Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -24%
Purificateur d’air & Ventilateur Dyson TP02 ...
Voir le deal
399 €

 

- Torture. // Clelia -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hippolyte LissandroBon pour te remonter le moral
Hippolyte Lissandro
https://www.ciao-vecchio.com/t8796-hippolyte-lissandro https://www.ciao-vecchio.com/t8829-hippolyte-lissandro-35-ans-enseignant-chercheur
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Sam Claflin @Doriana the Wonderwoman & ©hearthkiwi & @Cinderella
Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Abandon, strip tease, dépression, victime de maltraitance étant enfant, cancer.
Messages : 964 - Points : 2565
Torture. // Clelia 0954b6cc99befd5ac495307e871076a904f3c4eb
Âge : 35 ans
Métier : Enseignant-chercheur à l'université de Naples en Psychologie, sa spécialité est l'étude des criminelles ainsi que le rapprt entre l'Homme et la violence
Torture. // Clelia Empty
# Sujet: Torture. // Clelia ( le Dim 9 Mai 2021 - 19:41 )
Hippolyte avait accepté de sortir de soir. Il avait donc rangé tous les documents étalés sur la table de salon, il avait également appuyé une vingtaine de fois sur le bouton sauvegarde pour être certain que ses recherches étaient en sécurité. Hésitant, il regarda longtemps son portable : tenté de tout annuler au dernier moment pour juste pouvoir aller au lit tôt avec un libre. Cependant, il avait promis qu’il viendrait : alors il devait faire honneur à sa parole. C’est pourquoi, il se résigna à aller en cuisine pour faire une tarte aux citrons meringuée - il devait apporter le dessert - puis fila sous la douche avant d'enfiler son costume trois pièces bleu marine. Ses cheveux séchés et légèrement travaillés avec de la cire, Hippolyte repoussait l’échéance. La tarte soigneusement emballée, il ferma son appartement puis descendit pour aller à sa voiture.

Devant la villa, il prit le temps de regarder les lieux. Il ne fréquentait pas ces quartiers, il préférait le cœur de Naples plutôt que d’être en face de cette opulence. Sans réellement le vouloir, il pensa tout de suite à Clelia et se souvenait de ce malaise ressentit quand il avait été devant la villa des Grimaldi. Il s’était senti bien petit, pour ne pas dire, pas à sa place. Mais la demoiselle valait tout cela. C’est pour ses beaux yeux qu’il avait avalé ce sentiment tenace. Et à quoi bon ? Elle avait terminé leur relation et devait probablement être au bras d’un riche héritier : tout ce qu’il ne serait jamais. Sortit de ses rêveries par une de ses collègues, Hippolyte hocha la tête et tendit son bras pour rentrer avec elle.

Il y avait déjà du monde à l’intérieur, accueillis par son hôte, il eut le droit à une accolade avant d’un : “Le meilleur dessert du monde ! Je vais devoir me faire violence pour la partager avec les autres ! Entre, entre fais comme chez toi.” Le professeur sourit, le remercia et accrocha son manteau avant de se fondre dans la masse des invités. “Et que faites-vous dans la vie Hippolyte ?” Devant le buffet, le concerné prenait un peu de tout : évitant la viande. “Je donne des cours en psychologique à l’Université, notamment sur le comportement humain et les travers violents de l’humanité. Je fais également des recherches sur l’évolution des peines de mort, des châtiments publiques et en quoi nous sommes les héritiers de ces violences.” Hippolyte attendait la réaction de la jeune femme qui lui faisait face. Certains s’excusaient poliment, d’autres posaient mille et une question. “Oh… Je vois.” Il sourit en comprenant qu’elle ne souhaitait pas continuer sur le sujet. Il n’eut pas le temps de demander ce que faisait la personne pour vivre que son bras fut tiré par Marjorie. “J’ai quelqu’un à te présenter !” Cela n’était jamais bon signe : “Marjo, tu sais que je ne cherche personne hein ? - Non, mais là, c’est différent ! Tu vas voir elle est top !” Tiré d’une pièce à l’autre, son cœur s’arrêta en voyant de dos cette chevelure si familière. Chaque pas qui la rapprochait d’elle permettait à son esprit de comprendre. “Clelia…?” Souffla-t-il.

Il espérait que cela ne soit qu’un mauvais tour de son cerveau qui la voyait souvent partout. Elle ne pouvait pas être là, devant lui… Et pourtant, le couperet tomba : “Clelia ? Je te présente Hippolyte Lissandro.” Un grand sourire de sa part. “Je suis certain que vous allez bien vous entendre. Je vous laisse faire connaissance.” Marjorie partit rapidement, laissant un silence pensant. C’est lui qui le brisa après s’être raclé la gorge. “Bonsoir.” Mal à l’aise, il était tiraillé entre l’envie de se jeter sur elle pour la prendre dans ses bras, la serrer contre lui pour en plus jamais la laisser partir ; ou bien être exécrable. “Ne t’en fais pas, je vais bientôt partir. Tu n’auras pas à souffrir la présence de personne comme moi longtemps.” Le pique était sorti tout seul… Comment ne pas être amer après avoir tant aimé, tant cru à cet amour qui était encore un tout pour lui. "Excuse-moi." Parce qu'il ne pouvait pas être comme ça avec elle. Il prit une longue inspiration : "Tu vas bien ?"


I don't regret, nor will I forget: all who took that road with meBoyd Billy ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Clelia GrimaldiBon pour te remonter le moral
Clelia Grimaldi
https://www.ciao-vecchio.com/t7396-never-run-when-youre-scared-c https://www.ciao-vecchio.com/t7398-clelia-sweet-disaster
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Jameela Jamil (@Cinderella)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : pression familiale; mariage arrangé
Je suis absent-e : en PR jusqu'au 5 avril
Messages : 1630 - Points : 1467
Âge : 30 ans depuis le 22 août.
Métier : Propriétaire d'un hôtel de luxe dans le centre de Naples
Torture. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Torture. // Clelia ( le Dim 9 Mai 2021 - 21:12 )

Torture
Hippolyte & Clelia


Debout au milieu de cette foule d'invités, Clelia se demandait ce qu'elle faisait là. Les soirées comme celle-ci, elle en faisait de moins en moins, trouvant toujours un prétexte, valable bien entendu, pour ne pas s'y rendre. Mais pas ce soir. Pourtant dans un premier temps, elle avait poliment fait comprendre qu'elle ne pourrait certainement pas, qu'il fallait qu'elle consulte son agenda, et donnerait donc une réponse un peu plus tard. Sauf qu'au moment de donner sa réponse, une seconde invitation, qu'elle voulait encore plus fuir, lui fut transmis: ses chers parents l'invitaient à venir dîner chez eux, car cela faisait un moment qu'ils n'avaient pas vu leur fille, normal puisqu'elle les fuyait comme tous les enfants de la fratrie à vrai dire, et puis, ils devaient, selon les propos de sa propre mère, lui parler. Ce qui ne signifiait rien de bon, bien au contraire. En quelque sorte piégée, Clelia trouva la parade parfaite: elle avait déjà reçue une autre invitation, qu'elle s'empressa d'accepter en confirmant sa venue. Quel dommage, elle ne pourrait pas venir manger chez ses parents. Vraiment... Oui oui, Clelia était aussi déçue que sa mère. Enfin, c'est ce qu'elle lui fit croire, sourire aux lèvres, le téléphone à son oreille, alors qu'il en était rien. Puis, elle avait raccroché.
Et la voilà ce soir, dans cette villa de Posillipo, à un kilomètre à peine de la maison qui l'avait vu grandir, à arpenter les pièces, échangeant quelques mots avec quelques connaissances, ne s'attardant pas non plus trop longtemps. Un rapide tour au buffet, et elle repartit dans la maison, s'arrêtant au niveau de la terrasse extérieure, pleine de monde, cherchant du regard une table libre, ou presque, où elle pourrait s'installer pour picorer les quelques gourmandises qu'elle s'était servie. Elle songeait en même temps à quitter la soirée après son léger dîner. Elle s'était assez attardée pour que son départ ne soit pas pris pour une impolitesse par son hôte. Au pire des cas, elle prétexterait de la fatigue. L'excuse qui fonctionnait toujours.

Ses yeux cherchant toujours une place, Clelia, alors dans ses pensées, fut ramener par une voix qui prononça son prénom. Une voix qu'elle reconnut immédiatement, avant même de voir son interlocutrice: Marjorie, une amie rencontrée il y a quelques années lors d'une soirée comme celle-ci, une personne avec qui elle avait rapidement accroché. Alors, en entendant la voix de la jeune femme, l'indienne se retourna vers celle-ci, laissant sa robe blanche et ses longs cheveux noir jais détachés voler au vent pendant qu'elle tournoyait. Un sourire s'était même dessiné sur les lèvres. Un sourire que la Grimaldi perdit à la seconde où son regard tomba sur la personne qui accompagnait Marjorie. Et qu'elle reconnut immédiatement: Hippolyte.
Son coeur rata un bon tandis que son amie faisait des présentations qu'elle entendait à peine. Et déjà Marjo partait, laissant les deux anciens amants seuls, face à face. Une première depuis que Clelia s'était résolue à le quitter il y a bientôt six années, tirailler par ses parents qui lui rendaient la vie infernale, et l'envie de permettre à Hippolyte d'être heureux. Elle avait d'ailleurs chercher à savoir par le passé si c'était le cas. Qu'elle se brise le coeur, se l'assèche presque, c'était son problème à elle. Mais qu'elle lui fasse du mal, ça non. Elle ne se le pardonnerait jamais. Elle avait fait ce qu'elle avait fait pour le préserver, parce qu'il était quelqu'un de bien, de génial, et que la haine des parents Grimaldi, il ne l'avait pas mérité. Personne ne l'avait mérité. Un choix fait en pensant que c'était la meilleure chose à faire, pour le brun. Pas pour elle, ça c'était certain. Depuis six ans, elle naviguait dans la vie, tentant de faire son bout de chemin, cherchant un bonheur qu'elle ne trouvait pas ailleurs que dans les bras du Lissandro. Il avait été son grand amour. Le premier et le dernier.

- Bonsoir Hippolyte.

Dit-elle à son tour, après le jeune, tentant de cacher le malaise qui l'envahissait. Heureusement que ses mains tenait son assiette, ainsi, elle ne pouvait les triturer dans tous les sens. Un de ses tocs quand elle était stressée, ou mal à l'aise. Un toc que le Lissandro connaissait très bien.

- Comment...

Commença-t-elle avant d'être couper par une réplique cinglante du professeur en psychologie. Une réplique qui lui broya le coeur, mais qui était tellement méritée. Elle le savait. Elle l'acceptait.

- Je n'ai jamais dit ou pensé ça.

Murmura-t-elle simplement en baissant un instant la tête, posant son regard sur son assiette un court instant. Elle n'avait plus faim désormais, l'appétit lui était passé soudainement. Elle avait amplement mérité cette pique, elle le savait. L'indienne lui avait brisé le coeur en mettant fin à cinq ans d'amour, elle ne méritait pas mieux. A sa place, elle aurait plus que certainement agit de la même manière. Elle releva finalement la tête en entendant les excuses.

- Ne t'en fais pas, tu n'as pas à t'excuser.

Elle eut un léger sourire, avant d'hausser les épaules, relevant les yeux vers le jeune homme qui la dévisageait.

- Je vais bien, je te remercie.

Etait-ce la vérité ? Sûrement, même si revoir Hippolyte la destabilisait. Quelle idée avait eu Marjorie de les présenter ? A moins que ce ne soit calculé. Pourtant, jamais Cle' n'avait mentionné Hippo à son amie, le gardant pour ces nouvelles rencontres, comme un secret. Un souvenir qu'elle préférait chérir que partager. Partager pour souffrir qui plus est.

- Et toi ? Je ne savais pas que tu connaissais Marjorie.

Une véritable surprise.
(c) DΛNDELION


@Hippolyte Lissandro




Smile everyday, because you are a ray of sunshine
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte LissandroBon pour te remonter le moral
Hippolyte Lissandro
https://www.ciao-vecchio.com/t8796-hippolyte-lissandro https://www.ciao-vecchio.com/t8829-hippolyte-lissandro-35-ans-enseignant-chercheur
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Sam Claflin @Doriana the Wonderwoman & ©hearthkiwi & @Cinderella
Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Abandon, strip tease, dépression, victime de maltraitance étant enfant, cancer.
Messages : 964 - Points : 2565
Torture. // Clelia 0954b6cc99befd5ac495307e871076a904f3c4eb
Âge : 35 ans
Métier : Enseignant-chercheur à l'université de Naples en Psychologie, sa spécialité est l'étude des criminelles ainsi que le rapprt entre l'Homme et la violence
Torture. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Torture. // Clelia ( le Jeu 13 Mai 2021 - 20:55 )
Hippolyte n’était jamais à l’aise dans ce genre d’événements, enfin, il n’était pas à sa place dans ces grandes maisons qui le faisaient rêver étant enfant. Aujourd’hui, elles les dégoûtaient. Ces gens qui chiaient du marbre. Des personnes comme la famille de Clelia qui l’avait jugé pas assez bien pour leur fille. Lui qui aimait cette femme par-dessus tout. Pour elle, il aurait été capable de tout. Il est, capable de tout, il le sait. Hippolyte avait la belle dans sa peau. Passer à autre chose, tourner la page pour écrire un nouveau chapitre : il n’en avait jamais été capable. Le syndrome de la page blanche, quand c’est l’histoire de votre vie, est embêtant, handicapant. Concernant sa vie amoureuse, rien n’avait changé depuis que Clelia avait mis un terme à leur relation.

Il ne s’attendait absolument pas à tomber nez à nez avec elle. Il n’avait aucune idée de la douleur qui allait naître ses entrailles pour lui donner envie de dégobiller son cœur dans l’espoir de ne plus souffrir. Bon sang qu’il l’aimait encore. Un seul regard sur elle pour confirmer ce fait évident. L’envie d’attraper son portable était grande, pour envoyer un message à Thomas et Loris, pour savoir ce qu’il devait faire. Cependant, il resta dans un premier temps tétanisé. Avant de se surprendre à jeter un pique. Pourquoi ? Il n’en savait strictement rien. Ses yeux scrutaient le moindre signe de détresse de la part de Clelia, il n’y avait rien. Elle tenait son assiette fermement. Un signe pour Hippolyte.

“Si, je vaux mieux que cela.” Et parce qu’il était incapable de faire du mal à la femme qui se tenait devant lui. Hippolyte s’en doutait. Maintenant, il le savait. Rancunier, il pouvait l’être, mais dès qu’il tentait de l’être avec son ex petite amie : il se sentait incroyablement mal. Alors, il tenta de rendre les choses un peu plus légères. Tenter était un bien grand mot. Il changeait carrément de sujet en demandant comment elle allait. “Je ne la connais que de nom. Je connais plus Harry.”

Profitant d’être près du bar, il s’autorisa à écart en prenant une bière. Quelque chose qu’il ne faisait jamais, mais il allait besoin d’avoir du courage. Il souffla longuement :

“Ecoute… Je pense que toi et moi on a passé depuis longtemps le cap des silences bizarres et longs. Faire des ronds de jambes : cela ne nous ressemble pas. On s’est promis de toujours parler franchement.” Même si cela était douloureux. Difficile. “Être prêt de toi, c’est difficile.” Il prit une gorgée d’alcool, grimaça à cause du goût que ça laissait sur sa langue. “Je ne peux pas…” Hippolyte baissa les yeux : “J’espérais pouvoir être capable…” Il but cul-sec son verre. “Tu n’as qu’à rester, je vais partir. C’est samedi, pizza night. On ne brise pas les traditions hein ? Tu me connais.” Mais ça, elle le savait. “Bonne soirée… Clelia.” Dire son prénom l’acheva. Il posa le verre et alla chercher sa veste espérant pouvoir s’échapper en catimini.


I don't regret, nor will I forget: all who took that road with meBoyd Billy ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Clelia GrimaldiBon pour te remonter le moral
Clelia Grimaldi
https://www.ciao-vecchio.com/t7396-never-run-when-youre-scared-c https://www.ciao-vecchio.com/t7398-clelia-sweet-disaster
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Jameela Jamil (@Cinderella)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : pression familiale; mariage arrangé
Je suis absent-e : en PR jusqu'au 5 avril
Messages : 1630 - Points : 1467
Âge : 30 ans depuis le 22 août.
Métier : Propriétaire d'un hôtel de luxe dans le centre de Naples
Torture. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Torture. // Clelia ( le Sam 15 Mai 2021 - 22:14 )

Torture
Hippolyte & Clelia


Le coeur battant, le regard de Clelia était posé sur Hippolyte depuis qu'elle s'était retournée. Elle avait à peine entendu Marjorie faire des présentations, inutiles à vrai dire, et elle l'entendit à peine prendre congé des deux jeunes gens, sûrement très heureuse de mettre en contact les deux. Sauf qu'elle ignorait totalement le passé qu'il y avait entre les deux jeunes gens... Enfin, Cle' le pensait, puisque jamais elle n'avait mentionné le Lissandro à son amie. Elle ne le mentionnait que très rarement d'ailleurs depuis qu'elle avait dû se séparer de lui, à regrets. Il lui avait fallu des mois pour ne serait-ce guérir qu'un peu de la peine, de son coeur brisé... et encore aujourd'hui celui-ci n'était pas guéri. Hippolyte avait été son premier grand amour et le seul, il lui était impossible d'envisager de vivre une nouvelle histoire avec qui que ce soit d'autre. Elle n'en avait pas envie d'ailleurs. Célibataire et le coeur en miettes, c'était visiblement son destin, jusqu'à ce que ses parents ne décident de la marier à un bon parti à leurs yeux. Et encore, si elle acceptait...

Chassant ces pensées, l'indienne se reconcentra sur la réalité, et les paroles d'Hippolyte, que bien que dures à entendre, lui serrant le coeur, étaient réalistes. Et justes. Elle lui avait fait du mal après tout. Une chose qu'elle ne se pardonnerait jamais. La réplique cinglante était bien méritée, même si elle faisait mal. La jeune femme s'accrochait d'ailleurs à son assiette de toutes ses forces, pour s'empêcher de trembler. Si elle haussa les épaules en affirmant que le brun n'avait pas à s'excuser, ce qu'elle pensait, le léger sourire navré restant sur ses lèvres quand elle entendit la suite. Oui, oh que oui il valait mille fois mieux que ça. Elle pourrait dire qu'il valait tout l'or du monde, et pourtant, elle l'avait lâchement abandonné. Pensée qui lui pinça le coeur un court instant, alors qu'elle reprenait la parole, tentant de changer de sujet, de faire une conversation, de détendre l'atmosphère. Enfin, si c'était possible...

- Je vois...

Lâcha-t-elle dans un souffle quand il confia qu'il connaissait plus Harry que Marjo, tandis que la Grimaldi c'était mis à passer d'un pied à l'autre, doucement, discrètement. Un geste qui trahissait son stress, elle qui savait pourtant être si maîtresse de ses émotions. D'ordinaire. Elle tenta un pauvre sourire quand Hippolyte revint du bar, un verre de bière à la main, ou une pinte plutôt, qu'il but rapidement, tout en parlant entre quelques gorgées. Des paroles dures à entendre mais justes. Ce n'est pas Clelia qui dirait le contraire.

- Oui...

Lâcha-t-elle dans un murmure en baissant la tête quand il finit sa première prise de paroles, n'osant pas relever la tête en entendant la suite. Elle ne pouvait que le comprendre, et se sentir encore plus mal et coupable. Et en même temps, ce n'était pas plus évident pour elle d'être près de lui aussi.

- Je comprends...

Réussit-elle à lâcher dans un nouveau murmure, avant de finalement être spectatrice de la suite, incapable de dire quoi que ce soit de plus, de parler à nouveau. La seule chose qu'elle réussit à faire ce fut relever les yeux pour les poser sur Hippolyte, qui lui annonçait son départ, avec un franc parler, une franchise qui fit un peu plus vriller le coeur de l'indienne. Cette douleur était si atroce... et en même temps, elle estimait la mériter.
Stupéfaite, en silence, Clelia observa le Lissandro poser son verre pour partir. Et elle, elle resta ainsi, debout sur cette terrasse, son assiette entre les mains. Mais elle n'avait plus faim désormais. L'appétit lui était passé, tout comme l'envie de rester à cette soirée. Elle n'avait qu'une envie: rentrer chez elle et se laisser aller sous son plaid sous son canapé. Et certainement pleurer un coup, pour laisser échapper ce trop plein d'émotions. Et en même temps... Elle ne pouvait pas laisser Hippolyte partir ainsi. Pas sans s'excuser. Non, elle ne pouvait pas. Alors elle déposa délicatement l'assiette sur le bar, et d'un pas assuré, mais discret, tentant de passer inaperçue parmi la foule présente, elle partie à la poursuite du professeur de psychologie. Elle ne savait ce qu'elle attendait ou voulait exactement, mais elle savait que c'était ce qu'elle devait faire. Elle saisit au passage son châle et son sac à main, avant de franchir la porte d'entrée et de chercher le brun du regard. Qu'elle finit par repérer en quelques secondes.

- Hippolyte, attends !

S'écria-t-elle avant de dévaler les escaliers du porche de la maison pour le rejoindre le plus rapidement possible avec ses talons, veillant à ne pas chuter. Il manquerait plus que ça.

- Je...

Murmura-t-elle un court instant, avant de reprendre une profonde inspiration, de relever les yeux et de prendre son courage à deux mains. Elle lui devait bien ça.

- Je suis sincèrement désolée. Pour tout... Je n'ai pas voulu te faire de mal, il y a toutes ces années, ou même ce soir. Tu es quelqu'un de bien Hippolyte, peu importe ce que mes parents ont pu te dire ou te faire ressentir... Je voulais juste te préserver d'eux... Mais pas en te faisant du mal... C'est moi ici qui suis en tort et je le reconnais. Jamais je ne me pardonnerai de t'avoir fait souffrir, tu es quelqu'un bien et tu ne méritais pas ça. Personne ne le méritait... mais toi, moins que les autres.

Pas même elle à vrai dire. Elle souffrait, mais sa souffrance, elle ne valait rien à ses yeux en cet instant. Ce qu'elle pouvait détester ses parents à cet instant, tandis qu'elle détournait le regard pour regarder les plates bandes de fleurs de la maison.

- Désolée, je ne vais pas plus te retenir, les pizzas t'attendent. Mange bien et passe une soirée aussi bonne que possible.

Lui dit-elle après un court silence, reposant ses yeux légèrement embrumés sur le Lissandro, souriante, avant de mettre son châle sur ses épaules, avant de prendre la direction de sa Cooper à quelques mètres de là. Son plaid et son canapé l'attendait pour le reste de la soirée. Elle aurait définitivement dû rester chez elle, comme elle le désirait à la base.
(c) DΛNDELION


@Hippolyte Lissandro




Smile everyday, because you are a ray of sunshine
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte LissandroBon pour te remonter le moral
Hippolyte Lissandro
https://www.ciao-vecchio.com/t8796-hippolyte-lissandro https://www.ciao-vecchio.com/t8829-hippolyte-lissandro-35-ans-enseignant-chercheur
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Sam Claflin @Doriana the Wonderwoman & ©hearthkiwi & @Cinderella
Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Abandon, strip tease, dépression, victime de maltraitance étant enfant, cancer.
Messages : 964 - Points : 2565
Torture. // Clelia 0954b6cc99befd5ac495307e871076a904f3c4eb
Âge : 35 ans
Métier : Enseignant-chercheur à l'université de Naples en Psychologie, sa spécialité est l'étude des criminelles ainsi que le rapprt entre l'Homme et la violence
Torture. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Torture. // Clelia ( le Dim 16 Mai 2021 - 16:23 )
Comment oublier ce visage ? Ce regard ? Ce timbre de voix ? Hippolyte n’avait jamais pu faire une telle chose. Son subconscient l’avait toujours refusé à son cœur : quitte à le torturer tous les jours et à ne pas laisser son corps trouver de plaisir au bras d’une autre. Il n’y avait que Clelia et là était le pire piège pour lui. Il aurait aimé pouvoir claquer des doigts et ne plus jamais y repenser. Mais il n’était qu’un homme amoureux et délaissé. Que pouvait-il faire d’autres à part pleurer leurs souvenirs en commun ? Les yeux d’Hippolyte ne pouvaient pas se détacher d’elle, pourtant, ses mots étaient dures. Bien malgré lui. Il s’en excusa rapidement d’ailleurs. Il valait bien que cette bassesse. Clelia était du passé. Oui il n’avait jamais fait une croix sur elle, mais pour autant : il ne pouvait pas la blâmer de cela. C’était de sa faute s’il ne pouvait pas passer à autre chose.

Et après ces excuses, qu’est-ce qu’il y avait à dire ? Rien. Alors, Hippolyte coupa court à toutes tergiversions et rentra dans le vif du sujet. Il ne pouvait pas se mentir, ni mentir à Clelia. Leur malaise commun rendait les choses encore plus tendues. Si seulement il n’y avait que lui, mais son ancienne compagne s’accrochait à l’assiette comme si sa vie en dépendait. Les signes ne trompaient pas. Lui qui ne buvait que très peu d’alcool s’enfila une pinte. Pour se donner du courage ? Pour garder les pieds sur terre ? Il ne le savait pas. Le but était le même : partir. Fuir. Pour que son cœur arrête de saigner et de le faire souffrir de cette façon. Déjà qu’en temps normal, il avait des soucis avec son palpitant, mais alors là c’était pire que la salsa.

Lissandro, une fois son plan avoué, partit en catimini pour enfiler sa veste et sortir sans que son hôte ne s’en rende compte. Il n’avait pas la force d’argumenter. Alors qu’il mettait la clé dans la porte de sa voiture, la voix de Clelia lui fit tourner la tête. En entendant ses talons claqués, il s’éloigna pour la réceptionner si jamais elle venait à trébucher. L’instinct protecteur envers elle, toujours aussi fort. Hippolyte ne pouvait que constater des choses qu’il savait déjà. Il resta de marbre en entendant ces excuses. Arquant un sourcil de temps à autre, serrant les dents à d’autres moments. Clelia était culottée.

“Je m’en moquais de ce qu’ils pensaient. J’ai l’habitude que les gens me regardent de haut et me traîne plus bas que terre.” L’enseignant-chercheur avait soudainement la force de lui parler franchement. “Tant que tu m’aimais. Tant que tu m’acceptais : je ne demandais rien de plus et certainement pas l’aval de personnes qui chient du marbre et pètent plus haut que leurs culs.” Hippolyte n’avait plus à retenir ses mots. Il souffla longuement. “C’est du passé. L’eau à couler sous les ponts.” Non. C’était faux. Mais tant pis.

Hippolyte la laissa s’éloigner, ses yeux suivaient sa démarche si particulière qu’il avait appris à connaître par cœur. Quand ils étaient ensemble, il pouvait même dire si c’était elle ou non qui marchait dans l’appartement.

“Tu veux venir manger une pizza avec moi ?” Demanda-t-il. “Je suppose que tu n’as pas touché à ton assiette à l’intérieur. Tu dois avoir faim.” Il l’alpagua. Il parla fort. Même s’il commençait à se faire tard et que certains pouvaient râler. Il n’avait honte de rien.


I don't regret, nor will I forget: all who took that road with meBoyd Billy ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Clelia GrimaldiBon pour te remonter le moral
Clelia Grimaldi
https://www.ciao-vecchio.com/t7396-never-run-when-youre-scared-c https://www.ciao-vecchio.com/t7398-clelia-sweet-disaster
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Jameela Jamil (@Cinderella)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : pression familiale; mariage arrangé
Je suis absent-e : en PR jusqu'au 5 avril
Messages : 1630 - Points : 1467
Âge : 30 ans depuis le 22 août.
Métier : Propriétaire d'un hôtel de luxe dans le centre de Naples
Torture. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Torture. // Clelia ( le Lun 17 Mai 2021 - 17:13 )

Torture
Hippolyte & Clelia


Elle était la responsable de son propre malheur. Clelia le savait alors que son regard se posait sur Hippolyte, rencontre imprévue qui la torturait et la faisait souffrir. Mais cette peine, elle seule en était responsable, c'est elle qui avait quitté le Lissandro, dans un moment d'épuisement psychique et de pure faiblesse. Et depuis, elle vivait avec ce passé fantôme, ces souvenirs qu'elle chérissait en secret, le soir lors de moments nostalgiques, ou même en pleine journée quand elle se perdait dans ses pensées, dans des lieux qui la ramenaient à de vieux souvenirs. Elle avait même fini par se renseigner il y a deux ans sur le brun, cherchant à savoir ce qu'il était devenu. Mais pour autant, elle n'avait pas repris contact, puis oublié tout ça. Ou tenter d'oublier, sans vraiment le faire à vrai dire. Mais la rencontre de ce soir faisait remonter à la surface des sensations que l'indienne avait tenté d'enterrer, comme sa culpabilité, qui la rongeait depuis toutes ses années. Envers elle, mais surtout envers Hippolyte. Jamais elle ne pourrait se pardonner ce qui était arrivé, se pardonner sa lâcheté et d'avoir écouté ses parents ou plutôt cédé à leur pression qui était devenue insoutenable pour ses frêles épaules.

Accrocher à son assiette comme un naufragé à sa bouée de sauvetage, Cle' fut plus spectatrice qu'actrice de cette rencontre infortune, écoutant Hippolyte ne pas mâcher ses mots, mais après tout, il n'avait pas tort. Elle l'écouta ensuite reprendre la parole, puis le regarda tourner les talons, avec grâce et classe, enfin à ses yeux. Un départ sur les chapeaux de roues, dont la jeune femme mit quelques secondes à se reprendre, posant finalement son assiette sur le bar, prenant la suite des pas du Lissandro. Elle ne pouvait le laisser partir ainsi, et voulait s'excuser, des excuses sincères qu'elle n'avait pas été capable de faire à vingt-cinq ans, la peine et la douleur de son acte submergeant toutes ses autres pensées à cette époque. Et elle s'en était voulue. Rien ne s'était passé comme elle l'aurait aimé de toute façon...
Récupérant son châle et son sac au passage, bien déterminée à partir elle aussi après ses excuses, elle rejoignit le jeune homme devant la maison, là où les voitures s'étaient garées. Durant une seconde, la pensée de faire demi-tour et fuir lui traversa l'esprit, bien vite effacée par son courage, et sa volonté de bien faire les choses. Cette fois. Au moins une fois. Pour Hippolyte, plus que pour elle. Elle, elle souffrirait toujours de cette histoire qu'elle avait gâché, de cette si belle histoire... Et elle ne pouvait que se blâmer de ne jamais avoir tenu tête à ses parents, qui allaient très certainement vouloir la marier avec un parti qu'ils ont choisi, eux. Une idée qui lui donnait envie de vomir.

La réponse d'Hippolyte à ses paroles n'étaient pas forcément celles que la Grimaldi attendait, mais elle savait quelles étaient sincères. Elle le lisait sur le visage du brun, dont elle avait vu chacun des expressions pendant qu'elle parlait. Le connaissant, il devait la trouver culottée de faire ce qu'elle faisait, mais c'était nécessaire à ses yeux, aussi difficile que cela soit pour elle de faire cela. Et le reste des paroles, brisa un peu plus le coeur de la jeune femme, qui tenta de ne rien laisser paraître. Tant qu'elle l'aimait... S'il savait à quel point elle l'aimait à l'époque... et même encore aujourd'hui à vrai dire... Elle avait juste était faible, une faiblesse qu'elle ne pourrait jamais se pardonner, que l'eau ait coulé sous les ponts, ou pas. Ce n'était pas vraiment du passé pour elle. Mais si lui était passé à autre chose, elle ne pouvait que remercier le ciel pour ça.

- Il n'empêche que je reste désolée. Mais ne croit pas que je ne t'aimais pas, c'était bien tout le contraire. Il y a juste des choses qu'on ne peut contrôler dans la vie.

Murmura-t-elle en baissant la tête, cachant ses yeux embrumées de larmes qu'elle sentait monter. Puis, elle le salua, lui souhaitant une bonne soirée, relevant la tête, lui souriant même un instant, et tourna les talons, pour rejoindre sa voiture, maudissant sa faiblesse. Sa fichue faiblesse. Qui était certainement toujours présente après toutes ses années.
Déverrouillant sa voiture, la jeune femme se passa une longue sur son visage, en soupirant. Tous ses sentiments ressentis en quelques minutes l'avaient comme vidé. Elle avait presque hâte de se glisser sous son plaid chaud et de se mettre une bonne comédie romantique à la télé. Mais avant qu'elle ne grimpe dans sa Mini Cooper, la voix d'Hippolyte retentit derrière elle, à son égard. De là où il était, il n'avait pas bouger d'un mètre depuis qu'elle avait tourné les talons, il l'alpagua, lui proposa d'aller manger une pizza avec lui. Une proposition qui fit relever la tête à l'indienne, un regard où se mêlait stupéfaction et surprise se posant sur le Lissandro, tandis que son coeur ratait un bond. Ou deux. Ou trois.

- Euh...

Laissa-t-elle échapper dans un souffle dans un premier temps, gardant le silence quelques secondes, ne sachant que dire ou faire.

- Tu es sûr ?

Finit-elle par dire assez fort, incertaine, une incertitude qui s'entendait dans sa voix d'ailleurs. Mais oui, il était sûr. Alors elle ne pouvait pas dire non. Elle eut même un léger sourire, un peu plus joyeux que les précédents cette fois.

- J'accepte avec plaisir Hippolyte. Tu... euh... tu veux aller à un endroit précis ?

Il devait certainement avoir un restaurant en tête, il suffisait qu'il lui donne le nom, et Clelia l'y retrouverait, chacun devant repartir avec sa voiture.
(c) DΛNDELION


@Hippolyte Lissandro




Smile everyday, because you are a ray of sunshine
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte LissandroBon pour te remonter le moral
Hippolyte Lissandro
https://www.ciao-vecchio.com/t8796-hippolyte-lissandro https://www.ciao-vecchio.com/t8829-hippolyte-lissandro-35-ans-enseignant-chercheur
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Sam Claflin @Doriana the Wonderwoman & ©hearthkiwi & @Cinderella
Style RP :
Pronoms RP : Il
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Abandon, strip tease, dépression, victime de maltraitance étant enfant, cancer.
Messages : 964 - Points : 2565
Torture. // Clelia 0954b6cc99befd5ac495307e871076a904f3c4eb
Âge : 35 ans
Métier : Enseignant-chercheur à l'université de Naples en Psychologie, sa spécialité est l'étude des criminelles ainsi que le rapprt entre l'Homme et la violence
Torture. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Torture. // Clelia ( le Mer 19 Mai 2021 - 23:02 )
Hippolyte ne s’attendait pas à ce que Clelia le suive. Encore moins d’entendre des excuses, même si à ses yeux cela sonnait plus comme une justification. Et au fond… Cela ne faisait que remuer le couteau dans la plaie. Il n’avait pas été à la hauteur, il n’avait pas été capable de la rassurer. De lui faire comprendre qu’il se moquait des remarques de ses parents. Peut-être qu’au final … Clelia avait eu raison de mettre un terme à leur histoire. S’il n’avait pas réussi à faire une chose aussi simple que la mettre en confiance, à lui faire comprendre qu’elle était au centre de sa vie, que c’était elle qu’il aimait et non pas les Grimaldi : en effet… Ils n’avaient rien à faire ensemble. Alors, Hippolyte, piquer dans son orgueil, ne pouvait pas s’empêcher de recaler ces excuses avant d’y mettre un terme. Son ancienne compagne comprendrait que cela sortait du coeur. Qu’il était juste honnête. Comme il l’avait toujours été. C’est pourquoi si les commentaires de ses parents avaient été, un jour, lourds : il aurait parlé à Clelia de ce malaise. Leur relation n’avait rien d’une vieille histoire. Elle ne le sera jamais. Il le savait. Il devait se faire une raison maintenant. S’il en était capable.

Clelia lui parlait de contrôle. Il prit une longue inspiration pour le garder. Parce qu’il ne voulait pas que ça dégénère. Et alors qu’il la regardait partir, son cœur prit la parole sans laisser le temps au cerveau d’envoyer raison en renfort pour le calmer. Le contrôle, il le perdait. Malgré sa bonne volonté. Proposer à son ex d’aller à la pizzeria avec lui alors qu’ils venaient d’avoir une conversation houleuse… C’était typiquement du Hippolyte. Parfois, cela n’avait pas de sens, mais quand son cœur parlait : rien ne comptait.

Attendant sa réponse, il prit appuie sur sa voiture. “Non, je ne le suis pas. Mais tu sais que ça ne m’a jamais arrêté.” Sourire entendu. Hippolyte crevait d’envie de passer du temps avec elle. La laisser partir sans se battre ? Sans tenter de profiter d’elle ? D’entendre à nouveau son rire et de la voir sourire ? N’est-ce pas là ce qui lui manque dans sa vie ? Ces petits détails qui manquent seulement quand ils ne sont plus là. “J’ai pas changé l’habitude. Je vais toujours à la même. Tu vas devoir te souvenir. Je t'y attendrai.” Il lui sourit et monta dans sa voiture pour aller vers le restaurant. Il se gara et sortit avant de s’approcher du comptoir sur la rue pour commander les pizzas sans avoir à rentrer. Il salua le pizzaiuolo qui le connaissait, Hippolyte n’avait même pas besoin de dire laquelle il voulait : tous les employés savaient. En voyant Clelia arriver, il l’alpagua à nouveau : “Tu as changé ta pizza préférée ou c’est toujours la même ?”


I don't regret, nor will I forget: all who took that road with meBoyd Billy ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Clelia GrimaldiBon pour te remonter le moral
Clelia Grimaldi
https://www.ciao-vecchio.com/t7396-never-run-when-youre-scared-c https://www.ciao-vecchio.com/t7398-clelia-sweet-disaster
ID : Maxi, @Cinderella
Pronom : Elle
Faceclaim : Jameela Jamil (@Cinderella)
Style RP : Flashback : oui.
RPs hot : avant/après, pas pendant.
Longueur : j'écris sans pression, je m'adapte à mes partenaires

Sujets sensibles : Les relations toxiques
Thème·s abordé·s : pression familiale; mariage arrangé
Je suis absent-e : en PR jusqu'au 5 avril
Messages : 1630 - Points : 1467
Âge : 30 ans depuis le 22 août.
Métier : Propriétaire d'un hôtel de luxe dans le centre de Naples
Torture. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Torture. // Clelia ( le Mar 8 Juin 2021 - 21:44 )

Torture
Hippolyte & Clelia


Elle s'en voulait la Grimaldi. Son coeur se serrait et se tordait dans tous les sens, ou tout du moins c'est l'impression qu'elle avait alors qu'elle discutait avec Hippolyte, devant cette immense villa dans laquelle elle n'aurait pas dû se rendre ce soir. Voilà ce qu'elle se disait. Elle faisait souffrir une personne qu'elle voulait plus que tout voir heureuse, sans oublier qu'elle se faisait souffrir elle aussi.Bien que ce ne soit qu'un petit prix à payer pour elle. Cle' était sincèrement désolée pour le Lissandro, même si les mots n'auraient jamais autant de poids que les actes qu'elle avait commis par le passé. Rien ne pourrait effacer ses choix, ni le mal qui en a découlé. Mais elle pouvait au moins présenter ses excuses, peu importe le peu de pouvoir qu'elles auraient.
Puis elle choisit de s'éclipser, de partir, de rentrer chez elle pour se laisser aller sous le plaid de son canapé, et qui sait, pleurer quelques instants. Cette rencontre était dure, et ravivait de nombreux souvenirs, mais aussi des sentiments toujours présents, que la jeune femme faisait semblant de ne plus ressentir depuis des années. Il était plus simple de se mentir que de faire face à la réalité. Sauf ce soir. Et savoir qu'elle avait fait autant de mal à Hyppolite lui faisait encore plus de mal. Jamais elle ne pourrait se pardonner...

Prête à monter dans sa voiture, Clelia est finalement interrompue par la voix du brun qui s'élève à nouveau, lui proposant de venir manger une pizza avec lui. Proposition qui surprend l'indienne et lui coupe le souffle. Incertaine, elle demande au jeune homme s'il est sur, et si sa réponse est laconique, le sourire entendu qu'il adresse à la Grimaldi montre que, même s'il n'est pas sûr de lui, sa proposition est sérieuse. Alors, elle accepte, tout aussi peu sûre d'elle que le Lissandro, demandant où il voulait aller. Comme à son habitude d'autrefois. Cette délicieuse petite pizzeria qu'elle a gardé aussi, mais en se faisant livrer à domicile à chaque fois. Peur d'y croiser Hyppolite certainement, ou de voir des souvenirs refaire surface...

- Je me rappelle très bien où c'est!

Lança-t-elle avant de monter dans sa mini Cooper. Elle regarda le brun partir bien plus rapidement qu'elle, et profita d'être seule pour s'accorder une minute, laissant sa tête aller contre l'appui-tête. Doucement, elle contrôla sa respiration tentant d'apaiser la tempête de sentiments qui s'abbattait en elle. Puis elle se mit en route.
Rejoindre le centre-ville fut facile. Trouver une place où se garer, une autre paire de manche, mais la jeune femme finit néanmoins par trouver. Et rapidement, elle rejoignit le restaurant, où à peine arrivée, Hyppolite l'alpaguait, alors même que son regard se posait à peine sur lui, qui se tenait près du comptoir de rue.

- Oui, toujours.

Une quatre fromages avec des olives noires. Sa pizza préférée. Simple mais il n'y avait pas meilleure à ses yeux. Il devait s'en souvenir. Non, elle en était même certaine à vrai dire.

- Et je prendrai un verre de vin blanc aussi, si c'est possible.

Ajouta-t-elle au bout de quelques secondes, en souriant doucement, avant de laisser son regard dérivé vers la terrasse. Elle ne pouvait fixer ainsi Hyppolite, c'était bien trop bizarre.

- On s'asseoit à une table de libre ?

Finit-elle par demander, revenant au jeune homme. Elle en avait repérait une non loin, dans un coin un peu à part. Voilà qui lui convenait parfaitement, alors qu'elle se demandait ce qu'elle faisait ici. Pourquoi avait-elle accepté ? Parce qu'elle en avait envie, tout simplement. Mais était-ce une bonne idée ? Oui les questions, qui la traversaient, étaient nombreuses... Trop même.
(c) DΛNDELION


@Hippolyte Lissandro




Smile everyday, because you are a ray of sunshine
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Torture. // Clelia Empty
# Sujet: Re: Torture. // Clelia ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Torture. // Clelia -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut