Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -27%
XIAOMI POCO X3 64Go – Gris
Voir le deal
176 €

 

- Une licorne vivante. -

CIAO VECCHIO :: Partie Communication :: Brigitta, Vana & Vous :: Aurélia Hoffmann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Blogueur·seBlogueuse / Blogueur
Blogueur·se
Faceclaim : aucun ©Sandrine
Thème·s abordé·s : beaucoup de choses.
Messages : 3 - Points : 15
Âge : indéfini.
Une licorne vivante. Empty
# Sujet: Une licorne vivante. ( le Dim 14 Mar 2021 - 1:04 )

Aurélia Hoffmann
Un jour, on naît, puis les années passent l'adolescence arrive jusqu'au moment où l'on arrive à l'âge adulte. Un âge où l'on prend conscience que la vie n'est pas simple et que chaque jour est une épreuve.
Passer son nouvel an au boulot, qui a déjà fait ça ? Je ne pense pas que beaucoup de monde le fasse et l’accepte. Après, quand on n’a pas spécialement d’amis et qu’on préfère se réfugier au boulot ce n’est pas une mauvaise chose. Pour expliquer la chose. Il y a quatre ans, j’ai quitté la région dans laquelle je vivais, où se trouvent mes deux meilleurs amis pour venir ici. Pourquoi ? Me rapprocher d’une personne de ma famille exactement (ce qui pour le coup, je ne le vois pas plus que d’habitude voir moi, merci à sa compagne qui ne me supporte pas.) Alors oui je suis arrivé avec mes petites valises, dans un petit appartement pas bien grand pour commencer en tant qu’apprenti puis, au fur et à mesure je me suis meublé et j’ai changé d’appartement. Sauf que durant tout ce temps, je ne me suis pas réellement fait d’amis. J’ai un collègue de travail avec qui je m’entends super bien, mais… Je ne sais pas, je ne suis pas au point d’être attaché à quelqu’un, quelque chose ici. C’est peut-être qu’une simple impression. Oui, je discute bien avec des collègues de ma société ou d'une autre société mais je ne sais pas. Je ne suis peut-être pas faite pour cette région-là. Allez savoir. Au début, mon patron me laissait toujours mon jour de Noël (le 25) et mon 31 au soir avec le 1er. Mais l’année dernière, il m'a fait travailler. Ca ne m'a pas dérangé bien au contraire, j’étais contente. Au moins, je n’étais pas chez moi à déprimer, à être seule. Manger mon assiette de pâtes puis aller me coucher tranquillement. À force que je lui dise que je veux travailler ces deux jours-là, c’était fait. Sauf que ce n’était pas comme d’habitude. Avec ma binôme, on a travaillé de nuit. L’on commençait à 19h45 exactement et le matin l’on devait finir à 8h du matin. Sauf que ça n’a pas été le cas. La fin était à 10h30, comment vous dire que j’étais bien fatiguée, surtout que je venais de faire les trois premières nuits à jamais finir à 8h. Bien sûr que l’on s'était organisée avec ma binôme, qui emmenait quoi à manger, mais surtout comment on allait faire nos entrées dans les urgences pour souhaiter la bonne année aux personnels qu’on allait voir, comment on allait faire sourire les personnes qu’on allait transporter. Les bracelets lumineux accrochés au brancard. Des ballons lumineux (qui n'ont pas duré longtemps) étaient aussi accrochés au brancard. J’avais décoré nos masques pour l’occasion. Des bracelets lumineux au poignet, elle autour du cou avec un bonnet de Noël qui éclaire. On avait même mis un petit père Noël qui s’illumine autour du rétroviseur intérieur. Alors pour vous dire, on n'a pas fait les choses à moitié. Le portugais quand il a vu ça, il a plus rigolé et sourit d’amusement que nous engueuler. Parce qu’il sait ce que c’est de bosser un jour de nouvels an et il a accepté sans le dire au grand patron (oui, il ne veut pas qu’on mette des choses pareilles dans les ambulances : ce n’est pas bon pour l’image.)

Les transports commençaient bien : plus d’une heure de route pour les quatre premiers. Alors qu’on faisait notre petite vie, premier transport de fait. Le deuxième aussi. En rentrant de la maison de retard, minuit sonne, nous sommes sur la route, la musique à fond. On arrive au péage (peut-être un peu vite) mais on avait vu au début que la police était présente a contrôlé tous les civiles qui passaient. On était le seul véhicule à passer à ce moment-là. Gentille comme on est, on baisse la musique, on s'arrête tranquillement. On discute un peu, l’homme vérifie le nom de l’entreprise sur le véhicule puis la question est : « Comment ça se fait que vous tournez encore ? » Explication est que nous sommes mandatés de nuit pour ramener des personnes à domicile, en gros nous vidons les services des urgences pour qu’ils puissent avoir plus de place pour la journée ou des urgences qui peuvent arriver entre temps. Choqué, il ne savait pas que ça pouvait se faire. Mais si, c’est aussi notre métier, quand les personnes ne peuvent pas rentrer seul, ou que la famille ne peut pas venir et bien, nous sommes là pour ça. On l’amadoue avec des bonbons qu’on avait, puis il nous souhaite bonne année et une bonne route. La même a été transmise. Mais le truc que je ne m’attendais pas, c’est qu’il appelle le numéro de la société. Donc moi (j’avais le téléphone de la régulation pour nous réguler la nuit. Et le numéro de la société a été transféré dessus pour pouvoir avoir les services au téléphone.) Surpris, il ne pensait pas tomber sur moi et il a laissé tomber. On a bien rit avec ma collègue quand même.

Nos passages dans les services étaient mouvementés, le personnels nous suivaient dans nos bêtises. C’était bien drôle. Jusqu’au moment où je vais dans le service des urgences et que l’on croise un brancardier et une infirmière en … Licorne. Oui oui, je vous jure. Un serre-tête licorne, en dessous de la blouse, le pyjama pilou-pilou de licorne… Comment vous dire que le fou rire était présent. On les a retrouvées dans le sas des urgences où toutes les ambulances se garent (ou on fume aussi) j’ai reconnu le brancardier avec qui j’avais discuté les jours d’avant. J’en pouvais plus de rire et comment vous dire qu’il m'a regardé les deux doigts en l’air et il a hurlé : « Va te faire f**tre je suis une p**tain de licorne moi ! » Il manquait les paillettes, mais il y avait les confettis à la place ! On ne voit pas des licornes tous les jours ! Là, c’était du personnel, mais je vous rassure que dans les urgences, j’en ai vu des belles aussi. Des mecs habillés en tutu rose, avec le crop top rose aussi qui se prenait pour une danseuse étoile. (vous voyez le mec un peu enrobé, grosse barbe, bien poilue que ça soit au bras ou aux jambes ? Et bah mettez lui le tutu et le crop top rose et vous l’avez !) Bien évidemment, il faut rajouter l’arcade sourcilière éclatée parce qu’il venait de se battre et l’alcool que l’on pouvait sentir à des kilomètres. Les phénomènes du 31 au 1er. C’est sympathique. Puis l’appel du portugais complètement bourrée pour nous souhaiter une bonne année, et à la limite de nous me faire une déclaration d’amour au téléphone parce qu’on est géniale et qu’on ne doit pas changer. Ca peut faire plaisir, mais non vu la tournure que les jours, mois qui suivent vont prendre.


(c) princessecapricieuse

Revenir en haut Aller en bas
 
- Une licorne vivante. -
CIAO VECCHIO :: Partie Communication :: Brigitta, Vana & Vous :: Aurélia Hoffmann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut