Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? »

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -43%
Smartphone SAMSUNG Galaxy Note20 5G 256 Go Gris ...
Voir le deal
599 €

 

- Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Daya RaichandBon pour te remonter le moral
Daya Raichand
https://www.ciao-vecchio.com/t8668-daya-raichand#289871 https://www.ciao-vecchio.com/t8681-daya-o-36-ans-o-profession#290172
ID : Wanderlust
Pronom : Elle/she
Faceclaim : Freida Pinto : hidden falls + signa : endless love + gifs : hidden falls
Style RP : Pronoms RP : Elle
Flashback : Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Violences conjugales, deuil
Je suis absent-e : Test
Messages : 1565 - Points : 2035
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Gp22wJb
Âge : 35 ans
Métier : Professeur de piano au conservatoire de musique de Naples
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Empty
# Sujet: Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » ( le Lun 5 Avr 2021 - 0:23 )
Allongée dans son lit, Daya fixait le plafond en attendant que le sommeil ne lui tombe dessus. Elle ne pensait à rien. Du moins, elle essayait de se vider l’esprit parce que c’était ce qu’elle avait lu sur Internet. Cela faisait bien longtemps que la créole n’avait pas fait une bonne nuit de sommeil. Elle l’avait expliqué à son médecin qui lui avait donné des médicaments à prendre juste avant de se mettre au lit. La boîte qu’elle avait posé sur sa table de chevet bien en évidence ne cessait de lui faire de l’oeil. Mais elle n’avait pas envie de se médicamenter pour trouver le sommeil. Alors elle essaya plusieurs tisanes qui eut pour seul effet de la faire se lever plus d’une fois dans la nuit pour vider sa vessie. Ses nuits étaient tellement courtes qu’elle passait une grande partie de ces heures de sommeil manquées à regarder sur internet des solutions qui arriveraient à résoudre son problème. Le problème que rencontrait la jeune femme, et elle le savait, ne se résoudrait pas en prenant une position propice au sommeil dans son lit, ou grâce à des tisanes qui étaient connus pour avoir des effets miracles. Parce que même lorsqu’elle arrivait enfin à dormir, qu’est-ce qu’elle devait faire de ces images qui ne cessaient de tourner en boucle dans sa tête ? De ces boucles chimériques desquelles elle n’arrivait pas à sortir ? Que devait-elle faire lorsqu’aux portes du sommeil, elle pouvait entendre les cris de son fils comme s’ils n’attendaient que ses bras pour le rassurer ? Depuis son décès, elle ne compte même plus le nombre de fois où elle est sortie de son lit en panique et en nage pour aller dans la chambre de son enfant dans l’espoir de le trouver là. Peut-être une malice de son esprit qui se jouait d’elle, mais à mesure qu’elle se rapprochait de la porte elle avait juste la sensation que les cris s’amplifiaient. Et une fois la porte ouvert elle se retrouvait confronté au pire. Rien. Ce n’était pas tant le calme qui régnait dans la pièce qui faisait le plus mal, c’était les souvenirs dont été recouverts jusqu’à les murs. Depuis déjà trois ans, elle n’avait touché à rien dans cette chambre. Elle passait l’aspirateur, faisait la poussière et les vitres pour la laisser propre, mais elle n’avait touché à rien de plus. Elle n’avait pas ramassé le jouet que Vincenzo avait laissé traîné par terre la dernière fois où il s’était amusé avec. Elle n’avait même pas replacé le drap qui avait encore la forme du corps de son fils. Elle refusait l’accès à quiconque. Les premiers jours après son hospitalisation, elle avait fondu en larmes avant de supplier à sa mère de remettre en place ce qu’elle avait touché dans la chambre de son fils pour ne rien corrompre de la présence de son enfant entre ces murs.

Alors que dans sa tête se rejouait le drame qui l’avait plongé dans la solitude et la tristesse, un bruit attira l’attention de Daya. Aussitôt elle s’arrêta de respirer comme pour mieux écouter. Elle tira doucement la couverture sur elle comme pour se cacher mais pas trop, l’oreille tendue. Des bruits de pas ? Impossible. Il n’y avait qu’elle chez elle et avant de se mettre au lit, elle avait fait le tour de la maison une dernière fois pour s’assurer que partout soit fermé. La Créole regarda l’heure sur son téléphone; 23h45. Plongée dans le noir, elle entreprit une première fois de sortir de ses draps pour aller voir. Mais une fois le pied posé par terre, elle entendit un autre bruit qui fit rater à son coeur un battement et elle se cacha à nouveau sous les couvertures. Sans même réfléchir, elle récupéra son téléphone et composa le numéro de la première personne qui lui vint en tête. Henrik. Elle aurait pu envoyer un message au lieu d’appeler directement, mais elle n’était pas certaine qu’il reçoive à temps son message si elle se faisait tuer ce soir. Au bout de deux tonalités elle commença à se ronger les ongles de peur que même là, il ne réponde pas. Lorsqu’il décrocha enfin, elle n’attendit même pas qu’il réponde et prit directement la parole. « Il faut que tu viennes tout de suite. Je crois que quelqu’un s’est introduit chez moi…» En même temps qu’elle parlait, elle gardait l’oeil tourné vers la porte, toujours plongée dans le noir. « S’il te plait…» Souffla-t-elle une dernière fois tandis que ses doigts se serraient autour de son portable sans qu’elle ne s’en rende compte.


Interwined souls ♒︎Que deviendra le monde si nos femmes ont peur ? Il s'effondrera le monde ! Sa voûte sombrera et les étoiles qui constellent, se mêleront à la poussière des routes ! ▬ Toi peur ? Et de quoi ?© endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
Henrik SolbergTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Henrik Solberg
https://www.ciao-vecchio.com/t8654-henrik-solberg https://www.ciao-vecchio.com/t8669-henrik-o-41-ans-o-tailleur-de-pierre
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Alexander Skarsgård, © Proserpine
Style RP : Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : deuil, maladie, homophobie intériorisée
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin août
Messages : 296 - Points : 673
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Tumblr_inline_p7lftb5KOO1rifr4k_540
Âge : 41 ans (22/12/1979)
Métier : Tailleur de pierre, il restaure principalement de vieux monuments
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Empty
# Sujet: Re: Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » ( le Mar 6 Avr 2021 - 12:43 )
Henrik devait bien dormir depuis un peu plus de deux heures maintenant lorsque le son d'un objet qui vibre le tire de son sommeil, assez difficilement quand même. Ronchonnant dans sa langue maternelle, encore tout endormi, il met quelques secondes à comprendre que c'était son téléphone qui était en train de sonner. 23h45. Est-ce que c'était une blague ? Il avait bien envie de se tourner et de se rendormir, mais il était quand même tard et un appel à cette heure-ci, ce n'était pas forcément une blague. Pensant maintenant au pire, il attrape son téléphone et décroche sans prendre le temps de voir qui appelait. Aussitôt, une voix se fait entendre, ne lui laissant pas le temps de dire quoique ce soit. Henrik fronce les sourcils, il était à peine sorti du sommeil que déjà, on lui sautait dessus. Le sens des mots qu'il entend fait son chemin, encore endormi, il lui faut du temps pour comprendre ce qui se passe. Un rapide coup d’œil à l'écran de son téléphone lui donner un indice. « Daya ? » Bien sûr que c'était elle, il avait reconnu sa voix, mais il était trop perdu. La confusion laisse place à l'inquiétude alors que sa voix se fait plus basse, presque suppliante et bientôt, Henrik est hors du lit, gardant le téléphone près de l'oreille. « Reste où tu es, enferme-toi si tu le peux, mais ne bouge pas. J'arrive tout de suite. » Le tailleur de pierre enfile des vêtements, rapidement, alors qu'Isis le regarde faire, affolée de voir son maître inquiet. « Je reste en ligne jusqu'à ce que j'arrive, d'accord ? » Malgré son inquiétude, il tente de rester rassurant pour ne pas effrayer la jeune femme, plus qu'elle ne l'était déjà. Son téléphone en main, il bascule sur le haut-parleur et prend la route, en direction de chez son amie.

Par chance, elle n'habitait pas très loin et la circulation, à cette heure de la soirée était minime, il arrive donc en un peu plus de cinq minutes, donnant quelques informations sur son avancée à la jeune femme de temps en temps. Arrivé devant la maison reste discret un moment, de peur d'alerter la quelconque personne qui se trouverait sur les lieux. Il était vraiment tenté d'appeler la police dès maintenant, mais il était aussi tenté de voir par lui-même. Il ne peut réprimer un frisson, se rappelant douloureusement de ce fameux soir alors qu'il était là, au même endroit, la nuit était également tombée, mais la suite des événements avaient été tragiques. C'est donc la boule au ventre qu'Henrik se met à faire le tour de la maison, le téléphone toujours en main. « Je suis là.. Je fais le tour de la maison pour voir... C'est ouvert. » Il aperçoit à la lumière de son téléphone que la baie vitrée était entrouverte, il entre alors, s'attendant à tout et n'importe quoi. À tâtons, il cherche un interrupteur pour allumer la lumière, faisant le moins de bruit possible avant de se figer alors qu'il entend une chaise remuer sur le sol. Sans même s'en rendre compte, sa respiration se coupe, Henrik était courageux mais pas téméraire. Ses doigts trouvent finalement l'interrupteur qu'il enclenche directement, s'attendant déjà à tomber sur quelqu'un en train de fuir. Mais il n'y avait personne. Sans même le vouloir, le tailleur de pierre raccroche son téléphone, mettant fin à l'appel avec Daya qui était toujours en ligne. « Qui est là ? » Il restait calme, tant bien que mal, mais sa voix trahissait son angoisse. Il s'approche doucement de la fameuse chaise alors que quelque chose lui fonce dessus, dans les jambes. Henrik ne retient pas un cri de surprise, couvrant sa bouche de sa main pour étouffer le son, mais il était trop tard. Un chat. L'intrus était un chat qui s'était faufilé dans la maison et qui cherchait maintenant la sortie, percutant les meubles, voilà ce qui avait effrayé Daya, et à juste titre. Soulagé, mais pas encore remis de la peur qu'il avait eu, Henrik ouvre la baie vitrée en grand pour faire sortir l'animal avant de la fermer, la verrouillant au passage. « Daya ? Tu peux venir maintenant, c'est terminé. » Il hausse un peu la voix de manière à ce qu'elle l'entende de là où elle était.


Walk on, with hope and
you'll never walk alone

by EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Daya RaichandBon pour te remonter le moral
Daya Raichand
https://www.ciao-vecchio.com/t8668-daya-raichand#289871 https://www.ciao-vecchio.com/t8681-daya-o-36-ans-o-profession#290172
ID : Wanderlust
Pronom : Elle/she
Faceclaim : Freida Pinto : hidden falls + signa : endless love + gifs : hidden falls
Style RP : Pronoms RP : Elle
Flashback : Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Violences conjugales, deuil
Je suis absent-e : Test
Messages : 1565 - Points : 2035
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Gp22wJb
Âge : 35 ans
Métier : Professeur de piano au conservatoire de musique de Naples
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Empty
# Sujet: Re: Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » ( le Ven 23 Avr 2021 - 17:10 )
La couverture ramenée contre elle comme si ce bout de tissus serait en mesure de lui servir de bouclier, elle la serra un peu plus entre ses doigts. Daya n’était pas certaine de ce qu’elle entendait. Par moment, c’était propre respiration qui arrivait à la faire sursauter alors qu’elle essayait de faire le moins de bruit possible. Elle ne voulait prendre aucun risque. Un soupir de soulagement s’échappa de ses lèvres lorsque la voix de son ami retentit au bout du fil et qu’il comprit qu’il s’agissait d’elle. Pour ne pas alerter les peut-être cambrioleurs dans la pièce d’à côté, elle hocha la tête pour toute réponse à Henrik avant de se rappeler qu’il ne pouvait pas la voir. « Hum…» Elle avait à peine soufflé ce son, espérant que le jeune homme comprenne qu’elle suivrait ses conseils. Elle n’avait nulle part où aller au milieu de la nuit de toute façon, et ne se sentait pas assez courageuse pour quitter son lit. Le téléphone collé à son oreille, elle écoutait les moindres mouvements perceptibles au bout du fil, oubliant presque qu’elle devait être attentive à ce qui se passait chez elle. De l’autre côté du combiné, un bruit de vêtements froissés, des bruits de pas agités qui quittaient une pièce pour revenir à toute vitesse dans une autre. Plongée dans le noir, elle hésitait même à allumer la lumière de peur d’attirer l’inconnu jusqu’à elle. Pendant tout le temps où Henrik se préparait jusqu’à venir la rejoindre, elle ne décrocha pas un mot. Sa respiration assez lourde suffisait à faire comprendre qu’elle était toujours là. Par moments, elle ponctuait le silence de quelques onomatopées pour que son ami ne se sente pas trop seul.

En prenant son courage à deux mains elle sortit enfin du lit pour se rapprocher de la fenêtre, guettant avec impatience l’arrivée du tailleur de pierre. Le calme de la nuit permit à Daya de le voir arriver. Soupir de soulagement. Aussitôt la réalité la percuta. Et s’il lui arrivait quelque chose ? Et si Henrik se blessait ou se faisait tuer en essayant de l’aider ? Cette idée la figea sur place au point qu’elle en fit presque tomber le téléphone qu’elle rattrapa de justesse. « D’accord.» Souffla la créole peu sûre d’elle. Elle ignorait combien de temps s’était écoulé entre le moment où elle avait passé l’appel et son arrivée, mais elle le vivait comme de longues minutes d’angoisses. Profitant de la présence de son ami, elle entreprit de sortir de sa chambre non sans arme. Du bout des doigts, elle attrapa le vase qui traînait sur sa table de nuit et la vida de ses fleurs sur le lit, l’eau avec. Elle n’avait pas le temps de faire ça dans la salle de bain. A pas feutrés, elle descendit les escaliers en même temps qu’elle entendait la voix d’Henrik retentir entre les murs vides de chez elle. Le téléphone qu’elle n’avait toujours pas raccroché dans une main, le vase qu’elle tenait au dessus de sa tête pour éviter de perdre du temps à lever le bras, elle était prête à affronter ce qui se trouvait là. Elle ne laisserait pas Henrik être blessé par sa faute. En entendant le cri de ce dernier, elle n’eut d’autre choix que d’affronter ses peurs et de descendre les escaliers à toute vitesse. Oublié la peur qui l’avait figé lorsqu’elle avait passé le coup de téléphone. Oublié l’inquiétude qu’elle risquait sa vie ainsi que celle de son ami. Un vacarme se fit entendre, la faisant à présent éviter un court instant. Puis plus rien. Sans même s’en rendre compte, la créole s’était mise à trembler. Elle était en bas, pas très loin de là où se trouvait le jeune blond, apeurée de ce qu’elle était sur le point de découvrir. Son moment de courage était passé aussi vite qu’il était arrivé, déclenché par les cris aiguës du tailleur de pierre. Les jambes prêtes à la lâcher, elle s’approcher de la scène, le bras toujours au-dessus de la tête prête à abattre son vase. « Ca… ça va ? Tu n’as rien ?» Balbutia-t-elle. « J’ai entendu des cris, je suis descendue, je voulais…» Le défendre ? Empêcher qu’un nouveau drame surgisse entre ces murs ? Elle poussa un soupir, baissant finalement son bras. « C’était quoi ?»


Interwined souls ♒︎Que deviendra le monde si nos femmes ont peur ? Il s'effondrera le monde ! Sa voûte sombrera et les étoiles qui constellent, se mêleront à la poussière des routes ! ▬ Toi peur ? Et de quoi ?© endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
Henrik SolbergTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Henrik Solberg
https://www.ciao-vecchio.com/t8654-henrik-solberg https://www.ciao-vecchio.com/t8669-henrik-o-41-ans-o-tailleur-de-pierre
ID : Proserpine, Aurélie
Pronom : elle/iel
Faceclaim : Alexander Skarsgård, © Proserpine
Style RP : Pronoms RP: j'écris en il
Flashback : oui si cela est utile
RPs hot : avant/après, l'important c'est de s'accorder ensemble
Longueur : c'est sans pression, selon l'inspiration

Thème·s abordé·s : deuil, maladie, homophobie intériorisée
Je suis absent-e : En présence réduite jusque fin août
Messages : 296 - Points : 673
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Tumblr_inline_p7lftb5KOO1rifr4k_540
Âge : 41 ans (22/12/1979)
Métier : Tailleur de pierre, il restaure principalement de vieux monuments
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Empty
# Sujet: Re: Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » ( le Mer 28 Avr 2021 - 15:59 )
Le cri était sorti tout seul. Court, net et horriblement aigu pour le suédois qui n'avait jamais su qu'il pouvait sortir un son pareil. La main sur sa bouche arrivait trop tard, il avait l'impression d'entendre son écho en boucle dans la pièce et après avoir vu le chat cogner dans les murs, il s'était demandé, un court instant, s'il n'avait pas effrayé le pauvre animal plus que lui-même. Se remettant de ses émotions, Henrik finit par le faire sortir, le cœur battant encore à tout rompre, se sentant un peu confus. Le silence était maintenant devenu assourdissant dans la pièce alors il prend quelques instants pour reprendre une respiration normale, appelant Daya pour qu'elle le rejoigne, où qu'elle soit cachée dans la maison. Elle avait dû l'entendre de là où elle était, n'importe quel voisin avait dû entendre d'ailleurs. Mais bientôt, il la voit, un vase au-dessus de la tête et ses yeux s'écarquillent doucement. « Ça va, je n'ai rien, c'est terminé. » Sa voix se voulait rassurante alors qu'il approchait doucement dans l'espoir de la voir baisser ce vase qui semblait encore humide. Une moue s'installe sur ses lèvres, cela ressemblait plus à une grimace en réalité. « Ce n'est rien, c'est moi qui.. c'est moi qui ai crié, désolé de t'avoir fait peur. » La tension était palpable et ce qui s'était déjà passé ici lui revient en pleine figure. Daya avait vécu le pire ici, inutile de dire que ce qui venait de se passer avait dû lui faire remonter des souvenirs et pas les plus agréables.

Mais le danger était inexistant ce soir et la jeune femme baisse les bras et le vase par la même occasion, vase qu'Henrik récupère tranquille, on ne sait jamais. « Un chat. » Il avait bien envie de répondre qu'il s'agissait juste de sa dignité qui s'était faite la malle, mais il restait fier. « La fenêtre était restée entrouverte alors il en a profité pour entrer, mais il n'a pas trouvé la sortie. » Et un chat qui se trouve enfermé dans une pièce, cela pouvait faire des dégâts. « J'espère qu'il n'a pas éventré ton canapé. » Il tente un sourire, mais il n'y avait en fait rien d'amusant là-dedans alors il soupire. « Et toi, tu vas bien ? » Le grand blond l'avait vu toute tremblante et malgré l'absurdité des événements, il n'en restait pas moins que l'inquiétude avait été réelle. Sa respiration saccadée au téléphone et ses silences pendant son trajet, sa peur, même silencieuse, il l'avait sentie et tout le renvoyait à cette fameuse nuit qu'iels préféraient toustes les deux oublier. « Tu veux que je fasse le tour de la maison pour voir si tout est bon ? » Ce n'était pas forcément une mauvaise idée et si ça pouvait la rassurer, et lui aussi, alors il était prêt à le faire, encore dans le feu de l'action. Et puis il avait une bonne arme en main, le vase fraîchement vidé de Daya ferait parfaitement l'affaire.


Walk on, with hope and
you'll never walk alone

by EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Daya RaichandBon pour te remonter le moral
Daya Raichand
https://www.ciao-vecchio.com/t8668-daya-raichand#289871 https://www.ciao-vecchio.com/t8681-daya-o-36-ans-o-profession#290172
ID : Wanderlust
Pronom : Elle/she
Faceclaim : Freida Pinto : hidden falls + signa : endless love + gifs : hidden falls
Style RP : Pronoms RP : Elle
Flashback : Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : //
Thème·s abordé·s : Violences conjugales, deuil
Je suis absent-e : Test
Messages : 1565 - Points : 2035
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Gp22wJb
Âge : 35 ans
Métier : Professeur de piano au conservatoire de musique de Naples
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Empty
# Sujet: Re: Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » ( le Lun 21 Juin 2021 - 19:07 )
Chaque seconde qui s’écoulaient en était déjà une de trop où Daya ne bougeait pas. Complètement paralysée par la peur, il lui fallut un long moment avant qu’elle ne se décide à s’avancer. Son cœur dont les battements frénétiques étaient provoqués par cette peur qui la pétrifiait sur place, dans ses oreilles, la créole n’entendait que cet organe battant qui raisonnait. Au moment où elle se décida enfin à avancer, elle avait les bras levés au-dessus de sa tête, prête à laisser retomber le vase qui lui servirait d’arme. La première chose que chercha son regard fut la présence de son ami qu’elle avait entendu crier. Dans la panique et l’allure à laquelle se passait les choses, Daya avait entendu des cris mais serait incapable de dire si une autre personne se trouvait présente ou pas. Son regard affolé effleura à peine les alentours. Dans la peur qui avait même bloqué sa respiration, elle n’avait pas vu le vacarme dans la pièce. Sa seule préoccupation était Henrik. Lorsque le regard de la Réunionnaise rencontra enfin celui du tailleur de pierre, elle sentit un battement dans sa poitrine, différent de celui de panique. Les bras toujours hissés, elle ne se rendait même pas compte qu’elle venait de se figer à nouveau. Elle demanda au jeune homme si ça allait avant de prendre quelques secondes pour assimiler le fait que tout allait bien. Doucement, avec précaution, elle baissa le vase au-dessus de sa tête et sentit son cœur repartir à nouveau avec un rythme plus régulier. « C’est rien, j’ai juste cru que… » Qu’il venait de se faire attaquer ? Qu’elle allait à nouveau être confrontée à un bain de sang ? Qu’une autre personne allait perdre la vie entre ces murs ? « … bref. » Elle préféra terminer cette phrase ainsi, dans un soupir, plutôt que d’aller au bout de sa pensée. « Un chat ? » Elle leva un sourcil tandis qu’elle gardait son regard fixé sur le blond pour être sûre qu’il n’était pas en train de se moquer d’elle. Un chat pouvait faire autant de dégâts ? De quelques pas, la jeune femme s’avança pour regarder la fenêtre ouverte avant de se rendre compte du ridicule de la situation. Un chat. Elle avait eu peur d’un chat. Le vase toujours dans une main, elle posa l’autre au niveau de sa poitrine avant que ses lèvres ne s’étirent en un sourire. La situation était tellement risible. Elle se dirigea ensuite vers son canapé pour le vérifier et vit quelques coups de griffes. Rien de bien méchant. « Non ça va. » Dans sa voix on pouvait déjà sentir le soulagement. Elle avait même envie de dire qu’elle préférerait un canapé éventré plutôt que le scénario qui se jouait dans sa tête. Elle était seule chez elle depuis l’emprisonnement de son mari. Elle avait eu le temps de s’habituer à la solitude qui continuait pourtant à la consumer à petit feu. Si en apparence la métisse vivait seule, elle était toujours accompagnée de quelque chose. A chaque fois qu’elle traversait les couloirs, elle était accompagnée de ses souvenirs aussi bien heureux que douloureux. A chaque fois qu’elle passait devant la chambre à présent inoccupé de son fils, elle était accompagnée de cette douleur qui se réveillait à chaque fois. Jamais cette vieille amie ne manquait le rendez-vous pour rappeler à Daya le drame qui avait pris place dans cette maison. Bien qu’elle faisait en sorte, elle était toujours assistée de ce passé qu’elle avait du mal à laisser derrière elle. Ce soir, elle avait bien cru que ce même passé était venu lui rendre visite. Que ce mari qui croupissait aujourd’hui derrière les barreaux, avait trouvé le moyen pour revenir ici. C’était ridicule. Pourtant, Daya vivait avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête et elle en était consciente. « Je hum… » Elle se racla doucement la gorge. « Je vais bien. » Elle allait même mieux depuis qu’elle savait qu’il ne s’agissait que d’un chat. « Non, je te remercie. Je t’ai déjà assez dérangée comme ça… » Elle en aurait presque gênée si le soulagement n’avait pas pris le pas sur tout le reste. « Tu accepterais une tasse de café ou de thé en guise de remerciement, ou tu préfères aller te coucher ? » S’enquit-elle. « Te recoucher ? Je t’ai réveillé, pas vrai ? » Vu l’heure où elle avait passé l’appel, elle n’avait aucun doute qu’il était déjà endormi. En même temps qu’elle lui parlait, elle commença à récupérer certains objets tombés à terre dans la lutte féroce entre Henrik et le chat.


Interwined souls ♒︎Que deviendra le monde si nos femmes ont peur ? Il s'effondrera le monde ! Sa voûte sombrera et les étoiles qui constellent, se mêleront à la poussière des routes ! ▬ Toi peur ? Et de quoi ?© endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » Empty
# Sujet: Re: Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Henrik || « Vous avez pas un autre titre ? » -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Fuorigrotta :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut