Play fair with vodka - Marcus

Revenir en haut
Aller en bas


 

- Play fair with vodka - Marcus -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine
Style RP : Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin août
Messages : 2584 - Points : 3072
Play fair with vodka - Marcus B4ea9807ec18278f13b2cb8f8bbf225901106008
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Play fair with vodka - Marcus Empty
# Sujet: Play fair with vodka - Marcus ( le Jeu 7 Jan 2021 - 19:52 )
Thomas regarde l'écran de son téléphone une dernière fois pour relire l'heure qu'avait indiquée Marcus. Vingt heures. Il n'était pas trop en retard, il était même en avance. Comme d'habitude. S'il y avait bien une chose que l'écrivain n'aimait pas, c'étaient les retards, que ce soit pour lui ou les autres. On le traitait souvent de rabat-joie lorsqu'il s'en plaignait, mais il n'aimait pas perdre son temps. Une minute par ci, une minute par là, si on les mettait toutes bout à bout, on gagnerait des heures. Mais qu'importe, ce soir Thomas était en avance et cela allait lui permettre de se préparer convenablement pour cette petite soirée en ville. Il aimait prendre son temps, sortir les belles chemises et ses plus beaux costumes. Cela avait commencé à cause de Jack d'ailleurs, une manie qu'ils avaient pris tous les deux et désormais, à chacune de leur rencontre, ils exhibaient leur dernière trouvaille non sans fierté. Il avait remarqué ça chez Marcus d'ailleurs, cela l'avait fait sourire, car cela leur faisait un point commun. Comme quoi, les hommes aussi pouvaient passer du temps dans la salle de bains, il n'y avait pas de raison. Un dernier coup d'œil dans le miroir de la salle de bains et Thomas retourne dans le salon pour enfiler son manteau et une écharpe, cherchant les clés de son appartement un moment avant de se rappeler qu'elles étaient dans l'une des poches du vêtement qu'il venait d'enfiler. Il regarde une dernière fois son appartement qui était ce soir dans un triste état. Une entreprise était venue vider son salon et sa cuisine, il n'y avait plus aucun meuble, plus aucun appareil électroménager pour le moment, le temps de refaire l'électricité et le sol de l'immense pièce. C'était bien sa veine. Même Nuka, son chat, n'avait pas aimé ce changement soudain, il avait dû le confier un temps à Tina le temps des travaux histoire de ne pas déranger les ouvriers lorsqu'ils viendraient refaire son salon et il était hors de question de l'enfermer dans une pièce.

C'est donc un appartement vide que l'écrivain laisse pour la soirée. Il dévale les marches d'un pas rapide et claque la porte de l'immeuble avant de prendre la direction du bar où il devait retrouver Marcus, à quelques rues d'ici. Il avait ce sentiment étrange, il n'avait pas tellement l'habitude de le voir comme ça en dehors de leur rencontre pour leur projet commun. Leurs conversations ont toujours été très sérieuses, tournant toutes autour de ce qui leur tenait à cœur et c'était tout à leur honneur. Se retrouver dans ce bar était donc encore un peu curieux pour Tom, mais c'était lui qui avait proposé après tout, de quoi se plaignait-il ? Il aimait bien ce genre d'ambiance -tout dépendait du lieu-, les gens avaient l'air de se confier plus facile, l'alcool aidant bien entendu. Et il est vrai que sa consommation était en légère hausse depuis quelque temps, Thomas sortait plus souvent, il reprenait des habitudes qu'il avait perdues, des habitudes qu'il n'avait pas lorsqu'il était dans la rédaction de ses romans. Étant donné qu'il avait mis tout cela de côté pour le moment, il sortait pour tuer le temps, cherchant à se prouver quelque chose. Ou alors il avait juste envie de tout envoyer valser, oublier la pression de son éditeur, oublier ce soi-disant demi-frère, oublier sa famille... Il avait vraiment besoin de ce verre. Ces verres. Définitivement, ces verres. Enfin arrivé devant le bar, il ne tarde pas à entrer, l'air était frais ce soir. Thomas jette un regard autour de lui et le remarque assis à une table, il le rejoint aussitôt, non sans regarder son téléphone, il pensait vraiment être à l'heure. « Bonsoir Marcus. » Thomas lui sourit avant de retirer son écharpe et son manteau qu'il place sur le dossier de la chaise sur laquelle il finit par s'asseoir. « Tu es là depuis longtemps ? »


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Play fair with vodka - Marcus Empty
# Sujet: Re: Play fair with vodka - Marcus ( le Ven 8 Jan 2021 - 23:59 )

« Certainement pas » affirma-t-il d’une voix qui n’impressionna nullement son aînée, au contraire, celle-ci partit d’un éclat de rire qui semblait ne pas vouloir s’arrêter. Marcus leva les yeux au ciel, d’ailleurs sa sœur le lui fit remarquer comme si elle était dans la même pièce que lui. Or, il n’en était rien, elle le connaissait trop bien et c’était d’ailleurs étrange que la distance n’eut jamais une incidence sur ce fait. « Non je me pince pas l’arrête du nez » bien sûr, c’était le geste qu’il s’apprêtait à accomplir et sa sœur s’esclaffe de plus belle. « Tu sais quoi, je vais te laisser » décréta-t-il finalement, sur un ton faussement boudeur qui n’émut pas sa correspondante qui était déjà passée à autre chose. Elle était comme ça, passant du coq à l’âne quand cela l’arrangeait. « Ah pas chez toi ? » il n’était pas rassuré de la savoir aussi souvent hors de chez elle mais sa sœur était à coup sûr plus tête de mule. « Ça roule, je viendrai directement à la boutique » et il raccrocha après des dernières marques d’affection. La voix de Kendrick Lamar accompagna sa progression jusqu’à la salle de bain où il passera les trois prochains quart d’heure, il avait pris quinze minutes supplémentaires avec l’arrivée de l’hiver. Il n’en sortit que lorsqu’il fut pleinement satisfait du reflet que lui renvoyait le miroir : son col roulé mettait sa musculature en valeur et la veste bleue nuit ouverte tombait nonchalamment sur ses épaules. Un jean noir et une paire de bottines en cuir vinrent compléter sa panoplie. Il glissa sa plaque d’identité de l’arme sous son vêtement, comme à son habitude depuis qu’il était retourné à la vie civile. Un peu de parfum et un dernier coup d’œil ravi, il se mit en route, s’engouffrant dans le taxi programmé des heures plus tôt. Il appréciait la ponctualité du conducteur et c’était d’ailleurs dans ce souci qu’il partait bien avant l’heure du rendez-vous. Il habitait à l’autre bout de la ville et son passif dans l’armée l’interdisait de faire attendre Thomas, il espérait que ce dernier fasse preuve de la même courtoisie. Il ne fut pas déçu sur ce point, il fallut à peine cinq minutes après qu’il fut installé pour que son partenaire de projet apparaisse dans son champs de vision. « Bonsoir Thomas » répondit-il à son tour, un sourire vint dévoiler ses dents. « Je viens d’arriver » Ses prunelles bien que décidées a s’accrocher à celles de Thomas ne purent résister à la tentation de découvrir les choix vestimentaires de celui-ci. Elles ne s’aventurèrent pas plus que de raison, le cadre était amical après tout. Quoique l’étaient-ils, amis ? C’était la première fois qu’ils se voyaient en dehors le projet qui les liait. « Je t’attendais pour commander » fit-il savoir alors que la serveuse faisait son apparition, les cartes dans les mains. Se plongeant dans la sienne, Marcus parcourut la longue liste de boissons alors que son choix était déjà fait, l’habituel verre de scotch sec pour ouvrir les festivités. « Tu as fait ton choix ? » il referma la carte qu’il déposa sur le coin de la table, de sorte qu’il fut facile au staff de la récupérer. « Tu viens souvent ici ? » en trois ans dans cette ville, Marcus ne s’était aventuré dans coin que deux fois et à chaque fois la soirée s’en trouvait brutalement avortée. « Comment tu vas ? » demanda-t-il en plantant son regard dans celui de Thomas. il s’attendait à ce que la réponse fut développer que lors de leurs précédentes rencontres axées travail.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine
Style RP : Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin août
Messages : 2584 - Points : 3072
Play fair with vodka - Marcus B4ea9807ec18278f13b2cb8f8bbf225901106008
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Play fair with vodka - Marcus Empty
# Sujet: Re: Play fair with vodka - Marcus ( le Sam 9 Jan 2021 - 1:00 )
Sur le chemin le menant au bar, Thomas se demande finalement si le costume n'était pas de trop. Bien entendu qu'il n'était pas de trop, il faisait un froid de canard, mais est-ce que ce n'était pas trop habillé pour un verre ? Oui, souvent, l'esprit de l'écrivain était envahi de questions aussi existentielles et ça en était désolant. Mais le voilà rendu dans ce bar qu'il avait l'habitude de fréquenter. Comme les bars aux alentours, disons qu'il avait ses petites adresses et maintenant que sa chère Tina habitait dans le coin, ils se donnaient souvent rendez-vous dans un nouveau lieu à chaque fois. Une mauvaise manie certainement, mais Thomas n'était pas quelqu'un qui se privait. Son regard se pose sur Marcus qui se trouvait déjà là, assis à l'une des tables et Thomas avait envie de ronchonner parce qu'il avait l'impression d'arriver en retard. Mais il le salue avec le sourire alors qu'il retire son manteau laissant découvrir son costume bleu qu'il affectionnait tant. « Bonsoir Thomas » Il sourit toujours en posant délicatement ses affaires, s'installant enfin en face de lui. « Je viens d’arriver » L'écrivain retient un soupir de soulagement et esquisse un sourire, passant machinalement une main dans ses cheveux jetant un regard autour de lui comme pour voir qui se trouvait ici, mais il s'en fichait pas mal après tout. « Je t’attendais pour commander » Tom penche légèrement la tête sur le côté, le regard reconnaissant avant de lever la tête vers la serveuse qui leur amène les cartes. Il ouvre la sienne mais ne s'y attarde que très peu, il la connaît cette carte et il devrait justement se poser des questions à ce sujet. Il lance un regard à Marcus qui était justement en train de choisir sa boisson avant que ce dernier ne fasse apparemment son choix. « Tu as fait ton choix ? » Il hoche légèrement de la tête. « J'ai beau examiné cette carte de long en large, je prends toujours la même chose : Vodka Martini. Et toi ? » Il pose sa carte sur celle de Marcus avant de croiser les mains devant lui sur la table. « Tu viens souvent ici ? » Un haussement d'épaules, Thomas se demande ce qu'il doit répondre, est-ce qu'il avait envie de passer pour le mec qui passait ses soirées dehors ces derniers temps ? « Ici ? De temps en temps. Disons que j'alterne avec les autres bars du quartier, mais j'évite de le dire trop fort. » Il rit doucement et se dit que s'il voulait éviter de passer pour l'alcoolique notoire, c'était loupé. Mais il n'en était pas un, une soirée de temps en temps, ce n'était pas un drame non plus. « Par contre, c'est une première fois pour toi ici, j'imagine ? » Après tout, qu'est-ce qu'il en savait ? Il le connaissait surtout professionnellement si l'on pouvait dire, ils ne s'étaient jamais retrouvés ainsi, de manière totalement... casuelle. « Comment tu vas ? » Cette fois, Thomas ne retient pas son soupir avant de rire nerveusement en repensant aux derniers événements. « On fait aller. Mon appartement a inondé... On va dire que j'ai connu mieux en terme de début d'année. » Il garde le sourire et préfère en rire même si le matin même, il avait juste eu envie de pleurer. Il se garde bien de lui parler de la découverte de son demi-frère, il n'avait sûrement pas besoin que Thomas lui fasse le topo dès maintenant et puis moins il y pensait, mieux c'était. La serveuse revient prendre leur commande, il laisse alors Marcus commander son verre de scotch, puis commande sa Vodka Martini alors qu'elle les laisse de nouveau seuls.  « Et de ton côté ? Dis moi que tu as des choses plus positives à me raconter, ça réchauffera mon petit cœur. » Thomas esquisse un sourire, agréablement surpris par la tournure que prenait cette conversation qui ne faisait que commencer.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Play fair with vodka - Marcus Empty
# Sujet: Re: Play fair with vodka - Marcus ( le Mar 19 Jan 2021 - 20:34 )

Les prunelles de Marcus se baladaient allègrement sur Thomas, curieuses, passant de cette chevelure étincelante à ces lèvres fendues en un sourire jusqu’au costume qui seyait parfaitement, un excellent choix à en croire l’américain. Il savait apprécier les belles choses et ce costume en faisait partie, l’on pourrait se risquer à y glisser Thomas dans son entièreté mais ce serait précipité à cet instant. Marcus avait lancé cette exploration dans la discrétion la plus absolue, après tout le cadre était amical. N’est-ce pas ? Il n’avait toujours pas de réponse à cette question, les frontières n’étaient pas visibles et rien dans le comportement de Thomas ne représentait d’indice. La carte entre ses mains représenta une échappatoire à ses interrogations. « Un scotch pour ma part » répondit-il lorsque Thomas l’interrogea sur son choix. Ce n’était pas un choix bien original, mais paraissait-il que cela allait parfaitement à l’image que l’on se faisait de lui, on ne l’aurait pas vu choisir autre chose. « Je vois, je vois, ce serait dommage qu’ils apprennent qu’ils n’ont pas ton exclusivité » dit-il avec un immense sourire amusé, se laissant peu à peu gagner par l’hilarité contagieuse de son partenaire d’affaires. « Pas vraiment » il marqua une pause lorsque ce fut à son tour de confesser de potentielles habitudes dans ce bar. « Sûrement la troisième, mais j’espère la première où je pourrais repartir avec mes vêtements intacts » il avait ainsi haussé les épaules pour contrôler cette grimace qui menaçait de faire une apparition furtive. Il était ravi de n’avoir pas à se mêler à la foule ce soir, la maladresse est un virus qui se répandait si rapidement lorsque l’alcool était convié qu’il craignait pour sa veste à plusieurs centaines de dollars. Son budget pressing était bien assez conséquent pour que la gaucherie des autres ne s’y rajoute. « Inondé ? » Son ton faisait état de sa surprise, il n’eut néanmoins pas le temps de poursuivre que l’on venait s’enquérir de leur choix et une fois la serveuse partie avec noté scotch sec sur son petit calepin, il replongea son regard dans celui de Thomas « Comment c’est arrivé ? » S’il lui racontait l’histoire d’une baignoire à remplir qu’il avait oublié, Marcus aurait du mal à retenir son hilarité « Tout a pris l’eau ou t’as encore une marge de manœuvre ? » à comprendre y avait-il encore de l’espace pour évoluer ou était-ce aussi horrible que l’américain imaginait ? « Des choses positives ? » Marcus fit mine de réfléchir quelques instants. Il était tenté de mentionner l’autorisation qu’il avait reçu pour rénover les parties marquées par le temps du foyer mais choisit de le remettre à plus tard, ils auraient d’autres occasions de discuter boulot « les travaux de ma terrasse sont enfin terminés, à temps pour l’arrivée du printemps » dit-il avec un grand sourire, l’amateur de barbecue qu’il était, était plus que ravi d’avoir ainsi pu réaliser quelque chose qui allait de pair avec la piscine installée en juin dernier pour un effet villa de vacances à Bali. Le point négligeable était nul doute l’utilisation de cette construction par toute météo. « Et surtout j’ai réussi à avoir des billets pour assister au combat marquant le retour de Mike Tyson » le second, certes, mais son regard brillait comme celui d’un enfant le jour de noël et ça l’était pour les fans de boxe, la légende remontait sur le ring et Marcus se devait d’y assister. Prêt à ajouter quelque chose, l’apparition de leurs boissons l’interrompit dans son élan « Merci » fit-il en récupérant son verre qu’il porta à ses lèvres « alors ton petit cœur est réchauffé ? » un nouveau sourire au coin des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine
Style RP : Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin août
Messages : 2584 - Points : 3072
Play fair with vodka - Marcus B4ea9807ec18278f13b2cb8f8bbf225901106008
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Play fair with vodka - Marcus Empty
# Sujet: Re: Play fair with vodka - Marcus ( le Mer 27 Jan 2021 - 14:48 )
Thomas ne remarque pas le regard de l'Américain, bien trop absorbé par la carte des boissons qu'il connaissait pourtant par cœur. C'est d'ailleurs à se demander pour quelles raisons, il tenait tant à la regarder ce soir, sûrement pour se cacher derrière le papier cartonné l’histoire d'un instant, lançant de rapides coups d’œil à Marcus qui semblait avoir fait son choix. Choix qui ne le surprend pas tant que cela au final et il hoche légèrement de la tête, par réflexe. Il pose finalement la carte, c'était un habitué des lieux, inutile de faire semblant, son choix était, de toute manière, le même, la plupart du temps. Ici en tout cas, cela dépendait du bar qu'il fréquentait et la réflexion de l'Américain le fait rire de bon cœur. On ne pouvait pas dire qu'il était surpris, mais Marcus l'avait habitué à des conversations pour le moins sérieuses. « Je suis pourtant quelqu'un de très fidèle en général, mais pas dans cette situation. » Un détail totalement hors de propos et Thomas regrette d'avoir posé sa carte, car il avait bien envie de se cacher de nouveau derrière. Mais bientôt, il fronce les sourcils, intrigué. « Les vêtements intacts, c'est-à-dire ? Tu as fait de mauvaises rencontres peut-être ? » Et ce ne serait pas étonnant, car à certaines heures avancées de la soirée ou de la nuit, certains perdaient le contrôle et c'était parfois assez gênant à voir. L'écrivain finit par lui confier sa mésaventure du moment, il commençait plutôt bien l'année et il lui tardait de voir ce que lui réservait la fin de cette année si bien engagée. Il hoche de la tête en poussant un soupir dépité tandis qu'ils sont de nouveau seuls. « La tuyauterie sous l'évier de la cuisine a lâché subitement. L'immeuble est vieux, ce n'était apparemment qu'une question de temps. » C'est ce que lui avait dit l'ouvrier qui allait faire les travaux dans son appartement, une aubaine que l'inondation ne se soit pas étendue dans tout l'appartement, selon lui, pour Thomas, il était juste malchanceux sur ce coup-là. « Non, la cuisine et le salon seulement, mais toute l'installation électrique est à refaire, les peintures aussi. Tout est à refaire et ça tombe plutôt bien, je voulais changer la déco. » Thomas préfère en rire, vraiment. Autant dire qu'il était à la rue pour les jours à venir. Sans électricité, impossible de vivre chez lui. Cela aurait pu être pire certes, mais c'était toujours embêtant. C'est justement pour cela qu'il a demandé à Marcus de lui parler d'éventuelles choses positives de sa vie, histoire de se dire que lui aussi pourrait y goûter une fois ces soucis derrière lui, même si l'ombre de son demi-frère plane au-dessus de lui, il préfère ne pas y penser, pas ce soir. « Tu as encore un peu de temps avant le printemps, mais l'avantage, c'est qu'il fera très doux d'ici peu de temps. » Il ne changerait de climat pour rien au monde, dès le mois de mars, il faisait déjà bien quinze degrés de moyenne, l'idéal pour flâner et se retrouver en terrasse avec des amis ou la famille. « Oh. Mike Tyson, rien que ça. J'ignorais qu'il remontait sur le ring, je pense que mon frère donnerait cher pour voir ça, lui aussi. » À vrai dire, Thomas n'en savait trop rien. Il ne savait pas si Marcello avait une quelconque sympathie pour Tyson, quoiqu'il en soit, l'écrivain était bien trop éloigné de cette discipline qu'il jugeait trop violente parfois, surtout quand il voyait l'état de Marcello après ses matchs. Il lève les yeux vers la serveuse, récupérant son verre avec un léger sourire. « Merci. » Mais bientôt, il se détourne d'elle et rit de nouveau avant de secouer la tête, signe d'amusement. « C'est un bon début, je dirais. Mon petit coeur te remercie. » Il lui rend son sourire avant de porter le verre à ses lèvres pour en boire une gorgée, fermant les yeux quelques secondes, c'était exactement ce qu'il lui fallait à cet instant. La très légère brûlure de l'alcool dans l’œsophage et ce léger goût amer qui restait, c'était parfait. « La boxe donc. Le basket de ce que j'ai pu entendre, tu fais donc pas mal de sport. » L'évidence même, bravo. « Tu fais autre chose ? » Thomas était curieux ce soir, il voulait en savoir plus et après tout, ils étaient ici dans ce but-là.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Play fair with vodka - Marcus Empty
# Sujet: Re: Play fair with vodka - Marcus ( le Dim 7 Mar 2021 - 21:52 )

Les boissons étaient enfin commandées, ce qui permettait à Marcus de se consacrer pleinement à son vis-à-vis qu’il ne quittait pas du regard. Il veillait cependant à marquer sa contemplation par des pauses calculées pour éviter que cela ne devienne embarrassant, pour l’un comme l’autre. « Je vois » marqua-t-il d’un sourire appuyé, témoin éloquent de son hilarité lorsque l’italien mentionna être fidèle. Il comprenait l’idée originelle de Thomas mais c’était un détail que l’américain notait quelque part dans sa mémoire, cela pouvait se révéler utile un de ces jours. Si les choses poursuivaient leur cours et s’il flirtait toujours aussi éhontément aux frontières de ce partenariat inattendu. « C’est peu dire ! » Marcus s’autorisa une grimace en songeant à cette chemise de créateur dont il avait dû se séparer. « L’alcool, proximité physique et des verres remplis font mauvais ménage » il haussa les épaules avec signe de résignation, résignation à garder ses plus beaux vêtements pour des endroits appropriés ou encore des soirées où il était certain que les gens sauraient se tenir. Comme ce soir, mais au fond ce n’était pas si important aussi l’américain choisit de se concentrer sur la mésaventure marquant son début d’année, en tout cas, il y avait de meilleure façon d’entamer 2021. « C’est déjà un bon point que certaines pièces ont pu y échapper» fit-il avec toute la compassion dont il était capable à cet instant. « Je suppose donc t’as pas mal de travaux en prévision ? Tu vas rester sur place le temps des finitions ? » La compassion impliquait qu’il respectât l’envie de Thomas de ne pas s’étendre sur le sujet aussi se lança-t-il sur cette terrasse qui avait enfin pris forme. « Je suis prêt pour le retour des beaux jours et la saison des barbecues ! » Son excitation était palpable, c’était à ça que l’on reconnaissait sa nationalité, ces américains et leur barbecue plaisantait sa sœur qui avait depuis embrassé les coutumes italiennes… visiblement ça n’en faisait pas parti. Marcus était presque aussi excité du retour du soleil qu’il était du retour du second roi du ring, Mike Tyson. « Il a eu mauvaise presse ces dernières, surtout après sa prise de poids, on le disait incapable de pouvoir assurer à nouveau sur le ring et il a voulu montrer à tout ce beau monde qu’ils avaient tort » il se tut un instant, dès que Marcus était lancé sur la question, il pouvait en discuter des heures tant le sujet « ton frère, il est boxeur c’est ça ? » l’américain que ce dernier avait été mentionné brièvement dans l’une de leur discussion sans grands détails, ils n’en étaient pas encore là. « Dis à ton petit cœur que c’est avec plaisir » son verre en main, il le porta brièvement à ses lèvres et accueillit l’incendie du scotch avec joie. « Autre chose mis à part le sport tu veux dire ? » Marcus prit le temps de la réflexion, il était vrai que son existence tournait beaucoup autour de son travail, ce qui s’avérait parfois difficile à gérer depuis l’étranger et le sport, sous diverses formes. Il était tenté de parler de ses séances de tir mais cela s’apparentait également à du sport non ? « Je lis beaucoup, je sais, ce n’est pas très excitant » il laissa échapper un petit rire embarrassé « Je suis amateur de vin, il m’arrive souvent de faire le tour des vignobles pour les dégustations de vin » Marcus découvrait une nouvelle région de ce beau pays chaque été et rapportait toujours des grosses caisses de vin qu’il offrait et dégustait les mois suivants. « Et puis je fais aussi de la photographie… depuis peu cela dit » Il décida de s’arrêter là, il fallait garder un peu de matière pour les fois suivantes. « Et toi alors, monsieur l’écrivain ? » il trempa à nouveau ses lèvres dans son verre avant de planter ses prunelles dans celles de l’homme qui lui faisait face. « Il parait que les écrivains ont des vies excitantes pour stimuler leur imagination ! » Il ignorait tout, des sujets abordés par Thomas dans ses écrits et ne lisait en majorité que des récits historiques ou géopolitiques ou encore de philosophie.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine
Style RP : Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin août
Messages : 2584 - Points : 3072
Play fair with vodka - Marcus B4ea9807ec18278f13b2cb8f8bbf225901106008
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Play fair with vodka - Marcus Empty
# Sujet: Re: Play fair with vodka - Marcus ( le Ven 19 Mar 2021 - 13:04 )
Une fois les verres commandés, Thomas n'a plus le loisir de se cacher derrière sa carte et il remarque enfin le regard de Marcus sur lui et il ne peut s'empêcher de le soutenir, par défi ou par amusement, il ne savait pas trop. Mais il faut dire que l'Américain captait facilement le regard, le sien en tout cas. Il le voyait sous un nouveau jour, hors de leur collaboration habituelle et ce n'était pas si mal, c'était nouveau et vraiment agréable. Il laisse échapper un petit rire en comprenant ce qu'il voulait dire concernant cette histoire de vêtements intacts, hochant de la tête, un regard entendu appuyé. « Je vois parfaitement ce que tu veux dire et il est vrai que c'est triste quand on a la classe comme toi. » Marcus était toujours très bien habillé, bien apprêté et c'est ce qui lui avait plu dès le début, du moins, il se retrouvait un peu en lui étant donné que lui-même était toujours tiré à quatre épingles. Il ne s'attarde pas trop sur ce qu'il venait de dire, de peur que cela soit mal interprété ou qu'il se fasse des idées, même si celles-ci ne seraient pas forcément inexactes. Un petit jeu auquel Thomas était prêt à jouer, seulement, il n'était pas sûr du résultat final. Mais qu'importe, il confie ses petits malheurs des derniers jours, du moins une partie, l'inondation de son appartement était déjà bien suffisant, inutile d'en rajouter avec des soucis plus personnels et d'ordre familial. Au moins, il relativisait et préférait en rire. « Sûrement une dizaine de jours de travaux oui, je ne pense pas que je pourrais rester sur place étant donné que je n'ai plus d'électricité pour le moment. Je vais me débrouiller pour me faire une petite place dans les locaux de l'association même si ce n'est pas l'idéal. » Il avait vu pire et ce n'était qu'une question de jours, deux semaines grand maximum, même si les locaux en question n'étaient pas forcément prévus pour accueillir du monde, mais tant pis, il s'en contenterait. Et tandis qu'il n'avait pour le moment plus de toit sous lequel s'abriter, Marcus ventait les mérites de sa terrasse ce qui le fit rire doucement, appréciant de le voir ainsi, découvrant cette facette qu'il ne connaissait pas, celle d'un homme qui aimait faire des barbecues, on aura tout vu, vraiment. L'écrivain n'y connaissait pas grand chose en boxe, même s'il avait un frère dans le milieu, il ne se vanterait jamais de dire qu'il en connaissait un rayon sur le sujet alors il se contente de hocher de la tête en l'écoutant parler de Mike Tyson qui apparemment remontait sur le ring. « Oui, il est boxeur professionnel. Même si je n'ai jamais compris pourquoi il aimait tant se prendre des coups.. Mais s'il aime ça, alors j'imagine que c'est tout ce qui compte. » Il allait rarement voir ses matches même s'il était présent au plus important, mais c'était toujours un crève-cœur de le voir sur un ring. Pourtant, cela ne l'empêchait pas de le supporter, mais de loin. Thomas hausse un sourcil en l'entendant parler de son petit cœur et la seule chose qu'il trouve à faire sur le moment est de boire une gorgée de son verre, baissant un instant les yeux, essayant de comprendre ce qui était en train de se passer. Mais c'était un curieux, il voulait en savoir plus sur Marcus, voulait quelques-unes de ses habitudes, pourquoi, il n'en savait trop rien, mais il était juste curieux. Un lecteur et un amateur de vin et de photographie, on allait de surprises en surprises, Thomas en serait presque charmé si ce n'était pas déjà un peu le cas. L'écrivain se décale un peu de sur sa chaise, se mettant un peu de travers, croisant les jambes pour être plus à l'aise et ne peut s'empêcher de sourire en écoutant attentivement, enregistrant chacune des informations qui pourraient être utiles. Il secoue la tête en riant, passant une main dans ses cheveux par automatisme. « Oh, crois-moi, ma vie n'a rien d'excitante ! À part peut-être cette inondation.. » Bon, peut-être que ces dernières semaines étaient plus mouvementées, mais quand même. « J'écris surtout l'histoire des autres que je remanie un peu afin de les rendre plus attrayantes, plus terrifiantes pour certaines. » C'était ainsi qu'il avait commencé, qu'il s'était fait connaître, maintenant, il essayait d'écrire sur de faire des récits plus personnels et c'est justement là que ça bloquait. « Le prochain livre est plus personnel et c'est déjà plus compliqué de parler de soi. » Il ne peut retenir cette légère grimace qui trahit son blocage, mais il balaye cette gêne d'un haussement d'épaules comme pour signifier que ce n'était pas si grave.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Play fair with vodka - Marcus Empty
# Sujet: Re: Play fair with vodka - Marcus ( le Mar 23 Mar 2021 - 21:57 )

Au compliment de Thomas, Marcus esquissa un de ces sourires à la fois charmeur et embarrassés dont il avait le secret. Il était content que son ami à en devenir -il avait choisi de la qualifier ainsi pour l’instant- reconnaissait sa valeur en matière de mode, d’autant plus que lui aussi en était féru. Il n’y avait pas meilleur sentiment qu’un connaisseur approuvant un autre. Charmeur, il continuait de l’être à la fois dans la manière de le regarder, dans ces gestes lents et étudiés qui n’auraient rien trahi de ses attentes pour qui ne les connaissait pas. Des attentes ? Il en avait donc. Cette découverte était surprenante puisque tout avait débuté d’une façon professionnelle et une chose était certaine, ses attentes n’avaient rien à voir avec cet aspect de leur relation. Cependant, il décida de remettre ces réflexions à plus tard, ce n’était ni le lieu ni le moment de se perdre dans des pensées dont il ne ressortirait rien. En outre, la situation de la maison de Thomas nécessitait toute son attention. « Je vois » commenta-t-il lorsque l’écrivain mentionna la façon dont il allait gérer les dix jours à venir. « Si tu veux… » les mots étaient sortis avant qu’il ne s’attarde sur le sujet, soit, il n’avait plus le choix désormais « tu peux venir chez moi » Marcus alla d’un de ces silences dont il avait également le secret, habitude qu’il avait pris à la tête de son unité lorsqu’il devait donner des discours impactant à ses camarades d’armes. « J’ai deux chambres disponibles, ce sera toujours confortable que les locaux de l’association » avança-t-il avec diplomatie. Marcus avait engagé un professionnel pour l’aménagement de sa maison, aussi était-il certain que cela fût au gout de Thomas. « Si ça peut t’aider, ce sera avec plaisir » tenta-t-il d’être rassurant bien qu’il comprenait que la proposition prenne Thomas de court au vu de leurs rapports jusque lors. Lui-même s’était surpris avec cette offre, preuve qu’il appréciait beaucoup plus l’écrivain qu’il ne l’aurait cru jusque lors. Heureusement, la boxe eut bientôt effet de distraction face à cette gêne qui s’insinuait perfidement. Marcus partit même d’un bref éclat de rire lorsque Thomas précisa ne pas comprendre l’intérêt qu’il pouvait avoir à se prendre des coups et nul doute qu’il ne comprenait pas non plus ceux, qui, comme lui, payaient pour regarder des gens se prendre des coups. L’américain était incapable d’expliciter la chose, de toute façon il n’était pas certain que son vis-à-vis saisisse aussi l’hilarité fut sa seule réponse sur ce coup. Il se montra plus éloquent quand il fut l’heure d’apprendre à se connaitre un peu plus personnellement, c’était pour ce faire qu’ils se sont donné rendez-vous ce soir, outre le fait de dévorer Thomas du regard. « Il est vrai qu’il est difficile de se mettre à découvert » se mettre à nu devant des centaines de milliers de yeux avaient de quoi emplir qui que ce fut d’appréhension. « D’ailleurs pourquoi ce soudain changement ? » il n’était pas certain qu’il ait été soudain, mais il était curieux de savoir la raison qui menait Thomas à vouloir se livrer de la sorte. Il remarqua tout à coup que son verre était déjà vide, il avait bu plus rapidement que prévu aussi fit-il signe au serveur pour un second, interrogeant au passage son ami à en devenir s’il en voulait également.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas De LucaBon pour te remonter le moral
Thomas De Luca
https://www.ciao-vecchio.com/t7930-thomas-de-luca https://www.ciao-vecchio.com/t7953-thomas-o-37-ans-o-ecrivain
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Michiel Huisman, © Proserpine
Style RP : Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : abandon, addiction aux jeux
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin août
Messages : 2584 - Points : 3072
Play fair with vodka - Marcus B4ea9807ec18278f13b2cb8f8bbf225901106008
Âge : 38 ans (15/05/1983)
Métier : Ecrivain, actuellement dans une impasse. Président d'une assocation venant en aide aux enfants abandonnés/placés
Play fair with vodka - Marcus Empty
# Sujet: Re: Play fair with vodka - Marcus ( le Mar 30 Mar 2021 - 0:03 )
Thomas étudiait les gestes de Marcus avec attention, ne s’en privant pas puisqu’il voyait que son vis-à-vis ne se gênait pas pour faire la même chose. Est-ce que cela avait toujours été ainsi ? Il n’en avait pas le souvenir, peut-être était-ce le lieu qui donnait cette impression. Toujours est-il que l’écrivain gardait son verre en main, le portant à ses lèvres de temps à autre en étudiant l'Américain avec un certain intérêt qu’il ne saurait qualifier à cet instant. Cette inondation semblait lointaine après quelques gorgées d’alcool pourtant elle était bien réelle et bien handicapante même s’il y avait bien plus grave, il le concevait, mais c’était toujours pénible. En tout cas, Marcus semblait s’y intéresser plutôt sincèrement et Tom finir par lui confier ses projets. Les locaux de l’association n’étaient peut-être pas l’idéal mais c’était tout ce qu’il avait trouvé afin de ne déranger aucun.e de ses frères ou sœurs. Pourtant, il lance un regard intrigué dans sa direction alors qu’il dit quelques mots avant de rester silencieux. L’écrivain fronce légèrement les sourcils avant de les hausser, l’incitant à continuer s’il avait voulu capter son attention, c’était gagné. Les mots finissent par venir alors qu’il continue de siroter son verre et Dieu merci, il ne s’étouffe pas avec sa Vodka Martini, il aurait eu l’air con. « Oh. » C’est tout ce qu’il trouve à dire sur le moment, il ne s’attendait clairement pas à cela mais ce n’était pas vraiment une mauvaise surprise, au contraire. Du moins, c’était très sympa de sa part. Il pense à Tina qui lui avait proposé la même chose il y a quelques heures de cela, il avait gentiment décliné ne voulant pas la déranger mais là, ce serait bête de refuser non ? Marcus semblait avoir deux chambres libres qui seraient effectivement plus confortables que le clic-clac de ses locaux. « Tu marques un point. » Il reste pensif un instant, l’offre etait alléchante, vraiment. « Tu es sûr ? Enfin je veux dire, tu es sûr que ça ne te dérange pas ? Je ne voudrais pas m’imposer. » Thomas aurait pu être gêné, il l’était un peu mais son sourire trahissait surtout la bonne surprise et il se doutait bien que l'Américain ne proposerait pas si cela le dérangeait. A moins qu’il ne s’attendait à ce qu’il refuse et qu’il était juste trop poli. Mais cela avait l’air de lui faire plaisir, il semblait sincère et Thomas se voyait mal refuser une telle offre qui lui plaisait de plus en plus. « Il paraît que je cuisine plutôt bien donc on va dire que c’est gagnant gagnant. Tu m’héberges et en échange, je cuisine pour toi ? » Bon vu comme ça, l’échange de procédés était un peu bancal, mais personne ne disait jamais non à ses desserts. L’idée lui plaisait plus qu’il ne l’aurait pensé à vrai dire, lui qui voulait le connaître sous un angle différent, on ne pouvait pas faire mieux. Mais chaque chose en son temps, il aurait tout le loisir de le découvrir un peu plus tard même si une certaine hâte s’insinue en lui. Pour le moment, ils évoquaient justement le dernier livre de Tom, celui qui lui donnait du fil à retordre, sûrement le livre qu’il allait le plus haïr de sa vie. Se mettre à découvert, c’était justement le terme, il avait l’impression de se livrer plus que jamais dans cet ouvrage même si cela fait un petit moment qu’il n’y a pas touché. Il avait voulu en faire une œuvre personnelle et cela a été son erreur. La question de Marcus ne me surprend même pas, il l’attendait même. Pourquoi ? Très bonne question. Il ne savait pas par où commencer alors il finit son verre d’une traite comme pour se donner du courage alors que finalement il avait juste à répondre, tout simplement. Il hoche la tête en faisant glisser son verre sur la table, répondant ainsi à la question muette. « J’ai senti que c’était le moment pour moi de me livrer notamment sur mon abandon. J’ai pensé que ça me ferait du bien, que ça aurait un effet libérateur, mais je crois que j’ai vu trop grand. » Thomas esquisse un léger sourire, un peu triste mais pas trop, il ne voulait pas non plus s’attirer la pitié, il n’aimait pas cela. « Le livre est donc en stand-by pour le moment, j’ai décidé de profiter un peu en attendant que l’inspiration revienne. » D’où sa présence ce soir, même si cela n’aurait rien changé de toute manière. A part peut-être la tâche d’encre bleue qui commençait à apparaître sur sa veste au niveau de la pochette, tâche qu’il n’avait pas vu et qui était due à un stylo oublié, l’abonnant ainsi aux fuites.


Sway
When marimba rhythms start to play
Dance with me, make me sway
Like a lazy ocean hugs the shore
Hold me close, sway me more
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Play fair with vodka - Marcus Empty
# Sujet: Re: Play fair with vodka - Marcus ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Play fair with vodka - Marcus -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut