passer, il lui faudra juste un peu de temps pour pouvoir s’adapter à l’Italie. Tu sais, ici c’est pas comme l’Inde… » Répondit l’homme.  « Un peu que c’est pas comme l’Italie ! Ici on est civilisés, on est pas des sauvages comme là-bas. Ils ont d’ailleurs de la chance que des gens comme nous pensent à récupérer les gosses qu’ils pondent par millions ! » Rétorqua aussitôt la femme qui lança un regard exaspéré vers l’enfant qui n’avait pas bougé d’un pouce. « Va falloir qu’on fasse quelque chose contre l’odeur par contre. Il empeste les épices. C’est à m’en donner la nausée. » Comme pour appuyer ses paroles, elle se pinça le nez comme pour signaler que l’odeur lui était insupportable. Toujours en étant à quelques mètres seulement du petit garçon qui ignorait tout de la conversation qui se tenait juste à côté de lui.

Et pendant encore de longues minutes, ils discutèrent de Vasco avec la même violence en lui lançant des regards qui suintaient presque le dégoût. Mais il ne le voyait pas ça. Il attendait juste qu’on vienne le chercher. Il ignorait que la dernière fois qu’il avait vu le visage de sa mère, serait le dernier pour toujours. Qu’il quittait également son Inde natale pour cette famille qui ne donnait pas l’impression de vraiment vouloir de lui. Tout comme il n’avait aucune idée que la discussion qu’il ne comprenait pas du haut de ses 5 ans, allait être quelque chose de répétitif pour cet Indien propulsé dans un pays qui lui était complètement inconnu. Et qu’au lieu de chuchoter, ses parents ne se gêneraient pas de les lui dire en face sans même se rendre compte des traumas qu’ils infligeaient à leur enfant. Tout comme il n’avait aucune idée qu’au milieu de ces racistes, il allait servir de passe-droit lorsqu’on les confronterait. Ils n’étaient pas racistes, ils avaient été assez généreux pour adopter un Indien.


La suitepetite citation minuscule
Installé au fond de la classe le nez touchant presque la marge de son cahier, depuis qu’il était rentré de récréation Vasco n’avait pas levé une seule fois la tête. Il s’était aussitôt mis dans cette position en évitant d’attirer l’attention sur lui. La dernière fois qu’il avait eu le malheur de croiser le regard d’un des enfants, il avait fini par passer une sale après-midi. Il avait retenu la leçon depuis. Dès qu’il arrivait le matin il devait faire profil bas, se rendre au fond de la salle à la place qui lui avait été attribuée à la rentrée. Ne pas parler. Ne pas respirer trop fort même. Se faire oublier. A la récré, alors que les autres enfants se retrouvaient pour dépenser un peu d’énergie, lui restait assis dans un coin de la cour où il les regardait s’amuser sans lui. Parfois, lorsque des garçons plus grands que lui venaient l’embêter en lui parlant dans une langue qu’il ne maîtrisait, tout en comprenant qu’ils ne lui adressaient pas des paroles gentilles, il allait se cacher dans les toilettes pour pleurer. Au déjeuner c’était le même scénario. Il se pressait pour terminer son assiette qu’il ne touchait parfois même pas à cause du temps qui lui était compté. Ce qui lui valait parfois des remontrances de ses parents qui ne comprenaient pas pourquoi il rentrait de l’école aussi affamé à chaque fois. Mais il ne pouvait pas le leur dire. Il ne saurait même pas comment aligner les mots pour leur expliquer un quart de ce qu’il ressentait depuis qu’il devait s’ajuster à cette nouvelle vie. Et au fond, est-ce qu’ils avaient même envie de comprendre ce que ressentait le petit garçon ? Il n’en était pas certain.

Le nez toujours collé contre son cahier qu’il n’arrivait même pas à lire, il resta dans cette position pendant plusieurs minutes avant de sentir une main qui tapait contre son épaule. Naturellement, Vasco se raidit, cessant presque de respirer comme si tout son petit corps se mettait en alerte. Lorsqu’il sentit la main insistante tapant avec plus de fermeté sur son épaule, il leva enfin la tête doucement pour planter son regard dans celui de la petite fille qui lui tendait un morceau de papier. D’une main hésitante, il allongea tout de même le bras pour se saisir de la feuille qu’il lâcha aussitôt sur son cahier lorsque celle qui semblait être la messagère s’en alla en ricanant. Les sourcils froncés, ses yeux firent des allers-retours entre la petite qui s’éloignait et le papier plié devant lui. Pour en avoir le cœur net, il le déplia pour s’apercevoir qu’il s’agissait d’un dessin. Créatifs dans les moqueries, ils avaient dessiné Vasco au crayon avec des espèces de vagues autour de lui, qui étaient supposés représenter une odeur. Il sentait mauvais ? C’était pour ça qu’ils ne l’aimaient pas ? Le regard concentré sur le dessin qu’il essayait de déchiffrer, en entendant les rires de ses camarades qui l’observaient au loin, il laissa tomber son décryptage. Et au même moment la classe commença. Tout le monde retourna à sa place tandis que des regards se croisaient dans sa direction en pouffant de rire. Ils se moquaient de lui, encore. Lassé et épuisé, il replongea le nez dans son cahier en attendant que ça passe.

« Toi, au fond. Vasco. » La voix forte du professeur arriva avec une telle violence au petit garçon qui écoutait à peine, perçant sa bulle de protection qu’il s’était créé au fond de la classe. C’était l’une des rares fois qu’il lui adressait la parole. « Je t’ai posé une question. » Ah bon ? Il avait compris les quelques mots qui venaient de sortir de sa bouche, mais ne savait pas s’il serait en mesure de répondre. Comme le bon petit garçon qu’il essayait d’être, il se mit debout aussitôt. Les mains croisées devant lui, il soutenait le regard de son professeur tandis qu’il sentait ses jambes se mettre à trembler. Une première fois il ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortit. L’air impatient, le professeur souffla avant de répéter sa question, non pas en ralentissant le rythme pour qu’il puisse au moins deviner les mots mais en haussant le ton. « Je… Je ne sais pas. » Des mots qui étaient devenus à peu près les seuls qu’il savait à peu près prononcer. « Tu quoi ? On ne comprend rien quand tu parles avec ton accent. La question est pourtant pas compliquée… » Après ces mots la voix de l’adulte s’évanouit pour Vasco qui n’entendit qu’un bourdonnement, un bruit de fond. Le visage baissé, humilié par le ton qu’il employait à son égard en sachant très bien qu’il était probablement en train de donner de l’eau au moulin de ses camarades qui se moquaient déjà de lui, il resta silencieux. Les autres élèves quant à eux, ricanaient, chuchotaient en lui pointant du doigt sans discrétion.

Après cet épisode, Vasco aurait aimé dire qu’il ne s’agissait là que d’un épisode malencontreux. Mais ce genre de personnage malveillant qui participait à son harcèlement n’a été qu’un parmi tant d’autres. Les élèves, toujours aussi méchants avec lui l’ont poussé à s’isoler dans son coin pendant une bonne partie de sa scolarité, ne se rendant même pas compte du mal qu’ils pouvaient causer.



La fin de la suitepetite citation minuscule
Il l’avait fait. Vasco s’était accroché pour terminer l’année scolaire entièrement. Il le devait à ses amis qui l’avaient encouragé à passer au moins ses examens. Une fois le lycée terminé, il pourrait suivre la voie qu’il voulait. Ils lui répétaient souvent qu’il serait dommage d’abandonner si près du but. Le jeune homme, bien que d’accord avec eux, tenait à leur rappeler que ce n’était pas si facile que ça. Mais à cause de son caractère passif, il n’osait jamais ni imposer ses idées, ni s’affirmer. Alors il les laissait lui faire la morale et écoutait les paroles qu’il avait déjà entendu des centaines de fois. Un soupir traversa ses lèvres tandis qu’il passa une main dans ses cheveux. Un sourire aux lèvres, les yeux fermés, il chassa de son esprit ces souvenirs qui étaient à présent derrière lui. Il l’avait fait et il était fier de lui. Ses parents ne l’avaient pas été et lui avaient fait comprendre qu’ils n’applaudiraient pas un poisson qui nage. Pour eux, c’était la moindre des choses qu’il ait au moins terminé le lycée vu l’investissement – surtout financier – qu’ils avaient fait en lui. A chaque bulletin, ils leur rappelaient qu’ils ne l’avaient pas sorti de l’Inde pour qu’il vienne échouer ici. Des paroles qui tournaient en boucle dans sa tête pendant des jours avant qu’elles ne soient remplacées par d’autres choses encore plus blessantes. Bien sûr, il préférait passer ces moments avec ses parents sous silence pour ne pas qu’on le prenne en pitié. Et surtout, parce qu’une part de lui se doutait bien qu’ils avaient raison. Au fond de lui, le jeune homme aurait aimé un mot d’encouragement de leur part, même un « bravo de ne pas avoir abandonné », mais rien. Ils lui avaient juste demandé d’emmener son frère avec lui pour le pique-nique qu’il organisait avec ses amis.

Son seul souci aujourd’hui était de ne pas prendre des coups de soleil, le reste il s’en fichait. Les mains croisées derrière la tête, un cure-dent calé entre les lèvres comme dans les films, un poids s’était enlevé de ses épaules. A côté de lui, son frère Paco passa en lui donnant un petit coup de pied comme pour lui faire remarquer sa présence. Un simple grognement pour toute réponse, son frère qui rigola avant de s’éloigner sans demander son reste, rien ne pourrait le faire bouger d’ici. Qu’il aille prendre un peu l’air, ça lui fera des vacances.

Quasi seul, avec ses amis qui se succédaient au fur et à mesure à côté de lui tandis qu’ils discutaient, plaisantaient, jouaient même à des jeux de carte, il n’avait pas vu le temps passer. Au moment de s’en aller, le soleil entamant doucement sa chute pour laisser place à la lune, il se souvint de la présence de son frère qu’il n’avait pas vu depuis un moment déjà. « PACO ON RENTRE. » Cria Vasco, les mains autour de la bouche pour hausser le ton. Il ne devait pas être très loin. Sans se soucier de son cadet, il continua à aider à ranger les affaires avec cette même légèreté dans le cœur. « Paco n’est toujours pas là ? » Las, il avait sûrement voulu lui jouer un tour parce qu’il n’avait pas assez prêté attention à lui. « Commencez à charger la voiture, je vais chercher ce p’tit con. » A la fois amusé et agacé par ses paroles, il suivit le même chemin que son frère avait dû prendre pour aller à la recherche de ce dernier. A mesure qu’il s’éloignait de ses amis, il scrutait les environs, appelait son prénom, restait attentif au moindre bruit. Après de longues secondes sans réponse de sa part, il commença à s’inquiéter. Alors il continua à marcher, ses pas se faisant de plus en plus lourd, la peur et l’inquiétude pesant sur ses épaules. Lorsqu’il retourna auprès de ses amis, il faisait déjà quasi noir, seuls quelques lampadaires éclairaient le parking sur lequel ils étaient stationnés. Très vite, il leur expliqua la situation. Paco était introuvable. Sans hésiter, ils partirent tous à la recherche de ce dernier, s’organisant pour qu’un groupe parte d’un côté, le second de l’autre. La première fouille de groupe dura presque deux heures où ils ne trouvèrent rien.

Les heures de fouille se transformèrent en jours. La police informée, les parents de Vasco aussi, il ne se passait pas un jour sans que le jeune homme ne soit sur le terrain à la recherche de son frère. Pendant qu’ils essayaient de le retrouver, pas un seul mot ne fut échangé entre lui et ses parents qui ne lui adressaient même pas un regard.  Lorsqu’ils retrouvèrent le corps sans vie de Paco, sa mère brisa son silence la première. Les yeux injectés de sang par la colère et la fatigue, elle marcha vers lui à toute vitesse pour plaquer la paume de sa main avec violence. « Toi… » Ce fut le seul mot qu’elle prononça. Complètement stoïque, Vasco avait à peine tourné le visage lorsque sa colère s’abattit sur lui. Au point où lorsqu’elle lui en décocha une deuxième, ses amis durent l’attraper par l’épaule pour l’éloigner d’elle.

Les jours qui suivirent la découverte du cadavre ne furent pas plus paisible. Les funérailles furent organisées et Vasco dû se battre pour assister à la cérémonie pour lui dire un dernier au revoir. Pour la première fois, il s’était affirmé en campant sur ses positions. Il assisterait à l’enterrement qu’ils le veuillent ou non. Pour une fois il eut gain de cause et assista à la cérémonie. Toute sa famille au courant de la situation, ne lui adressa pas la parole. Ses amis proches qui avaient essayé de s’introduire parmi les Sole pour apporter leur soutien à leur ami, furent recalé à l’entrée. Triste, isolé, il vivait son deuil de son côté avec cette culpabilité qui le rongeait de l’intérieur. Sans surprise, après l’enterrement ils demandèrent à Vasco de quitter leur maison parce que sa seule présence leur rappelait qu’ils avaient perdu un fils. Et sans demander son reste, il empaqueta quelques affaires avant de s’en aller.

Presque 20 ans plus tard, la famille est toujours endeuillée. Vasco avance à son rythme en sentant tout de même ses parents le retenir, jouant beaucoup sur cette culpabilité qu’il ressent encore à ce jour. Les insultes continuent, les sessions de rabaissements…


Des images me reviennent comme un souvenir tendre d'une ancienne ritournelle autrefois en décembre. Je me souviens il me semble des jeux qu'on inventait ensemble. Je retrouve dans un sourire la flamme de mes souvenirs.


Dernière édition par Vasco Sole le Sam 26 Déc 2020 - 0:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leonardo BelliniBon pour te remonter le moral
Leonardo Bellini
https://www.ciao-vecchio.com/t4563-leonardo-le-retour https://www.ciao-vecchio.com/t4567-leonardo-liens
ID : Ran94, Marjorie
Pronom : Il
Faceclaim : Cole Sprouse, Ran94(avatar), plùm(sign),bugheadchemestry+©moonlight+bughead+archie-andrews+ Jemmablossom(gifs)
Style RP : Pronoms RP : Il
Flashback : oui.
RPs hot : non
Longueur : je ne suis pas du genre à faire des pavés, mais je m'adapte.

Thème·s abordé·s : .Agression, blessures
Messages : 1022 - Points : 5084
Vasco Sole  Feee1018ba17188cc71ac6487864fed29ffa1aee
Âge : 31 ans (18/09/1989)
Métier : vendeur de jeux vidéos
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Re: Vasco Sole ( le Dim 20 Déc 2020 - 13:52 )
Re bienvenue Vasco Sole  3407175773


Leonardo Bellini
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Alexandra JacobsenBon pour te remonter le moral
Alexandra Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t8134-alexandra-jacobsen https://www.ciao-vecchio.com/t8140-alexandra-o-36-ans-o-institutrice
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Shantel VanSanten, © Ea.
Style RP :
Pronoms RP: j'écris en elle
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : .
Messages : 588 - Points : 905
Vasco Sole  Tumblr_inline_p3yb7eEsjN1snxgfy_250
Âge : 37 ans (24/03/1984)
Métier : Institutrice dans une école primaire, elle s'occupe d'une classe de troisième degré (8 ans)
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Re: Vasco Sole ( le Dim 20 Déc 2020 - 13:58 )
TOIIIIIIIIII Vasco Sole  3407175773 Vasco Sole  3407175773 Vasco Sole  3407175773 Vasco Sole  3407175773 Vasco Sole  3407175773 Vasco Sole  3407175773 Vasco Sole  3407175773 Vasco Sole  3407175773 Vasco Sole  3407175773 Vasco Sole  3407175773 Vasco Sole  3407175773
Contente de voir cette belle bouille par ici Vasco Sole  4125685566 Vasco Sole  3288895034 Vasco Sole  3288895034 On va faire de belles choses toi et moi Bob Vasco Sole  3156031636 (oui Bob va rester Vasco Sole  3546810422 )
Rebienvenue à la maison Vasco Sole  1785980161



    If you ask me nice enough I can disappear
    See I built this castle brick by brick
    Do you wanna see a magic trick?
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Re: Vasco Sole ( le Dim 20 Déc 2020 - 13:58 )
Mais c'est quoi cette fiche là. Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100 Vasco Sole  3350614100

Re bienvenue parmi nous avec ce nouveau beau gosse. Vasco Sole  742696197 Vasco Sole  2289293341 Vasco Sole  3217427579 Vasco Sole  2497010195

Et on dit merci qui ?? Vasco Sole  261764818 Vasco Sole  261764818

Bon courage pour cette nouvelle fiche. Vasco Sole  2540509128 Vasco Sole  3965207877 Vasco Sole  1044346510

Et on est là si besoin. Vasco Sole  3938929842 Vasco Sole  3938929842
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Re: Vasco Sole ( le Dim 20 Déc 2020 - 13:58 )
OMG un indien J'adore Vasco Sole  3878876281 Vasco Sole  3878876281 Vasco Sole  3878876281

Re bienvenue parmi nous Vasco Sole  1754192869
Revenir en haut Aller en bas
Mayra VerdiBon pour te remonter le moral
Mayra Verdi
https://www.ciao-vecchio.com/t7909-mayra-moi-je-vais-rester-la-p https://www.ciao-vecchio.com/t7911-mayra-be-what-you-want
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Naomi Scott + Tag
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : relation toxique
Thème·s abordé·s : violence conjugale; fausse couche
Messages : 536 - Points : 591
Vasco Sole  5568f92f69d38b5dc1f2223c07cac0d2a9d15668
Âge : 29 ans
Métier : Libraire et professeur de yoga
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Re: Vasco Sole ( le Dim 20 Déc 2020 - 14:07 )
Mais qu'il est beau ce monsieur Vasco Sole  3697028852

Rebienvenue chez toi avec cette beauté Vasco Sole  3858275945



Take me, pull me all around. Break me, I'm yours.
- in this moment
Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Dante Galeone
https://www.ciao-vecchio.com/t8545-dante-galeone https://www.ciao-vecchio.com/t7565-dante-o-37-ans-o-commandant-de-bord
ID : Sandrine
Pronom : Elle
Faceclaim : J. Dornan ©girls
Style RP : Pronoms RP : j'écris en Il. Flashback : non. RPs hot : avant/après. Pas le pendant. Longueur : sans pression. Autre : je ne lis pas le "Tu" qui m'est trop intrusif et je n'aime pas qu'on c/c mes dialogues dans les RP.
Thème·s abordé·s : deuil
Je suis absent-e : En pleine relance des personnages
Messages : 16075 - Points : 11953
Vasco Sole  Tumblr_inline_p7xbkxK5ji1selhrj_250
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Re: Vasco Sole ( le Dim 20 Déc 2020 - 14:09 )
Vasco Sole.
T'as quand même pris Vasco Sole  1125647845 Vasco Sole  1125647845 Vasco Sole  1125647845


Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Tobias Spilsbury
https://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- https://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne @SCHIZOPHRENIC & Pumpking d'amour & Padawan
Style RP :
Pronoms RP : Il / Toby / Tobias
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Traumatismes de conflits et d'emprisonnements.
Je suis absent-e : Présence réduite : du 24 Février jusqu'au 07 Avril maximum
Messages : 1452 - Points : 2683
Vasco Sole  Tumblr_mfzd9fJVAA1qgghb8o1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Re: Vasco Sole ( le Dim 20 Déc 2020 - 15:25 )
Spoiler:
 




Il faut accepter la pluie -
- pour avoir un arc-en-ciel.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Re: Vasco Sole ( le Dim 20 Déc 2020 - 17:01 )
CE JEU DE MOTS JE CHIALE Vasco Sole  1125647845 Vasco Sole  1125647845
C'est excellent ohlalala
Même si je préférais le Dino Saure là je sais plus comment ça il s'écrit Vasco Sole  2458541263
En tout cas qu'est-ce que t'es beau ohlalala Vasco Sole  742696197 Vasco Sole  742696197
Rebienvenue à la maison Vasco Sole  2668777967 bon courage pour ta fiche Vasco Sole  3858275945
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Vasco Sole  Empty
# Sujet: Re: Vasco Sole ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Vasco Sole -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant