Marcus || Who let the dogs out ?

Revenir en haut
Aller en bas

-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur Nike React Infinity Run Flyknit 2
95.97 € 159.99 €
Voir le deal

 

- Marcus || Who let the dogs out ? -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Parco Virgiliano
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Leia PellegrinoToujours frais après un litre de café
Leia Pellegrino
https://www.ciao-vecchio.com/t5146-leia-lost-soul https://www.ciao-vecchio.com/t5161-ca-me-fait-une-belle-jambe
ID : wanderlust.
Pronom : Elle.
Faceclaim : Diana Penty : ealitya ; Signa : Mars
Style RP : Pronoms RP :Elle
Flashback :Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Abandon, amputation
Messages : 744 - Points : 1513
Marcus || Who let the dogs out ?  YUhmwpW
Âge : 33 ans
Métier : Animatrice à l'orphelinat dans lequel elle a grandi
Marcus || Who let the dogs out ?  Empty
# Sujet: Marcus || Who let the dogs out ? ( le Dim 7 Mar - 2:22 )
Elle ne savait même pas pourquoi elle avait dit oui. Ah oui, pour faire plaisir. Et parce qu’il faisait beau et qu’elle voulait un prétexte pour aller prendre l’air. Elle avait pu amener avec elle des enfants sous prétexte qu’elle voulait les responsabiliser. Et pour ce faire, la jeune femme avait accepté de promener des chiens que des gens leur avait confiés pour qu’ils puissent passer du temps avec les enfants. Ils devaient vraiment avoir pitié d’eux pour accepter que leur animal de compagnie passe ne serait-ce qu’une après-midi avec des gens qu’ils ne connaissaient pas. Cependant ça, ce n’était pas le problème de Leia. Elle avait son excuse pour travailler en dehors des murs de l’orphelinat. Problème : les chiens n’avaient pas l’air de l’aimer. Ils n’arrêtaient pas de vouloir s’enfuir dès qu’elle s’approchait un peu trop d’elle. Pire, de son côté c’était son corps qui rejetait ces boules d’amour parce qu’elle n’arrêtait pas d’éternuer à chaque fois qu’elle se tenait à côté d’eux plus de cinq minutes. Et elle refusait ça. Elle refusait de se dire que même les chiens la fuyaient et que son corps voulait prendre la tangente. Tout ça pour dire que Leia s’en foutait. Elle continuerait à s’approcher des chiens même s’ils se mettaient à vouloir l’attaquer. Même chose si son corps essayait de fuir. Conclusion, elle avait de l’amour à donner et elle voulait en donner à ces chiens.

« Vous prenez chacun un chien et vous vous en occupez, d’accord ? Comme on a dit avant de quitter l’orphelinat. » Rappela la jeune femme qui essayait de se faire entendre parmi les bruits alentours et les enfants qui se mettaient à rire parce que les chiens s’amusaient avec eux. Au moins eux pouvaient recevoir un peu d’amour. Elle sortit une carte de son sac qu’elle avait passé en bandoulière sur son épaule pour revoir le trajet qu’ils avaient passé en revu pour être sûre que tout le monde savait où aller. Il n’y avait qu’un chemin pour traverser le parc et elle l’avait tracé en rouge. Cependant, comme on ne pouvait jamais être sûre de rien avec ces enfants, elle avait été obligée de se répéter au moins cinq fois pour comprendre qu’ils allaient aller d’un point A à un point B. Au bout de trente secondes où les premiers enfants commençaient déjà à s’éloigner, elle laissa tomber et commença sa promenade elle aussi. Elle les voyait tous de là où elle se tenait à l’arrière. Le chien qu’elle tenait en laisse lui, commençait à dévier de sa route. A droite, puis à gauche. Elle avait beau tirer, Leia n’était pas certaine de pouvoir le guider, ni de bien s’y prendre pour arriver à destination sans se blesser. Au bout de quelques secondes, sans qu’elle ne comprenne comment, son chien arriva à s’échapper. La laisse glissa de ses doigts sans qu’elle ne puisse la retenir. Debout comme une abrutie au milieu des gens, elle voyait juste le chien tailler la route au loin. Avec un temps de réaction plus que désirable, elle se mis à marcher vite – elle ne pouvait pas courir avec sa prothèse qui lui faisait mal – en suivant la même route que celle qu’avait pris l’animal. « HERVE ? » Cria-t-elle pour essayer qu’il revienne. Oui, la propriétaire avait appelé son chien Hervé. Elle n’a pas cherché plus loin. « HERVE VIENT ICI ! » Les mains autour de sa bouche pour amplifier sa voix, elle sentait la sortie de merde pour elle. Les gens se retournaient sur son passage sans qu’on ne propose de lui venir en aide. « HERVE LE CHIEN ! » Cet ajout n’était pas nécessaire, sauf pour Leia. « Putain… » Jura-t-elle alors qu’elle avait définitivement perdue de vue Hervé. Debout au milieu des gens qui continuaient leur chemin sans même s’arrêter, il n’y avait que le groupe d’enfants qui s’étaient stoppés pour la regarder.




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Perfection is a disease of a nation. Pretty hurts, pretty hurts. Pretty hurts. You shine a light on whatever's worst. Tryna fix something but you can't fix what you can't see. It's the soul that needs a surgery. // par mars.
Revenir en haut Aller en bas
 
- Marcus || Who let the dogs out ? -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Parco Virgiliano
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut