Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

-30%
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC Rafraîchisseur 4 en 1 – Ventilateur – Brumisateur – ...
79.99 € 114.95 €
Voir le deal

 

- It's not a physical suffering ~ Luciano & Telia -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Telia StokesTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Telia Stokes
https://www.ciao-vecchio.com/t8593-telia-stokes#288322 https://www.ciao-vecchio.com/t8603-telia-stokes-o-40-ans-o-journaliste
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Kerry Washington (@Cinderella)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires, je peux faire du 300/400 mots comme plus de 1000 ! J'écris à l'inspiration, et quand j'écris beaucoup je n'attends pas de même en face, chacun écrit comme il le sent !

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : Divorce, faits judiciaires, fausses couches
Je suis absent-e : en PR jusqu'au 5 avril
Messages : 114 - Points : 211
It's not a physical suffering ~ Luciano & Telia 4JSe
Âge : 39 ans, bientôt 40 ans (6.05.1981)
Métier : Journaliste à Il Mattino et en free-lance. Alimente aussi un compte Twitter d'informations essentiellement.
It's not a physical suffering ~ Luciano & Telia Empty
# Sujet: It's not a physical suffering ~ Luciano & Telia ( le Sam 8 Mai 2021 - 22:00 )
Assise dans son coin, comme à chaque fois, Telia écoutait en silence les différents témoignages de ceux qui osaient prendre la parole pour parler du traumatisme qu'ils avaient vécu. Un traumatisme que la Stokes connaissait très bien pour l'avoir vécu à cinq reprises tout au long de son mariage. Cinq fausses couches, dont la dernière alors qu'elle était enceinte de six mois, en 2014. Sept ans déjà, mais le traumatisme était toujours là et vif. Cet enfant, l'afro-américaine l'avait longuement attendu, quand elle avait dépassé le cap du premier trimestre, elle s'était réjouie. Jusqu'à ce triste jour de novembre. Rien qu'en y pensant, elle ferma les yeux quelques instants pour se reconcentrer sur la jeune femme qui parlait, les larmes aux yeux. Des larmes que la Stokes comprenait. Une fausse couche était un violent traumatisme, et en guérir pouvait être dur, surtout quand on n'y mettait pas de la bonne volonté. Cas de Telia, raison pour laquelle elle venait toujours à ses réunions, régulièrement, même si elle ne parlait quasiment jamais. Elle en était presque incapable.

Après la jeune femme une autre prit la parole, non sans que le psychologue qui accompagnait les personnes présentes n'ait pris la parole quelques instants, pour un discours que la brune écouta à peine. A la place, elle laissa traîner son regard sur les personnes présentes aujourd'hui, regardant dans un premier temps la chaise vide à ses côtés, celle de son ex-mari qui l'avait planté au dernier moment. Heureusement qu'elle l'aimait pour ne pas lui en vouloir, alors que c'était lui qui l'avait traîné au départ à ses réunions, pour aider Telia à sortir de sa dépression. En était-elle sortie aujourd'hui ? Elle ne savait pas, car ses sourires et rires cachaient toujours des blessures, mais elle n'était plus au fond du trou, c'était déjà ça.
Ses yeux finirent par s'attarder sur un visage nouveau aux réunions, celui d'un homme, qui pourtant disait quelque chose à la journaliste. Et il lui fallut quelques secondes pour que son cerveau retrouve son nom: Luciano Morelli, un publiciste bien connu en ville, qu'elle avait déjà croisé à quelques occasions diverses en ville, lors de soirées principalement. Elle ne lui avait jamais adressé la parole ceci dit. L'occasion ne s'était jamais présentée, enfin jusqu'à aujourd'hui. Car la séance finie, ils furent tous invités à la petite collation prévue, comme à chaque fois, et en allant prendre un verre de jus de fruits, l'alcool étant bannie ici, elle tomba nez à nez avec le publiciste.

- Bonsoir.

Lâcha-t-elle dans un premier temps, un léger sourire aux lèvres, avant de continuer la conversation.

- Première fois ici ?

Une question pas si bête que ça après tout. C'était la première fois que elle, elle le voyait, mais elle ne venait pas chaque semaine à chaque réunion, elle pouvait donc l'avoir raté. Et puis, c'était une manière de démarrer une conversation, non ?








La vie est une danse.
Revenir en haut Aller en bas
Luciano MorelliTu te bonifies avec l'âge… ou pas
Luciano Morelli
https://www.ciao-vecchio.com/t8214-luciano-morelli#273048 https://www.ciao-vecchio.com/t8230-luciano-o-39-ans-o-publiciste#273636
ID : Cocoe
Pronom : Elle
Faceclaim : Cillian Murphy ©tennessee
Style RP : Pronoms RP : J'écris avec la première et troisième personne du singulier, la deuxième est toujours aussi difficile a apprehender :(
Flashback : Si ca a un réel intérêt.
RPs hot : Sans contrainte particulière pour peu que nous soyons d’accord..
Longueur : Variable, mais jamais de pavés

Thème·s abordé·s : Fausse couche
Messages : 276 - Points : 206
It's not a physical suffering ~ Luciano & Telia Nwe9
Âge : Quasiment 40 printemps
Métier : Publicitaire
It's not a physical suffering ~ Luciano & Telia Empty
# Sujet: Re: It's not a physical suffering ~ Luciano & Telia ( le Dim 16 Mai 2021 - 22:59 )
Luciano se dandine mal à l’aise sur sa chaise, nerveusement il croise et décroise ses jambes, lissant rageusement entre deux changements de position son pantalon, cherchant désespérément une assise confortable. Il espérait vainement ne pas déranger ses voisines les plus proches, car oui, dans cette salle il était accompagné, seulement et uniquement, de femmes ce qui accroissait son malaise. Le publicitaire ferme les yeux un instant, cherche en lui les ressources nécessaires pour affronter le discours de celle qui a osé affronter les regards de l’auditoire néanmoins suspendu à ses lèvres.

C’est une mauvaise idée ! Bercé par les paroles de cette expérience similaire qui les a toutes et tous aujourd’hui rassemblés Luciano se revoit larmoyant dans le couloir immaculé juste après que sa propre femme l’ait congédié, odieux, elle lui avait confirmé qu’il l’était. Pour le soulager une infirmière compatissante lui a confié un dépliant mentionnant les réunions auxquelles il assistait. Et il s’en voudrait. D’avoir cru que ça pourrait le réconforter, de s’être lui-même mis dans cette situation embarrassante et oppressante dont il ne peut s’échapper. Même s’il fait mine de l’ignorer il sait qu’il est l’attraction de la journée, qu’il attire l’attention car il est le seul représentant masculin de l’assemblée.

Le père qu’il aurait pu être soupire maintenant d’impatience, visiblement il n’en peut plus d’écouter le psychologue décrire les différentes étapes du deuil, d’ailleurs il les connaît, les a déjà toutes traversées. Doit-il encore passer par le déni , la colère, le marchandage, la dépression et enfin l’acceptation pour un enfant qui n’a jamais vécu, pour un bébé qui n’a jamais réellement existé ailleurs que dans ses projets d’une vie maritale comblée. Son mariage est au bord du gouffre. S’il y réfléchit rien qu’un peu sa vie entière l’était. À contrecœur il se force à rester le cul vissé à sa chaise avec la ferme intention de ne plus jamais remettre un pied dans cet endroit aussi désespérant que désespéré…

Dernière ligne droite, un verre et il pourrait s’éclipser mais Luciano constate avec découragement que les gobelets sont tous remplis de jus de fruits, peste encore intérieurement de devoir avaler une boisson pour enfants mais si c’est le prix à payer pour pouvoir s’échapper il est prêt à s’excuser ! Il avale d’un trait comme si c’était un shoot de boisson alcoolisée, pose son verre et se tourne vers la porte quand une voix l’arrête net… Putain de merde !

- Oui première fois… Luciano tend sa main droite pour saluer la journaliste qu’il a déjà croisée. Fait chier ! Il se force à sourire le publiciste, redoute qu’on utilise sa pseudo renommée pour alimenter les pages mondaines que Pia doit probablement éplucher, bordel, mais la jovialité disparaît avec la remarque acerbe. Sans doute la dernière !








pain
Le devoir d’une éternelle fidélité ne sert qu’à faire des adultères.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
 
- It's not a physical suffering ~ Luciano & Telia -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut