Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

-37%
Le deal à ne pas rater :
Nike – Débardeur de running pour Femme à 25€
25 € 40 €
Voir le deal
-25%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
135 € 179 €
Voir le deal

 

- Never Thought I’d See You Again - Isaac -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Esteban SanchezBon pour te remonter le moral
Esteban Sanchez
https://www.ciao-vecchio.com/t8544-esteban-sanchez https://www.ciao-vecchio.com/t8546-esteban-o-38-ans-o-inspecteur-a-la-criminelle
Faceclaim : Manuel Garcia-Rulfo © Ea. (avatar) Astra (signature)
Thème·s abordé·s : deuil, violence, alcoolisme, homophobie, racisme
Messages : 176 - Points : 477
Never Thought I’d See You Again - Isaac Tumblr_ps93v9bocj1wtoy7ko4_500
Âge : 38 ans (19/09/1982)
Métier : Inspecteur à la brigade criminelle
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le Jeu 25 Fév 2021 - 20:49 )
Never Thought I’d See You AgainISAAC & ESTEBAN

28 novembre 2020 || Une pause était la bienvenue en ce début d'après-midi pour Esteban. Il n'avait pas quitté son bureau depuis plusieurs heures, depuis l'aube en fin de compte, il avait clairement besoin de se dégourdir les jambes. Après avoir avalé deux cafés pour éviter l'engourdissement de son esprit, il quitte le commissariat, laissant derrière lui badge et arme de service. Là où il allait, il n'en avait pas besoin et il avait vraiment l'envie de couper pendant une bonne heure. Il ne prévient pas ses collègues qui ont l'habitude maintenant et il se met à marcher dans les rues du quartier, il savait parfaitement où il allait. Son appartement n'était qu'à quelques rues, mais ce n'était pas là où il se rendait. Bientôt, un parc se profile au détour d'une rue et sans hésiter, il franchit le grand portail servant d'entrée. Cela lui faisait toujours quelque chose de venir ici, même après toutes ces années. Il connaissait l'endroit par cœur, aucun recoin, aucun arbre n'avait de secret pour lui. Il avait passé des week-ends entiers avec Teresa ici, dans leur jeunesse. Esteban a toujours ce pincement au cœur lorsqu'il pense à sa sœur, pourtant, cela ne lui empêche pas de revenir ici, très souvent. Malgré les mauvais souvenirs existants, il préférait en garder de bons et c'est justement ici que s'étaient déroulés les meilleurs. Ce parc était son endroit favori, c'était là où il se sentait mieux dans cette ville, cette ville qui l'avait pourtant vu naître. L'air lui paraît plus sain, moins lourd, il s'y sentait tout simplement en sécurité car entouré de bonnes ondes. C'était peut-être idiot, mais il le ressentait ainsi.

Il y avait peu de monde aujourd'hui, les températures étaient fraiches, mais des courageux faisaient quelques exercices et quelques enfants jouaient surveillés par leurs parents. D'ailleurs, le policier faisait toujours en sorte de voir s'ils étaient bien accompagnés, regardant de loin, on ne sait jamais, déformation professionnelle. Ou tout simplement traumatisme d'enfance. À croire que cela le suivait partout, parfois il avait juste envie de penser à autre chose, mais c'était toujours là, dans un coin de sa tête. Il suit le seul sentier présent dans le parc, faisant le grand tour pour se rendre là où se trouvait le banc sur lequel il s'asseyait habituellement. Ses pas sont lents, il n'est pas pressé, il a même prévu de rester plus longtemps que prévu, l'affaire sur laquelle il travaillait commençait à prendre trop de son temps et de son énergie. À croire que cela le suivait partout, parfois, il avait juste envie de penser à autre chose, mais c'était toujours là, dans un coin de sa tête. Pas plus curieux que ça, il plonge ses mains dans les poches de sa veste, relevant les yeux un instant pour vérifier si la place était disponible et ce n'est apparemment pas le cas. Un soupir s'échappe de ses lèvres, il était embêté, mais ce n'était pas insurmontable, il trouverait un autre banc. Cependant, son regard s'accroche un moment sur la silhouette installée là, il osait à peine y croire, combien y avait-il de chance pour tomber sur lui, ici ? Il était tenté de faire demi-tour, mais un petit éclat de fierté le pousse à avancer et c'est ce qu'il fait. Il approche, guettant une quelconque réaction, il ne semblait pas l'avoir remarqué et bientôt le voilà tout près, préférant se poser contre l'arbre près du banc. Il écoute un moment le morceau, il ne peut empêcher le léger sourire qui s'installe sur ses lèvres, croisant les bras, l'épaule appuyée contre l'arbre. « J'ignorais que tu savais jouer. » Il le coupe, le tire de sa bulle qu'il s'était apparemment créée autour de lui, mais c'était plus fort que lui. Mais très vite, il se sent idiot, alors qu'il n'avait aucune raison de l'être. « Je crois qu'il s'agit de mon banc. » Et il l'entend déjà lui dire qu'il n'y avait pas son nom marqué dessus et il aurait raison. « Je ne pensais pas te revoir, du moins pas ici. » Esteban était encore un peu déstabilisé par cette rencontre, mais bientôt, tout allait remonter, ces souvenirs partagés, tout.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac CalderiniBon pour te remonter le moral
En ligne
Isaac Calderini
https://www.ciao-vecchio.com/t7859-isaac-all-is-lost-but-hope-re https://www.ciao-vecchio.com/t7867-isaac-relationships
Faceclaim : Lee Seung Gi + ©Lauly
Thème·s abordé·s : Abandon, trafics illégaux, prostitution, violence
Messages : 903 - Points : 2308
Never Thought I’d See You Again - Isaac LlfaRNy
Âge : 34 ans
Métier : Il est serveur dans une discothèque mais participe aussi à des combats clandestins ainsi qu'à des jeux de paris illégaux.
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Re: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le Jeu 25 Fév 2021 - 21:48 )
Never Thought I’d See You AgainISAAC & ESTEBAN

28 novembre 2020 || La musique avait toujours fait partie de sa vie néanmoins il s’en était toujours plus ou moins caché, gardant cette passion uniquement pour lui, car il avait d’autres responsabilités et qu’il ne pouvait simplement pas se permettre de rêver à autre chose. Hors, ces derniers temps, Isaac l’admettait, même s’il avait toujours autant conscience que vivre de sa passion lui était impossible, il se laissait plus aller et en jouer plus souvent qu’à son habitude. Il n’avait même plus à se soucier de sa sœur puisque cette dernière était au courant à présent et elle l’avait réprimandé plus d’une fois de lui avoir caché de tels talents. Il continuait de penser que cette soirée karaoké n’aurait jamais dû avoir lieu car à cause de cela, plusieurs personnes ne cessaient de le contacter ou de venir le voir à son travail dans l’espoir de le voir rejoindre le domaine musical. Ce n’était même pas qu’Isaac ne le voulait pas, il ne le pouvait pas. La vie qu’il menait ne le lui permettait pas, tout comme il ne souhaitait pas voir son passé révélé, il ne souhaitait pas délaisser sa cadette non plus, encore moins lui attirer des ennuis parce qu’il avait choisi de penser à lui pour une fois. Non, il n’était pas malheureux de ne pas pouvoir de ce qui l’avait toujours passionné, il s’était fait à l’idée depuis longtemps et à dire vrai, il était même reconnaissant d’entendre tous ses compliments à son sujet. Cela lui suffisait, il s’en satisfaisait puisque après tout jamais il n’aurait pu espérer obtenir d’un coup tant d’attention.

Et parce que la musique avait toujours eu cet effet reposant sur lui, lui permettant d’oublier tous les tracas qui l’accaparaient, il se contentait de ce qu’il avait, de cette guitare qu’il tenait entre ses mains tandis que ses doigts jouaient avec les cordes. En cet instant, perché sur son nuage, Isaac ne pensait à rien d’autre qu’à la douce mélodie qu’il créait, réfléchissant déjà à diverses paroles qui pourraient l’accompagner. Trop concentré dans ce qu’il faisait, il n’avait pas prêté attention à ce qui l’entourait, pas même à cet homme qui était passé près de lui avant de se caler contre un arbre, non loin du banc sur lequel il était installé. Sa voix l’avait toutefois rapidement sorti de sa bulle et bien qu’il l’ait reconnu sans avoir même besoin de poser ses yeux sur lui, Isaac avait porté son regard en sa direction. Bordel. Qu’est-ce qu’il foutait là ce con ? Non pas que Estéban était un con, loin de là en vérité hors s’il avait pu ne pas le recroiser, cela aurait bien arrangé le jeune homme. Est-ce qu’il était heureux de le revoir ? Pas du tout. Il ne s’était pas barré à l’époque pour le voir revenir soudainement dans son existence et il n’avait de toute manière rien à lui dire. Leur relation était du passé, il y avait mis un terme avant que tout ne tourne au vinaigre, avant que ses sentiments ne deviennent trop profonds et il ne regrettait aucunement cette décision. Si Estéban n’avait pas été en mesure de l’accepter, lui ne pouvait plus rien pour lui désormais.

En guise de réponse à ses paroles, le serveur s’était contenté de hausser les épaules, il n’y avait rien d’étonnant à ce que son ancien collègue ne soit pas au courant de ses talents. A cette période, il n’en avait parlé à personne et en vérité, ce n’était pas comme s’il était le genre d’individu à trop épiloguer sur sa vie privée. « Ah bon ? » A cette question, faussement étonné, Isaac avait rapidement détaillé le bois sur lequel il était installé avant qu’il ne redresse son regard sombre vers son interlocuteur « Ton nom est inscrit dessus ? » Il était plein de sarcasme et non, même pas il ne cherchait à faire preuve de plus sympathie. Pourquoi le ferait-il ? « J’ignorais qu’il fallait demander une autorisation pour s’asseoir sur un banc. » Evidemment qu’il ne pensait pas ce qu’il racontait, le ton employait était ironique et il n’était pas d’humeur à discuter avec lui. Il ne souhaitait pas repenser à ce passé qu’il avait mis de côté, il n’avait pas le temps pour ça et avait d’autres choses plus importantes à penser. Aussi cruel soit-il, bien qu’il était désolé envers son ancien collègue, sa vie était assez compliquée comme cela pour que ce dernier vienne la chambouler. « Moi non plus. » Sur ses dires, le jeune homme avait soupiré avant de commencer à ranger sa guitare dans sa sacoche puis de, ensuite, reposer ses iris sur son interlocuteur. « Qu’est-ce que tu veux, Estéban ? » Parce que s’il était là, ce n’était probablement pas pour lui parler de la pluie et du beau temps, il voulait sûrement des réponses à ses questions hors, à nouveau, Isaac n’avait rien à lui dire.


Nothing has changed for me, I thought I definitely got stronger. The truth is, i'm just closing my heart. Even the easiest things to do are still difficult. I can't bear the weight of choice. I would like to lower it a little. Even my trembling heart has nowhere to lean on. I try to not regret it, I try to endure it. All of this, all of me.

Never Thought I’d See You Again - Isaac 2167714111 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Esteban SanchezBon pour te remonter le moral
Esteban Sanchez
https://www.ciao-vecchio.com/t8544-esteban-sanchez https://www.ciao-vecchio.com/t8546-esteban-o-38-ans-o-inspecteur-a-la-criminelle
Faceclaim : Manuel Garcia-Rulfo © Ea. (avatar) Astra (signature)
Thème·s abordé·s : deuil, violence, alcoolisme, homophobie, racisme
Messages : 176 - Points : 477
Never Thought I’d See You Again - Isaac Tumblr_ps93v9bocj1wtoy7ko4_500
Âge : 38 ans (19/09/1982)
Métier : Inspecteur à la brigade criminelle
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Re: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le Jeu 25 Fév 2021 - 22:49 )
Never Thought I’d See You AgainISAAC & ESTEBAN

28 novembre 2020 || Le policier était seulement venu décompresser, jamais il n'aurait pensé que cette petite promenade allait prendre une ampleur qui lui échappait encore. Malgré les températures hivernales, l'air restait doux et peu pollué là où il se trouvait. Il aimait surtout venir ici au printemps, lorsque les oiseaux gazouillaient et que les arbres refaisaient leurs feuilles. C'était peut-être un peu cliché, mais le renouveau du printemps était toujours le bienvenu, cela marquait le début d'une nouvelle année, les pages se tournaient et une nouvelle histoire pouvait commençait, il le voyait comme ça. Sauf que l'histoire ne changeait pas et il avait l'impression d'être coincé dans une réalité oppressante. Mais le printemps n'était pas encore là et les arbres étaient nus et les oiseaux absents. Le parc était presque triste. Sauf aujourd'hui, à cause de cette musique. Ou grâce à cette musique qui égayait un peu l'endroit. Et lorsque Esteban découvre l'origine de ces sons plutôt mélodieux, il ne semble pas y croire pour commencer. Le hasard le menait ici, à croire que le hasard se foutait bien de sa gueule. Il aurait pu faire demi-tour et faire comme s'il n'avait rien entendu, rien vu, mais cela avait été plus fort que lui. Alors il s'était posté près de lui, l'écoutant un instant, profitant de ce moment de répit, il se doutait bien que celui-ci ne durerait pas.

Il croise enfin son regard et voit son haussement d'épaules. Oui, il aurait clairement dû faire demi-tour, passer son chemin, il sentait maintenant qu'il gênait, mais tant pis. Il l'observe un instant, il n'avait pas tellement changé, après tout, mais il ne s'attendait à rien d'autre, cela remontait à quelques mois. Esteban ne sait pas tellement à quoi s'attendre lorsqu'il voit son air surpris lorsqu'il évoque ce banc qu'il considère comme sien avant de prendre un air dépité lorsqu'il entend ses sarcasmes. C'était bien digne d'Isaac et il ne peut s'empêcher de rire nerveusement, il le trouvait fidèle à lui-même et puis à quoi il s'attendait au juste ? Pourtant, le policier est piqué, mais à court de mots alors il se contente de secouer la tête de gauche à droite, soupirant bruyamment pour exprimer l'agacement qui commençait à monter en lui. Il ne s'était attendu à rien, mais il était tout de même déçu. Il le dérangeait, il le voyait bien en atteste le mouvement qu'il initie, il était déjà en train de ranger sa guitare dans son étui et l'agacement montait d'un cran du côté d'Esteban. Alors c'était tout ? Il allait fuir et le planter là, comme il l'avait déjà fait quelques mois plus tôt. Nous y voilà. La rancœur silencieuse qu'il avait accumulée depuis des mois commençait à monter par vagues. Et sa question n'arrange rien. De nouveau, Esteban lâche un rire nerveux. « Tu as un de ces culots quand même. » Il en rit même, mais ce n'était pas un rire sincère et le sourire disparaît de son visage rapidement alors que son épaule quitte l'arbre et que ses mains retrouvent les poches de sa veste. « Je ne veux rien. Surtout venant de toi. » C'était encore possible de tourner les talons et de quitter les lieux sans demander son reste, il hésite d'ailleurs, commençant à pivoter sur lui-même, prêt à partir, mais le policier a été piqué au vif, ce n'était sûrement pas le but du plus jeune, mais le mal était fait. « Tu sais quoi ? Laisse tomber... Je n'aurai même pas dû venir te voir. Mais tu vois, je pensais que tu aurais été capable de faire abstraction de tout ça. » C'était la rancœur qui parlait, mais il avait tellement emmagasiné depuis des mois, il avait eu l'impression de ne pas avoir eu le droit de réponse après tout ce qu'il avait pu lui dire, il était frustré. « Apparemment, je me suis trompé. Encore une fois. » Le ton était accusateur, et même s'il avait voulu éviter la confrontation, ce n'était plus vraiment le cas maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac CalderiniBon pour te remonter le moral
En ligne
Isaac Calderini
https://www.ciao-vecchio.com/t7859-isaac-all-is-lost-but-hope-re https://www.ciao-vecchio.com/t7867-isaac-relationships
Faceclaim : Lee Seung Gi + ©Lauly
Thème·s abordé·s : Abandon, trafics illégaux, prostitution, violence
Messages : 903 - Points : 2308
Never Thought I’d See You Again - Isaac LlfaRNy
Âge : 34 ans
Métier : Il est serveur dans une discothèque mais participe aussi à des combats clandestins ainsi qu'à des jeux de paris illégaux.
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Re: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le Jeu 25 Fév 2021 - 23:27 )
Never Thought I’d See You AgainISAAC & ESTEBAN

28 novembre 2020 || Le passé était le passé. C’était toujours grâce à cette pensée qu’Isaac avait pu avancer sans regarder en arrière et c’était également ce qui faisait de lui un garçon pas fréquentable. Parce qu’il n’avait d’estime pour personne et que s’il en avait déjà eu, ça ne l’avait pas empêché de tourner le dos à des individus qui lui étaient pourtant très chers. Hors, aucun d’eux n’était plus important que sa propre vie ou celle de sa petite sœur ; oui, il était égoïste, oui il avait un sacré culot et n’en avait strictement rien à faire qu’on puisse le détester. Il ne cherchait de toute façon pas à être aimé, la preuve étant que dés qu’il avait commencé à s’attacher à son ancien collègue, il avait volontairement choisi de lui tourner le dos. Ce n’était pas qu’il ne l’estimait pas ou ne le respectait, c’était juste trop compliqué et il n’avait pas besoin de lui dans son existence. Cela faisait presque un an qu’ils ne s’étaient pas revus, et si ça avait été difficile au début pour le garçon de s’adapter, il avait oublié désormais. Leur histoire faisait partie du passé, il n’avait plus de temps à lui accorder, plus rien à lui dire non plus et il n’avait surtout pas l’envie de renouer. Il frôlait l’illégalité depuis si longtemps, cela ne lui apporterait jamais rien de bon d’être lié à un flic. Un flic qu’il avait manipulé et utilisé qui plus était, si ce dernier découvrait toute la vérité, il éprouverait certainement plus l’envie de lui mettre un poing en pleine face que de chercher à lui faire la conversation.

Tout d’abord, oui, Isaac avait fait preuve de sarcasme, ne saisissant pas en quelle honneur il devrait lui céder son banc alors que le parc en avait plein d’autres. Ensuite, il s’était attelé à ranger son instrument parce qu’il avait parfaitement saisi qu’il ne jouerait plus rien aujourd’hui et qu’il n’avait pas envie d’être encombré. Ce n’était pas l’envie de partir qui manquait mais à dire vrai, à choisir, il aurait préféré que Estéban s’en aille le premier. Après tout, il était celui qui était venu le déranger dans sa tranquillité et non pas le contraire. La raison pour laquelle le serveur ne s’était pas fait attendre pour l’interroger quant à sa présence ici et ce que le plus vieux lui voulait. Il se fichait pas mal que son comportement était brusque et déplacé, Isaac avait toujours été ainsi et ce, même si son ancien collègue l’avait connu quelque peu différemment. « Pourquoi t’es là alors ? » Et sur ses paroles, il avait ri de la même façon que son vis-à-vis, sarcastiquement et nerveusement ; l’attitude et les propos d’Estéban se voulaient plutôt contradictoires. Ce dernier avait d’ailleurs tourné les talons, laissant croire à Isaac qu’il allait finalement partir mais non, il avait décidé de l’affronter de plus bel pour lui faire une scène. Ce n’était pas possible. Lui qui espérait passer une bonne journée, c’était raté. Pourquoi est-ce qu’il lui prenait la tête comme ça ? Il ne pouvait pas juste passer à autre chose, l’oublier puis vivre sa vie comme s’il n’avait jamais existé ? « En effet, tu t’es trompé. » Plus sérieux que jamais, plus aucune trace de moquerie ou d’ironie dans sa voix, même son regard s’était soudainement fait plus froid. « De quoi est-ce que je suis censé faire abstraction ? » La fin de leur histoire ? Isaac n’y pensait même plus, sa vie ne tournait pas autour d’Estéban ou toute autre personne ; il avait des ennuis plus importants à gérer que des problèmes de cœur et cela faisait bien longtemps qu’il avait tiré un trait dessus. Lui ne faisait pas dans le sentimentalisme, il ne savait pas faire ça et même s’il en avait souffert, ce n’était jamais aussi important que toutes les responsabilités qu’il se devait de porter. A moins qu’il était tout simplement trop habitué à être blessé pour ne plus s’apercevoir ce qui faisait mal ou pas. « Je m’en fous Estéban. Ce n’est pas faute de te l’avoir déjà dit pourtant. A croire que t’es con ou que tu le fais exprès. » Comment pouvait-on l’aimer quand il agissait de la sorte ? Il ne faisait pas d’effort, il repoussait toute forte de bonté et au lieu d’apprendre à compter sur les autres, il se comportait comme le dernier des imbéciles. Vraiment, il était incorrigible.



Nothing has changed for me, I thought I definitely got stronger. The truth is, i'm just closing my heart. Even the easiest things to do are still difficult. I can't bear the weight of choice. I would like to lower it a little. Even my trembling heart has nowhere to lean on. I try to not regret it, I try to endure it. All of this, all of me.

Never Thought I’d See You Again - Isaac 2167714111 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Esteban SanchezBon pour te remonter le moral
Esteban Sanchez
https://www.ciao-vecchio.com/t8544-esteban-sanchez https://www.ciao-vecchio.com/t8546-esteban-o-38-ans-o-inspecteur-a-la-criminelle
Faceclaim : Manuel Garcia-Rulfo © Ea. (avatar) Astra (signature)
Thème·s abordé·s : deuil, violence, alcoolisme, homophobie, racisme
Messages : 176 - Points : 477
Never Thought I’d See You Again - Isaac Tumblr_ps93v9bocj1wtoy7ko4_500
Âge : 38 ans (19/09/1982)
Métier : Inspecteur à la brigade criminelle
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Re: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le Ven 26 Fév 2021 - 0:16 )
Never Thought I’d See You AgainISAAC & ESTEBAN

28 novembre 2020 || Pourquoi est-ce qu'il avait l'impression que la situation allait dégénérer ? Peut-être parce qu'il le voulait. Pourtant, Esteban n'aimait pas le conflit, il le fuyait autant que possible, mais à cet instant, il avait juste envie de l'alimenter, de mettre encore plus d'huile sur ce feu qui brûlait depuis des mois. Apparemment, le feu se consumait seulement de son côté, à en croire cet air presque nonchalant sur le visage d'Isaac. Il n'en avait apparemment rien à faire et à cet instant, le policier l'enviait. Lui aussi voulait passer à autre chose, lui aussi voulait s'en foutre. Mais il n'arrivait juste pas à aller de l'avant comme il le voudrait. Il n'avait pas eu l'occasion de lui dire sa façon de penser, il avait juste écouté, encaissé et regardé partir. Oui, Isaac était le salaud dans l'histoire et tout portait à croire, à cet instant, que les rôles s'inversaient, du moins il en avait l'impression et il n'était pas du tout d'accord avec ça. La frustration, l'énervement, tout cela commençait à monter et il n'arrivait plus à tenir en place sur ses jambes. C'était bien plus simple pour lui de fuir, de ravaler son amertume, mais il n'en fera rien. Ce n'était pas à lui de partir, il était peut-être celui qui avait fait le premier pas, mais ce n'était certainement pas à lui de faire demi-tour. Les mains enfoncées dans les poches de sa veste, Esteban les sent trembler légèrement, ses pieds semblent vouloir le mener loin d'ici, mais sa tension avait monté d'un cran, il ne partirait pas. Oh non, il ne voulait rien de lui, il ne voulait plus rien de lui, après ce qu'il lui avait dit la dernière fois, il n'avait plus envie d'avoir à faire à lui. Seulement, il était toujours là et c'était vraiment désespérant. « Je me le demande. » Il se parle plus à lui-même qu'à Isaac. Qu'est-ce qu'il faisait là, bonne question. Le policier lâche un soupir de frustration, ses épaules s'affaissent un instant, mais sa fierté combattait également et il le détestait de lui faire ressentir toutes ces choses contradictoires. Il s'était trompé sur toute la ligne, depuis le début, bien avant aujourd'hui en fait et il s'en rendait compte maintenant. L'entendre de sa bouche aurait dû le soulager, mais ce n'est pas vraiment le cas, il a juste l'impression d'avoir été pris pour un con tout ce temps. « Joue pas à ça Isaac... Ne fais pas comme si rien ne s'était passé. » Tout cela était peut-être du passé, mais Esteban n'était pas de ceux qui faisait table rase. Peut-être le devrait-il, mais la fin de cette relation, quelle qu'elle soit, avait été plus brutale de son côté que de celui d'Isaac apparemment. Esteban n'était pas capable de faire semblant. Le plus jeune avait peut-être eu ses raisons, mais cela ne justifiait en rien ce qui était en train de se passer. Et puis ce n'était pas comme si cela avait été sérieux. Là encore, Esteban rit nerveusement en y repensant, quel con il avait été, vraiment. Mais son rire se tut de nouveau lorsqu'Isaac en rajoute une couche et il ferme les yeux une fraction de seconde, la colère montrait maintenant le bout de son nez. « Va te faire foutre ! » Ses mains sorties de ses poches, il pointe maintenant son index au niveau de son torse, c'était tout ce qu'il avait trouvé à dire sur le moment, la colère l'aveuglait à cet instant et il n'en revenait pas d'être sorti de ses gonds aussi rapidement. « T'es qu'un putain d'enfoiré, comment tu peux te regarder en face ? T'as réussi à tourner la page tant mieux pour toi, moi pas. Pas avec toute la merde que tu as pu me balancer. » C'était un détail qu'il aurait dû garder pour lui, mais ses mots commençaient à dépasser sa pensée, mais c'était un juste retour des choses, avec quelques mois de retard, certes.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac CalderiniBon pour te remonter le moral
En ligne
Isaac Calderini
https://www.ciao-vecchio.com/t7859-isaac-all-is-lost-but-hope-re https://www.ciao-vecchio.com/t7867-isaac-relationships
Faceclaim : Lee Seung Gi + ©Lauly
Thème·s abordé·s : Abandon, trafics illégaux, prostitution, violence
Messages : 903 - Points : 2308
Never Thought I’d See You Again - Isaac LlfaRNy
Âge : 34 ans
Métier : Il est serveur dans une discothèque mais participe aussi à des combats clandestins ainsi qu'à des jeux de paris illégaux.
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Re: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le Ven 26 Fév 2021 - 8:22 )
Never Thought I’d See You AgainISAAC & ESTEBAN

28 novembre 2020 || La violence de ses mots, Isaac en avait plus que conscience tout comme il reconnaissait ne pas être quelqu’un de bien. Il s’en fichait bien mal de ce qu’on pensait de lui, qu’on le détestait ou le méprisait puisqu’il n’avait jamais essayé à se faire aimer, parce qu’il n’attendait jamais rien de personne. Il n’avait pas besoin de quelqu’un pour lui dire ô combien il était un vaurien, il le savait lui-même et avait toujours fait avec. Ce n’était pas comme s’il avait trop le choix de toute façon, il s’était simplement forgé des barrières pour survivre dans un monde où le plus faible se faisait dévorer sans ménagement. Il avait appris à vivre sans personne à ses côtés, à se débrouiller tout seul et c’était certainement la raison pour laquelle il avait cette facilité à tourner le dos au monde entier. Cela ne voulait pourtant pas dire qu’il ne ressentait pas d’émotions, qu’il ne souffrait pas de ses propres actes ou des injustices que la vie lui infligeait, il ne s’en rendait juste pas compte ou balayer ses peines d’un revers de la main afin de ne pas se laisser submerger. Et dieu seul savait ô combien ce garçon en avait sur le cœur pourtant, ainsi que d’énormes poids lourds qu’il portait sur ses épaules. Il était un connard, c’était vrai, Isaac ne le niait même pas hors il ne l’était pas avec tout le monde et bien que ce n’était pas une excuse, c’était les coups durs de la vie qui l’avaient rendu ainsi.

Pourquoi il était là alors ? Le serveur n’avait pu s’empêcher de lui poser cette question, incapable de comprendre la totalité de la situation mais aussi parce que ses retrouvailles ne l’enchantaient pas vraiment. Il avait dit tout ce qu’il avait à dire l’autrefois, il n’avait pas été très clément et avait même balancé des mots plus horribles les uns que les autres, des mots qui l’avaient lui-même torturé à l’époque mais pour lesquels il s’en fichait aujourd’hui. Il ne saisissait donc pas pourquoi Estéban s’entêtait à lui faire la discussion maintenant, ni pourquoi il lui demandait de faire abstraction de tout ça alors qu’il n’avait aucune raison, pas même l’envie, d’agir de cette manière. « Est-ce que j’ai l’air de jouer sérieusement ? » Un léger rictus agacé s’était échappé de sa bouche avant que sa langue n’aille se claquer à son palet. Des paroles qu’il avait rapidement accentuées par de nouvelles réflexions, ne se gênant pas d’exprimer le fond de sa pensée et tant pis si ses propos n’étaient pas appréciés. Ce n’était pas le but de cet échange de toute façon. « Mais bordel tu me fais chier ! » S’était-il emporté, haussant le ton à son tour. A croire qu’Estéban cherchait réellement les problèmes. « Pourquoi tu viens me saouler pour des conneries ?! » Il avait assez de choses en tête pour qu’on lui en rajoute d’autres, qu’est-ce que les gens pouvaient être chiants ?! « Je te l’ai dit, j’en ai rien à foutre de ce que tu penses ! Oui, je suis un enfoiré et alors ?! » Au moins, il le reconnaissait, c’était déjà à ça. « Qu’est-ce que tu sais de ma vie pour venir me faire chier comme ça ?! » Rien. Son ancien collègue ne savait rien et c’était de sa faute. Mais tant pis, ainsi était la vie.




Nothing has changed for me, I thought I definitely got stronger. The truth is, i'm just closing my heart. Even the easiest things to do are still difficult. I can't bear the weight of choice. I would like to lower it a little. Even my trembling heart has nowhere to lean on. I try to not regret it, I try to endure it. All of this, all of me.

Never Thought I’d See You Again - Isaac 2167714111 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Esteban SanchezBon pour te remonter le moral
Esteban Sanchez
https://www.ciao-vecchio.com/t8544-esteban-sanchez https://www.ciao-vecchio.com/t8546-esteban-o-38-ans-o-inspecteur-a-la-criminelle
Faceclaim : Manuel Garcia-Rulfo © Ea. (avatar) Astra (signature)
Thème·s abordé·s : deuil, violence, alcoolisme, homophobie, racisme
Messages : 176 - Points : 477
Never Thought I’d See You Again - Isaac Tumblr_ps93v9bocj1wtoy7ko4_500
Âge : 38 ans (19/09/1982)
Métier : Inspecteur à la brigade criminelle
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Re: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le Ven 26 Fév 2021 - 10:21 )
Never Thought I’d See You AgainISAAC & ESTEBAN

28 novembre 2020 || La situation lui échappait totalement et il n'arrivait pas à savoir comment il allait pouvoir redescendre sans trop de dégâts. Le policier perdait très rarement son sang-froid, mais lorsque c'était le cas, cela allait très vite. Comme maintenant. Il aurait pu faire demi-tour, c'est ce qu'il se répète depuis plusieurs minutes, mais alimenter ce conflit était tellement tentant, alors qu'il avait horreur de cela en temps normal. Mais là, on parlait d'Isaac, celui pour qui il gardait cette rancœur depuis des mois. Depuis le début de l'année, il avait réussi à l'enfouir profondément, passant son temps au commissariat, enchaînant les heures malgré les réticences du chef qui ne voulaient pas lui payer ses heures supplémentaires, mais Esteban s'en foutait pas mal, tout ce qu'il voulait, c'était avoir l'esprit occupé. Et il avait plus ou moins réussi, jusqu'à maintenant, jusqu'à ce qu'Isaac n'apparaisse devant lui, faisant remonter cette amertume qu'il avait besoin maintenant de déverser. Il était resté sur sa faim, n'avait pas eu la chance de rétorquer et d'attaquer à son tour, c'était maintenant chose faite. Il était peut-être trop tard, c'était même sûr, mais il ne pouvait clairement pas le laisser lui parler comme il était en train de faire. Est-ce qu'il était de mauvaise foi ? Totalement.

Le ton de l'ex policier l'agace, tout simplement parce qu'il n'avait pas eu l'habitude de le voir ainsi. Il avait l'impression de découvrir une facette de sa personnalité. Est-ce qu'il lui était arrivé quelque chose ces derniers mots pour être aussi con maintenant ? Esteban savait qu'il devait lâcher l'affaire, cela ne servait strictement à rien, à part faire monter sa tension et lui donner l'idée d'aller boire un verre pour décompresser. Ce n'était clairement pas le moment d'y penser, pourtant ses mains tremblaient légèrement, c'était à peine perceptible, mais Esteban le sentait, lui. Le ton monte très vite, le policier ne peut pas s'empêcher de raviver le feu alors qu'il ne voulait qu'une chose, c'était de l'éteindre. Mais Isaac semblait vouloir entrer dans le jeu et la tension monte d'un cran de son côté également. Les quelques personnes présentes aux alentours commençaient à les regarder, curieux ou inquiets. « Pour des conneries ? Des conneries ? » Il répète ses mots, espérant lui faire réaliser à quel point, c'était vexant. Alors tout ça, ce n'étaient que des conneries à ses yeux ? Tout ce qu'ils avaient pu partager pendant plus d'un an, tout ça, n'étaient que des conneries ? Le plus vieux accuse le choc, il a soudainement envie de partir, il n'a plus envie de crier, plus envie d'exprimer sa colère, il a juste envie de rentrer chez lui. Pourtant, Isaac en rajoute une couche, encore, et c'était apparemment à celui qui allait crier le plus fort. « Et qu'est ce que tu sais de la mienne ?! » C'est plus fort que lui, ses doigts empoignent son col et il se rapproche vivement, dans quel but, il ne sait pas trop, sûrement pour lui montrer à quel point il était en colère et que cette réflexion ne passait pas. Mais il le relâche brusquement en le poussant, ce n'était pas ce qu'il voulait, il ne voulait pas se lancer là-dedans. « Comment veux-tu que je sache si tu ne parles pas ?! » Isaac n'était pas du genre causant, sauf pour dire des choses horribles et blessantes, se confier semblait être la dernière chose dont il était capable, pourtant Esteban n'avait attendu que ça à l'époque. « Ton égoïsme te perdra Isaac. » Il avait baissé le ton, mais il ne décolérait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac CalderiniBon pour te remonter le moral
En ligne
Isaac Calderini
https://www.ciao-vecchio.com/t7859-isaac-all-is-lost-but-hope-re https://www.ciao-vecchio.com/t7867-isaac-relationships
Faceclaim : Lee Seung Gi + ©Lauly
Thème·s abordé·s : Abandon, trafics illégaux, prostitution, violence
Messages : 903 - Points : 2308
Never Thought I’d See You Again - Isaac LlfaRNy
Âge : 34 ans
Métier : Il est serveur dans une discothèque mais participe aussi à des combats clandestins ainsi qu'à des jeux de paris illégaux.
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Re: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le Ven 26 Fév 2021 - 17:33 )
Never Thought I’d See You AgainISAAC & ESTEBAN

28 novembre 2020 || Si au départ, Isaac s’était principalement montré sarcastique, la tension semblait s’accentuer de plus en plus et la colère commençait à le gagner peu à peu. Il n’était pourtant pas celui qui devrait s’énerver hors il estimait avoir déjà été assez clair avec Estéban lorsqu’il avait mis un terme à la relation qu’il partageait. Lui n’y était pour rien si son ancien collègue n’était pas capable de comprendre et encore moins d’accepter la réalité ; il n’était pas d’humeur à discuter ou à rattraper le temps perdu, il était déjà assez occupé avec sa vie pour s’intéresser aux autres. Ce n’était pas parce qu’il avait lâché un peu du leste ces derniers temps que sa situation s’était arrangée ou qu’elle était moins compliquée. Donc oui, pour lui, leur histoire n’était que futile, elle n’était qu’une douce impasse du passé qui n’avait plus lieu d’être aujourd’hui. Isaac ne disait pas qu’il n’avait pas apprécié ces moments passés ensemble, ni qu’il n’avait pas éprouvé du plaisir en sa compagnie, cependant à l’heure actuelle, tout ceci était le cadet de ses soucis. Ce n’était rien comparé à toutes les difficultés qu’il affrontait et il estimait qu’il y avait bien plus grave qu’une simple histoire de cul. Même si, en effet, les concernant c’était certainement plus que cela toutefois il préférait rester sur le fait qu’il n’y avait jamais rien eu de sérieux et ne pas s’attarder sur les détails. De toute façon, si attachement il y avait eu, sa manière de penser ne changeait pas non plus. Il avait toujours laissé les sentiments derrière lui afin de pouvoir survivre dans ce monde parce qu’il n’était tout simplement pas en mesure de mener une vie stable. C’était trop compliqué pour qu’il puisse se poser et rêver à un bel avenir, cela ne lui arriverait jamais. Pas tant qu’il n’aurait pas terminé de rembourser ses dettes et qu’il se serait enfin débarrassé ses hommes qui lui pourrissaient son existence. Alors oui, leur relation n’était que futile, qu’un problème supplémentaire qui le piquait à vif et qui l’agaçait un peu plus au fur et à mesure que les minutes défilaient.

Le fixant de ses yeux sombres, sans prendre la peine de répondre, le plus jeune avait haussé les épaules. Oui, c’était des conneries et il n’en avait que faire de le vexer, Estéban avait qu’à cesser d’insister s’il n’était pas capable d’encaisser. Seulement, encore et toujours, son ancien collègue persistait et en colère, il s’était même permis de lui agripper le col ; Isaac n’avait pas bronché d’un centimètre, continuant de l’observer avec dédain alors qu’il mourrait d’envie de lui rétorquer qu’il n’en avait strictement rien à foutre de sa vie. S’il ne l’avait pas questionné sur le sujet, c’était bien pour une raison. « Pourquoi est-ce que je te parlerais si je ne le souhaite pas ?! » S’il n’avait pas voulu le faire avant, ce n’était pas maintenant que cela changerait. Il avait conscience de ne pas être très ouvert sur sa vie privée, de ne jamais se confier et de préférer écouter plutôt que le contraire ; qu’est-ce qu’il y pouvait s’il était ainsi ? Et puisque le ton de son vis-à-vis semblait d’avoir diminué d’un cran, la tension paraissait s’être aussi atténuée légèrement bien que l’un comme l’autre savait qu’il suffisait d’un rien pour repartir. « Je sais. » De plus bel, Isaac avait haussé les épaules sur ses propos, comme s’il s’était résigné à cette idée et qu’il savait qu’un jour ou l’autre, il en paierait le prix, seulement il l’acceptait. « Mais j’en ai rien à foutre, je ne cherche pas à ce qu’on m’apprécie. Tu peux me haïr autant de fois que tu veux, je m’en fiche. Notre histoire, c’est du passé et je n’ai plus envie de m’attarder dessus. Si tu n’es pas capable de faire de même, ce n’est pas mon problème. » Son égoïsme le perdrait comme le lui avait rétorqué son ancien collègue, hors qu’avait-il à perdre en réalité ? Rien. Tout ce qu’il souhaitait était que sa petite sœur soit heureuse et en bonne santé, du moment qu’Erena menait une vie convenable, lui ne désirait rien d’autres que son bonheur. Le sien passait toujours en second.  


Nothing has changed for me, I thought I definitely got stronger. The truth is, i'm just closing my heart. Even the easiest things to do are still difficult. I can't bear the weight of choice. I would like to lower it a little. Even my trembling heart has nowhere to lean on. I try to not regret it, I try to endure it. All of this, all of me.

Never Thought I’d See You Again - Isaac 2167714111 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Esteban SanchezBon pour te remonter le moral
Esteban Sanchez
https://www.ciao-vecchio.com/t8544-esteban-sanchez https://www.ciao-vecchio.com/t8546-esteban-o-38-ans-o-inspecteur-a-la-criminelle
Faceclaim : Manuel Garcia-Rulfo © Ea. (avatar) Astra (signature)
Thème·s abordé·s : deuil, violence, alcoolisme, homophobie, racisme
Messages : 176 - Points : 477
Never Thought I’d See You Again - Isaac Tumblr_ps93v9bocj1wtoy7ko4_500
Âge : 38 ans (19/09/1982)
Métier : Inspecteur à la brigade criminelle
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Re: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le Lun 1 Mar 2021 - 15:23 )
Never Thought I’d See You AgainISAAC & ESTEBAN (TW : racisme)

28 novembre 2020 || Il voulait juste s'asseoir sur ce banc à la base, rien de plus. Il n'avait pas prévu d'y voir Isaac, ni que le ton monte d'ailleurs, mais c'était plus fort que lui. Il avait peut-être pris tout cela trop à cœur et à voir le comportement du plus jeune, c'était une certitude. Il l'avait connu plus conciliant et il n'aurait pas pensé se confronter à un mur la prochaine fois qu'il le verrait. En fait, il ne s'était pas attendu à le voir du tout, mais Naples n'était pas la plus grande métropole non plus, se croiser était possible, il ne s'y était juste pas préparé, il n'y avait pas pensé. Durant tout ce temps, il avait enfoui très profondément cette déception, cette fin brutale en se plongeant dans ses enquêtes qui s'étaient enchaînées au cours de l'année. Cela lui avait été salutaire dans un sens, car cela lui avait permis de ne penser à rien d'autre qu'à cela. Maintenant que la réalité lui revenait brutalement dans la face, il perdait ses moyens. Tout remontait soudainement et il ne pouvait pas ne pas monter dans les tours. Esteban était quelqu'un de passionné, il était très concerné alors évidemment lorsque cela le touchait de près, il était prêt à tout. À quoi était-il prêt à cet instant.. il n'en savait rien. Cette frustration qu'il ressentait bloquait tout, il s'était emballé, le ton était monté et puis rien. L'attitude d'Isaac ne l'aidait pas, il était d'une nonchalance détestable et Esteban avait juste envie de lui crier dessus, pour lui demander de s'en foutre. C'était ce qui le blessait le plus au final, qu'Isaac se fiche pas mal de ce qui a pu se passer. Esteban pouvait comprendre, il avait compris maintenant que c'était fini, il n'était pas idiot, jamais il ne lui avait couru après pour le supplier, ce n'était clairement pas son genre. Mais le voir rester aussi indifférent et fermé quant à ce qu'ils ont pu vivre tous les deux, cela le blessait.

Il était en colère, il lui avait même agrippé le col avant de le relâcher subitement, l'ombre de son père planait au-dessus de lui, cela le terrifiait. La frustration était son ennemie à cet instant précis, il voulait qu'il lui parle, qu'il lui dise pourquoi, il voulait comprendre. Mais le plus jeune semblait s'en foutre, cela se voyait à son expression et il ne se cachait même pas de lui dire qu'il n'avait rien à dire et qu'il ne voulait pas de toute manière. Les épaules du policier s'affaissent, il baisse les armes, à quoi bon s'accrocher, à quoi bon insister ? Isaac ne pensait qu'à sa petite personne, il était tout ce qu'Esteban détestait à cet instant. C'était sûrement une manière de se protéger, seulement, il était incapable de le comprendre. « Malgré tout ce que tu fais pour que je te haïsse, ça ne marche pas, Isaac. » Sa voix était calme, lasse surtout. Esteban était trop fier pour lui dire concrètement qu'il ne le haïssait pas, il avait encore un peu de répondant pour le dire subtilement. Mais là encore, il se doutait bien qu'Isaac allait s'en foutre. Il ne peut s'empêcher de sourire tristement, réalisant qu'il n'avait été qu'un parfait idiot, il n'avait plus rien à faire ici. Tout ce qu'il voulait maintenant, c'était rentrer chez lui et non pas au commissariat, il n'avait clairement pas envie de finir sa journée, pas sans un verre, il se sentait misérable. Les mains de nouveau dans les poches de sa veste, il fait quelques pas dans le but de s'éloigner sans rien dire, que pouvait-il dire de plus de toute manière ? Il préférait partir comme un con et pour le coup, ce serait lui qui fuirait. Mais un homme approche d'un pas plutôt décidé et pressant, il avait l'air assez mécontent, notamment lorsqu'il regardait en direction du policier, mais c'est à Isaac qu'il s'adresse non sans le toiser du regard, un regard qu'il avait vu trop de fois. « Il vous dérange le Mexicain ? » Esteban cligne des yeux, il avait l'impression d'avoir mal entendu, mais cela faisait partie de son quotidien, ou presque, malheureusement. Mais il n'avait clairement pas besoin de ça maintenant. Sûrement, l'avait-il vu un peu brusque lorsqu'il avait saisi Isaac par le col, c'était sûrement cela, en partie. « Je vous demande pardon ? » Le policier n'en revenait de tout de même pas, le fait qu'on parle de lui alors qu'il était juste là, à côté, ne passait pas. « Qu'est-ce que vous venez de dire ? » Ses mains étaient de nouveau sorties de sa poche et il faisait maintenant face à l'homme qui n'avait pas l'air de vouloir où était le problème, Esteban, lui, regrettait d'avoir laissé son badge au commissariat. « C'est pas à toi que je m'adresse.. » Nouvelle intervention du type et Esteban lâche un rire nerveux, regardant automatiquement autour de lui pour voir s'il y avait possiblement d'autres témoins à ce qui était en train de se passer, mais c'était aussi surtout le moyen de ne pas se jeter sur lui.


I never, even for a moment, doubted what they’d told me. This is why it is that adults and even parents can, unwittingly, be cruel: they cannot imagine doubt’s complete absence. They have forgotten.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac CalderiniBon pour te remonter le moral
En ligne
Isaac Calderini
https://www.ciao-vecchio.com/t7859-isaac-all-is-lost-but-hope-re https://www.ciao-vecchio.com/t7867-isaac-relationships
Faceclaim : Lee Seung Gi + ©Lauly
Thème·s abordé·s : Abandon, trafics illégaux, prostitution, violence
Messages : 903 - Points : 2308
Never Thought I’d See You Again - Isaac LlfaRNy
Âge : 34 ans
Métier : Il est serveur dans une discothèque mais participe aussi à des combats clandestins ainsi qu'à des jeux de paris illégaux.
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Re: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le Lun 1 Mar 2021 - 17:46 )
Never Thought I’d See You AgainISAAC & ESTEBAN

28 novembre 2020 || Oui, Isaac se fichait complètement de toute cette situation, il se fichait d’être aimé ou détesté par son ancien collègue parce que cette histoire ne le concernait plus désormais. Il l’avait rangé avec le passé depuis bien longtemps à présent et n’avait plus le temps, encore moins l’envie de se soucier de telles futilités. Il n’était pas un homme aux sentiments, pas même à l’attachement et il avait toujours vécu en favorisant sa vie et celle de sa sœur en premier. Il n’en avait pas vraiment le choix pour le survivre et même si c’était cruel pour son entourage, ça ne lui posait aucun problème. Les aléas de la vie l’avaient forgé de cette façon, ils l’avaient aidé à être ce garçon qu’il était et à se protéger de tout ce qui tombait sur son passage. Il avait une force de caractère inégalable, c’était ce qui lui avait toujours permis d’avancer, d’encaisser sans jamais s’écrouler bien que, un jour viendrait où Isaac aussi finirait certainement par baisser les armes. Il ne s’apercevait tout simplement pas des coups qu’il recevait parce qu’il était habitué à foncer tête baissée, à tourner le dos au peu d’amis qu’il avait déjà pu avoir et à se débrouiller seul. Sa vie avait toujours été compliquée, il n’avait jamais réellement connu de moments de répits non plus et c’était le pourquoi il lui était si aisé de hausser les épaules puis se foutre du monde entier. « Que tu m’aimes ou me haïsses, cela ne regarde que toi, je ne fais pas semblant de quoi que ce soit. » Il ne jouait pas la comédie juste pour ne plus avoir Esteban dans ses pattes ; il était juste lui et c’était probablement encore plus blessant mais en effet, le plus jeune s’en fichait.

Son ancien collègue avait commencé à faire demi-tour et lui s’apprêtait à en faire de même, n’ayant plus vraiment de motivation à rester ici. Ses doigts s’étaient saisis de la sacoche de sa guitare avant que son regard ne se pose sur l’inconnu qui se mêlait de ce qui ne le regardait pas. Quelque peu dérangé par ses propos, Isaac l’avait toisé du regard, se demandant pour qui il se prenait celui-là et ce n’était clairement pas parce qu’il avait des traits asiatiques, que le serveur ne comptait pas lui tenir rigueur de ses paroles. S’il y avait bien une chose que le jeune homme détestait était qu’on se permette de rabaisser les autres personnes en se pensant meilleur qu’elles, sans parler du fait qu’il n’aimait pas non plus qu’on vienne s’immiscer dans ses affaires. Pour qui est-ce qu’il se prenait ce con à le traiter comme ça ? Il aurait pu s’en foutre, oui, hors, pas sur un tel sujet. Il avait beau ne plus vouloir Esteban dans son existence et ne plus se soucier particulièrement de lui, ça n’empêchait pas qu’il n’autorisait pas à ce qu’on s’adresse à lui de la sorte. « De quoi je me mêle ? » Etait alors intervenu Isaac d’un ton froid, après que l’inconnu ait répondu de plus bel à son ancien collègue. « Et t’es qui d’abord pour parler de lui comme ça ? » L’autre avait affiché une mine offusquée, ne s’attendant probablement pas à cette réaction et le serveur n’avait d’ailleurs pas fini, il ne lui laissait même pas le temps d’en placer une. « Tu crois que t’es mieux avec tes yeux bridés peut-être ?! » Certes, cette remarque valait pour lui aussi mais c’était justement parce qu’il avait également des traits asiatiques qu’il se permettait une telle remarque. Cet homme était peut-être intervenu avec une bonne intention hors un type fermé comme ça, Isaac n’avait clairement pas besoin de son aide, il pouvait littéralement aller se faire voir.



Nothing has changed for me, I thought I definitely got stronger. The truth is, i'm just closing my heart. Even the easiest things to do are still difficult. I can't bear the weight of choice. I would like to lower it a little. Even my trembling heart has nowhere to lean on. I try to not regret it, I try to endure it. All of this, all of me.

Never Thought I’d See You Again - Isaac 2167714111 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Never Thought I’d See You Again - Isaac Empty
# Sujet: Re: Never Thought I’d See You Again - Isaac ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Never Thought I’d See You Again - Isaac -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant