Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -38%
Aspirateur robot Xiaomi Roborock S7 (version 2021) en ...
Voir le deal
499 €

 

- Athenais || Livin' on a prayer -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Maria di Loreto Nuovo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dahlia MoriBon pour te remonter le moral
Dahlia Mori
https://www.ciao-vecchio.com/t8934-dahlia-mori https://www.ciao-vecchio.com/t8939-dahliao-30-ans-o-avocate
ID : wanderlust.
Pronom : Elle
Faceclaim : Melisa Pamuk, hidden falls
Style RP : Pronoms RP :Elle
Flashback :Oui
RPs hot : avant/après. Pas le pendant.
Longueur : sans pression.

Sujets sensibles : .//
Thème·s abordé·s : Féminisme, déconstruction
Messages : 829 - Points : 1719
Athenais || Livin' on a prayer 1e1de1c0e44dd2d9d11ce6675b581a9263e869cd
Âge : 30 ans
Métier : Avocate
Athenais || Livin' on a prayer Empty
# Sujet: Athenais || Livin' on a prayer ( le Ven 28 Mai 2021 - 1:02 )
Ela ne savait même pas depuis combien de temps est-ce qu’elle était clouée à cette chaise. Tout ce qu’elle savait était qu’elle n’avait pas bougé de cette chambre depuis qu’elle était arrivée à l’hôpital. Le regard dans le vide, elle attendait patiemment le réveil de sa meilleure amie allongée dans ce lit qu’elle avait du mal à regarder. Elle s’en voulait de s’être absentée ces deux derniers jours. Elle s’en voulait de ne pas avoir proposé à la jeune femme de la rejoindre dans son séjour loin de Naples. Elle s’en voulait même de ne pas être à la place de cette dernière. La jeune femme était consciente que sa culpabilité ne ferait pas de bien à Athenais, mais elle ne pouvait s’empêcher de se répéter que la vie était injuste. Elle avait déjà tant souffert, pourquoi est-ce que la vie continuait à s’acharner sur la pauvre femme ? C’était dans ces moments-là qu’Ela se permettait de douter de l’existence même de Dieu. Comment est-ce qu’un Dieu pouvait permettre à des choses aussi horribles d’arriver ? Pis encore, à une personne aussi gentille et mille fois plus sainte que quiconque sur cette Terre. Là encore, c’était une pensée qu’elle garderait pour elle parce qu’elle ne voulait pas froisser son aie qui n’avait pas besoin de ça non plus. Alors de quoi avait-elle besoin ? Qu’est-ce qu’Ela pouvait faire pour rendre son séjour à l’hôpital plus agréable et lui faire oublier cet épisode atroce ? Comme à chaque fois qu’elle était confrontée à des problèmes, elle n’hésita pas à faire jouer ses contacts et à utiliser le nom de son père pour avoir l’une des meilleures chambres de tout l’hôpital. Peu importe le prix, peu importe que leur passage ne soit que d’une ou deux journées, elle voulait le meilleur pour Athenais qui ne méritait que ça. Tandis qu’elle restait à son chevet, Ela avait bien essayé de parler aux médecins pour savoir quand est-ce qu’elle se réveillerait, si elle aurait des séquelles à vie… elle avait posé toutes les questions qui lui passaient par la tête quitte à ce que les médecins se répètent. Les informations ne voulaient juste pas rester dans la tête de la brunette qui avait du mal à assimiler tout ce qui était en train de se passer. Elle avait du mal à se dire qu’un tueur en série rodait dans les rues de Naples et que des personnes dans ses proches aient pu être sa victime. C’était des choses qui n’arrivaient que dans les films ou les séries, elles n’étaient pas supposées arriver dans la vraie vie. Elles n’étaient pas supposées arriver aux proches d’Ela.

Dans un soupir, elle regarda sa montre comme si ce simple geste suffirait à ce que les minutes passent plus vite. Elle ne savait même pas pourquoi elle le faisait. Elle n’avait nulle part où se rendre et de toute façon elle avait annulé tous ses rendez-vous de la journée. Elle avait même prévenue sa mère qu’elle ne serait pas là pour dîner avec elle ce soir, sans lui donner plus d’explications. Elle n’avait pas envie de se justifier, elle n’avait plus 12 ans. Elle était encore libre de faire ce qu’elle voulait. Et il y avait de toute façon des choses plus importantes dans la vie qu’un repas loupé avec sa mère. Athenais. Athenais était sa priorité pour le moment.


Mariti subsidiis nobilitas virginis cum et patris et filia liberis pauperis Valerius amicorum filia erubesceret adultae diuturnum causa amicorum cum alitur Reguli Reguli nobilitas patris liberis.
Revenir en haut Aller en bas
Athenais SpiliotisBon pour te remonter le moral
Athenais Spiliotis
https://www.ciao-vecchio.com/t6936-le-scepticisme-est-le-commenc https://www.ciao-vecchio.com/t6995-s-il-y-a-un-prix-pour-manque-de-jugement-e-crois-que-j-ai-le-ticket-gagnant-athenais
ID : Sharky // Ingrid
Pronom : Elle
Faceclaim : Nathalie Emmanuel + @aslaug. & Longanis
Style RP : Pronoms RP : Elle / Athenais
Flashback : Oui.
RPs violent : Oui.
RPs hot : Avant, pendant, après, pas de soucis. Les rps de ce genre ne me dérange pas.
Longueur : J'écris sans pression, comme ça me vient et je sais m'adapter au besoin.

Sujets sensibles : Validisme, Zoophilie ainsi que la violence animale en générale et la psychophobie.
Thème·s abordé·s : Religion catholique et suicide de son père.
Messages : 480 - Points : 705
Athenais || Livin' on a prayer 40bbae26a17154cc87d0322213b807b4340dbe1b
Âge : 32 ans
Métier : Sans travail.
Athenais || Livin' on a prayer Empty
# Sujet: Re: Athenais || Livin' on a prayer ( le Mar 1 Juin 2021 - 21:12 )
Athenais avait croqué dans la vie. Ela lui avait montré un style de vie différent, chaque instant était unique et exaltant. En se réveillant chaque matin, l’ancienne nonne ne savait absolument pas de quoi allait être fait la journée. Nouveau piercing, nouvelle garde de robe : elle découvrait ses goûts, ses j’aime et ses j’aime pas. Chaque jour était une aventure. Elle s’était aventurée dans un des quartiers qui l’avait vu mendié il y a des années de cela. Maintenant qu’elle avait de l’argent, elle voulait acheter un bon tiramisu fait maison qui l’avait tant de fois fait rêvé. Elle en avait acheté trois. Un pour Ela qui devait rentrer ce soir et un pour Jun-Ho évidemment. Entre eux, cela n’était pas le grand amour, mais les petits gestes s’installaient. Sur le bateau, ils étaient presque constamment ensemble et tous les matelots savaient ce qui se trame entre eux sans pour autant les pousser dans les bras de l’un et de l’autre. Les choses se faisaient doucement, à l’instinct. Un pas à la fois en outre. Et Ela était toujours la première au courant. Du moindre effleurement de la main. Du moindre regard intense. Du tout petit détails qui fait que le cœur d’Athenais s’emballe encore plus.

Les douceurs dans son sac, elle retournait doucement, mais sûrement au logement de son amie. Ela refusait qu’elle paye le loyer ou les factures, alors Athenais faisait ménage et cuisine. Parfois ce n’était pas une faveur, car elle apprenait encore à faire de bons petits plats, mais elle faisait des progrès au quotidien. Alors un jour, elle serait capable de faire un bon repas à celle qui lui avait tendu la main. Sans sa meilleure amie, Athenais ne serait pas allée bien loin. Elle le savait. C’était une évidence ! Alors, elle lui était plus que redevable, elle lui était éternellement reconnaissante et remerciait Dieu avec une ferveur bien particulière pour qu’il protège son amie. Jamais elle ne demandait quelque chose pour elle.

Les rues étaient plutôt calme. Beaucoup étaient déjà rentrés pour retrouver leur foyer. Ayant appuyé sur le bouton du passage piéton, elle jeta un coup d’œil à son portable et alla répondre à un message de Jun-Ho quand soudainement elle se sentit happé, tirer en arrière. Elle n’eut pas le temps de crier, ou dire quoi que ce soit que déjà on couvrit sa bouche et elle perdit conscience.

Quand elle se réveilla, Athenais pouvait sentir l’humidité de la terre sur sa joue. Elle papillonna des yeux, toussa et porta sa main sur son front : complètement étourdie. “Cours ou meurt.” Une voix. Rauque. Clairement déformé. “Cours ou meurt...?” Répéta-t-elle. Elle redressa sa tête, vit la silhouette qui se dessinait dans l’obscurité. “3…” Il faisait un décompte ? “2…” La nonne se leva, par pur instinct. “1…” Et sans réaliser, sans réfléchir, elle s’exécuta.

Plus rien ne se passait dans sa tête. Si elle avait pensé quelques minutes, elle aurait compris que c’était ce fameux meurtrier qui terrifiait les rues de Naples. Athenais ne pouvait pas penser qu’une femme aussi insignifiante qu’elle pourrait attirer le regard d’un prédateur comme lui. Elle était bien trop invisible, aimait bien trop ne pas attirer l’attention pour imaginer qu’elle pourrait un jour être une victime. Et pourtant, la voici. À courir. Peu sportive, son souffle fut rapidement courts. Elle tomba plusieurs fois, écorcha ses genoux encore et encore. Pourtant, ce n’était pas assez. Elle pouvait entendre la personne courir derrière elle. La menacer. Lui faire peur. Et cela marchait. Athenais était terrorisée. Quand elle tomba pour la énième fois, elle serra la terre en plantant ses mains. Elle était à bout… C’est ce qu’elle pensait. Quand le meurtrier la rattrapa et la roua de coup avec ce qu’elle devinait être un morceau de bois avec des piques, elle se recroquevilla. À peu de choses prêt, elle était à nouveau dans la cave du couvent : à subir des traumatismes de la Mère de Supérieure pour la punir de ne pas être assez pure. Elle n’avait jamais eu l’occasion de s’échapper de sa poigne. Là, cependant, elle le pouvait. Elle puisa dans ses forces, se releva et se remit à courir.

Combien de temps elle avait courut ? Quand tout cela s’était arrêté ? Elle n’en avait aucune idée. Quand elle reprit connaissance, l’odeur de l’hôpital chatouilla ses narines. Son nez la connaissait assez pour la reconnaître sans hésitation. Les bips réguliers de la machine, marquaient-ils les battements de son cœur ? Sa bouche sèche trouva sa langue râpeuse. Prenant une longue inspiration, elle entrouvrit ses yeux. Tout était flou, mais il y avait une silhouette près d’elle :

“Ela...?” Souffla-t-elle. “Ela…?” Athenais avala difficilement sa salive. Elle cligna plusieurs fois ses yeux même si cela était dans des gestes lents. “Je… Il est où…?” Elle ne l’entendait plus. La présence oppressante n’était plus là. Un docteur rentra, sourit en voyant qu’elle était réveillée : “Signorina Spiliotis ?” Athenais tourna sa tête : “Vous êtes à l’hôpital, vous avez été retrouvé inconsciente à la sortie de Naples.” Elle ne comprenait pas tous ces mots. Alors, son regard se tourna vers Ela et tendit sa main. “Vos plaies ne sont pas infectées. Avec du repos et un soutien psychologique, vous pourrez sortir bientôt. Quand vous serez prête, et seulement quand vous le serez, la police viendra vous voir.” Le reste ne fut qu’un amalgame de mot. Quand il sortit, elle souffla longuement. “Je suis désolée… De t’avoir inquiété…"


Souffrance.
Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le Diable lui-même. ▬ V for Vendetta+ @bat'phanie.
Revenir en haut Aller en bas
 
- Athenais || Livin' on a prayer -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Maria di Loreto Nuovo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut