Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
-60% sur Écouteurs sans Fil Dudios Tic ...
Voir le deal
12 €

 

- {Zephyr] Après-midi en plein air -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ismaël AlvarezTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Ismaël Alvarez
https://www.ciao-vecchio.com/t8175-ismael-alvarez https://www.ciao-vecchio.com/t8225-ismael-44-ans-fermier-et-educateur-canin
Faceclaim : Luke Evans @Morphine
Thème·s abordé·s : tromperie - maladie - guerre
Messages : 92 - Points : 167
{Zephyr] Après-midi en plein air Tumblr_m1luz60r0n1qdfs7xo4_250
Âge : 44ans
Métier : Educateur canin et fermier
{Zephyr] Après-midi en plein air Empty
# Sujet: {Zephyr] Après-midi en plein air ( le Mer 30 Déc 2020 - 21:39 )

Après-midi en plein air @Zephyr Uccello.


Depuis 2 jours, Ismaël est sur un petit nuage. Les retrouvailles avec Leafar ont été encore plus douces et enivrantes que dans ses rêves les plus fous. La vie fait bien les choses, et alors que le quotidien devenait difficile, son ancien frère d’arme a été remis sur sa route. Le destin – ou comme son amant le dirait – un acte de dieu. Ismaël ne croit pas en un être supérieur, mais il serait prêt à remercier dieu chaque jour pour avoir retrouvé le regard de Leafar. La culpabilité ne l’a pas encore frappé, il lui faut toujours quelques jours pour revenir dans la réalité une fois qu’il a touché à la peau de son amant. Une sensation bien particulière qui lui a manqué plus que de raison. Bien entendu, sa femme a remarqué le changement dans son comportement. Elle a vu qu’un sourire bien trop heureux s’empare des lèvres de son époux dès qu’il ouvre les yeux. Elle met ça sur son week-end avec sa fille, aux quelques jours à visiter la capitale Espagnole avec leur petite fierté de Lola. Bien sûr qu’elle ne penserait jamais qu’il ose la tromper. Il navigue trop bien entre ses deux vies pour cela, l’armée lui a apporté bien plus qu’un simple lot d’aventures. Mais si Elena trouve une bonne humeur en voyant son mari aussi heureux, elle ne gagne pas des forces pour autant. Il y a des jours avec et des jours sans. Des jours où elle se pense capable de déplacer des montagnes et d’autres où la fatigue l’emporte sur l’envie. Et aujourd’hui elle a besoin de rester au lit. Ismaël s’en accommode toujours, il organise ses journées pour pouvoir être à ses côtés le soir tout en travaillant d’arrache pieds en journée. Il demande souvent des coups de main pour cela. Et ce matin, c’est à Zephyr qu’il envoie un sms. Il espère qu’il sera disponible quelques heures. Le fermier doit tout terminer avant de se rendre au marché le lendemain matin. Il reçoit rapidement une réponse positive et commence à nourrir les bêtes et les chiens tout en échangeant quelques messages avec son employé. C’est réglé : il arrivera à 13heures.

Assit sur la clôture du terrain, l’Italien attend Zephyr en dévorant un sandwich. Le mot est bien choisi vu la faim qui lui prend l’estomac. Il n’a pas pris une minute depuis ce matin, la pause déjeunée est rapide mais bienvenue. Ce soir, il prendra le temps de s’attabler correctement. Ses parents et sa femme seront également présent. Ismaël ne s’octroie que peu de pauses en journée, mauvaise habitude qu’il a prit en revenant il y a maintenant plus d’un an. La venue de Zephyr pourrait au moins changer ça. En parlant du loup, il le voit arriver au loin. Le fermier termine son sandwich et prend quelques gorgées d’eau avant de lever la main en signe de bonjour. Dans un meme geste, son regard se pose sur le cadran de sa montre. « 13h pile, un point pour la ponctualité » Il lui sourit tout en refermant le bouchon sur la bouteille en inox « J’espère que t’as pas fait la fête toute la nuit gamin, va falloir être en forme » Gamin. Un surnom affectueux qu’il a attribué à Zephyr depuis un petit moment déjà. Et Ismaël ouvre la barrière pour le laisser entrer.  


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





It's so easy to fall in love

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Zephyr UccelloToujours frais après un litre de café
Zephyr Uccello
https://www.ciao-vecchio.com/t8185-zephyr-uccello#271977 https://www.ciao-vecchio.com/t8202-zephyr-30-ans-sans-boulot-fixe
Faceclaim : Ho-seok Lee (Wonho) © SOLSKEN (avatar) / Sandrine (sign) / Santa Secret (crackship)
Thème·s abordé·s : /
Messages : 327 - Points : 475
{Zephyr] Après-midi en plein air Tenor
Âge : 30 ans né le 15 décembre à Palerme
Métier : Strett artist mais pour vivre obligé de faire plein de petits boulots
{Zephyr] Après-midi en plein air Empty
# Sujet: Re: {Zephyr] Après-midi en plein air ( le Jeu 31 Déc 2020 - 10:51 )
ft Ismaël
2020 la ferme
Sourire aux lèvres.
Tu ranges ton portable dans ta poche. Tu récupères ton sac à dos et tu bouges. Tu as un peu de temps devant toi avant de retrouver Ismaël à la ferme. Ton ventre vient se rappeler à toi, faudrait que tu manges un bout avant. Tu fouilles dans ta poche, quelques pièces y résonnent. Tu les sors, bon tu n'obtiendras pas grand chose.
Mais cela calera la bête qui gronde dans tes entrailles.
Même si ton boss t'a parlé d'un repas faut que tu es un peu de force pour accomplir le travail qu'il va te filer. Ce n'est pas la première fois que tu bosses pour le fermier. Avec lui l'avantage c'est que se ne sont jamais les mêmes tâches. Et que tu es au grand air. Tu peux sentir le vent caresser ton épiderme. Et ce fait là importe beaucoup. Les espaces clos très peu pour toi.

Sourire trop grand.
Tu entres dans la boutique pour prendre une bouteille d'eau et un paquet de pain de mie. Les regards s'arrêtent sur toi.
C'est quoi le problème ? Tu pues ?
Tu as pris une douche il y a trois jours chez une mamie a qui tu as prêté main forte pour virer des affaires qu'elle ne voulait plus.
Tu ressembles à un voleur ?
Pas ton genre, tu n'as jamais volé. Enfin tu te moques de ce que les gens pensent. Tu as de l'argent pour payer ce que tu prends. Tu gardes juste ce qu'il faut pour les transports en commun, à pied tu risques d'être en retard. Une fois passé en caisse tu sors. En rigolant.
Ils peuvent tous s'étouffer avec leurs commentaires.

Tu te rends à l'arrêt de bus, mais une brise capture ton attention et tu te trompes de bus. Quand tu t'en rends compte c'est un peu tard.
« Et flûte. »
Pas grave cela aurait pu être pire. Tu descends un peu plus loin que prévu et tu finis le chemin à pied en grignotant ton pain de mie que tu aides à passer avec de l'eau. Il va gonfler dans ton estomac et il te tiendra le temps qu'il faudra. Une fois rassasié tu ranges le tout dans ton sac et tu prends le chemin de terre qui te mène à la ferme.
L'air est agréable.
Il frôle tes joues tout en chatouillant tes cheveux. Tes mains traînent sur les herbes hautes qui caressent ta peau, éveillant de douces sensations. Tu en coupes une pour la mettre entre tes dents. Style cow-boy nouvelle génération.
Et puis tu le vois assis sur la clôture. Ton boss.
Ismaël.
Ce bel homme que tu aimes taquiner de quelques remarques. Mais avec qui tu restes un enfant sage. Même s'il pourrait te rendre gourmand. Tu l'apprécies, mais tu ne vas le lui dire. Peu de personne arrive à entrer dans ta bulle.
Lui, il a cette facilité.
Après c'est un bon type. Et il n'a jamais cherché à t'entuber ou à t'enfermer. Il a compris qu'il te fallait l'air extérieur et une certaine liberté pour optimiser tes qualités.
Vous faites une bonne équipe.

Quand tu vois sa main s'agiter, tu en fais de même, et tu accélères le pas. Ton sourire s'étire d'avantage sur tes lèvres.
« Oui j'ai eu du cul sur ce coup là. Je me suis planté de bus ... un coup de vent et pouf mon attention s'est envolé. »
Tu rigoles.
«Cela m'a fait faire un peu plus de marche à pied. Heureusement j'avais prévu large. »
Tu enlèves ton vieux sac à dos de tes épaules. Il ne pèse pas bien lourd mais tu ne vas pas le garder pour bosser.
« Gamin ? Je t'ai déjà dis que je n'étais pas un gamin. »
Même si tu en as la tête, l'allure et les réactions. Difficile de te donner la trentaine quand on te voit.
« Et non je n'ai pas fais la fête j'étais au lit .. »
Enfin coucher dans un carton dans ton endroit secret.
« A 21h. Du coup je suis en forme. J'ai même pris des forces en venant. »
Au moins ton estomac ne fait plus des bruits bizarres qui s'entendent à l'autre bout de Naples.
« Du coup c'est quoi le programme pour aujourd'hui boss ? »
Puis tu le regardes avec un peu plus d'attention.
« Vous m'avez l'air en forme. »
Son petit regard brillant ne t'a pas échappé. Tout comme son sourire qui semble permanent.
« Une bonne nouvelle est tombée ? »
Tu alternes toujours entre le vous et le tu, tu ne t'encombres pas avec ce genre de politesse, tu fais un peu à ta sauce.

vmicorum.


Les rires sont des souffles du vent qui s'envolent emportant avec eux les baisers volés et les baisers inavoués..
Revenir en haut Aller en bas
Ismaël AlvarezTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Ismaël Alvarez
https://www.ciao-vecchio.com/t8175-ismael-alvarez https://www.ciao-vecchio.com/t8225-ismael-44-ans-fermier-et-educateur-canin
Faceclaim : Luke Evans @Morphine
Thème·s abordé·s : tromperie - maladie - guerre
Messages : 92 - Points : 167
{Zephyr] Après-midi en plein air Tumblr_m1luz60r0n1qdfs7xo4_250
Âge : 44ans
Métier : Educateur canin et fermier
{Zephyr] Après-midi en plein air Empty
# Sujet: Re: {Zephyr] Après-midi en plein air ( le Lun 4 Jan 2021 - 20:29 )

Après-midi en plein air @Zephyr Uccello.


« Un coup de vent et ton attention s’est envolé ? » Ismaël répète après lui, entre l’incrédulité et l’envie de rire. Un sourire s’empare d’ailleurs de ses lèvres tout en l’écoutant. Zephyr peut parler pour deux, ce qui l’arrange souvent. « Un jour je te demanderai de traire les vaches et je me retrouverai avec du lait de brebis » Il saute de la barrière afin de laisser entrer l’oiseau indomptable. C’est bien comme ça qu’Ismaël voit le jeune qu’il appelle affectueusement gamin. C’est positif à ses yeux, mais il ne lui dira jamais directement. Zephyr fait d’ailleurs une remarque ce qui étire un nouveau sourire sur les lippes de l’agriculteur. « Te plains pas, c’est sympa de toujours pouvoir être un gamin. Surtout que toi, t’as des rêves plein la tête » Ce n’est pas quelque chose qu’il compte lui enlever, bien au contraire. Ismaël aime la liberté qu’il lit dans le regard de son employé du jour. Il le considère plutôt comme une paire de mains supplémentaire, une personne avec qui partager l’après-midi, bien que son esprit soit avec Leafar. Le brun occupe ses pensées depuis leurs retrouvailles, il n’arrive pas à oublier la nuit qu’ils ont passé ensemble. En parlant de nuit, il s’enquit de celle de Zephyr. Pas qu’il l’espionne, mais Ismaël veut s’assurer qu’il sera en forme pour les tâches qui l’attendent. L’Italien hoche la tête « Tant mieux parce que je compte bien te faire transpirer » Son esprit est probablement encore branché sur Leafar puisqu’Ismaël ne réalise pas le double sens tendancieux de sa phrase. Il a l’esprit ailleurs et pourtant il doit se concentrer sur le programme du jour. « On doit s’occuper des pommes de terre, des carottes et des choux » Il referme la barrière avant d’avancer jusqu’aux plantations. Elles se trouvent à l’arrière de la maison qu’il partage avec sa femme et ses parents. Cette habitation qui semble bien vide depuis que Lola est partie étudier en Espagne.  La même maison où ils partageront tous un repas ce soir : Zephyr inclus. Il le lui a proposé, une façon de le remercier pour son aide. Bien sûr, il le paiera tout autant. « Demain je dois me rendre au marché. Il faut qu’on récolte tout ça et qu’on mette dans les barquettes. Ensuite direction le camion » Heureusement, il a déjà bien bossé de son côté . Il lui montre la fourche-bèche « Et ensuite, faudra travailler un peu la terre. Avec les températures, faut l’ameublir sinon elle va devenir trop dure » Mais ce sera pour plus tard, être prêt pour le marché de demain est la priorité. Surtout qu’il retrouvera Leafar à la fin de la vente. Autant dire que les heures risquent de paraître longues avant de pouvoir retrouver les bras de son amant. La pensée de son ancien frère d’arme doit faire son effet puisque Zephyr remarque l’air particulièrement joyeux de son patron. Va vraiment falloir qu’il apprenne à se contrôler. « Je suis toujours en forme gamin » Une façon comme une autre de détourner la conversation. Chose qui ne marche pas vu la seconde question de Zephyr. Alors il rit doucement, le regarde avant d’ajouter « Je souris parce que j'avais oublié que tu parlais autant » Il pose la bouteille sur le sol et montre les bottes qu’il a laissé pour l’Asiatique « Tiens, tu seras plus à l’aise. Puis ça t’évitera de poser des questions » Il le taquine bien sûr, l’entendre parler ne le dérange pas. Mais il devient toujours mystérieux quand Leafar est en jeu. « Tu pourras me poser des questions quand j’aurai 10 cagettes pleines dans le camion va. » Ça devrait le motiver 


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





It's so easy to fall in love

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Zephyr UccelloToujours frais après un litre de café
Zephyr Uccello
https://www.ciao-vecchio.com/t8185-zephyr-uccello#271977 https://www.ciao-vecchio.com/t8202-zephyr-30-ans-sans-boulot-fixe
Faceclaim : Ho-seok Lee (Wonho) © SOLSKEN (avatar) / Sandrine (sign) / Santa Secret (crackship)
Thème·s abordé·s : /
Messages : 327 - Points : 475
{Zephyr] Après-midi en plein air Tenor
Âge : 30 ans né le 15 décembre à Palerme
Métier : Strett artist mais pour vivre obligé de faire plein de petits boulots
{Zephyr] Après-midi en plein air Empty
# Sujet: Re: {Zephyr] Après-midi en plein air ( le Lun 11 Jan 2021 - 16:15 )
ft Ismaël
2020 la ferme
Interrogation du regard.
Tes yeux s'écarquillent même pour ne louper aucun détail après qu'Ismaël répète ta phrase. Parce que tu es surpris. Aurais-tu dis quelque chose d'incroyable ou d'impossible ? Est ce que cela ne lui arrive pas à lui d'avoir son esprit qui part ailleurs ? Alors qu'il aimerait qu'il se concentre sur un action bien précise.  
« Oui pouf comme ça en un claquement de doigts. »
Et tu joins le geste à la parole, minant cette image d'envol, en partant de ta tête vers le ciel dans un mouvement large de ta main, tout en faisant claquer tes doigts.
« Cela ne t'arrive jamais ? »

Ton regard l'interroge une nouvelle fois.
Comme un gosse le ferait pour être sur qu'on ne se fiche pas de lui.
« Tu sais c'est comme si ton esprit se faisait happer par autre chose. »
Pour toi cela paraît logique, bon tu évites de lui dire que c'est le genre de détail qui t'arrive souvent. Ismaël a du le remarquer en plus. C'est un peu comme certains gamins à l'école qui oublient le cours en regardant par la fenêtre, il suffit qu'un oiseau passe. Et pouf ..
Voilà qu'ils s'envolent à tire d'aile avec lui. Et tu es sûr qu'Ismaël a aussi éprouvé cette sensation de coup de vent dans la tête au point que l'important s'efface quelques secondes. Avant de revenir titiller l'esprit comme pour ramener à la réalité de la vie. Mais il semble que ton boss est envie de jouer. Ou plutôt de se jouer de toi.
« C'est ça fous toi de moi. Je suis tête en l'air mais pas au point de confondre une vache avec une chèvre. »
Et tu lui tires la langue alors qu'il vient te rejoindre. Tu soupires. Parfois tu te demandes si on te comprends ou si on te prends au sérieux.
Gamin paumé de trente ans qui cherche encore les émotions de la vie dans le souffle du vent.

Parce que le vent il chante pour toi. Une douce musique. Il ramène aussi des odeurs qui te vrillent le cœur. Des sons qui ne sont que des murmures. Il rend flou les images de ta vie. Il te chatouille aussi de rêves. Il donne à tes traits cette éternelle jeunesse que parfois tu voudrais effacer. Pas pour avoir les traits marqués comme Ismaël.
Mais juste pour être pris au sérieux. Quoi que tu enverrais tout valdinguer sans aucune hésitation. Être sérieux ce n'est pas ta tasse de thé.
« C'est sur que je préfère avoir ma tête de gamin que ta tête de vi.. »
Tu stoppes direct sur le mot vieux avant de le laisser s'échapper de tes lèvres.
« Ta tête d'adulte. »
Et tu lui souris pour faire passer le tout. Ton sourire servant un peu comme un pommade sur une blessure ou du chocolat fondu sur une tartine. Tu salives en pensant chocolat.
« Oui les rêves c'est une belle chose mais ça nourrit pas son homme et ça ne se réalisent pas toujours. »
Parce que si tu es un rêveur et si tu alimentes ta vie de tes chimères, certains faits viennent te foutre des claques violentes. Te rappelant que la vie est rude et qu'elle n'est pas faite que de cadeaux. Qu'elle est injuste et cruelle. Dans ces moments là tes rêves prennent la route des cauchemars. Mais c'est là vie.
Tu réponds direct à la question sur ta dose de sommeil. De toute manière même quand tu n'as pas une dose complète tu ne rechignes pas à la tâche. Tu n'es pas le genre pleurnichard ou douillé. Le travail même physique ne te fait pas peur. D'ailleurs vu le programme tu plies ton avant bras pour bander ton muscle.
« Les patates, les carottes et les choux n'ont qu'à bien se tenir. Ils ne me font pas peur. »
Et tout en marchant vous partez vers les plantations. Ce qui te plaît en bossant pour Ismaël c'est le fait d'être au grand air.
Pas de mur et cette sensation horrible d'étouffer.
Non tu es entre le ciel et la terre et pour continuer à bosser ainsi tu es prêt à donner de ta personne. Même si tu n'es pas le genre à rester longtemps en poste. Ici c'est différent. Ici tu aimes t'attarder parce que le lieu à des odeurs de liberté. Ici tu aimes tomber la chemise. Histoire de titiller ton patron.
« Ne t'en fais pas tout sera mis en cagette et chargé pour demain. Et parfait je vais améliorer ma musculature. Parce que j'ai les ados un peu mou tu ne trouves pas ? »
Et tu soulèves naturellement ton pull et ton tee-shirt troué. Vivre dehors endurcit ta carcasse. Le froid ne te fait pas peur.

Mais si tu déconnes, une chose ne t'échappe pas. Le sourire constant d'Ismaël et tu ne penses pas qu'il soit du qu'à ta présence. Même si cela te ravirait.
« C'est vrai que tu es pas mal pour ton âge. Qu'est ce que tu veux je suis un moulin à parole. Tu préférerais que je sois un moulin à vent ? »
Tu mets tes bras à l'horizontale et tu te mets à tourner sur place. Riant de toutes tes forces, manquant même finir le cul au sol.
« Avec ça aux pieds je ne vais plus pouvoir voler. »
Tu soupires avant d'enfiler les bottes qui semblent trop grandes et trop lourdes.
« Tu vas me planter dans le sol, mais tu sais moi je ne pousse pas. »
Et tu éclates encore de rire. Mais boulot avant tout. Et Ismaël te le rappelle, tu n'es pas là pour faire l'idiot mais pour remplir des cagettes. Tu quittes alors ton pull que tu poses dans un coin avec une délicatesse déconcertante. Tu as peu d'affaires alors tu y fais attention. Ton tee-shirt usé valsera sûrement d'en pas longtemps. Tu attrapes une pile de cagette et tu files voir les carottes. Et tu t'y attaques. Levant le regard de temps à autre vers ton boss. Parfois il te tourne le dos ce qui te permet d'admirer sa chute de rein en sifflotant.
« Pas mal pas mal. »
Et puis tu repars sur tes carottes que tu ranges avec respect dans tes cagettes qui se remplissent. Tu passes ta main contre ton front pour enlever la transpiration, te collant de la terre au passage. Puis tu vires ton tee-shirt. Tu peux paraître chétif mais tes muscles sont dessinés au couteau. Fins et bien marqués, tu sais qu'ils attirent les regards. Et tu te remets à la tâche.

vmicorum.


Les rires sont des souffles du vent qui s'envolent emportant avec eux les baisers volés et les baisers inavoués..
Revenir en haut Aller en bas
Ismaël AlvarezTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Ismaël Alvarez
https://www.ciao-vecchio.com/t8175-ismael-alvarez https://www.ciao-vecchio.com/t8225-ismael-44-ans-fermier-et-educateur-canin
Faceclaim : Luke Evans @Morphine
Thème·s abordé·s : tromperie - maladie - guerre
Messages : 92 - Points : 167
{Zephyr] Après-midi en plein air Tumblr_m1luz60r0n1qdfs7xo4_250
Âge : 44ans
Métier : Educateur canin et fermier
{Zephyr] Après-midi en plein air Empty
# Sujet: Re: {Zephyr] Après-midi en plein air ( le Dim 24 Jan 2021 - 13:25 )

Après-midi en plein air @Zephyr Uccello.


Ismaël regarde le mouvement de main de Zephyr, levant les yeux au ciel pour suivre les doigts du jeune homme. Un sourire vient s’emparer de ses lèvres alors qu’il secoue légèrement la tête de droite à gauche. Non, il n’a pas été élevé avec cette idée. Son père s’est rapidement assuré que son esprit était concentré sur la ferme et le devoir familiale. Et même si le fermier a eu une enfance heureuse, il n’y avait pas de place pour la rêverie et l’inattention. Pourtant, c’est une qualité qu’il aime chez Zephyr. Une envie de liberté qui lui donne une bouffée d’air à chaque fois qu’il passe une après-midi avec lui. « Ça m’arrive rarement » Du moins, ça lui arrivait rarement avant d’avoir rencontré Leafar. Cet homme a changé beaucoup de choses dans sa façon de penser ou de réagir. Elena est arrivée très jeune dans la vie d’Ismaël. Elle s’est intégrée à la ferme et a toutes les responsabilités que la terre leur imposait. Elle était idéale à cette époque, un soutient irremplaçable pour l’Italien. Mais elle n’a pas apporté un énorme changement dans le quotidien du fermier. Bien sûr il y a eu leur fille Lola, sa plus grande part de bonheur à ce jour. Mais la passion, le désir, Ismaël l’a trouvé autre part. « Mon esprit est suffisamment happé par le boulot. C’est pour ça que t’es là » Evidemment qu’il ne parle pas de son compagnon. Comment le pourrait-il quand sa femme se trouve alitée dans la maison derrière eux. Lorsqu’il passe la barrière de la ferme, son frère d’arme ne peut pas exister. Même si ça devient de plus en plus difficile.

En le voyant tirer la langue, Ismaël se met à rire. « On dirait ma fille. Sauf que toi t’as pas ses grands yeux à me faire fondre, alors arrête de bouder » Il lui pousse doucement l’épaule en souriant, l’amenant à l’intérieur de la propriété pour lui expliquer les tâches du jour. Rien de bien compliqué, et c’est en plein air afin de satisfaire ses besoins de libertés. Nulle envie de le mettre en cage. Ismaël arrête de marcher et arque un sourcil en l’entendant couper sa phrase en plein milieu. Tête de vieux, il ne faut pas être Sherlock pour comprendre sa phrase initiale. « T’as d’la chance que j’taime bien. Et ça n’arrive pas souvent d’après beaucoup » Il n’est pas vexé non, il lui en faudrait plus pour s’énerver. Il aime ça, la spontanéité. Zéphyr n’est pas du genre à cacher ses émotions et ce n’est pas un mal. « Si les rêves ne se réalisent pas, t’as qu’à en avoir de nouveaux. J’te fais confiance là-dessus » L’Asiatique doit en avoir en stock. Pour l’argent par contre, c’est un autre problème en effet.

Ils arrivent rapidement à la plantation. Ils ont du boulot afin que tout soit prêt pour le départ matinal du lendemain. Ismäel à l’habitude de se lever aux aurores, surtout qu’il y aura la motivation de voir Leafar après la vente au marché. Voilà une idée qui pourrait bien le tenir éveillé toute la nuit même. Et alors que son esprit se perd un instant sur son amant, Zephyr lève son t-shirt en lui posant une question sur ses abdos. Le regard du fermier se pose un instant sur le torse de son employé avant de détourner les yeux pour attraper les outils nécessaires. La vue n’était cependant pas désagréable. « Si ça peut t’aider pour faire ton sport, j’en suis ravi » Non, il ne compte pas répondre directement à sa question.  Il n’est pas là pour admirer le corps de Zephyr bien que ce ne soit pas déplaisant.  Et alors qu’il enfile ses bottes, Ismaël regarde le gamin tourner sur lui-même en riant. Il n’a pas vraiment compris pourquoi, il a parfois du mal à suivre l’esprit vif du jeune homme. Encore une fois il ne répond pas au compliment. Zephyr est particulièrement joueur cette après-midi. Le fermier n’a pas envie de l’arrêter, parce que ça reste enfantin et qu’au final il ne fait de mal à personne. Il est de trop bonne humeur de toute manière, chose que l’oiseau libre réalise. « J’te plante au sol pour être sûr que tu ne t’envole pas avant d’avoir terminé le boulot » Il sourit avant de se mettre à la tâche, même s’il n’est pas contre l’idée de discuter, ils doivent quand même avancer afin que tout soit prêt.

Quelques heures passent et les cagettes se remplissent, pour le plus grand bonheur du maraîcher. Il essuie ses mains pleines de terre sur son pantalon de travail avant de se retourner pour proposer une pause. Ce n’est que là qu’il remarque que le t-shirt de Zephyr n’est plus à sa place initiale. Il fronce les sourcils, regarde vers le ciel avant de redescendre sur le jeune homme. Il ne fait pourtant pas si chaud que ça ? Il sourit en s’approchant. « J’allais te dire d’aller chercher un encas mais tu vas affoler tout le monde habillé comme ça » La mère d’Ismaël ne travaille plus dans la ferme, mais elle prend toujours le temps de préparer quelques collations pour ceux qui se fatiguent à la tâche. Un bon verre de jus de fruits et une part de gâteau maison fait souvent office de nourriture durant 30 minutes de pause. « Si tu espères croiser Lola pour la faire chavirer, saches qu’elle est toujours en Espagne » Cela le fait sourire « Puis faudrait avoir mon approbation avant » Il pose les cagettes qu’il porte dans ses mains sur le côté avant de sourire « Bouge pas j’y vais hm ? Finis ta cagette et fais une pause, tu l’as bien méritée » Il s’éloigne quelques minutes afin d’aller chercher de quoi grignoter et ramène le tout. Il donne une part à Zephyr tout en lui tendant le jus de fruit. « Tu vas voir, c’est délicieux. Et ça fera patienter jusqu’à ce soir » Parce qu’ils ont encore des choses à faire avant le diner.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





It's so easy to fall in love

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Zephyr UccelloToujours frais après un litre de café
Zephyr Uccello
https://www.ciao-vecchio.com/t8185-zephyr-uccello#271977 https://www.ciao-vecchio.com/t8202-zephyr-30-ans-sans-boulot-fixe
Faceclaim : Ho-seok Lee (Wonho) © SOLSKEN (avatar) / Sandrine (sign) / Santa Secret (crackship)
Thème·s abordé·s : /
Messages : 327 - Points : 475
{Zephyr] Après-midi en plein air Tenor
Âge : 30 ans né le 15 décembre à Palerme
Métier : Strett artist mais pour vivre obligé de faire plein de petits boulots
{Zephyr] Après-midi en plein air Empty
# Sujet: Re: {Zephyr] Après-midi en plein air ( le Dim 7 Fév 2021 - 15:58 )
ft Ismaël
2020 la ferme
Gestes qui s'envolent.
Juste pour qu’Ismaël comprenne comment ton esprit peut d'un coup s'éprendre de liberté. Tu as difficilement le contrôle dans ce cas. Tu ne le cherches pas. Pourquoi te compliquer la vie alors que tout peut être simple. Et tu le vois son sourire qui fait grandir le tien. Tu livres avec franchise toutes tes sensations. Tu n'as aucune raison de cacher ce genre de pensées.
Mais tu te sens un peu triste quand il est répond que son esprit prend rarement le large. Que le boulot le tient plutôt à quai, ancré dans cette réalité qui souvent te fait fuir. Tu comprends sa ferme ne peut permettre une erreur de jugement. Mais cela te serre le cœur qu’Ismaël ne puisse pas goûter à cette saveur sucrée qui donne à tes traits cette fraîcheur déroutante et troublante.
« Tu devrais parfois te laisser emporter. Juste un peu. C'est comme prendre le temps de sucer une glace ou de regarder un beau coucher de soleil. Cela ne mange pas de pain et ton boulot sera quand même fait. »
Tu lui souris avec cette innocence qui t'est propre et qui s'étire jusque dans tes yeux.

Gestes d'enfance.
Tu tires la langue, joueur libre qui ne s'encombre pas de codes. Tout vient naturellement. Pas de barrière, pas de filtre. Il est vrai que ton comportement t'a parfois porter préjudice. Certaines personnes n'aiment pas les gamins trop francs, ni quand le mot liberté passe avant tout le reste. Ou quand le mot évasion vient briser les carcans de la vie. Mais avec Ismaël tu oses. Il te prend comme tu es. Entre vous c'est sans filtre et ton regard ne cache nullement le fait que ses courbes pourraient te faire flancher. Quelques heures de délices dans le foin, de quoi faire dissoudre les idées noires qui parent son esprit d'adulte. Et même si le charme n'opère pas toujours ses mots te font rire.
« Je peux les rendre plus grands mes yeux. Et je ne boude pas. »
Comment pourrais tu bouder face au spectacle de la nature ? L'avantage de travailler ici, en plein air. Qu'il fasse froid ou chaud, même s'il pleut. Tu t'en moques tu aimes que l'air fouette ta peau. Tu aimes que le froid morde ta chair. Que le chaud brûle ta carcasse. Même si tu dois te méfier avec ton teint pale de l'ardeur de monsieur soleil.
« Je sais que tu m'aimes bien. Je le vois dans tes yeux. »
C'est pour cette raison que ta langue a tendance à parler avant même que ton cerveau ne réfléchisse. Et puis ce n'est jamais méchant. Tu es toi même conscience que tout en toi crie l'enfance et les gamineries. Ismaël a lui cette assurance d'adulte responsable avec une famille, un métier. Toi ton essentiel il se trouve dans ton sac à dos.
« Et moi aussi je t'aime bien. »
Tu aimes à ta manière avec cet attachement déroutant. Du moment qu'on ne te met pas en laisse, tu te laisses plus facilement apprivoiser. Et ça le fermier l'a bien compris, tout comme Iago.
« Je pense que je pourrais ouvrir une boutique pour les vendre c'est peut être une idée de futur boulot. Vendre mes rêves, parce que je ne pourrais pas les réaliser tous. »
Sinon tu devrais vivre éternellement. Et même si tu es un grand rêveur tu sais que ce rêve là jamais tu ne réaliseras.

Mais là c'est la réalité que tu te dois d'affronter. Tu es là pour travailler. Un boulot qui te plaît. Et puis tu aimes passer du temps avec Ismaël, l'observer dans sa tâche. Parce que oui ton patron est beau gosse et qu'il te fait parfois fantasmer. Et tu te mets à ton aise dévoiler ton corps. Tu taquines aussi, aimant aguicher et plaire. Séduire également. Tu te doutes qu'à un moment le regard du fermier croisera tes courbes en mouvement. Parce que même si tu joues l'enfant. Si tu fais l’impertinent. Si tu laisses ton esprit vagabonder. Tu es le roi du rendement.
Les cagettes n'échapperont pas à tes mains et se rempliront de légumes frais pour le marché du lendemain.
« C'est bien mieux qu'à la salle ici alors je mets à profit. »
Et tu t'étires un peu, tu bandes tes muscles affûtés. Ton corps aurait besoin de quelques kilos de plus. Mais là ils sont taillés au couteau. Sculptés avec grâce. Mais tu n'oublies jamais de te laisser gagner par ton vent de liberté. Par tes envies de t'envoler. De rendre tout si simple que cela peut perturber. Enfin avec les bottes aux pieds tout semble d'un coup plus compliqué.
« Avoue que tu aimes l'idée de me planter pour que je reste prés de toi. Tu imagines un beau gosse comme moi dans ton jardin. Je vais en attirer des curieux. Parce que je suis bien plus canon qu'un épouvantail. »
Encore une fois tu ris, éclat cristallin de ton esprit vif et sauvage. Parenthèse folle de ta vie. Audacieux mélange de gaminerie et sagesse. Rien pour toi n'est impossible. C'est l'homme qui se met des limites et qui se prive. Mais tu n'es pas de cette espèce là. Et vous voilà à la tâche.

Tu ne te ménages pas. Sans oublier de laisser ton regard s'attarder sur le fermier. Sans oublier de lui offrir un spectacle un peu plus attrayant. Pas ta faute si même les vêtements te semblent des carcans et que tu préfères sentir la nature effleurer ta peau plutôt que le tissu. Tu sursautes à la voix d'Ismaël pris dans ta besogne tu ne l'as pas vu venir.
« Tu sais que je suis comme le vent, on ne m'entend pas on ne me saisit pas. Alors si j'affole ce ne sera que de frissons parce qu'en entrant puis en sortant j'aurais fais un courant d'air. »
Combien des personnes chez qui tu as bossé ou passé la nuit ne t'ont pas entendu partir. Silence et discrétion les maîtres mots de ton existence. Tu penches la tête sur le côté quand il parle de sa fille. Tu réfléchis.
« Je crois qu'elle ne t'a pas attendu pour flancher. »
Et tu lui souris avec innocence.
« Mais ne t'en fais pas on attendra ton approbation si un jour il doit se passer quelque chose. »
Tu le regardes avec attention juste pour voir s'il va passer du vert au rouge ou du rouge au vert. Bien sur que tu le taquines. Tu es frivoles, tu aimes charmer, mais tu as beaucoup de respect. Et jamais tu ne chercheras à faire du mal. Lola au pire tu pourrais la voir comme une sœur. Tu n'es pas le genre d'employé qui cherche à séduire la fille du boss, même si elle est des plus délicieuses. Toi tu préférerais séduire ton boss.
« Pas de souci, de toute façon je ne peux pas bouger avec tes bottes. Elles m'empêchent de voler. »
Et tu finis de remplir les cagettes après avoir mater Ismaël partant vers sa maison. Oui tu profites de toutes les occasions. Et tu te poses directement au sol quand tu as terminé. En attendant tu frottes tes mains sur ton pantalon, le regard dans la direction qu'il a pris pour aller chercher votre en cas. Il revient assez vite les mains chargées. Tu récupères le jus de fruit et la part de gâteau.
« Merci c'est Versailles là pour moi. Et en effet cela à l'air délicieux. »
C'est bien plus appétissant que le pain de mie que tu as mangé en venant pour combler ton estomac qui réclamait. Tu croques dans le gâteau et tu bois avec gourmandise le liquide.
« Oh ouiiiiiiiiiiii c'est tellement boooooon. »
Et tu y vas doucement pour savourer chaque bouchée, même si tu ressembles à un gamin affamé, vu les morceaux que tu prends. Tes yeux reflètent tout le bonheur que tu éprouves à cet instant. Difficile d'ignorer combien ton corps crie famine la plus part du temps. Et que ce qu'Ismaël te fait partager est un morceau de paradis. Et tu lui en es reconnaissant.

vmicorum.


Les rires sont des souffles du vent qui s'envolent emportant avec eux les baisers volés et les baisers inavoués..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
{Zephyr] Après-midi en plein air Empty
# Sujet: Re: {Zephyr] Après-midi en plein air ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- {Zephyr] Après-midi en plein air -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut