Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -27%
XIAOMI POCO X3 64Go – Gris
Voir le deal
176 €

 

- Daina Veraci -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Daina VeraciToujours frais après un litre de café
Daina Veraci
https://www.ciao-vecchio.com/t8592-daina-veraci https://www.ciao-vecchio.com/t8679-daina-o-30-ans-o-caissiere#290135
Faceclaim : Denise Mercedes ; ealitya
Sujets sensibles : .grossophobie
Thème·s abordé·s : grossophobie, deuil
Messages : 520 - Points : 868
Daina Veraci  Haribo-doigt-d-honneur
Âge : 30 ans
Métier : Caissière
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Daina Veraci ( le Dim 7 Mar 2021 - 15:39 )
Just took a DNA test turns out I'm 100% that bitch.
Daina Veraci
rôle inventé
Identité :Daina Veraci. Une identité qui lui va bien, choisie avec amour par ses parents. Elle n'a pas de surnom, son prénom est assez court comme ça pour qu'on le raccourcise encore.

Naissance : 1990 à Etroubles. Un petit village où quasi tout le monde se connait et où la routine s'installe très naturellement.

Origines : De nationalité Italienne, on retrouve également du sang dominicain dans les gènes de la jeune femme du côté de son père.

Statut :Célibataire. Elle n'est pas à la recherche de l'amour et laisse ça aux autres bien qu'elle ait un côté très romantique qu'elle cache parce que ici c'est la street. Pas de temps pour le love.

Métier :Caissière à l'épicerie que tient sa marraine dans le quartier Spagnoli.

Argent : Elle en a juste pas lol Son salaire moyen ne lui permet pas de faire des excès, mais elle n'a pas à se plaindre non plus.

A Naples depuis :Bien qu'elle soit venue avant son installation officielle, Daina habite à Naples depuis janvier 2017.

Aussi chiante qu'attachante, il n'y a pas de juste milieu lorsqu'on connait la jeune femme. On l'aime ou on la déteste. Avec une personnalité assez solaire, elle a une bonne humeur contagieuse. Lorsqu'elle rigole on l'entend jusqu'à l'autre bout de la rue parce qu'elle rigole avec le coeur. Il lui arrive souvent de perdre l'équilibre lorsqu'elle commence à rire à n'en plus s'arrêter d'ailleurs. Blagueuse, elle a développé un mécanisme de défense très tôt qui passe par l'autodérision et les blagues. Observatrice avec un sens de la répartie à toute épreuve, en général les gens n'aiment pas se lancer dans des conversations houleuses avec elle parce qu'ils risquent d'en sortir avec un mal de crâne. Elle n'est pas une mauvaise joueuse mais très mauvaise perdante. Avec son colocataire les jeux de société sont proscrits chez eux parce qu'à chaque fois ça se termine en boudin. Elle se lève pour aller bouder dans son coin et ça peut durer plusieurs heures. Elle n'aime pas avoir tort ni avouer qu'elle a tort. Elle le fait mais uniquement lorsqu'il s'agit de personnes qu'elle aime parce que la relation passe avant sa mauvaise foi. Toujours présente pour les gens qu'elle aime, à chaque fois que quelqu'un fait du mal à ses proches sa première solution sera de sortir la crique et la bombe lacrymogène pour aller se venger. A ce jour elle n'a jamais eu à en user, mais un jour qui sait. Impulsive, elle ne réfléchit pas beaucoup avant d'agir. Très souvent, c'est au milieu de l'action lorsqu'il lui est impossible de faire demi-tour qu'elle se rend compte de ses erreurs. Mais foutu pour foutu, autant y aller à fond dans le chaos.

chronotype :
matin
permis :
oui
saison :
Eté


la chanson la plus écoutée en boucle :
Pirouette cacahuète ???


Conclusion de ta vie Si on commence à comparer la vie de Daina avec celle des autres, on comprendra vite qu'elle mène une vie chaotique, mais elle s'en fiche. Elle ne cherche pas forcément ce que les autres de son âge cherchent. Elle ne cherche pas l'amour, elle ne cherche pas à avoir une carrière, elle ne cherche même pas à profiter de sa jeunesse de peur que ça lui passe entre les doigts. La seule chose qui importe à la jeune femme c'est qu'elle soit en bonne santé et que les gens qu'elle aime le soient aussi. Sous ses airs de "je m'en fous", elle se préoccupe beaucoup du bien être de ses proches qui sont un peu la seule famille qu'il lui reste. Le seul objectif qu'elle pourrait se fixer parce que l'idée lui trotte dans la tête depuis un moment, c'est de renouer avec son aîné. Le reste elle s'en fiche.

(un) Fille cadette de Prisca et Duccio Veraci, c'est dans une famille aimante que Daina voit le jour. Elle a un grand frère que cinq ans séparent, mais pour la petite fille qu'elle était, ce n'était pas un problème. Les premières années de sa vie, Daina a toujours pu compter sur deux choses stables dans sa vie : son doudou qu'elle traînait avec elle partout, et Loris son grand frère. Un pilier. (deux) Fille à maman, il n'était pas compliqué de trouver Daina lorsqu'on savait où était Prisca. Dans les rares souvenirs que garde la brunette de sa mère, elle se souvient surtout de toutes les confiseries qu'elle lui glissait en cachette lorsque personne ne regardait. Le soir lorsque tout le monde était déjà couché, Daina allait rejoindre sa mère dans la cuisine et elle lui donnait un cookie. Un rituel qui s'est installé très rapidement et que personne ne sait d'ailleurs. (trois) Le poids de la petite fille a souvent été au centre des conversations chez elle. Daina n'a jamais été fine et ça, depuis le berceau. "Son gros bébé" comme l'appelait sa mère même après qu'elle ait quitté les couches culottes. C'était bien l'une des seules qui ne la complexait pas et qui lui trouvait des excuses lorsqu'on commençait à faire des commentaires à son sujet. De son côté, Daina était beaucoup trop jeune pour s'apercevoir du traitement différent auquel elle avait droit à cause de son poids, de la part de ses proches.  (quatre) Son père, un homme exceptionnel aux yeux de la petite fille qui malgré les rares souvenirs qu’elle garde de lui, ne trouverait rien à redire. Certes, il arrivait que ce dernier concentre toute son attention sur Loris, attisant un peu la jalousie de la petite fille. Mais il ne lui a jamais refusé un câlin lorsqu’elle tendait les bras. Il n’a jamais cessé de la faire sourire lorsqu’elle en avait besoin après que les enfants du quartier se montrent méchants envers elle. Son seul regret à son propos, c’est le manque de temps passé en sa compagnie. Cinq ans, c’est beaucoup trop court.  (cinq) C’est vers l’âge de 5 ans que Daina perd ses deux parents dans un accident de train. De cette nuit, elle n’en a que très peu de souvenirs. Elle se souvient juste d’une sonnerie au milieu de la nuit qui l’avait fait sursauter au milieu d’un rêve et de paroles étouffées qui l’ont gardé éveillées le reste de la nuit. Le concept de la mort étant inconnu pour Daina,les premières semaines elle s’était retrouvée à enchaîner plusieurs nuits blanches dans l’attente du retour de ses parents.(six) L’incompréhension, le manque de sommeil, le manque tout court de ses parents… C’en était déjà trop pour Daina à qui on n’expliquait pas grand chose. Elle aurait voulu essayer de comprendre, poser des questions aux adultes s’ils n’avaient pas eu l’air si occupés. Elle avait même tenté de poser des questions à Loris avant de laisser tomber. Elle n’avait pas les mots pour demander correctement ce qu’elle voulait savoir alors que c’était simple. Est-ce qu’elle reverrait un jour ses parents ? La seule chose que pouvait faire Daina, était de rester collée à Loris et de le prendre lui à la place de son doudou qui ne suffisait plus à la faire se sentir en sécurité… Avant de le perdre lui aussi. (sept) Sans parents, c’est direction le foyer pour les enfants Veraci. Le séjour de Daina ne fut en revanche que de courte durée. Juste le temps que ses grands-parents la rejoignent à Naples pour tout mettre en ordre. En les voyant arriver, ce fut la première fois que la petite fille lâcha son frère pour se jeter dans les bras de sa grand-mère. Enfin un visage familier qui lui faisait du bien. Sans tarder, ils demandèrent à Daina de rassembler ses affaires pour rentrer avec eux. Elle se ne fit pas prier. Elle n’aimait pas cet endroit et avait hâte de rentrer retrouver son lit, ses parents… Parce qu’ils étaient là pour ça n’est-ce pas ? Pour les ramener à leurs parents ? En récupérant son doudou qui n’était plus qu’un nid à microbes, elle lança un regard interrogateur à Loris pour essayer de comprendre pourquoi lui n’emballait pas ses affaires. La réalité, sûrement plus violente que les souvenirs qui commençaient à s’user avec le temps, jamais elle n’oubliera les cris et les pleurs de ce jour-là. Pas une explication de la part des adultes, juste l’impatience de son grand-père qui la tirait par le bras alors qu’elle s’accrochait de toutes ses forces à Loris. Elle ne lui a même pas dit au revoir d’ailleurs. Elle refusait de partir sans lui et n’acceptait pas cette séparation. (huit) Sa nouvelle vie à Etroubles avec ses grands-parents n’est pas de tout repos. Un nouveau rythme à prendre en très peu de temps, une nouvelle école, de nouveaux amis… Et un nouveau sujet qui en devint presque obsessionnel pour Daina; Loris. Où est-ce qu’il était ? Est-ce qu’il allait venir la rejoindre ? Est-ce qu’elle pouvait aller le voir ? Est-ce qu’il était allé rejoindre leurs parents, peu importe où ces derniers se trouvaient ? A chaque fois qu’elle abordait le sujet où qu’elle soufflait juste le prénom de son aîné, elle sentait ses grands-parents se crisper. Une tension tellement palpable qu’elle finissait par étouffer le sujet principal, laissant la petite fille dans l’incompréhension. (neuf) Dans sa nouvelle école, Daina n’eut pas vraiment de mal à se faire de nouveaux amis. Rigolote de nature, l’humour a très vite été le mécanisme de défense de la brunette. Pas le choix quand on vient d’arriver dans une ville où on ne connaît personne. Et surtout, lorsque l’apparence physique est sujet de moquerie. Elle a toujours su qu’elle n’était pas aussi fine que ses camarades de classe, et ça se ressentait lorsqu’en cours de sport elle se retrouvait toujours dernière. Peu importe le sport que pratiquait sa classe, elle était toujours choisie en dernier parce que personne ne voulait jouer avec elle. Même si on ne se moquait jamais vraiment - du moins en sa présence -, Daina sentait bien qu’elle inspirait surtout de la pitié. La ligne a d’ailleurs toujours été floue pour elle. Est-ce qu’iels avaient pitié d’elle parce qu’iels savaient tous.tes qu’elle avait perdue ses deux parents, ou parce que malgré son poids elle essayait quand même sans jamais réussir. (dix) Les commentaires sur son poids ne s’arrêtaient d’ailleurs pas aux barreaux de l’école. Une fois à la maison, son grand-père médecin contrôlait son alimentation. Une semaine après qu’elle se soit installée, elle avait surpris une conversation entre ses grands-parents qui se demandaient encore comment ils allaient faire avec elle. Du haut de ses cinq ans, elle ne comprenait pas vraiment tous les mots trop savants pour elle qu’ils utilisaient. Tout s’est ressenti dans les assiettes, les portions, les heures de sports qu’on lui imposait pour qu’elle perde du poids. Elle détestait cette vie qu’on l’obligeait à mener avec toujours le même discours « C’est pour ta santé.». La santé. Encore quelque chose qu’elle n’était pas certaine de comprendre. Elle n’était pas mourante, pourtant elle avait l’impression qu’elle ne passerait pas la nuit si après 17 heures elle consommait du sucre. Ne serait-ce qu’une pomme. (onze) Sa seule consolation c’était quand ses copaines lui donnaient en douce des sucreries lorsqu’au fond de la classe, iels organisaient des goûters clandestins. Elle, elle n’amenait que des fruits que personne ne touchait. Les autres en revanches, chips, bonbons, jus de fruit… Ses camarades n’étaient d’ailleurs pas les seuls à fournir à Daina. Avec la complicité de sa grand-mère, elles ont pu continuer la tradition du un cookie chaque fois avec quelques bonbons par-ci par-là. C’était dans ces échanges de nourriture, dans ces regards complices qu’elles se lançaient souvent et au travers des secrets qu’elles gardaient entre elles, que sa grand-mère lui rappelait le plus sa mère. Elle était certaine que si cette dernière été encore là, ça aurait été la relation qu’elles auraient eu toutes les deux. (douze) A chaque fois qu’elle se pesait - une fois par semaine après sa séance de sport sous le regard de son grand-père - il était impossible de comprendre pourquoi est-ce qu’elle ne perdait pas de poids. Au contraire, elle en prenait. A chaque fois que Daina sortait de la salle de bain, elle allait immédiatement se réfugier dans les bras de sa grand-mère qui l’accueillait avec un câlin pour l’aider à surmonter ce passage désagréable pour elle. A son âge, Daina se fichait bien de son poids, elle n’était pas mal à l’aise dans sa peau. Pour elle, ce n’était qu’un jeu. Une façon de faire plaisir à son grand-père pour qu’il la laisse tranquille tandis que sa grand-mère se chargeait de lui glisser des bonbons en secret. Avec le recul elle se dit que c’est grâce à cette dernière qu’elle a réussi à s’accepter avec son sur poids. En perdre n’a jamais été sa priorité malgré le discours culpabilisant de son grand-père à chaque fois qu’il la surprenait à faire un écart ou qu’elle décidait de ne pas faire les exercices qu’il lui avait donné à faire. Grosse et alors ? C’était son corps, son choix de ne pas en perdre. Tant qu’elle se sentait bien dans sa peau c’était l’essentiel, non ? (treize) La première lettre qu’elle avait essayé d’écrire était sur le carnet d’ordonnance dérobé à son grand-père sans qu’il ne s’en aperçoive. Du haut de ses cinq ans, haute comme trois pommes, elle était fière d’elle. La suite de son plan qu’elle avait peaufiné toute la nuit allait être plus compliqué. Cachée sous sa couverture, elle avait décidé d’écrire une lettre à Loris pour prendre de ses nouvelles et surtout lui demander quand est-ce qu’ils se reverraient. Avec du mal, elle rassembla ses idées et écrivit les mots comme elle l’entendait. Elle connaissait son alphabet mais l’exercice de formuler une phrase correctement à l’écrit, encore trop compliqué pour la petite Daina, elle fit du mieux qu’elle pouvait. Une fois la lettre écrite, il fallait trouver un moyen pour récupérer l’adresse et ensuite l’envoyer. Elle se tourna vers ses grands-parents qui, réticents au début, acceptèrent à l’usure d’envoyer son courrier. Le regard plein d’espoir, depuis les premières semaines où elle était arrivée à Etroubles, c’était la première fois que son coeur s’était soulevée de joie. Elle allait enfin reprendre contact avec son grand frère. (quatorze) Des jours puis des semaines se sont écoulées sans que Daina ne reçoive de réponses de la part de Loris. Et elle refusait de croire qu’il n’avait pas envie de lui répondre. Alors elle essaya une deuxième fois de lui écrire. Au lieu d’utiliser des mots, elle comptait juste prendre des magazines qui traînaient dans le bureau de son grand-père, les coller, et l’envoyer à Loris. Cela ne voulait rien dire, il n’y avait pas de code en particulier dans cette lettre, mais peut-être qu’il n’a pas pu répondre parce qu’il ne comprenait pas ce qu’elle disait. Avec des images ce serait mieux, non ? Avec soin et ses ciseaux ronds, sous la surveillance d’un adulte, elle découpa des images pour essayer de former une histoire. Dans ses trouvailles il y avait une maison qui représentait la leur, une famille qui représentait les Veraci. Dans un autre magazine elle avait trouvé un chien parce qu’elle en voulait un et espérait que Loris lui en offre un en revenant de là où il était. Puis elle colla des images de princesses Disney parce qu’elle en avait envie. Avant de donner sa lettre cette fois-ci uniquement à sa grand-mère, elle lui demanda de bien mettre l’adresse cette fois. Ce fut d’ailleurs Daina qui écrivit elle-même le nom et prénom de Loris sur l’enveloppe avant de la confier. (quinze) Plusieurs semaines s’écoulent et toujours aucune réponse de la part de Loris. Elle a même arrêté de demander aux adultes si elle avait une réponse de son frère. Elle allait elle-même récupérer le courrier et les fois où elle n’était pas à l’école, elle allait attendre le facteur avec son chapeau sur la tête pour se protéger du soleil, et sa gourde pleine d’eau fraîche qu’elle avait rempli. Il n’avait pas d’heure fixe de passage. Du moins dans la tête de Daina, presque 6 ans, qui ne savait pas encore lire l’heure. Elle passait parfois deux heures sous le soleil dans l’attente d’une réponse qui n’est jamais venue. Après cet ultime échec, elle décida de tenter un dernier essaie et de donner sa lettre directement au facteur. Toujours aucune idée de l’endroit où pouvait se trouver son frère mais elle faisait confiance au facteur pour le retrouver. Pour ne pas lui faire de peine, il la lui pris en promettant de retrouver son frère. Jamais la petite fille ne saura qu’il avait menti et qu’il était allé remettre cette lettre à son grand-père un jour où elle n’était pas là pour surveiller le courrier. (seize) Les années passent à Etroubles sans qu’elle ne puisse avoir de nouvelles de son frère, Daina commence à croire que ce dernier lui en veut. Elle ne peut en parler à personne. Elle a bien des copaines vers qui se tourner mais iels ne comprennent pas vraiment ce qu’elle est en train de vivre. Ses grands-parents évitent le sujet. Les rares fois où elle eut le malheur de mentionner Loris, la communication se perdait aussitôt. Ils se refermaient tous les deux et laissaient la petite fille dans l’incompréhension. Ils l’avaient complètement rayé de sa vie. Dans la maison qu’ils occupaient tous les trois, il y avait presque interdiction de citer de son prénom, de laisser entendre qu’elle avait un grand frère. Même chose pour la ville de Naples, elle n’existait quasi plus sur la carte. (dix-sept) Daina n’a jamais vraiment été croyante. Elle sait qu’elle a été baptisée et que ses grands-parents l’ont un peu obligé à assister au catéchisme mais elle n’en a fait que deux ans. La religion, tout ça, ça ne l’a jamais intéressé. Elle préférait passer son temps libre à jouer avec ses copaines ou à ne rien faire tout simplement. Ses grands-parents l’ont vite compris et ne l’ont pas obligé à aller à la messe si elle ne le voulait. La seule exception était lors de l’anniversaire de la mort de ses parents. Une messe était demandée en leur nom et Daina y assistait. Depuis, c’est une habitude qu’a pris la brunette. Elle ne va pas à la messe, ne prie pas tous les jours et implore le Seigneur que quand elle se retrouve dans une impasse, et ne se rend à l’église qu’une fois par an pour honorer la mémoire de ses parents. La vie qu’elle a décidé de mener. (dix-huit) A sa sortie du lycée avec son diplôme en poche, Daina fit le choix de prendre une année pour elle au lieu d’entamer directement les études supérieures. Une semaine après le début des vacances d’été, elle annonça à ses grands-parents qu’il était temps pour elle de quitter Etroubles pour aller découvrir le monde. Par monde, elle voulait surtout parler de Naples mais ça ils n’avaient pas besoin de le savoir. Elle voulait y retourner, au moins une fois. Elle n’y avait pas remis les pieds depuis trop longtemps… Sa marraine - une amie de ses parents - y vivait et y tenait une épicerie. A chaque fois, c’était elle qui faisait le déplacement pour voir Daina ou alors elles se contentaient d’échanger par courriers. Elle comptait loger chez elle quelques jours, juste le temps pour elle de faire ce qu’elle avait à faire. Elle ne savait même pas ce qu’elle comptait y trouver en y retournant. L’endroit où elle a grandit habité par d’autres personnes ? Son frère dont elle avait perdu la trace depuis plus d’une décennie ? (dix-neuf) Une fois sur place, Daina avait prévu un itinéraire strict qui ne comptait que trois arrêts. L’épicerie de sa marraine, son ancien chez elle dont elle avait réussi à récupérer l’adresse, et son ancienne école maternelle. Elle aurait aimé dire qu’en arrivant devant son ancien chez elle, une énergie étrange avait envahie l’air. Qu’elle avait même senti la présence de ses parents. Mais non, rien… Elle avait à peine reconnue la gare. Les rues avaient changées. Ou alors c’était elle qui avait changé ? Ses souvenirs en tout cas n’étaient plus que des images flous dans sa tête. A chaque fois qu’elle se retrouvait dans une rue, Daina essayait de se convaincre qu’elle était déjà venue ici avec ses parents, mais non, même pas. Ce court passage dans la ville de Naples n’eut d’autre effet que de rendre triste la jeune femme qui se rendait compte que le temps ne s’était pas arrêté parce que sa vie à elle avait changé. Après une semaine à traîner dans les rues, elle rentra à Etroubles pour profiter du reste de son été. (vingt) Comme convenu avec ses grands-parents, à la rentrée de septembre Daina ne prit pas le chemin des études. Elle n’avait pas envie de perdre son temps sur le banc de l’école sans savoir ce qu’elle voulait faire de sa vie. Alors elle se trouva un petit boulot pour assurer une indépendance financière. Sans qu’elle ne s’en rende compte, un an s’était déjà écoulé sans qu’elle ne puisse penser à son avenir professionnel. Après une autre conversation compliquée, elle pris la décision de ne toujours pas se tourner vers les études supérieures parce que ça ne l’intéressait pas. Son grand-père qui nourrissait de grands rêves pour elle n’avait de cesse de lui dire qu’elle était en train de gâcher son potentiel. Et à chaque fois qu’elle lui demandait de quel potentiel il parlait exactement parce que même elle ne savait pas de quoi il parlait. Il n’était pas en mesure de lui fournir une réponse concrète. Et depuis ce jour, Daina pris la décision de ne plus vraiment l’écouter. Juste parce qu’il portait une blouse blanche au quotidien et disait des mots intelligents comme « antibiotique» ou « système immunitaire» signifiait qu’il savait mieux qu’elle. (vingt-et-un) Daina n’a jamais vraiment eu de carrière depuis qu’elle a quitté le lycée. Et ce n’est pas ce qu’elle cherche de toute façon. Elle se lasse vite et ne sait toujours pas ce qu’elle veut faire de sa vie. Elle enchaîne les boulots alimentaires parce que les factures doivent être payés le temps qu’elle trouve une inspiration. Son CV est plein de petits boulots qui ne durent jamais plus d’un an parce que c’est sa limite. Elle ne s’en fixe pas, mais au bout de douze mois elle a remarqué qu’elle s’arrêtait. De toute façon elle vivait toujours ses grands-parents dont elle s’occupait. Elle ne payait pas de loyer et n’était pas obligée de participer aux charges. Elle le faisait parce qu’elle ne se voyait pas vivre gratuitement chez eux comme ça. En contrepartie - parce qu’ils ne lui demandaient rien - elle se chargeait des courses, des tâches ménagères qu’ils ne pouvaient plus faire à cause de l’âge et s’occupait parfois des démarches administratives. (vingt-deux) En 2017 la jeune femme décide de prendre son indépendance pour de bon parce qu’il est temps. Elle déménage de chez ses grands-parents et retourne à Naples. Première fois depuis ses 18 ans. Sa marraine lui a proposé de venir lui donner un coup de main à l’épicerie qu’elle tenait. Daina sait qu’il ne s’agit là que d’un moyen pour elle de trouver sa voie dans une grande ville. Elle avait entendu une conversation entre elle et sa grand-mère. Réticente à l’idée de quitter ses grands-parents, elle accepta finalement parce qu’ils l’ont assuré qu’ils pouvaient se débrouiller sans elle. Au début, la séparation fut compliquée pour Daina qui ne pouvait s’empêcher de les appeler au moins une fois toutes les deux heures pour s’assurer qu’ils aillent bien. Elle entendait les sourires dans leurs voix à chaque fois qu’ils décrochaient alors qu’ils avaient à peine raccroché. L’anxiété de la séparation, elle ne pouvait pas le contrôler. Au bout de quelques mois après qu’elle se soit finalement acclimatée à sa nouvelle vie, elle espaça les coups de fils. Elle était descendue à un par jour, le soir pour qu’ils aient des choses à se raconter. Parfois les appels duraient à peine 30 secondes parce qu’il n’y avait rien de nouveau comparé à la veille, mais les entendre rassurait la jeune femme qui avait l’impression d’avoir perdu des repères importants encore une fois. (vingt-trois) Loin d’Etroubles, Daina a commencé à vivre sa vie comme elle l’entendait. Elle mangeait comme elle voulait sans quelqu’un derrière pour lui dire de faire attention à sa santé - parce que oui son grand-père ne s’est pas calmé sur ça. Elle sortait quand elle en avait envie, rencontrait des gens… Elle vivait tout simplement sa vie et sans s’en rendre compte, gagnait en confiance. Elle qui était déjà bien dans sa peau sans forcément assumer pleinement sa personnalité solaire, a vu une vraie transformation depuis son arrivée à Naples. Et ça passait par des petites choses, notamment une garde-robe plus colorée. (vingt-quatre) Sur le plan amoureux, Daina n’a jamais vraiment été en couple. La seule fois où elle s’est retrouvée dans une relation plus ou moins sérieuse, ça a duré deux semaines. Elle avait 16 ans et le garçon qu’elle fréquentait lui a fait comprendre que son poids serait un problème entre eux. Elle devrait en perdre si elle voulait que ça fonctionne. Sur le coup elle n’a rien dit, elle est rentrée et en a parlé à sa grand-mère, cette grande dame qui a conseillé Daina. Le lendemain, devant tous ses camarades elle a envoyé le garçon à aller cordialement se faire foutre. Elle n’est pas fière de cette humiliation publique mais elle s’était promis après ça de ne jamais laisser qui que ce soit lui faire une réflexion sur son poids. On l’accepterait entièrement sans essayer de la changer, ou pas du tout. Depuis elle ne se prend plus la tête, être célibataire ne la rend pas plus malheureuse que ça. Elle est bien entourée donc tout va bien. (vingt-cinq) Les grands-parents de Daina sont décédés en septembre 2020. Son grand-père fut le premier à partir suite à une crise cardiaque, et sa grand-mère est allée le rejoindre quelques jours après dans son sommeil. Elle n’arrive toujours pas à se décider. Est-ce que c’est triste ou romantique ? Quoi qu’il en soit, elle essaie de faire son deuil malgré qu’elle ait encore du mal à se dire qu’ils ne sont plus là. Elle a l’impression d’avoir perdu ses deux parents encore une fois. Ce qui est plus compliqué pour la brunette, est qu’on lui a accordé plus de temps avec eux. Elle a plus de souvenirs, et sans aucun doute l’attachement qu’elle leur porte l’est d’autant plus. Attention, elle aimait ses parents et était triste en comprenait qu’elle ne le reverrait plus. Mais elle n’a jamais eu l’impression de vraiment les connaître à cause du peu de temps qu’on lui a laissé avec eux. Juste cinq ans. Elle n’essaie pas de comparer les morts, elle sent juste que ce vide qu’ils laissent après 25 ans est difficile pour elle. (vingt-six) Maintenant qu’elle est officiellement sans famille, une idée trotte dans la tête de Daina depuis quelques semaines déjà… Loris. Pour la première fois depuis leurs séparations, elle avait tapé son nom sur Internet pour essayer de retrouver son frère en se disant que la tâche allait être compliqué. Pas du tout. En deux cliques elle avait trouvé son lieu de travail. Pendant un court instant, se trouvant très efficace elle se prit pour Penelope Garcia devant son écran d’ordinateur. Elle a récupéré des informations à son sujet et est déjà passée plus d’une fois devant sa galerie sans jamais oser entrer. Pour lui dire quoi d’ailleurs ? «Eh toi là, pourquoi t’as jamais répondu à ma lettre ? Un timbre ça te coûtait trop cher ?» Non, jamais. Et ça se trouve, dans la situation dans laquelle il s’est retrouvé après son départ, peut-être qu’un timbre lui coûtait effectivement trop cher. Non, elle allait devoir ruser si jamais elle se décide à passer à l’action.  

En vrac :

Elle sait conduire mais les gens ont peur de monter en voiture avec elle. Daina considère que les panneaux ne sont que des suggestions et qu’elle n’est pas forcée de respecter les limitations, les priorités tout ça. Ca lui a déjà causé pas mal d’histoire, mais comme elle n’aime pas avoir tort, elle s’énerve comme si c’était dans sa voiture qu’on était rentrée et non l’inverse.

Elle vit en collocation avec son meilleur ami qu’elle a rencontré en lui rentrant dedans alors qu’il était à vélo. A ce jour elle n’a aucun regret. Quand on lui pose la question elle répond que c’est Dieu qui a pris le volant pour qu’elle fasse la rencontre de cette personne qui est devenue une pièce importante du puzzle qui compose sa vie.

Elle a toujours une bouteille de tabasco dans son sac parce qu’elle aime que ses plats soient relevés. Les gens ne s’étonnent même plus quand elle la sort.

Elle est allergique aux chats mais ça ne l’empêche pas d’aller jouer avec celui du voisin et de le nourrir. Ca provoque des crises d’éternuements à chaque fois, mais ça en vaut la peine.

Dans une boîte qu’elle n’ouvre jamais, Daina a récupéré des reliques de son enfance pour les conserver. Elle en avait déjà ramené d’Etroubles lorsqu’elle avait posé bagages à Naples, mais depuis le décès de ses grands-parents il lui arrive encore de faire des aller-retours pour aller récupérer des objets qu’elle juge important sur le moment alors qu’en réalité… Dernièrement elle a récupéré des rideaux que sa grand-mère n’utilisait jamais et dont elle n’aurait probablement plus usage.

Dans les affaires qu’elle a ramené se trouve également des affaires de sa mère qu’elle n’a jamais touché mais qu’elle tient à garder avec elle. Elle avait envie d’avoir un bout de sa maman dans cette ville qui avait l’air de la rendre heureuse dans les quelques souvenirs précieux qu’elle garde de cette dernière.
ton groupe :TIRAMISU ton avatar (crédit) :Denise Mercedes (Ealitya)


pseudo, prénom :Dorianacombien de bougies ?25d'où viens-tu ?Francecomment t'as atterri ici ?J'ai vu de la lumière je suis entrée




Dernière édition par Daina Veraci le Mer 24 Mar 2021 - 22:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daina VeraciToujours frais après un litre de café
Daina Veraci
https://www.ciao-vecchio.com/t8592-daina-veraci https://www.ciao-vecchio.com/t8679-daina-o-30-ans-o-caissiere#290135
Faceclaim : Denise Mercedes ; ealitya
Sujets sensibles : .grossophobie
Thème·s abordé·s : grossophobie, deuil
Messages : 520 - Points : 868
Daina Veraci  Haribo-doigt-d-honneur
Âge : 30 ans
Métier : Caissière
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Re: Daina Veraci ( le Dim 7 Mar 2021 - 15:39 )
+1
Revenir en haut Aller en bas
Cleo GalliniTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Cleo Gallini
https://www.ciao-vecchio.com/t8696-cleo-gallini https://www.ciao-vecchio.com/t8724-cleo-o-32-ans-o-infirmiere-a-l-hopital
Faceclaim : Emily VanCamp (@Cinderella)
Sujets sensibles : Les relations toxiques; violence intra-familiales
Thème·s abordé·s : Féminisme; médecine
Messages : 1723 - Points : 1871
Daina Veraci  Tumblr_p4e76kUW1K1u4ypbyo6_400
Âge : 32 ans (03.03.1989)
Métier : Infirmières aux urgences
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Re: Daina Veraci ( le Dim 7 Mar 2021 - 15:55 )
Rebienvenue toi Daina Veraci  3858275945
Si belle Daina Veraci  3697028852




I do what I do because it’s right! Because it’s decent! And above all, it’s kind! It’s just that…
-  Just kind
Revenir en haut Aller en bas
Esteban SanchezBon pour te remonter le moral
Esteban Sanchez
https://www.ciao-vecchio.com/t8544-esteban-sanchez https://www.ciao-vecchio.com/t8546-esteban-o-38-ans-o-inspecteur-a-la-criminelle
Faceclaim : Manuel Garcia-Rulfo © Ea. (avatar) Astra (signature)
Thème·s abordé·s : deuil, violence, alcoolisme, homophobie, racisme
Messages : 176 - Points : 477
Daina Veraci  Tumblr_ps93v9bocj1wtoy7ko4_500
Âge : 38 ans (19/09/1982)
Métier : Inspecteur à la brigade criminelle
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Re: Daina Veraci ( le Dim 7 Mar 2021 - 15:59 )
Ce gif... mais Daina Veraci  1125647845
Re bienvenue à la maisoooon Daina Veraci  3858275945
Elle est si belle Daina Veraci  3697028852 Hâte de voir tout ça !


I never, even for a moment, doubted what they’d told me. This is why it is that adults and even parents can, unwittingly, be cruel: they cannot imagine doubt’s complete absence. They have forgotten.
Revenir en haut Aller en bas
Amalia LombardiBon pour te remonter le moral
Amalia Lombardi
https://www.ciao-vecchio.com/t7569-amalia-lombardi https://www.ciao-vecchio.com/t7573-amalia-o-30-ans-o-serveuse-dans-un-salon-de-the
Faceclaim : emma watson + weasleylove..
Sujets sensibles : violences sexuelles, violences animales.
Thème·s abordé·s : aucun je pense.
Messages : 561 - Points : 702
Daina Veraci  Tumblr_inline_p7qqpi7y0D1sccn28_250
Âge : trente années.
Métier : danseuse professionnelle arrêtée suite à une blessure au genou, travaille comme serveuse dans un salon à thé.
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Re: Daina Veraci ( le Dim 7 Mar 2021 - 16:44 )
rebienvenue à toi Daina Veraci  Herz


- - all i remember is the smile on your face, and it will kill me everyday ‘cause I don't even know your name.
Revenir en haut Aller en bas
Alyson MotionlessBon pour te remonter le moral
En ligne
Alyson Motionless
https://www.ciao-vecchio.com/t8556-alyson-motionless https://www.ciao-vecchio.com/t8558-alyson-o-30-ans-o-mecanicienne-hypnotherapie-energicienne
Faceclaim : hayley williams. - avatar (theia) * signature, rp (.plùm)
Thème·s abordé·s : agression, rééducation, famille.
Je suis absent-e : présence réduite du 6.04 au 24.04
Messages : 96 - Points : 249
Daina Veraci  Tumblr_inline_p7l90pGhE11soreyy_250
Âge : trente ans. (31.12)
Métier : mécanicienne dans un garage. mais aussi à côté elle pratique l'hypnose et l'énergie.
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Re: Daina Veraci ( le Dim 7 Mar 2021 - 17:10 )
Rebienvenue Daina Veraci  2540509128




We can be heroes
I, I will be king And you, you will be queen Though nothing will drive them away We can beat them, just for one day We can be Heroes, just for one day And you, you can be mean And I, I'll drink all the time 'Cause we're lovers
Revenir en haut Aller en bas
Zephyr UccelloToujours frais après un litre de café
Zephyr Uccello
https://www.ciao-vecchio.com/t8185-zephyr-uccello#271977 https://www.ciao-vecchio.com/t8202-zephyr-30-ans-sans-boulot-fixe
Faceclaim : Ho-seok Lee (Wonho) © SOLSKEN (avatar) / Sandrine (sign) / Santa Secret (crackship)
Thème·s abordé·s : /
Messages : 327 - Points : 475
Daina Veraci  Tenor
Âge : 30 ans né le 15 décembre à Palerme
Métier : Strett artist mais pour vivre obligé de faire plein de petits boulots
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Re: Daina Veraci ( le Dim 7 Mar 2021 - 17:13 )
Re bienvenue parmi nous. Daina Veraci  3407175773 Daina Veraci  3697232556 Daina Veraci  657364136 Daina Veraci  3295667447

Quand j'ai vu le pseudo je me suis dis un lien de famille avec notre beau Loris ??? Daina Veraci  1191703564 Daina Veraci  1191703564

Bon courage pour la suite de ta fiche. Daina Veraci  1685732633 Daina Veraci  446850428

Tu connais la maison mais on est là si besoin. Daina Veraci  249909329 Daina Veraci  377533827


Les rires sont des souffles du vent qui s'envolent emportant avec eux les baisers volés et les baisers inavoués..
Revenir en haut Aller en bas
Rosie GiordanoTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Rosie Giordano
https://www.ciao-vecchio.com/t8470-rosie-giordano#285566 https://www.ciao-vecchio.com/t8475-rose-o-31-ans-o-brigadiere-protection-des-mineurs#285707
Faceclaim : || Brie Larson || avatar: ©djoan | sign : ©astra.
Thème·s abordé·s : Amnésie.
Messages : 232 - Points : 156
Daina Veraci  E0dc9d6a9ed044a250d18bbab2245c50c7bf1e97
Âge : 31 ans.
Métier : Brigadière dans la protection des mineurs.
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Re: Daina Veraci ( le Dim 7 Mar 2021 - 17:20 )
Moi, lorsque j'ai vu le pseudo, j'ai cherché le jeu de mot. Sisi !
Rebienvenue à toi avec ce personnage. Daina Veraci  3858275945 L'avatar est magnifique Daina Veraci  3407175773 !
Mais c'est cHArry Potter sur le gif ! Daina Veraci  3926505537
Bonne rédaction à toi ! Daina Veraci  3126859329

Et tu connais la maison. Daina Veraci  2762296225 Daina Veraci  2491463887


Remember our
HAPPY DAYS
MY MEMORIES ARE ON STANBY

Revenir en haut Aller en bas
Dante GaleoneTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Dante Galeone
https://www.ciao-vecchio.com/t8545-dante-galeone https://www.ciao-vecchio.com/t7565-dante-o-37-ans-o-commandant-de-bord
Faceclaim : J. Dornan ©girls
Thème·s abordé·s : deuil
Je suis absent-e : En pleine relance des personnages
Messages : 15953 - Points : 11919
Daina Veraci  Tumblr_inline_p7xbkxK5ji1selhrj_250
Âge : trente-cinq ans.
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia.
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Re: Daina Veraci ( le Lun 8 Mar 2021 - 18:32 )
@Daina Veraci T'es jolie. Daina Veraci  4125685566

@Zephyr Uccello Ouiiii, c'est la frangine !!!! Daina Veraci  3867496782

@Rosie Giordano C'était pas possible. Daina Veraci  4125685566 Enfin, j'ai pas réfléchi Daina Veraci  1125647845


Je sens quelque chose qui ne se dit pas, dont j’ignore la cause. C’est dans tes sourires, un je-ne-sais-quoi qui s’arrête au bord du désir. Quelle est cette voix, qui nous entraîne à renoncer sans regarder l’un vers l’autre ? Si c’est un choix, il faut qu’on s’aime, sans se lasser pour se garder l’un et l’autre. L’un près de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Evelina ZucarroTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Evelina Zucarro
https://www.ciao-vecchio.com/t8584-evelina-zucarro?nid=13#288250 https://www.ciao-vecchio.com/t8597-evelina-for-every-step-i-will-be-there-for-you-for-us#288413
Faceclaim : Lana Parrilla @loudsilence
Sujets sensibles : Tout ce qui touche la violence sur les enfants et les animaux
Thème·s abordé·s : violences conjugales - abandons - maltraitances
Messages : 48 - Points : 88
Âge : 38 ans, bientôt 39 ans
Métier : gérante du San Calisto, au centre de Naples
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Re: Daina Veraci ( le Mar 9 Mar 2021 - 9:33 )
Bienvenue à toi ! Daina Veraci  3203843487


I'm pushing 40's
Je ne veux surtout pas m'avouer vaincu car j'ai tout à y gagner mais le poids des années sont rudes sans lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Daina Veraci  Empty
# Sujet: Re: Daina Veraci ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Daina Veraci -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant