Revenir en haut
Aller en bas


 

- Bitterness. // Terrence -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Cesare MorettiBon pour te remonter le moral
Cesare Moretti
https://www.ciao-vecchio.com/t7382-qu-est-ce-qu-on-va-faire-de-to https://www.ciao-vecchio.com/t7507-cesare-36-ans-coach-sportif-c-est-complique
Faceclaim : Domhnall Gleeson @praimfaya & @geniuspanda the great
Thème·s abordé·s : Trisomie 21 ; handicape ; dépression.
Je suis absent-e : Présence réduite : du 24 Février jusqu'au 07 Avril maximum
Messages : 873 - Points : 459
Bitterness. // Terrence 9384fdc2c8209c6a9f6ecb8a4c89fc76
Âge : 36 ans.
Métier : Coach sportif pour personne à mobilité réduite.
Bitterness. // Terrence Empty
Sujet: Bitterness. // Terrence ( le Dim 17 Jan 2021 - 22:08 )
“Allez Signore Morretti ! Vous pouvez le faire ! Encore un pas !” Son médecin l’encourageait. Aujourd’hui, il avait fait trois mètres de plus que la dernière fois. De lourdes perles de sueurs dégoulinaient sur son visage. Sa respiration laborieuse témoignait d’une douleur qu’il ne voulait pas exprimer autrement. Ses grognements une façon de passer outre ce mal-être qui pourrait très bien le faire arrêter à tout moment. Cela le rendait malade. Il n’en pouvait plus. Pourtant, il devait se donner une chance s’il voulait un jour remarcher.

Cesare faisait son possible pour ne pas répéter dans sa tête les dernières paroles de Candy qui lui disait d’abandonner tout espoir. Il préférait voir le regard d’Elisa et imaginer son regard quand il lui dirait qu’aujourd’hui il avait réussis à avancer encore plus loin. Il gardait également dans l’esprit le sourire de Demetrio qui le soutenait dans ce combat. Qui l’accepterait également s’il baissait les bras. Est-ce que Cesare pourrait se regarder dans un miroir si jamais il abandonnait maintenant ? Non. Il ne le pouvait pas. Alors, il s’accrochait aux barres de bois dans le cabinet de son docteur et continuait d’avancer.

Jusqu’à ce qu’il s’effondre.

À plat ventre au sol, il avala difficilement sa salive et à sa sueur se mêla des larmes de rages. Sanglotant, il apprécia que le médecin ne dise rien. Il posa sa main sur son épaule et l’aida à se relever, sans rien dire. “Vous avez déjà fait énormément de progrès Cesare.” Un sourire compatissant qui ne trouve pas de réflexion sur le visage du sportif qui s’accrocha à lui. “Si vous continuez comme ça, il n’y a pas de raisons pour qu’un jour vous sortiez de ce fauteuil. Je suis confiant.” Et c’était la première fois qu’il disait cela. De quoi gonfler le coeur de Cesare un peu plus.

En sortant du cabinet, il décida d’aller à l’hôpital psychiatrique pour voir son ancienne petite amie, une amie qui restait particulière pour lui. L’accident l’avait profondément choquée, au point où elle n’était plus elle-même et représentait un danger pour sa santé. Cesare savait que jamais elle ne sortirait de cet hôpital. Il y allait une fois par semaine la voir. Cela était important pour lui, même si cela est douloureux. Tellement difficile de la voir aussi détruite : elle qui avait pourtant un avenir brillant en neurologie.

Après sa visite, il s’arrêta dans un café. Sa récompense. Il se faisait de temps en temps plaisir. Un café frappé avec du sirop de caramel était son péché mignon. Ce soir, il devait retrouver Elisa et quelques amis au bar. Cesare aurait préféré rester chez lui tranquillement, mais il n’avait pas pu refuser cette proposition à la belle. Grimpant grâce à la rampe pour handicapé, il appuya sur le bouton pour ouvrir la porte automatiquement. Il roula au comptoir et commanda son petit plaisir hebdomadaire. Attendant sa commande, son regard se leva quand on lui demanda de se pousser un peu pour accéder au sucre et au lait. Quand il releva sa tête, il croisa le regard d’un homme que jamais il n’oubliera.

Terrence Delaney.

Serrant les dents. Sa salive passa difficilement dans sa gorge. Sans rien dire, il continua de le dévisager. Amer. Il était amer envers cet homme. Cesare n’avait pas encore le cœur à lui pardonner. Il avait ruiné sa vie. Sa carrière. Il était dans un fauteuil à cause de lui.

“Oh je vous gêne ? Quel dommage.” Non. Il n’était pas prêt à bouger. “J’espère que ça ne va pas ruiner votre vie."







broken
man


Revenir en haut Aller en bas
 
- Bitterness. // Terrence -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut