Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

-30%
Le deal à ne pas rater :
Nike Court Royale 2 Mid
48.97 € 69.99 €
Voir le deal

 

- Can we talk .. about work ? Ft. Na hee -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Maria di Loreto Nuovo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nino SangBon pour te remonter le moral
Nino Sang
https://www.ciao-vecchio.com/t8613-nino-sang-make-a-wish#288751 https://www.ciao-vecchio.com/t8620-nino-32-ans-policier#288926
ID : PeekaBoo
Pronom : Elle
Faceclaim : Jung Hae In + @chonchon
Style RP : - Pronom : Tu
- Longueur : Les deux
- Rp Hot: Pas trop. Jamais de description.
- Flashback : Oui
- Like : Wtf, drôle, sérieux

Sujets sensibles : Violences sexuelles et animales
Thème·s abordé·s : Décès. Violence.
Messages : 30 - Points : 87
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  Tumblr_oxt7pqILVt1tmjt2ko1_400
Âge : 31 bientôt 32
Métier : Policier
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  Empty
# Sujet: Can we talk .. about work ? Ft. Na hee ( le Dim 14 Mar 2021 - 0:16 )
Un lieu qu'on voulait éviter. Certains y passaient leur vie, par passion ou par maladie. Certains la finissaient, mais tu continuais de venir comme si tout cela n'était qu'un jeu. Tu passais la porte et saluais l'accueil comme on arrivait chez soi, le visage reconnu de tous. Tu n'y travaillais pas, tu n'étais pas malade. Tu ne visitais pas réellement ta famille mais le travail t'y appelait. Si généralement tu portais l'uniforme reconnaissable par tous aujourd'hui tu venais simplement avec ton pull blanc couvrant ta gorge, ta veste noire pour éviter d'avoir trop froid et un jean simple. Aujourd'hui tu étais de repos.

Si habituellement tu allais vérifier 'l'état de santé de personnes bien définies en tenue, notant toute amélioration où toute parole prononcer, aujourd'hui tu venais simplement t'assurer qu'elles allaient bien. C'est personne appelées victimes mais que tu préférais appeler par leur prénom. Pourquoi donner une étiquette si rude ? Victime. Ce n'était pas de leur faute et pourtant.. elles restaient "victime" de leur destin. Tout comme tu avais été spectateur du tien, qu'elle avait été victime du sien. L'hôpital tu l'avais côtoyé, en long, en large, celui ci, et celui en Corée, qui t'avait vu t'effondré comme aucune autre personne en ce bas monde pouvait s'en vanter. Personne ne t'avait autant touché, qu'en prenant celle que tu avais aimé.

Ainsi, passant dans la chambre apprise par coeur, tu arborais un sourire tendre et doux demandant des nouvelles d'une personne que tu ne connaissais finalement pas, mais que tu tentais d'aider. Tu n'oubliais pas ton horreur pour cet endroit, cette odeur, cette peine dans ta poitrine, mais tu gardais en tête qu'elles avaient besoin de toi. Besoin de connaître la vérité, de se sentir protéger, d'être vengées. Tout comme elle. Sortant de la chambre après une petite conversation tu tombais nez à nez avec ce médecin, cette femme que tu ne connaissais que par le biais de ton travail, encore et toujours , pilier de ta vie. "Ah bonjour Dr Ferlicchi". Tu t'attendais à cette question: que faisais tu là ? En civil ? Dans la chambre d'une patiente ? Du travail ? Etait ce si mal d'être obsédé par son Job ?


AVENGEDINCHAINS

@Na Hee Ferlicchi
Revenir en haut Aller en bas
Na Hee FerlicchiTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Na Hee Ferlicchi
https://www.ciao-vecchio.com/t8601-na-hee-ferlicchi https://www.ciao-vecchio.com/t8611-na-hee-o-32-ans-o-neurochirurgienne#288675
ID : Chonchon
Pronom : (elle)
Faceclaim : Kim Taeyeon
Style RP : J'écris mes rps en "tu" et je fais généralement entre 500 et 1000 mots
Sujets sensibles : violences sexuelles, pédocriminalité, violences animales
Thème·s abordé·s : la mort
Messages : 22 - Points : 52
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  XtyeHh6
Âge : 32 ans
Métier : Neurochirurgienne, de base. Aujourd'hui tu ne mets plus un pied au bloc et tu t'occupes des consultations et des urgences
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  Empty
# Sujet: Re: Can we talk .. about work ? Ft. Na hee ( le Lun 22 Mar 2021 - 10:17 )

T'étais principalement en consultations aujourd'hui. Tu t'occupais des petits bobos ou des questions, des personnes qui s'inquiétaient trop ou qui avaient simplement besoin de renseignements. Les explications des médecins n'étaient pas toujours clairs. Ils utilisaient le jargon sans en avoir conscience. Ca t'arrivait aussi, parfois, quand tu expliquais quelque chose. Tu déchantais vite quand tu voyais le regard paumé du patient sur toi parce qu'il ne savait absolument pas de quoi tu parlais. Tu tentais de corriger cette habitude, d'utiliser des mots simples mais qui expliquaient très bien. Il y avait des fois où tu ne pouvais pas faire autrement cela dit. Tu te prenais alors le temps pour tout détailler, t'en arrivais au point de faire des schémas sur tes feuilles pour tout expliquer. Tu ne voulais pas que le patient sorte de la pièce en étant encore plus paumé qu'avant. Tu voulais qu'il sache, qu'il comprenne et qu'il puisse expliquer à quelqu'un d'autre à son tour. Surtout que ça le concernait, donc c'était important, selon toi, qu'il puisse bien tout comprendre. Et aujourd'hui tu le faisais beaucoup, expliquer, schématiser. Tu faisais presque des mimes, aussi. Surtout quand tu tentais d'expliquer comment l'opération allait se passer ou comment elle s'était passée. Tu changeais des pansements, tu écoutais. Tu aimais ce côté-là du métier, cette proximité que tu avais avec les gens... tout comme ça t'effrayait.

Parce que tu t'attachais. A ces sourires, à ces rires, à ces mots tendres à ton encontre, à ce respect qui pétillait dans leurs regards, à ces personnalités parfois enjouées, parfois attristées. Tu t'attachais aux personnes que tu croisais souvent dans ce bureau, ces couloirs, ces chambres. Tu ne savais plus aujourd'hui si c'était un tort cela dit. C'était plus fort que toi, tu t'attachais sans t'en rendre compte. Tu t'étais attaché à lui, à ce patient que t'avais perdu sur la table d'opération. Tu t'étais attaché à son sourire, sa voix calme. Il t'avait confié sa vie et t'avais tout raté. Tu t'étais attaché et aujourd'hui tu pouvais dire que t'avais plus envie de connaître ça. Finissant tes consultations, tu partis faire un tour vers les chambres, pour vérifier que tout allait bien. « Oh », fis-tu, clignant des paupières en croisant le policier. « Bonjour », tu souris, jetant un bref regard sur sa tenue. Il était en civil, aujourd'hui. Il n'était pas là pour le travail. Ou bien ? Tu observas un instant les alentours. « Vous allez bien ? », t'inquiétas-tu tout de même tout en le scrutant rapidement. « Je ne vous aurais presque pas reconnu sans votre tenue habituelle », plaisantas-tu, un rire discret au fond de la gorge, la mine contentée. Tu l'aurais reconnu, en soit, t'essayais juste d'être drôle. C'était un peu foiré, tu devais l'avouer. « Vous êtes venu voir quelqu'un ? » – en quoi ça te regardait Na Hee ?? Tu supposais que c'était le cas, au vu de sa tenue naturelle. Il n'était pas là pour le travail... si ?
AVENGEDINCHAINS


are you happy now ?
La perfection est atteinte non pas lorsqu'il n'y a plus rien à ajouter, mais lorsqu'il n'y a plus rien à retirer
Revenir en haut Aller en bas
Nino SangBon pour te remonter le moral
Nino Sang
https://www.ciao-vecchio.com/t8613-nino-sang-make-a-wish#288751 https://www.ciao-vecchio.com/t8620-nino-32-ans-policier#288926
ID : PeekaBoo
Pronom : Elle
Faceclaim : Jung Hae In + @chonchon
Style RP : - Pronom : Tu
- Longueur : Les deux
- Rp Hot: Pas trop. Jamais de description.
- Flashback : Oui
- Like : Wtf, drôle, sérieux

Sujets sensibles : Violences sexuelles et animales
Thème·s abordé·s : Décès. Violence.
Messages : 30 - Points : 87
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  Tumblr_oxt7pqILVt1tmjt2ko1_400
Âge : 31 bientôt 32
Métier : Policier
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  Empty
# Sujet: Re: Can we talk .. about work ? Ft. Na hee ( le Mer 24 Mar 2021 - 14:29 )
Le travail était une part de la vie, pas la vie entière n'est ce pas ? Mais lorsque le tour n'avait plus d'importance, pouvait on encore considérer le travail comme un complément ? Tu te perdais dans ces heures dues, dans ces obligations et responsabilités qui faisaient de toi un homme droit et respectueux. Peut être trop. Lorsque le travail s'invitait chez toi. Quand il hantait tes pensées pour enlever d'autres. Quand il venait te réveiller en plein milieu de la nuit te donnant envie d'aller au poste et chercher, chercher comme une fouine, comme un homme désespéré. Tu n'avais rien stoppé, de tes recherches personnelles sur un cas particulier. Bien loin de ce pays plus latin, tu continuais d'enquêter à ta manière sur la mort de ta fiancé. Ca n'avait été qu'une erreur pour cette personne conduisant, mais ça avait détruis vos vies. C'était trop facile, trop discret, trop commun. L'injustice n'avait jamais eu une place dans ton coeur, mais aujourd'hui elle semblait être ton démon, tu le poursuivais à en perdre haleine, à en perdre la tête. Tu dédierais ta vie à la traquer, pour ceux qui ne pouvaient pas, plus, pour ceux qui n'en avaient pas la force ou le pouvoir. Tu le ferais pour eux, et grâce à eux, tu te retrouvais ici, plutôt qu'en première ligne. Les vies étaient précieuses mais fut un temps où la tienne était celle que tu détestais le plus.

Mais détester sa propre vie c'était ne pas respecter celle des autres n'est ce pas ? Prendre de haut ceux qui tentaient de s'accrocher pour rester ici, finir ce qu'ils entreprenaient. C'était dire que tout n'"était qu'illusion, que tout était sans issue. Pourtant chacun était important, à sa façon. Tu ne cesserais de leur rappeler, quand leurs yeux menaçaient de rompre sous la pression, quand leur regard ne cessait de fuir par peur. Les réconforter, leur montrer qu'ils n'étaient pas seul. Peut être une partie de ton travail que beaucoup oubliaient, mais qui te tenais à coeur. D'où ta venue dans cet hôpital, dans cette chambre, offrant une approche moins formelle et plus douce. Sans bousculer la victime tu obtenais quelques informations de plus, tu la rassurais et tu repartais, satisfait d'avancer, même d'un pas. Un pas de trop peut être, vu la peur que tu venais d'avoir en la croisant, ce docteur. Posant tes mais sur ton torse tu riais quelque peu, un peu gêné pour être tout à fait honnête. "Ah oui c'est rare hein? Je vais bien je vais bien et vous ? " T'empressas tu d'articuler. Elle travaillait ici, pas toi. C'était bien plus logique qu'elle te demande ta condition si tu venais ici en civil n'est ce pas ? Réfléchissant un instant en détournant le regard, les lèvres entre-ouverte tu ne pouvais te satisfaire d'un mensonge. " Oui.. Je venais voir la victime. " Indiquais tu en montrant alors la chambre de laquelle tu sortais. Inutile de balbutier quelques excuses bidon autant aller droit au but. " Je voulais voir si elle allait bien. " Grattant l'arrière de ton crâne tu saisissais précisément l'ampleur de ce geste anodin pour toi. Peut être que tu allais passer pour un fou, un acharné du travail? Pas un mauvais policier qui faisait pression hein ? " Je ne l'ai pas dérangé longtemps.. je venais juste voir comment elle allait et si elle avait d'autres choses à nous dire. Enfin.. je l'ai pas interrogé. "Abus de pouvoir ? Tu risquais quoi pour être rentré dans cette chambre en fait ?


" "


AVENGEDINCHAINS

@Na Hee Ferlicchi
Revenir en haut Aller en bas
Na Hee FerlicchiTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Na Hee Ferlicchi
https://www.ciao-vecchio.com/t8601-na-hee-ferlicchi https://www.ciao-vecchio.com/t8611-na-hee-o-32-ans-o-neurochirurgienne#288675
ID : Chonchon
Pronom : (elle)
Faceclaim : Kim Taeyeon
Style RP : J'écris mes rps en "tu" et je fais généralement entre 500 et 1000 mots
Sujets sensibles : violences sexuelles, pédocriminalité, violences animales
Thème·s abordé·s : la mort
Messages : 22 - Points : 52
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  XtyeHh6
Âge : 32 ans
Métier : Neurochirurgienne, de base. Aujourd'hui tu ne mets plus un pied au bloc et tu t'occupes des consultations et des urgences
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  Empty
# Sujet: Re: Can we talk .. about work ? Ft. Na hee ( le Mer 7 Avr 2021 - 14:45 )

T'aurais pu changer. De métier, de vie, d'endroit, de tout. T'aurais pu partir, tout abandonner, tout laisser derrière toi. Tu ne voulais pas partir. Pas comme ça, pas aussi vite. Et pour plusieurs raisons, en vérité. Pour tes parents, pour commencer. Tu ne voulais pas les décevoir. Tu ne te voyais pas leur dire que tu arrêtais la médecine après une première opération ratée, après la perte d'un patient à qui tu étais attachée, finalement. Tu ne voulais pas affronter leurs regards, leurs mots. Même si tu savais qu'ils étaient compréhensifs, même si tu savais qu'ils t'aimeraient toujours... tu ne voulais pas. T'avais peur. Tu voulais les voir heureux, les voir sourire, les voir être fiers de toi. Peut-être que c'était tout ce que tu avais toujours cherché. Peut-être était-ce la raison pour laquelle t'avais toujours été aussi obéissante ? Toujours à suivre les ordres, les demandes, jamais à répondre, nier, contredire. Toujours à suivre. Ensuite : tu avais passé douze ans pour en arriver là. Douze années passées à réviser, apprendre, construire, situer, pratiquer, écrire, analyser.. Douze années d'études. Tu n'allais pas les jeter par la fenêtre aussi vite. T'avais trente-deux ans, tu débutais à peine ta vie. Ta vingtaine, tu l'avais passée sur les bancs de la fac à étudier le corps et sa science. C'était pas pour tout balancer comme ça, maintenant. T'avais pas le courage pour le faire, surtout. Le courage de te dire que t'avais fait tout ça pour rien. Que t'avais tout retenu pour rien. T'osais pas tout abandonner pour commencer une nouvelle vie ailleurs. Où, surtout ? Où pourrais-tu aller ? Dans quel domaine pourrais-tu te replacer ? T'en avais aucune idée. T'avais trente-deux ans et si on te demandait ce que tu voudrais faire à part travailler ici, t'en avais aucune idée. T'avais toujours eu la médecine en tête... mais tu te demandais finalement si l'idée venait de toi ou de tes parents.

Et quand tu voyais les patients, leurs sourires, tu ne voulais pas partir. Quand tu les entendais te remercier de les avoir aidés, accompagnés, tu ne voulais pas partir. Quand tu arrivais à trouver ce qui n'allait pas, tu ne voulais pas partir. Quand tu voyais leur moue soulagée quand tu disais que tout allait bien, tu ne voulais pas partir. T'étais bien là, non ? Enfin tu supposais que t'y avais ta place. Un léger rire aux lèvres, tu penchas le visage sur le côté, plissant le nez dans une esquisse. « C'est rare », commentas-tu, « Je vais bien aussi, merci », tu souris une nouvelle fois, te demandant tout de même si tout allait bien pour qu'il vienne ici. Il n'était pas malade au moins ? Ou blessé ? Un faible « Oh d'accord » t'échappa alors que tu détournas le regard vers la porte dans un petit air confus puis attendri. Tu fixais le numéro de la chambre un instant, levant les prunelles pour tenter d'activer ta mémoire pour finalement te mettre à fouiller dans les dossiers que tu avais entre les mains. « Il me semble que oui, tout va bien. Les blessures seront bientôt guéries » mais tu disais ça de souvenir dans une petite moue pas certaine... tu voulais pas raconter n'importe quoi. Tu clignas des paupières dans un air idiot en le regardant ensuite, inclinant ta tête sur le côté. « Vous n'avez pas besoin de vous justifier vous savez ? », tu ris quelque peu dans un petit geste de la main. « Je me doute », tu souris doucement. C'était comme Superman, sans le costume il n'allait pas sauver le monde. Et Nino, sans son uniforme, il n'allait pas se mettre à interroger les gens. Logique... non ? Tu te pinças les lèvres, restant silencieuse un instant, relevant les prunelles vers la porte. « Je trouve ça gentil de votre part », avouas-tu doucement, les yeux vers lui. « Vous voir sans la tenue doit donner un aspect moins... carré pour la victime ? Je suppose que ça doit être plus apaisant de voir l'homme que de voir le policier », tu savais pas si ce que tu disais avait un sens. Dans ta tête, oui. « Ca vous rend plus humain, à ses yeux ? », tentas-tu d'expliquer dans une petite moue songeuse. « Pas que je ne vous pensais pas humain avec l'uniforme hein ? Mais la tenue donne quand même une vision plus... », tu fis un vague geste avec tes doigts : tu dessinais un carré, oui, merci Na Hee. « Enfin tout ça pour dire que c'est vraiment gentil de votre part, et je suis sûre que ça lui a fait du bien », tes lèvres dessinèrent une douce esquisse, sincère et tendre. « Vous alliez sortir ? Je vous accompagne ? » t'avais peur qu'il trouve plus la sortie ou quoi ??
AVENGEDINCHAINS


are you happy now ?
La perfection est atteinte non pas lorsqu'il n'y a plus rien à ajouter, mais lorsqu'il n'y a plus rien à retirer
Revenir en haut Aller en bas
Nino SangBon pour te remonter le moral
Nino Sang
https://www.ciao-vecchio.com/t8613-nino-sang-make-a-wish#288751 https://www.ciao-vecchio.com/t8620-nino-32-ans-policier#288926
ID : PeekaBoo
Pronom : Elle
Faceclaim : Jung Hae In + @chonchon
Style RP : - Pronom : Tu
- Longueur : Les deux
- Rp Hot: Pas trop. Jamais de description.
- Flashback : Oui
- Like : Wtf, drôle, sérieux

Sujets sensibles : Violences sexuelles et animales
Thème·s abordé·s : Décès. Violence.
Messages : 30 - Points : 87
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  Tumblr_oxt7pqILVt1tmjt2ko1_400
Âge : 31 bientôt 32
Métier : Policier
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  Empty
# Sujet: Re: Can we talk .. about work ? Ft. Na hee ( le Hier à 20:19 )
Une chanson apprise par coeur. Une rengaine qui venait et revenait pour t'assumer de sa normalité. Tout était devenu machinal, plus rien n'avait de goût et si tu continuais à te nourrir c'était sûrement plus par habitude qu'une envie réelle que tu ressentais au creux de ton estomac. A croire que le cerveau avait tout droit sur le corps. Il te laissait là, vivant, énergique et pourtant perdu, sans rien. Il t'avait fallu perdre une personne pour comprendre qu'un rien pouvait tout faire basculer. Qu'une personne donnait du sens. à une vie et que sans, rien n'était plus pareil. Tu avais toujours cru que ton travail, tes amis et ta famille faisaient de ta vie un chemin pleins de rebondissements, de déceptions mais aussi et surtout de joie. Tu te trompais. Finalement il était si difficile de guérir d'une blessure que tu te demandais si un jour elle se refermera , si tu apprécierais un film, si tu chercherais à sortir entre amis de nouveau. Tu voulais comprendre, pourquoi tant de choses t'étaient maintenant inutiles, quand elles auraient pu te tirer de ce sentiment destructeur ? Qu'est ce qu'il te manquait ? Bien sûr tu avais en tête quelques personnes importantes qui faisaient que ton sourire revenaient, mais une fois seul, pouvais tu confirmer que tu vivais bien? Que tu avais trouvé cette voie qui t'amènerais à vivre plutôt que de errer ?
Mais il était une chose qui était sûre: les journées passaient plus vite en travaillant, une heure filait, une après midi devenait rapidement une journée. Chaque jour semblait signifié un peu plus, et doucement le coréen laissait place à un Italien plus naturel, moins cherché et travaillé. Les commerces t'étant presque familier, les gens, les sourires, les accolades. Tout avait changé, et tu espérais toujours changé, toi aussi.

Changé pour sourire autrement qu'en réussissant une enquête, en bouclant les grands méchants. Autrement qu'en voyant ton utilité dans le regard de ceux que tu aidais et qui te remerciaient chaleureusement. Autrement qu'en sachant que tu ne sauvais pas le monde, mais que tu le rendais peut être un peu plus sûr et juste. Tu voulais sourire autrement. Tu voulais découvrir une joie qui ne serait pas reliée avec elle, avec ce sentiment de culpabilité et d'injustice qui te reliait à faire le bien autour de toi. Tu voulais autre chose, mais finalement c'était peut être ce que tu étais. " C'est vrai. " rajoutais tu dans un sourire tandis qu'elle disait la triste vérité. C'était rare de te voir autrement qu'en uniforme. Et même si tu n'allais pas bien, tu n'es pas sûr de le dire. Espérant que la personne en face de toi ne te mente pas. Tout comme celle que tu venais de voir, à qui tu rendais visite ponctuellement, aujourd'hui habillé autrement. " Ah tant mieux alors c'st une bonne nouvelle. " C'était toujours bon d'avoir ce genre de nouvelle. Surtout quand on se perdait entre les cas, et qu'on arrivait à se ridiculiser juste en parlant. " Ah... oui ;. c'est vrai. "Etait ce l'habitude de l'interrogatoire ? De ce doute chez les autres ? Tes mains moites de stress venaient se frotter à ton pantalon tandis que tu cherchais un moyen de te sortir de là sans paraître idiot, encore une fois. Mais elle semblait comprendre, elle semblait compréhensive et même te trouver une excuse que tu n'aurais pas trouvé seul. Ton rire retentit quelque peu en l'entendant tourner autour d'un pot que tu étais le premier à briser de ta maladresse. " Je comprends ne vous en faites pas. Ca fait un peu peur l'uniforme. Même si on est des gentils ça donne une vision très .. rude ? Ne pas dire ou faire de bêtises. Un peu comme le gros regard des parents. " Ton imitation du "gros"regard avec les mains sur les hanches devaient être aussi médiocre que ta façon de mentir, voire même pire. C'était horrible, heureusement elle t'offrait une porte de sortie. " Ah heu oui oui.. merci.. Vous avez fini votre journée ? ou vous la commencez ? " Peut être que t'étais à côté de la plaque mais au moins tu demandais. "Quand vous aurez le temps on pourra peut être prendre un café. " Pourquoi ? Oui pourquoi ça Nino ? En fait tu avais deux trois questions, et elle semblait être la seule avec qui tu sois un tant soit peu à l'aise, c'était pas flagrant mais tu te connaissais. " Prenez votre temps hein. Quand vous pouvez. " Ou pas tu ne forcez pas non plus.


" "


AVENGEDINCHAINS

@Na Hee Ferlicchi
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Can we talk .. about work ? Ft. Na hee  Empty
# Sujet: Re: Can we talk .. about work ? Ft. Na hee ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Can we talk .. about work ? Ft. Na hee -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Maria di Loreto Nuovo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut